baguette de sourcier achat

Que vous soyez utilisateur d’un lobe antenne Hartmann, de baguettes parallèles coudées (rods) ou d’une baguette de sourcier en Y en bois de coudrier (furcelle), vous savez que toute détection est une investigation d’ordre énergétique. Vous détectez l’eau parce que votre énergie entre en vibration avec celle de l’eau souterraine. Vous découvrez la présence d’une perturbation parce que votre corps énergétique ressent les déséquilibres énergétiques. Vous localisez un souterrain, une cavité souterraine, un objet perdu, pour les mêmes raisons qui sont toujours purement énergétiques. Vous le savez, l’instrument de détection que vous tenez entre vos mains est une antenne très sensible qui, avec vous, capte et indique par sa réaction le résultat de votre recherche.

toute détection est un ressenti énergétique

Les baguettes doivent être en accord avec l’énergie recherchée

Tous les instruments de détection n’ont pas la même sensibilité et ce, du fait même de leur conception. Certains ont des formes et proportions spécifiques qui été calculées de façon à leur conférer une résonance avec l’onde recherchée. Le cas le plus typique est celui du lobe antenne Hartmann qui, même s’il a tendance à bouger légèrement lorsque l’on passe au-dessus d’un courant d’eau souterrain, ne tourne réellement qu’à l’encontre d’une ligne Hartmann.
Les baguettes parallèles sont, quant à elles, universelles. C’est à dire qu’elle permettent toutes sortes de détection radiesthésiques (eau, faille, réseaux géobiologiques, objets perdus, auras, zone d’énergie etc.). Les baguettes parallèles que nous proposons à la vente sur notre site www.conscienceverte.f ont bien sûr des qualités physiques dues au choix des matériaux utilisés, de la finition, du poids, de la robustesse qui leur confèrent une utilisation agréable et une réactivité sans entrave. Mais elles ont aussi des particularités énergétiques qui augmentent leur sensibilité et leur réaction. Leurs proportions , leur forme, ainsi que le le sens des polarités des poignées et des tiges de laiton sont judicieusement déterminés.
Ne l’oublions pas, deux baguettes forment une paire. Il est indispensable que chaque élément tenu par une main soit en concordance énergétique avec ceux de l’autre main, de façon à permettre une réaction synchronisée* des deux baguettes. L’instrument de détection est certes constitué de deux antennes tenues chacune dans une main, mais il n’en demeure pas moins qu’un seul et même outil. La séparation des antennes l’une de l’autre n’est que physique, elles doivent vibrer à l’unisson, tels deux diapasons parfaitement accordés pour réagir ensemble à la même note.

Il en va de même pour la traditionnelle baguette de sourcier en bois de coudrier ou de saule, coupée directement sur le lieu de la recherche d’eau. Si ces bois ont avant tout les qualités d’êtres souples, flexibles et peu cassants quand ils sont fraîchement coupés, ils ont également des avantages énergétiques très appréciables pour la détection de l’eau : le sens du bois (côtés racines ou cîme) et la mémoire énergétique du bois. Sans oublier les polarités des deux branches vis à vis des mains du sourcier. J’aurai l’occasion de vous parler très en détail des qualités méconnues des baguettes de sourcier car j’ai toujours pratiqué la détection de l’eau (et tout autre recherche géobiologique ou radiesthésique) en m’intéressant très fortement aux nombreuses causes et facteurs qui peuvent améliorer la détection (ou à l’inverse la freiner).

les baguettes ou rods ou furcelle du sourcier doivent être en accord avec l’énergie recherchée

* depuis bientôt 30 ans, j’ai régulièrement constaté lors de mes cours de détection radiesthésique que certaines personnes voient leurs baguettes réagir de façon désynchronisée. La baguette droite ferme avant la gauche ou l’inverse. Plusieurs causes sont possibles et nous aurons l’occasion d’en parler en détail dans le prochain numéro de Géobiologie Magazine.

Le corps du sourcier agit comme une antenne

C’est de ces polarités des mains du sourcier dont il est ici question. Quelle que soit votre détection, n’oubliez pas que si vos baguettes ou antennes sont conçues selon leurs polarités c’est bien vous qui les maintenez pendant la recherche. Votre corps est donc une antenne, qui elle aussi, capte les ondes que vous recherchez. La détection ne se fait pas uniquement au niveau des mains. Votre corps tout entier entre dans l’invisible et pas seulement vos baguettes. Pensez à un poste de radio : une antenne seule pourrait-elle vous faire entendre les informations ? Non bien sûr, il y a l’indispensable poste avec toute sa complexité technologique mais qui pourtant reste muet sans sa petite antenne métallique ! Alors, lorsque vous êtes en détection, prenez bien conscience que vous êtes d’une certaine façon similaire à ce poste de radio car, outre les spécificités de vos baguettes, vous êtes capables de sélectionner le but de votre recherche par programmation mentale.

La matière est polarisée

Votre corps a donc des particularités énergétiques et il est indispensable de les mettre en adéquation avec celles des baguettes. Pour les mains, car c’est la partie du corps qui est en contact direct avec les baguettes, il faut mettre dans chacune la poignée qui lui revient. Comment savoir les polarités des baguettes et celles des mains ? Ma réponse est simple : faites le au ressenti, c’est la meilleure solution.
N’avez-vous jamais vu le maçon qui en haut de son mur balance plusieurs fois d’une main à l’autre la brique qu’il a saisi, comme s’il la soupesait avant de la placer sur son mortier ? Il ne fait pas ce geste consciemment. Il cherche inconsciemment à placer la brique dans une cohérence énergétique avec le reste du mur qu’il a élevé. La polarité d’une brique est figée à la cuisson dans le four du briquetier. Croyez-moi, lorsque l’on voit deux murs dont un est monté à l’ancienne (selon les polarités), on ressent quelque chose de plus agréable devant celui-ci, même s’ils sont visuellement identiques.
Les maçons traditionnels savent également que la pierre a un sens. On n’oriente pas vers le soleil la face de la pierre qui a toujours regardé la lune ! Donc si l’on veut faire un mur de granit, on prend chaque pierre et on la replace dans le sens où elle a toujours été avant l’extraction. La face tournée vers le sol sera celle du dessous. Pourquoi cela ? Parce que tout simplement cette cohérence énergétique donnera au mur une longévité, un équilibre, une stabilité qu’il n’aurait pas si des pierres étaient mises à l’envers. Ce serait des points de faiblesse, de fragilité. De la même façon, un poteau en bois au milieu d’une pièce ou d’une charpente devra être placé dans son sens de pousse, sinon il fissurera, ce qui mettra aussi à mal sa solidité mécanique.

Trouver l’accord des polarités entre les mains et les baguettes

Le sourcier agit comme le maçon. Il prend sa baguette de coudrier entre ses mains et la retourne plusieurs fois mettant la branche gauche dans la main gauche, puis dans la main droite et ainsi de suite. À un moment précis il sent que la tenue est bonne, il est en accord avec la baguette et il arrête de chercher. Il a trouvé le bons sens pour être au meilleur de sa détection.

le sourcier retourne sa baguette de coudrier pour trouver le bon sens avant de commencer sa détection

Faites la même chose avec vos baguettes parallèles. Personnellement, je le fais depuis toujours. Sans me mettre en détection, je mets une baguette dans chacune de mes mains, puis je les échange plusieurs fois (comme si je comparais leur poids). À un moment donné, il se passe quelque chose ! J’ai l’impression que la baguette qui me semble la plus lourde (elle font pourtant le même poids !) est mieux dans telle main, ou bien je les ressens toutes les deux plus légères, ou j’ai l’impression que l’air est plus clair, plus léger, ou encore comme un apaisement intérieur dans mon ventre et/ou mon plexus solaire… Ce sont des ressentis très différents mais ils disent tous la même chose : chaque main a trouvé sa baguette.

avant de commencer une détection, choisissez la bonne baguette pour chaque main

J’agis également de même avec le lobe antenne Hartmann en le prenant en main puis en l’inversant plusieurs fois de suite jusqu’à sentir la prise en main la plus adaptée à mes polarités. Il ne faut pas oublier qu’un lobe antenne Hartmann est une tige de laiton et qu’elle a un sens. Donc en inversant l’axe des poignées, je change les polarités de la tige de laiton que je place dans mes mains.

en inversant l’axe des poignées du lobe antenne Hartmann, on change les polarités de la tige de laiton.

Pourquoi ne pas mettre un repère sur les baguettes de détection ?

On pourrait mettre des repères (gauche- droite) sur les poignées pour éviter de rechercher les polarités à chaque nouvelle détection. Je ne l’ai jamais fait et ceci pour deux raisons. La première est que le petit rituel de recherche permet également “d’entrer” doucement dans la détection, tel un échauffement pour le sportif. La deuxième est que certaines détections peuvent parfois exiger de nous une approche énergétique différente et donc une modification de la combinaison énergétique entre le géobiologue-radiesthésiste et ses baguettes. La baguette qui aurait du se trouver dans une main, sera pour cette fois-ci préférable dans l’autre main.
Adapter l’outil aux exigences énergétiques de celui qui l’utilise, et non l’inverse

La conclusion de ce long développement est qu’il faut toujours adapter l’outil aux exigences énergétiques de celui qui l’utilise et non l’inverse. Nous le faisons tous, même sans le savoir. Si certains préfèrent la baguette de sourcier en Y aux antennes parallèles, c’est simplement parce que la furcelle leur est favorable. L’inverse est tout aussi valable. L’antenne Lécher convient ou ne convient pas du fait de son maintien difficile : est-ce vraiment seulement une question de confort, comme pour la baguette de sourcier ? Plus grand sera le plaisir d’ utiliser une baguette plutôt qu’une autre et meilleurs seront les résultats !


Découvrez vite l'actu brulante !