calecon effet gros paquet

Pour une raison qui m’échappe totalement, on m’a demandé de tester le nouveau slip remonte burnes d’aussieBum et, au passage, de lancer ce nouveau blog testo-conso participatif qui vous permettra bientôt, chers yaggeurs, chères yaggeuses, de pécho des cadeaux, parce qu’on a beau être politiquement contre la consommation débridée touça, ya un moment on aimerait bien avoir des trucs gratos tellement on raque pour tout le reste.

On commence donc avec un slip (on hésitait entre chroniquer ça et le nouveau niveau à bulle trapézoïdal compact mais que nos amies lesbiennes ne se découragent pas, on leur proposera aussi des choses super bientôt), mais pas n’importe quel slip, un slip qui vient avec une promesse, celle de nous faire un plus gros paquet parce qu’on est gay et que, soit on est obsédé par la bite soit on ment (oui, sauf toi là-bas qui es spécial). En tout cas, ça tombe très bien parce qu’évidemment j’ai totalement une théorie au sujet du paquet (j’ai aussi des théories sur le symbole du boulon dans Stalker, de Tarkovski, mais ça intéresse moins de monde).

Le concept du paquet, ou « bulge » en anglais, est selon moi trompeur. Combien de fois n’ai-je pas été surpris de découvrir en ouvrant un paquet fort généreux que le cadeau à l’intérieur était en réalité bien maigre (nonobstant la question du grower/shower: un tout autre débat) et vice-versa: un écran plat au niveau du jean qui cachait un monstre coins carrés de niveau 12. Je tiens à préciser que la teneur de cet article n’est pas de glorifier inutilement le chibre maousse, d’ailleurs moi si c’est trop gros j’aime pas trop parce que ça rentre pas dans ma bouche qui a une faible capacité d’ouverture, c’est comme les citrons perpétuels de Katinka, « c’est comme ça ». Mon but est donc avant tout scientifique, c’est dit.

LES « PLACÉHAUT » ET LES « PLACÉBAS »
Et ma théorie est la suivante: le paquet ne reflète pas la taille de l’engin au repos, mais la position de l’ensemble génital sur le pubis. En effet, tous les hommes n’ont pas la bite placée au même endroit du corps et ça, comme dirait Didier Lestrade, « je suis le seul à le dire ». Elle peut en effet être placée à peu près n’importe où le long de l’axe: nombril -> trou du cul. Plus l’appareil génital masculin est haut placé, plus il aura d’impact sur la déformation du slip et du pantalon, et plus il est bas, plus il aura tendance à disparaître, enfoui dans les profondeurs de l’entrejambe. Ceux qui forment donc la communauté des « placébas » (dont je fais partie hein vous l’avez compris c’est pas la peine de faire les malins) ont donc un désavantage naturel qui leur donne un look d’eunuque. (J’en profite au passage pour suggérer aux copains trans’ FTM qui souhaitent une phalloplastie/scrotoplastie de bien insister auprès du chirurgien sur le haut placement si c’est possible).

Je voulais accompagner cette théorie d’un super dessin mais j’ai pas réussi à convaincre le patronat de l’utilité d’un budget graphiste donc je l’ai fait moi-même (j’ai pas pris option dessin au lycée):

« EN MODE WONDERBRA »
J’en viens donc à ce slip magique que je teste aujourd’hui, le aussieBum Wonderjock Pro. Voir la vidéo des mecs qui l’essayent:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur aussieBum – WJPRO ON THE STREETS.

La technique de ce modèle repose sur une sorte de panier en tissu à l’intérieur du slip (également disponible en boxer et en string) qui remonte ton bordel un peu en mode wonderbra. C’est assez confortable et a l’avantage inattendu de t’éviter de t’asseoir sur tes propres testicules, un événement aussi rare qu’il laisse un souvenir mémorable. En effet, ça marche, le bizbi est remonté. En plus, la séparation entre la peau et les couilles apporte une fraîcheur bienvenue.

Il se trouve qu’un ami qui connaissait mon embarras m’avait offert l’an dernier un prototype d’une marque concurrente (on a le droit de dire? bref c’était un Dim) qui reposait sur une technique similaire, seulement le petit panier à couilles était tellement serré que ça te comprimait tout le tsoin tsoin (très désagréable et forcément inefficace) en plus d’être incroyablement compliqué à enfiler (et il fallait recommencer l’opération à chaque fois que j’allais faire pipi) (et j’aime le thé) (t’imagines).

« UN PEU GROSSIER »
Le modèle d’aussieBum est meilleur parce qu’il laisse plus de place, il est plus souple pour s’adapter à ton anatomie. Le problème, c’est qu’autant il est efficace, autant sous un pantalon tout est un peu écrasé. On perd de l’effet. Mais surtout: on a l’air complètement ridicule une fois le pantalon abandonné. L’effet visuel de cette boule blanche en lévitation qui te précède avant que tu entres dans la pièce est un peu grossier, en plus de te faire une tête de Yoshi entre les jambes.

En gros, ça tient tout seul mais c’est pas beau (ce qui est bizarre c’est que ça n’a pas l’air de les gêner vu que la pub est basée là-dessus), ça fait pas « gros paquet » ça fait « euh ya pas un problème avec ton slip là? », donc pensez à enlever tout d’un coup si vous êtes accompagné. Or, j’imagine que la plupart des clients l’achètent pour être vu avec donc selon moi l’effet est en peu raté.

Je précise que quand je dis « sans » c’est « avec un slip normal ».

CONCLUSION
En conclusion, c’est un slip confortable, qui relève et protège ton paquet, mais qui te donne un air un peu idiot quand il est révélé. Ça m’a l’air d’être aussi le slip idéal pour les FTM qui portent un pack pour éviter qu’il tombe au fond du slip, mais c’est peut-être aux intéressés de le dire.