comment se faire du bien seule

Shopping

Conseils mode

Accessoires

Créateurs

Défilés

Cheveux

Maquillage

Soins Visage & Corps

Minceur

Soleil

Parfums

Livres

Musique

Cinéma

Télé& Séries

Photographie

Événements

#BonsPlans

Psycho

Nos hommes

Société

Santé

Sport

Voyages

Cuisine

Déco

Mes proches

Travail

Sexo

Couple

Célibat

Amour

Bibasutra

Drôle

Mignon

Choc

Fallait le savoir

Robes de mariée

Bagues& Accessoires

Coiffure & Maquillage

Organisation

Tenues de mariage

Je m’abonne : les meilleures offres

Achetez ce numéro

Pseudo :

Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme

Abonnez-vous à Biba !

Je m’abonne

Achetez ce numéro

RUBRIQUES

Mode

Beauté

Style de vie

Culture

Love & Sexe

Insolite

Jeux-concours

Tests et Quiz

DOSSIERS

Dossier Bronzage & Soleil

Dossier Minceur

Dossier Célibataires

Horoscope Love 2015

LOVE & SEXE

Fifty Shades of Grey

Positions Kamasutra

Les 10 plus belles paires de fesses du cinéma

Les femmes veulent-elles plus de sexe que les hommes ?

BEAUTÉ & MODE

Happy Beauty Hours

Coupe de cheveux

Tuto Coiffures

Conseils Mode

Flux RSS

CGU

Mentions légales

Contact

Votre Abonnement

Charte sur les cookies

Groupe Mondadori

Règlement Jeux Biba

© Bibamagazine.fr – Tous droits réservés

Je souhaite aussi recevoir
les bons plans des partenaires du site
Pas besoin d’un partenaire pour s’éclater au lit. Mieux : plus on connait son corps, plus on s’éclate au lit. Voici comment faire.
« Parce que ça aide à mieux connaître son corps », « Parce qu’on a encore plus de plaisir lors de rapports avec un partenaire », « Parce que ça fait du bien, tout simplement » : de façon quasi-unanime, les sexologues recommandent aux femmes de se masturber. Hé oui, faut dire que notre mécanisme est assez complexe et que bien le maîtriser nous permet ensuite de bien nous éclater à deux (en plus de s’éclater seule sur le moment). Sauf que nous, quand on se retrouve au lit la main dans la culotte on se sent un peu quiche. Comment on fait, au fait ?
1/Soigner le cadre.On va éviter de se faire du bien quand on est chez ses parents et qu’ils peuvent rentrer à tout instant (ça pourrait nous traumatiser) ou un jour où on est HS et super grognon (ça ne fonctionnera pas). Non : comme pour une nuit romantique, on choisit le bon moment et on soigne l’ambiance. Intimité assurée, lit douillet, lumière tamisée, bouge parfumée, musique qui nous fait grimper la libido ( Erotica , de Madonna, est pas mal dans le genre). Là, ça va être chaud et sensuel. Un moment de plaisir et d’extase rien qu’à nous, où personne ne nous voit, où on est libre de faire ce qu’on veut, d’apprendre à mieux se connaître et de prendre son pied comme on le veut. Le bonheur.
2/ Faire preuve de doigté.L’idéal ? Commencer nue, sans pyjama panda, pour être totalement connectée à sa sensualité et à sa féminité. On se caresse comme où veut, où on veut. On est seule avec nous-même, libre. D’après Sari Cooper, un sexologue New Yorkais, la technique la plus efficace serait le glissement de doigts en diagonale sur le clitoris en aller-retour. Pour les droitières, on commence vers la droite (côté anus) jusqu’à la gauche (côté ventre), et on inverse pour les gauchers. Autre astuces : titiller le clitoris doucement du bout des doigts, tourner autour du clitoris avec un doigt sans le toucher, faire des cercles autour du clitoris mais en passant sur les lèvres, cette fois.
: Comme on utilise de l’huile pour un massage de dos, n’hésitez pas à utiliser du lubrifiant pour que vos doigts glissent mieux.
3/ Ne pas mettre de pression.Qu’on se le dise : il faut environ 20-30 minutes pour atteindre l’orgasme lors d’une séance masturbation, MINIMUM. Et souvent -surtout au début- beaucoup plus  (voire on n’y arrive pas)! Alors on évite de se mettre la pression en se disant « Mais pourquoi je jouis pas mais pourquoi je jouis pas » et on se contente de se faire du bien, voilà, tout simplement, et on arrête quand on veut. L’orgasme n’est pas une fin. On profite.
4/ Jouer sur le souffle.  Parfois, on le coupe pour mieux ressentir les sensations. D’autres fois, on l’accélère pour faire battre notre coeur plus fort, comme quand on fait l’amour. Du coup : plus d’excitation et de plaisir.
5/ Tester des jouets.Du canard vibrant au vibromasseur « Rabbit » popularisé parSex and The City , ces petits jouets pour adultes aident à mieux se lâcher et appréhender son corps. Un bon coup de pouce !
Sa a l’aire trop coul je vait fére ča
pathetique faut pass etonner que l egocentriste et l individualisme aboutisse a la violence tout pour moi par moi et dans moi
bravo
20 à 30 min !? Ah je mets bcp moins en fait :’/ en même pas 5-10min moi je me retrouve au 7eme ciel. Enfin bref sinon très bons conseils je dois dire ;)
Merci maintenant je sais faire la mour
Renseignez votre email puis validez
Vous êtes bien inscrit(e) à la newsletter avec l’adresse :Email@test.com
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l’Informatique, aux Fichiers et aux Libertés,
vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant.
Pour l’exercer ou en savoir plus,cliquez ici .

comment se faire du bien seule

Moteur de recherche

Rechercher

Mode

Vêtements Accessoires Défilés Voir aussi

Forum Mode

Beauté

Coiffure Maquillage Soins Minceur

Forum Beauté

Luxe

Shopping luxe Défilés Evasions Voir aussi

Déco

Salon Cuisine Chambre Voir aussi

Forum déco

Cuisine

Entrées Desserts Recettes Pratique

Forum cuisine

Maman

Grossesse Bébé Enfant Voir aussi

Forum maman

Santé

Nutrition Dossiers santé Gynéco Voir aussi

Forum santé

People

Tout sur les stars L’actu people Ils s’aiment

Loisirs

Cine-tv Culture Voyages Auto

Société

Dans l’actu Combats de femmes Au boulot !

Forum société

Couple

Séduction Vie à deux Sexo Rupture

Forum couple

Forum sexo

Mariage

Robes de mariée Planning Coiffure Alliances Chroniques Salons du mariage

Forum mariage

Jardin

Déco du jardin Toutes les plantes Jardiner bio Chroniques

Forum jardin

Horoscope

Menu

Forum santé- Echangez vos conseils et posez vos questions

Nutrition

Calcul imc

Guide des calories

Surpoids

Diabète

Cholesterol

Conseils

Dossiers santé

Analyses

Conseils pratiques

Bien-être

Cancérologie

Forme

Médecine douce

Gynéco

Contraception

Cancer du sein

Endométriose

Ménopause

Hygiène intime

Voir aussi

Allergies

Dents

Dermato

Maux quotidiens

Cardio

Neuro

Ophtalmo

Rhumato

Orl

Psy

Loisirs

Cine-tv

Culture

Voyages

Auto

Société

Dans l’actu

Combats de femmes

Au boulot !

Forum société

Couple

Séduction

Vie à deux

Sexo

Rupture

Forum couple

Forum sexo

Mariage

Robes de mariée

Planning

Coiffure

Alliances

Chroniques

Salons du mariage

Forum mariage

Jardin

Déco du jardin

Toutes les plantes

Jardiner bio

Chroniques

Forum jardin

Horoscope

Horoscope 2017
Horoscope de la semaine
Horoscope chinois
Numérologie

Posez votre question
rose- Dernière réponse le2 juil. 2009 à 16:24parlechebien
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?Oui  Non
Merci pour votre retour. N’oubliez pas de prendre quelques secondes pour remercier l’auteur :

Merci

Merci pour votre retour. Nous sommes désolés. Notre objectif est de vous donner la meilleure réponse possible.
Actualités|
Carte de voeux|
Bricolage|
Cinéma|
Coiffure|
Coloriages|
Cuisine|
Recette|
CV|
Déco|
Dictionnaire|
High-tech|
Horoscope|
Jeux en ligne|
Pages blanches|
Pages jaunes|
Présidentielle 2017|
Programme TV|
Restaurant|
Santé|
SMIC|
Test débit|
Vacances scolaires|
Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.
Le fait d’être membre vous permet d’avoir un suivi détaillé de vos demandes.
Le fait d’être membre vous permet d’avoir des options supplémentaires.

comment se faire du bien seule
Message cité 1 fois Message édité par fraise-des-bois05 le 11/12/2009 à 11:58:31
Message édité par along–horizon le 14/12/2009 à 18:18:51
Aller à :

Amour Couple Le coin des garçons Ruptures et ex Première fois Désir et plaisir Homosexualité et bisexualité Maladies sexuellement transmissibles

bonjour alors je suis une fille est j’aimerais me faire jouir mais sans gode ou de chose a acheter merci je compte sur vous
Bah tu en regarde une et tu sera plus excité.
non c’est vrai parce que il y a beaucoup qui se posent la question, et que là il y a un topic pour. donc : intéressant comme topic
En même temps y en a pas mal des topic à ce sujet
bonjour alors je suis une fille est j’aimerais me faire jouir mais sans gode ou de chose a acheter merci je compte sur vous
Rien de mieux que tes petits doigts !
En même temps y en a pas mal des topic à ce sujet
je n’est rien trouver d’interesent sur ce site :s vous avez pas un autre site (pour du plaisir seule)?
Peux-tu m’expliquer ce que veut dire: « Fais des tours aussi avec tes cuisses, bouge les avant arrière »Tu veux dire mimer l’acte?
je viens peut etre un peu en retard.oui, c ça!
Avec les doigt jen est marre c’est tout le temps pareilMais avec le coussin sa minteresse vous le blasser ouN dan quel position? est vous bouger?
Et bien j’imagine que éjà tu dois être nue et couchée sur le ventre… ensuite tu places le coussin au niveau de ta vulve… et tu te frottes à lui d’avant en arrière.Mais bon n’ayant jamais pratiqué cela… je le dis comme je l’imagine! Et aies un peu plus d’imagination que diable, essaie, découvre par toi-même!
je viens peut etre un peu en retard.oui, c ça!
Mais non, tu n’es pas forcée de venir tous les jours sur le forumEt bien merci pour ta confirmation de réponse
Et bien j’imagine que éjà tu dois être nue et couchée sur le ventre… ensuite tu places le coussin au niveau de ta vulve… et tu te frottes à lui d’avant en arrière.Mais bon n’ayant jamais pratiqué cela… je le dis comme je l’imagine! Et aies un peu plus d’imagination que diable, essaie, découvre par toi-même!
Ou alors, elle est nue, allongée sur le dos, elle place le coussin entre ses jambes, puis, le frotte sur son clitoris, de plus en plus énergiquement. :3 Elle peut également ‘buter’ son bassin contre son coussin, en faisant des va-et-vient, comme si elle faisait l’amour avec un homme (ou une femme). ^^
Ou alors, elle est nue, allongée sur le dos, elle place le coussin entre ses jambes, puis, le frotte sur son clitoris, de plus en plus énergiquement. :3 Elle peut également ‘buter’ son bassin contre son coussin, en faisant des va-et-vient, comme si elle faisait l’amour avec un homme (ou une femme). ^^

comment se faire du bien seule
Articles de référence :avoir du plaisir
Pour une fille: comment avoir du plaisir seule???
 Sujet :Pour une fille: comment avoir du plaisir seule???
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Message édité par elea369 le 22/05/2012 à 11:41:02
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Aller à :

Les ados parlent sexo Addiction sexuelle Asexualité Circoncision Couples atypiques : différences d’âge, de taille, de culture… Déceptions et ruptures Ejaculation prématurée (ou précoce) Infections sexuellement transmissibles Les mots du sexe Peur du sexe Prépuce et phimosis Sexologie, sexothérapie Sexualité des personnes handicapées Sida et prévention Transsexualité, transgendérisme : syndrome de Benjamin Troubles de l’érection Troubles sexuels féminins Viol et abus sexuels Virginité et 1e fois Accessoires (lingerie, jouets intimes…) Adultère Aphrodisiaques Aventures extra-conjugales Confessions Désir – Plaisir Fantasmes Fantasmes féminins Fidélité – infidélité Homosexualité et bi-sexualité Homosexualité féminine Jeux érotiques Orgasme Positions amoureuses et techniques Récits érotiques Seins Taille du sexe Zones érogènes Chez Lili la tigresse Cunnilingus et fellation Exhibition et voyeursFétichisme Libertinage Prostitution Rencontres Sado-masochisme Tabou Travestisme Forum libre Sexualité

Le Club Doctissimo vous permet d’ accéder gratuitement au plus grand forum francophone
Ben voilà, tout est dans le titre… soyez nombreux à me répondre!
bonjour moi jai un probleme avec mon copain on a essayer je suis vierge et on a fait des preliminaires le truc cest que sa ne me fait rien il me touche le clito sa me fait rien du tt il me caresse tout sa sa me fai rien mais ke dal !!!
Pourquoi n’essayerais tu pas? Ou est le problème? Cela pourrait être bénéfique pour toi, comme pour ton copain par le suite… C’est toujours plus facile d’apprendre à conaitre son corp et les ressentis en étant seul. Car le stress, lorsque l’on est avec quelqu’un autre peut atténuer les sensations, voir les faire disparaitre… Si tu t’habitue un peu seul, tu te sentiras déjà un peu plus à ton aise  
oui mais si toi paniqué(e), pas niquer…. ni tt seul, ni à 2, ni rien di tout….  
slt tout le monde j’aimerai avoir des idees et des conseil pour me faire plaisir seul et comme c ma premiere fois que je le fais jvoudrais bien des idees repondez moi svp aujourd’hui dvp svp
Quel genre d’idées aimerais tu? Ou qu’a tu déjà essayé? Expérimenté?
Plan du site Sexualité Plan
de la rubrique sexualité Santé Médicaments Psychologie Nutrition Beauté Mode Forme Sexualité Recettes Environnement
Porno
Sex
toys Sida Sodomie Taille
du sexe
Guide sexualité Dico sexo
Lesexede
A à Z
Lesexe de l’homme
Le sexe de la femme Kama Sutra
Communautés Forum Mon Doctissimo Chat Tickers Carte de voeux
Mini-sites Saint-Valentin Noël Fête
des mères
Index Index
gnral Sant Index 1 Index Mdicaments Index Grossesse Index Bb Index Nutrition Index Beaut Index Forme Index Psychologie Index Hommes Index Sexualité Index Environnement Index Mode
Services ABC Recherche Newsletter News Santé des
voyageurs Météo Prénoms
LesGrands
dossiers sexualitéde Doctissimo
Amour Couple Cybersexe Echangisme Erection Fantasmes FellationIVG Masturbation MST Pilule Point
G
Qui
sommes-nous ?|Recrutement|Contacts|Espace
Annonceurs|Doctissimo
en page de démarrage|Doctissimo
dans vos favoris|Charte
d’utilisation|Notice légale©Doctissimo

comment se faire du bien seule

Suivez Santé magazine sur

Facebook

Twitter

Google+

RSS

Communautés

Mon Espace

Maladies
Allergies
Angine
Angiome
Arthrose
Burn out
Cancer
Cholestérol
Diabète
Endométriose
Fibromyalgie
Gastroentérite
Grippe
Hépatite C
Hypertension
Insomnie
Mal de dos
Maladie d’Alzheimer
Maladie de Parkinson
Migraine
Sida – VIH
Stress
Varicelle

Tabac, alcool, drogues
Un problème d’addiction lié au tabac, à l’alcool ou au canabis ? Parlez en dans notre communauté.
Le blog du Dr Amandine Luquiens, addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif.
Le blog du Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve, addictologue

Santé de la bouche et des dents
Aphte
Carie
Gingivite

Santé naturelle
Acupuncture
Homéopathie
Huiles essentielles
Hypnose
Méditation
Ostéopathie
Plantes
Sophrologie
Thalassothérapie
Yoga

Les chroniques santé d’Aline Perraudin

Toutes les communautés

Analyses et examens

Base des médicaments

Régimes santé
Cholestérol
Constipation
Diabète
Tous les régimes santé…

Aliments et santé
Chocolat
Œufs
Pâtes
Tous les aliments…

Allergies et intolérances alimentaires
Gluten
Lactose

Nutriments
Oméga 3-6-9
Vitamines et minéraux
Probiotiques
Compléments alimentaires

Guide des aliments (calories)

Aliments minceur

Régimes minceur
Chrononutrition
Cures détox
Régime du Dr Cohen
Régimes protéinés/Dukan

Minceur ciblée par zone
Cellulite
Cuisses
Fesses
Ventre plat

Tous les sports
Gym / Pilates
Marche / vélo / jogging
Yoga / Taï-chi / Qi gong

Soins minceur

Calculez votre IMC

Calculez vos besoins journaliers en calories

Calculez votre indice de masse grasse

Compteur de calories brûlées

Soins visage
Peau grasse/acné
Peau sensible
Peau sèche
Maquillage

Soins corps
Décolleté
Epilation
Hydratation
Jambes
Mains et pieds
Spas, hammam, massages…
Transpiration

Soins cheveux
Coloration
Perte de cheveux/calvitie
Coiffure/lissage/bouclage
Pellicules

Soins solaires

Alimentation anti-age
Aliments antioxydants
Vitamines et minéraux

Soins anti-âge
Yeux
Front
Sourire
Visage
Corps

Médecine et chirurgie esthétiques
Chirurgie esthétique
Injections
Lasers
Peelings

Booster ses neurones
Jeux et entrainement cérébral
Mémoire

Equilibrer ses hormones
Andropause
Ménopause

Renforcer ses os et ses muscles
Activités physiques
Aliments

Désir d’enfant
Conception
Infertilité

Grossesse
Echographies Examens
Grossesse et santé
Alimentation de la future maman
Sexualité
Les blogs Grossesse

Accouchement
Préparations à l’accouchement
Accoucher étape par étape
Péridurale
Césarienne

Après l’accouchement
Retrouver sa ligne
Baby-blues
Sexualité

Bébé
Allaitement ou biberon
Diversification alimentaire
Santé du bébé
Sommeil
Eveil

Enfant
Bien grandir
Bien manger
Psychologie de l’enfant
Santé de l’enfant

Adolescent
Anorexie Boulimie
Psychologie de l’adolescent
Sexualité de l’adolescent

Contraception
Pilule
Stérilet
Préservatif
Contraception d’urgence

Désir / plaisir
Pratiques sexuelles
Positions sexuelles
Le blog sexo de Marine Nugeron et Daisy Le Corre

Troubles sexuels
Troubles sexuels chez l’homme
Troubles sexuels chez la femme
Consultations sexo du Dr Mimoun

Psycho
Développement personnel
Psycho couple
Le coaching de l’intime par Isabelle de Faup
Psycho adolescent
Psycho enfant
La communauté Stress et Anxiété

Démarches Sécurité sociale
Remboursements sécu
Arrêt maladie
Congé de maternité
Mutuelle

Droits du patient
Dossier médical
Erreur médicale

Scandales sanitaires
Alimentation
Médicaments
Pollution

Maladies

Allergies

Angine

Angiome

Arthrose

Burn out

Cancer

Cholestérol

Diabète

Endométriose

Fibromyalgie

Gastroentérite

Grippe

Hépatite C

Hypertension

Insomnie

Mal de dos

Maladie d’Alzheimer

Maladie de Parkinson

Migraine

Sida – VIH

Stress

Varicelle

Tabac, alcool, drogues

Un problème d’addiction lié au tabac, à l’alcool ou au canabis ? Parlez en dans notre communauté.

Le blog du Dr Amandine Luquiens, addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif.

Le blog du Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve, addictologue

Santé de la bouche et des dents

Aphte

Carie

Gingivite

Santé naturelle

Acupuncture

Homéopathie

Huiles essentielles

Hypnose

Méditation

Ostéopathie

Plantes

Sophrologie

Thalassothérapie

Yoga

Régimes santé

Cholestérol

Constipation

Diabète

Tous les régimes santé…

Aliments et santé

Chocolat

Œufs

Pâtes

Tous les aliments…

Allergies et intolérances alimentaires

Gluten

Lactose

Nutriments

Oméga 3-6-9

Vitamines et minéraux

Probiotiques

Compléments alimentaires

Régimes minceur

Chrononutrition

Cures détox

Régime du Dr Cohen

Régimes protéinés/Dukan

Minceur ciblée par zone

Cellulite

Cuisses

Fesses

Ventre plat

Tous les sports

Gym / Pilates

Marche / vélo / jogging

Yoga / Taï-chi / Qi gong

Soins visage

Peau grasse/acné

Peau sensible

Peau sèche

Maquillage

Soins corps

Décolleté

Epilation

Hydratation

Jambes

Mains et pieds

Spas, hammam, massages…

Transpiration

Soins cheveux

Coloration

Perte de cheveux/calvitie

Coiffure/lissage/bouclage

Pellicules

Alimentation anti-age

Aliments antioxydants

Vitamines et minéraux

Soins anti-âge

Yeux

Front

Sourire

Visage

Corps

Médecine et chirurgie esthétiques

Chirurgie esthétique

Injections

Lasers

Peelings

Booster ses neurones

Jeux et entrainement cérébral

Mémoire

Equilibrer ses hormones

Andropause

Ménopause

Renforcer ses os et ses muscles

Activités physiques

Aliments

Désir d’enfant

Conception

Infertilité

Grossesse

Echographies Examens

Grossesse et santé

Alimentation de la future maman

Sexualité

Les blogs Grossesse

Accouchement

Préparations à l’accouchement

Accoucher étape par étape

Péridurale

Césarienne

Après l’accouchement

Retrouver sa ligne

Baby-blues

Sexualité

Bébé

Allaitement ou biberon

Diversification alimentaire

Santé du bébé

Sommeil

Eveil

Enfant

Bien grandir

Bien manger

Psychologie de l’enfant

Santé de l’enfant

Adolescent

Anorexie Boulimie

Psychologie de l’adolescent

Sexualité de l’adolescent

Contraception

Pilule

Stérilet

Préservatif

Contraception d’urgence

Désir / plaisir

Pratiques sexuelles

Positions sexuelles

Le blog sexo de Marine Nugeron et Daisy Le Corre

Troubles sexuels

Troubles sexuels chez l’homme

Troubles sexuels chez la femme

Consultations sexo du Dr Mimoun

Psycho

Développement personnel

Psycho couple

Le coaching de l’intime par Isabelle de Faup

Psycho adolescent

Psycho enfant

La communauté Stress et Anxiété

Démarches Sécurité sociale

Remboursements sécu

Arrêt maladie

Congé de maternité

Mutuelle

Droits du patient

Dossier médical

Erreur médicale

Scandales sanitaires

Alimentation

Médicaments

Pollution

Santé animale

Chiens

Chats

Autres animaux

Santé sexuelle : un plan d’action pour l’améliorer et la promouvoir
Est-il vraiment possible de « casser » un pénis ?
Comment devenir plus gentil avec soi-même
8 conseils de femmes pour se masturber
Pourquoi c’est bon de se caresser ? Comment faire pour explorer ses sensations et atteindre l’orgasme ? Découvrez nos infos insolites sur la masturbation !

http://www.santemagazine.fr/le-blog-sexo-de-marine-nugeron-et-daisy-le-corre/8-conseils-de-femmes-pour-se-masturber-59015.html

http://www.santemagazine.fr/sites/santemagazine.fr/files/styles/sm_article_image_principale/public/femme_masturbation_bain.jpg?itok=yD9yfljy

Connectez-vousouinscrivez-vouspour publier un commentaire
Suivez Santé magazine sur :

Facebook

Twitter

Google+

RSS

Pourquoi c’est bon de se caresser ? Comment faire pour explorer ses sensations et atteindre l’orgasme ? Découvrez nos infos insolites sur la masturbation !
On a souvent sa première expérience sensuelle avec soi-même quand, au détour d’une caresse inconsciente sur la cuisse, l’émoustillement nous surprend. On prend alors plaisir à jouer au pianiste sur notre corps et sur de très intimes parties, jusqu’à devenir sa propre groupie et jouir de son propre chef. On ne sait alors pas encore que c’est l’endorphine libérée qui nous procure cette sensation de bien-être mais on le sent, c’est empirique. Ainsi naît lamasturbation .
Voici quelques conseils pour peaufiner vos ébats solo.
Plus fréquente est l’activité sexuelle d’une femme (seule ou avec un partenaire), meilleure est sa vie sensuelle. Les femmes qui se donnent du plaisir auraient ainsi un potentiel de désir croissant, plusieurs orgasmes, des relations sexuelles et sociales plus gratifiantes etune meilleure image d’elle-même .
La masturbation permet en outre demieux se connaîtreet de pouvoir ainsi guider notre partenaire. On ne peut pas exiger d’une personne qu’elle nous emmène au septième ciel par l’œuvre du Saint-Esprit.
Notez aussi que l’Institut d’études de la sexualité de San Fransisco a révélé qu’ atteindre la jouissanceconstituerait un puissant analgésique (ne plaidez plus la migraine, vous ne seriez pas crédible).
Pendant les quatre jours qui suivent l’ovulation (3 esemaine du cycle) le taux de testostérone atteint son maximum. On est plus susceptibles de prendre son pied à ce moment-là (et aussi de tomber enceinte, attention !).
Mentalement d’abord : sans forcément se mettre en scène, il est bienvenu de se chauffer un peu (d’ailleurs la chaleur diminue le taux d’hormones liées au stress, et ce dernier est un fléau pour la libido).
Que ce soit avec de la musique, des bougies, un bain moussant, l‘idée reste de se faire plaisir. Doncaménagez-vous un coin douillet .
Et physiquement ensuite : réveillez Muladhara chakra en appuyant avecvos deux mains en triangle , six centimètres en dessous du nombril et pendant environ trois minutes.  Cette zone est symboliquement associée au siège de la sexualité. Sollicitée, elle dégagera les énergies du plancher pelvien.
Le simple fait de repenser à une nuit d’amour intense peut suffire à vous mettre dans tous vos états. Etunrêve sexypendant la nuitpeut vous tenir excitée toute la journée suivante.  ?
Avec de la pratique on peut même déclencher des orgasmes nocturnes. De quoi vous passez l’envie de compter les moutons pour s’endormir.
Le clitoris, bien sûr ,  mais pas que ! Touchez les lèvres externes et internes : selon une étude du Kinsey institute, 98 % des femmes déclarent ressentir la même jouissance que quand on leur touche le clitoris.
Découvrez aussi un point chaud sous ce dernier. Parce que situé près de l’urètre, nous avons tendance à déconsidérer cette petite zone. Pourtant, le docteur McKenna, professeur de physiologie et d’urologie à la Northwestern University Medical School, a découvert qu’il s’agissait d’undéclencheur potentiel d’orgasme . C’est aussi l’endroit idéal pour faire monter la chaleur après l’orgasme, quand le clitoris est trop sensible pour une stimulation directe.
Par ailleurs, il existe, entre le col de l’utérus etle point G , un doux renflement ultrasensible. Des études ont prouvé que le caresser aidait les femmes à se lubrifier et à atteindre l’orgasme.
Il est important d ’être détendue , de relâcher son corps (tout en contractant son vagin) pour ressentir pleinement l’orgasme. Souvent la respiration s’emballe et la jouissance reste superflue. Pour que cette dernière soit plus profonde, il faut aller la chercher loin dans vos entrailles. Préférez donc d’amples souffles aux petits halètements, ou bien variez les deux.
L’ orgasmene serait quela libération de tensionsselon les exologues Masters & Johnson. Pour le rendre plus intense, il convient defaire durer la phase du « j’y suis presque » .
Approchez-vous au plus près de la jouissance mais relâchez la pression juste avant en touchant un endroit moins érogène, répétez l’opération aussi longtemps que possible. Comme pour les hommes, l’orgasme est alors bien plus profond.
Vous voyez ce moment terrible où « ohhhhh allééééé… oui… allé là… arfff…. NON, je bloque ! » ? Et bien les chercheurs Julia Heiman et Joseph LoPiccolo ont découvert qu’en tétanisant volontairement vos jambes votre ceinture abdominale, vos bras ou vos pieds, vous basculerez dans l’extase. Alors si je fais la planche chéri, tu me laisses tranquille, hein ?!
Bref, nous vous recommandons vivement de faire preuve de curiosité envers votre moi inférieur, il vous le rendra bien !

comment se faire du bien seule

Bonjour,cliquez-icipour vous inscrire et participer au forum.
Affichage des résultats 1 à 15 sur 15
Excusez moi, aborder ce sujet m’inquiète mais… Comment vous procurez vous du plaisir? Je fais ça avec un coussin mais on m’a dit que c’était mauvais
Aidez-moi s’il vous plait

—–

Je ne suis pas certain que ces choses là aient quoi que ce soit de scientifique, c’est de l’ordre de l’instinctif, du ressenti. En outre, je ne vois pas ce que ce fil peut donner d’autre qu’un catalogue de méthodes diverses et variées.
Cordialement,
piwi
Je sers la science et c’est ma joie…. Il parait.
bonjour
si on t’a dit que le coussin c’était mauvais, je pense que c’est lié au (petit) risque de cystite (infection urinaire) du au frottement, comme dans un rapport « normal » avec pénétration vaginale
donc ce n’est pas mauvais à condition d’aller faire un pipi après les rapports (et même si c’est avec le coussin )
sinon la plupart des femmes se masturbent simplement en se massant le clitoris avec un doigt.
et ne t’inquiète pas, parler de la masturbation ça n’a rien de mal ou de dégoutant
Salut,
juste pour éviter les cystites : il faut bien boire et comme a dit Flo, aller faire un petit pipi après Ce n’est pas très romantique, certes, mais qu’est-ce que ça t’épargne des moments désagréables…!
Puis, c’est à toi de connaître ton corps : est-ce que tu aimes passer plus de temps sur ton clitoris, ou bien tu aimes introduire des doigts, c’est à toi de prendre ton pied comme tu le souhaites
Cordialement,
An expert is one who knows more and more about less and less.
Excusez moi, aborder ce sujet m’inquiète mais… Comment vous procurez vous du plaisir? Je fais ça avec un coussin mais on m’a dit que c’était mauvais
Aidez-moi s’il vous plait
salut,c’est normal d’aborder le sujet je trouve ça courageux,mais le fair avec ton cousin il faut l’éviter suis cette régle et tu a de forte chance de réussire »l’important c’est pas d’arrivée a un but mais d’aissayer de l’atteindre » alors efforce toi d’éviter cette situation avec ton cousin ou n’importe qui car c’est movais pour ta personnalité et pour tes relations avec les gens est n’oublie pas reste cool car tu l’es……………..
« la vie est une farce » E. Ionesco – section santé for ever :D
Hum je penses qu’elle voulait parler du couSSin, l’objet et pas le couSin la personne …
salut,c’est normal d’aborder le sujet je trouve ça courageux,mais le fair avec ton cousin il faut l’éviter suis cette régle et tu a de forte chance de réussire »l’important c’est pas d’arrivée a un but mais d’aissayer de l’atteindre » alors efforce toi d’éviter cette situation avec ton cousin ou n’importe qui car c’est movais pour ta personnalité et pour tes relations avec les gens est n’oublie pas reste cool car tu l’es……………..
On n’a pas dit que des conneries sur ce sujet on en a aussi écrit beaucoup(*).
La masturbation n’est ni mal ni bien, vu sous l’angle moral, ni saine ni malsaine, sur le plan psychologique, ni bonne ni mauvaise pour la santé, sur le plan physique. Elle existe. Point barre.
En matière de « il faut » ou « il ne faut pas » le seul risque dont il faut se prémunir est d’ordre hygiènique. Il faut donc se laver avant et après, comme pour tout. Par conséquent, ne sachant pas comment tu utilises ton coussin, tout ce que je peux dire est : attention à l’hygiène (c’est idiot mais il faut y penser).
Parmi les autres recommandations la question est comme toujours de savoir a) si ça nuit à autrui et b) si ça nuit à soi-même. Pour le premier point c’est clair (hormis de fâcher tes parents s’ils s’en aperçoivent). Pour le deuxième, malgré toutes les sornettes qu’on a dites, on peut affirmer que ça ne nuit pas à la santé.
Enfin si d’autres s’en aperçoivent ils risquent de se moquer de toi et c’est embêtant, mais ce sont eux/elles qui sont bêtes.
Pour le reste il n’y a pas de mal à se faire plaisir, je dirais même au contraire. Certaines âmes pures vont objecter que tu risques de le faire trop (mais jamais pas assez) C’est vrai que c’est peut-être embêtant à partir du moment où ça t’empêche de faire autre chose. Il est vrai aussi qu’il y a des gens chez qui le sexe, et pas seulement la masturbation, devient une addiction. C’est rare. Mais c’est comme les patisseries : elles ne sont pas mauvaises en elles-mêmes, c’est d’en manger trop qui est mauvais.
D’après ce que je sais, les garçons commencent à se masturber dès la puberté et prennent un abonnement à vie, alors que les filles ne s’y mettent pas toutes et en général assez tard. Plus grave, alors qu’un homme parvient à l’orgasme pratiquement à chaque coup, que ce soit en solitaire ou avec une partenaire, ce n’est en général pas gagné d’avance pour la femme. C’est donc une injustice de plus.
J’ai lu un article sur ce point que je soumets à votre appréciation à tous. En résumé : comme les garçons la pratiquent tôt et souvent ils se connaissent bien et ainsi développent des stratégies, utiles avec une partenaire, pour contrôler autant que possible leur érection, la montée du plaisir, la durée et finalement le moment de l’orgasme. Il recommandait donc aux filles d’en faire autant afin d’être plus proactives avec leur partenaire et ainsi de savoir parvenir par elles-mêmes à l’orgasme (et donc de ne pas compter sur lui pour ça car là on peut dire que ce n’est pas gagné d’avance).
Je ne peux donc que te recommander de te donner du plaisir mais étant moi-même un garçon j’hésite à te dire comment. Plutôt qu’un coussin, les mains nues me paraissent plus indiquées. Caresse aussi tes seins qui sont extrêmement sensibles. Tu connaitras ainsi mieux ton corps et les moyens de parvenir au plaisir. Pour les détails tu trouveras toi-même et bonne chance !
Une dernière recommandation : attention ça décoiffe !
ND
*) En paraphrasant Coluche.
Bonjour Flo,
J’espère que tu liras ce message meme si ca fait longtemps que tu as envoyé le tien!
Quand j’etais petite, je me masturbais avec mon nounours. Mes parents s’en sont rendus compte et comme je n’avais meme pas 10 ans, ils m’ont emmenés chez le pédiatre qui leur a dit que c’etait normal et qu’ils ne devaient pas m’en empecher tant que je faisais ca dans l’intimité.
Quand j’ai eu l’age de me debarasser de mon nounours, j’ai ensuite fait ca avec mon coussin comme toi ( et je n’ai jamais attrapé d’infection urinaire à cause de ça… il faut de toute facon que tu ai une bonne hygiène en général, et que tu laves aussi bien cette zone que le reste quand tu prend ta douche)
J’ai mis très longtemps avant de pouvoir l’avouer à mon chéri car effectivement beaucoup de femmes se masturbent avec les doigts, et que moi ca n’etait pas le cas.
Il faut que tu retiennes seulement que la masturbation est quelquechose de normal chez les femmes comme chez les hommes, et que tu ne dois pas culpabiliser sur la facon dont tu le fais. Les filles parlent encore peu de ce sujet entre elles, mais ca ne veut pas dire qu’elles ne se masturbent pas.
Tu auras aussi plus tard la possibilité de decouvrir ton corps de facon plus intime quand tu le décideras, et tu vois à mon age, j’ai une sexualité très épanouie meme si je ne me masturbe pas en y mettant mes doigts.
Sur ce je te souhaite bien du plaisir!
utiliser un coussin est surtout dommageable pour le coussin qui risque de garder des traces de jouissance !
Sur ce qui a pus etre dis auparavant il n’y a aucun mal a se masturber. Tu vois moi au début quand j’ai dmander a ma copine de la msturber elle ma répondu non. Je lui est demander pourquoi elle ma répondu qu’elle avait hote de sa e je lui est expliqué qu’il n’y avait rien de mal a la masturbation et maitenant lle se masturbe elle-même et je la masurbe aussi, comme quoi il n’y a pas de mal a se masturber.
Je me masturbe égalament.
J’espere que tu n’a pas honte de le faire avec ton cousin ar se n’est pas une honte de se masturber.
Voila je te souhaite une bonne jouissance.
ouffffff
J’ai eu peur, j’ai lu couSin au lieu de couSSin.
Dans ce cas la, eclate toi
Evite de prendre celui du canapé….
Et plus sérieusement, le seul truc à penser c’est l’hygiène….va pas te frotter le minou avec le coussin du chien….
J’interviens juste un petit coup pour préciser que le sujet est certes un peu Olé Olé mais sérieux pour autant. Évitons juste de céder trop facilement à un humour grivois. Je n’accable personne mais je voudrais juste que la discussion se poursuive avec maturité et intelligence.
Merci pour tout.
Pour la modération,
piwi
Je sers la science et c’est ma joie…. Il parait.
Bon ; ce sujet continuant à dériver malgré le rappel de piwi, il est dorénavant fermé.
Pour la modération.
Par boguy dans le forum Électronique
Par lamaisondubonheur dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
Par Bencepheus dans le forum À la conquête de Mars
Par nonny dans le forum Logiciel – Software – Open Source
Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement11h43 .
Powered by vBulletin® Copyright © 2017 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
SEO by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
Traduction by association vBulletin francophone (www.vbulletin-fr.org)
Skin by CompleteVB / FS

comment se faire du bien seule
Accueil/Forum/Sexualité/ Y’a t’il un moyen pour les femme de se faire plaisir seule?
bonjour j’aimerais savoir si kelkun arive a se faire du bien seule? je vie encouplemais j’ai besoin d’un petit plus si kelkun pouver me donner des truc ou des astuse.merci
3D : Comment ça se passe quand on subit une ovariectomie ?
3D : Comment ça se passe quand on subit une ovariectomie ?
Ma femme se fait de petits extra Avec un vibro pour le clito. elle peutmonter au plafond en 30 secondes mais elle gere pendant 20 minutes et elle brode autour avec de petites choses . C’est un appareil silencieux , branché sur le secteur et qui lui convient tres bien. Il arrive qu’on l’utilise ensemble mais elle l’utilise principalement quand je suis absent ou pasdisponible. On l’aime bien et on l’a choisi ensemble. Lesorgasmesse suivent et sont tres fort.
Ce sont de très bons conseils En plus dis toi, que cela permettra de connaitre ton corps, et ses besoins. Cela enrichira même les plaisir partagés futurs.
Essai les petitsjouets…. il existe beaucoup de petitjouetspour que vous puissiez vous fair plaisir toute seule mesdame a utilisé seule ou encouplepar exemple les petis vibro télécommandé….vous pouvez l’utilisez vous même ous vous confiez la petite télécommande àvotre chéri et c’est lui qui ce fera un plaisir de vous faire plaisir quand vous ne vous attendriez le moins du monde….
Bonsoir as tu déjà essayé lessex toys ? un pur plaisir solitaire…tu découvres ton corps et un plaisir dont on devient tres vite accro
Fellation : Je ne garde pas ma langue dans ma poche
Petit guide pour faire l’amour avec deux hommes (en même temps)
Chaque jour, je veux les derniers buzz pour faire vibrer ma boîte mail

comment se faire du bien seule

– Rubriques – Actualités Beauté Bébé-Enfant Dictionnaires Forme Grossesse Maladies Minceur Médecines naturelles Nutrition Santé au quotidien Santé connectée Sexualité Vidéos
Vous êtes ici»Sexualité»Pratiques sexuelles»Comment faire l’amour tout seul
Publié parDr Catherine Solano, médecin sexologuele Vendredi 29 Janvier 2010 : 00h00
Sommaire

1. Les hommes optent pour la stimulation manuelle

2. Les femmes axées sur leur clitoris

3. L’amour en solitaire, c’est magique !

4. Le désir est une nécessité !

5. Plaisir solitaire : gare à l’addiction !

6. Plaisir solitaire : les femmes moins adeptes !

7. Plaisir solitaire : les hommes plus précoces

8. Faire l’amour tout seul, une question de profession ?

9. Plaisir solitaire : ils l’ont dit !

10. On en parle sur le forum

Suivez l’actualité santé en temps réel

Newsletter Medisite.fr

Appli Medisite

Dico des plantes

Medisite Régimes

Tests Sexualité

Medisite Magazine

La pratique du plaisir solitaire concernerait 60 % des femmes et 91 % des hommes ! Comment s’y prendre, quelles sont les méthodes les plus fréquentes, pourquoi peut-on devenir dépendant(e) ? Les réponses du Dr Catherine Solano, médecin sexologue.
La newsletter Medisite.fr est envoyée une fois par semaine, le désabonnement se fait en un clic
Planet.fr SA, Entreprise de presse en ligne, numéro d’agrément CPPAP 0619 Y 91368

comment se faire du bien seule

Accueil

Myself & Co

Ma santé, ma sexo & moi

Petit guide de la masturbation pour se fa…

Filtrer :

du + récent au + ancien
du + ancien au + récent

hello tous les branleurs et futurs branleurs !
ancien étudiant et toujours branleur-addict !
le foetus se branle déjà (non il se touche) dans l’utérus !
la branlette vient dès le plus jeune âge dès que la main peut atteindre la zone génitale, souvent après la fin des ‘couches’ !
tous les enfants (garçons et filles) peuvent donc se toucher fréquemment n’importe quand devant n’importe qui ce qu’il faut limiter dès que le jeune est en âge de comprendre que cela relève de l’intime donc qu’il le fasse quand il ne sera pas vu.
la branlette est une activité ‘normale’ (quelle norme ?) à tout âge !
ne pas assimiler branlette et éjaculation ! il y a la limite ‘naturelle’ à l’éjaculation : quand les glandes sont épuisées elles ne produisent plus, ce qui n’empêche pas de bander!
donc branlez-vous quand vous pouvez et autant que vous voulez, votre coprs vous limitera tout seul !
un vieux branleur
je pratique assidument depuis mes 14 ans, j’en ai 64, je peux donc affirmer que la masturbation permet de se connaître et donc de guider ses partenaires, et vice-versa, qu’elle ne rend pas sourd, qu’elle appaise quand on est en manque, ce qui permet de ne pas harceler sa femme quand elle n’a pas envie.
Bref, que de avantages, à condition qu’elle ne soitpas l’unique sexualité et qu’on ne s’en culpabilise pas, comme certaines religions le font.
J’aime beaucoupla masturbation souvant des envies et ma petitecopinen’est pas à mes côtés avec les filmspornographiquesje m’exicte rapidement et j’ejaculeénormément j’adore..
Moi aussi, un peu plus âgé, je me masturbe très souvent, même si maintenant vu l’âge je ne vais pas jusqu’à l’éjaculation. C’est toujours aussi bon ! D’autant que je m’hésite pas à mettre des sous vêtemets féminins qui m’excitent beaucoup, avec un plug bien placé c’est très agréable
La masturbation est un acte parfaitement normal (d’un point de vue médical j’entends, je ne suis pas bien renseigné en ce qui concerne la religion), surement plus sain que d’attendre, avec une frustration croissante, que l’amour nous tombe dessus pour satisfaire ses désirs.
César, ton troll est simplement écœurant.
Je sais bien que c’est une mauvaise pratique devant Dieu, je ne pas encore parvenu à l’arreter .
Le site lifestyle de letudiant.fr vous propose d’enjoliver votre vie étudiante: déco, mode, beauté, high tech, geek, cuisine, loisirs …

L’Étudiant Trendy

 | 

Publié le22.08.2016 à 09H00
Après la lecture de ce sujet, vous saurez tout sur la masturbation. Et vous saurez aussi comment vous faire grandement plaisir. Parce que se masturber est plus que normal, suivez le guide !
La masturbation, c’est la stimulation manuelle et solitaire des organes sexuels(pénis pour les garçons et clitoris et vagin pour les filles), dans le but de provoquer une excitation et éventuellement un orgasme. Cette pratique sexuelle existe depuis que l’humain est sur Terre. Se masturber est normal et naturel. Tout le monde ou presque s’est déjà masturbé ouse masturbe encore, jeune ou moins jeune, avec plus ou moins de fréquence .
Un petit point avant d’aller plus loin :non, la masturbation ne rend pas malade , ni obsédé, ni stérile, ni impuissant, ni sourd…et oui, même s’il est encore plus courant et facile pour les garçons de parler de ce sujet, les filles sont toutes aussi concernées… et actives !
Pour satisfaire son désir sexuel Quand on débute sa puberté, le corps se transforme. Les organes sexuels (pénis ou vulve) se développent et la production d’hormones sexuelles (testostérone chez les garçons et estrogènes chez les filles) s’accélère. Sous l’influence de ces hormones, notre cerveau est stimulé plus ou moins en permanence par une excitation latente, que l’on qualifie de désir sexuel. Dans l’attente d’une certaine maturité sexuelle (physique et psychologique) et afin de réguler cette montée du désir, les garçons et les filles peuvent avoir recours une stimulation manuelle de leurs organes génitaux, appelée masturbation, plus pudiquement nommée « caresse », ou plus populairement « branlette » (quelle poésie).
Pour se faire plaisir Filles et garçons se masturbent tout simplement pour se faire plaisir.La masturbation fait du bien, elle apaise, elle détend … Elle aide aussi à dormir. Se masturber, c’est s’accorder un moment de bien-être !
Pour mieux se connaître Une autre vocation de la masturbation est celle de l’apprentissage et de la découverte de son corps. Les transformations physiques qui interviennent au cours de la puberté sont de grandes interrogations de la part des filles et des garçons qui n’ont pas été préparés à cela. Partir à l’exploration des organes et de leur fonctionnement joue un rôle très important à la préparation de la sexualité.
Pour se réguler avant un rapport Les garçons utilisent parfois la masturbation, comme d’un « régulateur mécanique » de leur éjaculation. En effet, en se masturbant peu avant un rapport sexuel (une à deux heures avant), ils réduisent leur « potentiel d’excitation ».Ils retardent ainsi le moment de leur éjaculation , pour être capable de faire durer le plaisir de leur partenaire. Et les filles aussi font ça. Un orgasme solo avant un rapport sexuel retarde le prochain… (orgasme, pas rapport).
Il n’y a aucune règle pour commencer à se masturber. D’ailleurs, dans le ventre de sa mère, le fœtus semble véritablement s’adonner à des attouchements des organes sexuels, cette pratique paraissant se poursuivre durant toute l’enfance avec le tripotage du zizi par les petits garçons ou de la zézette par la fillette. Des études  démontrent que l’âge des premières masturbations coïnciderait avec le démarrage de la puberté, vers 12 ans ; mais que le pic de masturbation interviendrait entre 13 et 16 ans… La masturbation subit des rythmes différents selon l’âge et la vie sexuelle des individus ; d’une fois par an à plusieurs fois par jour, le rythme semblant décliner avec la vie en couple et l’âge.
La masturbation n’est pas systématiquement une pratique solitaire destinée aux « célibataires ». Certes, l’absence de partenaire est souvent propice à la pratique de la masturbation. Mais il arrive souvent que des partenaires réguliers aient recours à cette pratique, pour évacuer un trop plein d’excitation sexuelle entre deux relations (éloignement géographique, rythme et besoins différents des deux partenaires,…) ou simplement pour le plaisir de se faire plaisir. Si vous surprenez votre partenaire en train de se masturber, pas de panique ; cela ne signifie pas que vous ne le satisfaites pas sexuellement ou qu’il ou elle ne vous désire plus.
La masturbation peut également faire partie de la sexualité de couple. Masturber son partenaire ou se masturber devant lui fait aussi partie des jeux érotiques et des préliminaires. Se donner du plaisir sous son regard accroit bien souvent la complicité et excite l’autre qui en plus de ça découvre les gestes que vous aimez.
Il n’y a aucune règle en la matière. Chacun se masturbe à sa guise. En général, on choisit un lieu calme où personne ne viendra nous déranger : lit, douche… Et on part à la recherche des zones les plus sensibles de notre corps : cuisses, seins, vulve, pour les filles et pénis pour les garçons qui ont souvent moins besoin de préliminaires. La masturbation s’accompagne généralement de pensées érotiques, d’images virtuelles ou réelles associées à des personnes connues ou… pas. Les filles se concentrent plus souvent sur le clitoris, en posant leurs doigts dessus et en faisant des petits mouvements circulaires. Elles jouent aussi avec l’entrée de leur vagin et l’intérieur ; elles peuvent s’introduire un doigt ou un sextoy fait pour ! Les garçons placent leurs mains autour de leur sexe en érection et le caresse dans un mouvement de va-et-vient plus ou moins rapide. Ils stimulent également leurs testicules, zones érogènes.
Pour toujours plus de plaisir, vous pouvez vous amuser à changer de position (pourquoi toujours se masturber allongé ?). Vous pouvez avoir recours à des sextoys (et ça existe pour les hommes ; des sextoys qui simulent un vagin…), utiliser un lubrifiant (à base d’eau de préférence) pour davantage vous exciter.
La masturbation ne traduit aucun comportement pathologique, quelle que soit  la fréquence de cette pratique. Ce qui peut poser problème est davantage l’impact d’une masturbation excessive sur la relation avec son partenaire. En effet, la masturbation est légitime et épanouissante quand elle contribue à l’équilibre sexuel d’un homme ou d’une femme. Elle ne doit être « surveillée » qu’à partir du moment où elle joue un rôle soit addictif (quand on ne peut plus s’en passer) ou qu’elle éloigne de son partenaire (lorsqu’on préfère la masturbation aux rapports sexuels « classiques »). Si vous avez la sensation que c’est votre cas, il devient important pour votre équilibre et votre avenir affectif d’en parler avec un sexologue, afin qu’il vous aide à mieux comprendre les enjeux de ce comportement et qu’il viys accompagne dans le rééquilibrage de vos pratiques vers davantage de partage et moins de solitude.

L’Étudiant Trendy

 | 

Publié le22.08.2016 à 09H00
Déprime : ces étudiants ont réussi à rebondir
.  Desmassages orientauxavecIdéeCadeau.fr ,
. Des  séjours à IbizaavecStoke Travel ,
.  Des rouges à lèvres matavecJoko ,

comment se faire du bien seule

DDoS protection by Cloudflare

Ray ID: 3482b574c47b2b94
This process is automatic. Your browser will redirect to your requested content shortly.

comment se faire du bien seule

Beauté Mode Sexo

Actu Sexo

Sexualité

Gynéco

Pratiques sexuelles

Désir et libido

Plaisir et orgasme

Problèmes sexuels

Célibataire

Rencontre amoureuse

Séduction

Ma vie de célibataire

Couple

Vie de couple

Infidélité

Séparation couple

Comprendre les hommes

Paroles d’hommes

Kamasutra

Positions Sexuelles

Tests & quiz amour

CosmoMan, coach d’amour

Questions à CosmoMan

Conseils du CosmoMan

Psycho Forme Astrologie Lifestyle Culture People Vidéos Jeux concours Boutique Newsletters Forum Irrésistible

Je certifie ne pas envoyer d’e-mail indésirable
Le plaisir féminin, parlons-en avec une sexologue !
Après ses vidéos expliquant commentmasturber son partenairepour lui donner un maximum de plaisir, layoutubeusespécialisée dans le sexeet le plaisirAdinaRiversest de retour avec un nouveaututo .
Et cette fois-ci, elle nous explique comment s’y prendre pour semasturber soi-même .
Et délivre de précieux conseils à adopter pour être sûre de prendre son pied !
Premier point essentiel à mentionner :la masturbation est quelque chose de naturel.Il n’y a aucunmalà se faire du bien !Pourtant, dans l’esprit collectif, il s’agit encore et toujours d’un sujet tabou, entouré de mythes(selon nos grands-mères, elle rendrait même sourde !) .
Alors pourprendre du plaisiren se caressant, on commence par se rappeler que la masturbation est bonne pour la santé et qu’il s’agit avant tout de se faire du bien.Alors pourquoi s’en priver ?
Le secret d’une bonne séance de masturbation ?Le confort.Pas question de faire cela à la va-vite.
On prend donc le temps de s’installer confortablement, et de s’assurer qu’on ne sera pas dérangé.En coupant son téléphone et en fermant la porte à clé, par exemple !
Pour passer unesoirée romantiqueavec votre partenaire, vous mettez le paquet :playlist romantique, bougies…Pourquoi ne pas faire la même chose pour vous-même ?Quitte à se faire plaisir, autant faire les choses comme il faut.
Créez une ambiance romantique afin de vous mettre dans l’ambiance, vous en retirerez encore plus de plaisir !
On l’a déjà dit :le secret est de prendre son temps.Installez-vous dans la position que vous préférez pour vous caresser, respirez et prenez conscience de votre corps.Car la masturbation ne passe pas que parvotre sexe !
Caressez vos bras, votre ventre, vos seins, vos fesses, vos cuisses…Exactement comme lors d’une séance depréliminaires .L’objectif ?Faire doucement grimper le plaisir…
Certaines femmes ont tendance à penser qu’elles n’auront un orgasme qu’en stimulant leur clitoris.En réalité, c’est toute la zone génitale qui faut caresser pour faire monter le plaisir.Les petites et les grandes lèvres, le clitoris, lepoint G …N’oubliez aucune zone pour maximiser vos chances d’ atteindre l’orgasme .
En sentant monter le plaisir, on a tendance à retenir sa respiration.Mauvaise idée !Comme en sport, le fait de retenir sa respiration peut bloquer les muscles.En respirant correctement, vous aiderez le plaisir àse diffuser dans tout votre corps.
Essayez aussi de faire des pauses.Lorsque vous êtes sur le point de jouir, arrêtez vos caresses et reprenez doucement.Ce petit manège va faire grimper le plaisir pour un orgasme incomparable.
Et surtout :ne vous prenez pas trop la tête.Il n’y a pas de méthode universelle pouravoir un orgasme .Essayez ce qui vous fait envie jusqu’à trouver la technique qui fonctionne pour vous.L’essentiel est de prendre du plaisir !

comment se faire du bien seule

Beauté Mode Sexo

Actu Sexo

Sexualité

Gynéco

Pratiques sexuelles

Désir et libido

Plaisir et orgasme

Problèmes sexuels

Célibataire

Rencontre amoureuse

Séduction

Ma vie de célibataire

Couple

Vie de couple

Infidélité

Séparation couple

Comprendre les hommes

Paroles d’hommes

Kamasutra

Positions Sexuelles

Tests & quiz amour

CosmoMan, coach d’amour

Questions à CosmoMan

Conseils du CosmoMan

Psycho Forme Astrologie Lifestyle Culture People Vidéos Jeux concours Boutique Newsletters Forum Irrésistible

Je certifie ne pas envoyer d’e-mail indésirable
Pratique ancestrale venue de la Chine, la gymnastique sexuelle – aussi appelée Kung-fu sexuel – est encore très méconnue dans nos cultures occidentales. Faire travailler les muscles qui entourent le vagin permet pourtant aux femmes de mieux contrôler leurs corps et d’accéder plus facilement à l’orgasme…
Les hommes n’ont pas l’apanage du plaisir solitaire ! Selon une étude récente, les femmes se masturberaient (presque) autant que ces messieurs ! Et pas en pensant à n’importe qui… Channing Tatum et Ryan Rosling, voilà de quoi titiller notre imagination.
Avoir un orgasme, il n’y a rien de tel pour se détendre et se sentir mieux. Seulement voilà, quand notre partenaire n’est pas là, comment faire pour prendre du plaisir ? En se masturbant, tout simplement ! Découvrez le mode d’emploi de la masturbation féminine pour arriver à la jouissance sans l’aide de personne.
Le plaisir solitaire a une mauvaise réputation. Mais se faire du bien est réellement bon pour vous ! Sommeil, plaisir décuplé, confiance en soi et détente, voici 8 bienfaits de la masturbation sur votre santé. De quoi se lancer sans culpabiliser !
Depuis juin 2015, les Suédois ont ajouté un nouveau mot à leur vocabulaire : Klittra ! Mais que désigne-t-il au juste ? On vous proposerait bien d’aller en Suède pour en parler directement aux locaux, sauf que cela pourrait vous mettre dans une drôle de situation… En tout cas, c’est le mot qui a été le plus utilisé cette année !
A quoi pensent les femmes quand elles se masturbent ? Comment s’y prennent-elles ? Arrivent-elles à atteindre le septième ciel ? Ces questions suscitent souvent l’imagination des hommes. Un homme livre ses pensées à une femme sur ce qu’il imaginait de la masturbation féminine. Vous allez peut-être être étonnées de ces 12 idées.
La masturbation n’est plus taboue ! Aujourd’hui, près de 7 femmes sur 10 avouent s’adonner à cette pratique régulièrement ou occasionnellement. Et elles ont raison, car la masturbation ne présente que des atouts, aussi bien pour le moral que pour la santé ou pour le couple ! Petite revue de détail.
Être célibataire ne doit plus vous empêcher de goûter au plaisir sexuel. Revue hot, film coquin, sex-toy, vous n’aurez plus d’excuses pour atteindre l’orgasme en solitaire.
« La masturbation, c’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime ». Signée Woody Allen, cette petite phrase résume assez bien cet acte pratiqué, selon une enquête de 1993 sur les comportements sexuels des Français, par plus de 80% des hommes contre 50% des femmes. Pourquoi nos chers et tendres vouent-ils un amour indéfectible à la branlette, même lorsqu’ils sont heureux et satisfaits en amour ? Faut-il s’inquiéter de le voir rester si longtemps sous sa douche tous les matins ? A-t-on raison d’être furieuse lorsqu’on le surprend en plein acte d’onanisme ? Se masturber, c’est un peu tromper, ou bien ?
Honteux tabou hier, désormais la masturbation est un plaisir qui se revendique, se conseille et se pratique de plus en plus… en couple !
La masturbation féminine comme masculine revêt un caractère tabou, parfois sacré, presque défendu. Sans oser en parler, chacune se demande sans doute comment se donner du plaisir, comment se masturber ou encore pourquoi utiliser un sex toy pour atteindre l’orgasme. Derrière ce sujet prohibé, bien des questions demeurent, encore difficile à évoquer en public. Lever de voile en 8 points !
Côté masturbation, on sait comment se faire plaisir. Mais donner du plaisir à son partenaire en le masturbant, c’est une autre histoire. Envie d’amener votre homme au septième ciel ? Il existe des tutos pour nous apprendre à devenir des expertes du massage érotique du pénis. On parie que vous allez apprendre des choses ?
Et si la solution à nos téléphones toujours déchargés se trouvaient dans la masturbation ? Un nouveau bracelet développé par un site pornographique américain permet de capter l’énergie créée par nos plaisirs solitaires. Une énergie qui peut ensuite être utilisée pour charger nos smartphones.
Moi je me masturbe mais je veux arreter comment faire?
Je me mastube depuis l’age de 12ans et je vais avoir16ans et je trouve que c genial
Moi j’ai bientôt 14 ans et je me masturbe une fois (pardois une autre dans la journée) par jour tous les soir dans mon lit. Avant de s’endormir, rien de tel qu’un peu de sexe pour se détendre.
Moi je me masturbe depuis l’âge de 5 ans et la j’ai 11 ans et tjr autant de plaisir
Juste une question est-ce que ça va me rendre malheureuse dans ma vie sexuelle dans quelques année quand j’aurai un copain ??
Moi
Je me masturbe depuis l’âge de 15 ans… bientôt la quarantaine …et toujours folle de cette pratique. Quand le conjoint n’est pas disponible… mieux vaut une bonne masturbation que de prendre un amant.
J’adore më voir et me faire jouir.
Si la masturbation reste une pratique sexuelle encore taboue, pratiquée, elle apporte de nombreux bienfaits sur le plan personnel. Cosmo vous dit tout sur la masturbation féminine, mais aussi masculine, pour un plaisir solitaire ou en duo.
La masturbation est souvent un équilibre sexuel, les prémices et la découverte de la sexualité. Avant de se connaître à deux, il faut se connaître se connaître soi-même. 
La masturbation féminine  comme la masturbation masculine permet de découvrir son corps. Avec la masturbation, vous faites la différence entre leclitoris , lepoint G , et toutes les autreszones érogènes .
Et puis, découvrir le  plaisir solitaire , c’est trouver l’orgasme, la jouissance et le plaisir sexuel. Il s’agit de vous mettre à l’aise avec votre corps pour atteindre le nirvana.
Saviez-vous que les suédois ont même inventé un mot pour désigner la masturbation féminine ? Klittra ! Et onanera pour les hommes.
Apprendre à se masturber , c’est aussi la solution pour une vie sexuelle épanouie. Lorsque la libido est en berne, la masturbation peut être d’un grand secours. Seul ou seule, d’abord. En couple, ensuite.
Cosmo vous donne ses bons tuyaux pour prendre du plaisir en solo. Sachez que la masturbation apporte des bienfaits à votre organisme. Si, si, c’est prouvé !
A chacun(e) sa technique de masturbation : plutôtclitorienne ou vaginale , vous pouvez apprendre à vous masturber de la meilleure façon pour prendre votre pied.
Peur de vous lancer ? On a même un tuto pour vous aider, garanti sans porno. A vous l’orgasme en solitaire.
Sachez que la majorité des femmes ont besoin de la masturbation pour  atteindre l’orgasme . La masturbation peut devenir un moyen de découvrir la jouissance, de faciliter l’orgasme féminin ou d’encourager l’orgasme masculin.
Cosmo répond à toutes vos questions sur la  masturbation féminine  mais aussi sur la masturbation masculine…Parce que oui, pourquoi, mais pourquoi, les hommes se masturbent-ils sans aucun tabou ?
Faites le point sur ce que vous savez ou vous ignorez encore de la masturbation et jouissez sans modération des conseils que vous livre Cosmo… 

comment se faire du bien seule

Rechercher
Newsletter
Réseaux sociaux
Mon compte

Médecine

Bien manger

Minceur

Médecines douces

Bien-être

Beauté

Amour & Sexo

Maman

Sénior

Boutique

Masturbation : comment les femmes se donnent du plaisir

Par
Top Santé

Le 29 mai 2014 à 20h00

Pseudo :

Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme

Les services de Top Santé

© Topsante.com – Tous droits réservés

Je souhaite aussi recevoir
les bons plans des partenaires du site
Renseignez votre email puis validez
Si le plaisir féminin a longtemps été occulté, la masturbation féminine, en particulier, était et reste inavouable pour certaines femmes alors qu’elle est considérée comme un signe de santé sexuelle chez ces messieurs. Son sujet a été si peu abordé qu’on en ignore beaucoup de choses. Le rapport de Shere Hite a mis les choses au clair. La sociologue a demandé aux femmes d’expliquer comment elles s’y prenaient pour se procurer du plaisir et accéder à l’orgasme. Réponses…
Dans la très grande majorité des cas (73 %), la femme excite manuellement la région clitoridienne et/ou vulvaire, tout en étant couchée sur le dos : « Je m’excite toujours de la même façon : mon doigt caresse monclitoriset parfois j’enfonce en même temps un autre doigt dans mon vagin. Je ne caresse que ma zone génitale. » « Mes doigts caressent mon clitoris et, de ma main libre, je gratte, tire, pince le bout de mes seins. Je me caresse alternativement de haut en bas et en rond. Mes jambes sont tantôt jointes, tantôt écartées. »
La femme peut aussi se coucher sur le ventre (5,5 %) : « Je me masturbe sur le ventre, les jambes jointes en pressant mon clitoris avec l’index et le médium des deux mains, l’une sur l’autre. Parfois je me caresse les seins ou les fesses d’une main, ou je glisse mes doigts dans mon vagin. » « Je débute par une caresse circulaire du clitoris et de temps en temps je frotte de haut en bas, le clitoris serré entre deux doigts. De la main droite, je vérifie que mon vagin est bien mouillé et je me livre à un fantasme. Je continue de stimuler mon clitoris et je glisse deux doigts dans mon vagin. » « Je maintiens sous moi levibromasseur , plus ou moins fermement, en remuant mon corps sur lui. »
Certaines femmes se frottent à un objet doux (4 %) : « Je fais avec le drap une petite boule à peu près de la taille d’un poing, je me couche sur le lit, la boule appuyée sur mon clitoris. Puis je remue les hanches avec un mouvement circulaire jusqu’à ce que je jouisse. » « Je me masturbe sur le coin d’une chaise, je me frotte, les jambes serrées. J’ai découvert cette méthode par hasard quand j’avais 4 ans. » « Je mets en boule ma robe de chambre, mon oreiller ou même mon sac à linge, et je le chevauche littéralement, je me frotte dessus avec un mouvement continu, en appuyant de plus en plus fort. » « Je me frotte lentement contre mon lavabo, en appuyant très fort mon pubis, la fraîcheur de la céramique m’excite beaucoup. »
D’autres femmes serrent leurs cuisses en cadence, de façon répétée (3 %) :« Je suis assise sur un fauteuil ou dans mon lit, et je me sers des muscles de la partie interne de mes cuisses. Je me concentre avec toute mon énergie sur la région de mon sexe. » « Je frotte mes cuisses l’une contre l’autre, en général couchée, mais je le fais aussi en étant assise (au bureau, dans l’autobus, etc.). Le frottement exerce une pression délicate sur le clitoris. »
Elles peuvent aussi masser leur région génitale avec de l’eau (2 %) : « Je dirige le jet de la douche vers mon clitoris, les jambes très écartées. » « Je suis couchée dans la baignoire et l’eau du robinet tombe sur mon pubis, mon clitoris et mon vagin. Plus l’eau est chaude, plus la pression est forte, et plus je jouis vite. »
11 % des femmes ayant répondu au questionnairecombinent plusieurs de ces techniques  : « Je me masturbe de bien des façons. Sur le dos dans la baignoire, sur mon lit, sur un divan, sur le plancher et tout y passe : mes seins, mon ventre, mes cuisses, mes fesses, mon vagin et mon clitoris. J’aime aussi varier mes caresses avec un vibromasseur. »
Bonjour, j’ai 13 ans j’adore me masturber est ce quecest normal ?
J ai regardé le film érotique à 22h30 hier soir .J ai mouillé +++ ? J ai eu l envie subite de me masturber avec mon oreiller .Je ne pouvais pas grier mais mon mari était au lit , je me suis mis un baillon ds la bouche .J ai jouie et j ai un super orgasme qui m a emmener au 7 eme ciel .J ai recommencé une heure plus tard ?C était extraordinaire !!!!!!!!! .J en aisuper besoin , je ne fais plus l amour avec mon mari .Et de suite , je repars me masturber ?ESTCE NORMAL ,? Jattends vos témoignages
j ador l sexe j m masturb tte le nuits
Bjr jé tjr envie d m masturber a nimporte kél momen du jour ou d la nui ést normal,jé peur d dvnir frigide
J’ai 12 ans et j’adore le masturber est que c normal
Vous êtes bien inscrit(e) à la newsletter avec l’adresse :Email@test.com
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l’Informatique, aux Fichiers et aux Libertés,
vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant.
Pour l’exercer ou en savoir plus,cliquez ici .

comment se faire du bien seule
Touche Q ou GAUCHE pour passer au fichier précédent
Tri par popularité  
  Tri chronologique
Touche D ou DROITE pour passer au fichier suivant
choqué à vie ! Il se fait une faciale tout seul !
Et il se lèche les babines en plus
Shini, je pense qu’il n’y aura pas de commentaire plus approprié a la video!
Il s’est défoncé Tiépo. 13 vidéos en si peu de temps.
a part ça, je croyyais que y’avait que les etres humains qui faisait des galipette par plaisir?
nico > a 2 oui
seul on arrive pas encore avec la bouche
Je comprends quand on dit monté comme un âne maintenant !
il tire ! il tire ! il tire !et paf sa a fait des chocapik !!!
Les dauphins aussi jouissent, ca doit pas être les seuls (les bonobos aussi je crois mais pas sûr)
L’âne par contre ca m etonne un peu, et il y vas pas « de mains mortes » XD
Beurk je vomis je vomis et je revomis .
Bah, comme je le disais y’a un moment, feu mon chien arrivait à jouir juste en s’agitant sur un coussin….
O_o Euh jpréfère prendre la porte tout de suite avant de dire une connerie…
——-> []
payes ta décharge de sauvage !
un bon litre !!!
Si les hommes pouvaient faire ça, certains ne sortiraient même plus de chez eux…
Et non les hommes ne sont pas les seuls.
Une autre bien connue :http://www.yout…h?v=tzGbqc4tU-o
Et puis tant que j’y suis :http://www.yout…h?v=uRIZP6yjsy4

http://www.yout…h?v=kY0nhSdG8gs

Maintenant on peut se demander pourquoi macaque a une collection de vidéos d’animaux qui se masturbent… :p
macaque ==> Zoophile :D ? Enfin, moi je m’en fou, tant que l’animal est d’accord xD !
Autant celle du kangourou a sa place ici (si elle n’y est pas encore dans une compilation…), autant celle du chien donne encore plus envie de gerber que celle là :x :x
OMG, au debut je pensais qu’il etait souple… et puis ….
7r17r1–> oui les bonobos sont la seule espece qui se raproche de l’humain sexuellement parlant, ils couchent pour le plaisir et peuvent être homosexuels aussi
(non je suis pas une zoophile je glande souvent devant des docu animalier^^)
Je me suis déjà tapé un bonobo, et alors?
je … euh ….enfin … euh ….
Quoi c’était mon premier post en plus ?
euh …. ben …. euh
Mais non ça va pas la tête !!!
En fait je me rappelais juste la vidéo du kangourou, je l’ai cherché et youtube a fait le reste.
Mais bon si l’animal ressemble à ça :http://www.mybl…maux/679980.jpgje suis partant ^^.
ok c’est drole je propose des fichiers et on ne les passe pas… mais un âne ki s’auto-fellationne on le met sur le site.. je commence a comprendre certaines choses :/
*sigh .. bored*
‘Nus : désolé mais c’est n’imp. On croit souvent à tord qu’on est la seule espèce à pouvoir être homosexuelle, mais la plupart des animaux peuvent aussi l’être, sauf que ce n’est jamais permanent ni vraiment des pratiques courantes. Ils peuvent aussi violer sans l’accord de l’autre, et peuvent même se faire des « enfants », et ils pratiquent aussi l’inceste.
Après au niveau du plaisir, rien n’est prouvé, seule quelques espèces ont été décrites comme éprouvant du plaisir (le cochon en fait aussi parti d’ailleurs).
Sha-ka–> Oui le cochon qui parait-il peut avoir un orgasme durant 30 minutes.
J’ai jamais dis que je croyais qu’ont était la seule, ca voulait surtout dire que chez les bonobos c’était des pratiques très courantes par rapport aux autres especes qui elles comme tu le dis n’est jamais permanent
donc non ce n’est pas n’imp j’ai juste pas assez precisé par flemme ffs
les homme on hérité de l’intelligence et les animaux, … bin de ça la xD
c’est ce qui s’appelle tirer la crampe… *_*
macaque, t’es calé en branlette animalière toi!
Inscrivez-vous
ou
Connectez-vous
pour envoyer un commentaire
Site

Faire un don
Contact
CGU
Mentions légales
Changelog

C’est à vous de décider si ce fichier doit être mis en avant.
Fin du vote dans. Il doit y avoir un minimum de 70% de votes positifs pour passer en sélection.
Envoyé parTiepole 17 mars 2009 à 18h00

comment se faire du bien seule
Elle
> Psycho & Sexo
> Sexualité
> Dossiers
les + populaires
Psycho & Sexo
Audiovisuel Groupe Lagardère Annonceurs Elle International Fondation Elle Données personnelles et cookies Lagardère Publicité Nos RSS Nos blogs Mentions légales et CGU
Toutes les études des sexologues le prouvent : les femmes qui se masturbent souvent jouissent plus avec leur partenaire que les autres. Enquête.
Il y a celle qui le font sous la couette avec deux doigts, celles qui contractent les jambes le plus fort possible, celles qui s’offrent au jet de la douche, celles qui vibrent avec la machine à laver, celles qui chevauchent un accoudoir de fauteuil, celles qui détournent leur brosse à dents électrique… Un vrai poème à la Prévert. Ou plutôt à la Colette Renard, cette demoiselle qui chantait en 1963 comment elle passait ses nuits à se faire « béliner le joyau », « gonfler la mouflette » ou « reluire le berlingot ». On en redemanderait, car le terme « se masturber » décrit mal l’inventivité des femmes pour se donner du plaisir en solo. Peut-être manque-t-on de mots parce qu’on en parle peu ? Se donner du plaisir, égoïstement et sans rien attendre de personne, reste un tabou. « Il est difficile d’obtenir des confidences sur le sujet, reconnaît, dans son “Antiguide de sexualité”(1), Sylvain Mimoun, gynécologue et sexologue, qui reçoit pourtant les femmes dans le secret de son cabinet. La masturbation suscite encore et toujours de la honte, de la gêne, de la cachotterie. » Pourtant, que d’évolution par rapport à l’époque de Colette Renard où moins de 20 % des femmes disaient s’être caressées. En 2011, près de 70 % d’entre elles l’ont « avoué » dans la grande enquête menée auprès de 3 400 femmes par le psychiatre et sexologue Philippe Brenot, publiée dans « Les Femmes, le sexe et l’amour »(2).
(1) Editions Bréal. (2) Editions Les Arènes.
Qu’y apprend-on ? Que chacune a son rituel, une technique qui marche à tous les coups, souvent héritée de l’enfance ou de l’adolescence, à l’époque où l’on découvre une mine d’or de plaisir. Que certaines jouissent dans le métro ou devant leur ordinateur après le boulot, d’autres au volant de leur voiture ou à côté de leur partenaire sans qu’il s’en aperçoive. Que 73 % font éclore leur clitoris dans leur main et 23 % avec un vibromasseur. Que 26 % incendient leur vagin en y glissant les doigts et 21 % avec un sex-toy. Que 54 % atteignent l’orgasme en moins de cinq minutes. Une efficacité qui va en épater plus d’un… « Mais si un quart d’entre elles pratiquent la masturbation de manière régulière (une fois par semaine), les trois quarts ne s’y adonnent qu’épisodiquement, quelques fois par mois ou par an », regrette Philippe Brenot. Or, les sexologues le répètent depuis vingt ans : la masturbation est une des clés du plaisir féminin. « On pensait avoir fait des progrès à force de réitérer que, pour accéder au plaisir à deux, il faut d’abord se connaître soi-même et être capable d’une excitation autonome, mais je crains qu’on n’ait régressé : les jeunes filles entrent désormais dans la sexualité à 15-16 ans directement en faisant l’amour, et viennent nous voir à 25 ans parce qu’elles ne jouissent pas. On ne peut faire l’économie de l’auto-érotisme si on souhaite une sexualité épanouie. »
Aujourd’hui, le psychiatre décrit trois catégories de femmes : un tiers sont très satisfaites de leur sexualité, elles ont un accès facile à l’orgasme et se taquinent le coquelicot régulièrement. Une part importante, 25 à 40 %, n’éprouvent pas un plaisir à la hauteur de ce qu’elles souhaiteraient : (parmi elles environ 25 % n’accèdent pas facilement à la jouissance, 30 % ne se sentent pas pleinement épanouies, 30 % ne se touchent jamais). Enfin, un tiers d’entre elles connaissent une sexualité compliquée, marquée par la honte, la culpabilité ou le dégoût. Le décalage avec les hommes est flagrant. « Pourquoi croyez-vous que 90 % des hommes bandent et éjaculent ? Parce que 90 % des hommes se masturbent depuis le plus jeune âge, interpelle Philippe Brenot. Ceux qui ne l’ont pas fait connaissent des troubles de l’érection. Alors comment s’étonner que, pour les femmes qui ne se caressent pas, l’orgasme ne soit pas au rendez-vous ? »
La question du premier rapport est révélatrice.  Près de 45 % des filles ne se sont jamais masturbées avant, ou seulement quelques fois par an, alors que presque tous les garçons sont passés par là. Une raison physiologique : le pénis est facile à attraper, l’enfant le tient pour uriner, l’adolescent bande… Alors que la vulve reste cachée. La mère ne la touche qu’avec du coton. La fillette doit « découvrir » le clitoris. Le vagin reste invisible. Personne n’incite l’adolescente à s’aventurer sur ce territoire. Au contraire, de nombreuses femmes ont retenu que c’est « sale » ou « mal ». Pas étonnant que, lors du premier rapport, 76 % des garçons ont un orgasme contre seulement 6 % des filles. « La zone génitale doit être progressivement apprivoisée, pour devenir sexuellement fonctionnelle, explique Philippe Brenot. Il y a une véritable maturation physiologique et neurologique de la région, qui s’acquiert par l’apprentissage avec soi-même. C’est probablement ce qui explique que la moitié des femmes connaissent des difficultés à accéder facilement au désir et au plaisir. Il ne s’agit pas d’une pathologie, mais d’un manque d’éducation sexuelle. » C’est d’ailleurs la première chose que les sexologues conseillent : apprendre à connaître son sexe, l’explorer avec les doigts ou un sex-toy si on n’est pas à l’aise. Etre attentive à ses sensations. Le titiller, l’effleurer, l’asticoter. « Bricoler la cliquette » ou « frotter la péninsule », dirait notre amie Colette. A l’extérieur, comme à l’intérieur. Car on a tendance à « oser le clitoris », pour reprendre le thème d’une campagne de l’association Osez le féminisme !, mais moins à « oser le vagin ».
« La masturbation ne doit pas devenir incontournable, il ne s’agit pas de travaux forcés !, prévient Elisa Brune, auteure de “La Révolution du plaisir féminin”(3), mine inépuisable d’informations sur la sexualité et l’orgasme féminins. Mais c’est une voie d’entrée royale vers le plaisir. Même à l’âge adulte, c’est un terrain d’investigation beaucoup plus facile, sur le plan psychologique, que la sexualité à deux, car on n’a pas peur du jugement de l’autre, on ne s’interdit rien. Elle permet d’élargir, d’entretenir la sexualité, tout au long de la vie. L’accès au plaisir n’est pas figé. On peut toujours partir à l’aventure, par exemple, avec un sex-toy, qui permet de tester des angles et des mouvements différents de ceux qu’on connaît avec la pénétration. » Une « petite récréation jouissive » dont beaucoup ne sauraient plus se passer. A quoi sert la masturbation ? Cinq réponses citées par Philippe Brenot, pour mettre l’eau à la bouche : « A prendre du plaisir à la demande et jouir exactement au moment où je l’ai décidé. » « A libérer mon imagination en fantasme, ce qu’on ne fait pas forcément avec son conjoint. » « A me chauffer et être prête à aller plus vite lorsqu’il arrive. » « A assouvir mon fort besoin de rapports, plus important que celui de mon compagnon ». « A libérer mes tensions ou envies subites (il n’y a pas que les hommes qui peuvent avoir une envie bestiale, mais chut !). »
(3) « La Révolution du plaisir féminin. Sexualité et orgasme » (Odile Jacob).
Vous avez repéré un commentaire avec un contenu illégal ou portant atteinte à vos
droits ?
Merci de nous le signaler en saisissant le code ci-dessous
Attention ! Ne le faites pas à la légère. Si votre requête se révèle injustifiée ou malveillante, ELLE se réserve le droit de transmettre votre adresse IP aux autorités compétentes.

comment se faire du bien seule

A privacy reminder from YouTube, a Google company

Comment fait-on pour atteindre l’orgasme toute seule quand on est une femme ?

Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

Education

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Comment fait-on pour atteindre l’orgasme toute seule quand on est une femme

comment se faire du bien seule

Annuaire des psys certifiés

Formations

Accueil

>

Moi

>

Moi et les autres

>

Solitude

Un homme qui aime s’habiller en femme
Bonjour, je voudrais comprendre les raisons pour lesquelles un homme inséré…
Bonjour,
Je recherche des témoignages de personnes qui croient au couple, de…
Est ce que vous croyez aux « forces…
Je veux dire des forces extérieures nuisibles mais qui n’ont aucune…
Le plus gros problème aujourd’hui?…
J’sais pas et j’m’en fous… :na:
:cry:
Un peu d’humour dans ce monde…
La trousse médecines douces anti-allergies

Pour combattre la solitude, il ne faut pas seulement multiplier les initiatives pour sortir de l’isolement, il faut également changer d’état d’esprit et adopter de…

Solitaires à tendance asociale, ils n’aiment rien tant que leur propre compagnie. Ne voir personne et rester seul chez soi : si, pour certains, cette image relève du…

Pour certains, solitude est synonyme de sérénité et de maturité. Pour d’autres, de tristesse et d’abandon… D’où vient cette inégalité face à la capacité…
Autour de moi, je vois des personnes blessées, vaincues par un divorce, un deuil, une séparation, plaquées à terre par ce qu’elles considèrent comme une fatalité. Incapables…
J’ai 28 ans. Je suis mariée et maman d’une petite fille de deux ans et demi. Ma solitude n’est pas vraiment récente. C’est en réalité depuis mon mariage que j’en…
J’éprouve un sentiment de solitude qui me brûle intérieurement, et qui m’empêche de m’épanouir complètement. Il m’empêche aussi, et surtout, de séduire.
Petite, j’ai…
J’ai perdu toute envie de me rapprocher des autres
Quand j’étais au lycée, j’étais heureuse, capable d’être amoureuse et j’avais une vie sociale très riche. Je fais aujourd’hui des études (de droit) qui ne me…
Je cherche toujours à me mettre en danger socialement.
Après avoir vécu trois ans exclu, clochard, j’ai retrouvé une vie normale. Le problème, c’est que je cherche à me mettre en danger socialement, pour vivre dans cette…
Comment croire à nouveau en l’amour ?
J’ai 30 ans, suis célibataire et ressens un mal-être énorme. En effet, on me dit mignonne, intelligente, mais curieusement, je suis toujours seule ! J’en souffre. J’ai essuyé,…
Ma solitude est plus une grâce qu’une malédiction

L’aptitude à être seul est-elle l’expression d’une inadaptation au monde ou d’une réalisation de soi ? Pour le professeur de philosophie auteur du Très-Bas, la…
Teju Cole –
Denoël ,
2012
Signé par un Américain né de parents nigérians, ce premier roman puise dans des influences multiculturelles évidentes. Le narrateur est Julius, un jeune médecin interne en psychiatrie. Épuisé par son…
Barbara Constantine –
Calmann-Lévy ,
2012
Il y a toujours de la bonne humeur dans les textes de Barbara Constantine. Comme souvent, le lecteur y croise de savoureuses personnes – ici, Ferdinand, Marceline ou Guy. En…
Marie Borrel, Moussa Nabati –
Hachette Pratique ,
2010
Construits autour d’une enquête menée par un journaliste, à partir de la transcription de plusieurs expériences, et de l’analyse de ces témoignages par les meilleurs experts, voici un des trois…
Stéphanie Janicot –
Albin Michel
Voilà un livre de nouvelles pour ceux qui n’aiment pas les nouvelles, tous ceux qui se sentent frustrés de se plonger dans des intrigues toujours trop courtes. En dépeignant les…
Solitaires à tendance asociale, ils n’aiment rien tant que leur propre compagnie. Ne voir …
Pour certains, solitude est synonyme de sérénité et de maturité. Pour d’autres, de tristesse …
« On dort les uns contre les autres, on vit les uns avec les …
Comment croire à nouveau en l’amour ?
J’ai 30 ans, suis célibataire et ressens un mal-être énorme. En effet, on me …
Enfant battue, mal-aimée, pas aimée du tout même, je me suis construite (si tant …
La solitude de mon fils est-elle pathologique ?
Mon fils de 21 ans est très gentil et ne nous a jamais posé …
Autour de moi, je vois des personnes blessées, vaincues par un divorce, un deuil, …
J’ai été célibataire toute ma vie et le suis encore aujourd’hui. Je n’ai que …
J’éprouve un sentiment de solitude qui me brûle intérieurement, et qui m’empêche de m’épanouir …
Restez connecté à Psychologies            
Je souhaite recevoir les nouveautés des partenaires
Certains la fuient, d’autres la recherchent. La solitude est un moment important de rencontre avec soi, un rendez-vous intime qui permet de mieux se connaître. N’en ayons pas peur !

S’offrir un tête-à-tête avec soi-même : l’idée peut effrayer….
Beaucoup en ont peur. La fuient. N’osent pas l’affronter. Et d’ailleurs, vivre seul(e) n’est pas toujours très bien accepté. Et si la solitude était pourtant une…
« On dort les uns contre les autres, on vit les uns avec les autres, mais au bout du compte, on est toujours tout seul au monde. » D’où vient ce sentiment ? Peut-il…
Lisez-vous de la littérature érotique ?
… retrouvez les 11 mots avec lesquels composer votre propre texte. À vos claviers ! …
qui lui envoie des photos de charme. …
a décidé de rejeter notre fils de 15 ans. …
Chaque mois, retrouvez votre magazine en version numérique
Connectez-vous avec mon compteMonPsychologies
Ou inscrivez vous surMonPsychologies

comment se faire du bien seule

Mal-être, déprime : comment s’en sortir ?

Les jeunes ne sont pas épargnés par la déprime ou les idées noires. L’adolescence est même une période de grande fragilité, mais on peut sortir en se faisant aider. Rencontre avec Thérèse Hannier, présidente et fondatrice de l’association Phare qui fait de la prévention contre le mal-être et le suicide.

Comment vont les jeunes que vous rencontrez aujourd’hui ?

Thérèse Hannier a fondé Phare Enfants-Parents.

Thérèse Hannier: « Nous constatons de plus en plus de situations de mal-être chez les jeunes et de plus en plus tôt. Certains nous disent : « j’ai envie de mourir… ». Comme d’autres associations, nous mettons donc l’accent sur la prévention : c’est un sujet dont il ne faut pas avoir peur de parler. Nous allons dans les lycées et nous aidons aussi des parents à accompagner leurs adolescents lorsqu’ils ne vont pas bien.Grâce à toutes ces actions, on observe une diminution du nombre des suicides depuis 15 ans. Cela montre qu’on peut s’en sortir : dès lors qu’un jeune accepte de ne pas s’isoler dans sa souffrance et de se faire accompagner, il peut aller mieux ».

Qui sont ceux qui sont en difficulté : y a-t-il un profil type ?

« Pas vraiment, il n’y a pas de profil type. En fait, personne n’est à l’abri. N’importe quel jeune, quel que soit son milieu, peut être touché dès lors qu’il aune profonde blessure . On peut tout de même regrouper ceux qui sont en grande difficulté en 4 catégories :D’abord, ceux qui souffrent de pathologies telles que les troubles mentaux, les toxicomanies, l’ anorexie -boulimie, la schizophrénie, les maniaco-dépressifs, les psychoses, les phobies scolaires, les dépressions…Ensuite, il y a les « blessés de la vie » : ce sont ceux qui ont subi des violences (abandon, agressions, maltraitance, attouchements sexuels, viols…) ou des traumatismes liés à des situations difficiles à vivre tel un divorce des parents ou un deuil. Mais une simplerupture sentimentalemal vécue peut aussi déclencher un profond mal-être. »La troisième catégorie concerne ceux qui ont tout pour être heureux : ce sont ceux ne présentent aucun « symptôme » visible.

On peut avoir tout pour être heureux et être mal à l’intérieur ?

Oui. Mais si l’on y regarde de plus près, la plupart de ceux qui ressentent cela ont une très forte sensibilité. Le malheur des autres, voire les grandes souffrances dans le monde les touchent tout spécialement. Leur générosité est sans limite : il leur manque une forme de distance.Chez certains aussi, il pourrait y avoir un lien avec une précocité intellectuelle, car ils présentent souvent un cursus scolaire parfait. Ils sont idéalistes et perfectionnistes, d’où une déception et un sentiment d’impuissance de ne pouvoir rendre le monde meilleur. Pour eux, en étant averti et très attentif, on peut éventuellement percevoir des signaux d’alerte.Ce n’est pas le cas de la quatrième catégorie par contre, qui rassemble les victimes du suicide impulsif ou « raptus », ceux qui ont une pulsion de mort fulgurante, sans aucun symptôme ni signe pouvant alerter. Quand il y a suicide dans ce cas là, il s’agit, la plupart du temps, d’une mort violente.Cependant tous ces jeunes, quel que soit leur problème, ont un point commun : ils sont fragiles et vulnérables.

Y a-t-il un âge ou des moments où l’on est plus fragile ?

En tout état de cause, le moment le plus délicat est la période charnière de 14 à 20 ans, car il y a un virage à prendre pour passer de l’enfance à l’âge adulte. C’est un passage nécessaire mais aussi une période de plus grande vulnérabilité. On doit faire des choix pour sa vie,construire sa personnalité , et en même temps se détacher de la dépendance affective des parents. Cette transition se passe bien si l’on peut avoir de bonnes relations avec ses proches.Nous recevons aussi de plus en plus de messages de collégiens de 12 à 14 ans. L’entrée en sixième les fragilise énormément, ils subissent des insultes, des moqueries, ils se sentent harcelés et ils ont tendance à garder cela pour eux. Certains ne veulent plus aller à l’école.

L’attitude à avoir, c’est de ne pas rester seul. Il faut se révolter, en parler à ses parents, au CPE, et faire en sorte que les parents puissent rencontrer le CPE. Leharcèlementest un délit, c’est une erreur de penser qu’on peut s’en sortir seul.Nous incitons surtout les parents à agir, toujours avec l’adhésion de leur enfant : il faut aller voir le chef d’établissement et s’il n’y a pas d’amélioration changer d’établissement ou parfois essayer une année par correspondance.Mais le plus important, même si le harcèlement s’arrête, c’est que le jeune soit accompagné par un psychologue pour qu’il reprenne confiance en lui. Sinon les blessures restent, et cela crée des vulnérabilités qui peuvent entraîner ensuite un profond mal-être.

Quels sont les symptômes qui montrent qu’on ne va pas bien ou qu’un ami ne va pas bien ?

Les addictions ou les conduites à risque sont le signe qu’on ne va pas bien.
Mais lorsqu’on se sent triste ou déprimé, que peut-onfaire ?

Le plus important est depouvoir parler à quelqu’un . Les plus jeunes sont malheureusement souvent incapables de dire leur mal-être, et même de le percevoir. Ils sont dans le déni et la plupart du temps, ils n’ont plus d’accès à la parole.Si c’est trop difficile de parler, on peut éventuellement écrire. Notre association a un numéro d’écoute qu’on peut appeler (01 43 46 00 62), mais beaucoup préfèrent nous contacter par mail à l’adressevivre@phare.org .

Et si c’est un ami qui ne va pas bien, comment l’aider ?

Si vous percevez qu’un de vos amis va mal, vous devez absolument l’inciter à se faire aider.Et si vous apprenez par une confidence qu’il pense mettre fin à ses jours, il ne faut absolument pas se taire, mais il faut alerter de façon efficace son entourage proche, ou un médecin, ou toute personne responsable susceptible de pouvoir intervenir afin d’éviter qu’il ne passe à l’acte.Dans ce cas, il n’y a pas de secret à garder, puisqu’il y a une personne en danger. Au yeux de la loi, se taire constituerait une « non assistance à personne en danger ».

Quels conseils simples donnez-vousà ceux qui ne vont pas bien ?

Nous conseillons plusieurs choses, parfois très simples : d’abord, il fautsavoir prendre soin de soi  : s’offrir des moments de plaisirs simples, seul et avec d’autres, c’est une bonne prévention.Et puis, il est important d’avoirune vie socialeetdes activités avec un groupe d’amis  : ciné, sport, activité artistique, soirées entre copains peu importe. Attention quand même aux soirées défonce du samedi soir en bandes qui vont plutôt vous faire plonger plus bas…Il est aussi important de cultiver la qualité de la relation dans sa famille, ses amis, ses relations amoureuses, son entourage. C’est un moment où l’on a besoin de se sentir aimé et encouragé.

Mais si l’on se sent vraiment mal et que rien de tout ça ne va bien ?

« C’est votre souffrance que vous désirez supprimer, pas votre vie ! »
On peut guérir de cet état de malaise ?

Oui, dès lors qu’on se fait accompagner, on peut en sortir. Car jusqu’au bout, même quand on va très mal, il y a toujours cette ambivalence : Je veux mourir mais en même temps je ne veux pas mourir, je veux vivre.C’est sur ce désir de vie qu’il faut s’appuyer.

Pourquoi est-ce si important de ne pas rester seul(e) ?

Celui qui se sent mal pense qu’il est seul à ressentir cela, et cela le pousse à s’isoler davantage.Alors qu’en réalité, on est souvent entouré d’autres jeunes vivant les mêmes difficultés. D’où l’intérêt de pouvoir se retrouver entre amis et de construire des relations sincères et durables permettant un partage.En plus, cela apporte un soutien affectif que beaucoup ne souhaitent plus chercher auprès de leurs parents. Il faut donc surtout ne pas rester seul, afin que la jeunesse soit une période de construction et non de destruction de soi.

Contacter l’association Phare Vous vous sentez mal ou vous voulez aider un de vos proches ? L’association Phare vous propose :-Une ligne téléphonique d’écoute au 01 43 46 00 62 . On peut vous écouter, ou vous orienter vers un réseau de professionnels aptes à vous apporterune aide appropriée .-une adresse mail :vivre@phare.org; n’hésitez pas à envoyer un message, l’association vous répondra.- Un site Internet avec des adresses régionales et des brochures à télécharger :www.phare.org

Cet article a été remis à jour le 29 janvier 2016. Les commentaires antérieurs ont été conservés.

Propos recueillis par Armelle Nollet
Du plus récent au plus ancien
|
Du plus ancien au plus récent
173. Posté par
mopfred
le 27/03/2017 16:35

Je sais que mon commentaire ne sera jamais lu, mais je n’ai jamais parlé de ça et aujourd’hui je n’arrive plus à gérer l’influence que cela a sur moi. J’ai été harcelé pendant des années à l’école lorsque j’étais enfant. Les prof, les pions s’en ont toujours foutus. J’avais peur d’aller à l’école, j’avais peur d’en sortir (car on m’attendait à la sortie de l’école). Je ne comprenais pas pourquoi ils me tapaient, pourquoi ils m’en voulaient…Aujourd’hui ma vie est détruite, je ne suis pas adapté socialement, même si j’essaie d’être quelqu’un de bien je trouve que je suis une personne mauvaise. Même si une personne aime passer du temps avec moi, je penserais au contraire que je dérange et que la personne en face de moi n’a pas envie de passer du temps avec moi. Je m’isole donc, sans le vouloir, des autres. Le fait d’avoir vécu tout cela m’a détruit sentimentalement. Je n’arrive pas à me laisser aller à mes émotions et j’ai donc été toujours célibataire. Je n’ai connu qu’une seule fille dans ma vie, qui n’est resté que 2 semaines avec moi car je ne lui montrais pas mes émotions… Je ne lui en veux pas de s’être comporté normalement avec moi. Si je lui avais parlé de tout ça les choses auraient peut être été différentes… Mais j’ai toujours peur de parler de cela, j’ai toujours l’impression d’avoir fait qqch de mal, je culpabilise constamment… Aujourd’hui, on ne m’a jamais dit je t’aime, je vis sans affection et la vie ne me plait plus.Si on vous harcèle à l’école, parlez en, ce n’est pas de votre faute. Ne vivez pas ma vie par pitié.

172. Posté par
Lucas
le 18/03/2017 13:05

171. Posté par
Al….
le 01/03/2017 18:49

Bonjour, je m’appelle Al…. ( j’ose pas donner mon prénom ) mais j’ai envie de partager mes ressentis avec des personnes qui pourraient au mieux me comprendre. Donc voilà mon histoire, j’ai 21 ans et me situe dans la catégorie trois, j’ai tout pour être heureuse, une famille que j’adore et qui m’adore également et j’ai toujours était surprotégé par mes fréres car je suis l’avant derniére avant mais également la seule fille de ma famille, j’ai un parcours scolaire presque parfait, j’ai des amis autour de moi. Mais, il y a toujours un mais, je me sens mal tout au fond de moi un sorte de sentiment qui ne veut pas s’en aller, ça m’est déjà arriver dans mon adolescence mais je fesais pas attention et j’ai oublié, mais ce sentiment est revenu c’est comme si j’étais pas à ma place que j’arrive jamais à prendre les bonnes décisions, je me sens tellement mal car ce sentiment m’étouffe dés que je vois l’un de mes proches souffrirent à cause de moi ou pas, comme le dit ma mère je suis trop naïve et fragile, mais je lui ai jamais parlé de mon mal être car c’était pas physique juste émotionnel et j’ai peur qu’elle ne me comprenne pas. Mais quand ce sentiment remonte à la surface et que j’en peux plus je veux juste que ça sort et à ce moment je pense plus qu’à une seule solution,me blesser physiquement mais j’ai jamais passé à l’acte j’ai tellement peur de les décevoir mais j’ai peur de ne pas réussir à contenir ce mal et finis par passer à l’acte. Ce sentiment m’opprime à tel point que j’arrive plus à fermer l’œil de la nuit et ne mange presque plus, et quand ma mère me pose la question je lui ment en lui disant que j’ai déjà mangé à la faculté. J’ai l’impression de mentir à mon entourage en entier et ça me fait mal. J’arrive pas à prendre de l’écart par rapport à mes choix, j’ai toujours peur que ça blesse qualqu’un.Si une personne est dans la même situation ou à une solution, je suis tout ouïe. Merci.

170. Posté par
Anonyme
le 17/02/2017 21:19

Je ne souhaite pas me présenter parce que là n’est pas le sujet. Je vois qu’il y’a beaucoup de jeunes encore à l’école et qui ont des idées noirs. Moi, j’était hyper timide à l’école mais j’arrivais toujours à me forger un caractère, une personnalité … donc les moqueries il n’y en avaient pas et s’il y’en avaient, bah je faisais en sorte de remettre en place ceux qui se moquaient… je suis arrivé en terminal et j’ai tout lâché car j’en avais marre. La carapace que je m’étais faite pendant toutes ces années s’est brisé du jour au lendemain. Il y’a eu un ras le bol et ça a fini par pété. Ensuite voilà c’est là que commence les vrais problèmes…. c’est là où tu te poses les vrais questions, c’est-à-dire Que vais-je devenir ? Dans 5 ans je serai où ? Sachant qu’aujourd’hui c’est compliqué de trouver un emploi sans diplôme. Tout ça pour vous dire de ne jamais lâcher car au final en lâchant tout, ça ne fera qu’empirer. Beaucoup de jeunes sont complexés par leur physique et c’est tout à fait normal mais il faut se dire que tout ça n’est que secondaire car tout ceci finira par passer… que l’on soit gros, petit, ..etc il faut vous accepter. échec scolaire, rupture, problèmes familiaux, complexes –> conséquences : cigarette, drogue, prise de poids, solitude ( plus d’amis ), …… La roue fini par tourner un jour ou l’autre mais l’important est de NE PAS ABANDONNER.. Sinon pour ce qui est de moi, j’envisage de reprendre les études :)

169. Posté par
2004sasa
le 13/12/2016 20:34

168. Posté par
MrX
le 11/12/2016 09:38

Bonjour, je sais à quel point la vie peut être triste et cruelle mais il peut aussi être très beau et joyeux, il faut pas vous laissez abattre, ce que j’ai vécu et superficiel par rapport à vous mais je savait ce qui n’allait chez moi, ce qu’il faudrait que je fasse pour me sentir mieux, mais souvent on ose pas par peur, il faut pas hésiter ! Vous pouvez pas vous sentir plus mal que vous ne l’êtes maintenant, si votre vie ne vous plaît pas, faite des choses que vous n’avez encore jamais fait pour trouver quelque chose qui vous plaît ! Il faut pas avoir peur d’en parler, même en parler ici peut vous aider, ne vous enfermez pas, vous n’êtes pas seul, beaucoup sont comme vous dans ce forum. Je sais que c’est facile a dire mais vous pouvez être sûr d’une chose, si vous vous décidez pas à agir très vite, votre quotidien sera le même pour encore longtemps et vous n’aurez que des regrets, alors n’hésitez plus ! Il n’et jamais trop tard ! Ce ne sont que des excuses pour fuir, vous ne pourrez pas vous sentir plus mal qu’aujourd’hui alors BATTEZ VOUS, même si tout semble perdu, il y a toujours quelque chose dans ce monde qui vaut pas la peine d’être vécu, il faut juste la trouver.

167. Posté par
Kjhgffcjjgfxc
le 05/12/2016 21:53

Bonjour, j’ai lus pas mal de commentaires et ai été assez choqué par tant de personnes mal…. Je ne pense pas que mon commentaire va complètement vous redonner le goût de vivre mais je tente. Deja pour l’échec scolaire dites vous que dans votre vie, vous avez d’autres façon d’avoir un bon travail. L’école c’est un chemin étroit dégageant les personnes différentes, pas débile, juste par moulé pour se système dévalorisant. N’attaquez pas la chose en vous disant que vous etes nul et recommencer à zéro. Pour le harcèlement scolaire si j’ai un conseil à vous donner après le faire de parler a quelqun c’est de vous dire que les petits cons qui vous font du mal c’est qu’ils ne sont pas bien non plus dans leurs basket… Meme si vous pensez le contraire personne n’a aucune qualité c’est absolument impossible. Utiliser les votres pour montrer qui vous êtes vraiment, cet personne formidable et brillante. Sur ce bonne soirée… et bon courage !!!!

166. Posté par
Michèle Longour
le 19/10/2016 20:39

165. Posté par
Lolol432
le 18/10/2016 18:33

Bonjour, je suis en 2nde (depuis septembre 2016) et au début de l’année scolaire, il m’est soudain venu une grosse déprime (même moi je ne comprend pas vraiment pourquoi), et depuis je vis avec mais c’est assez dur car j’aimerais être comme avant c’est à dire heureux. Je n’arrive pas à m’en débarrasser (j’essaye d’optimiser, de me rassurer sur mon avenir, j’ai à peu près réussi mais ça n’a duré que 2 semaines et depuis 2 jours ça a recommencé). J’aimerais savoir ce qui m’arrive, pourquoi et comment m’en débarrasser càd comment optimiser à nouveau être comme avant avec la joie de vivre. Merci à ce qui me donneront une réponse

164. Posté par
J-B
le 16/10/2016 16:24

Bonjour à tous, je n’ai pas l’habitude de poster des choses sur les forums mais je ne peux pas rester insensible à ce qui vous arrive. J’ai moi-même connu des heures noires. L’hypnothérapie m’a beaucoup aidé. La personne qui m’a prise en charge appartenait à l’école ericksonienne, je ne sais pas ce que valent les autres écoles. Je crois que l’hypnothérapeute saura peut-être mieux vous aider qu’un psychologue, parce que durant ma séance, on ne m’a pas fait extérioriser ma « part d’ombre » (ce qui, dans mon cas, aurait été très difficile à faire, surtout devant quelqu’un que je ne connaissais même pas), mais dialoguer avec mes différents niveaux de conscience pour amener à une guérison intérieure. Je suis sorti de là particulièrement triste, sans avoir le moindre sentiment d’avoir changé, juste beaucoup saigné. Et le temps est passé. Plusieurs mois après ma séance, je me sentais inexplicablement toujours aussi malheureux. Et là, une prise de conscience s’est opérée chez moi, et je ne sais plus ce qui s’est exactement passé, mais j’ai su que ça allait aller. Cette séance a été décisive pour moi, à présent j’ai du recul sur ce qu’il s’est passé. Et je vis. Ma séance a été douloureuse. Mais la douleur, c’était de me séparer de ma souffrance. Cela doit vous paraître absurde, mais si vous ne comprenez pas déjà, vous comprendrez. N’ayez pas peur de l’abandonner. Qui ose, gagne. Peut-être que cela ne marchera pas sur vous, c’est qu’il existe d’autres méthodes, telle que la psychanalyse. Ne vous découragez pas, la vie est une épreuve. Et je vous interdis d’abandonner. Car même si la vie est injuste, même si certains doivent surmonter des épreuves épargnées à d’autres, plus l’épreuve que vous surmonterez sera difficile, plus vous en sortirez grandis. Après, il faudra peut-être apprendre à en guérir, mais le temps et les gens font bien les choses. Prouvez votre valeur. Oui, c’est difficile. Seul, je pense que c’est impossible. Je vous souhaite le meilleur

163. Posté par
Ghost
le 01/10/2016 18:53

Bonsoir,Je suis en première année à la fac, j’ai presque 17 ans pour ma part c’est encore les vacances… J’aimerais parler de mon problème, je suis dépressive depuis que j’étais toute petite peu de gens le savent, en étant déjà jeune je souhaitais la mort, je ne m’étais jamais accrochée à la vie, je me disais que vu tout ce qui m’arrivait je ne méritais pas le bonheur, d’ailleurs je ne le connais pas, j’ai connu des moments de joie certes, mais rien de plus… Mes parents.. Je n’ai jamais été proche d’eux, beaucoup de me voyait comme une ratée, je me trouvais insignifiante, plus le temps passait je me définissais comme une âme morte de l’intérieur. Au collège j’étais ce qu’on appelle un souffre-douleur… J’étais timide vraiment timide, je le suis toujours d’ailleurs, je n’avais pas d’amis, j’étais ce genre de personne qui disait oui à tout, je ne comprenais pas pourquoi on me détestait, pourtant j’étais gentille ! Je me demandais ce que j’avais fait pour méritée une telle répression ? J’étais très sensible, et susceptible.. Mon état s’aggravait de plus en plus, je me sentais seule, seule sans qui parler, incomprise, tout ce que je faisais c’était m’engouffrer de plus en plus, chaque année c’était de plus en plus pire, à mon entrée en secondaire je me faisais passé pour ce que je n’étais pas, j’en avait assez d’être discriminer d’être un souffre-douleur, de ce coté là tout allait bien oui, personne ne m’humilier, ou quoi que ce soit, mais ma solitude ne faisait que s’accroître à cette époque je m’attachais beaucoup, tout ce qui me faisait peur c’était d’être détestée. En deuxième année lycée, j’avais décidé de ne plus me faire passé pour ce que je n’étais pas tout allait bien, jusqu’au moment où je suis devenue paranoïaque, la peur.. J’avais peur, à force de m’isoler j’en suis devenue malade, je ne dormais plus, je subissais des paralysies nocturnes, je ne me sentais plus en sécurité nul part et même jusqu’à ce jour, tout était de plus en plus sombre, mon envie de quitter ce monde ne faisait que s’agrandir, personne ne me comprenait ! J’étais restée cette fille bizarre du collège, faible c’est ce que j’étais et ce que je suis, en terminal, quand ma peur devenait un peu rare mais toujours présente au fond, je me suis isolée de plus en plus, je ne disais plus rien, je parlais très rarement, j’allais au lycée, pendant la récré je restais seule en classe à lire, ma vie était devenue encore plus triste j’étais devenue complètement asociale, je déprimais à longueur de journée, j’enchaînais les nuits blanches, vu que j’étais insomniaque, je suis devenue tel un bloc de pierre au final j’ai fini par détesté les gens, cette solitude dont j’avait peur était mon seul refuge. Maintenant je déprime encore plus, je pleure chaque nuit, j’ai passé mes trois mois de vacances chez moi cloîtré dans ma chambre, cette tristesse ne veut pas me quitter, je déteste cette vie que l’on m’a donné, je ne fait que ressasser le passé, tous ces souvenirs douloureux qui ne me quitteront certainement jamais. Parfois je me demande ce que serait ma vie si j’étais un minimum heureuse, quelle autre tournure aurait-elle prit… Mais bon, tout ce que je souhaite c’est la mort. SI je ne peux pas m’en sortir une personne de moins ne changerait rien à ce monde. Je ne serais que cette fille incomprise, seule, paranoïaque et dépressive !

162. Posté par
Anonymas
le 26/09/2016 21:38

Bonjour, j’ai lus plusieurs histoire et la mienne ne vaut rien mais j’ai besoins d’en parler.Alors enfaite tout a commencé pendant les grandes vacances cette année, c’est l’année ou je devais passer au lycée. J’apréhendais la rentré et j’avais raison. Parce que je me suis retrouver dans une classe seul, je connaissais juste une fille. Mais au bout du 2eme jours quand elle a réussi a allez sympathiser avec des autres gens elle m’as completement lâchez.Moi je suis timide, mais j’arrive pas du tout a accrochée avec les gens de ma classe. J’ai des vrais amies en dehors de ma classe mais c’est compliquer de se retrouver on essaye de se retrouver le midi. Mais quand je ne les retrouve pas le midi pour manger ben je mange pas . Tous les soirs quand je rentre je pleurs toute les larmes de mon corps.Au début j’en avait parler avec mes parents ma mère a essayer de me changer de classe mais sa n’as pas marcher. J’ai donc voulu tous arrêter. Bien sur mes parents n’ont pas voulu mais a ce jour d’aujourd’hui plus personne ne me comprend et je suis tellement mal au fond de moi je ne veut plus allez au lycée. Et je suis totalement en train de me renfermer sur moi même.

161. Posté par
Cycy
le 17/09/2016 23:18

Bonjour a tous et à toute,Je suis un garçon qui a tout pour lui et pourtant j’ai déprimé pendant près d’un an.J’ai raté mes études, fumé, je me suis enfermé dans un entourage restreint. Mon ex me rabaissait sans arrêt, m’enfermer et m’a clairement enfoncé dans cet état, même si ce n’était surement pas volontairement de sa part. Je suis devenu totalement instable émotionnellement (un garçon qui pleure tout le temps c’est pas terrible). Elle m’a surement quitté pour cela … C’était il y a une semaine, et bien je sens que je reprend des forces, comme quoi il suffit de se séparer des problèmes. Tout est une question de volonté, essayé de voir le positif la ou il y a le négatif (ex maintenant je suis seule et en manque d’amour mais maintenant je peux rencontrer de nouvelles personne et m’épanouir). Aujourd’hui je suis timide et peu confiant, je passe mon temps a essayé de parler à de nouvelles personnes et à m’intéresser à ces personnes plutôt que de leur rabâcher tout mon pessimisme, il faut juste un peu de courage et surtout de la volonté !Et aussi pour ceux qui fume le …, arrêtez, vraiment, ou faites une pause, votre moral ira bien mieux après cela. Courage a tous et a toutes et pour ceux qui veulent parler je suis la

160. Posté par
Warner
le 13/09/2016 13:34

bonjour, jai 18 ans, et mon prénom c’est Warner, j’ai un problème particulier qui me déprime, j’ai une mauvaise dentition, mes dents d’en haut sont mal placées, partout on se moque de moi,pour parler a une personne je me retourne le visage pour qu’il ne remarque pas,jai jamais eu de copine, beaucoup de fois j’ai essayé mais c’est quand elle remarque mes dents elle me rappelle plus du coup je suis timide et je me confie jamais a une personne merci d’essayer de me comprendre!

159. Posté par
styles
le 02/09/2016 21:45

158. Posté par
Lou1234
le 02/09/2016 10:57

Coucou Harley moi hier c’était la rentrée au Lycée je me retrouve la seule fille parmis 30 mecs , je n’est pas confiance en moi , je suis grosse et moche rien de bon en grosJ’aimerai faire du sport ou autres mais je n’ose pas le dire a mes parents pour eux ma vie est normalAu collège on me traite souvent de grosse vache , big mama ou autres … (Je fais 65 kilo pour 1m60 j’ai 15 ans) Me voila seule a une table avec pleins de mecs dans ma classe je suis la seule fille et en plus de ça on va avoir piscine course escalade j’ai très peur je n’est pas confiance en moi .. :( j’aimerai être comme tt le monde mince pas trop pas maigre juste mince

157. Posté par
Harley
le 29/08/2016 23:42

Salut j’ai 15ans, j’ai lu quelques commentaires et je suis choquée, de voir que si jeune on peut avoir réellement envie de mourrir, j’y pensé beaucoup moi aussi une période, mais c’était juste pour que les gens me regrette, car quand quelqu’un de si jeune meurt on en parle forcément. mais je l’ai jamais fait on va dire par curiosité , j’ai toujours l’espoir qu’un jour ma vie me convienne enfin, et aussi parce que je peux pas faire ça à ma mère. J’ai l’impression que mes problemes sont totalement superficiels à côté des vôtres et c’est le cas mais bon j’ai vraiment besoin de parler. J’ai l’impression que ma vie tourne en rond , que à à peine 15ans je suis deja une raté, je sais pas où je vais, tout ce que j’entreprends je LE reussit jamais , comme du genre reussir à l’école , ça fait 4 ans que je suis en échec scolaire complet et j’arrive pas à me remettre dedans ça me tue. Ça fait aussi environ 2ans que j’essaye de perdre du poid, à chaque fois je me dis , ça y est cette fois c’est la bonne maintenant, et non je fais que grossir encore plus, je supporte plus me voir , m’entendre , plus rien. Mes amis me lassent tous , j’arrive pas à être sociable, je suis encore jamais sortis avec un seul mec, dans 2 jours c’est la rentrée au lycée , je me dis que je vais tout faire pour que ça se passe bien mais je sais très bien que non , comme d’habitude je vais pas réussir à travailler (j’étais même pas sensé passer au lycée) je vais pas réussir à me faire de vrais amis , ça va être l’enfer total , bien sûr j’espère que non mais au fond on sait tous très bien que si.

156. Posté par
Cassou
le 16/08/2016 17:45

155. Posté par
Negnar
le 08/08/2016 22:24

Bonjour Je tiens juste à m’exprimer, j’en ai besoin. Ne pensez pas que je suis narcissique même si je dit « je » tout les 2 mots. Je suis quelqu’un timide par nature, depuis ma plus tendre enfance cela me met à part. j’étais un enfant normal jusqu’au collège, arrivé en 5eme et étant dans un nouvelle établissement je n’avais pas de vrais amis et étant relativement calme j’ai été pris pour cible par les racailles de la classe (pas de violences physiques ) mais morale, les moqueries à longueur de journée. N’ayant pas d’attache ou de soutient moral, je me suis renfermé sur moi même. pendant 2 longues années très peu de mots sont sortie de ma bouche, mes seul évasions étaient là musique et les jeux vidéo sur lesquels je passait tout mon temps libre. Souvent les idées de suicide me traversaient l’esprit, ma vie se résumai à savoir si demain serai pire. je n’ai jamais parler de mes problèmes à mes parents, j’avais trop honte……………. ………. J’abrège un peut sinon demain on y est encore……. Quelques années plus tard je me suis retrouvé au lycée, de la j’ai tenté un nouveau départ. Je me suis fait des amis et ai commencé à sortir. Malgré cela j’étais toujours timide et avais encore des idées noir. Je n’ai jamais connu ou même frôlé l’amour, j’ai toujours été trop con et timide pour réussir à dévoiler mes sentiments (même alcoolisé). Sortie du lycée (avec mon bac quand même ☺) j’ai cherché du travail et me suis retrouvé à l’armée, j’y ai fait quelques temps avant de retourner dans le civile. J’ai a présent 26 ans et une bonne place dans une grande firme mais toujours seul. Je me suis habitué à cette vie mais il m’arrive encore d’avoir des idées noires, il m’arrive aussi de penser à consulter mais en réfléchissant un peut je me rend compte que cela ne servirait à rien. J’ai déjà fait le tour de la question (se motiver, prendre le taureau par les cornes, se lancer ou au moins essayer) toutes ses solutions restent sans succès et je n’ai plus aucune motivation. Les jours passent et se ressemblent, et je me rend compte que j’ai perdu 26 ans de ma vie pour rien. Voici un morceau de ma vie. bonne soirée à tous.

154. Posté par
Thibaut
le 08/08/2016 00:14

Bonjour j’ai 15 ans, je passe en 1ère et j’ai un gros problème… Lorsque je me trouve avec mes parents je ne me sens pas bien du tout je ne peux rien dire et si je dis quelque chose mes parents s’énèrvent et me tapent, m’insultent etc… Je ne suis pas bien avec mes parents je ne suis bien que loin d’eux ou avec des amis… Aidez-moi s’il vous-plaît

153. Posté par
yacinou
le 19/07/2016 00:03

Salut, J’ai 19 ans et j’ai vécu une relation amoureuse de deux ans, suivit d’une rupture brutale, ou mon propre meilleur ami m’a prit mon ex.. je les ai perdu deux d’un coup, je pense que c’est ce qui s’est passé qui m’a le plus brusqué au début, et maintenant quelques mois de la rupture et de toute cette histoire, je réalise à quel point j’étais heureux avec mon ex et à quelle point cette personne me manque, et c’est dur, je vie une dépression sincère et profonde, j’ai perdu ma confiance en moi, et avec le temps j’ai perdu des amis de longue dates, je ne saurai même pas nous expliquer pourquoi.. ils partent seuls. Je n’ai jamais été aussi bas dans ma vie, je n’aurai jamais pensé que des gens qui représentaient beaucoup pour moi partiront un jour, comme ça, pour aucune raison particulière, en réalité si, mais ce sont des raisons de cœurs et de gamineries, je n’ai pas fais d’effort pour les retenir car sur le coup ca m’était égal. Je suis arrivé à un stade de ma vie ou je suis passé du mec qui souriait avec tout le lycée et qui sortait tout le temps à un garçon dépressif qui ne trouve plus l’intérêt de sortir ou garder les amis qui lui restent, j’ai également supprimer tous mes comptes de réseaux sociaux car je n’y voyais plus intérêt..

152. Posté par
Luisa
le 11/07/2016 15:53

Salut, je suis collégienne et je sus en dépression depuis 1 an et demi à cause de mes parents et d’amis ( même si je ne les considère plus comme ca). Mes parents s’en fputent de moi et ne m’aiment pas, ils se rapprochent de moi en m’offrant des cadeaux cher et je m’en fiche du matériel ce qui empire tout et me fais sentir comme rien car ils ne voient rien et croient que un objet cher peut me rendre plus proche d’eux. Quand je pleure mes parents me laisse seule et rigolent. Je me suis fais harcelée en 6e par quelqu’un même si ca c’est vite arrêter ça fait mal. Mes amis s’en fputent aussi de moi et je n’arrive même pas à etre moi même avec personne. J’essaye de faire des petits cadeaux à mes amis pour leur montrer que je les aiment ( car je ne suis pas démonstrative ) mais ca les touchent que sur le moment. Je fais des efforts mais personne ne les vois, ni mes parents, ni mes amis. J’ai remarquer que je mettais mon « amour » sur mes professeurs et sur des célébrités ce qui me fais faire des choses que je regrettent vite car ca ne dure jamais longtemps car la réalité me fais remettre les pieds sur terre. Ma famille dit que je ressemble à un garçon et dis des choses méchantes devant moi sur mon physique. Personne ne m’aime et j’ai déjà plusieurs fois de me sucider mais comme vous dites  » je veux vivre sans souffrir « , sauf que je suis seule et que tout mes problèmes me retombent dessus. Ma meilleure amie s’en foutait de moi et ne m’aimais pas, elle me manipulait. Je tombe toujours sur des personnes avec de mauvaises intentions!! C’est dur de ne pas plonger dans l’alcool ou la cigarette ( j’ai déjà faillit à plusieurs reprises maigres mon âge ) pour échapper au sucide mais la ca devient vraiment dur. AIDEZ MOI, s’il vous plaît, merci d’avance! ♡

151. Posté par
Anonyme
le 01/07/2016 19:23

150. Posté par
Benjamin
le 30/06/2016 13:12

Bonjour à tous. je vois des cas similaire mais aussi pire que les miens (même si il y a pas de pire en réalité) Alors moi tout à commencer lors de mon année de terminal, au tout début de l’année voir même juillet avant la rentrée scolaire, j’ai étais bousculer dans ma vie, mes parents on divorcer et tout c’est fait dans la précipitation. Mais bien avant tout cela, cela faisait 5 ans que les histoires de tromperie… avait commencer! Je rentrer les week-ends du lycée je reconnaissais plus ma famille je devais m’occuper de mon frère m’a soeur… un moment de ma vie que je ne veut SURTOUT mais SURTOUT pas revivre! Une famille qui nous ont fait souffrir et dont j’étais très angoisser et ceux depuis des années! Le trop plein à fait son apparition. Mon année de terminale fût rythmer par de nombreux malaises de moment pas bien du tout c’est devenu l’horreur depuis cette période! Un jour d’août 2014 (résultat BAC tomber je l’ai eu✔) je me suis réveiller chez ma mère pas bien du tout… et de là je suis rentrer dans le cercle vicieux des crises d’angoisse…Contrairement à certains d’entre vous j’ai jamais penser à la mort au contraire le fait de penser à ce thème augmente mes crises car ça me fait peur!! Depuis deux ans maintenant je n’est pas travailler je ne vois plus mes amies je me suis renfermer sur moi même bref c’est l’horreur! Seulement depuis hier je me dit  » bon sang mais tu n’a jamais était comme ça auparavant!!! » Et ça me donne l’envie de m’en sortir! J’ai du mal à entamer la discussion en revanche quand je suis parti à parler de mes problèmes, je vais jusqu’au bout!Je ne sais pas comment m’y prendre pour y arriver parce-que je veut quand même vivre heureux sans tout ces mal-être!! Si des gens peuvent m’aider me renseigner ou bien même qu’un professionnel puissent m’appeller je vous en serait plus que reconnaissant!Merci à vous tous!

149. Posté par
Chihoko
le 27/06/2016 21:19

Bonjour à tous, je me nomme Cécile et j’ai 17 ans. J’ai lu cet article et franchement je reste perplexe sur quelque point comme  » parler aide « . J’en ai parler, à ma meilleure amie, à ma mère, mais je me sans toujours aussi mal depuis plusieurs années. J’ai eu un cadre de vie normal jusqu’en 4eme, j’avais 13 ans. Tout ce passer bien. J’avais des amis, deux frères du même âge ( nous sommes triplet ) avec qui je m’entendais bien. Une bonne moyenne et des parents aimant. Puis on a appris que mon père était atteint d’un maladie génétique rare et incurable. Puis dans les mois qui on suivie j’ai appris que mes frères et moi l’avions. On m’a dit que leurs état à eux trois s’aggraverait, alors que moi je ne suis que porteur seins de la maladie.En 2014 j’ai été mal mais hormis les fois où j’ai pleuré ou que je me suis isolé, tout aller bien. Je reussisais à  » gérer  » la situation. Mais un de mes frères et mon père se sont mis à vivre dans leurs propre monde. Apparemment c’était la maladie. Ma mère et tombé en dépressions ensuite. Mon deuxième frère a complètement perdu pied. Il c’est mis à fumer, il a lâché les études. Il est dans le même état que moi… Puis je suis arrivé en seconde j’avais. Pour la première fois je me retrouvé seule. Mes frères n’étainternet plus dans le même bâtiment que moi ainsi que ma meilleure amie.Je me suis rapidement trouve des amis même si j’ai l’impression d’être juste une façade pour qu’ils ne paraissent pas seul.Quand je suis rentré en première, cette année plus rien n’allait. Je trouve le comportement de mes  » amis  » de plus en plus ridicule. J’avais l’impression que les autre ado qui compose ma classe se fiche de ce qui les entourent. Il pensent à eux plus qu’au autre. Je ne me sentais vraiment pas à ma place.Avant j’adorais l’école car c’était un lieu où je pouvais me sentir bien loin de mon mal être que je ressentais chez moi. Mais plus maintenant.Je me sens de plus en plus mal. J’ai déjà pensé me suicideregarde mais cela n’arrangera rien, au contraire. Ça causerait plus d’un problème à mes proches. De tout façon quelque soit mes choix je cause des ennuis aux autres.Je me sens mal dans ma peu à cause de mon sur poids. J’ai peur de mon future car à cause de cette maladie je ne suis même pas sur d’avoir d’enfant. J’en ai marre de ne trouver personnes qui me comprennent dans mon entourage. J’aimerais juste que quelqu’un me montre un peu d’intérêt, qu l’on me prouve que je ne suis pas encore vivante pour rien.

Psycho
|
Corps et sexualité
|
Amour
|
Couple
|
Un bébé ?
|
Addictions

comment se faire du bien seule
Navigation Accueil
Commencez ici
Qui suis-je?
Evènements
Témoignages
Blog
Famille Recomposée
Médias
Boutique– Zone client
Experte auprès des femmes déterminées à cesser d’être « comme il faut » pour ne plus passer à côté de leur vie
Si vous êtes insatisfaite de votre vie actuelle mais que vous avez des difficultés à accepter l’aide des autres quelle que soit la raison (même financière) alors lisez cet article. Sinonrendez-vous icipour les plus impatientes qui veulent passer à l’action.
Petite fille, nous sommes nombreuses à recevoir une éducation qui nous apprend – ou exige – que nous devenions fortes et indépendantes.
Nos lignées de femmes ont certainement souffert d’une dépendance financière et de leur place de femme auprès de leur mari. Rester à leur place de femme – mère au foyer – mais être capable de tout gérer quand les hommes partaient « au front ». Il fallait bien que les femmes continuent de faire fonctionner le pays : les enfants, les terres, les commerces, les usines, etc.
Je viens de deux lignées de femmes fortes, indépendantes, avec de belles personnalités mais frustrées, veuves ou divorcées. J’ai longtemps cherché comment concilier épanouissement personnel et professionnel. Comment trouver un équilibre dans son couple en étant tous les deux actifs et générant des revenus.
Pour fuir ce qui semblait être la destinée des femmes de ma famille, côté maternel aussi bien que paternel, j’ai mené mes études et ma carrière afin d’être indépendante et de subvenir seule à mes besoins. J’ai très vite atteint un niveau de salaire élevé pour mon âge et « ma condition de femme » en entreprise.
Je regardais mon chez moi rempli de choses matérielles qui me paraissaient alors tellement insensées. Je n’avais qu’une envie, qu’un besoin : tout quitter et partir en voyage pour retrouver une vie plus authentique. ME retrouver.
Je pensais n’avoir besoin de rien ni personne. J’étais suffisamment forte pour mener ma vie sans avoir besoin des autres.
Bilan : je tournais en rond et je me sentais toujours vide, seule, inutile. Quelque chose manquait à ma vie. Je m’enfermais dans ma carapace peut-être par peur d’être vulnérable, d’être jugée, d’être trahie, d’être rejetée…
Puis au fil des années, j’ai pu faire un constat essentiel : l’Autre manquait à ma vie.
Depuis, j’ai avancé sur mon chemin.
J’ai appris cet équilibre bienveillant entre l’Autre et Moi.
J’ai appris à accepter d’avoir besoin de l’Autre pour ensemble co-créer un monde meilleur.
J’ai appris comment me réaliser, me sentir utile et légitime.
J’ai appris à me construire un état d’esprit d’athlète pour résister à toute pensée négative.
J’ai appris comment trouver l’énergie et la motivation d’avancer et de réaliser mes projets.
J’ai appris à mériter ma Vie sans souffrance ni sacrifice.
Si vous faites le choix de rester dans un sentiment de solitude et peut-être d’inutilité alors votre choix est cohérent avec le fait de ne PAS avoir besoin d’aide.
Votre zone de confort reste  confortable malgré votre insatisfaction et vous procrastinez de vous faire aider parce que finalement ce qui vous fait le plus mal ne vous fait pas si mal que ça.
Si vous vous demandez POURQUOI vous n’avez toujours pas dit STOP à vos habitudes, pensées et croyances que vous trainez depuis des années, c’est simplement parce que vous n’avez pas été au bout de ce sentiment de « survie ».
Vous vous contentez de ce que vous connaissez déjà car votre Ego vous fait croire que l’inconnu est néfaste pour vous.
Tant que vous n’atteindrez pas le point de « non retour », ce moment où vous refuserez de continuer à vous épuiser dans cette « Sur-Vie » alors personne ne pourra rien pour vous.
Pour l’instant vous pensez encore être capable de continuer à ne pas être vous-même et avoir le luxe de laisser passer le temps. Continuez à être égoïste en gardant emprisonnée à l’intérieur de vous votre puissance et vos talents alors que le monde brûle en vous attendant.
Voici une invitation pour une conversation courageuse à propose de vous
Je vous propose d’identifier ce qui vous sabote et vous empêche de prendre votre place en toute légitimité : un entretien découverte offert de 30 minutes.  Cliquez icipour en faire la demande.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*
Je vous offre le programme 5 jours pour faire taire cette voix intérieure qui vous épuise à toujours devoir être à la hauteur ! Vous recevrez également chaque 2 semaines mon Infolettre remplie de conseils.
Avant le coaching, le doute faisait partie de mon quotidien […] Aujourd’hui, la confiance est présente. Je suis capable de dire et je sens l’amour autour de moi. Ce qui m’a le plus surprise dans le processus du coaching ? La rapidité des bienfaits sur ma vie de tous les jours. Mes craintes étaient infondées… Lire la suite
Chaque jour je partage sur les réseaux sociaux !
Copyright ©2014 Ombeline Becker | Tous droits réservés |Nous contacter |Sites partenaires |Presse & MédiasConception et image de marque : Nadine Marticotte| Programmations : CP Concept

comment se faire du bien seule

Suivez-nous

Données et cookies
Nous écrire
Qui sommes nous ?
Plan du site
Mentions légales
Toute rupture amoureuse est douloureuse pour
celui qui la subit. Mais elle est encore plus pénible pour
une femme enceinte. Comment surmonter cette épreuve et vivre
sa grossesse de la façon la plus sereine possible ?
Enquête.  
Petit dernière d’une grande fratrie unie,
Mathilde s’imaginait reproduire le schéma familial. Mais
Thibault est parti un matin de novembre sans rien dire.
Pourtant ce bébé, ils l’avaient désiré ensemble. Après un
long parcours enprocréation assistée , Aude est
enfin tombée enceinte. Son mari a alors commencé à
s’éloigner. Quelques mois plus tard, il la quittait
définitivement. «Ces histoires sont rares mais
elles existent , confirme la psychologue
Corinne Antoine*, qui reçoit tous les jours en consultation
des futures et jeunes mamans. Certains hommes ne parviennent
pas à assumer leurfuture paternitéet fuient. »
Sans l’avoir choisi, ces femmes se sont toutes retrouvées
seules à un moment crucial de leur vie. A la douleur de la
rupture s’est ajouté le bouleversement de la maternité.
Tout comme l’adolescence, la grossesse est
une période extrêmement intense sur le plan psychique. Cet
état particulier peut réveiller ou faire naître toutes sortes
d’angoisses et fantasmes. Enceinte, on est en général plus
sensible. On a besoin de repères, d’écoute et de chaleur. Le
futur papa est bien souvent le seul interlocuteur convoqué.
Celui avec qui on partage ses craintes mais aussi ses joies.
Sa présence est fondamentale tout au long de ces neuf mois. «
Le compagnon aide la  femme à s’épanouir
en tant que femme et en tant que mère . Il la
rend plus forte, c’est une évidence. » Mais s’il fait défaut
? Si, pire une nouvelle personne partage sa vie ? « Ces
futures mamans là sont plus anxieuses plus stressées que les
autres, poursuit la psychologue. Elles ont peur d’être toute
seule la nuit, d’avoir un malaise. Plus elles avancent dans
la grossesse plus elles sont fatiguées et paniquent car elles
réalisent qu’elles n’ont personne pour les aider. »
Chacune réagira à sa manière et trouvera les
ressources pour surmonter cette difficulté. Malgré la
séparation, « il y a des femme qui réussissent à se projeter
dans le positif, dans la construction. D’autres rejettent au
contraire cette grossesse qu’elles jugent responsable du
départ de leur conjoint. » Dans ce deuxième cas, lorsque la
femme enceintevit mal sa maternité et
se replie sur elle-même,le risque, c’est bien
évidemment qu’elle fasse une dépression . Les
futures mamans ne sont pas épargnées par cette maladie dont
on connaît aujourd’hui les effets délétères sur la grossesse
et le bébé. On sait également qu’elle débouche dans 50 % des
cas sur unedépression du post-partum . Une
prise en charge précoce s’avère donc indispensable. « Quand
on s’aperçoit que le contexte est difficile, on demande aux
mamans si elles sont entourées, assure le Dr Vahdat,
gynécologue-obstétricien. Si on détecte une fragilité
psychique, on fait en sorte que la femme enceinte soit prise
en charge avant la naissance ». Au delà du suivi médical, les
professionnels de santé ont aussi pour mission d’écouter les
futures mamans et de les d’orienter vers le psychologue de la
maternité ou de la PMI s’ils le jugent nécessaire.L’entretien du 4e moisa été
spécialement créé pour repérer les situations à risque.
Lorsque le compagnon n’est plus là,
l a famille peut également apporter un soutien
dans ce moment clé . « Certaines femmes
abandonnées par leur conjoint retournent dans la ville où est
leur famille. Elles se réinstallent près de leur parent car
elles sentent qu’elles ont besoin à ce moment là d’être
sécurisées », observe la psychologue. Pour aller mieux et
profiter de sa grossesse, une présence amicale ou familiale
est essentielle. Des personnes avec qui on pourra se libérer
de sa rancœur, parler de ses peurs et surtout évoquer le
futur. Julia a trouvé du réconfort auprès de ses amis les
plus proches. Elle l’affirme, c’est ce qui l’a sauvée. »
*Auteure de « La révolution
intérieure, Psychologie de la grossesse et de la maternité »,
et  « S’aimer : la relation sexuelle dans le couple »,
chez Larousse
Candice Satara-Bartko

Article mis à jour le17 janv. 2017


Découvrez vite l'actu brulante !