devenir conseiller municipal

Orientation

Universités

Ecoles

Lycées

Métiers

Bac

Pratique

Examens

Fiches Métiers
Secteurs
Matières
Tests Métiers
Conseils d’orientation
Tests d’orientation

Choisir
Agriculture, agroalimentaire

Armée, sécurité

Art, Design

Audiovisuel, Spectacle, Cinéma

Audit, Conseil, Expertise

Automobile

Banque, Assurance

BTP, architecture

Chimie, pharmacie

Commerce, distribution, e-commerce

Construction aéronautique, ferroviaire et navale

Culture, Artisanat d’art

Droit, justice

Edition, Journalisme

Electronique, Electrotechnique

Energie

Enseignement

Environnement

Fonction publique

Habillement, Mode

Hôtellerie, Restauration, Tourisme

Informatique, Télécoms et Réseaux

Logistique, transport

Maintenance, entretien

Marketing, publicité, Communication

Matériaux, Transformations

Mécanique

Santé, médical

Social, Services à la personne

Sport et loisirs

Choisir
Arts plastiques

Biologie et physiopathologie humaines

Cinéma-audiovisuel

Culture générale et expression

Danse

Droit

Ecologie, Agronomie

Éducation physique et sportive

Enseignements technologiques transversaux

Français / Littérature

Génie chimique

Gestion des ressources humaines

Gestion et Finance

Gestion hôtelière

Histoire de l’Art

Histoire Géographie

Informatique et sciences du numérique

Langues vivantes

Latin et Grec ancien

Management des organisations

Marketing

Mathématiques

Musique

Philosophie

Physique-chimie

Sciences de l’ingénieur

Sciences de la vie et de la terre (SVT)

Sciences économiques et sociales

Sciences et techniques sanitaires et sociales

Sciences physiques

Sciences sociales et politiques

Techniques de laboratoire

Technologie et méthodes culinaires

Technologies biochimiques et biologiques

Théâtre-expression dramatique

Salaire brut mensuel d’un débutant :
228 €

Je cherche une colocation
J’ai un appartement

Agen
Aix-en-Provence
Ajaccio
Albi
Alençon
Alès
Amiens
Angers
Angoulême
Annecy
Arras
Auch
Aurillac
Auxerre
Avignon
Bar-le-Duc
Bastia
Beauvais
Belfort
Besançon
Béziers
Biarritz/Bayonne
Blois
Bordeaux
Bourg-en-bresse
Bourges
Brest
Briançon
Brive-la-gaillarde
Caen
Cahors
Cannes
Carcassonne
Carpentras
Cayenne/Kourou
Châlons-en-Champagne
Chambery
Charleville-Mézières
Chartres
Châteauroux
Châtellerault
Chaumont
Clermont Ferrand
Colmar
Compiègne
Dax
Digne-les-bains
Dijon
Draguignan
Epinal
Evreux
Foix
Fort-de-France
Gap
Golf de St Tropez
Grenoble
Guéret
Hyeres
La Roche-sur-Yon
La Rochelle
Laon
Laval
Le Havre
Le Mans
Le Puy-en-Velay
Lille
Limoges
Lons-le-Saunier
Lyon
Mâcon
Marseille
Mende
Metz
Millau
Montauban
Montluçon
Montpellier
Moulins
Mulhouse
Nancy
Nantes
Narbonne
Nevers
Nice
Nîmes
Niort
Orléans
Paris/Région
Pau
Périgueux
Perpignan
Pointe-à-Pitre
Poitiers
Provence Ouest
Quimper
Reims
Rennes
Réunion
Rodez
Rouen
St Etienne
St-Brieuc
St-Lô
Strasbourg
Tarbes
Toulon
Toulouse
Tours
Tulle
Valence
Vannes
Vesoul
Vichy

étudiant .

Accueil
Contact
Publicité
Newsletter
Recherche
Mobile
Partenaires

Votre ville
Bordeaux
Lyon
Lille
Marseille
Montpellier
Nantes
Orléans
Paris
Rennes
Strasbourg
Toulouse

Les rubriques
Orientation
Job/Stages
Se Loger
Sortir
Forums étudiant

La communauté
Inscrivez-vous !
Ajouter un événement
Ajouter un lieu
Ajouter une formation
Ajouter une école…
 
Facebook P. Etudiant
Twitter P. Etudiant

Les sujets
Exemple de CV
Lettre de Motivation
APB 2017
Dates du Bac
Fête de la Musique
Logement étudiant
After Work
Ecoles Commerce
Palmares Lycées 2017
Expo Paris
Fiches Métiers

Et aussi :
LeParisien.fr
LaParisienne.com
Les Echos Start
Code promo
Citations Proverbes

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d’intérêt. Ok En savoir plus
Accueil >
Orientation>
Métiers>
Fonction publique>
Conseiller municipal
La conseillère municipale ou conseiller municipal s’investit dans la vie de sa commune. Élu au suffrage universel direct, cet acteur de la démocratie locale assume des missions parfois insoupçonnées par ses concitoyens.
Comment devenir Conseiller municipal ? Retrouvez ici les missions, formation nécessaire, rémunération…
Si vous avez la chance d’intégrer le conseil municipal d’une ville, voici les différentes missions et tâches qui vous incomberont :
• émettre un avis lorsque celui-ci est requis ;
• régler les affaires de la commune par délibérations ;
• proposer des amendements aux projets de délibérations ;
• poser des questions orales relatives aux affaires de la commune ;
• voter le budget municipal ;
• décider des travaux communaux à réaliser ;
• contribuer au développement économique de la commune ;
• assurer la gestion du patrimoine communal ;
• approuver le compte administratif du maire ;
• formuler des vœux sur des objets d’intérêt local ;
• créer les services publics municipaux ;
• désigner des membres pour siéger au sein d’organismes extérieurs ;
• débattre et arrêter le compte du receveur municipal ;
• décider de la création et de l’implantation des écoles et classes élémentaires et maternelles d’enseignement public ;
• établir annuellement la liste des contribuables pouvant être désignés comme membres de la commission communale des impôts directs ;
• exercer un pouvoir de contrôle sur l’exercice par le maire de ses fonctions de responsable de l’administration communale.
Pour devenir conseiller ouconseillère municipale , il faut avant tout avoir envie d’agir pour sa commune. En effet, la très grande majorité des conseillers municipaux habitent au sein de la circonscription dans laquelle ils ont été élus. Nombre d’entre eux appartiennent également à un parti politique dont ils défendent les idées et le programme. Le conseiller municipal est un élu. Il se doit donc d’être doté d’un solide sens du devoir et d’une réelle volonté de servir ses administrés. Si vous souhaitez vous orienter dans cette voie, sachez que vous ne devrez pas compter vos heures. Les habitants d’une commune attendent que les membres du conseil municipal soient disponibles, à l’écoute et attentifs à leurs besoins. La notion de proximité revêt, en effet, une importance toute particulière lorsque l’on est un élu municipal. Il faut savoir que la plupart des conseillers d’une municipalité mènent parallèlement une carrière professionnelle puisque les indemnités qu’ils perçoivent pour assumer leur fonction ne sont pas suffisantes pour vivre.
Lesconseillers municipauxsont élus au suffrage universel direct pour une durée de6 ans . Ce sont eux qui éliront ensuite lemaireet ses adjoints, selon un mode de scrutin variable en fonction des communes (scrutin majoritaire plurinominal à deux tours, scrutin proportionnel de liste à deux tours).
Le nombre de conseillers municipaux varie en fonction du nombre d’habitants de la commune. Il s’échelonne de 7 sièges pour les communes de moins de 100 habitants à 69 sièges pour les villes de plus de 300 000 habitants. Il faut savoir qu’à Paris, Lyon et Marseille, le nombre de conseillers municipaux est déterminé par la loi relative à l’organisation administrative de Paris, Marseille, Lyon (loi PLM).
Légalement, il n’existe pas de seuil relatif au nombre de mandats possiblement réalisables en tant queconseiller municipal . Vous pouvez ainsi accomplir plusieurs mandatures si votre liste est réélue par les électeurs de votre commune. Parallèlement à vos missions de conseiller municipal, vous pourrez également être amené à siéger au sein de certains organismes extérieurs en tant que représentant de la commune.
Pour figurer sur une liste à l’occasion des élections municipales et espérer devenirconseiller municipal , vous devez remplir certaines conditions :
• être français ou citoyen de l’Union européenne ;
• avoir 18 ans révolus au jour de l’élection ;
• avoir satisfait aux obligations imposées par le Code du service national ;
• être électeur dans la commune ou inscrit au rôle des contributions directes de la commune ;
• ne pas être candidat dans plus d’une circonscription électorale, sur plus d’une liste ou dans plusieurs secteurs dans les communes de Paris, Lyon et Marseille.
Certaines inéligibilités sont également à prendre en compte. Elles peuvent être de nature absolue, c’est-à-dire que le candidat ne peut être élu dans aucune commune, ou relative, signifiant alors que le candidat n’est inéligible que sur une partie bien définie du territoire.
Avec quelque 36 000 communes en France, on pourrait se laisser aller à penser que les postes de conseillers municipaux ou conseillères municipales sont nombreux. Si mathématiquement, cela peut se vérifier, il en va autrement dans les faits. Devenir conseiller municipal n’est pas une chose aisée. Lapolitique , même à l’échelon communal, reste un univers difficile. Pour parvenir à être élu, il faut avoir des convictions solidement chevillées au corps et, surtout, accepter d’être critiqué par ses administrés. Le mandat de conseiller municipal ne se limite pas uniquement à assister au conseil municipal. Il faut être constamment sur le terrain pour entendre les besoins et les attentes des concitoyens. Accepter de jouer ce rôle doit donc faire l’objet d’une profonde réflexion.
Secteurs associés au métier:
Fonction publique ,
Matières associées au métier:
Sciences économiques et sociales ,

Sciences sociales et politiques ,

Les autres métiers du secteur : Fonction publique
CONTROLEUR DE GESTION / CONSULTANT H/F
Consultant en Recrutement Achats/Supply Chain H/F
AUTOMOBILES
avec LaCentrale.fr
Trouvez en quelques clics votre voiture idéale !
AUTOMOBILES
avec LaCentrale.fr
Trouvez en quelques clics votre voiture idéale !

devenir conseiller municipal

Devenir maire ou conseiller municipal, un bon plan ?
28 mars 2014

Augmenter ses revenus
•  1 Commentaire
Nous sommes en pleine campagne pour le second tour des municipales 2014. Les médias n’arrêtent pas de nous abreuver de résultats et de nous parler de ces centaines de milliers de français qui sont candidats. Le font-ils pour l’argent, pour le pouvoir, par dévouement ?
Chez rentables.fr, nous sommes économes pour vos familles, mais aussi pour l’état, et avons cherché à en savoir plus sur l’argent versé à ces élus municipaux.
Les rémunérations municipales coutent au total environ (selon les sources), 1.5 milliard d’euros. Cela concerne les 36635 maires (en 2011) de communes de France, et leurs environ 100 000 adjoints. Le nombre d’adjoints maximum par ville est encadré par la loi, mais en gros il suffit de retenir que dans une ville moyenne (3 000 à 50 000 habitants) environ un quart des élus municipaux pourront devenir adjoints.
Cela explique le total de rémunération assez modéré par rapport à la masse d’élus (des centaines de milliers :519 417d’après collectivites-locales.gouv.fr en 2011). Par rapport aux 1000 milliards que l’état pompe chaque année, c’est une goutte d’eau. Par contre, ce qui est sur, c’est que la fusion de communes permettrait (par exemple en diminuant de moitié le nombre de communs, dont 55% (!) ont moins de 500 habitants) d’économiser quelques centaines de millions d’euros rien qu’en rémunérations.
Alors, est-ce un bon plan de devenir conseiller municipal ? Vous voulez un complément de revenu et avez pensé à cette solution dans votre petite ville ? Rentables.fr vous dit si c’est une bonne idée.
La loi prévoit que le s personnes candidates à une élection municipales(dans une ville de plus de 3500 hab) aient droit à un congé de 10 jours, fractionnable par demi journée. Cependant ce congé sera non rémunéré, ou prélevé sur les congés payés en cours d’acquisition. Il n’y a donc pas d’intérêt à faire de candidature « bidon », la loi est bien faite.
Environ 73% des élus municipaux seront de simples conseillers, et à ce titre là, la rémunération n’est pas exceptionnelle :elle n’est de 228 euros par mois QUE dans les 41 villes de plus de 100 000 habitants . Dans ces villes là, les places sont trustées par des professionnels de la politique, donc tout ce que vous pourrez espérer c’est effectivement un strapontin à 228 euros, ou un poste sur une liste d’opposition ou de parti dit extrême.. qui ne sera pas adjoint et aura donc ce même salaire. Mais cela reste pour environ 2000 conseillers seulement, soit 4%. Et il faut habiter dans une grande ville.
Dans les autres villes (69% des conseillers), vous ne serez tout simplement pas rémunéré, à moins qu’un adjoint ou un maire généreux vous fasse bénéficier de ce qu’on appelle « l’écrêtement » : s’il est cumulard de plusieurs mandats et dépasse la limite de rémunération autorisée, il peut reverser le « trop plein » à des adjoints. Autant dire que ça se fait par copinage et que vous n’y aurez pas droit en étant juste inscrit sur une liste par opportunisme.
« Heureusement », vous aurez droit à un crédit d’heures d’absence de votre entreprise pour aller siéger au conseil municipal, préparer vos commissions et réunions. Ce crédit est cependant variable en fonction de la taille de la commune :
Mas ce crédit d’absence, l’entreprise n’est « pas tenue » de vous le payer.. A moins de tomber sur une entreprise citoyenne, ces 69% d’élus municipaux font donc du bénévolat. La loi prévoit toutefois que la commune vous rembourse une partie de la perte de salaire, dans la limite de 72h par an et à 1.5smic (soit 720 euros brut en gros par an)
Donc, contrairement à l’image du « tous profiteurs », être un élu local, pour la majorité d’entre eux, c’est du bénévolat pour sa commune.
Devenir adjoint du maire est déjà plus intéressant, à condition d’être dans la liste victorieuse, et de faire partie des chouchous du nouveau maire, ce qui sera difficile pour un nouveau venu, mais pourquoi pas après 6 ans de dévouement; cela concerne donc 20% des élus municipaux.
La rémunération permet d’en vivre au dessus de 100 000 habitants, mais des « grands adjoints » feront à coup sur partie des professionnels de la politique, qui cumulent cette fonction avec d’autres au sein d’une communauté d’agglomération ou d’un conseil régional. Il font donc partie des environ 3 000 professionnels de la politique en France, qui touchent entre 3 000 et 8 000 euros nets par mois et en vivent bien, mais là c’est un métier à part.
Vous pourrez décemment viser à être adjoint dans une ville moyenne et toucher environ 1 000 euros. La loi vous autorise à 2,5j d’absence par mois pour une petite ville (- de 10 000 habitants), et 5j pour une ville moyenne (10 à 30 mille). Là encore, ce sera du non payé ou presque (cf. chapitre sur les conseillers). Pour une ville moyenne, vous allez donc être absent 25% du temps, et toucher une rémunération qui sera intéressante si vous êtes ouvrier ou employé, mais ne vous rapportera quasiment rien si vous êtes un cadre qui émarge à plus de 2 000 euros nets par mois (et perd donc plus de 500 euros par mois du fait des absences).
La conclusion c’est que adjoint de ville moyenne, le seul poste vraiment accessible, ressemble pour beaucoup aussi à du bénévolat, ou au mieux si vous ne gagnez pas trop, à quelques centaines d’euros nets de bonus par mois, mais pour un volume d’heures assez conséquent, sans compter les contraintes (mariages le samedi, réunions en soirée à 18h00, etc..)
Oubliez directement d’être maire d’une ville de plus de 10 000 habitants : il n’y en a qu’un millier, et faire partie de ce « top 1000 » des maires (0.2% des élus municipaux), revient à faire partie du même « top 4000 » de la politique en France, celui des professionnels à plein temps. Il faut être politisé et encarté pour cela. Mais pour les autres 6.8% d’élus qui sont maire, cela veut très souvent dire « maire d’une ville de moins de 10 000 habitants, et là c’est possible. La concurrence n’est pas toujours rude, plus des trois quarts des maires sont élus au premier tour, ce qui suppose qu’il n’y a qu’une ou deux listes, vous avez donc votre chance. Cependant, il faut avoir conscience que cela représentera dans les faits pas loin d’un temps plein, alors que vous n’aurez droit toujours qu’à 5j d’absence par mois. Préparez-vous donc à des doubles journées, et des semaines de 80h commele racontent certains maires .
Au niveau financier, si votre ville fait plus de 1000 habitants (ce qui est le cas d’un petit quart), vous aurez un salaire conséquent de 1635 ou 2091 euros par mois brut. Rien d’énorme, ça sera peut-être à peine un salaire de smicard par rapport au temps passé, mais si vous voulez vraiment vous investir pour votre commune et gagner plus, c’est un bon plan.
Rien d’étonnant du coup que sur l’ensemble des maires (cf.gouv.fr ) :
Donc être maire de petite ville, ça vaut le coup, mais préparez vous à une vie sans pause et sans temps mort, si vous voulez cumuler avec un autre emploi !
Remarque : beaucoup de chiffre sont disponibles sur le sitecontrepoints
bonjour
jaimerais bien etre maire de ma communes de bourognej apporterais des resulta comme le maire precedent des avantage pour les senior et les personne a mobyliter reduite et d ‘autre chose je serai a l ecoute des habitants cordialement
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*

Notify me of followup comments via e-mail

devenir conseiller municipal

   FORUM HardWare.fr

   Discussions

   Société

  comment devenir conseiller municipal ?
Message cité 1 fois Message édité par elianor le 21-01-2007 à 16:23:48
Message édité par elianor le 21-01-2007 à 16:31:32
Aller à :

Service client shop.hardware.fr Hardware Hardware – Périphériques Ordinateurs portables Overclocking, Cooling & Modding Electronique, domotique, DIY Technologies Mobiles Apple Video & Son Photo numérique Jeux Video Windows & Software Réseaux grand public / SoHo Systèmes & Réseaux Pro Linux et OS Alternatifs Programmation Graphisme Achats & Ventes Emploi & Etudes Seti et projets distribués Discussions Messages privés

   FORUM HardWare.fr

   Discussions

   Société

  comment devenir conseiller municipal ?
bonjour,
  comment devenir conseiller municipal ? quelles sont les démarches à réaliser ? quelqu’un pourrait il me faire part de son expérience ?     merci
bonjour,
  comment devenir conseiller municipal ? quelles sont les démarches à réaliser ? quelqu’un pourrait il me faire part de son expérience ?     merci
Tu devrais aller demander conseil à un des adjoints de ta mairie.
c’est ce que je compte faire, mais j’ai posté ce message en me disant que peut etre certaine personne pouvait me renseigner
– se présenter aux élection municipale sur une liste – être élu dans la partie de la liste qui a le droit à un siège au conseil municipal suivant le nombre de voix – et hop
(on fait plus l’instruction civique à l’école?)
– se présenter aux élection municipale sur une liste
– être élu dans la partie de la liste qui a le droit à un siège au conseil municipal suivant le nombre de voix
– et hop
  (on fait plus l’instruction civique à l’école?)
  version longue :http://www.election-politique.com/municipales.php
          – se présenter aux élection municipale sur une liste ?????
  en gros je vais voir le prochain candidat que je préfère et je lui dis « je veux être sur ta liste » ???!!!!!
tu as déjà voté aux élections municipales ? Tu as vu que tu ne votais pas pour une personne, mais pour une liste de personnes avec un ordre défini ?
(je passe sur la possibilité de liste à nom unique existant pour les communes de moins de 3500 habitants pour simplifier un peu)
oui biensur, pour info ma ville compte plus de 100 000 habitants, je dois écrire au maire pour lui soumettre ma candidature ?
Commence déjà par t’impliquer au niveau municipal, à assister aux débats à la mairie, etc…mais vu ton message je me demande quelles sont tes motivations en-dehors des pots gratuits et du macaron tricolore (ne rêve pas, à un si bas niveau de responsabilité les flics n’en auront rien à faire).
Commence déjà par t’impliquer au niveau municipal, à assister aux débats à la mairie, etc…mais vu ton message je me demande quelles sont tes motivations en-dehors des pots gratuits et du macaron tricolore (ne rêve pas, à un si bas niveau de responsabilité les flics n’en auront rien à faire).
tu me connais pas comment t’oses me parler de pots gratuits ?????  
Commence déjà par t’impliquer au niveau municipal, à assister aux débats à la mairie, etc…mais vu ton message je me demande quelles sont tes motivations en-dehors des pots gratuits et du macaron tricolore (ne rêve pas, à un si bas niveau de responsabilité les flics n’en auront rien à faire).
C’est pas rapport à ce que tu veux devenir, tu ne vois toujours pas ?
tu me connais pas comment t’oses me parler de pots gratuits ?????
  Parce que c’est l’image qu’a le grand public des conseillers municipaux : les pots gratos, et le macaron tricolore qui permet soi-disant de faire nawak en bagnole sans être enquiquiné par les flics.  Et c’est ce que j’ai souvent entendu revenir comme motivations de gens qui ne se sont jamais impliqués dans ce milieu : « ouais cool, ça a pas l’air bien dur et à moi les petits fours gratos « .
  Enfin bref, si ta ville compte plus de 100.000 habitants tu ne deviendras pas conseiller municipal sans un solide coup de piston ou une bonne implication au niveau local et politique. Tu peux toujours envoyer ta candidature, mais elle risque fort de finir au triage vertical
Explique ta motivation, on verra après
non mais à quand le post  » comment devenir president de la republique du congo ? » ?
De toute façon, vu la taille de ta ville, il est évident que ta Mairie soit composée de partis politiques.
De ce fait, tu devrais déjà être un militant d’un parti afin d’entrer dans leur groupe. C’est un passage obligatoire si tu veux une chance d’être élu.
Sinon en tant qu’indépendant, tu n’auras aucune chance du tout.
tu me connais pas comment t’oses me parler de pots gratuits ?????
Franchement, tu n’as pas l’air d’avoir la moindre idée de comment ça marche, donc on n’a pas besoin de te connaître pour faire certaines suppositions…
  A mon avis (j’y connais pas grand chose, hein !), ceux qui sont devenus conseillers municipaux ne sont pas posé la question, n’ont pasdemandéà être conseillers municipaux. On est venu les chercher. Parce qu’ils ont montré une certaine motivation, parce qu’ils se sont engagés de manière désintéressée dans la vie locale et associative, parce que l’équipe en place a considéré qu’ils pouvaient faire partie des leurs.
  Et surtout parce que se faire élire n’était pas, au moins au début, une fin en soi.
     
Pourquoi tu postes deux messages pour répondre au même message ? Pourquoi tu fais deux posts de suite pour faire deux phrases ?
 
Pourquoi tu postes deux messages pour répondre au même message ? Pourquoi tu fais deux posts de suite pour faire deux phrases ?
Parce qu’il ne savait pas « éditer » sûrement.
Ouais, m’enfin bon, c’est limite flood, là…
Il se prépare à se faire bien entendre peut être aussi, pour donner de la voix dans les conseils municipaux
Parce que c’est l’image qu’a le grand public des conseillers municipaux : les pots gratos, et le macaron tricolore qui permet soi-disant de faire nawak en bagnole sans être enquiquiné par les flics.  Et c’est ce que j’ai souvent entendu revenir comme motivations de gens qui ne se sont jamais impliqués dans ce milieu : « ouais cool, ça a pas l’air bien dur et à moi les petits fours gratos « .
  Enfin bref, si ta ville compte plus de 100.000 habitants tu ne deviendras pas conseiller municipal sans un solide coup de piston ou une bonne implication au niveau local et politique. Tu peux toujours envoyer ta candidature, mais elle risque fort de finir au triage vertical
  Il me semble que seule le maire et sa femme a le droit au macaron municipal (du moins dans le village où j’habite)
  Sinon pour ce qui est de devenir conseiller municipal le mieux est de s’impliquer dans la vie du village ou de la ville dans laquelle t’habites comme par ex faire partie des assocs ou participer aux activités proposées par la mairie et se faire remarquer par ses compétences.
Et commele dit le maire de mon village que j connais très bien : un bon conseiller municipal est une personne à qui l’on demande d’être conseiller et pas une pesonne qui demande à être conseiller (cf ce que j’ai écrit au dessus)
Ne peut on pas déjà y assister sans y participer.
Déjà pour se faire connaitre.
logiquement, si.
  Le conseil municipal est ouvert au public en principe donc tu doit pouvoir y aller sans probleme.
Apres, si tu as des choses à demander, il faut prevoir et le prevenir histoire qu’ils laissent une plage de temps à la fin pour les questions diverses.
mouarfffff …. intégrer le conseile municipal de Nice, sans aucune notion, bon courage !!
  tente plutot Bendejun
Il me semble que seule le maire et sa femme a le droit au macaron municipal (du moins dans le village où j’habite)
Pourquoi sa femme ? Elle occuppe certaines fonctions ou c’est juste parce que c’est la femme du maire ?  
Pourquoi sa femme ? Elle occuppe certaines fonctions ou c’est juste parce que c’est la femme du maire ?
  Disons plutot que ça doit être dnas le sens où le maire a le droit de mettre un macaron sur ses propres voitures donc sûrement sur celle de sa femme
 le mieux c la promo canapé ! ça marche aussi pour se faire accepter dans une liste !!! et dans ce milieu plutôt 2 foi qu’1 !
Tu peux aussi réunir une bande de potes et faire ta propre liste, avec ton propre programme. Mais bon, il faut de l’argent pour les affiches, les tracts, les réunions, etc…
Et quand est-ce-que ça se passe les conseils municipaux ? En semaine ? Pendant le week-end ? Tous les jours de 14h à 17h ?   Si c’est ça et si on est un citoyen lamda normal (= qui bosse pour vivre et qui n’est ni actionnaire plein aux as qui vit grace à ses dividendes, ni rentier, ni un type qui gagne du fric sans bosser via des alloc de toutes sortes, etc.) = difficile ! (ou alors tous les congés vont y passer ! pfff…)
 
Et quand est-ce-que ça se passe les conseils municipaux ? En semaine ? Pendant le week-end ? Tous les jours de 14h à 17h ?   Si c’est ça et si on est un citoyen lamda normal (= qui bosse pour vivre et qui n’est ni actionnaire plein aux as qui vit grace à ses dividendes, ni rentier, ni un type qui gagne du fric sans bosser via des alloc de toutes sortes, etc.) = difficile ! (ou alors tous les congés vont y passer ! pfff…)
 
Le conseil municipal est l’assemblée délibérante élue de la commune, et est « chargé de gérer, par ses délibérations, les affaires de la Commune »[1].
Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre, mais se réunit le plus souvent une fois par mois.
  Le conseil municipal gère la plus petite collectivité territoriale française disposant d’une autonomie juridique et financière, la commune.
 le mieux c la promo canapé ! ça marche aussi pour se faire accepter dans une liste !!! et dans ce milieu plutôt 2 foi qu’1 !
Le Maire préside le conseil municipal. Il est responsable des activités de la police municipale et de la gestion du personnel communal. Il est le représentant de l’Etat dans la commune et donc à ce titre est officier d’etat civil et officier de police judiciaire.
  Ca ça pootre
 
bonjour,
  comment devenir conseiller municipal ? quelles sont les démarches à réaliser ? quelqu’un pourrait il me faire part de son expérience ?     merci
    Comment devenir conseiller municipal, si tu n’as aucune expérience ?     ==> Etre le fils du Président de la République et te présenter à Neuilly
  De rien
  Forum  | 
HardWare.fr  |  News  |  Articles  |  PC  |  Prix  |  S’identifier  |  S’inscrire  |  Aide  |  Shop

devenir conseiller municipal

Lettre d’information au format nom@domaine.fr

Abonnement et modifications données personnelles

Archivesde la lettre

Municipales 2014

Municipales 2014 : comprendre les règles de l’élection

Les modes de scrutin

Qui peut être candidat ?

Communication et campagne électorale : un cadre contraint

Financement des campagnes électorales : les obligations dans les communes d’au moins 9000 habitants

Maires : des compétences en évolution, des inquiétudes persistantes

Conseils communautaires : les règles de l’élection et la répartition des sièges entre communes

Les dates clés

Un aperçu des élections municipales de 1945 à 2008

Quiz – Le maire et la commune

Rechercher
mots clés

rechercher sur les sites

Sur tout le site
dans Actualité
dans Panorama des lois
dans Découverte des institutions
dans Politiques publiques
dans Evaluation des politiques publiques
dans Chronologies
dans Rapports publics
dans Acteurs publics
dans Débats et consultations
dans Informations sur vie-publique

Accès rapide

Accès rapide
A la une
En bref
Dossiers d’actualité
Panorama des lois
FAQ citoyens
Découverte des institutions
Politiques publiques
Evaluation des politiques publiques
Chronologie
Rapports publics
Discours publics
Acteurs publics
Débats et consultations

Les quiz de vie-publique.fr

Quiz – L’Union européenne
Quiz – L’élection présidentielle
Quiz – le président de la République
Quiz – La sécurité sociale
Quiz – La laïcité
Quiz – Elections régionales 2015
Quiz – Elections départementales 2015
Quiz – Le Sénat
Quiz – Le Parlement européen
Quiz – La République et ses symboles
Quiz – Le maire et la commune
Quiz – Citoyenneté et vie démocratique
Quiz – Comprendre le fonctionnement des institutions

Les conseillers municipaux seront élus les 23 et 30 mars 2014. Pour ce scrutin, tous les candidats ont désormais l’obligation de déposer une déclaration de candidature. Par ailleurs, le respect du principe de parité s’impose à un plus grand nombre de communes.
Sont éligibles au conseil municipal tous les électeurs de la commune, ainsi que les citoyens inscrits au rôle des contributions directes ou justifiant qu’ils devaient y être inscrits au 1er janvier de l’année de l’élection (« candidats extra-communaux »).
Toutefois, dans les communes de moins de 100 habitants, le nombre des conseillers municipaux ne résidant pas dans la commune au moment de l’élection ne peut être supérieur à 4 et, dans les communes de 100 à 499 habitants, à 5. Dans les communes de 500 à 1 000 habitants, ce nombre ne peut excéder le quart des membres du conseil municipal (article L 228 du Code électoral). Le nombre de conseillers municipaux à élire varie selon la taille de la commune, de 7 à 69 membres. Pour l’élection de 2014, le nombre de conseillers municipaux des communes de moins de 100 habitants est modifié, il passe de 9 à 7 (article L 2121-2 du Code général des collectivités territoriales).
Sont en outre éligibles les citoyens des Etats membres de l’Union européenne. Instauré par le Traité de Maastricht (1992), le droit de vote et d’éligibilité des citoyens de l’Union européenne aux élections municipales a été mis en œuvre pour la première fois aux élections de 2001. Les ressortissants européens peuvent être élus à un conseil municipal, mais ils ne peuvent pas être maire ou adjoint et ils ne participent ni à la désignation des électeurs sénatoriaux, ni à l’élection des sénateurs.
A côté des règles classiques concernant l’ inéligibilité Inéligibilité Situation d’une personne qui ne remplit pas l’ensemble des conditions nécessaires pour être élu.(personnes déclarées inéligibles par le juge administratif ou le Conseil constitutionnel, etc.), le Code électoral prévoit des cas d’inéligibilité ou d’incompatibilité propres au scrutin municipal (articles L 128 à L 239 du Code électoral).
Il en est ainsi des agents salariés communaux, qui ne peuvent être élus au conseil municipal de la commune qui les emploie. Cette interdiction ne s’applique toutefois pas à ceux qui, étant fonctionnaires publics ou exerçant une profession indépendante, reçoivent une indemnité de la commune à raison des services qu’ils lui rendent dans l’exercice de cette profession. Ne sont pas non plus concernés, ceux qui, dans les communes comptant moins de 1 000 habitants, ne sont agents salariés de la commune qu’au titre d’une activité saisonnière ou occasionnelle.
De même, dans les communes de plus de 500 habitants, le nombre des ascendants et descendants, frères et soeurs, qui peuvent être simultanément membres du même conseil municipal est limité à 2. Dans les communes où les conseillers municipaux sont élus par secteur, les personnes d’une même famille peuvent siéger au sein du conseil municipal lorsqu’elles ont été élues dans des secteurs électoraux différents.
La possibilité de cumuler unmandat Mandat Durée d’exercice d’une fonction électivelocal ou une fonction exécutive locale avec un autre mandat électif est encadrée par les lois organique et ordinaire du 5 avril 2000. Plusieurs limitations sont prévues.
Un élu local ne peut être titulaire de plus de deux des mandats électoraux parmi les mandats de conseiller municipal, conseiller d’arrondissement, conseiller de Paris, conseiller départemental, conseiller régional, conseiller à l’assemblée de Corse. En outre, les fonctions de maire, maire d’arrondissement ou de secteur, président de conseiller départemental, président de conseil régional et président du conseil exécutif de Corse sont incompatibles entre elles.
Un député, un sénateur ou un député européen ne peut exercer plus d’un mandat local parmi les mandats de conseiller municipal d’une commune d’au moins 3 500 habitants, conseiller de Paris, conseiller départemental, conseiller régional, conseiller à l’assemblée de Corse. Toutefois, un parlementaire national (député ou sénateur) ou européen peut exercer une fonction exécutive locale parmi les fonctions de maire ou maire d’arrondissement, président de conseil départemental, président de conseil régional, président du conseil exécutif de Corse.
Ces interdictions n’empêchent pas a priori l’élection, mais elle impose a posteriori un choix au député ou au sénateur. S’agissant des députés européens et des élus locaux (à l’exception des élus d’une commune de moins de 1 000 habitants), ils ont l’obligation d’abandonner leurs mandats les plus anciens.
Deux projets de loi, actuellement soumis à l’examen duParlement Parlement Organe collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. , visent à restreindre le cumul d’un mandat électoral et d’une fonction exécutive locale. Ils prévoient notamment d’interdire aux députés et sénateurs d’exercer, à partir de 2017, les fonctions de maire, de maire d’arrondissement et de secteur, de maire délégué et d’adjoint au maire, ainsi que les fonctions de président et de vice-président des conseils régionaux, départementaux et des établissements publics de coopération intercommunale ( EPCI EPCI Etablissement public de coopération intercommunale ) à fiscalité propre.
Au sortir des élections municipales de 2008, les femmes représentent 35% des conseillers municipaux et 13,8% des maires. Des disparités existent selon la catégorie de commune considérée. Dans les communes de 3 500 habitants et plus, où le principe de parité s’appliquait à l’élection des conseillers municipaux et des adjoints, les femmes représentent 48,5% des conseillers et 48,2% des adjoints. Dans les autres communes, où il n’existait pas de contrainte paritaire, les femmes représentent 32,2% des conseillers municipaux.
Lors des élections municipales de 2014, les communes soumises au principe de parité seront plus nombreuses. En effet, les lois organique et ordinaire du 17 mai 2013 ont prévu que cette obligation, réservée jusqu’alors aux seules communes de 3 500 habitants et plus, s’impose désormais à partir du seuil de 1 000 habitants.
Cette modification concerne 6 550 communes. Elle devrait entrainer, selon les estimations dugouvernement Gouvernement Organe collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. , l’élection dans les conseils municipaux de près de 16 000 conseillères supplémentaires (les conseils municipaux devraient à terme compter environ 87 000 élues).
Ainsi, dans l’ensemble des communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers municipaux seront élus au scrutin de liste. Les listes de candidats devront être complètes (autant de noms que de sièges à pourvoir) et respecter une stricte alternance femme homme. Les listes d’adjoints élus par le conseil municipal devront également se conformer à une obligation de parité.
Les autres communes conserveront le mode de scrutin appliqué lors des élections municipales de 2008. Les candidats se présenteront sur une liste, mais les bulletins de vote pourront être modifiés par les électeurs ( panachage Panachage Possibilité accordée à l’électeur lors d’un scrutin de liste de modifier la liste (radiation de candidats, ajout de candidats…). ). Aucune contrainte de parité ne sera requise. Les seules modifications concerneront le dépôt d’une déclaration de candidature, qui est désormais obligatoire pour toutes les communes, et les règles de panachage, car il ne sera plus possible d’élire une personne qui ne s’est pas déclarée candidate.
Culture, information, nouvelles technologies
Relations extérieures, Défense, sécurité

http://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/municipales-2014-election/qui-peut-etre-candidat.html

Direction de l’information légale et administrative © 2013 – Tous droits réservés

devenir conseiller municipal

| Le best-of |
Événements |
Quizz & Tests |
Dossiers |
Forums |
Contribuez |
Notre app mobile |
Donne-nous des sous

Suivez-nous !
Notre SUPER newsletter
Sur Facebook
Sur Youtube
Sur Twitter
Sur Instagram
Sur Tumblr
Sur Snapchat
Sur Pinterest
Notre podcast audio
Vidéos
VlogMad
Street Tattoos
Sessions acoustiques
Recettes vidéo
Interviews
Génération Mad
Chroniques : BD/Livres
Chroniques Séries TV
Marion Seclin
Tuto Beauté
Reportages
Mad Gyver
Bizness Mad
Street Hair
Tutos Photo
Replays
Mode
Tendances mode
Conseils mode
Lingerie féminine
Accessoires
Idées de looks
Street Style
Mode Pas Chère
Actu mode
WTF mode
Forum mode
Beauté
Astuces beauté
Tendances maquillage
Nouveautés beauté
Tendances beauté
Beauté au naturel
Tests de produits
Tutos maquillage
Tutos beauté
WTF beauté
Tatouage
Coiffure
Tendances coiffure
Conseils coiffure
Coloration
Tutos coiffure
Coiffures pour cheveux longs
Coiffures pour cheveux courts
Tutos DIY
Custo mode
Astuces custo
DIY bijoux et accessoires
DIY décoration
Créatrices
Cuisine
Nouveautés culinaires
Apéro dînatoire / Pique-nique
Entrées
Plats
Desserts
Boissons et cocktails
Cuisine pas chère
Végétarisme & véganisme
Livres de cuisine
Rigolol
Les Trouvailles d’Internet
Marion Seclin
Tu Préfères…
Le récap rigolo de Game of Thrones
Le récap rigolo de The Walking Dead
L’Instant Putassier
Insolite
WTF
Témoignages
Propose un témoignage
J’ai testé pour vous
Père et fille
Mère et fille
Les mecs
Bisexualité
Homosexualité
Les Dessins de Cy
La Question Reddit
Celui Qui
Santé
Nos racines
Devenir adulte
Sois ta propre meilleure amie
Mes parents & moi
Démarches administratives
L’amitié à l’âge adulte
Société
Actu en France
Actu dans le monde
Dans l’air du temps
Les médias
Je veux comprendre…
La politique
Le féminisme
L’écologie
Psycho-Socio
Feel Good
Développement personnel
Empouvoirement
Nique les complexes
Vis ta Vie
Des Gens Inspirants
Les TED
Voyages
Cartes Postales
Culturel
BD & Manga
Lecture
Chroniques littéraires
Les contes selon Marion
Nos articles Photos
Arts & Expos
Dimanche Fiction
Quizz & Tests ciné
Agenda CinémadZ
Sciences
Ciné
Revues de films
Bandes-annonces
Interviews
Quizz et Tests Cinéma
CinémadZ
Sélection de films
Forum Cinéma
Série – TV
Séries françaises
Séries américaines
Séries anglaises
Nouvelles séries
Séries pas connues
Bilan de séries
Documentaires
Télé-réalité
Quizz & Tests télé
Commente en direct
Musique
Clips
Sessions acoustiques
Nouveautés musicales
Beat de la Week
Forum Musique
Jeux vidéo
madmoiZelle sur Twitch
Tests
Jeux indépendants
Des filles geek
Univers du jeu vidéo
Sorties jeux vidéo
Études / Job
Lycée
Baccalauréat
Université
Orientation scolaire
Jobs d’été
Vie en entreprise
Création d’entreprise
Bac 2016 sur le forum
Voyages
Cartes Postales
Forum Voyages
Sexe
Les dessins de Cy(prine)
Josée l’Obsédée
Brigitte Lebuysson
Fantasmes de la Rédac
Le Guide du Vagin
Contraception
Masturbation
Orgasme et plaisir
Nostalgie

16 septembre 2015
par
Melissa
5 Commentaires
À 22 ans, Céline est conseillère municipale. Et si à la base c’était un peu par hasard, elle s’est prise de passion pour ces responsabilités particulières.
Cet article t’a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ? Tu peux désormais noussoutenir financièrement en nous donnant des sous!
Tous les articles Etudes, jobs & métiers
,J’ai testé pour vous
,Nique les complexes !
,Orientation scolaire
,Témoignages
,Vie en entreprise
,Vis ta vie

Les autres papiers parlant deJob
,Métier
,Politique
,Rapport Hommes / Femmes
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Freehug,
Le 22 septembre 2015 à 6h04

madmoiZelle est une marque déposée. madmoiZelle, un site qu’on pourrait croire qu’il s’appellemademoiselle
, mais en fait, non.
© 2005-2017 ALJ AGENCY
Site bySparkk
à lire aussi
Le Manifeste madmoiZelle.com
Contacte la Rédac
Participez / contribuez !
Plan du site
La rédaction de madmoiZelle.com
madmoiZelle cherche des plumes !
Annoncez sur madmoiZelle
Mentions légales
Coup de main : avortement ivg
Clique ici pour ne plus voir les streams
Accueil»Témoignages»J’ai testé pour vous»J’ai testé pour vous… être élue conseillère municipale à 22 ans
«Je fais de la politique» est une phrase que je ne pensais jamais dire, et pourtant…
Un matin d’avril 2013, alors que j’allais au marché dominical de ma commune (campagnelifestylereprésente), j’ai vu un adjoint me pointer du doigt et s’arrêter sur le parking. C’est là qu’il m’a posé une question à laquelle je ne m’attendais pas :
« Tu le sais sûrement : l’année prochaine, en mars, auront lieu les élections municipales et on voudrait des jeunes, alors on a pensé à toi. Ça te dit ? Et ce n’est pas pour remplir la liste, c’est pour être élue, hein ?! »
Il se trouve que non, je ne le savais pas, mais j’ai fait comme si j’étais au courant avec un grand sourire. Pourtant, autant vous dire que quand cette question est venue à mes oreilles, j’ai dû avoir une tête qui traduisait énormément d’étonnement. Une voix dans ma tête m’a encouragée :
« Allez, teste, tu ne connais pas, ça doit être plutôt cool comme expérience ! »
Quand certain•e•s réfléchissent plusieurs semaines pour répondre à ce genre de proposition ;j’ai pris ma décision en (approximativement) une demi-seconde et j’ai dit oui.
Ma condition de jeune fille bien élevée me faisait penser qu’à ce moment je leur permettais de remplir la liste, « de boucher » un trou en quelque sorte ; je pensais que je n’avais pas d’atout particulier, que je leur rendais un service et que c’était un épisode de ma vie, que ça ne changerait pas grand-chose.C’était pourtant un épisode qui devait durer six ans si on était élu•e•s, mais à ce stade je n’en avais pas encore pris conscience.
« Les conseillers municipaux sont élus (pour un mandat de 6 ans) au suffrage universel direct par les électeurs français et européens inscrits sur les listes électorales. Le mode de scrutin dépend de la taille de la commune. Le maire et ses adjoints sont ensuite élus par le Conseil municipal. »
Alors j’ai attendu que la campagne débute, j’ai rencontré la tête de liste (qui était le maire sortant), ainsi que l’équipe. Évidemment, du haut de mes 22 ans, j’étais le « bébé » du groupe, donc on ne venait pas vers moi au premier abord. Alors que mon cerveau m’ordonnait de ne pas faire la potiche et d’aller partager un verre de vin avec des « jeunes de quarante ans », je restais impressionnée et en admiration devant des élus (une partie de la liste se représentait) et des personnes que je pensais supérieures à moi.
Parce que finalement,je me demandais un peu ce que je faisais là . J’avais la tête pleine de questions quant à ma légitimité : «Qu’est-ce que tu vas apporter à des citoyen•ne•s alors que toi, tu vis chez tes parents ? Quel est ton avis sur la vie locale ? Comment tu vas gérer tout ça ? Mais t’es qui pour penser pouvoir améliorer la qualité de vie de ton village alors que tu as 22 ans ?»…Pourtant, comme quiconque étant majeur et résidant ou ayant un commerce dans la commune, il était tout à fait juste que je me présente.
La campagne a battu son plein, j’ai rencontré des « jeunes vieux » qui m’ont permis de voir où étaient mes forces, qui m’ont permis de grandir et me lâcher. J’ai commencé à prendre conscience de ce que je faisais…et à ne plus dire « oui » ou « non » pour ne pas déranger, mais à faire des choix.Après cinq réunions publiques (dont une que j’animais devant 200 personnes !), le 23 mars 2014 notre liste a été élue à 51% et avec 60 voix d’écart après environ six mois de campagne.
Je ne vous explique pas l’ascenseur émotionnel quand, assise à l’un des bureaux de vote, je voyais notre groupe perdant, puis re gagnant, encore perdant et ainsi de suite pendant tout le dépouillement (qui dure au moins une heure), en présence de proches, des autres candidats qui vont de bureau en bureau (il y en a trois au total), de la population qui se collait à nous pour voir le nombre de voix, alors que nous, assesseurs des bureaux de votes, nous ne devions pas nous déconcentrer et continuer notre dépouillement pour éviter les erreurs.
Et puis ô joie ! Ô bonheur ! Je suis devenue conseillère municipale. La fête qui a suivi est l’une des plus marquante de ma vie, surtout quand, verre à la main, je me suis rendu compte que, non seulement j’étais légitime, mais qu’en plus l’ensemble de la liste était heureuse de m’avoir.C’est donc la fierté qui a pris le dessus: «Fête ça, des élues de 22 ans il ne doit pas y en avoir des masses ma grande !».
Mois de mars oblige, toute l’année était déjà planifiée : il fallait récupérer les dossiers des sortants (qui étaient pour certains dans la liste d’opposition), se faire aux services administratifs et techniques, et apprendre à travailler avec eux et aménager son emploi du temps. Parce que quand on est élu•e dans une petite commune comme la mienne, nous ne sommes pas uniquement là pour donner des orientations, mais aussi pour travailler : adieu les semaines à quarante heures et bienvenues à celles de 60 à 70 heures !
Ça fait maintenant un an et demi que je suis « conseillère municipale déléguée à la communication », et c’est incroyable.Il m’a fallu deux mois pour arrêter de pleurer chaque matin tellement tout ça était nouveau, effrayant, stimulant et tellement enrichissant à la fois.
Trois semaines avant d’être élue, j’ai rejoint, à la communication, une start-up qui forme les femmes au leadership. La vie est très bien faite pour le coup : une grande partie de notre activité correspond à la formation d’élu•e•s de toute la France et de tous les partis. Avant j’étais dans des agences de communication à horaires fixes (du moins pour l’heure d’arrivée) et peu malléables ; là, qui dit start-up dit adaptation.
Cependant, je traite l’essentiel de mon travail d’élue à la pause déjeuner ou le soir en rentrant. Mes dossiers sont pratiquement tous synchronisés pour pouvoir me connecter avec n’importe quel appareil et travailler de n’importe où (merci le partage des données !). Les réunions, commissions et conseils privés qui finissent à 23h ou minuit ne sont pas rares, et même si ça prend beaucoup de temps, c’est une nouvelle façon d’apprendre à se dépasser.
Même si ça prend beaucoup de temps, ça m’apprend à me dépasser
Il y a de plus toute une partie relationnelle avec les associations, les groupes de travail et les entreprises qui passent par certains de nos vecteurs et canaux de communication pour se faire connaitre ou parler de leurs activités. Cela prend beaucoup de temps : il faut retraiter les informations, les adapter à notre ligne éditoriale…
Heureusement, j’ai une super commission avec des membres qui m’aident à réécrire des textes, gérer une partie du site Internet, relire et j’en passe. Nous sommes cinq dans cette commission et chacun prend une partie du travail.Mon rôle est d’être une sorte de facilitateur, et je dispatche une partie des « missions » entre chacun (même si tout cela se fait de façon très naturelle).
La politique est noble, défend les intérêts de habitants !
J’ai appris que ce n’était pas facile, car nous sommes aussi élu•e•s pour être des « punching balls »: nous devons protéger les employé•e•s de la commune tout en défendant et mettant en place un programme électoral qui ne plait pas forcément.
« Le conseil municipal représente les habitants. Ses attributions sont très larges depuis la loi de 1884 qui le charge derégler « par ses délibérations les affaires de la commune ».Cette compétence s’étend à de nombreux domaines. Le conseil municipal donne son avis toutes les fois qu’il est requis par les textes ou par le représentant de l’État.
Il émet des vœux sur tous les sujets d’intérêt local : il vote le budget, approuve le compte administratif (budget exécuté), il est compétent pour créer et supprimer des services publics municipaux, pour décider des travaux, pour gérer le patrimoine communal, pour accorder des aides favorisant le développement économique.
Le conseil exerce ses compétences en adoptant des « délibérations ».Ce terme désigne ici les mesures votées. Il peut former des commissions disposant d’un pouvoir d’étude des dossiers.
Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre et l’ordre du jour, fixé par le maire, doit être communiqué avant le début de la séance. Celle-ci est ouverte au public sauf si l’assemblée décide le huis clos ou si le maire exerce son pouvoir de « police des séances », notamment en cas d’agitation, et restreint l’accès du public aux débats. »
J’ai aussi appris que ce n’est pas parce qu’on est jeune et qu’on est une femme qu’on ne peut pas se lancer dans cette aventure ; j’ai appris à me méfier des gens, j’ai pris quelques claques, en retour j’ai donné des taloches, et plus que tout, j’ai découvert qui j’étais en arrêtant de dire « oui » pour faire plaisir mais en prenant des partis pris.
Car on s’en doute, le fait d’être jeune n’est pas forcément un avantage. À plusieurs reprises cela a été un obstacle quand j’ai touché des egos ou trop agacé par mes décisions. Si j’étais un homme de 40 ans, beaucoup ne s’adresseraient pas à moi de la façon dont ils le font, avec des emails cassants et blessants, ou en me demandant parfois si je suis la secrétaire de mairie (d’une façon assez peu respectueuses des secrétaires de mairie), ou de qui je suis la fille !  Cependant tout cela reste encore gérable, du moins plus que les négociations souterraines, les réunions de petit comité qui visent à établir des stratégies.  Des actions m’ont fait perdre la confiance que j’avais en certain•e•s de mes collègues.
«  Ben vous êtes la secrétaire de qui alors ?»
Les difficultés viennent aussi de moi : je suis très susceptible, un trait de caractère embêtant quand on est au contact des citoyen•ne•s et des associations de commerçant•e•s qui ont très souvent des reproches à nous adresser (fondés ou non). Et puis je me pose souvent la question de la légitimité, n’osant parfois pas faire des choses de peur de déranger ou de ne pas être comme il faut.
Mais si je n’avais pas été cette gentille fille qui dit « oui » pour aider et faire plaisir, je n’aurai jamais vécu cette expérience. Je la conseille à tous les jeunes :se lancer sur une liste, s’encarter s’ils ont des opinions politiques fortes et partager une passion communeavec des personnes qu’ils ne rencontreraient sûrement jamais par ailleurs est vraiment quelque chose de fort à vivre.
Mon petit village, c’est ma première passion et je m’imagine pas m’en éloigner. L’exercice du mandat est devenu ma deuxième passion : au lieu d’habiter dans la métropole voisine, j’ai choisi de déménager au sein de ma commune dans un appart qui me permet de continuer d’exercer mon mandat. Mon choix en étonne beaucoup mais je pense qu’une expérience comme celle-là est difficilement compréhensible pour ceux qui ne la vivent pas (et je l’entends tout à fait). Je suis plus épanouie aujourd’hui comme élue que ce que je ne l’ai jamais été…et qui sait, je serai peut-être Madame la Maire de cette commune un jour !
Mélissa fait les témoignages, mais ce n’est pas elle qui vit toutes les histoires qu’elle raconte – et heureusement parce que sa vie serait un peu compliquée ! Elle aime les pois et s’empiffrer de Kinder en sirotant son thé.
Voici le dernier commentaire en date :
Wow, tu as mon âge et tu es élue municipale… Dingue ! Je n’en serais jamais capable, le contact c’est pas mon truc, et j’ai du mal à me considérer comme une adulte… Envoyer ma paperasse à temps est une épreuve alors tu as toute mon admiration pour ce boulot incroyable que tu effectues !

Moi aussi je suis une déçue de la politique politicienne, celle du gouvernement, mais je pense que ça n’a rien à voir avec le niveau communal où les élus vivent dans la ville, sont directement concernés par les mesures, connaissent bien les habitants et les problématiques qu’ils ont à résoudre… Donc bravo à ceux qui s’en sortent bien
Lire l’intégralité des 5 commentaires
(attention, tu dois être connectée pour participer —  tu peux nous rejoindre ici!)
Désolé, mais on a roupillé ce jour-là !

devenir conseiller municipal

Français

Deutsch

Quel est le rôle d’un conseiller municipal
Le conseiller municipal est un acteur de la démocratie locale. Il fait partie du conseil municipal, dont le rôle est de statuer sur les affaires de la commune. Élu au suffrage universel direct, il a un mandat de six ans renouvelable. Mais quel est exactement le rôle d’un conseiller municipal ? Quelles sont ses fonctions au sein de la politique de la commune ? En quoi se différencie-t-il des adjoints au maire ou du personnel communal ?
Les fonctions d’un conseiller municipal sont multiples. Pour les assurer, il peut parfois toucher une indemnité. Voir ainsi lesalaire d’un conseiller municipal .
Les conseillers municipaux ont, pour la plupart, une coloration politique. Ils ont été élus parce que leur programme, leurs orientations politiques ont été plébiscités par une majorité de citoyens électeurs. Ceux-ci attendent en retour que le conseiller municipal respecte ses promesses, défende leurs opinions et réponde à leurs besoins. Cependant, le rôle d’un conseiller municipal est avant tout de représenter tous les citoyens et de répondre aux besoins de la collectivité sans favoriser aucun intérêt particulier. Si une demande ou une plainte individuelle lui est soumise, il devra y répondre conformément à la politique municipale et sans nuire à l’intérêt général.
Le rôle d’un conseiller municipal est de voter le budget préparé par le maire et les services municipaux, d’approuver les comptes en fin d’exercice, de décider des travaux communaux à réaliser, d’organiser et de créer les services publics municipaux, de gérer le patrimoine communal, d’aider au développement économique de la ville. Ces fonctions doivent être remplies conformément aux priorités et orientations politiques déterminées par le maire. Le conseil municipal statue par voie de délibérations que le maire est tenu d’exécuter, sauf s’il les juge contraires à l’intérêt général.
Le conseiller municipal a le pouvoir d’élire non seulement le maire et ses adjoints, mais également les représentants de la commune dans les instances intercommunales. Dans les communes de plus de 9 000 habitants, il est appelé, en sa qualité de grand électeur, à élire les sénateurs. Pour les communes plus petites, un ou plusieurs délégués pourront être élus à cette fin parmi les conseillers.
Les adjoints sont élus par les conseillers municipaux pour suppléer le maire ou exercer une mission particulière : habitat, voirie, environnement, culture… Quant au personnel communal, il est chargé de mettre en oeuvre les programmes décidés par les conseillers municipaux et d’élaborer des procédures pour faciliter leur exécution. La réussite d’une politique municipale passe nécessairement par la mise en place d’une communication fructueuse entre tous les acteurs de la cité. Et c’est aussi le rôle d’un conseiller municipal d’être un bon communicant.
Conseiller régional – Quel salaire ?
Transmission du patrimoine : tout ce qu’il faut savoir
Location ,
justice ,
banque ,
assurances ,
vacances ,
formalités ,
consommation , …
NextPLZ ,
Actualités ,
Carte de voeux ,
Jeux en ligne ,
Coloriages ,
Cinéma ,
Déco ,
Dictionnaire ,
Horoscope ,
Salon littéraire ,
Programme TV ,
Cuisine
( Recette )

Coiffure ,
Restaurant ,
Test débit ,
Voyage ,
Présidentielle 2017

devenir conseiller municipal

« Je vais dire quelque chose qui ne va sans doute pas convenir à certain : il faut bosser dur. En fait, on ne se décrète pas Conseiller Municipal. On le devient si l’on est porteur d’idées et si l’on parvient à convaincre. »
Pourquoi avez-vous voulu devenir Conseiller
Municipal?
Thierry Guilmart :Ce qui m’a poussé à devenir Conseiller
Municipal, c’est avant tout l’intérêt que je porte à
ma ville. Je voulais faire bouger les choses. J’ai pensé que devenir
conseiller municipal, pouvait être un moyen de contribuer à améliorer
la vie des habitants. Je n’avais pas d’idée préconçue,
pas spécialement de but politique. Je possédais une sensibilité
de droite mais sans plus.
Pourquoi avoir choisi cette voie, vous auriez pu vous
tourner vers le monde associatif?
J’ai pensé effectivement, m’investir dans le réseau
associatif mais j’y ai renoncé parce qu’il y a une chose que
j’ai apprise, c’est que nombre d’associations locales sont en
fait, noyautées par les Mairies. Je voulais avant tout, rester indépendant
et je me suis dirigé vers un mandat de conseiller municipal.
Combien gagne un Conseiller Municipal?
Zéro franc. En fait, seuls les maires et les maires adjoints, ainsi que
ceux qui exercent certaines délégations reçoivent une gratification
financière.
Si ce n’est pas l’argent qui a motivé
votre choix, était-ce l’espoir de faire une carrière politique?
Non! Ce qui m’intéressait en priorité, c’était
l’action sur le terrain et surtout me rendre utile! Transformer ma ville,
ajouter des espaces verts, attirer des commerçants, faire revivre le
centre ville, agir pour améliorer la vie de mes concitoyens. J’avais
des idées, un projet, je voulais les faire vivre.
Une fois votre décision prise, comment vous-êtes
vous fait connaître?
Je vais dire quelque chose qui ne va sans doute pas convenir à certain
: il faut bosser dur. En fait,on ne se décrète
pas Conseiller Municipal . On le devient si l’on est porteur
d’idées et si l’on parvient à convaincre. Les gens doivent
vous donner leur confiance et cela ne se fait pas comme cela. On est élu
surtout parce que l’on est capable de prouver ses compétences, sa
capacité de travail. Vous devez faire vos preuves, montrer votre aptitude
à vous concentrer sur des dossiers, votre capacité d’écoute,
votre intérêt pour la vie de la commune.
Conseiller municipal, c’est cela avant tout! Mais vous pouvez tout à
fait vous spécialiser dans un domaine particulier, que ce soit le sport,
l’éducation, l’action sociale où que sais-je encore?

Qui peut devenir conseiller municipal?
N’importe qui et quels que soient son métier ou sa formation. Ce
qui compte, c’est qu’il travaille avec honnêteté, efficacité,
qu’il s’investisse pleinement dans sa fonction et qu’il puisse
libérer du temps pour pouvoir se consacrer à la vie municipale,
au moins quelques heures par jour ou par semaine.
Comment sont choisis les candidats d’une liste
municipale? Ils doivent certainement représenter un potentiel de voix!
On ne peut jamais savoir les voix que représentent telle ou telle personne!
Ce qui est certain, c’est que pour avoir une chance d’être élu,
il faut être en tête de liste sinon, on ne fait que de la figuration.
Une liste comporte souvent des candidats avec des noms
à consonances étrangères, ou encore des responsables associatifs.
Ne sont-ils pas des sortes de prête noms destinés à engranger
des voix?
Il est exact que c’est très bien vu à l’heure actuelle!
Mais ce n’est pas ainsi que je vois les choses. Mon principal critère
de choix, quand je prépare ma liste, c’est de connaître l’implication
des futurs candidats dans la vie locale, leur capacité d’action,
leur disponibilité et leur présence.
Il n’est vraiment pas nécessaire d’apporter
quelques voix de plus?
Ce n’est pas aussi simple car si je prends sur ma liste, un responsable
d’association qui représente 30 ou 40 personnes, cela ne veut pas
du tout dire que ces personnes vont forcément voter pour lui. A mon avis
ce qui est primordial, c’est d’avoir la certitude qu’il pourra
libérer assez de temps pour se consacrer ne soit pas policé.
Il faut rester spontané et ne pas se demander à chaque fois :
“Que va penser mon président de fédération?”.


Photos     

Courrier    

Forums    

Service    

Newsletter    

Portfolio    

INSTITUTIONS

Le conseiller municipal

Dans le cadre de notre étude sur la commune, nous avons décidé de rencontrer un homme de terrain aux fonctions mal connues et qui fait souvent figure de “parent pauvre” de notre vie politique : le Conseiller Municipal. Il est pourtant un véritable élu de proximité, très près de la réalité quotidienne des français. Dans un long entretien, Thierry Guilmart a accepté de répondre à toutes nos questions, sans détour, ni langue de bois. Il nous livre quelques réflexions sur son mandat, son engagement politique mais aussi sur la place des partis, les magouilles, les apparatchiks, et les parachutages.

|Nous contacter|

|©Fidès|
|Association loi de 1901|
et
|Hébergée par I France|

devenir conseiller municipal
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
Pour les articles homonymes, voirConseil municipal .
Article détaillé :Maire (France) .
Outils personnels

Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter
Espaces de noms

Article
Discussion

Affichages

Lire
Modifier
Modifier le code
Historique

EnFrance , leconseil municipalest l’assemblée délibérante élue de lacommunechargée de « régler, par ses délibérations, les affaires de la commune » [ 1 ] .
Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois partrimestre , ou sur demande motivée d’au moins le tiers de ses membres, mais se réunit le plus souvent une fois par mois.
Le conseil municipal gère la plus petite collectivité territoriale française disposant d’une autonomie juridique et financière, lacommune .
Le nombre de sièges à pourvoir au conseil municipal est fonction du nombre d’habitants. Ce nombre est fixé par la loi [ 2 ] , de 7 sièges pour les communes de moins de 100 habitants à 69 sièges pour celles de plus de 300 000 habitants.
Le décret du 27 janvier 1977 déterminait ce nombre en fonction des tranches de population de la commune, de 9 membres pour les plus petites communes jusqu’à 49 pour les villes de plus de300 000habitants [ 3 ] .
La loi de novembre 1982, qui s’inscrit dans un train de réformes s’étant conclu par laLoi PLMsur les cas spécifiques des trois plus grandes villes de France, a modifié la composition des conseils municipaux, en conservant les mêmes tranches de population, de 9 membres jusqu’à 49 [ 4 ] .
Enfin, la loi du 17 mai 2013 a depuis abaissé de 9 à 7 le nombre de conseillers municipaux des plus petites communes comprenant moins de 100 habitants [ 5 ] , [ 6 ]  :
ÀParis ,LyonetMarseille , le nombre de conseillers municipaux, qu’il ne faut pas confondre avec lesconseillers d’arrondissement ou de secteurplus nombreux mais aux pouvoirs limités, est déterminé par laLoi PLM [ 7 ]  :
Les conseillers municipaux sont élus ausuffrage universeldirect pour un mandat de six ans, renouvelable. Le scrutin a lieu en suivant lesprocédures électorales françaises .
Le système électoral diffère selon la taille de la commune [ 11 ] . Le mandat des élus municipaux est de 6 ans, renouvelable indéfiniment.
Jusqu’en2013 , on distinguait entre les communes de moins de3 500 habitantset celles d’une taille supérieure, les premières élisant leurs conseillers municipaux auscrutin uninominal majoritaire à deux tours , les secondes auscrutin proportionnel plurinominalà deux tours.
Dans les communes de moins de3 500 habitants , leurs conseillers municipaux étaient élus au scrutin majoritaire à deux tours, et, dans les communes de moins de2 500 habitants , il n’était pas obligatoire de se déclarer candidat pour pouvoir être élu.
Depuis lesélections municipales de 2014 , le seuil de3 500 habitantsa été réduit à1 000 habitants , afin de faciliter laparitéentre hommes et femmes aux fonctions électives : désormais, on ne vote auscrutin majoritaireque dans les communes dont la population est inférieure à1 000 habitants . Au-dessus, ce sera au régime duscrutin proportionnel [ 12 ] . De plus, on ne peut voter que pour des candidats ayant fait enregistrer leur candidature en préfecture ou sous-préfecture, quelle que soit la taille de la commune.
L’élection des conseillers municipaux se déroule auscrutin majoritaire plurinominalà deux tours, avecpanachage [ 13 ]  :
Une déclaration de candidature en préfecture ou sous-préfecture est obligatoire [ 15 ] . Les candidatures isolées et les listes incomplètes sont autorisées [ 16 ] , mais on ne peut plus être élu si l’on n’a pas préalablement fait acte de candidature.
Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et lepanachageest autorisé : les électeurs ont le droit de modifier le bulletin de vote pour y mentionner des candidats issus de listes différentes.
Les membres du conseil municipal sont élus auscrutin proportionnel de listeà deux tours [ 17 ] , avec prime accordée à la liste arrivée en tête. La liste victorieuse (majorité absolue au premier tour, majorité relative au second) se voit en premier lieu attribuer la moitié des sièges à pourvoir. L’autre moitié est répartie à la proportionnelle entre l’ensemble des listes ayant obtenu un minimum de 5 % des suffrages exprimés (au premier ou au second tour, suivant le cas) [ 18 ] .
Les listes sont bloquées. Aucune rature n’est admise sur le bulletin de vote. Chaque liste doit comporter autant de noms que de sièges à pourvoir.
Un conseil municipal peut être composé de représentants d’une seule liste :
Les trois plus grandes villes de France –Paris ,MarseilleetLyon– sont divisées en plusieurs secteurs électoraux, correspondant à unarrondissement municipal , pour Paris et Lyon, ou regroupant deux arrondissements dans un même secteur, pour Marseille.
Chacun de ces secteurs élit, suivant le mode de scrutin des villes de plus de 1 000 habitants, des conseillers municipaux, qui siègent au conseil municipal de la commune. Les sièges de conseillers d’arrondissement sont ensuite répartis, selon les mêmes règles, entre les membres de la liste non désignés au conseil municipal. L’ensemble des conseillers élus dans chaque secteur électoral forme le conseil municipal de l’arrondissement.
La commune de Paris constitue, depuis 1964, un cas unique, étant à la fois commune et département, elle n’est représentée que par une seule assemblée délibérative, nomméeconseil de Paris , qui exerce à la fois le rôle de conseil municipal et deconseil général . Lemaire de Parisexerce également les fonctions de président du conseil général du département de Paris.
Le conseil municipal est présidé par lemaire , dispose collectivement du pouvoir délibérant sur le territoire de la commune.
Le maire, chargé notamment de préparer et d’exécuter les décisions du conseil municipal [ 19 ] , est élu par le conseil, au scrutin majoritaire uninominal [ 20 ] . Depuis les élections municipales de 2008, l’élection des maires-adjoints dans les communes de plus de 3500 habitants s’effectue au « scrutin de liste à la majorité absolue, sans panachage ni vote préférentiel ». Sur chacune des listes de candidats à ces fonctions, « l’écart entre le nombre des candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un » [ 21 ] , afin d’assurer la représentation équilibrée des deux sexes.
Le conseil a une compétence générale d’attribution pour gérer les affaires de la commune, par ses délibérations, c’est-à-dire qu’il est compétent pour prendre toutes les décisions concernant la gestion communale [ 22 ] , sauf lorsqu’un texte en charge spécifiquement le maire ou une autre autorité administrative.
Il décide par ses délibérations de l’usage des biens de la commune.
Il vote notamment le budget communal, préparé par le maire et ses adjoints, et les taux d’ imposition locale , crée et supprime les emplois des agents communaux, autorise les acquisitions et les cessions des biens communaux [ 23 ] , approuve les emprunts de la commune et accorde les subventions, fixe les tarifs des services communaux et du stationnement sur la voie publique…
Le conseil adopte leplan local d’urbanisme , détermine l’implantation des écoles primaires et maternelles publiques…
La commune est propriétaire d’undomaine public(écoles, routes communales, jardins…) et, le cas échéant, d’un domaine privé. Le domaine public est protégé par des règles d’inaliénabilité [ 24 ]et son régime prévoit des sanctions destinées à le protéger [ 25 ] , [ 26 ] .
Le conseil municipal est tenu de se réunir au moins une fois par trimestre. Dans la pratique, il se réunit généralement une fois par mois.
Le conseil municipal fixe son règlement intérieur dans le respect de la loi. C’est le maire qui va réunir le conseil municipal à chaque fois qu’il le considère nécessaire et aussi pour s’appuyer sur la légitimité démocratique de cette assemblée élue au suffrage universel direct.
Les membres du conseil sont convoqués selon des règles relativement contraignantes, en effet, le code général des collectivités territoriales impose des délais minimum pour convoquer suffisamment à l’avance les membres du conseil, de manière à ce qu’ils puissent préparer la réunion du conseil municipal. Au regard de cette convocation les membres du conseil peuvent, s’ils jugent manquer d’information, demander la communication de documents supplémentaires. Cette pratique est souvent cause d’annulation de délibération du conseil municipal.
Des règles de quorum sont également à respecter : il faut qu’un nombre minimum d’élus soient présents pour qu’une délibération soit valable. Dans le cas où le quorum n’est pas obtenu, le maire doit reporter la délibération et convoquer un nouveau conseil, pour lequel aucun quorum ne sera requis afin de ne pas bloquer le fonctionnement de l’institution.
La réunion du conseil municipal est ouverte au public sauf si l’assemblée décide le huis clos ou si le maire exerce son pouvoir de « police des séances », notamment en cas d’agitation, et restreint l’accès du public aux débats.
N’importe quel citoyen peut contester et attaquer les délibérations du conseil. En cas de dysfonctionnement grave, le conseil peut demander une dissolution par décret en conseil des ministres.
Le conseil municipal de chaquecommuneélit en son sein lemairede la commune. Le maire préside le conseil municipal, dont il organise les travaux et exécute les délibérations.
Il dispose également d’importants pouvoirs et de responsabilités propres, telle que la responsabilité des activités de la police municipale, ou la responsabilité de la gestion du personnel communal.
Il existe dans certainescommunesdes conseils d’enfants et/ou de jeunes aux appellations multiples (conseils municipaux de jeunes, conseils communaux de jeunes, conseils locaux de jeunes, forum de la jeunesse etc.).
Les premiers conseils municipaux de jeunes en France ont vu le jour entre 1963 et 1967 (notamment à Sedan et dans une vingtaine d’autres villes moyennes) [ 27 ] . Ces expériences n’ont pas connu la même longévité ni la même médiatisation que le conseil municipal des enfants deSchiltigheim( Bas-Rhin ), en1979 , souvent présenté comme la première expérience française. D’autres conseils ont vu le jour dans lesannées 1980 , mais surtout depuis1990et au début desannées 2000 .
Ces organes informels sont créés par desdélibérationsadoptées en conseils municipaux. Leur mode de fonctionnement est très variable selon lacommune , la tranche d’âge (de 9 à 25 ans) et le mode d’entrée (élections en mairie, dans les écoles, désignation au sein d’associations représentatives,volontariat , système mixte etc.).
Ces espaces sont consultatifs (ses délibérations n’ont pas force réglementaire si elles ne sont pas approuvées par délibération du conseil municipal élu ou du maire) mais permettent aussi à des jeunes d’agir sur leurterritoireet de mener des actions. Formellement, ils sont souvent présidés ou assistés par un conseiller municipal élu.
Chaque collectivité qui souhaite se doter d’un conseil d’enfants et/ou de jeunes en détermine librement les règles deconstitutionet de fonctionnement, dans le respect des principes fondamentaux de laRépublique , tels que le principe de non-discrimination. Généralement ils se réunissent en commission ou groupeprojets1 à 2 fois par mois et en séance plénière 2 à 3 fois dans l’année. La durée moyenne du mandat est d’environ 2 ans.
D’après l’ ANACEJqui regroupe des communes ayant créé un de ces conseils, il en existeraitactuellement 2000 sur l’ensemble duterritoirenational [ 28 ] [Quand ?] .
Certaines communes ont mis en place des conseils deseniors , fonctionnant selon des règles proches des conseils de jeunes : c’est le cas d’ Antony .
1870 (Paris :novembre )   · 1871 (Paris :marsetjuillet )   · 1874   · 1878   · 1884   · 1888   · 1892   · 1896   · 1900   · 1904   · 1908   · 1912   · 1919   · 1925   · 1929   · 1935
1959   · 1965 ( M )   · 1971 ( M )   · 1977 ( P – M )   · 1983 ( P – M )   · 1989 ( P – M )   · 1995 ( P – M )   · 2001 ( P – L – M )   · 2008 ( P – L – M )   · 2014 ( P – L – M )   · 2020
1978   · 1979   · 1990   · 1994   · 2002   · 2003   · 2006   · 2007   · 2008   · 2009   · 2010   · 2011   · 2012   · 2015   · 2016   · 2017

devenir conseiller municipal
Vous avez envie de vous impliquer dans la vie locale, de faire connaitre vos convictions et vos idées ?Lancez-vous et tentez d’obtenir un mandat local, mais sachez que sans le soutien d’un parti politique vous avez peu de chance de réussir .
linette 2
1 messageEnvoyer un message privé
peut on devenir conseiller municipal d’un petit village si l’on y réside pas et que l’on ne possède aucuns biens mais inscrit sur la liste électorale car les parents y résident ,
lys1
1 messageEnvoyer un message privé
Un conseiller municipal peut-il être d’un parti opposé au parti du maire sortant ?
bb62
1 messageEnvoyer un message privé
A lys : bien sûr, il faut bien une opposition !
seck
1 messageEnvoyer un message privé
peut t on devenir conseiller municipal d une ville de 4 000 habitant si l on y reside pas et que l on connait l ancien maire
langlois
1 messageEnvoyer un message privé
Je désire être conseiller de mon village je suis résidente. Depuis 6 ans . Je désire savoir ce que je dois faire exactement pour obtenir cette autorisation . Je suis retraitée , mais ne possède pas de véhicule. Je suis UMP et fière de l être. Je crois qu il faut être a politique je tairai mes opinions mais les garderai . Merci de me guider pour arriver a ce poste qui est enrichissant et peut apporter une aide à notre maire
eddy2
1 messageEnvoyer un message privé
Je ne suis pas français mais je fais partie de la communauté europenne,puis-je etre conseiller municipal de ma commune et les demarches a suivre,,,MERCI
lina eqtntjwn
1 messageEnvoyer un message privé
Je désire être conseiller de ma ville mais g pas trop compris comment faire
Vous devez être connecté sur Comment fait-on pour participer sur les forums
×
En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer des fonctionnalités sociales, des services et des contenus adaptés à vos centres d’intérêt.En savoir plus et gérer vos cookies.
Pourquoi estimez-vous que ce contenu est inapproprié ?
ATTENTION : ceci est un moyen d’alerter la modération du site, ce message ne sera pas visible publiquement.
Déjà inscrit sur Comment fait-on ?Connectez-vous
Pas encore inscrit sur Comment fait-on ?Inscrivez-vous
Ce pseudo est déjà utilisé, veuillez en choisir un autre
Merci de renseigner un email valide, de la forme adresse@site.com
Email invalide : il doit ressembler à adresse@site.com
Email invalide : il doit ressembler à adresse@site.com
Saisissez l’email que vous avez utilisé pour créer votre compte
Le mail et/ou le mot de passe que vous avez renseigné est/sont incorrect(s). Merci de réessayer.

devenir conseiller municipal

Je désire être conseiller de ma ville mais g pas trop compris comment faire
Je ne suis pas français mais je fais partie de la communauté europenne,puis-je etre conseiller municipal de ma commune et les demarches a suivre,,,MERCI
Je désire être conseiller de mon village je suis résidente. Depuis 6 ans . Je désire savoir ce que je dois faire exactement pour obtenir cette autorisation . Je suis retraitée , mais ne possède pas de véhicule. Je suis UMP et fière de l être. Je crois qu il faut être a politique je tairai mes opinions mais les garderai . Merci de me guider pour arriver a ce poste qui est enrichissant et peut apporter une aide à notre maire
peut t on devenir conseiller municipal d une ville de 4 000 habitant si l on y reside pas et que l on connait l ancien maire
A lys : bien sûr, il faut bien une opposition !
×
En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer des fonctionnalités sociales, des services et des contenus adaptés à vos centres d’intérêt.En savoir plus et gérer vos cookies.
Pourquoi estimez-vous que ce contenu est inapproprié ?
ATTENTION : ceci est un moyen d’alerter la modération du site, ce message ne sera pas visible publiquement.
« C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »Victor Hugo
Vous avez envie de vous impliquer dans la vie locale, de faire connaitre vos convictions et vos idées ?Lancez-vous et tentez d’obtenir un mandat local, mais sachez que sans le soutien d’un parti politique vous avez peu de chance de réussir .
Pour devenir conseiller municipal et faire ainsi partie de l’équipe en charge des affaires de la commune, il faut être éligible ce qui correspond à certaines exigences . D’abord vous devez avoir plus de 18 ans et être inscrit sur les listes électorales, ensuite vous ne devez pas assumer les fonctions de militaire de carrière en exercice.
Si vous intégrez un parti politique, vous pourrez faire partie de la liste présentée par ce parti aux élections municipales, mais ceci n’est pas une obligation, vous pouvez très bien monter votre propre liste en dehors de tous les partis existants.
Une fois élu, votre première tâche consistera à designer le maire de la commune ainsi que ses adjoints. Les conseillers municipaux bénéficient d’indemnités qui sont fonction du nombre d’habitants de la commune, vous aurez ainsi un petit dédommagement qui viendra compenser le temps passé à cette activité.
Un conseiller municipal salarié a droit à des heures d’absence pour exercer son mandat mais elles ne sont pas rémunérées.
En publiant ce message, vous acceptez lesCGU
Chercher un article surComment fait-on

devenir conseiller municipal
HTTP Error 503. The service is unavailable.

devenir conseiller municipal

Vous êtes…

Électeur
Candidat ou parti politique
Agent ou représentant officiel
Média

Enseignant ou étudiant
Chercheur
Expert électoral et international

Domaine électoral
Provincial
Municipal
Scolaire

Accueil>Municipal> Candidature > Comment se porter candidat
Comment se porter candidat
Voir domaine : provincial ,scolaire
Candidature
Comment se porter candidat

Candidat de parti

Dépliant d’information

Une personne peut poser sa candidature à un seul poste de membre du conseil d’une municipalité.
Pour ce faire, lors d’une élection générale, elle doit avoir le droit d’être inscrite sur la liste électorale de la municipalité et résider sur ce territoire de façon continue ou non depuis au moins 12 mois, le 1 erseptembre de l’année civile où doit avoir lieu l’élection générale ou, dans le cas d’une élection partielle, au moins 12 mois à la date de la publication de l’avis d’élection.
On peut se procurer le formulaire de déclaration de
candidature au bureau du président d’élection de la municipalité.
Dans le cas des municipalités assujetties au financement des partis politiques
(municipalités de 5 000 habitants ou plus), les candidats peuvent être regroupés en partis
autorisés. Pour ce qui est des autres municipalités, les candidats peuvent former des équipes
reconnues par le président d’élection.
La période pendant laquelle une personne peut déposersa déclaration de candidature dûment remplie, accompagnée des documents
appropriés, au bureau du président
d’élection, débute le 44 e jour et se termine à 16 h 30 le 30 e
jour précédant celui qui a été fixé pour le scrutin. Cependant, il est préférable
de vérifier les jours et les heures d’ouverture du bureau de votre président d’élection.

devenir conseiller municipal

Accéder au menu
Accéder au contenu
Plan du site
Nous contacter
Nous suivre

S’abonner aux actualités
Version mobile
Connexion
english

Mes démarches

Infos pratiques

Mes téléservices

Mes formulaires

Associations

Particuliers

Professionnels

Armes

Carte grise

Carte nationale d’identité

Etrangers

Infractions routières

Passeport

Permis de conduire

Porter plainte

Ma sécurité

Aide aux victimes

Conseils pratiques

Les gestes qui sauvent

Le ministère recrute

Filière administrative

Filière permis de conduire

Filière services techniques

Filière systèmes d’information et de communication

Apprentissage

Gendarmerie nationale

Police nationale

Réserve civile

Sécurité civile

Service civique

Service volontaire citoyen

Travailleurs handicapés

L’actu du Ministère

Communiqués

Le système des titres électroniques sécurisés

Questions d’actu

Dossiers

Sécurité : les grands plans d’action

La lutte contre le terrorisme

Matthias Fekl

Agenda du ministre

Interventions du ministre

Cabinet du Ministre

Porte-parolat

Organisation

Histoire

Patrimoine

Déontologie

Collectivités territoriales

Gendarmerie nationale

Immigration

Police nationale

DGSI

Préfectures

Sécurité civile

Secrétariat général

Sécurité routière

Election présidentielle 2017

Actualités des élections

Les élections en France

Être candidat

Comment voter ?

Les résultats

Etudes électorales

FAQ

Budget

Civique

Cultes et laïcité

Fonds européen pour la sécurité intérieure

Infos collectivités

Nos infographies

Rapports de l’IGA

Statistiques

Subventions

Textes officiels

Les communiqués

Les notes aux rédactions

Dossiers de presse

Vous êtes ici :
Accueil
»Elections
»FAQ
»Elections municipales
»Candidatures
»Conditions à remplir

A+
A-
Imprimer
Gestion des cookies

Elections

Election présidentielle 2017
Actualités des élections
Les élections en France
Être candidat
Comment voter ?
Les résultats
Etudes électorales
FAQ
Elections municipales
Elections européennes

Actualités

L’actu du Ministère

Communiqués

Le système des titres électroniques sécurisés

Questions d’actu

Dossiers

Sécurité : les grands plans d’action

La lutte contre le terrorisme

Le ministre

Matthias Fekl

Agenda du ministre

Interventions du ministre

Cabinet du Ministre

Le ministère

Porte-parolat

Organisation

Histoire

Patrimoine

Déontologie

Collectivités territoriales

Gendarmerie nationale

Immigration

Police nationale

DGSI

Préfectures

Sécurité civile

Secrétariat général

Sécurité routière

Elections

Election présidentielle 2017

Actualités des élections

Les élections en France

Être candidat

Comment voter ?

Les résultats

Etudes électorales

FAQ

Publications

Budget

Civique

Cultes et laïcité

Fonds européen pour la sécurité intérieure

Infos collectivités

Nos infographies

Rapports de l’IGA

Statistiques

Subventions

Textes officiels

Presse

Les communiqués

Les notes aux rédactions

Dossiers de presse

Nos sites

Gendarmerie
Immigration
Institut national de police scientifique (INPS)
Intérieur
Interstats
Police
Police recrutement
Préfecture de police de Paris
Préfectures
Prévention de la délinquance
Sécurité routière
Vidéoprotection
Les sites publics

cnil.fr

data.gouv.fr

Elysee.fr

france.fr

gouvernement.fr

legifrance.gouv.fr

service-public.fr

Nous contacter
Archives
E-accessibilité

Marchés publics
Mentions légales
Répertoire des informations publiques

Pour être candidat dans une commune, vous devez justifier d’un lien avec celle-ci. Ce lien doit être personnel, il ne peut pas être simplement affectif ou résulter de racines familiales.
Cette attache apparait à travers soit la qualité d’électeur de la commune, soit la qualité de contribuable de la commune.
Il est donc possible de se présenter dans une commune dans laquelle vous n’habitez pas si vous êtes contribuable de cette commune.
Rappel : Pour être inscrit sur la liste électorale d’une commune, il faut :
Les nouveaux électeurs souhaitant s’inscrire sur la liste électorale de 2014 doivent avoir effectué les démarches nécessaires avant le 31 décembre 2013.
La personne qui est élue conseiller municipal en raison de cette attache fiscale sans résider dans la commune est qualifiée de « conseiller municipal forain ».
ATTENTION : pour les élections municipales de mars 2014, il est obligatoire pour tous les candidats de déposer leur candidature avant l’élection, quelle que soit la taille de la commune.  
  La date limite pour le dépôt des candidatures est fixée au jeudi 6 mars 2014 à 18h00
Il est recommandé de prendre connaissance du mémento aux candidats qui sera publié prochainement sur le site Internet du ministère. Ce guide vous expliquera les démarches à accomplir.
Alors que pour les élections municipales de 2008, seuls les candidats des communes de 3 500 habitants et plus devaient faire une déclaration de candidature, pour les élections municipales 2014, tous les candidats, quelle que soit la taille de la commune, doivent déposer une déclaration de candidature.
– si vous souhaitez vous présenter dans une commune de moins de 1 000 habitants
Il faut déclarer sa candidature auprès des services du représentant de l’Etat dans le département. La candidature vaut pour les deux tours, vous n’avez donc pas à faire de nouvelles démarches à l’issue du premier tour de scrutin.
Il est possible de se présenter au second tour de scrutin sans avoir été candidat au premier tour si et seulement si il n’y a pas eu suffisamment de candidats au premier tour, c’est-à-dire si le nombre de personnes candidates a été inférieur au nombre de personnes à élire. Ainsi, par exemple, dans une commune de 900 habitants où 15 conseillers municipaux sont à élire, des déclarations de candidature au second tour seront autorisées s’il n’y a eu que 14 déclarations de candidature ou moins au premier tour
Les déclarations de candidatures sont individuelles et ce même en cas de candidature groupée.
En cas de déclaration d’un groupe de candidats, il n’est pas nécessaire de présenter autant de candidats que de siège à pourvoir : il peut y avoir moins de candidats ou au contraire plus de candidats que de conseillers municipaux à élire. La candidature d’un groupe de candidats s’effectue par une personne dûment mandatée par chaque candidat qui dépose l’ensemble des candidatures individuelles. Cette personne peut être aussi bien l’un des candidats qu’un tiers.
L’intérêt d’une candidature groupée peut être de figurer sur un seul et même bulletin de vote et de mener une campagne électorale en commun.
Au moment du dépouillement, les voix sont attribuées individuellement à chaque candidat, même s’ils choisissent de figurer sur le même bulletin de vote.
– si vous êtes candidat dans une commune de 1 000 habitants et plus
Les candidatures doivent être déposées au premier tour et au second tour.
Les candidatures doivent être effectuées sur une liste comprenant autant de candidats qu’il y a de conseillers municipaux à élire. Par exemple, si votre conseil municipal doit comporter 19 personnes, votre liste doit comporter 19 noms.
Les candidats sur la liste doivent alterner un candidat de chaque sexe. Ainsi, si le premier candidat est une femme, le second doit être un homme et le troisième une femme et ainsi de suite.
En 2014, seront également élus les conseillers communautaires. Ils seront élus en même temps que les conseillers municipaux : chaque liste de candidats au conseil municipal désigne aussi des candidats au conseil communautaire, parmi les membres de la liste. Les deux listes figurent sur un seul  bulletin de vote. La déclaration de candidature doit donc également indiquer la liste des candidats à l’élection des conseillers communautaires. 
– Où et quand déposer ma déclaration de candidature
– Quels documents dois-je fournir lors de ma déclaration de candidature ?
– Combien y aura-t-il de conseillers municipaux à élire dans ma commune ?
– Qu’est-ce qu’un conseiller communautaire ?

devenir conseiller municipal

A privacy reminder from YouTube, a Google company
Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

People & Blogs

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

devenir conseiller municipal
Archives InterroGE – Question / réponse
Archives InterroGE – Question / réponse
Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.
Partager cette page
Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
Bonjour,

Nous vous remercions d’avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Le document « Libertés, mode d’emploi »http://bit.ly/17IqwEZstipule en page 38 ce qui suit :

« Toute citoyenne et tout citoyen suisse peut […] se porter candidate ou candidat pour occuper une fonction dans sa commune, son canton ou à la Confédération. C’est le droit d’éligibilité. Dès la majorité de 18 ans, on peut occuper une fonction législative aux trois niveaux de la démocratie, ainsi qu’une fonction exécutive au niveau communal. […]Il faut avoir 27 ans pour siéger au Conseil d’Etat de la République et canton de Genève. »

Selon l’article 41 de la « Constitution de la République et canton de Genève » (Cst-GE)http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a2_00.html , « les citoyens, sans distinction de sexe, âgés de dix-huit ans révolus ont l’exercice des droits politiques ».

La « Loi sur l’exercice des droits politiques » (LEDP) quant à elle vous donnera des précisions concernant l’élection des candidats municipaux et leur choixhttp://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a5_05.html:
« § 3(53) Conseillers municipaux

Art. 171(53) Mode et date

L’élection des membres des Conseils municipaux a lieu, conformément aux articles 54 et 140 de la constitution de la République et canton de Genève, du 14 octobre 2012, et à la loi sur l’administration des communes, du 13 avril 1984, au cours de la période allant du 1er mars au 30 avril.

Art. 172 Choix des candidats

1 Les conseillers municipaux doivent être choisis parmi les électeurs de la commune.
2 Les conseillers d’Etat et le chancelier ne sont pas éligibles.
3 Les conseillers municipaux sont considérés comme démissionnaires lorsqu’ils cessent d’être électeurs dans la commune où ils ont été élus ou lorsqu’ils ont accepté les fonctions de conseiller administratif ou de maire. »

Dans l’article en ligne sur le site de l’Etat « Communes genevoises: nouveau mode d’élection et augmentation du nombre de conseillers municipaux »https://www.ge.ch/conseil_etat/2001-2005/ppresse/20030115.a spvous trouverez l’information suivante :

« Pour les communes de 800 habitants et au-dessous, les conseils municipaux sont élus suivant le système majoritaire. Pour les communes de plus de 800 habitants; les conseils municipaux sont élus selon le principe de la représentation proportionnelle, tempéré par un quorum de 7 %. »

En matière communale, sont électeurs et électrices les citoyens et citoyennes jouissant de leurs droits politiques et domiciliés dans la commune depuis trois mois au moins, ce délai d’attente ne s’appliquant pas aux ressortissants de la commune. La qualité de citoyen implique la nationalité suisse. Ceux-ci forment le corps électoral communal dont les membres peuvent élire tous les quatre ans le Conseil municipal mais aussi être élus de ce même Conseil.

Comme vous pouvez le lire à l’article 8 de la « Loi sur l’administration des communes » (LAC)http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_b6_05.html , le conseiller municipal prête le serment suivant :

« Je jure ou je promets solennellement d’être fidèle à la République et canton de Genève; d’obéir à la Constitution et aux lois et de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge; de garder le secret de fonction sur toutes les informations que la loi ne me permet pas de divulguer. »

Son serment dit en partie à quoi il s’engage en acceptant son élection. Sur le site internet de la Ville de Genève, il est précisé que l’acte le plus important du Conseil municipal est le vote du budget de la ville.https://www.ville-geneve.ch/conseil-municipal/

Les conseillers municipaux ont des droits : assister aux séances du Conseil municipal, s’y exprimer, délibérer et voter. Ils exercent aussi leur droit d’initiative sous différentes formes. Ils ont aussi des obligations : participer aux séances du Conseil municipal et de ses commissions, respecter leur serment, s’abstenir lorsque dans des séances du Conseil municipal et des commissions, ils ont pour eux-mêmes ou leurs proches un intérêt personnel à l’objet soumis à la délibération. Voici par exemple le « Règlement du Conseil municipal de la Ville de Genève »http://www.ville-geneve.ch/fileadmin/public/reglements/hype rlex/LC21111-reglement-conseil-municipal-ville-geneve.pdf

Nous avons appelé le Service des votations et élections (SEV)http://www.ge.ch/sve/mission.asp , dont la mission est d’ « entretenir des relations étroites avec les partis politiques en l’occurrence pour le dépôt des prises de position en votations et en organisant les élections fédérales et cantonales, mais également avec les communes pour les scrutins municipaux (tant en élection qu’en votation). »

C’est au près d’eux que vous devez déposer votre liste de candidature aux conseils municipaux pour l’ensemble du canton de Genève. Pour cela, vous pouvez soit être membre d’un parti, auquel cas vous devez apparaître sur la liste déposée par votre parti. Soit déposer votre propre liste de candidat hors parti, en mentionnant le nom que vous aurez donné à votre liste. Le service nous a précisé que la candidature est gratuite pour les candidats municipaux mais que des frais liés aux bulletins pourraient être perçus par certaines communes.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N’hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d’information ou toute autre question.

Cordialement,

Les Bibliothèques municipales de la Ville de Genèvehttp://www.ville-ge.ch/bm

pourhttp://www.interroge.ch

devenir conseiller municipal
CONDITIONS
Etre carvinois. Avoir l’âge requis ( 13 à 16 ans ). S’engager pour deux ans.

Plan du site Mentions légales Crédits Contact RSS Mairie de Carvin, 1 rue Thibaut, 62220 Carvin
Le Conseil municipal des jeunes est une assemblée qui réunit des jeunes âgés de 13 à 16 ans, scolarisés à Carvin ou à l’extérieur de la commune. Il est composé de jeunes conseillers élus par leurs camarades des classes de 4ème, 3ème ou 2de.
Les élections ont lieu tous les deux ans dans les Collèges, le Lycée et l’Institut Médico-Éducatif de Carvin,sur la base de deux élus par établissements .
Pour participer au Conseil Municipal des Jeunes, il faut donc se déclarer candidat, faire campagne et être élu par ses pairs.
La campagne électorale se déroule à la mi-octobre les années paires.
Contacter la structureMaison de l’Initiative et de la Citoyenneté

devenir conseiller municipal

Accueil

Politique

Élections Grand Montréal

De gauche à droite : David Nelson, Kristi de Bonville, Jean-Dominic Lévesque-René et Marie-Ève Brunet, tous candidats au poste de conseiller d’arrondissement.   Photo : Ximena Sampson

Vous êtes témoin d’un événement?Cliquez ici »
Vous avez une coquille à signaler?Cliquez ici »

Évacuations annuelles à Kashechewan

Pitbulls : fin des enregistrements

Afficher les nouvelles précédentes
Afficher la suite des nouvelles

Accueil
Alimentation
Art de vivre
Arts
Économie
Environnement
Info
Insolite
International
Justice et faits divers
Ma région
Politique
Santé
Science
Sports
Société
Techno

Archives
Audio-vidéo

Concours
Conditions météo
Conditions routières
Conditions de ski
Cyberlettre
Dossiers
Espaces autochtones
Interactif
Jeunesse
Mon espace
Source anonyme
Témoin

ICI Radio-Canada Télé
ICI Radio-Canada Première
ICI RDI
ICI Tou.tv
ICI Musique

ICI Artv
ICI Explora
Jeunesse
Radio Canada International
CBC.ca

Institutionnel / Services à l’usager

À propos de CBC/Radio-Canada
Accessibilité web
Aide à la navigation
Boutique Radio-Canada
Comment soumettre un projet
Communiqués
Contenus éducatifs – Curio
Divulgation des activités

Emplois
Forum d’entraide technique
Foire aux questions
Services français de Radio-Canada
Services mobiles
Repères
Solutions Média
Vente d’archives

Conditions d’utilisation
Ombudsman
Relations avec l’auditoire

Tous droits réservés © Société Radio-Canada 2017
CBC/Radio-Canada
Avertissement: Veuillez réactiver les fonctions javascript de votre navigateur afin de profiter d’une expérience complète.
Vous pouvez à tout moment retourner à la version bêta.
Testez notre site bêta.
Découvrez le nouveau Radio-Canada.ca. Testez notre site bêta.
Testez notre site bêta.
En savoir plus
Le 3 novembre, les Montréalais sont appelés à élire leur maire et à faire leur choix au niveau de leur arrondissement. Mais qu’est-ce qui pousse les jeunes – et les moins jeunes – à se présenter au poste de conseiller d’arrondissement?
Le monde municipal a été échaudé au cours de la dernière année par les témoignages à la commission Charbonneau. Les allégations de corruption et de collusion inciteront d’ailleurs 42 % des Montréalais à aller voter le 3 novembre.
Mais près d’un tiers d’entre eux affirment être découragés de la politique municipale et disent avoir « beaucoup moins l’intention d’y participer ».
À Montréal, 19 % des candidats aux élections municipales ont entre 18 et 35 ans, soit un peu moins que leur poids dans la population montréalaise, qui est de 24 %. Et c’est à l’échelon du conseil d’arrondissement que l’on trouve le plus grand nombre de jeunes et de femmes.
Radio-Canada a rencontré quatre jeunes candidats, qui nous expliquent ce qui a motivé leur décision :
J’ai décidé de servir les citoyens desquels je suis le plus proche.
David Nelson est le premier d’une famille de six enfants à obtenir un diplôme universitaire. Né en Haïti, élevé à Montréal-Nord par une mère chef de famille monoparentale, c’est pour lui une grande source de fierté d’avoir réussi dans ses études, alors que tant de ses anciens camarades d’école ont décroché en cours de route. Il veut être un exemple pour ses frères et sœurs, mais aussi pour d’autres jeunes de l’arrondissement qui peinent à trouver leur voie.
Il a siégé pendant deux ans au Conseil jeunesse de Montréal, un organisme consultatif responsable de s’assurer de la prise en compte des préoccupations des jeunes de 12 à 30 ans dans les décisions de l’administration municipale.
C’est avant tout son désir de servir les citoyens de son quartier qui l’a motivé à faire le saut en politique, ainsi que la crise de la gouvernance municipale.« J’ai une affinité pour Montréal-Nord, étant donné que c’est le quartier dans lequel j’ai grandi, alors j’ai décidé de servir les citoyens desquels je suis le plus proche », déclare-t-il.
Il dit vouloir redonner confiance aux citoyens qui se méfient des politiciens à la suite des scandales de la dernière année. C’est d’ailleurs ce qui l’a poussé à faire le choix de se présenter pour Projet Montréal.
« C’est un parti que je suis depuis plusieurs années. Il s’implique beaucoup auprès des jeunes, c’est un parti vert et ça représente mes valeurs […] Ce n’est pas un parti qui a commencé à se dire intègre au cours de la dernière année avec la commission Charbonneau. Ils ont toujours été intègres. »
Le conseil d’arrondissement est, pour lui, une première étape pour entrer en politique.« J’ai choisi d’aller au niveau micro, au poste de conseiller d’arrondissement, afin d’acquérir plus d’expérience », soutient M. Nelson.
En démocratie, ce sont les citoyens qui élisent le maire et les conseillers. On se doit, en tant qu’élu, de travailler en collaboration avec les citoyens et non pas de travailler à leur service.
Pour Jean-Dominic Lévesque-René, la politique est une passion depuis l’enfance. À l’âge de 10 ans, il a souffert d’un cancer. En faisant des recherches sur les causes possibles, il a découvert un lien entre cette sorte de cancer (un lymphome malin non hodgkinien) et l’herbicide 2,4-D, utilisé à grande échelle à L’Île-Bizard, où il habitait. « C’est à ce moment-là que j’ai pris la décision de partir en lutte pour l’interdiction des pesticides », soutient-il.
Il a organisé des marches, pris d’assaut les conseils municipaux et les assemblées pour demander l’interdiction de l’herbicide, ce qu’il a finalement obtenu. Cette croisade lui a valu de nombreuses récompenses, dont le prix Terry-Fox, en 1996, et le prix Global 500 catégorie Jeunes des Nations unies pour l’environnement, en 2001.
J’ai toujours gardé l’intérêt [pour la politique], à tel point que j’ai réalisé mes études en sciences politiques administration publique et politique publique à l’UQAM. C’est pour dire que j’aime ça.
C’est la troisième fois qu’il se présente en tant que conseiller d’arrondissement à L’Île-Bizard. Aux élections de 2009 et pour la partielle de 2010, il l’avait fait sous la bannière de Projet Montréal. Mais cette année, c’est avec le parti de Mélanie Joly qu’il espère remporter le poste. Le parti de Richard Bergeron, dit-il, était trop axé sur le centre-ville et ne se souciait pas assez des anciennes villes de l’ouest de l’île. « La vision n’était plus la même, on ne se rejoignait plus au niveau des idées », dit-il.
Sa candidature au poste de conseiller d’arrondissement est « la première étape » d’un long parcours, affirme M. Lévesque-René.
C’est là que tout se passe, qu’on apprend, c’est là qu’on réalise les projets, qu’on fait notre marque et qu’on se crée un nom politique, parce qu’on est proche des gens.
Plus tard, il aimerait se présenter en tant que maire et éventuellement se tourner vers la politique fédérale ou provinciale, « dépendamment de qui me donne ma chance. »
Quand on est dans le communautaire, on va dans un organisme pour l’amener du point A au point B. Pour moi, la politique c’est une continuation : Verdun est à un point A et je veux l’amener à un point B.
C’est le travail avec la communauté qui est au cœur de l’engagement politique de Marie-Ève Brunet. En tant que directrice de Tandem Montréal, un programme de soutien à l’action citoyenne en sécurité urbaine, elle a côtoyé des organismes municipaux et les problèmes qu’elle y a rencontrés lui ont donné envie d’agir. « Depuis plusieurs années, je voyais des choses qui ne fonctionnaient pas bien et qui pourraient être plus efficaces si on les abordait avec une nouvelle vision », affirme-t-elle.
Les révélations de la commission Charbonneau au cours de la dernière année ont été un élément supplémentaire. « Le cynisme que ça a apporté, auprès de moi-même et de mon entourage, a été vraiment un moteur d’action », soutient Mme Brunet. « Dans le communautaire, quand il y a des problématiques, on se met en mode solution, on se met en mode « on va changer les choses ». »
L’élément déclencheur a été le fait qu’elle a été approchée par trois partis qui lui proposaient de se présenter sous leur bannière. « Non seulement j’avais un intérêt de vouloir changer les choses, je voyais aussi qu’il y avait une possibilité », déclare la candidate.
« Mais je ne me serais pas lancée si ce n’avait pas été avec une équipe forte. » Après avoir rencontré les membres de l’équipe de Denis Coderre dans Verdun, elle a choisi son camp. « J’ai dit : « oui, ça me ressemble assez pour pouvoir défendre [le programme du parti] et faire avancer des dossiers ». »
Puisqu’elle travaille dans un organisme dépendant de la ville, par souci de transparence, Marie-Ève Brunet a l’intention de démissionner si elle est élue et de se consacrer à son arrondissement, à ses études et à sa famille.
Je veux m’impliquer à un niveau auquel je pourrai réellement faire quelque chose. L’idée d’être sur le terrain, d’écouter ce que les gens veulent et d’agir en conséquence, ça m’enthousiasme vraiment.
Kristi de Bonville a des étoiles dans les yeux quand elle parle de son arrondissement, le Sud-Ouest. C’est vraiment l’amour pour sa communauté qui a poussé cette jeune restauratrice à se lancer en politique municipale.
« Ce qui m’intéresse, c’est vraiment mon quartier, mon arrondissement, les gens qui sont ici. Quand je fais du porte à porte, que je vais dans des événements, je rencontre mes voisins, je peux leur parler, les écouter. De le faire encore pendant quatre ans, ce sera une super belle expérience. »
Après avoir voyagé un peu partout dans le monde, Kristi de Bonville est revenue se fixer à Saint-Henri. Elle a ouvert un restaurant végétalien sur la rue Notre-Dame en janvier dernier et c’est ainsi qu’elle s’est peu à peu impliquée dans son quartier.
Le projet d’aménager le petit parc attenant au restaurant l’a poussée à rencontrer les élus municipaux. Le résultat a été concluant : le parc a été nettoyé, on y a installé de nouvelles chaises et un piano public. Pour Kristi de Bonville, c’était un moment marquant.
« Dimanche dernier, pour le concert dans le parc avec Oliver Jones il y avait une centaine de personnes », explique-t-elle. « J’avais des frissons parce que j’étais tellement heureuse. Voilà un an, il n’y a rien qui se serait passé dans ce parc-là. […] Comme beaucoup de Montréalais, j’étais blasée. Mais j’ai vu ce qu’on peut faire […] Ça m’a donné un nouveau regard sur la politique municipale. »
À la suite de ce projet, ce sont les élus de Coalition Montréal qui lui ont proposé de faire partie de l’équipe pour les prochaines élections. Kristi de Bonville dit avoir posé beaucoup de questions avant de se décider.
Elle a de l’énergie à revendre et pense bien pouvoir mener de front les deux projets, comme elle l’a fait pendant la campagne. Mme de Bonville n’a pas peur des semaines bien remplies
« Je sais qu’il y a des dossiers qui prendront plus de temps », dit-elle. « Il va y avoir des semaines où je vais avoir plus à donner, mais j’ai une super belle communauté autour de moi. […] Le restaurant me garde près des citoyens, les gens qui viennent me voir sont des gens du quartier. […] Si je suis élue, ce sera comme un bureau de service à la clientèle. »

devenir conseiller municipal
Mairie du Perray-en-Yvelines Place de la Mairie 78610 Le Perray-en-Yvelines Tél. : 01 30 46 31 24Formulaire de contact
Le Conseil Municipal des Jeunes (C.M.J.) a été créé afin de permettre aux jeunes de s’initier à la vie civique et participer activement aux actions de leur ville.Ses activités sont animées par l’Espace Jeunes sous la Direction de la jeunesse et des sports, en étroite collaboration avec la Direction de la vie scolaire.
Le CMJ regroupe 16 jeunes élus issus des écoles primaires de la ville ainsi que du collège des Essarts-le-rois.Les objectifs du Conseil Municipal des Jeunes doivent leur permettre de prendre conscience de l’organisation de la vie municipale, de parfaire leur éducation civique et de les aider à développer des initiatives citoyennes dans le cadre d’une réflexion démocratique. Les jeunes conseillers travaillent en relation avec les élus et les services municipaux. Ils participent à la vie de la commune, par la mise en place d’actions en faveur des citoyens perrotins de tout âge.Voir quelques réalisations du C.M.J.En se présentant à cette élection, on s’engage à :1)Prendre conscience de ses responsabilités d’élu.2)Participer, pour une durée de deux ans, aux commissions de travail et aux assemblées officielles.3)Être à l’écoute des jeunes, être leur porte-parole et les informer des décisions et des projets du Conseil des jeunes.4)Avoir un comportement citoyen. Être élu, ça se mérite Devenir conseiller : Ilfaut tout d’abord une motivation sérieuse et un sens de l’engagement au service des autres. Ce mandat exige, en effet, d’avoir un comportement citoyen au quotidien, de prendre des responsabilités, de participer de manière régulière à l’activité des commissions et du Conseil, d’être à l’écoute des jeunes en étant leur porte-parole et en les informant des projets et des décisions prises. Pour devenir membre du Conseil des jeunes, c’est très simple :1)S’inscrire sur la liste électorale des jeunes en période de campagne (tous les deux ans).2)Se déclarer candidat au poste de conseiller, en remplissant le formulaire et en le déposant à la Mairie (après avoir eu l’autorisation des parents).3)Décrire comment faire sa campagne électorale !4)Décrire en quelques phrases pourquoi on veut devenir conseiller des jeunes.5)Être le plus actif possible durant les 2 semaines de campagne électorale pour avoir une chance d’être élu par ses camarades.
Pour toute information complémentaire n’hésitez pas à contacter l’Espace Jeunes.