babyphone bracelet vibrant

Babyphone, baby control, écoute bébé…, il y a autant de noms que d’’avis sur ces petits appareils électroniques permettant de surveiller son enfant à distance.

Simples à la base : un émetteur, un récepteur, un bébé, un parent, ils sont devenus de vrais petits bijoux de technologie et sont sujets à débats.… Ondes obligent ! Et puis d’’abord en avez-vous vraiment besoin ? Si oui, duquel ? C’’est ce que nous allons voir ensemble avec ce guide sur le monde plus ou moins merveilleux du babyphone.

Les questions à se poser avant d’’acheter un babyphone
Il ne faut pas prendre pour argent comptant le contenu des listes de naissance, diffusées un peu partout, notamment par les grandes enseignes de puériculture.… Il est en effet possible que vous n’’ayez pas vraiment besoin d’’un écoute-bébé. Mais, ça, généralement, vous le découvrez trop tard, une fois le machin acheté (cher) et utilisé une nuit (et donc jeté à travers la pièce une fois, car trop bruyant, finalement).

En effet, à moins d’’habiter un appartement en duplex de 300 m2, vous entendrez parfaitement votre bébé pleurer, là, dans la chambre à côté. Donc, l’’avoir en stéréo, en plus dans le récepteur, placé près de vous, ça peut être inutile. Voire pénible.

Comme pour tout matériel de puériculture, il est bon avant l’’acquisition de se poser quelques questions basiques, pour évaluer son besoin.

Dans le cas de l’’écoute-bébé, il est clairement utile :
Si vous êtes très angoissé et que vous ne pouvez vraiment pas vous éloigner de plus de 10 mètres de la chambre de votre bébé…
Si vous habitez en maison, où l’’enfant dort (enfin !!) par exemple à l’’étage, pendant qu’’en bas (maman fait du chocolat – ah non pardon) vous finissez votre diner froid dans la cuisine…
Si vous vous déplacez chez des amis, ou de la famille, afin de pouvoir avoir une vie sociale ET garder une oreille sur votre bébé dormant dans une pièce voisine. Dans tous les cas, attention à ne pas baisser sa vigilance en faisant uniquement confiance à la technologie. Je pense ici particulièrement aux appareils surveillant la respiration des bébés.… Utiliser ce type d’’outils, qui pour certains sont des gadgets inutiles, pour d’’autres sont indispensables, ne dédouane pas d’’une surveillance humaine et de bon sens.
Les ondes du babyphone sont-elles mauvaises pour la santé de bébé ?
Voilà un sujet qui fait débat depuis des années… la guerre des ondes a lieu, aussi, dans le domaine de la puériculture. Et c’’est d’ailleurs justement parce qu’’elle touche à la chaire de notre chaire, qu’’il est intéressant de SAVOIR, à défaut de se faire une opinion claire et tranchée.

En ce qui me concerne. En quelques mots, les babyphones émettent des ondes. C’’est la fréquence de ces ondes qui posent problème, car il n’’y a pas de norme imposée pour les écoutes bébé.

Il existe plusieurs types d’’ondes classées par palier.
40Mhz comme la radio, ce sont des basses fréquences
900Mhz , on les appelle micro-ondes
1900Mhz, existant dans les téléphones DECT (sans fil)
2400Mhz pour le Wi-fi par exemple
Cela n’est pas malheureusement pas toujours bien indiqué sur les emballages des appareils. Une belle initiative de Babymoov qui a placé sur ses produits une pastille indiquant les basses fréquences.Notamment pour son modèle faible fréquence (865 MHz).

Pourquoi ces ondes peuvent avoir un effet sur la santé de bébé ?
Certaines études ont prouvé que les ondes ont un effet thermique, autrement dit de réchauffement. Et on le sait également, le corps d’’un bébé est très immature et se construit – ce qui conduit les scientifiques à penser qu’’une exposition prolongée et rapprochée d’’un appareil émettant des ondes près de bébé peut avoir des conséquences sur sa santé.

Le mieux est donc de pratiquer le célèbre principe de précaution dont voici les éléments :
Placer le babyphone à minimum 1m du lit – 3 m serait idéal
Eteindre l’appareil quand il n’est pas utilisé. Des parents en maison, ont même eu l’’idée d’installer une minuterie sur la prise pour que l’’appareil s’’éteigne vers une heure où ils savent qu’’ils seront, eux aussi, remontés dans leur chambre.
Eviter si possible les babyphone à micro-ondes (DECT notamment)
Régler le module bébé sur le mode « déclenchement automatique à la voix » ou « VOX »
Les différents types de babyphones
Le babyphone audio « classique »
C’’est le modèle le plus simple qui vous permet d’’entendre tous les sons de votre bébé et parfois de lui parler. Le plus souvent les écoutes bébé ne se contentent pas de vous faire parvenir le son, mais vous permettent aussi de parler à bébé via le récepteur, pour le rassurer par exemple le temps d’’arriver dans sa chambre.

D’’autres options sont disponibles sur ces appareils dont les plus courantes sont:

Un répertoire de musiques
Une veilleuse minutée avec projection (ou non) au plafond de petites lumières
L’’affichage de la température de la pièce
L’alerte visuelle (le son est coupé, mais des iodes permettent aux parents de voir que leur enfant fait du bruit)

LES MODÈLES DE BABYPHONES AUDIO CORRESPONDANTS :
Babycall de Beaba (présenté ci-contre)
Easy Care de Babymoov (très remarqué dans le fabuleux film Intouchables)
Le babyphone vidéo
C’’est une nouvelle génération de babyphone qui vous permet de surveiller « visuellement » que tout se passe bien dans la chambre de bébé. Pour le choix de cet appareil, vérifiez bien la qualité de l’’image et faites le bon arbitrage avec les ondes émises. Maintenant, si on peut voir, on peut mettre le babyphone à distance du lit de bébé.

LES MODÈLES DE BABYPHONES VIDÉO CORRESPONDANTS :
Visio Care, Babymoov
Babyphone Video Avent Philipps
Baby control video digital plus de Chicco
Le babyphone capteur de mouvements
Un modèle qui devient très à la mode en ce moment. Pour qu’’il fonctionne, il faut placer une plaque composée de capteurs sous le matelas de l’’enfant. Les mouvements comme la respiration sont identifiés. L’’absence de mouvements pendant une période donnée déclenche automatiquement une alarme.

Un conseil, choisissez un modèle qui permet de régler la sensibilité du capteur pour éviter les fausses alertes et les angoisses perpétuelles.