couteau normand artisanal

Le manche en bois de pays est un matériau naturel et vivant, il est déconseillé de la passer sous l’eau, il suffit d’essuyer avec un chiffon humide. Afin de préserver la souplesse du bois, huiler le manche de temps en temps avec de l’huile de lin diluée avec de l’essence de térébenthine pour le nourrir, puis frotter avec un chiffon sec.

– Le manche en pointe de corne de zébu, bélier ou buffle, est un matériau naturel très solide et dense, qui ne craint pas l’eau, froide ou tiède. Si la corne perd son aspect brillant, passer du lait hydratant pour bébé, il protègera et nourrira la corne, frotter ensuite avec un chiffon sec pour redonner du brillant.

– La lame en acier traditionnel au carbone xc75, est appréciée pour son excellente qualité de coupe et la facilité de son affûtage. Idéale pour un usage quotidien. Elle se grise au fil du temps, aussi faut il l’essuyer après chaque utilisation. Eviter de la passer sous l’eau, huiler éventuellement surtout si vous ne devez pas vous en servir pendant un certain temps.

– Le mécanisme ressort dorsal à cran forcé est le système le plus utilisé en coutellerie, il est fiable et sûr. Si toutefois vous sentez une usure, une accroche ou un grincement lors de la manœuvre d’ouverture ou de fermeture, déposer une goutte d’huile à l’arrière du talon de la lame et sur l’extrémité du ressort.

– Il est préférable d’affûter régulièrement son couteau, même s’il coupe encore : un passage rapide sur une pierre naturelle redonnera à votre couteau un tranchant optimal.

Tous nos couteaux sont de fabrication artisanale, façonnés et ajustés à la main, dans la Montagne Thiernoise.

Nous allons vous prodiguer quelques conseils d’entretien et d’aiguisage :
En règle générale, nous ne conseillons pas le lave-vaisselle pour nos produits, à l’exception des articles de fabrication tout inox, comme les « monoblocs » et « monocoques ».
Les changements de température, les solvants, les risques de chocs altèreront la qualité de votre couteau.
Tous nos articles qu’ils soient pour la table, la cuisine, la poche et qui possèdent un manche en matière naturelle (corne, buffle, ivoire, cerf, etc…) ou un manche bois (exotique, français, stamina, etc…) ne doivent en aucun cas passer au lave-vaisselle.
En effet, il s’agit de matières fragiles, ces articles peuvent passer sous de l’eau froide occasionnellement en essuyant soigneusement le manche après utilisation.
Conseil : il est bon de nourrir le bois dans le temps. Afin de lui conférer un aspect brillant, vous pouvez appliquer avec un chiffon doux de « l’huile de lin » ou plus facile en cuisine de « l’huile d’olive ».
Nos articles possédant un manche synthétique (acrylique, nacrine, plexi fond couleur, inclusion de matière) peuvent aller au lave-vaisselle très occasionnellement, le mieux étant de les nettoyer, voire de les tremper sous de l’eau chaude.
Concernant les lames de nos couteaux, les aciers les plus souvent utilisés sont le 12C27 pour nos fermants, le Z40C13 pour nos tables, le Z50CD15 pour nos cuisines. Ceux-ci font partie des meilleurs aciers, haut de gamme, utilisés aujourd’hui en coutellerie.
Les lames émoues gardent un très bon tranchant, reviennent facilement à la coupe, et s’oxydent moins qu’un acier carbone…
Après chaque utilisation, lavez la lame avec une éponge et essuyez-la. Attention de ne pas utiliser le coté abrasif pour ne pas rayer la lame.
Les lames en Damas nécessitent un entretien supplémentaire avec de la graisse afin d’éviter une atténuation des motifs…
Conseil : tous les couteaux fermanst qu’ils soient à cran forcé ou qu’ils comportent un autre mécanisme, doivent être régulièrement graissés afin d’éviter une usure prématurée du système.
Il est bon d’insérer une goutte d’huile (ex : WD40) au niveau des ressorts à l’axe de la lame et faire ensuite fonctionner le couteau tout en essuyant le surplus d’huile.
Quelques astuces pour aiguiser vos couteaux

En règle générale, il est préférable d’affuter régulièrement ses couteaux.
On dit qu’il faut « affuter quand le couteau coupe ».

En effet, il est beaucoup plus simple de conserver un bon tranchant si celui-ci est entretenu.
Affuter quand le fil du couteau est fin est facile (c’est de l’entretien) ; l’affuter quand le fil est émoussé, est plus compliqué (c’est de l’aiguisage).

L’aiguisage permet de rénover le fil d’un couteau qui ne coupe plus.
Généralement, il est conseillé d’utiliser une pierre à eau, de grain fin et d’humidifier la pierre dans de l’eau froide.
Ensuite, effectuez quelques passes en appuyant fortement, poussez pointe en avant, comme si vous souhaitiez couper une fine tranche, alternez les passes d’un côté comme de l’autre de la lame, en respectant un angle de 20° à 30° et un nombre de passes équivalent pour un travail symétrique. N’hésitez pas à humidifier à nouveau la pierre en cour d’aiguisage.


Découvrez vite l'actu brulante !