couteau a depecer

9
J’ai décidé d’écrire cet article sur les couteaux de chasse pour la simple raison que je trouve qu’il y a très peu d’information sur le web expliquant les différents points à prendre en considération avant d’acquérir un couteau de chasse. Tout d’abord, voilà les cinq questions les plus importantes sur comment choisir son couteau de chasse :

Quel type de couteau de chasse doit-on sélectionner (pliant, fixe) ?
Quel acier choisir (inoxydable, au carbone, etc.)?
Quels sont les bons matériaux du manche (bois, plastic, etc.)?
Quels sont les types d’étui ?
Quelle forme a un couteau de chasse (pointe rabattue (drop point), pointe relevée (clip point), etc.) ?
Quel type de couteau de chasse choisir ?
Si vous considérez vider du gibier avec votre couteau de chasse, alors mieux vaut une lame fixe. Pourquoi ? La raison est très simple. Si vous achetez une lame pliante, le creux dans le manche s’encrassera rapidement. Il cumulera donc au fil du temps beaucoup de débris dans ce manche. Qui dit débris dit microbe. Qui dit microbe, dit un potentiel de maladie. De même, les débris seront très difficiles à nettoyer. Alors pourquoi aller vers la difficulté et les maladies quand on peut faire facile ? Si vous avez le choix et hésitez encore entre un couteau de chasse à lame pliante ou à lame fixe, mon conseil sera d’acquérir un couteau à lame fixe.

Cliquez sur la photo ci-dessous pour plus d’information sur le Couteau de Chasse Naturmania avec lame fixe et crochet à dépecer

Comment Choisir Son Couteau De Chasse

Je me dois cependant être honnête avec vous. J’ai moi-même succombé aux charmes et par la suite à l’achat de couteaux de chasse à lame pliante. C’est comme si je ne pouvais pas en avoir un ! Oui, je plaide coupable. Mais je dois dire qu’a part la réserve que j’ai émise ci-dessus, il n’y pas grand-chose qui m’empêcherait d’en acquérir un autre.

Donc mon conseil si vous voulez toujours acquérir une lame pliante et de surtout prendre en compte la solidité de la lame. C’est in critère primordiale. Réfléchissons un peu à cela. Si l’on vide du gibier et que le couteau casse. On se retrouve tout simplement sans possibilité de finir le travail. Ça serait dommage de ne pas profiter du gibier à cause d’un couteau mal choisi et qui casse facilement. De plus on risquerait de se blesser.

Donc si vous choisissez un couteau de chasse à lame pliante, essayer d’acheter une lame pliante qui peut quasi égaler un couteau fixe. Ce que j’entends par la, c’est que vous devez acquérir une lame pliante qui aura la résistance d’un couteau fixe. Je ne pense réellement pas que vous trouverez des lames pliantes aussi résistantes que celle des couteaux fixe. Mais il y en a quand même quelques une qui se rapprochent de cette résistance.

Je vous donne quelques exemples de lames pliantes d’exception. Ce sont des couteaux de chasse à lames pliantes dit de nouvelle génération. Des matériaux très modernes sont utilisés pour obtenir la résistance tant recherche et requise pour un couteau de chasse. Si vous choisissez des lames à base de G10, titane et AU4G, alors vous êtes sur le bon chemin. Ce que je rajouterai à cela sera de vous munir d’un couteau pliant avec un système de fermeture renforcé pour une sécurité maximale. Un accident est si vite arrivé, qu’il vaut mieux investir au départ que de ne plus avoir de doigts.

Quel acier choisir pour votre couteau de chasse?
Faites très attention au type d’acier lors de l’acquisition d’un couteau de chasse. Le choix du type d’acier est primordial. Premièrement, c’est l’acier qui coupe. Donc un mauvais acier ne vous donnera pas une bonne qualité de coupe. Si l’on y réfléchit bien, et si vous êtes occupé à dépecer votre gibier et voulez récupérer la peau sans trous ou fausse coupe, alors vous feriez mieux d’acheter un couteau avec un bon acier.

L’acier joue aussi beaucoup sur l’entretien du couteau. Un mauvais acier peut rouiller rapidement. Par exemple, l’acier au carbone rouille et à mainte reprise j’ai retrouvé mes couteaux carbone noircit plusieurs jours après l’avoir utilisé (heureusement que j’utilise de l’huile après chaque utilisation, ça m’évite ce genre de désagrément). Le bon côté des couteaux carbone est qu’ils sont très faciles à aiguiser. Même avec une pierre, bien que je préfère utiliser un affûteur professionnel pour ce travail.

Une lame carbone est donc plus facile à aiguiser que les aciers alliés dit modernes, plus connu comme étant des aciers inoxydables. La seule différence se trouve dans le traitement thermique. Cependant, j’ai remarqué que si j’obtiens un tranchant magnifique avec une lame carbone, ce tranchant ne dure jamais très longtemps. Donc si vous partez pour faire un voyage de survivaliste, je pense qu’une lame carbone simple ne serait pas très appropriée. Vous passerez votre temps à aiguiser votre lame au lieu de survivre. Dans ce cas précis, j’utiliserai plutôt un couteau de survie.

Alors quel acier choisir si vous voulez quelque chose de plus dur et moins prône à la rouille ? Rien ne vaut un bon acier au carbone forgé et parfaitement trempé. Ce genre d’acier est quasi imbattable en qualité de coupe. Il garde aussi son tranchant un bon bout de temps. Le petit bémol est qu’il aura quelque tâche noirâtre et des petits problèmes d’oxydation. Mais l’on sait tous que quelques goûtes d’huile juste après sont utilisation fera l’affaire.

Bon, je sais que si je n’en parle pas, plusieurs d’entre vous me contacteront. Donc, je suis d’accord avec vous, et cela avant même que vous me contactiez pour me dire que j’ai oublié un type d’acier pour lame de couteau de chasse. Il y a des lames magnifiques qui sont obtenues avec des aciers modernes. Ce sont des aciers à alliages. Je n’en ai pas parlé ici car je pense que ce type d’acier à alliage à une qualité de coupe qui excède largement ce que nous avons besoin pour la chasse. Je pense que ce type d’acier est surtout pour les couteaux de survie. Mais je vous laisse le choix.

Quels sont les bons matériaux du manche (bois, plastic, etc.)?
Le choix du matériau du manche de votre couteau de chasse est aussi important que le choix de l’acier. Pourquoi ? Parce que vous voulez un confort optimal pour votre main. En outre, c’est votre main qui guidera la lame, et si vous n’êtes pas en totale harmonie avec votre couteau et son manche, alors tout travail que vous effectuerez avec votre couteau en pâtira. Vous risquez même de vous blesser par frustration.

Malheureusement, ou heureusement pour certain, nous n’avons que deux choix. Ou bien on se dirigera vers un matériau naturel. Ou alors on optera pour un matériau synthétique, artificiellement produit comme le plastic, etc. Le choix de l’un ou l’autre ne tient qu’à vous et à vos préférences personnelles. Chacun à ses avantages mais aussi ses inconvénients.

On commencera donc par les matériaux naturels. Le bois de cerf, le bélier et la pointe de corne sont des matériaux naturels de haute résistance et qui vous donne un bon confort pour votre main. En outre, ces matériaux n’ont vraiment rien à envier au fameux mircata et aux autres matériaux synthétiques comme le G10. Restons tout de même dans le domaine de la réalité, les manches en bois et cornes pressés sont et seront toujours plus fragiles que le synthétique. Ils seront aussi (si je puis dire) un peu allergique à l’eau (donc à ne pas trop utiliser dans des milieux très humides et pluvieux).

Ce que j’aime avec les matériaux naturels c’est qu’ils vieillissent. Un autre avantage spécifique à un manche fait en croute de bélier et que cette croute permet une très bonne adhérence de la main à la poignée. Même quand le manche et mouillé ou humide, on dirait que le manche reste collé à votre pomme de main.

Essayez de ne pas acheter de l’ivoire car ‘de un’ c’est fragile et ‘de deux’ pas très éthique connaissant la situation précaire de ces animaux. Par contre, les os stabilisés comme ceux de girafe ou encore ceux de chameaux sont très solides. Malheureusement, ils seront sans relief.

Enfin passons un peu de temps pour les bois. Il y en a plusieurs sortes. Par exemple on utilisera le bois de l’olivier assez gras et souple. Vous trouverez même beaucoup de chasseurs qui n’achètent que des bois en olivier car ils pensent qu’ils rapportent chance. Alors si vous êtes superstitieux, vous vous devez d’en acheter un !

Vous avez aussi le buis. Un bois très dense et surtout dur. De plus vous pourrez choisir entre le bois d’ébène, de l’amourette (très sympa pour un cadeau), de noyer et cade. N’oublions surtout pas le bois de fer et le bois de rose magnifique. Ça fait un peu beaucoup de bois à retenir, mais leur texture vieillissante et un bonheur pour le regard et le touché. Je rajouterai que les bois sont comme les cornes et les os. Ils auront besoin d’un entretien assez régulier pour garder un semblant de parfait. Un peu de cire fera l’affaire dans la majorité des cas.

Je pense sincèrement que les matériaux synthétiques sont plus solides que les manches naturels et vous pouvez être un peu plus brutaux avec ces manches. Un simple exemple est qu’une poignée de couteau synthétique pourra être lavé avec des produits de vaisselle standard. Cela n’est pas le cas pour les manches naturels. Le micarta est un des produits « classique » surtout utilisé pour sa dureté. Mais il y a aussi le G10. Il est un peu plus souple et très texturé. On trouvera aussi des manches en titane ou en AU4G, anodisés et microbillés. Ces manches à matériaux alternatifs sont tous superbe, mais ils leurs manquent une âme. J’irais même jusqu’à dire qu’ils sont froid quand on les prend en main. C’est un peu dommage.

Quels sont les types d’étui ?
Les étuis de couteaux de chasse ont très souvent été négligé. Mais ils font bien partie du couteau quand on en achète un. On peut très certainement s’en passer pour une lame pliante. Mais on ne peut pas s’en passer pour un couteau à lame fixe. On a besoin de la sécurité qu’il nous apporte ne serait-ce que pour nous protéger d’accidents malencontreux, comme se couper les doigts.

Le cuir et toujours le cuir. La majorité des étuis sont fabriqués en cuir. Il y a quand même plusieurs exceptions à la règle et des fois des exceptions des plus surprenantes. Par exemple les Pukko Finlandais utilisaient des étuis de bois, maintenant remplacé par des étuis synthétiques en plastique. Il y a essentiellement deux écoles pour la fabrication des gaines pour couteaux de chasse. La première fabriquera des gaines de type ‘pouch’. Ces gaines n’auront ni patte ou rabats couvrant le tiers (plus ou moins) du manche.

L’autre école mettra à votre disposition des gaines à patte de sécurité (que certains appellent patte de sûreté). Ces gaines empêchent la lame de sortir du fourreau en utilisant un lien de cuir fixé en travers de la garde. Si vous voulez porter votre couteau à votre ceinture, alors choisissez ce genre de gaine. Faites très attention à l’épaisseur du cuir et à sa qualité. Il ne faut surtout pas quand dégainant ou rengainant la lame tranchante de votre couteau que vous pourriez couper la gaine et vous couper la main. Si vous achetez une bonne gaine avec un cuir un peu gras et surtout épais, alors votre gaine devrait durer dans le temps et ce tout au long de la vie de votre couteau. Vérifiez tout de même si la gaine peut être cousue de fil assez solide. A entretenir de temps à autre (c’est du cuir quand même).

Quelle forme a un couteau de chasse?
C’est une question assez difficile à répondre. Pour commencer, les lames et les poignées de couteaux de chasse revêtent toutes sortent de formes (infinie). Vous trouverez des lames longues, courtes, dentelées, pour dépiauter (courte lame) jusqu’au lames à écorcher (lame large). Vous trouverez aussi des lames clip point (lame à pointe relevée), des couteaux bowie a contre tranchant en passant par les lames drop point (lame à pointe rabattue). N’oublions pas les dagues, les lames pliantes, et autres.

La majorité du temps, c’est une affaire de goût. On aime ou on n’aime pas telle ou telle lame. On a chacun notre style préféré. Vous sélectionnerez surement une lame serpentine de William Scagel (aussi connue comme étant Bill Scagel), ou un clip point utilisé par le célèbre Bill Moran, ou encore une lame drop point que Bob Loveless aimé temps.

La lame la plus facile à manier et tout simplement une bonne lame drop point. Ce genre de lame a une pointe rabattue et est très facile à utiliser. Certaines personnes préfèrent toutefois un couteau skinner avec son large plat (lame très large). Très simple à utiliser, elle peut aussi beurrer vos tartines de pain onctueux et frais.

Une référence pour la longueur de la lame. Beaucoup s’accorde que la longueur optimale et de 10 cm. Mais, comme pour beaucoup d’autres choses, je dirais que la longueur de la lame reste un choix personnel. En outre, pour ce qui est de la longueur de la lame, je dirais qu’elle doit faire entre 8 à 15 centimètres. En conclusions, pour les tâches de tous les jours comme pour la préparation du poisson ou gibier, une lame trop longue sera un inconvénient.

Cliquez sur le lien pour notre guide de couteaux de survie avec plusieurs couteau de chasse. Voici le lien Comment choisir son couteau de chasse sur le site Couteau De Survie. J’espère sincèrement que vous avez aimé cet article sur Comment Choisir Son Couteau De Chasse. Revenez souvent sur le site, car nous rajoutons tous le temps des nouveaux articles et des tests de couteaux.