bindi autocollant pas cher

Le mot « bindi » est tiré du mot sanscrit « bindu », qui signifie « la « goutte ». Traditionnellement, il symbolise le troisième oeil mystique d’une personne et son rapport avec le principe universel de la création. C’est un symbole de conscience, de bonne fortune et de festivité. On dit que le centre du front d’une personne est un des points de pression les plus importants sur le corps humain. Donc, les bindis ont été créé pour concentrer notre attention sur ce point particulier.Ces maquillages particuliers sont aussi appelés « sindur », « tikka », « tilak » …selon la langue utilisée… sur leurs fronts. Au tamil-nadu, la région dont je suis originaire on l’appelle pottu. Mais quelque soit son nom, il intrigue souvent les occidentaux qui essaient souvent d’en comprendre la signification. C’est ce dont je vais essayer de vous parler justement.

Un simple maquillage ou un symbole religieux ?
Le Bindi, symbole de l’Inde
Il orne le front. Il existe sous différentes formes – un point rond, une flamme figée gracieuse, un petit point ou un grand. Il a parfois la forme d’ une longue ligne verticale droite ou parfois d’ une conception artistique compliquée ou quelques autres formes aventureuses exotiques.

Il n’y a pas une explication unique pour ce que signifient les bindis. Le mot « bindi » est dérivé du mot sanskrit bindu (goutte, point) et il est un symbole heureux. Traditionnellement, il est appliqué avec la poudre kum-kum rouge. La couleur rouge apporte de la prospérité à la nouvelle maison – ce point rouge fait de l’épouse la gardienne du bien-être domestique. Et naturellement, il signale aussi à l’environnement que cette femme n’est plus libre… En Inde du Nord le bindi est généralement porté par les femmes mariées, au sud par contre tout le monde le met, même les petits enfants. C’est le cas au Tamil Nadu…Toutes les femmes le portent plus pour des besoins esthétiques, mais j’y reviendrai.

Aujourd’hui, le kumkum a été en grande partie remplacé par le « bindi autocollant ». Le bindi autocollant existe dans toutes les couleurs, formes et variétés de tailles. Certains sont véritablement des créations exotiques, et utilisent une fine feuille en or ou d’argent, et sont parfois incrustés de pierres brillantes.

Pourquoi porter un bindi sur le front ?
Le Bindi, symbole de l’Inde
Le positionnement du bindi est très significatif. Le secteur entre les sourcils est le siège de la sagesse latente. Ce secteur est connu comme l’emplacement du 6ème chakra. On dit que c’est l’endroit qui commande les divers niveaux de concentration atteints par la méditation. Le point central de ce secteur est le « Bindu » où toute l’expérience est recueillie dans la concentration totale. La tradition Tantrique la situe pendant la méditation, le « kundalini » – l’énergie latente qui se trouve à la base de l’épine est réveillée et monte au point de sahasrara (7ème chakra) situé dans la tête ou le cerveau. Le point central, le « bindu », devient donc une sortie possible pour cette énergie efficace. On croit alors que le « kumkum rouge »(Le kumkum est une poudre fabriqué à partir des feuilles d’une fleur indienne. Il existe aussi du kumkum artificiel et liquide) se trouve à cet endroit du visage entre les sourcils pour maintenir cette énergie dans le corps humain afin de l’empêcher de s’échapper.

D’une autre manière, on peut dire que ce point est fait pour désigner le chakra du 3ème oeil, c’est à dire qu’il sert à attirer l’attention sur la force divine et l’illumination spirituelle de l’individu.

Signification de la couleur rouge.
Le Bindi, symbole de l’Inde
Le vermillon, traditionnellement utilisé pour les bindis (ou pottus), est appelé ‘sindura’ ou ‘sindoor’. Cela signifie ‘rouge’ et représente Shakti (la force).
Mais il est clair que le rouge, la couleur habituelle des bindis, veut dire quelquechose dans cette tradition et qu’il a un sens important dans la religion hindoue. Quel est-il ?

Comme je vous le disais précédemment, le rouge représente dans un premier temps Shakti, la force. En fait on associe le rouge aux sacrifices rituels d’offre de sang que l’on exécutait principalement pour la déesse. Plus tard, les communautés hindoues ont mis un terme aux sacrifices rituels et ont, pour honorer Shakti, offert des offrandes.
Seule la couleur rouge est restée de ses anciennes pratiques sacrificielles.

Il symbolise aussi l’amour – un bindi posé sur le front de la bien aimée illumine son visage et captive amant. Comme un bon présage, le ‘sindoor’ est placé dans des temples ou pendant des célébrations avec traditionnellement le saffran jaune dont la couleur a le pouvoir d’influencer l’intellect. On les trouve associés particulièrement dans des temples consacrés à Shakti, Lakshmi et Vishnu.

Certains chercheurs voit dans la couleur rouge du bindi le symbolisme du sang. Ils disent en effet que dans l’antiquité, chez les aryens, on appliquait, lors de sa préparation et de sa toilette, sur le front la jeune mariée une goutte de son sang comme signe de mariage. La pratique actuelle des femmes indiennes de se mettre sur le frond un rond « Tilaka rouge » appelé Bindiya ou Kumkum pourrait être une survie de cette tradition.

Il est clair de toute façon que ce signe dénote le statut marital de la femme dans la plupart des communautés indiennes du nord, mais en Inde du sud c’est une prérogative de toutes les filles de porter un bindi, tel un maquillage. La couleur rouge est supposée apporter la prospérité et la bonne augure pour la maison dans laquelle elle rentre. Le bindi permet symboliquement à la femme de preserver le bien-être de sa progéniture, de sa famille et indique sa qualité de maîtresse de maison. C’est indéniablement un signe positif et joyeux.

Une tradition très ancrée dans la culture et la vie quotidienne indienne.
Le Bindi, symbole de l’Inde
De manière significative quand une femme indienne a le malheur de devenir une veuve elle doit cesser de porter un bindi, indiquant ainsi avec son front nu qu’elle est en deuil.

Dans beaucoup de régions indiennes aussi les hommes peignent leurs fronts. De ces peintures on peut savoir, vers quelle direction de l’hindouisme le porteur tend. Ainsi, par exemple 3 raies blanches sur le bindi rouge signifie que la personne est shivaïte (adorateurs de Shiva). L’application des poudres kumkum fait donc alors dans ce cas partie des rituels religieux. A ce niveau là, on ne tient pas compte de l’esthétique, mais cette marque de couleurs sur le chakra du 3ème oeil, sert à tirer l’attention sur la force divine et l’illumination spirituelle.

Pour la conclusion de ses prières du matin, une femme se tamponne selon une vieille coutume d’abord de la pâte de santal sur son front. Puis du vermillon et enfin quelques grains de riz. Les reines des kshatriya peignaient un tilak à leurs époux, pour souhaiter de la chance au champ de bataille ou bien pour les saluer quand ils revenaient. Encore aujourd’hui, celui-ci est une coutume pour souhaiter la bienvenue aux invités .

Le bindi des femmes s’est développé du rituel de mariage des hindous. Il est traditionnellement peint avec de la poudre kumkum rouge, et la femme qui le porte rougit aussi la raie de ses cheveux au dessus du front.

Le bindi appartient naturellement aussi à la danse indienne -. C’ est traditionnellement le bindi rouge et rond qu’on porte dans ce cas là. Car les anciennes danseuses de temple ne pouvaient pas avoir d’époux. Pourtant elles étaient d’une certaine façon mariées à un dieu, considérait-on.

De l’ornement traditionnel au maquillage contemporain ou accessoire de mode branché.
Le Bindi, symbole de l’Inde
La femme indienne éprise de tradition et conservatrice de ses coutumes utilise toujours, en guise d’ornement sur le front, le vieux kumkum ou sindoor. Dans l’ancien temps, pour obtenir un rond parfait les femmes employaient un petit disque circulaire ou une pièce de monnaie creuse. . D’abord une pâte ou une vaseline collante de cire était appliquée dans l’espace vide du disque ou de la pièce qui étaient alors eux-mêmes couverts de kumkum. Ensuite on ôtait le disque…. et aussitôt on obtenait un bindi rond parfait.

Aujourd’hui, le kumkum a été en grande partie remplacé par le bindi autocollant. Ce dernier est très en vogue dans toutes les couches de la société indienne surtout tamoule. Les femmes les assortissent avec la couleur de leur sari ou de leur penjabi. Il m’arrive souvent d’en porter d’ailleurs et on en trouve de toutes les formes et couleurs, saupoudrés avec de la poudre d’or par exemple , sertis de perles et des pierres scintillantes et dans différentes tailles etc. Fait de feutre, avec de la colle d’un côté, c’est un produit de remplacement facile à utiliser et ingénieux. Certains sont véritablement des créations exotiques.

Le bindi sur le front aimé d’une jeune femme est supposé ensorceler son amoureux comme un philtre d’amour dans les romans du Moyen Age occidental. Les poètes, de tous temps en Inde ont composé des couplets sur les beaux bindis des belles demoiselles.

Le bindi, est aujourd’hui un accessoire de mode. Et apparemment il dépasse les frontières de l’Inde et semble très prisé par les occidentaux branchés style années 70. Il est clair que c’est un maquillage qui éclaire votre visage et lui procure presque un pouvoir hypnotique en focalisant le regard sur lui. Justement chez nous en Occident, cet accessoire de mode est utilisé comme alternative au piercing et a quitté le front pour le reste du corps. On voit parfois sur les plages, des bindis collés autour ou sur les nombrils de jeunes femmes par exemple…

Alors maintenant que vous connaissez pratiquement tous ses secrets pourquoi ne pas vous laisser charmer et hypnotiser par ce maquillage tellement indien presque universel à présent ?