capacite calorifique eau

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
Les valeurs indiquées sont en calorie/kg/°C.
Outils personnels

Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter
Espaces de noms

Article
Discussion

Affichages

Lire
Modifier
Modifier le code
Historique

Lacapacité thermique massique(symbolecous ), anciennement appeléechaleur massiqueouchaleur spécifique [ 1 ] , reflète la capacité d’un matériau à accumuler de l’énergie sous forme thermique, pour une masse donnée, quand sa température augmente. Une grande capacité thermique signifiera qu’une grande quantité d’énergie peut être stockée moyennant une augmentation relativement faible de la température.
La détermination des valeurs des capacités thermiques des substances relève de lacalorimétrie .
La capacité thermique massique est déterminée par la quantité d’ énergieà apporter par échange thermique pour élever d’un kelvin latempératurede l’unité de masse d’une substance. C’est donc une grandeurintensiveégale à lacapacité thermiquerapportée à la masse du corps étudié.
L’unité dérivée duSystème internationalest alors lejoule par kilogramme-kelvin(J⋅kg −1 ⋅K −1 ). Les unités de base du système international pour exprimer la valeur d’une capacité thermique massique sont desm 2 ⋅ s -2 ⋅ K -1 .
En ce concerne leséquations aux dimensions , une capacité thermique massique a pour dimension :L

\displaystyle \,

2 · T

\displaystyle \,

-2 ·

Θ

\displaystyle \Theta

\displaystyle \,

-1 . Il est parfois nécessaire pour résoudre certaines équations aux dimension de distinguer entre masse inerte M iet masse grave M g . Ici, lejouleapporte une dimension de masse inerte, et le kilogramme auquel est ramenée la grandeur a une dimension de masse grave, la dimension résultante est alors enM i .M g -1 . L

\displaystyle \,

2 · T

\displaystyle \,

-2 ·

Θ

\displaystyle \Theta

\displaystyle \,

-1 .
Suivant le type detransformation thermodynamique , on considère soit l’ énergie interne massique , soit l’ enthalpie massique . Si on noteUl’énergie interne,Hl’enthalpie etmla masse d’un corps on a donc les capacités thermiques massiques :
La différence entre la chaleur spécifique à pression constante

c

p

\displaystyle c_p

et la chaleur spécifique à volume constant

c

V

\displaystyle c_V

est liée au travail qui doit être fourni pour dilater le corps en présence d’une pression externe. Si elle est souvent négligeable pour les phases condensées réputées peu compressibles et peu dilatables (liquides ou solides) la différence entre

c

V

\displaystyle c_V

et

c

p

\displaystyle c_p

est importante pour les gaz.
Lacapacité thermique volumiqueexprimée enJoule par mètre cube-kelvinest égale à la capacité thermique massique multipliée par lamasse volumique .
D’après lathéorie cinétique des gaz , l’énergie interne d’une mole degazparfait monoatomique est égale à (3/2) RT , et plus élevée pour les gaz dont les molécules sont polyatomiques ; par exemple, (5/2) RTpour un gaz diatomique. Le calcul théorique n’est plus possible pour les molécules complexes.
La capacité massique à volume constant est ainsi de :
La capacité massique à pression constante d’un gaz parfait peut être déterminée à partir de la capacité massique à volume constant, puisque l’ équation des gaz parfaitsexprime que :
pétant la pression,vlevolume massique [ 2 ] ,Rlaconstante molaire des gaz [ 3 ] , etMlamasse molairedu gaz considéré.
La différence théorique entre ces deux valeurs donne alors larelation de Mayer  :
oùp ,V ,NetTsont respectivement lapression , levolume , le nombre de particules et latempératuredu système considéré ;
Le rapport des deux capacités d’un gaz est important enthermodynamique  ; il est notégamma  :
Sa valeur dépend de la nature du gaz considéré ; pour un gaz parfait, la valeur théorique de γ est :
D’une manière générale pour les gaz parfaits, on a les capacités thermiques molaires [J/(mol⋅K)] suivantes :

C

V
m

=

R

γ

1

\displaystyle C_Vm=\frac R\gamma -1

et

C

P
m

=

R
γ

γ

1

\displaystyle C_Pm=\frac R\gamma \gamma -1

.
Dans le cas des solides, à suffisamment haute température, laloi de Dulong et Petitest applicable et permet notamment de retrouver que, à basse température,

C

V

T

3

\displaystyle C_V\sim T^3

du fait de la contribution desphonons . Si le solide est unmétal , il faut ajouter la contribution desélectronsqui est proportionnelle à la température.
Les coefficients de dilatation des corpssolidesetliquidessont généralement suffisamment faibles pour qu’on néglige la différence entre C pet C Vpour la plupart des applications.
Suivant lathéorie de Debye , la capacité thermique molaire d’un corps simple solide peut être déterminée au moyen de la formule :
avec

u
=

Θ
T

\displaystyle u=\frac \Theta T

,
Rest laconstante molaire des gaz [ 3 ] ,
et

D
(
u
)
=

3

u

3

0

u

(

x
2

+

x

exp

(
x
)


1

)

x

2

d
x

\displaystyle D(u)=\frac 3u^3\int _0^u\left(\frac x2+\frac x\exp (x)-1\right)x^2dx

.
Cette formule se simplifie à basse température, ainsi qu’à haute température ; dans ce dernier cas, on retrouve la loi deDulongetPetit  :
La théorie n’est plus valable pour les corps composés.
Pour des corps purs (solides, liquides ou gazeux) et à pression constante, deux formules empiriques à trois paramètres ont pu être dégagées, pour un intervalle de température donné :
Les valeurs des coefficients sont indiqués dans des tables et sont caractéristiques d’un corps donné.
Pour le bois sec, par exemple, on a [ 6 ]  :
À20  °C , on obtient1 236J/kg Kpour le bois sec.
oùHsest la masse d’eau rapportée à la masse du bois sec en %.
La capacité thermique massique d’un solide peut être mesurée en utilisant un appareil de type ATD ( analyse thermodifférentielle ) ou DSC ( differential scanning calorimetry ). Elle peut se définir de la façon suivante : quand un système passe de la températureTà une températureT +d T , la variation d’ énergie internedu système d Uest liée à la quantité de chaleur échangéeδQselon :
avecp ela pression extérieure à laquelle est soumis le système et d Vla variation de volume. SiV= cte :
En revanche, si la transformation est isobare (pression constante), on obtient en utilisant la fonctionenthalpiedu système, la relation :
avecC pla capacité à pression constante. La mesure consiste donc à mesurer la différence de température créée par un échange thermique donné, où le flux d’énergie se traduit par une différence de température.
Le schéma suivant illustre la technique instrumentale utilisée dans le cas de la première méthode (mesure de la différence de température).
L’appareil est constitué de deux « plots » indépendants et d’un four. Desthermocouplespermettent de mesurer la température de la face supérieure des plots en contact avec l’échantillon, ainsi que la température du four. Celle-ci correspond à la température de mesure. Toutes les mesures sont effectuées en utilisant un porte-échantillon d’aluminium vide sur l’un des plots. Une première mesure d’un autre porte-échantillon d’aluminium vide permet d’obtenir une ligne de base (dépendant de la mesure de température par les thermocouples). Puis une mesure d’un échantillon de référence de chaleur massique connue permet d’étalonner l’appareil. Enfin, l’échantillon sous forme de poudre est mesuré et sa chaleur massique est obtenue par comparaison avec celle de l’échantillon de référence. Pour améliorer la précisions de la mesure, il convient de prendre en compte le cas échéant la différence de masse entre les deux porte échantillons (la correction s’effectue en utilisant la chaleur massique de l’aluminium). La source d’erreur principale provient de la qualité du contact thermique entre le plot et le porte-échantillon.
L

\displaystyle \,

2 · T

\displaystyle \,

-2 ·

Θ

\displaystyle \Theta

\displaystyle \,

-1

c

\displaystyle c

,

s

\displaystyle s

Capacité thermique massique
(J/(kg⋅K))

1

(
γ

1
)

\displaystyle \frac 1(\gamma -1)

Θ

\displaystyle \Theta

(K)

capacite calorifique eau

Bonjour,cliquez-icipour vous inscrire et participer au forum.
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9
Bonjour,
Je sais que l’eau à une Cc de 4,18-4,19 Kj/(Kg.K) aux températures comprises entre 0 et 100 °C.
Je voulais savoir qu’en était-il à des températures de l’ordre de 1000 °C voir plus. Est-elle significativement plus grande et dans quels proportions ?
La question sous-jacente :
Est-il possible avec un champ magnétique, d’agiter suffisamment les molécules d’eau pour séparer les ions H+ et O2- ? Je ne sais pas quelle est la température qu’il faut atteindre pour transformé l’eau en plasma… Ni si cela est possible.
Il faudrait faire un calcul à partir de l’énergie nécessaire pour cassé les liaisons O-H des molécules d’eau.
C’est un peu technique… Mais j’espère qu’il y a des gens que ça intéressera.

—–

Je voulais savoir qu’en était-il à des températures de l’ordre de 1000 °C voir plus.
« Une théorie n’est scientifique que si elle est réfutable ». Karl Popper
Si on peut garder une pression suffisante et que l’eau est chauffé suffisamment vite, il se peut qu’il y ai formation d’un plasma avant qu’il n’y ai un gaz non ?
C’est un peu bête comme raisonnement… Toutes fois une expérience peut être faite dans un four à micro-onde, en prenant « un grain de raisin frais coupé en deux dont les deux demi-sphères sont restées reliées entre elles » ( source). On peut alors voir très rapidement que le grain de raisin s’enflamme et que les flammes successives s’envolent vers le haut du four, il s’agit là de boule de plasma…
Donc si on va suffisamment vite, on peut alors se retrouver assez vite avec un plasma que l’on pourra amener dans un champ électromagnétique permettant de le confiner… Enfin je pense.
Et la question est quel est la puissance nécessaire pour faire une telle chose pour 1 L d’eau. Cela doit dépasser très certainement les 5MW (qui pourrait permettre (sans compter le moment d’ébullition) d’augmenter la température d’un litre d’eau en 1 s de 1000 K (= 1000 °C)). Mais si nous faisons l’expérience sur 1 mL par exemple, il suffirait d’un four à micro-onde seulement 10 fois plus puissant que ceux qu’on connaît pour passer aux 10 000°C nécessaire à la création d’un plasma.
Je reprend une vieille discussion, ça peut intéresser qqun.
Il faut effectivement considérer la capacité calorifique de la vapeur d’eau et non de l’eau liquide. Celle-ci est différente, et vaut 1.410 kJ/kg/K.
Mais il me semble que le but de l’exercice est de calculer l’énergie des liaisons, et de comparer avec l’énergie thermique kb.T
Et sinon, « Ovnis : L’armée démasquée », bravo la source…
[QUOTE=Valaar;2553837]
Il faut effectivement considérer la capacité calorifique de la vapeur d’eau et non de l’eau liquide. Celle-ci est différente, et vaut 1.410 kJ/kg/K.
[QUOTE]
Je me pose donc la question suivante concernant des calculs sur mon réseau d’eau surchauffée : si j’ai de l’eau à 150°C sous une pression de 15 bar, quelle valeur de la capacité dois je utiliser? 4,180 ou 1,410 kJ/Kg/K?
Je sais que la discution est vieille mais si quelqu’un pouvait m’aider ce serai gentil.
Mike
Bonjour
Dans ce cas de figure il faut prendre 4.31 kJ/kg/°C
Aurais tu une table ou un graphe ou une formule à me donner que je puisse retrouver ces valeurs?
Merci d’avance Dudulle ^^
Pour trouver cette valeur j’ai utilisé Component Plus:http://www.prosim.net/fr/resources/telechargements.html
Sinon il y a une table ici, mais les valeurs sont légèrement différentes:http://www.thermexcel.com/french/tables/eau_boui.htm
Ok je garde précieusement ces valeurs, merci beaucoup à toi Dudulle)
Par Raspi dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
Par Jackyzgood dans le forum Physique
Par lolo_n_lolo dans le forum Chimie
Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement07h19 .
Powered by vBulletin® Copyright © 2017 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
SEO by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
Traduction by association vBulletin francophone (www.vbulletin-fr.org)
Skin by CompleteVB / FS

capacite calorifique eau
Choisissez un chapitre La réaction chimique
Objectifs, vocabulaire et définitions
Premier principe de la thermodynamique
Second principe de la thermodynamique
Equilibres chimiques
Les capacités calorifiques ont été définies au paragraphe précédent comme les dérivées partielles des grandeurs d’état

et

par rapport à la température :
Le but de ce chapître est de clarifier ces notions de capacités calorifiques et en particulier de préciser le vocabulaire utilisé. Ces notions peuvent être mal comprises car le symbole employé est toujours le même (

ou

) quel que soit le type de capacité calorifique….
Il s’agit de la quantité dechaleurà fournir à unsystèmepour élever sa température de 1°C. On distingue

, capacité calorifique à pression constante et

, à volume constant.
Par exemple, un système constitué de 200 g d’eau liquide à 25°C aura une capacité calorifique de 836 J.K -1 .
La capacité calorifique d’un système s’exprime toujours en unités d’énergie par degré, c’est à dire en J.K -1dans le système international d’unités. La capacité calorifique d’un système dépend de la taille de ce système et elle est additive c’est à dire que si un système comprend plusieurs constituants elle correspond à la somme des capacités calorifiques de chacun de ces constituants. Par exemple, si le système correspond à 400 g d’eau liquide à 25°C placés dans un récipient en verre , la capacité calorifique du système sera la somme de la capacité calorifique de l’eau liquide (1672 J.K -1) et de la capacité calorifique du récipient en verre.
La capacité calorifique molaire en J. mol -1 .K -1correspond à un système défini comme unemoled’un composé, (on emploie parfois l’expression ‘chaleur spécifique’ ).
Ainsi, la capacité calorifique molaire de l’eau liquide vaut 75,2 J. mol -1 .K -1à 25°C. (On vérifiera que cette valeur est compatible avec la précédente et qu’elle permet de retrouver la valeur de

de 200 g d’eau liquide c’est à dire de

; en effet,

.)
La capacité calorifique massique en J.kg -1 .K -1ou J.g -1 .K -1correspond à un système défini par l’unité de masse (kg ou g) d’un composé. (on emploie parfois l’expression ‘chaleur massique’)
Toujours à 25°C, pour l’eau liquide, la capacité calorifique massique vaudra 4180 J.kg -1 .K -1ou 4,18 J.g -1 .K -1 .
Notez que l’ancienne unité d’énergie, la calorie, a été définie à partir de la capacité calorifique massique d’un gramme d’eau.
La capacité calorifique d’un système en J. K -1correspond à celle du contenu du système c’est à dire qu’elle correspond au contenu et au contenant du système. En particulier, dans le cas d’un calorimètre, la capacité calorifique du calorimètre est la capacité calorifique des liquides contenus dans le calorimètre et celle de l’enceinte calorimétrique elle-même. Cette dernière est parfois exprimée comme la masse d’eau ayant la même capacité calorifique que le calorimètre c’est la valeur en eau du calorimètre.
La capacité calorifique d’un calorimètre est en général assez faible de l’ordre de quelques dizaines de Joules. C’est une grandeur expérimentale que l’on détermine à partir de mesures et de calculs du type de ceux décrits au paragraphe « Exemples de calculs calorimétriques, Calcul de la température finale d’un système lors du mélange de 2 liquides miscibles ».
Lavaleur en eau d’un calorimètrecorrespond à la masse d’eau ayant la même capacité calorifique que le calorimétre vide. Ainsi, un calorimètre ayant une capacité calorifique de 80 J K -1aura une valeur en eau de 19,1 g .

capacite calorifique eau
        Soient deux
même quantités d’eau, à la même température t 1 .
Chauffons l’une des deux avec un thermo-plongeur : sa température augmente
et nous consommons de l’énergie électrique. D’après le principe de
conservation de l’énergie, cette d’énergie doit se retrouver quelque part,
ce ne peut être que dans l’eau (si on néglige les pertes vers
l’extérieur). Cette énergie emmagasinée par l’eau l’a été sous forme
d’énergie thermique ou calorifique.
        Mélangeons
maintenant ces deux masses d’eau, l’une à la température t 1
et l’autre à la température t 2 . Le
mélange obtenue sera à la température t’ égale à :
        Si nous
n’avions pas les mêmes masses d’eau, par exemple les masses m 1
et m 2 , nous constatons que la température t’ dépend
du rapport de leurs masses :
(m 1+ m 2 )t’
= (m 1 t 1+
m 2 t 2 )
        Si nous avions
deux liquides différents, t’ dépendrait de la nature des deux liquides, en
particulier pour obtenir la température t 2 ,
il ne faudrait pas chauffer de la même façon qu’avec l’eau. Il faut faire
intervenir deux coefficients c 1et c 2
qui traduisent la capacité des corps à stocker l’énergie thermique
:
m 2 c 2 (t 2
– t’) = m 1 c 1 (t’
– t 1 )
m 1 c 1 (t’
– t 1 ) + m 2 c 2 (t’
– t 2 ) = 0
        La quantité
mc(t f- t i )
s’appelle la chaleur Q échangée avec l’extérieur par un corps de masse m,
de chaleur massique c quand sa température passe de la valeur t i
à la valeur t f .
        Cette
quantité de chaleur est égale à la variation d’énergie thermique du
corps : on peut donc assimiler le produit m.c.t à la quantité d’énergie
thermique stockée.
Si t f> t i
, le corps s’est échauffé, il a reçu de l’énergie et Q est positive.
Si t f < t i
, le corps s'est refroidi, il a donné de l'énergie et Q est négatif.
L'unité légale d'énergie thermique et de chaleur est
le joule (J).
Autres unités : la calorie (cal), 1 cal = 4,1868 J ; la thermie, 1 thermie
= 10 6cal.
Exercice :Quel volume d'eau à 60 °C faut-il
ajouter à 100 l d'eau à 20 °C pour obtenir un bain à 35 °C ?
II : CHALEURS MASSIQUES OU CAPACITÉS THERMIQUES MASSIQUES
        La chaleur
massique C d'un corps est la quantité de chaleur qu'il faut fournir (ou
prendre) à l'unité de masse de ce corps pour que sa température s'élève
(ou s'abaisse) de 1 K (ou 1 °C).
        L'unité de
chaleur massique est le J.kg -1 .K -1
ou J.kg -1 .°C -1 .
Exercice :Quelle quantité de chaleur faut-il
fournir à un vase métallique pesant 190 g pour élever sa température de
21 °C à 41 °C ? Dans l'intervalle considéré, la chaleur massique du
métal est 380 J.kg -1 .K -1 .
III : CAPACITÉ THERMIQUE. VALEUR EN EAU.
        Le produit mc
s'appelle la capacité thermique C d'un corps :
        L'équivalent
en eau (ou valeur en eau) d'un système est la masse d'eau µ échangeant la
même quantité de chaleur avec l'extérieur quand il subit la même
variation de température :
        Si on a notre
système qui échange de la chaleur avec l'extérieur, sa température peut
rester constante : la chaleur sert à autre chose, par exemple à le faire
changer d'état. La chaleur mise en jeu s'appelle alors chaleur latente.
        La chaleur latente est la chaleur
échangée avec l'extérieur au cours d'un changement d'état du système.
On la note L.
        La calorimétrie
est science qui s'occupe des mesures des quantités de chaleur.
        Elle repose sur le principe de
l'égalité des échanges de chaleur : lorsque deux corps n'échange que de
la chaleur, la quantité de chaleur gagnée par l'un est égale à celle
perdue par l'autre (en valeur absolue).
Exercice :Un bloc d'aluminium de 1000 g à 80 °C
est plongé dans 1 l d'eau à 20 °C. La température finale est de 30,4
°C. Quelle est la chaleur massique de l'aluminium ?
        Un deuxième type
de calorimètre est le calorimètre Dewar : le récipient est à double
paroi de verre, entre lesquelles un vide est fait. Les bouteilles thermos
constituent l'application domestique du vase Dewar.
        Dans un
calorimètre de Berthelot, de valeur en eau µ, on verse une masse m d'eau,
le tout étant à la température T i .
        On y met alors le corps dont on veut
déterminer la chaleur massique c', sa température étant T i '
et sa masse m'.
        On attend que l'équilibre se fasse,
c'est-à-dire que les températures des deux corps soient égales : on la
notera T f .
        On aura donc :
- m'.c'(T f- T i ')
= (m + µ)c e (T f
- T i )
Exercice :m = 200 g ; m' = 200 g ; T i
= 14,5 °C ; T i ' = 100 °C ; T f
= 21 °C ; capacité thermique C du calorimètre : 14 J.K -1
; Valeur en eau µ du calorimètre : 50 g.
        Trouver la chaleur massique c' du
cuivre.
Méthode électrique :
       On plonge le corps dans le liquide
calorimétrique. Tout est à la température T i .
        On fait passer pendant un certain
temps t un courant d'intensité I, sous une tension U. En fin d'expérience,
la température de l'ensemble est égale à T f .
On a :
U.I.t = (m.c e + µ.c e
+ m'.c')(T f - T i )
I :Un calorimètre contient 1000 g d'eau à 15
°C. On y verse 1000 g d'eau à 65,5 °C. La température du mélange
étant à l'équilibre de 40 °C, calculer la capacité thermique ainsi
que la valeur en eau du calorimètre.
II :Un calorimètre en laiton pesant 100 g
contient 200 g d'eau et un bloc d'aluminium pesant 140 g. La
température initiale étant 15 °C, on ajoute 300 g d'eau à 60 °C; la
température finale est de 40 °C. Calculer la chaleur massique de
l'aluminium, celle du laiton étant de 418 J.kg -1 .K -1 .
III :Sur un bloc de glace à 0 °C, on place un
morceau de fer pesant 250 g et chauffé à 80 °C.   
     Quelle est la masse de glace qui fond ?
Chaleur de fusion de la glace : 3,3.10 5
J.kg -1 .
Chaleur massique du fer : 460 J.kg -1 .K -1 .
IV :Le vase calorimétrique d'un calorimètre est
en aluminium, sa masse est m = 50 g.µ
        a) Calculer la capacité
thermique de ce vase sachant que la capacité thermique massique de
l'aluminium vaut 920 J.kg -1 .K -1 .
        b) Le calorimètre contient une masse
d'eau de 100 g (c e= 4,19.10 3
J.kg -1 .K -1 );
le thermomètre et les accessoires du calorimètre ont une capacité
thermique de 15 J.K -1 , calculer la
capacité thermique totale C du calorimètre.
        c) La température initiale du
calorimètre contenant les 100 g d’eau est t 1
= 17,2 °C. On introduit dans le calorimètre une certaine quantité d'eau
à la température t 2= 100 °C, la
température d'équilibre s'établit à t e  = 38,5
°C.
        Calculer la capacité thermique C' de
l'eau introduite.
        En déduire la valeur de la masse
d'eau.
V :On veut refroidir un verre de jus de fruit
pris à 30 °C. La capacité calorifique du verre et du jus est de 550 J.K -1 .
On introduit alors une certaine masse m de glace à 0 °C. On veut que la
température finale de l'ensemble soit de 10 °C.
        On admet qu'il n'y a échange de
chaleur qu'entre la glace et le verre de jus de fruit. Calculer la masse de
glace nécessaire.
VI :On place dans un calorimètre une masse M =
400 g d'eau que l'on chauffe à l'aide d'une résistance électrique
alimentée par un courant d'intensité 0,85 A, sous une tension de 220 V. Il
en résulte un accroissement régulier de la température de l'eau de 4,86
°C par minute.
        Quelle est la capacité thermique C du
calorimètre ?
        Trouvez la valeur en eau du
calorimètre.
VII :Un calorimètre, de capacité thermique C = 120
J.K -1 , contient 250 g d'eau et 40 g de
glace en équilibre thermique.
        Quelle est sa température?
        On chauffe
lentement l'ensemble avec une résistance électrique. La température de
l'eau du calorimètre atteint 28,8 °C lorsque la quantité de chaleur
dissipée par la résistance est égale à 51530 J.
        En déduire la valeur de la chaleur
latente de fusion de la glace.
VIII :Écrire
la réaction de combustion du propane.
Quelle est l'énergie dégagée par la combustion de 10
g de propane sachant que le pouvoir calorifique d'un alcane à n atomes de
carbone vaut (662 ´ n
+ 260) kJ.mol -1?
Cette combustion a servi à chauffer 3 kg d'eau, dont la
température de départ vaut 15 °C. Quelle est la température finale de
l'eau ?
 Masse molaire atomique en g.mol -1: C = 12 ;   
H = 1.
  IX BAT 93 :
Le débit d'eau dans un radiateur est noté q' v . L'eau chaude pénètre
dans le radiateur à la températureq 1 .
Elle ressort à la températureq 2 .
L'installation comporte dix radiateurs. La chaudière récupère l'eau
provenant des radiateurs, à la températureq 2
et la réchauffe à la températureq l .
 On donne : q' v= 0,035 L.s -l
;q l
= 75 °C ;q 2
= 65 °C ; C = 4185 J.kg -l .°C -l
 1 - Exprimer la quantité de chaleur Q, dégagée
par un radiateur en une minute.
 2 - Calculer la puissance du radiateur.
 3 - La chaudière utilise comme combustible du
gaz. Le rendement de la combustion est de 80%. La chaleur de combustion de
ce gaz est 890 kJ.mol -l . Le volume molaire de ce gaz, mesuré
dans les conditions de combustion est 24 L.mol -l .

capacite calorifique eau

A  
B  
Cab/Coe  
Coh/Cyl  
D  
E  
F  
G  
H  
I  
J  
K  
L  
M  
N  
O  
P  
Q  
R  
S  
T  
U  
V  
W  
X  
Y  
Z

PAR MOT(S) CLE(S)           Keywords

TABLE DES MATIERES           Ci-dessous           Topics

FORMULES PHYSIQUE-ACOUSTIQUE
A1.ONDES ACOUSTIQUES
- Absorptionacoustique
- Amortissement acoustique
- Amplification acoustique
- Atténuation acoustique
- Diffusion acoustique
- Directivité acoustique
- Dispersion acoustique
- Distorsion acoustique
- Echographie
- Élongation sonore
- Émission acoustique
- Fréquence en acoustique
- Front d'onde acoustique
- Hauteur d'un son
- Loi de fraunhofer
- Longueur d'onde acoustique
- Mur du son
- Nombre d'onde en acoustique
- Onde acoustique
- Propagation d'ondes acoustiques
- Réflexion acoustique
- Seuil d’audibilité
- Transmission en acoustique
- Vitesse du son

A2.ÉNERGIE en ACOUSTIQUE
- Admittance acoustique
- Capacitance et capacité acoustique
- Conduction acoustique
- Efficacité acoustique
- Énergie acoustique
- Impédance acoustique
- Impulsion volumique en acoustique
- Indices en acoustique
- Intensité acoustique
- Intensité acoustique spécifique
- Niveaux acoustiques
- Phonon
- Pression acoustique
- Puissance acoustique
- Vecteur de poynting en acoustique

A3.AUDITION
- Bruit
- Grandeurs relatives et comparatives
- Insonorisation
- Intervalle musical et gamme
- Obstacle en acoustique
- Réception acoustique par l'oreille humaine

A4.APPAREILS ACOUSTIQUES
- Appareils récepteurs de sons
- Émetteur acoustique

FORMULES PHYSIQUE-COSMOLOGIE
C1.STRUCTURES de l'UNIVERS
- Constante cosmologique
- Constante de gravitation
- Coordonnées astrales et géographiques
- Courbure de l'espace
- Densité volumique de matière sidérale
- Espace-temps
- Ether
- Facteurs de milieu
- Facteur de yukawa
- Intervalle spatio-temporel
- Longueurs & distances en cosmologie
- Masses en cosmologie
- Masse manquante,matiere noire
- Masse volumique en cosmologie
- Parallaxe
- Pression en cosmologie
- Univers: caractéristiques chiffrées

C2.INTERACTIONS COSMIQUES
- Aires (loi des) en cosmologie
- Astronautique
- Aurore australe ou boréale
- Champs d'induction dans l'espace
- Création de matière
- Déformation de l'espace
- Effondrement gravitationnel
- Gravité à la surface d'un astre
- Impulsion d'univers
- Lentille gravitationnelle
- Lobe de roche
- Marées
- Ondes gravitationnelles
- Rotation cosmique
- Satellites
- Vents stellaires
- Vitesses cosmiques

C3.ASTRES et ÉNERGIE
- Albédo astral
- Amas stellaire
- Constante de gauss
- Constante solaire
- Cycles stellaires
- Densité surfacique de flux de particules
- Éclat d'un astre
- Énergie cosmique
- Energie solaire
- Étoiles
- Fusion nucléaire dans les étoiles
- Groupes d'étoiles dont galaxies
- Lune (caractéristiques)
- Magnitude astrale
- Orbites astrales
- Planète
- Précession et nutation astrales
- Rayons cosmiques (ou astroparticules)
- Soleil
- Température en cosmologie
- Terre (caractéristiques du globe)
- Terre (son passé)
- Terre (nos sources d'énergie)

C4.ÉVOLUTION de l'UNIVERS
- Age de l'univers
- Big bang
- Constante de hubble
- Décalage vers le rouge
- Exocivilisation
- Expansion de l'univers
- Fin du monde
- Fluctuations de l'energie du vide
- Mur de planck et unités de planck
- Paramètre (ou coefficient) de hubble
- Rayonnement fossile
- Temps en cosmologie
- Trous dans l'univers

FORMULES PHYSIQUE-ÉLECTROMAGNÉTISME
E1.NOTIONS GÉNÉRALES d'ÉLECTROMAGNÉTISME
- Ampérien ou coulombien ?
- Conversion entre unités électriques
- Dipole
- Double couche
- Électromagnétisme = électricté + magnétisme
- Etat diélectrique
- Fréquence en electricité
- Régime
- Similitudes entre électricité et magnétisme

E2.NOTIONS INDUCTRICES
- Champ électromagnétique
- Champ d'induction électrique
- Champ d'induction magnétique
- Charge magnétique d'induction
- Effet faraday
- Électrisation
- Entité d'induction électrique
- Flux d'induction électrique
- Flux d'induction magnétique
- Inductance
- Induction (en électromagnétisme)
- Magnétisation
- Moment électrique inducteur
- Moment magnétique inducteur
- Potentiel d'induction électrique
- Potentiel d'induction magnétique
- Potentiel intrinsèque
- Self

E3.NOTIONS INDUITES (d'EXCITATION)
- Aimantation-notions basiques
- Aimantation-notions accessoires et aimants
- Capacité électrique
- Champ induit(ou d'excitation) électrique
- Champ induit(ou d'excitation) magnétique
- Charge électrique
- Déclinaison magnétique
- Densité superficielle de charge
- Densité volumique de charge
- Densité volumique de magnétisme
- Doublet électrique ou magnétique
- Électret
- Excitation en électromagnétisme
- Feuillet
- Flux d'excitation électrique
- Flux d'excitation magnétique
- Hystérésis electromagnétique
- Interaction electrique
- Masse magnétique ampèrienne
- Moment électrique coulombien
- Moment électrique intrinsèque
- Moment électrocinétique
- Moment électromagnétique
- Moment magnétique ampérien
- Polarisabilité
- Polarisation des champs électromagnétiques
- Polarisation électrique
- Polarisation magnétique
- Pôle électrique
- Pôle magnétique
- Potentiel d'excitation électrique
- Potentiel d'excitation magnétique
- Rémanence

E4. LE MILIEU ÉLECTROMAGNÉTIQUE
- Admittance électrique
- Antiferromagnétisme
- Capacitance électrique
- Charge spécifique
- Constante diélectrique
- Élastance
- Équations de maxwell d'electromagnetisme
- Impédance électrique
- Inductivité
- Magnétisme (corps concernés)
- Perméabilité magnétique
- Perméances électromagnétiques
- Permittance
- Permittivité
- Réactance
- Réluctance
- Réluctivité
- Résistance électrique
- Résistance magnétique
- Résistivité électrique
- Supraconductivité
- Susceptibilité (en physique)

E5. MOUVEMENTS des CHARGES
- Ampèrage
- Arc électrique
- Circuit en courant alternatif
- Circuit en courant continu
- Circuit électronique
- Circuit magnétique
- Conduction electrique
- Courant de déplacement
- Courant électrique
- Courant electrique surfacique
- Décharge électrique
- Densité superficiellede courant
- Diffusion électrique
- Dissipation en electricité
- Effet hall
- Effet de peau
- Effet photoélectrique
- Effet piézoélectrique
- Effet thermoélectrique
- Électrolyse
- Freinage en électricité
- Gyration (en général)
- Intensité électrique
- Lois de kirchhoff
- Mobilité des charges
- Phase de courant électrique
- Redondance

E6.FORCES et ÉNERGIE en ELECTROMAGNÉTISME
- Amortissement électrique
- Amplificateur électrique
- Contrat de fourniture d'électricité
- Effet joule
- Électronégativité
- Énergie électromagnétique
- Force en électromagnétisme
- Interaction coulombienne
- Loi de coulomb
- Pression en électromagnétisme
- Puissance en électromagnétisme
- Valeur de crête
- Vecteur de poynting en électromagnétisme

E7.APPAREILLAGES ÉLECTRIQUES
- Alternateur
- Anode
- Antenne
- Batterie d'accumulateurs électriques
- Batterie de condensateurs
- Bobine
- Boussole
- Cable électrique
- Cathode (en science physique)
- Condensateur
- Cosinus phi
- Diode
- Disjoncteur
- Dynamo
- Galvanomètre
- Génératrices électriques
- Groupe électrogène
- Jauge de contrainte
- Lampe electrique
- Liaisons électriques
- Moteurs électriques
- Onduleur
- Pile
- Radar
- Redresseur
- Rendements d'appareils electriques
- Resistance electrique
- Rhéostat
- Semi-conducteur
- Téléphone
- Télévision
- Transformateur (pour courants alternatifs)
- Transistor
- Tube électronique

FORMULES PHYSIQUE-MÉCANIQUE des FLUIDES
F1.NOTIONS GéNéRALES
- Activité fluidique
- Capacité volumique
- Cisaillement hydraulique
- Coulabilité
- Courant (ou débit) de fluide
- Energie des fluides
- Fluide (définition)
- Fluide newtonien
- Fluidité (qualité des fluides)
- Impédance hydraulique
- Machines à compresser
- Module (en mécanique des fluides)
- Saturation des fluides
- Vitesse en fluides
- Volume des gaz
- Volume des liquides

F2.LIAISONS entre FLUIDES
- Advection
- Amortissement en milieu visqueux
- Bulle
- Cohésion des fluides
- Déshydratation
- Glissement fluidique
- Hydratation
- Mélange de fluides
- Ondes de gravite
- Potentiel hydrique
- Vents terrestres
- Viscosité cinématique
- Viscosité dynamique

F3.CONTACTS entre FLUIDES et SOLIDES
- Adhérence pour liquides
- Aérodynamique
- Aéronautique
- Angle de raccordement
- Avancement et fluides
- Avion ou satellite ?
- Ballon aérien
- Capillarité
- Cavitation
- Charges hydraulique et hydrique
- Circuit hydraulique
- Compression des fluides
- Concentration massique
- Concentration molaire
- Concentration volumique
- Conduction hydraulique
- Débordement
- Décantation
- Décrochage d'un avion
- Diffusion dans les fluides
- Ecoulement (généralités)
- Ecoulement des gaz
- Ecoulement des granules
- Ecoulement des liquides parfaits
- Ecoulement des liquides réels
- Ecoulement en présence d'obstacle
- Eolienne et hydrolienne
- Flottabilité
- Frottement en milieu visqueux
- Gradient hydraulique
- Hauteur d'eau
- Helice
- Hydrodynamique & hydrostatique
- Jet d'eau
- Laminaire
- Maitre-couple
- Mobilité des petits éléments
- Mouillabilité
- Nombre de brauer
- Nombre de frauning
- Nombre de grashof
- Nombre de knudsen
- Nombre de reynolds
- Nombre de stroudal
- Osmose
- Perméabilité fluidique et porosité
- Perte de charge
- Pompes à liquides
- Potentiel hydraulique
- Poussée
- Presse hydraulique
- Pression atmosphérique
- Pression de gaz et vapeurs
- Pression en hydrostatique
- Rugosité
- Taux de brassage
- Tension superficielle
- Tourbillon
- Transmissivité (diffusion) géologique
- Turbidité
- Tuyère
- Vorticité

F4.MAGNÉTOHYDRODYNAMIQUE
- Courant tellurique
- Fluide sous électromagnétisme
- Plasmas - leur constitution
- Plasmas -leur evolution

FORMULES PHYSIQUE-MÉCANIQUE et GRAVITATION
M1.CINéMATIQUE GéNéRALE
- Cinématique (définition)
- Débit volume
- Fréquences en mécanique
- Mouvement
- Précession (généralités)
- Rotation : géométrie temporelle
- Supraluminique
- Vitesse angulaire
- Vitesse aréolaire
- Vitesse linéaire

M2.CINEMATIQUE d'INDUCTION
- Accélération angulaire
- Accélération aréolaire
- Accelération de coriolis
- Accélération linéaire
- Champ gravitationnel d'induction
- Charge mésonique
- Décélération
- Flux d'induction gravitationnel
- Paramètre gravitationnel
- Potentiel d'induction gravitationnel
- Potentiel d'induction gravitationnel conjoint
- Potentiel du vide

M3.CINÉMATIQUE d'EXCITATION
- Champ d'excitation gravitationnel
- Champ dynamique
- Compliance
- Débit-masse
- Densité relative
- Flux d'excitation gravitationnel
- Impédance gravitationnelle
- Potentiel d’excitation gravitationnel
- Pression en mécanique

M4.STATIQUE
- Aire
- Angle plan
- Angle inverse
- Angle solide
- Apogée
- Articulation
- Barycentre
- Centre de gravité, centre d'inertie
- Chemin (en science physique)
- Coin
- Compacité
- Cône (en science physique)
- Distance angulaire
- Engrenage
- Glissement
- Grain (en science physique)
- Hauteur (utilisée en physique)
- Liaisons mécaniques
- Longueur
- Longueur inverse
- Machines simples
- Moment d'inertie
- Moment d'inertie centrifuge
- Moment statique
- Rayon de courbure
- Relief de la mer
- Statique-définition
- Surface
- Volume

M5.DYNAMIQUE
- Action en mécanique standard
- Amortissement mécanique
- Charge en mécanique
- Choc en mécanique
- Chute des corps
- Couple de forces
- Débit de fluence
- Densité surfacique d'énergie
- Densité volumique d’énergie
- Densité volumique de force
- Densité volumique de matière (baryonique)
- Densité volumique de puissance
- Densité volumique de quantité de mouvement
- Dureté d'un appareil
- Dynamique
- Énergie mécanique
- Equilibre de forces
- Force en mécanique
- Freinage mecanique
- Frottement
- Gravitation
- Gyroscope
- Impulsion
- Inertie
- Interaction de gravitation
- Masse
- Masses (linéique...spatiale...surfacique...volumique
- Moment dynamique
- Moment de force
- Moment et rotation d'un couple
- Pesanteur
- Poids
- Poids spécifique
- Principe fondamental de la dynamique
- Projection (et chute) des corps
- Puissance mécanique-puissancefiscale
- Quantite de mouvement
- Recul
- Relativité
- Resistancemecanique (surfacique)
- Rotations (leursforces et Énergies)
- Séismes
- Souplesse en science physique
- Théorème du maitre-couple
- Torsion
- Transmission en mécanique
- Travail
- Volume massique

M6.CINéTIQUE
- Cinétique
- Diffusion en mécanique
- Energie cinétique
- Forces vives
- Moment cinétique

FORMULES PHYSIQUE-OPTIQUE
O1.RAYONS et MILIEU
- Admittance optique
- Amplification optique
- Angle de champ optique
- Anneaux de newton
- Biréfringence
- Champ optique
- Chemin optique
- Conduction optique
- Contraste
- Convergence,divergence,vergence
- Couleurs du ciel et de la mer
- Couleurs du spectre
- Deviation optique
- Dispersion en optique
- Focal-focale-foyer
- Indices en optique
- Métamatériau
- Netteté optique
- Nombre d'abbe
- Photométrie
- Polarisation optique
- Pouvoir rotatoire
- Réflexion géométrique de la lumière
- Réfraction
- Réfractivité
- Transparence
- Vitesse de la lumière dans tous milieux
- Vocabulaire en optique

O2.APPAREILS OPTIQUES
- Aberration optique
- Accommodation oculaire
- Acuité visuelle
- Agrandisseur
- Appareil photo
- Approximation de gauss
- Condenseur
- Couche mince
- Dioptre
- Fibre optique
- Goniomètre
- Grandissemant
- Grossissement
- Indice de rendu de couleurs
- Interféromètre
- Jumelles (d'optique)
- Lame à faces parallèles
- Lentille
- Loupe
- Lunettes de vue
- Microscope
- Miroir
- Oeil
- Ouverture optique
- Pixel
- Prisme
- Puissance optique
- Résolution
- Sextant
- Stéréoscopie
- Stroboscope
- Télescope

FORMULES PHYSIQUE-PARTICULES
Q1.GÉNÉRALITÉS sur les PARTICULES
- Albédo nucléaire
- Annihilation
- Antimatière et antiparticule
- Condensat particulaire
- Constante de planck
- Décohérence
- Densités de particules
- Désintégration
- Etat de particules
- Excitation de particule
- Fluence de particules
- Fonction d'onde dont schrödinger
- Gap
- Gravitation et particules
- Hamiltonien et lagrangien
- Hélicité
- Hypercharge
- Incertitude
- Inégalité de bell
- Lacune
- Mécanique ondulatoire
- Mecanique quantique
- Modèle (pour particules)
- Nombres quantiques
- Observables
- Parité pour particules
- Particules (classement)
- Probabilité de présence particulaire
- Quantité de particules
- Section efficace
- Statistiques pour particules
- Symétrie et particules
- Temps et particules
- Unités de microphysique

Q2.CARACTÉRISTIQUES des PARTICULES
- Baryons
- Bosons
- Bremsstrahlung
- Distribution de particules
- Électron (généralités)
- Électron libre
- Électron lié
- Fermions
- Gluon
- Graviton
- Hadrons
- Hypéron
- Ions et ionisation
- Kaons
- Longueurs en infiniment petit
- Masses en infiniment petit
- Mésons
- Multiplets
- Muon
- Neutrinos
- Neutron
- Noyau atomique
- Nucléon
- Photon
- Positron
- Positronium
- Proton
- Quarks
- Quasi-particule

Q3.MOUVEMENTS de PARTICULES
- Accélération pour particules
- Barrière de potentiel
- Constante d'einstein
- Courant neutre
- Décroissance
- Diffusion et particules
- Effet tcherenkov
- Effet tunnel
- Emission électronique
- Flux de particules
- Intrication
- Luminosite particulaire
- Marche au hasard
- Moment cinétique de particule
- Mouvements de particules
- Ondes de matiere
- Orbite électronique
- Précession de particule
- Quantité de mouvement pour particules
- Spin
- Transition de niveau
- Vitesse et particules

Q4.INTERACTIONS et ÉNERGIE des PARTICULES
- Action pour particule
- Activité de desintegration
- Charges d'interactions
- Collision (choc) de particules
- Couleur
- Datation carbone 14
- Écrantage
- Energie en mécanique ondulatoire
- Énergie d'une seule particule
- Energie de groupes de particules
- Énergie spatiale de particules
- Fission atomique
- Fusion nucléaire
- Impulsion de particules
- Interactions diverses entre particules
- Interaction electrique
- Interaction faible
- Interaction forte
- Interaction de gravitation
- Liaisons de particules
- Paramètres de fermi
- Potentiel nucléaire
- Potentiel particulaire
- Puissance et particules
- Quantum d'energie
- Réacteur nucléaire
- Réaction nucléaire
- Saveur
- Theorie quantique des champs

Q5.GYROMAGNÉTISME
- Électromagnétisme et particules
- Facteurs gyromagnétiques
- Gyration de particule
- Gyromagnétisme
- Magnéton
- Rapport gyromagnétique

FORMULES PHYSIQUE-PHÉNOMENES PÉRIODIQUES
P1.CRÉATION d'une ONDE
- Amplitude d'une onde
- Analyse de fourier
- Cambrure
- Cohérence pour les ondes
- Déphasage
- Différence de marche
- Directivité
- Élongation d'onde
- Equation d'onde
- Fonction d'onde
- Fréquences pour ondes
- Front d’onde
- Harmonique
- Longueur d'onde
- Nombre d'onde (définition)
- Ondes (définition)
- Ondes gravitationnelles
- Ondes de mach
- Ondes radio
- Ondes stationnaires
- Ondes (structures)
- Ondes de tous rayonnements electromagnétiques
- Ondes de tous types
- Période et périodicité
- Phase angulaire
- Pseudo-période
- Ressorts
- Risques des ondes sur la santé
- Vecteur d'onde
- Vitesse d'une onde

P2.ÉVOLUTION d'un PHÉNOMENE PÉRIODIQUE
- Amortissement d'onde
- Atténuation d'une onde
- Battement
- Onde de choc
- Diffraction d'onde
- Dispersion d'onde en général
- Dispersion dans matière
- Distorsion
- Effet doppler-fizeau
- Élasticité pour onde
- Fréquences pour phenomène vibratoire et ondulatoire
- Interférences
- Modulation d'une onde
- Oscillateur
- Oscillation
- Oscillations forcées
- Oscillations libres
- Pendule, outil de physique
- Polarisation d'une onde
- Réflexion géométrique d'une onde
- Résonance
- Soliton
- Stochastique
- Superposition des ondes
- Superposition des oscillations
- Variations concernant les ondes
- Vibration

P3.ÉNERGIE pour PHÉNOMENES PÉRIODIQUES
- Absorption pour toutes les ondes
- Dissipation d'ondes
- Énergie & puissance portées par une onde quelconque

FORMULES PHYSIQUE-PHYSICO-CHIMIE
H1.CARACTÉRISTIQUES des CORPS en CHIMIE
- Acidité-basicité-ph
- Air (caractéristiques)
- Dureté d'un liquide
- Eau, glace, neige, vapeur
- Gaz carbonique (caractéristiques)
- Polymère
- Solubilité
- Turgescence

H2.ATOMES et MOLéCULES
- Atome
- Combien de moles dans un kilo ?
- Covolume
- Flux de quantité de matière
- Masses atomique et moléculaire
- Molalité,molinité
- Molarité,molatité
- Molécule
- Nombre d'avogadro
- Nombre de loschmidt
- Normalité
- Notions molaires
- Numero atomique
- Quantité de matière
- Valence

H3.LES RÉACTIONS CHIMIQUES
- Absorption en chimie
- Action de masse
- Activation chimique
- Affinité chimique
- Avancement de réaction
- Catalyse
- Coordinance
- Corps humain-caractéristiques physiques
- Energie chimique
- Energie métabolique
- Equilibre d'un système chimique
- Migration (en physique)
- Photosynthèse
- Potentiel chimique
- Précipitation
- Réaction chimique
- Rendement énergético-chimique
- Sorption
- Stoechiométrie
- Titre (en science physique)
- Variance chimique

FORMULES PHYSIQUE-GÉNÉRALE
G1.NOTIONS ASSOCIATIVES
- Association (en science physique)
- Batterie (en science physique)
- Canonique
- Circuit (en science physique)
- Cohérence (en science physique)
- Complementarité
- Concentration (en science physique)
- Conjugaison (en science physique)
- Constante de couplage
- Corrélation (en science physique)
- Couple (en science physique)
- Décomposition (en science physique)
- Dimension (en science physique)
- Equation aux dimensions
- Grandeurs conjointes
- Groupe double
- Liaisons (en science physique)
- Mélanges impliquant les solides
- Paire & parité (en science physique)
- Quantité (en science physique)
- Recombinaison (en science physique)
- Réseau (en science physique)
- Tribologie

G2.NOTIONS COMPARATIVES
- Amplitude
- Balance (en science physique)
- Carat
- Changement d'unités
- Consommation (en science physique)
- Corps simples
- CourbecaractÉristique
- Degré de...(en science physique)
- Densité (en science physique)
- Densité superficielle
- Densité volumique (terme général)
- Distinction entre grandeurs ordinaires des grandeurs angulaires
- Échelle (en science physique)
- Efficacité (en science physique)
- Equiprobabilité
- Équivalent (en science physique)
- Fiabilité (en science physique)
- Fraction (en science physique)
- Gain (en science physique)
- Hyper et hypo (préfixes en physique)
- Impédance (terme générique)
- Indice (en science physique)
- Intervalle (en science physique)
- Inversion
- Iso (préfixe scientifique)
- Limite (en science physique)
- Logarithme
- Micro (préfixe)
- Niveau (en science physique)
- Rendement (en science physique)
- Rendement des appareils
- Sensibilités (comparative et relative)
- Similitude (en science physique)
- Similitude entre induction et excitation
- Similitude entre notions thermiques, Électriques, gravitationnelles
- Spectre en physique (définition)
- Spectre en physique (vocabulaire))
- Symétrie (en science physique)
- Systèmes d’unités
- Taux (en science physique)
- Tortuosité
- Unités de mesure

G3.NOTIONS ÉNERGÉTIQUES
- Action (en science physique)
- Admittance (définition)
- Capacitance
- Capteur
- Conduction et conductivité
- Constante de mouvement
- Conversion entre diverses énergies
- Densité linéique de courant
- Émission (en science physique)
- Émittance
- Énergie (en science physique)
- Énergiemassique
- Energies utilisables et en réserves
- Equirepartition
- Exitance
- Exposition (en science physique)
- Feed-back et feeder
- Intensité (en science physique)
- Intensité energétique
- Irradiance (terme de physique)
- Irradiation (terme de physique)
- Kilowattheure (que faire avec un)
- Magnitude
- Puissance (terme de physique)
- Puissances en pratique
- Puissance linéique
- Puissance massique
- Puissance spatiale
- Puissance surfacique
- Puissance volumique
- Quadrivecteur
- Rayons
- Rétroaction (ou contre- réaction)
- Source en science physique
- Sources d'energies (épuisables & renouvelables)
- Transducteur

G4.NOTIONS ÉVOLUTIVES
- Absorption (en science physique)
- Activation (en science physique)
- Activité (en science physique)
- Affaiblissement (en science physique)
- Amortissement (terme général)
- Amplification (terme général)
- Atténuation (en science physique)
- Avancement (en science physique)
- Changement d'état (en science physique)
- Continuité (en science physique)
- Courant (en science physique)
- Criticité
- Cycle (en science physique)
- Débit
- Décrément
- Déflexion
- Déformation (en science physique)
- Dégénérescence
- Diffraction (en science physique)
- Diffusion (en science physique))
- Diffusivité
- Dispersion (en science physique))
- Disruption
- Effusion (en science physique)
- Effusivité
- Élasticité (en science physique)
- Expansion (en science physique)
- Fluctuation (en science physique)
- Gradient (opérateur)
- Incrément
- Invariance
- Mobilité (en science physique)
- Mouvement brownien
- Obstacle (en science physique)
- Potentiel de vitesses
- Processus
- Réflexion (en science physique)
- Transformation (en science physique)
- Transition de phase
- Transmission (en science physique)
- Variable (en science physique)
- Viscosité

G5.NOTIONS GEOMETRICO-TEMPORELLES
- Bande (en science physique)
- Bifurcation (en science physique)
- Calibre (en science physique)
- Cellule (en science physique)
- Circulation (en science physique)
- Coefficient phénoménologique
- Confinement
- Courbure
- Datation
- Définition (en science physique)
- Déplétion
- Dièdre
- Domaine (en science physique)
- Duree
- Fibre
- Fluence
- Format
- Fréquence (en science physique)
- Grandeurs angulaires (liste)
- Homocentrique
- Interface
- Ligne (en science physique)
- Ménisque
- Moments (en science physique)
- Pente (en science physique)
- Point (en science physique)
- Pointure
- Pulsation (en science physique)
- Révolution (en science physique)
- Spatial(e)
- Temps
- Transfert (en science physique)
- Transport (en science physique
- Tube (en science physique)
- Vitesse

G6.NOTIONS INTERACTIVES
- Attraction (en science physique)
- Champ de charges
- Champ d'interaction
- Compresseur et compression
- Convertisseur
- Couplage (en science physique)
- Effet casimir
- Entité-charge
- Excitation (en science physique)
- Force (en science physique)
- Impulsion (en science physique)
- Induction
- Induit
- Interactions (en science physique)
- Loi de newton
- Pression (en science physique))
- Résistance (en science physique)

G7.NOTIONS STRUCTURELLES
- Chiralité
- Condition (en science physique)
- Continuum
- Couche (en science physique)
- Critère scientifique
- Distribution (en science physique)
- Équilibre (en science physique)
- Espace
- État (en science physique)
- Filtration
- Fonction d'autocorrélation
- Fonction d'état
- Fonction de partition
- Formule (en science physique)
- Grandeur (en science physique)
- Intrinsèque
- Invariance
- Isolant (définition)
- Jauge
- Loi de physique
- Matiere
- Mode (en science physique)
- Normalisation et renormalisation
- Paramètre (en science physique)
- Phase (définition)
- Pouvoir (en science physique)
- Principe (en science physique)
- Probabilité
- Propre (adjectif de physique)
- Règle (en science physique)
- Relation (en science physique)
- Relaxation
- Remplissage
- Stabilité (en science physique)
- Stationnaire (en science physique)
- Système (en science physique)
- Théorème (utilisé en physique)
- Théorie en physique
- T.p.n
- Vide

G8.NOTIONS TRES GENERALES
- Analogique ou numérique ?
- Capacité (en science physique)
- Champs en physique
- Champ d'induction
- Charge (en physique)
- Coefficient de sécurité
- Conservation (en science physique)
- Constante (en science physique)
- Discret(e) en science physique
- Dix puissance 122
- Effet (en science physique)
- Efficace (en science physique)
- Équation de ...
- Facteur (en science physique)
- Facteur de forme
- Flux au sens de débit
- Flux de champ
- Fondamental(e)-terme de physique-
- Frustration (en science physique)
- Hamiltonien
- Holonome
- Incidence
- Information (en science physique)
- Lagrangien
- Modulation
- Module (terme de physique)
- Nombre (utilisé en physique)
- Nombre d'or
- Numérisation et numérique
- Opérateurs mathématiques utilisés en physique
- Ordinateurs
- Permeabilité (définition)
- Physique statistique
- Potentiel (en science physique)
- Quantum (quanta)
- Rheologie
- Saturation (en science physique)
- Scalaire
- Sensibilite absolue
- Solide (corps physique)
- Spécifique (en science physique)
- Thermi - thermo
- Variance
- Viriel
- Virtualité

FORMULES PHYSIQUE-RAYONNEMENTS
Y1.RAYONS IONISANTS
- Absorption de rayons ionisants
- Atténuation des rayons ionisants
- Dosimétrie
- Emission de rayonnements ionisants
- Fréquences pour rayonnements ionisants
- Irradiation et irradiance ionisantes
- Radioactivité
- Rayonnements et santé humaine
- Rayons ionisants (types de)

Y2.RAYONS LUMINEUX
- Absorption de rayons lumineux
- Activité solaire
- Atténuation pour rayons lumineux
- Brillance
- Cheminement des rayons lumineux
- Coloration des objets récepteurs de lumière
- Couleur-teinte des objets émetteurs de lumière
- Diffraction lumineuse
- Diffusion lumineuse
- Directivité pour lumière
- Efficacité & rendement lumineux
- Emissions de rayons lumineux: leur energie
- Emissions de rayons lumineux: leur puissance
- Energie des rayons lumineux
- Energie solaire
- Ensoleillement
- Exitance lumineuse
- Flux lumineux (strict)
- Flux lumineux (notions rattachees)
- Fréquences des rayons lumineux
- Illuminance & illumination
- Intensité lumineuse
- Iridescence
- Irradiance lumineuse
- Laser
- Longueurs d'onde des rayons lumineux
- Lumière
- Luminance
- Lumination
- Luminescence
- Luminosité
- Opacité
- Opalescence
- Panneau solaire
- Photonique
- Pression de rayonnement
- Radiance lumineuse
- Rayonnement spectrique
- Rayons lumineux
- Réception de lumière
- Réflexion lumineuse (énergie)
- Rendement pour énergie lumineuse
- Transmission lumineuse
- Unités de mesure pour lumière
- Visibilité

Y3.RAYONNEMENTS à EFFETS THERMIQUES
- Absorption de rayons à effet thermique
- Atténuation pour rayons à effet thermique
- Constantes pour rayonnements
- Corps noir,blanc,opaque,transparent
- Densité surfacique de flux energetique
- Diffusion thermique
- Directivité pour rayons à effet thermique
- Emission de rayons à effet thermique (energie)
- Emission de rayons à effet thermique (puissance)
- Emissivite
- Exitance spectrique thermique
- Exitance thermique
- Flux (puissance) des rayonnement thermique
- Flux monochromatique thermique
- Incandescence
- Infra-rouge
- Intensité thermique
- Irradiance thermique
- Loi de planck
- Puissance (flux) des rayonnements thermiques
- Radiance thermique
- Rayonnements (types de...) à effet thermique
- Réception de la chaleur des rayonnements
- Réflexion des rayons thermiques
- Transmission thermique

FORMULES PHYSIQUE-RÉSISTANCE des MATÉRIAUX
R1.NOTIONS d'ENSEMBLE
- Action et réaction
- Alliage
- Appui en résistance des matériaux
- Arc autoporteur
- Cohésion des solides
- Cristaux
- Élancement
- État structurel d'un matériau
- Foisonnement
- Forces internes en un corps
- Formes de profilés
- Ligne moyenne
- Moment résistant
- Ordre
- Résistance des matériaux (présentation générale)
- Résistance mécanique des matériaux (valeurs)
- Résistance mécanique d'un sol
- Système hyperstatique

R2.CONTRAINTES SUBIES
- Action de la chaleur
- Allongement
- Charge mécanique
- Cisaillement (ou cission)
- Compression des solides
- Contrainte
- Déformation des matériaux
- Écrasement
- Effort
- Flambage
- Flèche
- Flexion
- Fluage
- Limites en résistance des matériaux
- Module en résistance des matériaux
- Précontrainte
- Pression en résistance des matériaux
- Securité d'utilisation des matériaux
- Striction
- Traction
- Traitements thermiques des métaux
- Voilement

R3.QUALITÉS et RÉACTIONS des MéTAUX
- Adhérence
- Béton
- Cable métallique
- Composite
- Dureté d'un matériau
- Élasticité 1° partie (résistance des matériaux)
- Elasticité 2° partie (résistance des matériaux)
- Élongation mécanique
- Plasticité
- Propriétés et réactions des matériaux
- Réfractaire (matériau)
- Rigidité mécanique

FORMULES PHYSIQUE-THERMODYNAMIQUE
T1.GÉNÉRALITÉS en THERMODYNAMIQUE
- Adiabaticité
- Chaos
- Criticité en thermodynamique
- Équation d'etat
- Gaz parfaits (domaine macroscopique)
- Gaz parfaits (échelle microscopique)
- Gaz réels (liste)
- Gaz réels (théorie)
- Homogène
- Intensivité ou extensivité ?
- Mélange de systèmes
- Phase d'un système
- Physique statistique en thermodynamique
- Principes de la thermodynamique
- Rendement en thermodynamique
- Système thermodynamique
- Température
- Température atmosphérique

T2.QUESTIONS ÉNERGÉTIQUES en THERMODYNAMIQUE
- Agitation thermique
- Anergie et exergie
- Automobile
- Calorie
- Capacité thermique (ou calorifique)
- Capacité thermique massique
- Capacité thermique molaire
- Chaleur
- Chaleur latente
- Chaleur massique
- Chaleur molaire
- Charge thermique
- Chaudière
- Coefficient de transfert de chaleur
- Combustion
- Compressibilité
- Conduction et conductivité thermiques
- Conservation énergie d'un système
- Constante de boltzmann
- Constante des gaz
- Constante individuelle pour les gaz
- Constante molaire
- Contact de notre corps avec la chaleur
- Convection (ou convexion)
- Courant thermique
- Création de chaleur
- Echange thermique
- Effet de serre
- Effet unruh
- Energie interne
- Energie molaire
- Énergie thermique
- Enthalpie (ou énergie enthalpique)
- Enthalpies (cas particuliers)
- Entropie macroscopique
- Entropie microscopique
- Equation de van der waals
- Équilibre en thermodynamique
- Fluctuation thermodynamique
- Fonctions de massieu
- Force entropique
- Froid (sensation, production)
- Fugacité
- Géothermie
- Intensité thermique
- Moteur thermique
- Polytropie
- Potentiel thermique
- Potentiels thermodynamiques
- Puissance calorifique (flux thermique)
- Refroidissement
- Resistance lineique thermique
- Résistance thermique
- Résistivité thermique
- Sources d'énergies pour l'humanité
- Thermoélasticité
- Transfert et échange de chaleur

T3.CHANGEMENTS d'ÉTAT
- Adsorbant, adsorption
- Changement d'état de premier genre
- Changemens d'état de second genre
- Climatisation
- Coefficients thermoélastiques
- Condensation
- Congélation
- Constante cryométrique (ou cryoscopique)
- Constante ébullioscopique
- Contraction
- Cycle en thermodynamique
- Déposition (ou condensation solide)
- Détente thermodynamique
- Dilatation
- Dissolution
- Ébullition
- Évaporation
- Explosion
- Feu (le)
- Fusion (thermique)
- Gélivité
- Humidité
- Inflammabilité
- Inversion en thermodynamique
- Irréversibilité
- Liquéfaction(ou condensation liquide)
- Machines thermiques
- Percolation
- Point triple
- Pompe à chaleur
- Pouvoir calorifique
- Réversible ou irréversible ?
- Solidification
- Sublimation
- Surfusion
- Vaporisation
- Variation géométrique sous la chaleur
- Variation thermique
- Variation volumique isotherme

Afin de vous garantir une qualité de navigation, nous vous recommandons d’utiliser l'un des navigateurs suivants :Firefox, Chrome et Safari .
Anciennement connue sous les noms de "Chaleur massique", ou "Chaleur spécifique", cette notion sert à apprécier l'énergie nécessaire pour faire varier la température d'un morceau de matériau
Désormais il faut dire Capacité thermique massique ou   Capacité calorifique massique   ou   Capacité thermique spécifique
Equation aux dimensions structurelles :   L 2 .T -2 .Θ -1       Symbole grandeur : c’
L'unité (le J/kg-K) est la capacité thermique massique d’un corps d’une masse de 1 kilogramme, à qui il faut apporter 1 Joule pour faire varier de 1 degré sa température
Relations entre unités :1 kilocalorie par kilogramme-degré vaut 4,185.10 3   J/kg-K
1 Calorie par gramme-degré vaut 4,185.10 3   J/kg-K
1 Joule par gramme-degré vaut 10 3   J/kg-K
1 constante thermique massique vaut 8,314 J/kg-K
CAPACITE THERMIQUE MASSIQUE -cas GENERAL-
où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique d’une masse m(kg) qui se refroidit ou se réchauffe
E q (J)= énergie de chaleur cédée pour une variation de température  de ΔT(K)
-relation avec la capacité thermique
Comme son nom l'indique, c'est une notion massique, donc :
c’ = C / m      où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique d’un corps de masse m(kg)  et C(J/K)= sa capacité thermique (ou calorifique)
Mais pour les gaz, qui ont des volumes variables avec la pression, on aura 2 notions distinctes, à voir plus bas
où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique d’un corps
où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique du   mélange   de plusieurs corps
c’ i (J/kg-K)= capacité massique de chacun des corps
m i (kg)= masse de chacun des corps
La capacité th. massique (c’) varie alors proportionnellement à T(pour les corps conducteurs) et proportionnellement à T 3   pour les isolants
-valeurs de capacités thermiques massiques (sauf gaz, à voir plus loin)  
Liquides >> >   eau(4185)–liquides volatils(1700 à 1800)– Liquides épais(2000 à 2300)
Métaux >>>   Bi & U(118)–Au,Pt,Pb & W(130)–Hg(140)–Ag,Cd & Sn(230)– Zn(380)–
Cu & laiton(385)–Ni,Fe & Cr(430)–Acier(480)– Ti(520)– Al(900)–Mg(1020)–Li(3600)
Matériaux de construction >>>   Bronze & Laiton(380)–Aciers(500)–Pierres et assimilés(700 à 900)– Verres(730 à 850)–Bois(1300 à 2600)
Divers >>>   Graphite(700)–Bois & Polystyrène(1300)–Glace(2060)–Corps humain(3500)  Eau(4200)
CAPACITE THERMIQUEMASSIQUEà VOLUME CONSTANT pour les GAZ
C’est un cas particulier de capacité thermique massique pour les gaz
c’ p = dU / dT      où U est l’ énergie interne   et T la température
Valeurs pratiques de capacité thermique massique à volume constant  
(c’ m   exprimée en J/kg-K et à Temp. normale)
Gaz >>>   Cl(360)–CO²(630)–O²(650)–Ne(740)–Air(780)–
Vapeur d’eau(1380)–NH 3 (1580)–Gaz de ville(1600)–C²H²(1620)– He(3100)–H²(10.000)
CAPACITE THERMIQUEMASSIQUEà PRESSION CONSTANTE pour les GAZ
C’est un cas autre particulier de capacité thermique massique pour les gaz
défini par   c’ p = dH / dT   où H est l’ enthalpie   et T la température
Cette capacité à volume constant est plus grande que celle à pression constante, car ici il y a nécessité de dépenser du travail pour une variation de volume du corps (se payer de la dilatation coûte plus cher ….donc   c’ p  est > c’ v )
Valeurs pratiques de capacité thermique massique à pression constante   c’ p
(exprimée en J/kg-K et à température normale)
Gaz >>>   Cl(470)–CO²(820)–O²(910)–Air sec(1005)–Air saturé(1030)–
Ne et N (1033)–C²H² et octane(1300)–Vapeur d’eau(1900)– NH 3 (2100)—
Gaz de ville et Hexane(2200)–Ethanol(2460)–He(4000)–H²(14300)
RELATIONS entre   c’ p   & c’ v   (les 2 capacités th. massiques pour les GAZ)
avec c’ p   = capacité thermique massique à pression constante (isobare)
c’ v (J/kg-K) = capacité thermique massique à volume constant (isochore)
c’ p  = c’ v   + q.R* m  / m        ou     c’ p – c’ v  = R* / m
q(mol)= quantité de matière et m(kg)= masse
R* m (soit 8,314 J/mol-K)= constante molaire
R*(J/K)=   constante de Gay-Lussac   (8,314472 J/K)
α v (K -1 )= coefficient de dilatation volumique isobare, dont les valeurs
γ (nombre)=   coefficient adiabatique   (de Laplace)
CONSTANTE INDIVIDUELLE  pour les GAZ
La relation ci-dessus   ( c’ p = c’ v   + q.R* m / m )   peut s’écrire   c’ p = c’ v   + R* m / (m / q)
où apparaît le terme   R* m / (m/q)   qu’on dénomme(constante individuelle du gaz) qui est exprimée en J/kg-K)
C’est donc la constante molaire R* m   (8,314 J/mol-K) divisée par la masse molaire m’ du gaz donné
Valeurs pratiques de cette constante individuelle   de gaz (en J/kg-K et à T.P.N)
Cl(117)–SO²(130)–CO²(189)–O²(260)–Air(287)–N² et CO(297)–C²H²(320)–
Vapeur d’eau(461)–NH 3 (488)-CH4(518)–He(2077)–H²(4122)

capacite calorifique eau

CP
CE1
CE2
CM1
CM2
6e
5e
4e
3e
2e

Première

Terminale

Etablir un lien entre la variation de température d’un système physique et sa variation d’énergie interne; préciser dans quelles conditions la relation est applicable. Définir la capacité thermique d’un matériau. Présenter la notion de chaleur latente de changement d’état. Voir quelques applications des notions abordées.
1. Capacité thermique d’un matériau
Capacité thermique – variation de température et d’énergie interne

4 / 5

basé sur27votes.
Accueil
>Fiches de cours du CP à la Terminale
>
cours de Physique-chimie
>
Terminale S
> Capacité thermique – variation de température et d’énergie interne
Pour consulter la fiche en entier, inscris-toigratuitementsur Cours.fr, tu pourras accéder à toutes les fiches de cours dans toutes les matières.

Je me connecte

  

Je m’inscris

J’accède aux fiches 

Terminale S

CP-
CE1-
CE2-
CM1-
CM2-
6 e-
5 e-
4 e-
3 e-
2 de-
S-
ES-
L-
STMG-
S-
ES-
L-
STMG
mathématiques-
français-
allemand-
espagnol-
anglais-
latin-
chimie-
physique-
svt-
économie-
géographie-
histoire-
méthodologie-
philosophie-
mécanique-
électronique
Le blog du soutien scolaire
Exercices de soutien scolaire
Exercices de Mathématiques
Exercices de Français
Exercices d’Anglais
Soutien scolaire : annuaire des cours
FAQ
Mentions légales
CGA
Crédits
Espace Presse
Qui sommes nous ?

capacite calorifique eau
Valeurs de Cp à quelques températures
en K

capacite calorifique eau

On a vu que :                        k i= m i. c i
c iest une constante caractéristique de chaque corps, c’est lacapacité
calorifique .
alors                                  
Q = m i. c i . ΔT

Par définition, lacapacité calorifiqueest la quantité de chaleur qu’il est nécessaire de fournir à 1 g d’un corps pour élever
sa température de 1 K.
Définition: On a donc défini la calorie comme la quantité de chaleur nécessaire pour réchauffer
un gramme d’eau de
un degré.
La valeur de la capacité calorifique peut varier avec la température.
En général, une fonction mathématique polynomiale permet d’obtenir la valeur de la capacité
calorifique en fonction
de la température :
                                      C= a + b T + cT 2+ d T -2(on donne les valeurs de a, b, c et d)
SiCest constante dans l’intervalle de température alors : b = c = d = 0.
Lavaleur moyennede la capacité calorifique des solides, liquides et gaz est de :
30 à 40 J.mol -1 .K -1               ou              1,7 à 2,2 J.g -1 .K -1                  ou              0,4 à 0,5 cal.g -1 .K -1
La valeur de la capacité calorifique de l’eau est de :
75 J.mol -1 .K -1                       ou              4,2 J.g -1 .K -1                             ou             1 cal.g -1 .K -1
On constate que l’eau a une capacité calorifique qui est le double de celle de la plupart des corps.
Pour les gaz, suivant que l’échauffement est réalisé à pression constante ou à volume constant
on parle de Cp ou Cv,
il s’agit de la capacité calorifiquemolaire (l’unité est le J.mol -1 .K -1 ) .
Il existe une relation que l’on démontre en thermodynamique :           Cp – Cv = R ..   .. (relation de Meyer)
        
où R est la constante des gaz parfaits = 8,31J . mol -1 .K -1
Lorsque l’unité est le J.kg -1 .K -1 , on parle alors de la
capacité calorifique massique c ( en minuscule ).

A retenir
La définition de la capacité calorifique et son expression mathématique.
La relation de Meyer.

capacite calorifique eau

capacite calorifique eau
Un calorim�tre contient une masse m 1 =250g d’eau. La temp�rature
initiale de l’ensemble estq 1 = 18�C.
On ajoute une masse m 2 =300g d’eau � la temp�rature
q 2 =80�C.
1.Quelle serait la temp�rature
d’�quilibre thermiqueq ede l’ensemble
si la capacit� thermique du calorim�tre et de ses accessoires
�tait n�gligeable?
2.On mesure en fait une temp�rature
d’�quilibre thermiqueq e =50�C.
 D�terminer la capacit� thermique C du calorim�tre
et de ses accessoires.
Donn�es:
Chaleur massique de l’eau : c e =4185 J.kg -1 .K -1
Masse volumique de l’eau : �=1000 kg.m -3 .
On d�sire obtenir un bain d’eau ti�de � la temp�rature
q= 37�C, d’un volume total V=250 litres, en m�langeant
un volume V 1d’eau chaude � la temp�rature initiale
q 1 = 70�C
et un volume V 2d’eau froide � la temp�rature initiale
q 2 =15�C.
D�terminer V 1et V 2en supposant n�gligeables
toutes les fuites thermiques lors du m�lange.
Donn�es:
Chaleur massique de l’eau : c e =4185 J.kg -1 .K -1
Masse volumique de l’eau : �=1000 kg.m -3 .
On sort un bloc de plomb de masse m 1 =280g d’une �tuve �
la temp�ratureq 1 = 98�C.
On le plonge dans un calorim�tre de capacit� thermique C=209J.K -1
contenant une masse m 2 =350g d’eau. L’ensemble est � la temp�rature
initialeq 2 = 16�C. On
mesure la temp�rature d’�quilibre thermiqueq e = 17,7�C.
D�terminer la chaleur massique du plomb.
Donn�es:
Chaleur massique de l’eau : c e =4185 J.kg -1 .K -1
Masse volumique de l’eau : �=1000 kg.m -3 .
Un morceau de fer de masse m 1 =500g est sorti d’un cong�lateur
� la temp�ratureq 1 = -30�C.
Il est plong� dans un calorim�tre, de capacit� thermique
n�gligeable, contenant une masse m 2 =200g d’eau � la
temp�rature initialeq 2 =4 �C
D�terminer l’�tat final d’�quilibre du syst�me (temp�rature
finale, masse des diff�rents corps pr�sents dans le calorim�tre).
Donn�es:
Chaleur massique de l’eau : c e =4185 J.kg -1 .K -1
Chaleur massique de la glace: c g =2090 J.kg -1 .K -1
Chaleur massique du fer: c Fe =460 J.kg -1 .K -1
Chaleur latente de fusion de la glace: L f =3,34.10 5J.kg -1
Un calorim�tre de capacit� thermique C=150J.K -1
contient une masse m 1 =200g d’eau � la temp�rature initiale
q 1 =70�C. On y place un gla�on
de masse m 2 =80g sortant du cong�lateur � la temp�rature
q 2 =-23�C.
D�terminer l’�tat final d’�quilibre du syst�me
(temp�rature finale, masse des diff�rents corps pr�sents
dans le calorim�tre).
Donn�es:
Chaleur massique de l’eau : c e =4185 J.kg -1 .K -1
Chaleur massique de la glace: c g =2090 J.kg -1 .K -1
Chaleur latente de fusion de la glace: L f =3,34.10 5J.kg -1
Un calorim�tre de capacit� thermique C=150J.K -1
contient une masse m 1 =200g d’eau � la temp�rature initiale
q 1 =50�C. On y place un gla�on
de masse m 2 =160g sortant du cong�lateur � la temp�rature
q 2 =-23�C.
D�terminer l’�tat final d’�quilibre du syst�me
(temp�rature finale, masse des diff�rents corps pr�sents
dans le calorim�tre).
Donn�es:
Chaleur massique de l’eau : c e =4185 J.kg -1 .K -1
Chaleur massique de la glace: c g =2090 J.kg -1 .K -1
Chaleur latente de fusion de la glace: L f =3,34.10 5J.kg -1

capacite calorifique eau
eDesignLab Calculs Mécaniques, Energies Renouvelables, Modèles 3D et CAO
By edesignlab on 7 octobre 2012 in Thermique
edesignlab 22 juin 2015 at 22 h 31 min #
Patrick 22 juin 2015 at 22 h 14 min #
Liennard 27 mai 2015 at 17 h 19 min #
L’article n’a pas été envoyé – Vérifiez vos adresses email !
La vérification email a échoué, veuillez réessayer
Impossible de partager les articles de votre blog par email.
Vous cherchez à calculer la puissance nécessaire pour le chauffage d’un volume d’eau ? Quel sera le temps de chauffe nécessaire pour q’un volume d’eau passe d’une température T1 à une température T2 ? Vous souhaitez évaluer le temps de chauffe de votre chauffe-eau ?
Vous trouverez toutes les informations nécessaires à votre calcul dans cette page !
La formule suivante permet de calculer l’énergie nécessaire pour élever la température d’un volume V de T1 à T2.
M = Masse de fluide à réchauffer en kg
Cp = Capacité thermique massique à pression constante en J/(kg.K) – Pour l’eau, Cp = 4185 J/(kg.K)
T1 = Température initiale du fluide en Kelvin (ou °C)
T2 = Température finale du fluide en Kelvin (ou °C)
ΔT = Différence de température  entre la température finale et la température initiale en Kelvin (ou °C)
ρ = Masse volumique du fluide en kg/m³ – Pour l’eau, ρ = 1000 kg/m³
Nous disposons d’un volume d’eau de 200 litres à 15°C et nous souhaitons élever la température de ce volume d’eau à 65°C. Quelle est l’énergie nécessaire en considérant que le recipient qui contient ce volume d’eau est adiabatique (C’est à dire qu’il est parfaitement isolé et donc qu’il n’y a aucune perte de chaleur par les parois de celui-ci):
Q = 1000 . 0,2 . 4185 . (65 – 15) =  41850000 J
Maintenant que nous connaissons l’énergie nécessaire pour chauffer notre volume d’eau, nous allons pouvoir calculer la puissance et le temps de chauffe. Ceci pour déterminer, par exemple, une résistance de chauffage.
L’énergie calculée ci-dessous est donnée en Joule (J). Un joule est égal à 1 Watt multiplié par 1 seconde. Donc 1 J = 1 W.s. Pour calculer la puissance nécessaire pour chauffer un volume d’eau en un temps (t) donné, il suffit de divisé l’énergie Q (en Joule) par le temps de chauffe souhaité T (en seconde).
Soit le volume de 200 litres de l’exemple ci-dessus. Nous souhaitons élever la température de 15°C à 65°C en 2h. Quelle est la puissance nécessaire ?
Nous savons d’après le calcul précedent qu’une énergie de 41850000 J est nécessaire.
Il nous faut donc une puissance de chauffe de 5812,5 W pour chauffer 200 l d’eau en 2h.
Comme vu précédemment, un joule est égal à 1 Watt multiplié par 1 seconde. Donc 1 J = 1 W.s. Donc, pour calculer le temps de chauffe t d’un volume d’eau avec un puissance donnée, il suffit de divisé l’énergie Q (en Joule) par la puissance P (en Watt).
Soit le volume de 200 litres de l’exemple ci-dessus. Nous disposons d’une puissance de chauffe de 2000 W et nous souhaitons élever la température de 15°C à 65°C. Quel est le temps de chauffe nécessaire pour atteindre cette température ?
Nous savons d’après le calcul précedent qu’une énergie de 41850000 J est nécessaire.
t = Q / P = 41850000 / 2000 = 20925 s (soit environ 6 heures).
Pour toutes questions ou pour donner votre avis sur cet article, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire !
Si l’article vous a été utile, faites le savoir en le Partageant !
Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour.
Pour répondre à votre question simplement vous pouvez juste convertir l’énergie calculée en Joule en kWh. 292950000 J est bien égale à 81,375 kWh (pas kW/h).Attention cependant, votre consommation sera certainement plus importante encore car le calcul ne prend pas en compte les déperditions par les parois de votre contenant. Attention si celui-ci est mal ou pas isolé thermiquement.
Bravo ! Explications tres claires pour les calculs et d’une grande utilite.
– Je dois chauffer 1m3 en 8h. T2=85 degres et T1=15 degres.
Ca donne: Q=1000x1x4185x(85-15)=292950000 Jsoit P= 292950000/28800=10171,875 watts
Est ce que je consommerais 10,17 Kw/h en tout ou est ce que je consommerais 10,17kw/h x 8h, soit 81,375 kw/h ?
Pour moi un petit rappel très bien fait, simple efficace et facile à comprendre pour le béotien que je suis !Merci beaucoup.Alain
Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour.
© 2017 eDesignLab. All Rights Reserved.


Découvrez vite l'actu brulante !