consommation mazda rx8

Sélectionnez le millésime de votre
Mazda Rx-8afin de consulter les données techniques et les performances du véhicule
Choisissez une année

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

Aller plus loin

Annonces Mazda Rx-8

Cotes Mazda Rx-8

Fiches techniques Mazda

Services

Devis d’assurance auto

Votre devis de financement

Information / Communautaire

Tout sur Mazda Rx-8

Le forum

Désormais à portée de main sur
iOS, Android et Windows 10.

Qui sommes nous ?
Nos offres d’emplois
Pub La Centrale®
Devenir annonceur

Actualité automobile
Forum auto

Voitures neuves

Bateaux occasion

La Centrale ® utilisedes cookies pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser desstatistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et despublicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votrenavigation, vous en acceptez l’utilisation.En savoir plus
Les horaires du Service clients particuliers
Les horaires du Service clients particuliers

consommation mazda rx8
Vous devez saisir votre pseudo et votre mot de passe

Fil d’actualités

Salon de Genève

Photos

Vidéos

Actu Moto

Accueil

Guides d’achat neuf

Avis de propriétaires

Fiches techniques

Fiches fiabilité

Promos des constructeurs

Il y a 293 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus,cliquez ici
Message édité par dinbougre le 06/12/2004 à 09:44:59
Message édité par VelocityRx8 le 24/12/2004 à 16:41:59
Aller à :

Total Carburants Discussions libres (Général) Motorisation, énergie, et environnement Lavage auto Sécurité Permis de conduire Vie Pratique Financement Mandataire Annonces auto et accessoires Modélisme et modèles réduits Tracteurs et matériel agricole Camions, poids lourds, utilitaires Entraide entre membres

Saisissez un pseudo et un mot de passe
Dans ce cas, j’ai toujours pas reçu la mienne.Ils sont long les délais de livraison chez FA.:W
Je me reinscrit alors, et plutot deux fois qu’une…
Téléchargez nos applications mobiles
Copyright © CarBoat Media – Tous droits réservés
yapa a écrit a écrit : Ma conso est la suivante:  8l si je suis sur autoroute en vitesse constante (c ‘est donc le mini)   11L cycle urbain (je roule généralement tres cool en 5 ou 6) 13L si je lache souvant les gazz mon précedent post était incomplet, bien vu
Rhadamantis a écrit a écrit : C’est beau la vie de nouveau membre : j’savais pas que la RX-8 était offerte pour toute inscription à FA…
Rhadamantis a écrit a écrit : C’est beau la vie de nouveau membre : j’savais pas que la RX-8 était offerte pour toute inscription à FA…

consommation mazda rx8
Vous devez saisir votre pseudo et votre mot de passe
Saisissez un pseudo et un mot de passe
Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation.En savoir plus
1ère communauté automobile française.
Parchevaliernoir  le 26 Novembre 2015 à 15h10
Parjpb157  le 18 Octobre 2015 à 13h22
Parrx8denico  le 28 Septembre 2014 à 11h20
Pargino99  le 27 Juin 2014 à 17h31
Paryabouyb  le 20 Juin 2013 à 22h39
ParPilote41  le 04 Décembre 2011 à 08h13
Parthibs 6enligne  le 17 Juillet 2011 à 14h34
Parjpb157  le 04 Juillet 2011 à 11h36
Paranthony74  le 28 Août 2010 à 16h51
Parbyagoona  le 12 Juillet 2010 à 13h21
Téléchargez nos applications mobiles
Copyright © CarBoat Media – Tous droits réservés

consommation mazda rx8

FAQ
Rechercher
Inscription
Connexion

Index du forum
L’équipe•Supprimer tous les cookies du forum• Le fuseau horaire est UTC+2 heures [Heure d’été]

Le sujet que vous souhaitez consulter n’existe pas.
Powered byphpBB© 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
– Traduit en français parMaël Soucaze .
   © Rx8France. Original Design:Free CSS Templates . phpBB3 port by phpBB3 styles

consommation mazda rx8

 
Actualités
Guide d’achat

Guide des sportives

Essais
Essais occasion
Youngtimers
Rétro
Collector

Comparatifs
Avis des propriétaires

Annonces

Consulter les annonces
Publier une annonce

Pilotage
Boutique

Stages de Pilotage
Pièces auto
Pneus
Voitures Miniatures

Services

Assurance auto
Crédit auto
Location voiture
Cote auto

Passion

Reportages
Technique
Circuit
Photos
Vidéos
Mondial de L’Automobile
24h du Mans live
24h Nurburgring live
Goodwood FOS
Dakar live

Communauté

Forum
Facebook
Twitter
Youtube
Dailymotion
Google+
Instagram
FlickR

CARACTERISTIQUES

MAZDA RX-8192 / 231 ch

MOTEUR
Type : rotatif, birotor atmosphérique
Position : AV
Alimentation : Gestion électronique
Cylindrée (cm3) : 2 x 654
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 192à 7000 / 231 à 8200
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 220 à 5000 / 211 à 5500
TRANSMISSION
AR + autobloquant Torsen + ESP
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6)
ROUES
Freins Av-Ar : disques ventilés (323-302) + ABS
Pneus Av-Ar : 225/45 ZR 18
POIDS
Données constructeur (kg) : 1345 / 1350
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 7 / 5,8
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 223 / 235
400 m DA : ND
1 000 m DA : 29,1 / 27,8
0 à 100 km/h : 7″2 / 6″8
CONSOMMATION ECE
Mixte ECE (L/100km) : 10,6 / 11,2
PRIX NEUF (2004) : 30.400 €
COTE (2012) : 10.000 €
PUISSANCE FISCALE : 13 / 16 CV

Après avoir longtemps copié les constructeurs européens
dans de nombreux domaines,la passion
automobile prend parfois le dessus sur la raison industrielle du côté
du soleil levant. Ainsi, l’originale Mazda RX-7 a longtemps
défendu le moteur rotatif. En 2003, la Mazda RX-8 persiste et signe
dans ce choix et s’offrel’originalité de
devenir le premier coupé à 4 portes du monde ! Une des sportives les plus anti-conformistes de sa génération…
Texte:
Sébastien DUPUIS- Photos:Julien DEMAIN
ChezMazda ,
l’originalité et l’innovation sont plus qu’une stratégie,
c’est une culture d’entreprise. Aussi, c’est le dernier constructeur
qui perpétue la technique du moteur rotatif. Mazda y a tellement
cru, qu’après des années de persévérance,
sans remonter à laMazda
Cosmo Sport , une victoire d’anthologie a été décrochée
au 24 Heures du Mans en 1991. Et n’allez pas croire que la concurrence
était absente. Au contraire, elle se nommait alors Sauber- Mercedes ,Peugeot(avec la 905 fraîchement débarquée),Jaguar ,Toyotaet une cohorte dePorsche962. Cette victoire eut un tel retentissement que la sonorité
du moteur rotatif de la voiture de tête a marqué les
esprits. Avec saMazda
RX-8 , présentée initialement sous la forme d’un
concept car en 1999, le constructeur nippon perpétue la longue
tradition des coupés à moteur rotatif, avec en prime
quelques nouveautés, comme le concept des quatre portes !
Le coupé Mazda RX-8 commercialisée en 2003 reprend l’essentiel
du concept RX-Evolv (voir encadré plus bas), à commencer par ses portes arrière antagonistes de
petite taille. Il s’agit d’une voiture entièrement nouvelle construite sur une plateforme spécifique. posée sur de belles roues de 18″, la RX-8 est un coupé de 4m43 de long pour 1m34 de haut. L’empattement de 2m70 a permis d’aménager un habitacle pour 4 passagers. Mazda y a ajouté une petite astuce qui permet un accès
facile et rapide aux deux places arrière par l’absence de
montant central. En effet, sur la Mazda RX-8, la porte arrière
accueille le fermoir de la porte avant et fait donc office de pillier
central une fois fermée. Même si l’allure générale
n’a pas la grâce d’un authentique coupé, avouons que
pour une berline-coupé, laRX-8 est très élancée.
La partie avant
est plutôt sympa avec ses ailes rebondies et ses petits phares
en amande. Le capot long et plongeant vers une calandre bien ouverte
comporte dans sa partie haute un bossage triangulaire, également
en rappel à la forme du piston qui anime le petit moteur
rotatif installé dessous. Les feux arrière sont typiquement
à la sauce japonaise et imitent le style « Cristal »
inauguré par Lexus sur l’ IS 200 . Le coffre s’ouvrant avec
deux vérins présente une taille assez intéressante
mais n’offre toutefois pas une accessibilité idéale.
Dessous, le bouclier englobe les deux sorties d’échappement
à chaque extrémité d’une grille d’extraction
d’air qui contient un feux de brouillard triangulaire en son centre
qui rappelle la forme en triangle du moteur Renesis. Les productions japonaises nous ont souvent habitués
à moins de personnalité dans leur design, félicitons
doncla fraîcheur stylistique de cette Mazda qui ne
se contente pas de « singer » des standards européens.
MAZDA RX-EVOLV
Présenté à Tokyo en 1999, le concept car RX-Evolv évoque le renouveau du coupé sportif chez Mazda. Remarqué pour son originale carrosserie à
4 portes, en rupture avec la tradition des coupés sportifsRX-7 , il donnera finalement naissance à la RX-8 en 2002. Après bientôt 10 ans de carrière au compteur, nous vous proposons un petit bilan à travers ce guide d’achat occasion.
Admirer l’ensemble de l’habitacle traité très sportivement
et ses multiples détails de finition est un vrai délice.
Une fois entrouvert la porte avant, le rouge
flamboyant de la sellerie cuir (en série) saute aux yeux. Ces baquets,
d’un design vraiment sublime, évoquent eux aussi le moteur Renesis
par les intérieurs triangulaires en aluminium vissé
des repose-tête. Superbe. Petit pédalier ajouré
en alu, rappels de cuir sur les contre-portes et le volant et puis
il y a aussi ce long tunnel central avec ses rebords en aluminium
poli qui traverse l’habitacle, séparant la banquette arrière
en deux petits sièges profonds. Malheureusement, comme on peut s’en douter l’habitabilité
arrière est très limitée et si l’accès
y est facile, y resterlongtemps est déjà moins
agréable pour un adulte. Car c’est bien évidemment devant que l’on
est le mieux à bord de la Mazda RX-8 ! Devant les yeux du pilote,
les trois compteurs ronds sous une petite casquette façon moto,
avec le compte-tours superposé au milieu des deux autres donnent le ton.
Zone rouge à 7500ou 9000 tours, selon la motorisation choisie. Le petit volant en cuir bi-ton regroupe plusieurs boutons de commandes,
ce qui nous rappelle que l’équipement livré en série sur la RX-8 était ultra
complet (Clim, changeur
CD, Hi-FI Bose, etc…). Dommage que celui-ci ne se règle
pas en profondeur et que l’assise du siège soit un peu haute.
Heureusement, la position de conduite est globalement très
agréable. Enième rappel de l’exclusivité mécanique de
la RX-8, le petit levier de la boîte à six rapport
trône au milieu du tunnel central de transmission, avec son
pommeau en alu de forme triangulaire.Au lancement, le coupé Mazda était proposé en 3 versions : RX-8 192 ch Elégance,RX-8 231 ch Performance(+lave-phares, pédalieraluminium, projecteurs au Xénon à réglage automatique) et RX-8 231 ch Performance pack (+ système de navigation DVD avec télécommande).
L’originalité esthétique de la Mazda RX-8 ne serait
sans doute pas aussi fortement motivée par la mécanique
qui l’anime si cette dernière n’était pas un cas vraiment
à part dans la production automobile. En effet,
ce cher Félix Wankel n’aurait sans doute pas imaginé
en 1957 que son invention du moteur à piston rotatif propulserait
Mazda sur la plus haute marche du podium des 24 heures du Mans en
1991 ! Sans doute fier de ce succès et ayant développé
avec brio plusieurs générations de coupés sportifs depuis laCosmo Sport ,
Mazda perpétue ainsi depuis presque 40 ans une technologie
dont il est restait le seul défenseur. Mais qu’est-ce que
le moteur Wankel nous direz-vous ? Pour y voir plus clair, lisez-donc l’encadré sous ce paragraphe. Bon, vous l’aurez compris, la différence technique
est telle qu’elle ne permet pas de comparaison réellement
équitable. Sous le capot bombé de la Mazda RX-8, le
nouveau bi-rotor atmosphérique type 13B-MSP (multi side port) cube 2 x 654 cm3, soit 2616 cm3 en équivalence moteur à 4 temps. Mais contrairement
au 13B-REW de laRX-7 , le moteur rotatif de la RX-8 n’a pas le renfort
de turbocompresseurs. Ce petit berlingot développe toutefois
la puissance assez respectable de 192 chevaux qu’il faut aller chercher
à 7000 tr/mn et même 8200 pour la version « high power » (ou « hautes performances ») de 231 ch ! Pour les différences techniques entre les deux, le 192 n’a que 4 ports d’admission, là où le 231 en a 6. On obtient ainsi une valeur de couple spécifique plus favorable au Renesis 192 tandis que le 231 privilégie la puissance gâce à une ECU différente. Dans tous les cas, le moteur ne fournit qu’un maigre couple et avec de telles caractéristiques, inutile d’être devin
pour savoir qu’il va falloir jouer de la cravache pour faire avancer
la Mazda RX-8. Cela tombe bien, la boîte de vitesses Mazda est d’un maniement impeccable. La RX-8 231 ch gagne même un 6ème rapport pour l’autoroute. Ce coeur mécanique placé en
position avant longitudinale est particulièrement peu encombrant
et très léger. C’est évidemment l’un de ses
principaux points forts. Ainsi malgré un équipement
pléthorique, la RX-8pèse un peu moins de 1400 Kg là
où ses rivales directes sont plus proches de la tonne et
demi. Du coup, le rapport poids/puissance s’établit à
5,8 Kg/ch pour la version la plus puissante. L’autre avantage du Wankel
est la faible inertie et la spontanéité du moteur qui en découle à la moindre sollicitation
de la pédale d’accélérateur. On sent instantanément l’envie de monter dans
les tours de ce petit rotatif. Et cela n’est pas pour nous déplaire,
surtout avec une zone rouge très haut perchée qui
déclenche une petite sonnerie d’alerte lorsque l’on tape le rupteur. La sonorité du moteur est
également plutôt flatteuse pour les tympans, légère
et aérienne, elle ne ressemble à aucune autre. Il est toutefois incontestable que ce petit moteur a bon appétit et en conduite sportive, les 61 litres du réservoir
se montrent rapidement trop justes…
LE MOTEUR WANKEL
Pas de piston, pas de soupapes,
pas d’arbre à cames, le moteur à piston rotatif n’a
rien en commun avec le moteur multicylindres à quatre temps
tel que nous le connaissons en dehors du carburant qu’il utilise
! A la place des pistons, on trouve un rotor de forme triangulaire
à l’intérieur d’un cylindre nommé Stator. Il
forme alors 3 chambres de combustion de forme trochoïdales
dont le volume varie avec la rotation du rotor. Les flux d’admission
et d’échappement se font par 5 « lumières ».
Les quatre temps de la combustion s’effectuent alors en un seul
tour de vilebrequin contre deux tours dans un moteur classique.
Il est donc d’usage de multiplier par deux la cylindrée du
moteur rotatif pour établir une équivalence de comparaison.
Cependant, le rotor entraîne par un pignon de surmultiplication
l’excentrique qui tourne alors trois fois plus vite. Du coup cela
se complique car au final, il y a donc une explosion tous les 3
tours !
Pour appréhender le comportement routier de la Mazda RX-8
il convient de jeter à nouveau un oeil à
sa fiche technique. Grâce à sa petite motorisation,
la RX-8 est relativement légère comme nous l’avons
vu précédemment. En plus de cela, elle bénéficie
d’une répartition des masses quasi idéale, soit 52%
du poids sur l’avant et 48% sur l’arrière. Les liaisons au
sol sont assurées par des doubles triangulations à
l’avant et un essieu multibras derrière. De surcroît,
la Mazda RX-8 est aussi une propulsion équipée d’un
autobloquant Torsen avec différentiel à glissement
limité sur l’arrière. Enfin, les grandes roues en
alliage léger de 18″ sont généreusement
chaussées en gommards 225/45 fournis de série par
Bridgestone (des Potenza RE 040). Le tout est secondé par
une bride électronique TCS comprenant l’ABS, le répartiteur
électronique de freinage et un correcteur de trajectoire.
Le freinage à quatre disques ventilés se montre également
assez mordant et efficace. Second blâme pour la direction
électrique, laquelle gâche un peu notre plaisir par
son relatif manque de feeling, malheureusement toujours inhérent
à cette technologie. Heureusement, le train avant est vif
et précis, il permet de bien placer l’auto très peu
sujette au sous-virage. L’arrière suit sans broncher, avec
une légère dérive, toujours contrôlable,
quand on le brusque un peu. La RX-8 survire alors gentiment à
plat, le Torsen démontrant sa suprématie sur les autres
systèmes. En on vient alors à se demander si les aides
électroniques embarquées présentent un réel
intérêt, tant l’équilibre du châssis est
extraordinaire. Cela bride un peu le plaisir, mais bon, c’est dans
l’air du temps… La suspension assez ferme maîtrise très
bien le roulis et les mouvements de caisse, bien aidée par
les pneus à flanc bas. En contrepartie, elle n’est pas non
plus trop méchante avec le dos et on apprécie d’autant
plus cet excellent compromis qu’il est assez rare dans la catégorie
des coupés sportifs. Volontaire, performante, équilibrée,
efficace et réellement grisante, la Mazda RX-8 dans sa version
« Performance » affirme donc bien son tempérament
sportif quand on lui rentre dedans. Les chronos sont d’ailleurs
là pour le prouver : 0 à 100 Km/h en 7″4, 1000m
DA en 26″9 et une vitesse maxi de 235 Km/H. En revanche, le
manque de couple du moteur pénalise les reprises qui sont
assez moyennes. Sur parcours sinueux, les relances après
chaque virage manquent parfois de nerfs si l’on se montre fainéant
de la main droite… Pour s’en sortir, il faut systématiquement
tomber un voire deux rapports pour dépasser en sécurité.
Evidemment, c’est assez vite fatiguant, mais c’est tellement bon
! De plus, ce moteur atmosphérique très progressif
et linéaire permet de ne jamais être surpris par des
réactions brutales, ici l’homogénéité,
l’efficacité et le plaisir sont les maîtres mots.
Fin 2008, une refonte de la gamme est opérée, incluant des modifications esthétiques (restylage de la carrosserie avec l’adoption de nouveaux boucliers et de nouvelles jantes) et des modifications techniques (rapports de boîte raccourcis, rigidité structurelle augmentée et une baisse de poids de 41 kg). Malheureusement, sa vente en France s’arrête brutalement à la mise en place de nouvelles taxes basées sur le Co2, peu favorables au moteur Renesis qui affiche 290 g par km, entraînant un malus de 2600 euros ! Mazda a toutefois tenté deréintroduire son coupé sur le marché français en 2010 avec la versionRX-8 R3 , mais l’expérience n’a duré que quelques mois. Mazda a finalement arrêté la production mondiale de la RX-8 en juillet 2011.
La cote de premiers coupés Mazda RX-8 192 ch est désormais descendue sous la barre des 10.000€, ce qui constitue un prix d’appel plutôt alléchant. Le faible écart de tarif avec la version 231 ch ( voir notre essai ) peu toutefois inciter à opter directement pour cette version la plus musclée. Souvent considéré comme peu endurant, le moteur rotatif a fait énormément de progrès depuis son lancement sur lapremière Mazda RX-7 .
Même par rapport à la dernièreRX-7 (FD) , le rotatif Mazda a perdu ses 2 turbines et beaucoup corrigé son principal défaut conceptuel, à savoir une forte consommation d’huile. Néanmoins, ce serait mentir que de dire que la plupart des propriétaires de Mazda RX-8 n’ont pas un petit bidon dans le coffre, au cas où… Côté entretien, le Renesis accepte très bien les huiles synthétiques modernes,comme par exemple la Dexelia 5W40 recommandée par Mazda, avec une vidange tous les 10.000km ou annuelle. Principalement, il fautprendre soin de laisser le rotatif monter en température avant de rouler et éviter de couper le moteur à froid pour éviter tout risque de le noyer. Mazda a essayé de remédier au problème, à partir des modèles 2005/2006, avec un nouveau démarreur etune mise à jour de l’ECU pour l’injection d’essence. Si la voiture a été entretenue chez Mazda, elle a dû être effectuée lors d’une révision. Un rotatif sain aura un démarrage sans à coups, avec un ralenti qui se place à 2000 tours à froid puis baisse progressive vers les 900 tr/min une fois chaud. À vérifier enfin : les trains roulants et le châssis, comme sur n’importe quelle voiture de sport d’occasion.
Véritable anticonformiste dans la production
automobile, la Mazda RX-8 joue la carte de la différence
doublée de celle de la sportivité chez les coupés 4 places. Vendue à
un prix compétitif, elle apporte une dose de bonne humeur
bienvenue en ces temps moroses où l’on voudrait nous faire
croire que le plaisir automobile est un crime. Aujourd’hui très abordable en occasion, la Mazda RX-8 semble
pouvoir séduire tous ceux qui refusent comme nous de devoir
se « déplacer » en monospace Diesel…
possesseur d’un coupé mazda rx8 performance 231 ch depuis février 2003 (le tout premier d’ailleurs qui a été vendu à strasbourg!), je suis enchanté de cette voiture avec laquelle j’ai parcouru pour l’instant 41000 km. la ligne esthétique est remarquablement réussie. je n’ai eu à déplorer aucun problème technique jusqu’à ce jour: le moteur rotatif semble trés fiable. cette mécanique n’a vraiment de la puissance qu’à partir de 5000 t/m. en dessous de ce régime le moteur est un peu creux et manque …Lire les avis sur la MAZDA RX-8
Mesure d’audience ROI statistique webanalytics par
:-) Pilotage
réjouissant
Moteur et look
dépaysants
Equipement
généreux
4 places
:-( Manque de couple du moteur
Performances 192 ch
Consommation élevée

consommation mazda rx8

 
Actualités
Guide d’achat

Guide des sportives

Essais
Essais occasion
Youngtimers
Rétro
Collector

Comparatifs
Avis des propriétaires

Annonces

Consulter les annonces
Publier une annonce

Pilotage
Boutique

Stages de Pilotage
Pièces auto
Pneus
Voitures Miniatures

Services

Assurance auto
Crédit auto
Location voiture
Cote auto

Passion

Reportages
Technique
Circuit
Photos
Vidéos
Mondial de L’Automobile
24h du Mans live
24h Nurburgring live
Goodwood FOS
Dakar live

Communauté

Forum
Facebook
Twitter
Youtube
Dailymotion
Google+
Instagram
FlickR

Fiabilité, consommation, prix d’entretien, problèmes et pannes connues, qualités et défauts…
possesseur d’un coupé mazda rx8 performance 231 ch depuis février 2003 (le tout premier d’ailleurs qui a été vendu à strasbourg!), je suis enchanté de cette voiture avec laquelle j’ai parcouru pour l’instant 41000 km. la ligne esthétique est remarquablement réussie. je n’ai eu à déplorer aucun problème technique jusqu’à ce jour: le moteur rotatif semble trés fiable. cette mécanique n’a vraiment de la puissance qu’à partir de 5000 t/m. en dessous de ce régime le moteur est un peu creux et manque nettement de couple. à défaut d’avoir de l’élasticité, il a par contre de la souplesse: on peut rouler en sixième sur un filet de gaz à 40 km/h sans que le moteur ait le moindre hoquet! mais de 5000 à 9000 t/m, c’est la joie: la puissance arrive crescendo, accompagnée d’un hurlement mécanique grisant!on se croirait dans une grosse moto à quatre roues! la rx8 a une remarquable tenue de route, elle vire bien à plat et s’inscrit parfaitement en virage, le train avant étant directif et mordant. l’arrière suit sans problème et accepte même de déboîter progressivement lorsque le conducteur hause la cadence. c’est la voiture la plus neutre que j’ai jamais conduite! il n’y a aucun sousvirage et le survirage (arrière qui décroche) n’est jamais traitre. évidemment sur le mouillé,comme avec toute propulsion musclée qui se respecte, il faut piloter avec plus de finesse… on apprécie le différentiel autobloquant torsenqui donne une bien meilleure motricité en sortie de virage serré et offre la possibilité, lorsqu’on veut s’amuser, d’entretenir une lègère dérive du train arrière sans perdre de vitesse.
l’équipement intérieur est de qualité et assez complet (sauf le régulateur qui est toujours indispo sur ce modèle). la sono est de haut niveau (marque bose avec subwoofer et multiples hauts-parleurs). le gps basculant intégré dans le tableau de bord (option assez coûteuse) est précis dans son guidage mais la saisie des adresse de destination est extrêmentlaborieuse à effectuer.
le seul réel inconvénient de la rx8 est sa consommation un peu élevée (14/15 litres en ville, 12 l. sur autoroute à 140 km/h et 16/17 litres en conduite sportive sur les petites routes de montagne). mais quand on aime, etc….! suite à cet appétit en carburant, la capacité du réservoir (61 litres) limite l’autonomie: je n’ai jamais réussi à dépasser 500 kms avec un plein. puisqu’il est question de carburant, je préconise aux possesseurs de coupés rx8 d’utiliser de préférence du super 98 plutôt que du 95: le rendement du moteur birotor est un peu meilleur avec un taux d’octane élevé. la consommation en huile est aussi assez importante, car les moteurs rotatifs ont une segmentation particulière qui laisse toujours un film d’huile sur les parois du stator. pour ma part, je vérifie le niveau d’huile tous les 3 pleins d’essence et il m’arrive fréquemment de rajouter un demi-litre d’huile lors de ces contrôles. ceci est d’autant plus contraignant que le bouchon de remplissage d’huile est difficile d’accès (il faut enlever le grand cache insonorisant clipsé sur le dessus du moteur.
pour conclure ces lignes, je dirai en toute franchise que je suis enchanté à 90% par la rx8. j’espère que mazda vasortir une évolution de ce modèle avec un moteur plus gros ou, pourquoi pas, un turbo, afin d’avoir plus de couple»
Pour discuter desMAZDA RX-8, fiabilité, consommation, prix des entretiens et tous les conseils d’achat, inscrivez-vous sur notreforum!
Mesure d’audience ROI statistique webanalytics par

consommation mazda rx8

Dimanche, 20 Décembre 2015 15:46 |Écrit par Jessica | | |
La prochaine Assemblée Générale du RRC se déroulera à La Ferté Gaucher en Seine et Marne (77) le Samedi 30 janvier 2016 à 15h00 : Parc de Loisirs Aérosphalte Circuit Automobile 77320 LA FERTE GAUCHER
Toute les infos sur votre forum préféré
<Fin>>
Copyright © 2005-2014 Revolution Rotor Club.All Rights Reserved.

consommation mazda rx8
You don’t have permission to access /fiche1077-mazda-rx8.htm
on this server.

consommation mazda rx8

Ce site utilise des fichiers (comme cookies) et autres technologies. En continuant à le parcourir vous acceptez leur utilisation.Plus d’informations.
OK
Actualité, essais, occasion auto

NL

Auto

Moto

Occasions auto

Occasions moto

Prix du neuf

Mon Vroom

Blog

Ajoutez votre commentaire, donnez-nous votre avis !

Automobile

Actu auto

Espionnage
Economie
Reportages
Dreamcars
Vidéos

Essais auto

Avant premières
Comparatifs
Roadbooks
Oldtimers
Essais vidéos

Avis des utilisateurs

Le blog Vroom.be

Actualités décalées
Vidéos
Fun

Motos

Actu moto

Equipements
Pratique
Scooters

Essais moto

Avant premières
Nos comparatifs
Cross / Enduro
Oldtimers
Electriques

Divers

Les auto-écoles
Lettre d’information
Questions fréquentes
Leasing auto

Salon Auto 2016

Tout sur le salon
Visite virtuelle
Visite virtuelle
Pratique
Nouveautés par marque
Les différents palais

Occasions auto

Rechercher une voiture
Les annonces auto du jour
Vendre une voiture
Conseils de vente

Occasions moto

Trouver une moto
Annonces moto du jour
Vendre une moto

Professionnels

Devenir client
Nos vendeurs professionnels

Très athlétique, la RX-8 montre clairement ses intentions sur le tableau de bord. Le compte-tour atteint des sommets et le tachymètre est très discret. L’indication de la vitesse, en numérique, est discrètement incluse dans le compte-tours. Ce n’est pas l’essentiel aux yeux des conducteurs de la RX-8, apparemment. C’est vrai que cette voiture n’est pas du genre à se traîner. Au contraire, il faut plutôt la retenir. Et puis il y a le son, magnifique, du moteur rotatif.
Résumer le fonctionnement du moteur rotatif est une belle gageure. Autant le regarder fonctionner en même temps,ce sera plus clair(source :Mazda Suisse ). Le piston est constitué par un rotor tournant au centre d’un carter en forme d’ovale. L’arbre moteur excentrique sur lequel est monté le rotor tourne trois fois sur lui-même chaque fois que le rotor effectue une rotation de 360 degrés. Le rotor lui-même est de forme triangulaire et ses trois angles sont en contact constant avec les parois du stator grâce à un joint à lèvre. La forme du stator assure alors que le point central du rotor décrit un cercle fermé à chaque rotation complète. Les trois arêtes du rotor forment avec la surface interne du stator trois chambres dont le volume change constamment pendant le cycle de rotation du rotor. Cette architecture est beaucoup plus simple que celle d’un moteur traditionnel. Les seules parties mobiles sont donc le rotor lui-même et son arbre excentrique. En raison de ces caractéristiques, le moteur rotatif est plus léger et plus compact qu’un moteur conventionnel. Une autre différence fondamentale : alors qu’un moteur à pistons alternatifs a besoin de deux tours de vilebrequin pour effectuer les quatre temps de son cycle (1 temps moteur – 3 temps contreproductifs), le moteur rotatif effectue ses quatre temps sur un seul tour de rotor. Et puis, un moteur rotatif produit peu de vibrations.
Évidemment, la RX-8 bénéficie d’une génération améliorée du moteur rotatif basique : le Renesis pour «Rotary Engine et geNESIS». Ce moteur à double rotor est comparable à un six cylindres traditionnel de 1308 cm³. De fait, la cylindrée de chacune des deux chambres est de 654 cm³. Mais il est difficile de comparer l’incomparable car ce « 1300 » développe de 192 à 231 chevaux (141 à 170 kW) en fonction des réglages. Le moteur rotatif permet de profiter d’une symphonie de toute beauté et de performances explosives. La RX-8 passe de 0 à 100 km/h 7,2 s (6,4 s pour la version 231 ch) et atteint allègrement les 223 km/h (235 km/h) en pointe. Nous avions la version « hautes performances » de 231 ch à l’essai. La boîte à 6 vitesses de cette version permet de jouer du rotor et de choisir à tout moment la conduite économe ou de s’amuser à faire monter le régime pour profiter de la sonorité de la RX-8. Le couple de 211 Nm est disponible à 5500 tours minute et la puissance maximale à 8200 tr/min. Autant le dire de suite, on ne peut s’empêcher de faire monter l’aiguille du compte-tours à 7000 tr/min, rien que pour le bruit et le coup de pied au fesses que cela procure. Divin !
Cette vidéovous montre son fonctionnement (format .mov – source :Mazda Suisse ).
On est aussi confortablement assis dans cette RX-8, à l’avant comme à l’arrière. Car ce coupé sportif est une vraie 4 places. Certes, le petit monstre à l’arrière a parfois été secoué lors des accélérations, mais cela ne le déplaisait pas. Au contraire. Il faut juste éviter de mettre de la crème glacée dans le coffre, le plancher de celui-ci était toujours chaud après nos « balades ». Même si on a ressenti un léger roulis dans les virages à haute vitesse, la Mazda est très stable. On prend vraiment son pied à bord de cette propulsion anticonformiste. Le faible encombrement du moteur Renesis de la RX-8 a permis aux ingénieurs Mazda de le reculer par rapport à l’axe des roues avant et de l’installer en position dite «centrale avant» qui se traduit par une répartition des masses de 50/50 entre les trains avant et arrière. Cela contribue évidemment au comportement dynamique extrêmement incisif de la Mazda RX-8. Poussée dans ses derniers retranchements, la RX-8 ne manifeste que le léger survirage typique d’une voiture de sport. Pour sa part, la direction à assistance électrique répond à la moindre sollicitation du volant et compense les transferts de charge. Côté châssis, la structure de carrosserie de la Mazda RX-8 a été conçue pour offrir une résistance élevée tant à la flexion qu’à la torsion.
Outre l’architecture originale du moteur, la RX-8 se distingue également par ses portes antagonistes et l’omniprésence du rotor dans l’habillage. Dépourvue de montants centraux, la RX-8 a reçu des portes « FreeStyle » postérieures articulées à l’arrière. L’angle d’ouverture des portes avant atteint 67° et celui des portes arrière 80º. Moins facile que dans une berline, l’accès à bord est quand même plus aisé que dans un coupé sport traditionnel à deux portes. Il faut aussi s’habituer à un effet secondaire du FreeStyle : les portes arrière ne s’ouvrant que si celles de devant l’ont été préalablement. Le passager avant doit donc sortir pour permettre à ceux de derrière de faire autant. Un peu comme pour une deux portes ! Les techniques utilisées pour supprimer les bruits et vibrations contribuent aussi à créer une atmosphère extrêmement confortable. Dans l’habitacle, les stylistes de Mazda ont créé une ambiance sportive contemporaine avec de-ci, de-là des triangles arrondis rappelant la forme du rotor. Comme on l’a déjà signalé, le compte-tours a droit à tous les honneurs. Placé parfaitement dans le champ de vision du conducteur, il indique zéro à 6 heures comme dans une voiture de sport dont le moteur tourne dans une large plage de régimes. Par contre, l’ergonomie du bouton de commande du GPS n’est pas tip top. En effet, ce bouton, notamment pour la commande « Enter », est trop sensible et fragile. Mal placé, on peut l’accrocher en changeant les rapports. D’autant qu’en poussant la RX-8 à rythme sportif sur routes sinueuses, on a tendance à solliciter le levier avec beaucoup d’entrain… Autre détail de conception à revoir : la position de la jauge d’huile dans le moteur. Inutile d’y aller sans relever les manches et prévoir des gants. Il est complètement planqué dans le moteur. Pas sympa pour ceux qui veulent prendre soin de leur voiture en vérifiant régulièrement leur niveau d’huile (tous les 1000 km en principe, mais qui le fait vraiment ?). Enfin, la RX-8 est facturée de 30.699 à 38.199 euros et la version 231 ch consomme un peu plus de 11 litres au 100 en moyenne mixte.

consommation mazda rx8

Actualité

Dossierfiabilité

Essais

Guided’achat

CoteArgus

Voituresd’occasion

Voituresneuves

Prix duneuf

Fichestechniques

Essais, nouveautés, fiabilité, sélection d’annonces auto…
Chaque semaine, recevez le meilleur de L’argus.fr
J’accepte de recevoir les offres partenaires deL’argus
En poursuivant votre navigation sur L’argus.fr, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.En savoir plus et gérer ces paramètres.
OK

consommation mazda rx8

En voiture !
Un regard passionné sur l’actu de l’automobile.
Matthieu Turel, documentaliste-iconographe au Parisien, est un Citroëniste convaincu. Passionné par l’histoire automobile, il ne roule qu’en voitures anciennes. Son véhicule le plus récent est une 2CV et il roule au quotidien au volant d’une Citroën GS break de 1978. Pour autant, il troque volontiers ses voitures à carburateur contre des modèles dernier cri bardés d’électronique et à la motorisation plus soucieuse de la planète.
Accessoires Actualité DVD En Images Essais Fashion Insolite Livre BDMagazine Multimédia Nouveauté People Pneumatique Rétro Sécurité routière Son Sport Auto Tendance TV Vécu Voiture propre hybride Pile à combustible / hydrogène Voiture électrique
Lorsque les ventes d’un modèle sont en baisse, son avenir est généralement compté. Si à cela s’ajoutent des rejets de CO2 gargantuesques conjugués à des normes d’émissions de polluants toujours plus drastiques, autant dire que son sort en est jeté. La Mazda RX-8 combinant ces trois tares, la production de ce coupé quatre portes et quatre places a cessé en juillet 2011 bien que sa commercialisation se soit poursuivie jusqu’à la fin de l’année dernière. La RX-8 est un modèle singulier puisque la firme japonaise était le seul constructeur à proposer jusque-là un moteur à pistons rotatifs dans sa gamme. Alors qu’il tire sa révérence, c’est à bord de l’un des tous derniers modèles encore disponibles que j’ai pu goûter à cette motorisation si particulière juste avant que la RX-8 n’accède au rang de collector.
C’est quoi, cette voiture ?La RX-8 est pour le moment la dernière héritière du moteur à piston rotatif. Cette technologie mise au point par Félix Wankel dans les années 60 possède plusieurs avantages : composé d’un nombre de pièces bien plus faible, il est bien aussi plus compact qu’un moteur classique et génère moins de vibrations. Mazda s’intéresse de près à cette architecture particulière, achète le brevet et sort la Cosmo Sport en 1967, la même année que la NSU Ro 80. En 1973, ils seront suivis par Citroën avec sa GS Birotor. Pourtant le moteur rotatif ne s’impose pas. Sa fiabilité et une consommation importante auront raison de ces deux derniers modèles. En plein choc pétrolier, Citroën abandonne la GS Birotor après seulement 847 exemplaires et la NSU Ro 80 quitte la scène peu après en 1977 sans successeur. Le constructeur japonais, lui, continue de croire en ce type de motorisation, ne cessant d’améliorer la fiabilité et d’abaisser les consommations. Le coupé RX-7, dont la carrière s’étale de 1979 à 2002, marque une étape importante et se vend à plus de 1,8 million d’exemplaires. Mais la consécration intervient en 1991 avec la victoire aux 24 Heures du Mans de la Mazda 787B avec son quadrirotor.En 2003, le constructeur japonais présente le RX-8. Son moteur rotatif Renesis apporte des progrès en terme de consommation et de rejets polluants. Disparue du catalogue Mazda France en 2009, le coupé RX-8 revient dans l’Hexagone en mars de l’année suivante avec une version restylée avant de tirer définitivement sa révérence.
La version essayée.Mazda RX-8 au tarif de 38 150 €.   Son look.Premier coupé quatre portes quatre places au monde, la RX-8 n’en oublie pas pour autant la ligne. Le restylage de 2009 accentue encore plus l’aspect saurien de l’avant grâce à des optiques, une calandre et des entrées d’air redessinées. Les bandes noires de ce modèle d’essai apportent une petite touche « voiture de course » qui plaît tant aux enfants et aux grands tout comme les jantes 19″ et l’aileron arrière qui surplombe les feux à LED. Il ne manque plus qu’un numéro sur la portière.
A part le moteur rotatif, le RX-8 se distingue également pour l’ouverture antagoniste des portes
A bord.Dans l’habitacle un énorme tunnel central qui offre l’avantage d’abriter des rangements à l’avant et à l’arrière et qui sert également d’accoudoir rappelle que cette RX-8 est une propulsion. Mais elle est surtout une sportive. Les sièges Recaro à l’excellent maintien latéral le prouvent bien qu’ils puissent toutefois poser des problèmes aux grandes carrures. Plusieurs signes trahissent la présence d’un moteur rotatif sous le capot. D’une part, le symbole triangulaire du rotor se retrouve sur le pommeau du levier de vitesses et se glisse jusque dans la molette de réglage de l’inclinaison du siège conducteur. D’autre part, le compte-tours gradué jusqu’à 10 000 trs est placé au centre et de manière à être parfaitement visible tandis que le compteur de vitesse numérique est réduit à sa portion congrue sur la droite de ce même cadran.
Accueillante à l’avant, elle l’est aussi pour les passagers arrière. Tout d’abord l’accès est assez aisé grâce à l’ouverture antagoniste des portes, un système repris par la suite sur l’Opel Meriva. Plus besoin de trop de contorsions pour s’asseoir dans les deux sièges arrière creusés. La place aux jambes est bien évidemment limitée mais si les occupants de devant avancent quelque peu les bacquets, il est tout à fait envisageable de faire une petite virée à quatre adultes, d’autant plus que la largeur est suffisamment importante et que le coffre n’est pas indigne et peut accepter aisément deux grands sacs de voyage.
Au volant.Le moteur rotatif demande une précaution d’usage : ne pas tirer à froid comme un fou. Dès le démarrage, le compte-tours préconise par une indication de ne pas dépasser les 5 000 tours. Puis au fur et à mesure de sa montée en température, au bout de 5 minutes environ, la limitation passe alors à 7 000 trs, soit un régime que peu de moteurs classiques essence atteignent. En attendant, cette levée, la RX-8 démontre toute sa souplesse dans une circulation urbaine où elle se conduit pépère sur un filet de gaz, à 50 km/h en 5è voire 6è. Etonnamment, les dos d’âne se franchissent sans martyriser les vertèbres laissant transparaître un usage extrêmement civilisé en milieu urbain, la visibilité périphérique étant même tout à fait correcte pour ce type de véhicule. A ce rythme de sénateur, elle laisse toutefois apparaître un manque de reprises à bas régimes. Effectivement, en regardant les caractéristiques techniques, le couple maxi est disponible à partir de 5500 tr/mn et la puissance maxi de 231 ch est obtenue à 8 200 tours. Fichtre, il va falloir aller la chercher ! Le moteur étant enfin parvenu à température idoine, il est temps de quitter les axes congestionnés pour accélérer enfin le rythme.
Gradué jusquà 10 000 tours, un témoin lumineux indique néanmoins de ne pas dépasser les 5 000 trs à froid
Et là, le rotatif donne toute sa quintessence. M’engageant sur la voie d’accélération de l’autoroute A15 sur le 2è rapport, j’écrase la pédale de droite. L’aiguille du compte-tours commence à monter. Je demande quand cela va s’arrêter mais elle continue inlassablement sa longue ascension vers la zone rouge située à 8 500 tours. Un bip retentit. Je suis arrivé au rupteur. Je passe la 3è sur la boîte aux débattements courts. Ça recommence et je me dis que le moteur va casser. Mais non. Il semble pouvoir aller jusqu’à des limites déraisonnables. Là où un diesel rend l’âme à 3 500 trs, là où un bloc essence s’essouffle à 6 000 trs, le rotatif lui donne tout passé les 5 000 trs.
Sur le petites routes, la répartition idéale des masses 50/50 garantissant un comportement assez neutre permet à cette propulsion d’enrouler les virages. La direction à assistance électrique précise remonte bien les informations et l’absence de montant central n’entâche en rien la rigidité de la caisse. L’excellente tenue de route doit également beaucoup à la suspension sport avec les amortisseurs Bilstein (qui au passage ne sont pas aussi raides que la justice) tout comme au train avant à double triangulation et au train arrière multibras couplés tandis que les aides électroniques (contrôle dynamique de stabilité DSC et antipatinage électronique TCS) répondent présentes en cas de faux pas.D’habitude, j’écoute de la musique en conduisant mais là je n’ai rien mis, laissant la sonorité envoûtante du moteur, proche de celle de la moto parvenir à mes oreilles. De toute façon, manquant d’amplitude et de profondeur, les enceintes Bose sont décevantes.
Budget et bilan écologique.L’absence de port USB trahit bien le fait que Mazda prévoyait d’arrêter la RX-8. C’est le seul équipement manquant. Les fans de musique se rattraperont avec le chargeur 6 CD. A part cette lacune, le Bluetooth, le régulateur de vitesse, la climatisation automatique, les phares au Xénon ou encore l’allumage automatique des feux sont de la partie. Le RX-8 n’est pas vraiment écolo-friendly. C’est même un véritable épouvantail pour la candidate verte à l’élection présidentielle Eva Joly. Ses émissions de C02 de 299 g qui lui garantissent un malus maxi de 3 600 € auquel s’ajoute une taxe annuelle de 160 € et sa consommation de 15 l constatée lors de cet essai sont d’un autre temps. Une Audi TT 2.0 TFSI de 211 ch n’est qu’à 154 g, soit la moitié et réclame seulement 6,6 l selon le constructeur. Même la Porsche 911 Turbo S forte de 530 ch est plus vertueuse (268 g et 11,4 l).
Conclusion.Mazda a deux bijoux dans sa gamme : leMX-5(surtout lapremière génération NA ) et le RX-8. Tous deux offrent véritablement un plaisir comme peu de voitures savent en procurer. Si le premier poursuit sa longue carrière avec succès, le second, en revanche a disparu du catalogue Mazda, victime des normes de pollution de plus en plus contraignantes. Quel dommage car le moteur rotatif offre des sensations particulières. Le pire, c’est qu’aucun successeur n’est annoncé pour le moment même si Mazda a révélé le 8 octobre 2011 via Twitter qu’il « travaille actuellement à l’adaptation des technologies SkyActiv et développe avec impatience un nouveau modèle avec un moteur rotatif de nouvelle génération ». En attendant un hypothétique RX-9, ceux qui veulent absolument une RX-8 peuvent encore en trouver des neuves. Des concessionnaires malins commecelui de La Queue-en-Brie(94) ont anticipé cette retraite en faisant quelques stocks. Sinon, il faut se tourner sur le marché de l’occasion.
Bien vu – Moteur envoûtant – Limite de la zone rouge – Places arrière Pas Top – Consommation – Malus maxi
D’autres photos sontvisibles dans l’album .
18:46 Écrit par Matthieu Turel dansEssais |Lien permanent |Commentaires (6) | Tags :mazda , rx-8 , essai , rotatif| | |
On dit que son moteur est très peu fiable et que les garagistes refusent souvent de les reprendre à l’achat, vous en savez plus ?
Un moteur peu fiable ? oui et non, plus fragile oui, mais si l’entretien est bien fait, pas de soucis !
le seul ennemis du rotatif, la calamine ! Et oui, rouler comme un papy ne lui va pas du tout, tant mieux vous me direz ! :D
ma 8 a 78000 km et pas un problème moteur ! L’essayer c’est l’adopter ! croyez moi ! ^^
Écrit par : tibo the 8 | 03 mai 2012
Belle coupe et une grande sportive pour la fiabilité le moteur rotatif n’est pas ce qui fait de mieux.
Un superbe sportive dommage que Mazda ne l’ait pas asseztravaillé de manière à ce qu’elle soit grand public
Écrit par :opel-overblog.com| 29 mars 2012
J adore cette voiture, mais 299g de CO2, j’avoue je suis choqué. Au dessus de la 911 turbo S, c’est démesuré…
Je possède un exemplaire de ce petit bolide achetée neuf en 2004 et qui totalise actuellement 95000 kms sans le moindre problème de fiabilité! Sincèrement je ne lui trouve qu’un seul défaut, sa consommation d’essence et encore je relativiserai car après tout il faut bien nourrir les chevaux….sourire! Pour le reste rien à dire, cette voiture est agréable et amusante à conduire et pardonne beaucoup de choses pour une propulsion, tenue de route exemplaire! de fabrication sérieuse elle est bien finie et bien équipée. Son design fait tourner beaucoup de tête sans pour autant être exubérant. Coté moteur c’est un vrai bonheur pour faire joujou dans les tours et sa fiabilité est sans faille, son entretien limité et peu onéreux (200€ la révision tous les 20000kms en moyenne). Cerise sur le gateau c’est une 4 places avec un astucieux système de portes arrières qui ne dénature nullement sa ligne !
Coté confort c’est très honorable pour une sportive, les sièges maintiennent très bien et de plus avec un look en cuir bi-color très sympa!
Sa consommation d’huile est une légende, pas plus gourmande qu’un autre modèle!Disposant d’un véhicule de fonction par ailleurs je ne la sort que rarement depuis 2 ans mais à chaque fois c’est un vrai plaisir et je n’arrive pas à m’en séparer tellement elle me procure du plaisir à son volant !! Bref j’aime cette voiture, bravo MAZDA et j’attend la RX9 avec impatience !

consommation mazda rx8

Ce site utilise des fichiers (comme cookies) et autres technologies. En continuant à le parcourir vous acceptez leur utilisation.Plus d’informations.
OK
Actualité, essais, occasion auto

NL

Auto

Moto

Occasions auto

Occasions moto

Prix du neuf

Mon Vroom

Blog

Ajoutez votre commentaire, donnez-nous votre avis !

Automobile

Actu auto

Espionnage
Economie
Reportages
Dreamcars
Vidéos

Essais auto

Avant premières
Comparatifs
Roadbooks
Oldtimers
Essais vidéos

Avis des utilisateurs

Le blog Vroom.be

Actualités décalées
Vidéos
Fun

Motos

Actu moto

Equipements
Pratique
Scooters

Essais moto

Avant premières
Nos comparatifs
Cross / Enduro
Oldtimers
Electriques

Divers

Les auto-écoles
Lettre d’information
Questions fréquentes
Leasing auto

Salon Auto 2016

Tout sur le salon
Visite virtuelle
Visite virtuelle
Pratique
Nouveautés par marque
Les différents palais

Occasions auto

Rechercher une voiture
Les annonces auto du jour
Vendre une voiture
Conseils de vente

Occasions moto

Trouver une moto
Annonces moto du jour
Vendre une moto

Professionnels

Devenir client
Nos vendeurs professionnels

L’ombre du triangle Le plat de résistance de la RX-8, c’est sans conteste son moteur. Unique rotatif actuellement en production, il est constitué de deux rotors, ce qui lui donne une cylindrée de 1.3 l. Mais ces 1.300 cm³ comptent double face à un moteur alternatif traditionnel, surtout du point de vue de la puissance disponible ! Remarquons également que le rotatif permet une diminution du bruit et des vibrations… Si, avec ses 231 chevaux (une version bridée à 192 chevaux existe également), ce moteur présente la puissance d’un 2.6 l traditionnel (il est d’ailleurs taxé comme tel), son couple est toutefois nettement plus faible, avec une valeur ne dépassant guère les 211 Nm… A l’usage, ce rotatif détonne. Sa finesse de fonctionnement le ferait passer pour un moteur à turbine. Sans doute s’agit-il là du moteur le plus raffiné du moment. Disponible et élastique, il monte dans les tours sans inertie aucune et avec une volonté grandissante. Heureusement, un signal sonore rappelle que l’aiguille approche dangereusement du rupteur, situé à… 9.200 tr/min ! Unique on vous dit ! La poussée évolue de manière linéaire et s’accompagne d’une sonorité grave à bas régime et qui évolue pour devenir stridente à l’approche du rupteur. Un bruit qui ne ressemble à rien de connu et qui envoûte littéralement les passagers… Tout n’est pas rose pour autant et ce moteur fait preuve d’un appétit assez conséquent. Difficile de descendre sous les 13 l/100 km et tabler sur une moyenne de 14 semble raisonnable. Autre inconvénient, le manque flagrant de couple à bas et moyen régimes, qui oblige à recourir au sélecteur pour bénéficier de reprises valables. Plaisir des sens Heureusement, ce petit levier de vitesses commande une boîte formidable. Spécialité Mazda, le passage des rapports est franc, précis et les débattement sont des plus limités ! Un véritable régal qui incite à s’en servir… Ce qui est plutôt heureux vu le manque de couple ! Et le bonheur ne s’arrête pas là… Le châssis, très équilibré, canalise très efficacement la puissance et promet une tenue de route des plus saines et des plus efficaces sur la route. Propulsion, elle demande cependant un pied droit mesuré par temps de pluie mais les réactions du châssis seront dans tous les cas, très saines. Décalée A l’heure où les berlines veulent ressembler à des coupés, Mazda présente un coupé qui se pare des attributs d’une berline ! Quatre portes, certes, mais avec deux éléments arrière s’ouvrant dans le sens contraire. Un système identique à la… Rolls-Royce Phantom et qui promet une belle accessibilité. Une fois installé, on y est bien et, surtout, à l’aise. L’ambiance est au sport, avec des cadrans ronds, des triangles rappelant le rotor un peu partout (pommeau de levier de vitesse, appuies-têtes, capot, pare-chocs arrière,…) et une atmosphère confinée. Seul petit grief, la position de conduite, trop haute à mon goût. L’habitabilité est véritablement étonnante pour une voiture de ce segment et quatre adultes n’éprouveront aucun mal à s’installer à bord. En revanche, il faudra limiter les bagages, le coffre n’étant pas aussi généreux que l’espace habitable. Insonorisation et confort de suspension se situent dans la très bonne moyenne du segment. Tarif hors concurrence Proposée à 38.199 €, la RX-8 231 chevaux offre un équipement de série pour le moins complet ! Climatisation, cuir, GPS, phares au xénon,… Tout est fourni ! Mais il faudra assumer la consommation élevée (entre 13 et 15 litres, suivant les conditions)… Quant aux émissions, on est loin des résultats des petits diesels actuels : 289 grammes de CO2 au kilomètre… Conclusion Complètement décalée, la RX-8 nous prouve ici le savoir-faire du constructeur. Si de par son moteur et sa présentation, ce modèle peut surprendre, à l’usage, il devient parfaitement cohérent. Confort, sportivité, comportement routier, équipement pléthorique, la RX-8 donne tout sous une forme inusitée et parfaitement tarifiée ! Au point qu’elle pourrait donner des leçons aux concurrentes européennes ! Le rotatif sous le capot détonne, affichant une finesse de fonctionnement ahurissante et une sonorité attachante. Dommage qu’il ait un certain penchant pour la boisson… Il ne nous reste plus qu’à attendre la version à hydrogène, pour encore mieux se démarquer…

consommation mazda rx8

Dimanche, 20 Décembre 2015 15:46 |Écrit par Jessica | | |
La prochaine Assemblée Générale du RRC se déroulera à La Ferté Gaucher en Seine et Marne (77) le Samedi 30 janvier 2016 à 15h00 : Parc de Loisirs Aérosphalte Circuit Automobile 77320 LA FERTE GAUCHER
Toute les infos sur votre forum préféré
<Fin>>
Copyright © 2005-2014 Revolution Rotor Club.All Rights Reserved.

consommation mazda rx8
Bienvenue,Invité . Merci devous connecterou devous inscrire . Avez-vous perdu votree-mail d’activation  ?

Lyon Motard»

Divers»

Blabla»

MAZDA RX8 génésis 192ch – Avis & retour d’expérience

Pages: [ 1 ]2 3…6   En bas

Auteur
Sujet: MAZDA RX8 génésis 192ch – Avis & retour d’expérience  (Lu 11088 fois)

DriverSam

LyonMotards
Régulier

Messages: 154

Moto: 750 GSXR 1991

Je lance ce topic car j’ai flashé sur cette voiture.MAZDA RX8, moteur wankel (moteur à piston rotatif).On dit que cette voiture est une voiture de passionné, cela veux dire quoi ? Le net n’est pas vraiment clair, il existe un forum français pour cette voiture mais entre les mecs qui préparent leur véhicule, les mecs qui sont ultra-méticuleux et les froussards je n’arrive pas a savoir si ce véhicule est fiable et utilisable dans la vie de tous les jours. Alors à vos claviers et aidez-moi 

Ben

LyonMotards
LyonMot’ accro

Messages: 9027

«Réponse #1 le:26 mars 2013 à 19:11:58 »
T’as pas une bécane a retapper toi?Brèle de passionné = Ca coute un oeil et c’est fiable comme un 748.

Yuri-girl

LyonMotards
Pro

Messages: 2054
La smartienne complètement motarde !

Moto: gladius

«Réponse #2 le:26 mars 2013 à 19:26:06 »
Je connais quelqu’un qui en a une, effectivement c’est une voiture de passionner ! C’est une voiture du week-end, faut en prendre soins (moteur fragile, mais avec un bon entretien pas de problème normalement) Consommation exorbitante, et assurances élever, entretien couteux  ! Mais bonne voiture apparemment !
La solitude est la seul façon de ne pas être déçus !

Greg.C

LyonMotards
Régulier

Messages: 183

Moto: M1100 Evo / 800 VFR / D675

«Réponse #3 le:26 mars 2013 à 19:26:41 »
J’en avais parlé récemment à un collègue qui roule en mazda mx5 car j’étais tombé sur quelques annonces d’occasion assez intéressantes, d’après lui ça serait relativement fiable, mais le gros point noir de ce type de moteur est la (sur)consommation, largement au dessus d’un moteur classique à puissance équivalente. De ce que j’en avais lu rapidement sur les forums dédiés, certains font 200-250km avec 50l… Je n’ai pas cherché plus loin… A savoir qu’il y a une version 231ch…

oxnox

LyonMotards
Semi Pro

Messages: 263
100% étanche aux poutasses et aux cons

Moto: 883 xlh

«Réponse #4 le:26 mars 2013 à 19:39:46 »
google est ton ami    tape wankel et tu sauras la verité, admiratif de part sa conception mais dubitatif pour sa fiabilité oubli,passe ton chemin …………citroen avait fait une gs ,projet vite abandonné mais google te dira tout 

thom

LyonMotards
Pro

Messages: 1352

«Réponse #5 le:26 mars 2013 à 19:45:51 »
Le moteur wankel était à l’étude au moment du choc pétrolier… Et vu la consommation du moteur… ça n’aurait jamais marché ! C’est pour ça principalement qu’à l’époque les constructeurs automobiles ont arrêté les recherches sur ce type de moteur. Après pour la fiabilité…Si mazda en produit encore et qu’ils ont gagnés les 24h du mans une année (avant que ce type de moteur ne soit interdit pour ce type de course), c’est que ça ne doit pas être si mauvais que ça non ?

Jacques Clooney

LyonMotards
Pro

Messages: 2236

Moto: Goliath

«Réponse #6 le:26 mars 2013 à 19:46:35 »
Je ne connais pas la fiabilité de la voiture mais apparemment vous êtes plusieurs a mettre en avant une relative sur-consommation. La question est de connaître justement les chiffres de cette consommation, car la rx8 a un moteur qui sort du lot. C’est un 1,3L si je ne m’abuse, presque comme ma micra, par contre 231 chevaux, plus que mon ex bm 325 2,5lTout ça pour dire que si elle consomme dans les 10/12l, ça ne me choque absolument pas.

zack

LyonMotards
Pro

Messages: 2337

Moto: Ritale en mini jupe

«Réponse #7 le:26 mars 2013 à 19:49:57 »
Surconsommation, d’essence et aussi d’huile. 

Jacques Clooney

LyonMotards
Pro

Messages: 2236

Moto: Goliath

«Réponse #8 le:26 mars 2013 à 19:53:14 »

Yuri-girl

LyonMotards
Pro

Messages: 2054
La smartienne complètement motarde !

Moto: gladius

«Réponse #9 le:26 mars 2013 à 19:55:01 »
La solitude est la seul façon de ne pas être déçus !

thom

LyonMotards
Pro

Messages: 1352

«Réponse #10 le:26 mars 2013 à 19:55:57 »
visiblement : 11 litres aux 100 sur autoroute contre 15 en ville pour l’essence et 1litre au 5000km pour l’huile   source :http://auto.lapresse.ca/opinions/jacques-duval/201109/12/01-4441307-jacques-duval-la-rx-8-ou-la-perseverance-de-mazda.php

Jacques Clooney

LyonMotards
Pro

Messages: 2236

Moto: Goliath

«Réponse #11 le:26 mars 2013 à 20:01:52 »

Nanolue

LyonMotards
Pro

Messages: 1082

Moto: Noir Désir & Aspirateur japonais

«Réponse #12 le:26 mars 2013 à 20:57:54 »
Moteur Wankel ! Tiens, je savais pas qu’ils l’avaient effectivement sorti, celui la… Moi ca m’epate pour la prouesse technologique que ca représente, mais je ne me risquerais jamais a acheter un vehicule qui en serait équipé, du moins pas avant une dizaine d’années! 

thom

LyonMotards
Pro

Messages: 1352

«Réponse #13 le:26 mars 2013 à 20:59:46 »

Nanolue

LyonMotards
Pro

Messages: 1082

Moto: Noir Désir & Aspirateur japonais

«Réponse #14 le:26 mars 2013 à 21:05:11 »
Ah, euh… au temps pour toi alors  … J’achete, alors!  Il me semblait me souvenir que ce moteur etait toujours a l’etude, justement parce que c’etait un gouffre a huile, mais surtout parce qu’il fallait s’accrocher pour reparer ces betes la, et que la fiabilité etait loin d’etre garantie… Tant mieux si ce n’est pas (trop) le cas! 
Pages: [ 1 ]2 3…6   En haut

Lyon Motard»

Divers»

Blabla»

MAZDA RX8 génésis 192ch – Avis & retour d’expérience

Page générée en 0.026 secondes avec 22 requêtes.

consommation mazda rx8
Le blog auto, toute l’automobile, tout le temps
Publié parJoest Jonathan Ouakninele23 mars 2009dansCoupés ,Essais ,Mazda| 9536 lectures|2 réponses
Publié dansCoupés ,Essais ,Mazda | taggéMazda ,RX-8 ,RX8

nouveaux commentaires
nouvelles réponses à ce commentaire

Notifier des nouvelles réponses à ce commentaire
Notifier des nouvelles réponses à ce commentaire
Trier par:  
plus récent|
plus ancien
|plus de votes
Essai Mercedes 500 SL : Grand Tourisme cinq étoiles
Essai BMW M2 370 ch: Espèce en voie de disparition
Essai Volkswagen Tiguan TDi 150 4 Motion DSG
Essai Peugeot 3008 THP 165 ch: Un féroce concurrent !
515 lectures / Publié le1 avril 2017
1104 lectures / Publié le30 mars 2017
4265 lectures / Publié le11 mars 2017
4164 lectures / Publié le5 mars 2017
2674 lectures / Publié le1 mars 2017
209 lectures / Publié le1 avril 2017
140 lectures / Publié le31 mars 2017
1324 lectures / Publié le31 mars 2017
268 lectures / Publié le31 mars 2017
335 lectures / Publié le31 mars 2017
949 lectures / Publié le23 mars 2017
792 lectures / Publié le21 mars 2017
2104 lectures / Publié le21 mars 2017
852 lectures / Publié le20 mars 2017
1004 lectures / Publié le16 mars 2017
290 lectures / Publié le1 avril 2017
229 lectures / Publié le1 avril 2017
267 lectures / Publié le31 mars 2017
1217 lectures / Publié le31 mars 2017
675 lectures / Publié le30 mars 2017
Mettons cetteMazda RX-8 192chà l’épreuve de la route. Pourquoi une photo sous le ministère de l’économie et des finances? Parce que c’est lui qui gère les impôts, notamment la taxe sur les produits pétroliers. Et avec une RX-8, vous allez payer beaucoup d’impôts…
Si vous êtes actuellement propriétaire d’une RX-8, passez directement à la partie 4/4.
Sous le capot de la RX-8, point de V6, de V8 ou de 4 cylindres. Non, il s’agit d’ un birotor . Oui, cette technologie a survécu auxNSU Ro80et autresGS Birotor ! Mazda n’aime pas parler de moteurs rotatifs wankel. Ils préfèrent le terme « Renesis ».
En gros, au lieu d’injecter de l’essence et de l’air sur un piston entrainé par une bielle, on injecte directement l’essence et l’air sur l’axe central. L’énergie entraine un rotor en forme de triangle de Reuleaux. L’amélioration du rendement est évidente, vu que le mouvement est continu.
Ainsi avec deux rotors de 654cm3, Mazda tire 192ch.
Un moteur parfait? Non, commele dit Jalopnik …
Le premier écueil, c’est le bruit. Pas très harmonieux. A bas régime, on dirait un aspirateur; à haut régime, c’est un moulin à café électrique!
Ensuite, il y a le couple: 220Nm, alors que le 1,6l THP Peugeot dispose de 240Nm. Un journal conseillait de pousser les rapports jusqu’à 6 000 tours/minutes. Je m’étais fixé une limite personnelle de 5 000 tours/minutes. C’est suffisant pour vous casser les oreilles.
A ce régime, la RX-8 192ch est une voiture qui ne demande qu’à aller vite, toujours plus vite. Le petit levier tombe bien dans la main et la boite 5 (6 vitesses pour la 232ch) est précise. C’est un vrai bonheur. Le problème, c’est qu’en conduite « tonique », l’autonomie est minable: j’ai siphonné un quart du réservoir de 54l (soit 13,5l) en 30km!
Notez que la version 232ch possède un couple encore plus petit (211Nm) et encore plus haut perché (8 200 tours/minute.)
En ville, pas question de jouer les dragsters. Un Jumpy a tenu à faire la course avec moi et il a gagné. Avantage issu de cet inconvénient: la première est assez linéaire; ce qui est idéal en ville. Par contre, l’épais montant central grève la visibilité de 3/4 arrière.
La position de conduite est bizarre: on est assis au même niveau que les berlines, ce qui est trop haut. Le baquet est très bien enveloppant, mais guère confortable. Et encore, je n’avais que les jantes 17 pouces. Avec le 18 pouces (en option), cela deviendrait vite un calvaire.
2Commentaires sur « Essai Mazda RX-8 192ch: sur la route (3/4) »
Sympa d’effacer les commentaires qui tentent de rétablir un tant soit peu de vérité dans un tissus journalistique opaque sans références (un débitmètre pour la conso ? ).
Cela dit, j’eusse aimé avoir le moulin à café qui fait ce bruit à haut régime.
Très intéressant !
On parle d’une voiture de sport là ?
Au début j’avais l’impression de lire un test de TDI Allemand… 5000 tr/min ? la puissance max va se chercher à 8200 tr/min sur le bi-rotor! c’est un moteur essence pas un diesel !
Et pas du tout d’accord sur tout le reste de ce test..
Avis au futur possesseur de cette magnifique voiture, fait un essai et faite vous votre propre idée, moi je suis tombé amoureux 😉

consommation mazda rx8
En poursuivant votre navigation, vous acceptez qu’Autotitre utilise des cookies pour vous proposer des services adaptés et à des fins statistiques.En savoir plus
Fiche technique Mazda RX-8 Performance
Mazda RX-8 ›  Actualité Forum Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
9 676 288 messages dans leforum auto 110 580sujets automobiledans le forum 69 341 membres. 107 506 articles dansl’actualité auto Page générée en0.018 sec.avec 6 requêtes SQL.Date du serveur : 01/04/2017 22:23 (IPv4)

consommation mazda rx8

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l´utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d´intérêts et réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Marque
Abarth
Alfa Romeo
Alpina
ARO
Artega
Aston Martin
Audi
Auverland
Bentley
BMW
Bolloré
Cadillac
Chevrolet
Chrysler
Citroen
Corvette
Dacia
Daewoo
Daihatsu
Dangel
De la chapelle
Dodge
Donkervoort
DR
DS
Ferrari
Fiat
Fisker
Ford
FSO
Honda
Hummer
Hyundai
Infiniti
Isuzu
Iveco
Jaguar
Jeep
Kia
Lada
Lamborghini
Lancia
Land Rover
LDV
Lexus
Lotus
Mahindra
Maserati
Mastretta
Maybach
Mazda
McLaren
Mega
Mercedes
MG
Mia Electric
Mini
Mitsubishi
Morgan
Nissan
Opel
Peugeot
PGO
Piaggio
Pontiac
Porsche
Renault
Renault Trucks
Rolls-Royce
Rover
Saab
Santana
Seat
Shuanghuan
Skoda
Smart
Sovamag
SsangYong
Subaru
Suzuki
Tata
Tesla Motors
Toyota
TVR
Venturi
Volkswagen
Volvo

Modèle

121 (Tous)
121
121 Société

2
3

323 (Tous)
323
323 Société

5

6 (Tous)
6
6 FW

626 (Tous)
626
626 Break

B2500 (Tous)
B2500
B2500 Benne
B2500 Pick up

BT-50
CX-3
CX-5
CX-7
Demio

E 2200 (Tous)
E 2200 Chassis Cabine
E 2200 Fourgon
E 2200 Plateau Ridelle

MPV
MX3
MX-5
Premacy
RX-8
Tribute
Xedos 6
Xedos 9

Finition
Elégance Pack
Performance
Performance Pack
R3

Info Nouveautés Produits
16/06/2014 – 16:46

Nous contacter

S’abonner au journal

Publicité

CGU

Infos légales

Politique d’usage des cookies

Qui sommes-nous ?

©2016 autoplus.fr, tous droits réservés. Editions Mondadori Axel Springer « EMAS » SNC 8, rue François Ory 92542 Montrouge – RCS 534 777 495 Nanterre

consommation mazda rx8

Automobile ,Japon ,Mazda 19/07/2013 14/03/2016

Alfa Romeo

Essai – Alfa Romeo Giulia 2.2 JTD 180 AT8 Super

Abarth

Essai – Abarth 695 Biposto

Automobile

Essai – Peugeot 3008 GT

Espagne

Canaries – le bilan du séjour

Espagne

Canaries – Tenerife – Jour 6 – randonnée à Chamorga et Taganana

Espagne

Canaries – Tenerife – Jour 5 – randonnée dans le Teno à Masca

Espagne

Canaries – Tenerife – Jour 4 – randonnée dans l’Anaga

Espagne

Canaries – Tenerife – Jour 3 – le Teide et sa caldera

Espagne

Canaries – Tenerife – Jour 2 – la vallée de La Orotava

Espagne

Canaries – Tenerife – Jour 1 – La Laguna et Guimar

Espagne

Canaries – La Palma – Jour 5 – Tijarafe et Roque de Los Muchachos

Espagne

Canaries – La Palma – Jour 4 – la caldera de Taburiente

Espagne

Canaries – La Palma – Jour 3 – les côtes nord et nord-ouest

Espagne

Canaries – La Palma – Jour 2 – les volcans de la Cumbre Vieja

Espagne

Canaries – La Palma – Jour 1 – le quart nord-est

plans, archives et autresplans, archives et autres

Sélectionner un mois
mars 2017  (1)
février 2017  (20)
janvier 2017  (3)
décembre 2016  (19)
novembre 2016  (6)
septembre 2016  (5)
août 2016  (42)
juin 2016  (3)
avril 2016  (24)
mars 2016  (2)
février 2016  (2)
décembre 2015  (4)
novembre 2015  (3)
octobre 2015  (3)
septembre 2015  (2)
août 2015  (16)
juillet 2015  (11)
juin 2015  (2)
mai 2015  (5)
avril 2015  (8)
mars 2015  (4)
février 2015  (13)
décembre 2014  (7)
novembre 2014  (3)
octobre 2014  (1)
septembre 2014  (19)
août 2014  (16)
juillet 2014  (7)
juin 2014  (11)
mai 2014  (2)
avril 2014  (3)
mars 2014  (8)
février 2014  (5)
janvier 2014  (3)
décembre 2013  (5)
novembre 2013  (11)
octobre 2013  (17)
septembre 2013  (8)
août 2013  (1)
juillet 2013  (22)
juin 2013  (4)
mai 2013  (2)
avril 2013  (12)
mars 2013  (18)
février 2013  (12)
janvier 2013  (13)
décembre 2012  (13)
novembre 2012  (2)
octobre 2012  (3)
septembre 2012  (14)
août 2012  (17)
juillet 2012  (16)
juin 2012  (8)
mai 2012  (8)
avril 2012  (24)
mars 2012  (12)
février 2012  (17)
janvier 2012  (22)
décembre 2011  (10)
novembre 2011  (15)
octobre 2011  (15)
septembre 2011  (16)
août 2011  (35)
juillet 2011  (8)
juin 2011  (2)
mai 2011  (18)
avril 2011  (7)
mars 2011  (29)
février 2011  (15)
janvier 2011  (17)
décembre 2010  (22)
novembre 2010  (6)
octobre 2010  (42)
septembre 2010  (33)
août 2010  (18)
juillet 2010  (33)
juin 2010  (38)
mai 2010  (29)
avril 2010  (41)
mars 2010  (40)
février 2010  (49)
janvier 2010  (14)
décembre 2009  (27)
novembre 2009  (24)
octobre 2009  (30)
septembre 2009  (43)
août 2009  (29)
juillet 2009  (29)
juin 2009  (47)
mai 2009  (30)
avril 2009  (42)
mars 2009  (40)
février 2009  (30)
janvier 2009  (19)
décembre 2008  (5)
novembre 2008  (22)
octobre 2008  (29)
septembre 2008  (25)
août 2008  (18)
juillet 2008  (29)
juin 2008  (26)
mai 2008  (21)
avril 2008  (19)
mars 2008  (28)
février 2008  (40)
janvier 2008  (46)
décembre 2007  (32)
novembre 2007  (35)
octobre 2007  (39)
septembre 2007  (42)
août 2007  (33)
juillet 2007  (25)
juin 2007  (10)
mai 2007  (27)
avril 2007  (6)
mars 2007  (4)
février 2007  (7)
janvier 2007  (11)

Du moteur rotatif, je ne connaissais avant cet essai que la technologie, le nom, quelques caractéristiques et j’observais avec une certaine fascination les quelques Rx-8 que je croisais dans la rue ou sur la route. Fascination par l’inconnu. Vous me direz que c’est une voiture et c’est vrai que ça a quatre roues, un moteur, une boîte de vitesses, un habitacle et tout le reste, mais les entrailles sont si particulières, on a envie de les faire ronronner, de comprendre pourquoi ces moteurs et les voitures qui vont avec ont un vrai parfum d’exotisme et d’unicité. Aussi, quand Mazda m’a proposé de faire le trajet jusqu’au Mans au volant d’un des derniers Rx-8 « neufs » de France (il n’avait que 100 km au compteur quand je l’ai récupéré), ma réponse ne pouvait être qu’un grand oui.
Penchons nous tout d’abord sur les lignes extérieures, terriblement d’actualité ! La voiture est née en 2003, avant de subir un gros lifting en 2008. 5 ans plus tard, la ligne n’a pas pris une ride et s’inscrit parfaitement dans la circulation mais aussi dans les codes Mazda. Le secret de cette ligne intemporelle : ne pas trop en faire, des courbes fluides, un joli nez, des arches de roues avant bien dessinées et un capot dont le bossage rappelle la forme du piston triangulaire qui l’anime. Les roues ne sont pas surdimensionnées, la ligne d’échappement pas trop présente et seul le petit becquet à l’arrière a pris un petit coup de vieux. L’ensemble reste, oui, fluide, classique. Je me dis que cette voiture sera toujours aussi belle dans dix ans, au même titre qu’une Peugeot 406 Coupé par exemple. Quelle voiture de la production de l’époque et actuelle peut se targuer d’une telle longévité à l’heure des voitures au design jetable ? Vous l’aurez compris : j’aime.
A l’intérieur, on retrouve l’écosystème de la marque : simple, efficace, globalement de bonne facture malgré quelques plastiques moches, un bilan qui n’est pas sans rappeler celui de la Mx-5 à dire vrai. Des voitures d’ingénieur dit-on. C’est ça. L’essentiel est ailleurs. Le levier de vitesses tout d’abord, dont la forme rappelle là-aussi le piston rotatif, les fantastiques baquets à l’équilibre confort / maintien excellent, le petit volant à jante fine… L’ensemble fleure bon le sport, le plaisir automobile simple, à quatre ! Car oui, Rx-8 est une quatre places avec un système d’ouvertures des portes arrière quasiment unique (unique ?) dans la production automobile. Certains devraient s’en inspirer tiens…
On n’a pas encore parcouru un kilomètre que je suis déjà sous le charme de cette voiture, extérieurement et intérieurement. J’ai l’impression d’être dans un gros Mx-5, je suis un peu chez moi en fait. Je pose les yeux sur le compte-tours. Hum. 10000 tr/min. Sérieusement ? Bon, ok, contact, voyons-voir ça.
Il faut être prudent et délicat avec ces voitures, déjà parce qu’elles sont neuves et peu rodées, ensuite parce que le moteur rotatif mérite d’être mis en température (comme n’importe quel moteur à dire vrai) avant d’être sollicité. La sortie de Paris se fait donc à un train de sénateur, les 231ch et 220Nm n’ont guère l’occasion de s’exprimer puisqu’ils sont présents haut dans les tours. Toutefois, dès ces premiers tours de roue, quelques constats sans appel s’imposent. Mazda sait faire des boîtes, on le savait. C’est particulièrement vrai avec la boîte du Rx-8, précise, aux débattements très courts et verrouillage précis et agréables. Une fois de plus, j’aimerais que tous les constructeurs de boîte méca se fournissent chez Mazda… Ensuite, le moteur rotatif est… surprenant ! Très creux à bas régimes, il permet toutefois de s’insérer dans la circulation en restant tranquillement en dessous de 4000 tr/min. 4000. C’est le régime maximum d’un mazout non ? Bref. En tout cas, pas d’inertie, pas de vibrations à l’arrêt et un doux ronron aux oreilles. Le caractère unique de cette voiture est présent même quand on déroule sans volonté aucune d’affoler les aiguilles. C’est que je m’y attacherais déjà !
La machine est chaude, les pistons tournicotent doucement dans leur réceptacle, ne demandant qu’à être quelque peu accéléré autour de son axe ; je suis donc contraint de lui obéir. La première accélération franche m’emmène à 7000 tr/min ou un peu moins, il y a déjà un monde entre ce que j’ai connu et ceci. De 0 à 4000, il ne se passe pas grande chose, on déroule. De 4000 à 7000, il y a déjà un peu plus de monde sous l’accélérateur et le dos commence à se plaquer dans le siège tandis que le son dans l’habitacle change. A la fois rauque et aigu, je ne sais pas, unique. Le rapport supérieur claque tandis qu’un regard amusé dans le baquet de droite sous-entend que j’avais encore TELLEMENT de temps. Dont acte. Allons voir ce qu’il se passe au delà de 7000…
Repartons donc de 0, en première. Enfin, du ralenti. Première, 8500 tr/min. Seconde, 8500. Troisième, 8500. Quatrième, 8500. Cinquième, 8500. Folie furieuse. En passant ses rapports au maximum, on retombe systématiquement à 6500-7000 tr/min et c’est donc reparti pour un tour ! Ce moteur est un pousse au crime, une arme à faire frémir les oreilles de bonheur et à faire sourire un mec ayant fait vœu de tirage de gueule ! De 7000 au rupteur, le birotor hurle et délivre sa puissance dans une orgie sonore, on se croirait à dire vrai au guidon d’une bécane tant ça tourne vite. J’ai du mal à dire vrai à expliquer ce que ça fait de se retrouver dans une voiture confortable au quotidien, sur petites routes et autoroutes à vitesses légales et qui, quand on la taquine, se met à chanter comme une moto. Il faut le vivre pour le croire mais une chose est sûre, je n’oublierai jamais ces montées en régime et le « bip » qui signale au couillon souriant derrière le volant qu’il est temps d’enquiller le rapport suivant.
Une excellente boîte, des trains roulants aux petits oignons malgré un poids conséquent, des freins mordants et plutôt endurants, une direction qui vous dit tout de la route sans vous casser les poignets, un DGL qui aime s’amuser et enfin un moteur unique. Ce Rx-8 a tout pour plaire à l’amateur de GT / sportive désireux à la fois de faire beaucoup de kilomètres dans un excellent confort tout en se réservant la possibilité de dégoupiller efficacement. Ne serait-ce la consommation (16 l/100 sur les 1000 km parcourus) goulue du moulin, on pourrait presque dire que cette voiture était parfaite à sa sortie et reste un énorme coup de cœur, à ce jour. C’est bien ça, Rx-8, un choix déraisonnable, passionné : peu importe la consommation, pourvu qu’on tape les 9000 tr/min.
Si d’aventure vous souhaitiez en acquérir une en état quasiment neuf (promis, nous avons été réellement sages au volant de ces bestioles), il en reste quatre à la concessionEuro des Nationsdans le Val-De-Marne… Pour cela pas de miracle, il faudra bien entendu vous délester de quelques euro mais vous aurez indubitablement l’une des machines les plus uniques que j’aie pu conduire sans abandonner votre confort quotidien.
Ne me reste plus qu’à poser la question qui fâche et qui enthousiasme à la fois : elle arrive quand la Rx-9 avec les technologies SkyActiv appliquées au moteur rotatif… ? Hein, Mazda, dis, tu la fais hein ?
J’avais pas vu que tu l’avais essayé aussi, celle là… elle m’a toujours intéressée, mais pour un usage en région parisienne la conso a douché mon enthousiasme 😉
Et puis je suis bien d’accord, elle est belle et elle continue à avoir un design très actuel malgré ses quelques années…
Vivement la renaissance du rotatif chez Mazda et aux normes Euro6 😉
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*
Vincent, aka Vinz, aka Viinz. 33 ans, chef de projet et ingénieur dans l’industrie automobile au quotidien. Blogueur auto et voyageur curieux depuis 2007.

consommation mazda rx8

Fiches techniques

> Mazda >
Mazda RX-8 fiche technique
Cherchez votre fiche auto:Mazda RX-8

Mazda
Marque
ABARTHACALFA ROMEOALPINAALPINEARIELARTEGAASTON MARTINAUDIBENTLEYBMWBUGATTICADILLACCATERHAMCHEVROLETCHRYSLERCITROENCORVETTEDACIADAIHATSUDODGEDSEXAGON MOTORSFERRARIFIATFISKERFORDGINETTAGUMPERTHONDAHUMMERHYUNDAIINFINITIISUZUJAGUARJEEPKIAKTMLADALAMBORGHINILANCIALAND ROVERLEXUSLOTUSMASERATIMAYBACHMAZDAMCLARENMERCEDESMINIMITSUBISHIMORGANNISSANOPELPAGANIPEUGEOTPGOPORSCHERENAULTROLLS ROYCESAABSEATSKODASMARTSSANGYONGSUBARUSUZUKITESLATOYOTATRANSSTAR RACINGVOLKSWAGENVOLVOWIESMANN

RX-8
Choisir un modele 233 BERLINE566 WAGONBT 50CX 3CX 5CX 7MX 5RX 8

Choisir une année
2009 2008 2007 2006 2005
Version moteur

En un clic comparer les données techniques :

Consommation Rx-8
Performances Rx-8
Dimensions Rx-8
Poids Rx-8
Tarifs Rx-8
Co2 Rx-8
Coffre Rx-8

Voici les fiches techniques RX 8 présentées par année et version moteur. Vous pouvez cliquer sur la version qui vous intéresse pour retrouver les données techniques : prix, puissance, consommation parmi 17 caractéristiques.

consommation mazda rx8

Trouver un véhicule

Marque

Modèle

Essais, actualité, photos

Spécifications, comparateur

Occasions

Concessionnaires

Véhicules neufs

Voitures neuves
VUS neufs
Camionnettes neuves

Véhicules d’occasion

Autos usagées
VUS usagés
Camions d’occasion

Essais et dossiers

Matchs comparatifs
Premiers contacts
Essais

Essais routiers

Actualité automobile

Salons de l’auto
Essence
Nouveaux modèles
Pneus

Guide en ligne

2016
2015
2014
2013
2012
2011

Le Guide de l’auto – Tout sur l’automobile depuis 51 ans
Tel que publié dans le Guide de l’auto 2006
Au premier contact, la Mazda RX-8 déploie tout son charme, celui d’un coupé pouvant transporter à l’occasion (je dis bien à l’occasion), deux personnes de taille moyenne à l’arrière, d’autant plus que l’accès y est facilité par l’utilisation de ces portes antagonistes que l’on appelle plus souvent « portes suicide », même si personne n’a encore été en mesure de nous dire précisément l’origine de l’expression. Bref, les portes s’ouvrent dans le sens contraire de la pratique courante et la RX-8 passe outre au pilier central, sans conséquence funeste sur la rigidité de la caisse. Malgré tout, la ligne n’est pas spectaculaire, bien que réussie. À l’intérieur toutefois, le discours est différent puisque les petites pincées d’originalité ne manquent pas. Ainsi, les rappels à la forme triangulaire des rotors du moteur sont nombreux et de bon aloi. Ceux situés au centre des appuie-têtes notamment ne passent pas inaperçus.
TROIS FOIS MOINS DE PIÈCESLa discrétion du groupe propulseur vous plonge dans un habitacle paisible et ce n’est qu’en poussant le birotor près de son régime maximal de 9 000 tours/minute qu’il adopte une sonorité sportive pas du tout déplaisante à l’oreille. Et cela se fait avec une totale absence de vibrations qui démontre de façon assez explicite que le rotatif se caractérise par son très faible nombre de pièces mobiles qui est de 3, soit 163 de moins que dans un six cylindres traditionnel. Si l’on poursuit dans cette veine, un V6 compte en moyenne 230 pièces contre seulement 70 dans les moteurs reprenant le principe de fonctionnement d’un moteur à turbine, comme celui mis au point dans les années 60 par le Dr Félix Wankel, le père du rotatif. Est-il besoin d’ajouter que ce type de moteur est à la fois léger et très compact ?
Cela a évidemment de belles répercussions sur le comportement routier et je me souviens encore d’avoir passé tout un après-midi à faire du slalom avec la voiture sans ressentir la moindre fatigue. Ce coupé 4 portes Mazda est d’une agilité étonnante et se manie pratiquement comme un kart avec le concours d’une direction vive et dont la précision ne cesse d’étonner. En conduite sportive, il faut se garder de laisser le moteur descendre sous les 4 000 tours/minute, au risque de perdre le rythme dans une enfilade de virages. Car, aussi bien le dire tout de suite, le moteur rotatif de la RX-8 est l’équivalent en cylindrée d’un moteur classique de 1,3 litre. Il ne faut donc pas compter sur son couple à bas régime pour impressionner parents, voisins ou amis. Les chiffres sont d’ailleurs éloquents à ce sujet puisqu’avec la boîte manuelle à 6 rapports (un délice à utiliser en passant), on mettra près de 8 secondes à passer de 80 à 120 km/h en restant en 4e vitesse. Quant aux accélérations, elles souffrent elles aussi du manque de vigueur du moteur à bas et moyen régime. En somme, on ne fait pas du drag de rue avec n’importe qui au volant d’une RX-8 et il faut savoir choisir ses adversaires.
UNE MÉCANIQUE QUI INQUIÈTE En plus de sa consommation débraillée, le moteur rotatif n’apparaît pas non plus à l’abri des incidents mécaniques. En cours d’essai, je me suis amusé à le pousser à sa limite permise de 9 000 tours/minute pour me rendre compte qu’il tolère mal un tel traitement. Un témoin lumineux est apparu au tableau de bord, indiquant une déficience du moteur et celui-ci a connu une chute sensible de sa puissance. Tout est par la suite rentré dans l’ordre, mais disons que j’avais perdu le goût de récidiver.
Après le vent d’enthousiasme qui a soufflé sur la Mazda RX-8 lors de son apparition sur le marché, la voiture n’a pas vraiment été à la hauteur de la bordée de louanges qu’elle a reçue. Certes, sa carrosserie de coupé 4 portes est innovatrice et son moteur rotatif est d’une douceur à faire réfléchir les ingénieurs de BMW, mais la voiture que j’ai réessayée récemment m’a fait déchanter à plusieurs points de vue. Au lancement de la RX-8, Mazda avait proclamé bien haut qu’elle avait enfin réussi à résoudre les problèmes inhérents au moteur rotatif, ce qui est une demi-vérité. Ce moteur traîne toujours avec lui ce qui a fait capituler tous les autres constructeurs, c’est-à-dire sa consommation déraisonnable d’essence et d’huile. Avec l’essence à 1 $ le litre, une consommation de 13 à 14 litres aux 100 km fait cruellement réfléchir. Vantons aussi la présentation intérieure très originale et un aspect pratique plus invitant que dans plusieurs voitures de sport. En revanche, le confort de la suspension est dérangeant et on a toujours l’impression que l’amortissement est assuré par des ressorts en bois avec un claquement bien caractéristique. En somme, le moteur rotatif est selon toute vraisemblance arrivé en bout de ligne et même la vaillance et le talent des ingénieurs de Mazda n’auront pas suffi à en faire une solution viable.
Feu vert Maniabilité exceptionnelle Moteur inédit Un coupé 4 portes Boîte manuelle engageante Prix attrayant
Feu rouge Consommation importante Faible couple du moteur Places arrières occasionnelles Visibilité limitée vers l’arrière
Le Guide de l’auto Le Guide de l’auto est le point de repère par excellence du domaine automobile au Canada. Il offre des nouvelles, des critiques et des vidéos exclusives ainsi que tous les détails sur les nouveaux véhicules et les véhicules d’occasion.
Recevez par courriel un compte-rendu hebdomadaire du contenu publié sur Le Guide de l’auto. Vous pourrez vous désabonner en tout temps.
Copyright © 1995-2017LC Média , Tous droits réservés
Nous avons détecté un logiciel de blocage publicitaire. LeGuide de l’autoréussit à produire jour après jour du contenu de qualité en raison de revenus publicitaires. Nous vous remercions de nous permettre de continuer à vous renseigner et à vous divertir en ajoutant leGuide de l’autoà votre liste de sites autorisés.


Découvrez vite l'actu brulante !