douleur genou jambe tendue

L’examen du genou ne se limite pas à plier ou à tendre la jambe
Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site…
Pour bien examiner un genou, il faut le regarder, le palper, l’écouter et le manipuler. À lui seul, l’examen clinique permet bien souvent de poser un diagnostic.
Le genou est une articulation complexe. Savamment haubané, il comporte des ménisques, des ligaments situés dans la profondeur de l’articulation (les fameux ligaments croisés antérieur et postérieur, si souvent blessés chez les footballeurs), des ligaments latéraux externe et interne tendus verticalement de chaque côté du genou, un muscle extenseur ou quadriceps (gros muscle antérieur de la cuisse), des muscles rotateur interne (patte d’oie) et rotateur externe (biceps fémoral).
UN BON INTERROGATOIRE AVANT TOUTE CHOSE Si l’examen clinique permet d’examiner chacun des composants du genou, d’orienter vers un diagnostic et de prescrire les examens complémentaires adéquats, l’interrogatoire à la recherche des circonstances de survenue de la douleur est essentiel. À titre d’exemple : => Une entorse du genou (le genou a « tourné ») survenant en courant ou en descendant les escaliers oriente plutôt vers une lésion de l’un des deux ligaments latéraux. => Un traumatisme en football, à la suite d’un tacle appuyé, fait plutôt craindre une lésion des ligaments croisés. => Une douleur sourde survenant progressivement sur la face interne ou externe du genou, dans un contexte d’activité sportive ou non, doit orienter vers un problème méniscal. ⇒Une chute violente sur le genou peut correspondre à une fracture de la rotule, une lésion cartilagineuse ou une fracture du plateau tibial. => Un shoot violent « dans le vide » peut rompre un ligament croisé.
DOULEURS INTENSES Il est souvent difficile d’examiner un genou dans les heures qui suivent un traumatisme violent du fait des douleurs intenses ou de l’œdème. Du repos (cannes anglaises pour marcher et interdiction de poser le pied à terre), une attelle, des glaçons et des antalgiques permettent de mettre le genou au repos et d’attendre des jours meilleurs. En général, 2 à 3 jours sont suffisants.
GENOU GONFLÉ? Un genou gonflé peut correspondre à un traumatisme direct (chute sur le genou, choc) ou indirect (entorse) ou à une maladie rhumatismale. En cas de traumatisme, il traduit l’existence d’un saignement dans l’articulation (lésion méniscale, rupture d’un ligament croisé, lésion cartilagineuse…). Lorsque le gonflement s’observe dans le cadre d’une douleur rhumatismale, il correspond plutôt à un épanchement clair, non sanguin donc. Pour rechercher un épanchement très discret, le médecin peut être amené à poser ses mains en couronne autour de la rotule afin de collecter l’épanchement liquidien sous la rotule. En tapotant sur la rotule, celle-ci paraît « élastique », signant la présence d’un liquide sous la rotule et donc un épanchement.
RECHERCHEZ UN POINT DOULOUREUX SUR LES CÔTÉS … En cas de traumatisme ou de douleur chronique, il faut toujours palper le genou à la recherche d’un point douloureux signant l’atteinte de l’élément palpé. Ainsi, une bande douloureuse verticale sur la face interne du genou (on parle de « compartiment ») peut correspondre à une lésion du ligament latéral interne et de même pour le ligament latéral externe en cas de douleur sur le compartiment externe. Du fait de leur situation profonde, les ligaments croisés ne sont pas palpables.
… OU SUR LA ROTULE Reste la rotule, dont la douleur peut correspondre à une fracture en cas de chute sur le genou. Le praticien peut aussi la faire rouler sur les côtés. Une douleur peut signaler l’existence d’une lésion du cartilage situé à la face interne de la rotule et qui fait face au fémur.
DES CRAQUEMENTS ? Votre genou reste « coincé » ou « craque » lorsque vous le mobilisez ? C’est peut-être une lésion du ménisque. A fortiori si la palpation appuyée à l’aide d’un doigt retrouve un point douloureux très net dans « l’interligne articulaire », cette zone séparant le fémur du tibia sur le versant interne du genou (ménisque interne lésé) ou séparant le fémur du péroné sur le versant externe (ménisque externe lésé).

douleur genou jambe tendue
Bonjour,
Voilà je viens vous expliquer mon problème. En jouant au foot (au milieu du match), j’etais à terre et en voulant me relever j’ai senti une vive douler, comme un point au niveau du genou. Sur le coup j’ai eu du mal à tendre la jambe…
Puis j’ai continué, sans avoir trop mal…
J’ai été voir mon médecin, qui m’a donné de l’Advil et des medicaments… Pas d’améliorations. Un autre medecin m’a prescrit du Percutalgil et des medicaments… Ca fait déjà 1 semaine, et pas d’amélioration non plus… Sois-disant qu’une radio ou IRM est inutile, vu que ça ne m’empeche ni de marcher, ni de courrir, ni de plier la jambe ou de monter des escaliers par exemple.
Par contre, quand je tend la jambe et force un peu, ça me fait comme un point juste en haut du genou…
Quelqu’un a déjà eu ce genre de problème?
Je précise que ça fait 1 mois que ça dure! Merci pour votre aide!
Salut,
j’ai le même problème si ce n’est que ça ne s’est pas déclenché pendant que je faisais du sport mais comme ça, en me réveillant. ca me fait mal dès que je tend la jambe, donc quand je marche, mais rien en la pliant.
Sur le haut du genou, vers la rotule.Parcequ’en recherchant sur Internet, tout le monde parle de douleurs à l’arrière du genou, donc ça m’aide pas..
Mais j’arrive pas à identifier si c’est une douleur osseuse ou musculaire
Bon ça fait que 24h j’espère que ça passera, mais est-ce que tu as finalement trouvé ce que tu avais, toi ?
En espérant que tu vois mon message comme le topic date d’1 an !
Merci.

Dernière modification par hulla 25/11/2010 à11h52 .

salut,
ça m’arrive de temps en temps, mais ça passe tout seul.
un petit conseil pour savoir si c’est bénin ou pas: appuyer sur la rotule du genou et tendre la jambe en meme temps tout en remontant la rotule vers vous. si ça fait plus mal, bah ça va passer tout seul.
Le maximum que j’ai tenu avec ça, c’était une semaine… tres désagréable mais tant qu’on marche ça va.
Re: Re : Point au genou jambe tendue
salut,
ça m’arrive de temps en temps, mais ça passe tout seul.
un petit conseil pour savoir si c’est bénin ou pas: appuyer sur la rotule du genou et tendre la jambe en meme temps tout en remontant la rotule vers vous. si ça fait plus mal, bah ça va passer tout seul.
Le maximum que j’ai tenu avec ça, c’était une semaine… tres désagréable mais tant qu’on marche ça va.
__________________
Frédéric, Assistant en pédiatrie

Navigation rapide

Tableau de bord utilisateur
Messages privés
Abonnements
Utilisateurs actuellement connectés
Recherche (peu efficace) dans tous les forums.
Accueil des forums

Conférence Principale
   Maladies, traitements, médicaments
   Trucs et astuces
   Discussions-Psy
   Arrêter l’alcool
   Arrêter de fumer
   La médecine, les soignants et les soignés
   Droit de la santé en France, formalités et démarches administratives.
   Humour médical
   Forum Blabla
   Médecine 2.0
   Avant de partir
Forums dédiés à une maladie
   Grippe A/H1N1
   Môle Hydatiforme
   Fibromyalgie
   Halitose – Mauvaise Haleine
   Hyperhidrose – Transpiration
       Discussions générales sur la transpiration
       Traitements locaux de la transpiration excessive
       Ionophorèse
       Chirurgie de la transpiration excessive
       Ereutophobie
   Luxation congénitale de la hanche
   TDAH/Zappeurs
   Méningiome
   Schizophrénie
   Syndrome néphrotique
   Vitiligo
Forums Techniques, Tests, Opinions, Vie du forum
   Vie du forum – problèmes – fermetures.
   Test
   J’y arrive pas ! La FAQ du forum
   Opinion sur le site – Suggestions
Messages non conformes aux règles du forum.
Forum professionnel
   I-Med
   Faire renaître la médecine générale
La Revanche du Rameur

Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin

Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l’accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.
Maladies, traitements, médicaments Sur ce forum, vous pouvez parler des maladies et de leurs traitements. Ne venez jamais chercher un diagnostic ou une réponse personnalisée en exposant vos symptômes, ce forum ne remplace pas une consultation médicale et votre message serait effacé.
Vous avez déjà noté cette discussion

— Default Style
—- Amazon
—- vieux style
—- Moneytizer1
—— Moneytizer mobile
—- DiscussionsPsy
—- visiteurs
—- Forum formalités et démarches
—— Accueil
—— Tabac
— basic
— Pour voir
— Jaune et noir

douleur genou jambe tendue

   FORUM HardWare.fr

   Discussions

   Santé

  Mal au genou : dois-je consulter ?
Aller à :

Service client shop.hardware.fr Hardware Hardware РP̩riph̩riques Ordinateurs portables Overclocking, Cooling & Modding Electronique, domotique, DIY Technologies Mobiles Apple Video & Son Photo num̩rique Jeux Video Windows & Software R̩seaux grand public / SoHo Syst̬mes & R̩seaux Pro Linux et OS Alternatifs Programmation Graphisme Achats & Ventes Emploi & Etudes Seti et projets distribu̩s Discussions Messages priv̩s

   FORUM HardWare.fr

   Discussions

   Santé

  Mal au genou : dois-je consulter ?
Hier au ski je me suis pris une belle bosse et je suis retombé comme une merde. J’ai senti mon genou « twisté ». Ca m’a fait mal sur le coup mais 2min apres j’ai pu reskié sans avoir mal(et ce pendant 1h environ).     Aujourd’hui j’ai mal au genou lorsque ma jambe est tendue completement et lorsque je le plie completement. Je peux neanmoins marcher(tant que je ne finis pas le mouvement cad tendre la jambe), plier la jambe sans trop de difficultés.   Mon genou et ses alentours ne sont ni bleutés ni gonflés.
  Ca passera si je ne fais pas de sport(autre que marcher bien evidemment)ou je dois consulter un kiné ou generaliste pour qu’il me pose une atelle ?  
  merci bcp par avance
  ps : c la premiere fois que j’ai un probleme musculaire de la sorte
chais pas mais fait gaffe le genou c fragile et si tu fait rien et que c  abimé ca risque de te laisser des séquelles tt ta vie
J’attend demain matin et si ca passe pas je vais consulter.   Ce qui me fait bizarre c’est qu’en touchant mon genou je n’ai pas du tout mal.     Pb de ligaments  
Ca m’avait fait le même coup, au sport, au lyçée… Mal surle coup, puis plus rien. Mais le lendemain, ça avait enflé, épanchement de sinovie, impossible de plier le genou: c’est un bout de cartilage qui s’était fendu, et qui avait percé; peut-être que toi c’est pareil, sans épanchement: un bout de cartilage qui empêche de plier ton genou correctement.
un ptoe ss’étai déchiré les ligaments croisés il pouvait plus marcher, donc toi c moisn grave je pense mais peut être un tt petit pb de ligaments oui je sais pas
Il y a des chances pour que tu te soit fait une entorse … et il vaut mieux consulter, car les ligaments, quand ils sont abimés ne se « réparent » pas tout seuls … en cas de rupture complète on peut opérer pour faire un implant qui remplacera le ligament.
Il y a des chances pour que tu te soit fait une entorse … et il vaut mieux consulter, car les ligaments, quand ils sont abimés ne se « réparent » pas tout seuls … en cas de rupture complète on peut opérer pour faire un implant qui remplacera le ligament.
une entorse du genou il soufrirai le martyre
une entorse du genou il soufrirai le martyre
  j’ai eu une entorse grâve (rupture complète ligament croisé antérieur) et je n’avais pas vraiment mal, et je pouvais même marcher
Ca dépend vraiment des gens, s’ils sont sportifs ou pas et de la manière dont la blessure à été provoquée.
une entorse du genou il soufrirai le martyre
  par contre j’ai morflé après l’opération, pendant les scéances de rééducation …
je me suis cassé un croisé antérieur au hand
ça n’avait pas gonflé, rien ..
pendant 6 mois entorses à répétition jusqu’au jour où je suis allé voir un spécialiste qui m’a opéré
il faut voir un chirurgien orthopédiste et faire une artroscopie pour être sûr
par contre j’ai morflé après l’opération, pendant les scéances de rééducation …
je ne souhaite ça à personne y compris à mon pire ennemi
après tu comprends bien pourquoi on parle de morphine comme antalgique pour les opérés
Je ne suis pas du tout sportif. Ma seule reelle activité sportive est le ski et pour l’instant je n’y suis allé que 2 fois cette saison(il y a 3 semaines et hier).     Sinon, pour consulter, il vaut mieux que j’aille voir un generaliste en premier ou directement un specialiste(et lequel) ?
  merci de vos conseils
est ce possible d avoir mal au genou car on a le bassin deplacer car c ca que m avais dit qq1 l an passe supposement que j avais le bassin croche  
Hier au ski je me suis pris une belle bosse et je suis retombé comme une merde. J’ai senti mon genou « twisté ». Ca m’a fait mal sur le coup mais 2min apres j’ai pu reskié sans avoir mal(et ce pendant 1h environ).     Aujourd’hui j’ai mal au genou lorsque ma jambe est tendue completement et lorsque je le plie completement. Je peux neanmoins marcher(tant que je ne finis pas le mouvement cad tendre la jambe), plier la jambe sans trop de difficultés.   Mon genou et ses alentours ne sont ni bleutés ni gonflés.
  Ca passera si je ne fais pas de sport(autre que marcher bien evidemment)ou je dois consulter un kiné ou generaliste pour qu’il me pose une atelle ?  
  merci bcp par avance
  ps : c la premiere fois que j’ai un probleme musculaire de la sorte
  m est arrivé la meme chose y a un mois, en un peu plus douloureux. J ai consulté un medecin qui m a prescrit des antiinflammatoire et une pommade antalgique, en 2 semaines ca allait bien mieux. Je pense que si tu arrive a marcher sans trop de probleme ca devrait aller tout seul en faisant attention, meme si l ideal est de voir ton medecin en rentrant chez toi
Je ne suis pas du tout sportif. Ma seule reelle activité sportive est le ski et pour l’instant je n’y suis allé que 2 fois cette saison(il y a 3 semaines et hier).     Sinon, pour consulter, il vaut mieux que j’aille voir un generaliste en premier ou directement un specialiste(et lequel) ?
  merci de vos conseils
  tu vas voir un médecin du sport qui va te faire qlq tests de base (tiroir, rotation, flexion totale, extension totale) afin de valider si cela semble être un ménisque (externe le plus souvent) ou un ligament
ensuite, soit il préconise une irm, soit une arthro pour contrôle, soit qlq anti-inflammatoires s’il n’y a qu’une inflammation
est ce possible d avoir mal au genou car on a le bassin deplacer car c ca que m avais dit qq1 l an passe supposement que j avais le bassin croche   
  oui, phénomène de compensation
  un corps, c’est comme un bateau avec un mât (colonne vertébrale)
il suffit qu’un hauban soit déréglé pour que tout le bateau se déglingue
lésion cartilagineuse ou méniscale
déchirure ligamentaire
  Dans tous les cas = Va voir un médecin du sport pour une IRM
Ok j’y vais demain matin !     merci a tous et suite au prochain episode soit demain fin de matinée
bonsoir, hier  j ai chuté en faisant du ski , mon genou en a donc pris un coup sur le moment un gros pic de douleur est survenant mais apres pas grand chose si ce n est quelques douleurs de temps en temps j ai ainsi continuée a skier, mais c est le soir qu impossible de tendre la jambe ( droite) entierment et correcteur ainsi que de la pliée , je boite aussi     il y a 6-7 ans je me suis fait une entorse des ligament croisés au meme genou est ce que quelqu un serais ce que j ai ?  
  Forum  | 
HardWare.fr  |  News  |  Articles  |  PC  |  Prix  |  S’identifier  |  S’inscrire  |  Aide  |  Shop

douleur genou jambe tendue

Exprimez-vous !
Partagez votre expérience avec d’autres patients et des professionnels
Rejoignez-nous en 2 clics
Healthy beauty

Allergies

Migraine

Diabète

Di̩t̩tique РNutrition

Grossesse

Spécial été

Cancer

Cholestérol

Digestion

Cardiologie

ORL

Os et Muscles

Neurologie

Ophtalmologie

Pneumologie

Imagerie médicale

Plantes médicinales

Dermatologie

Gynécologie obstétrique

Vous êtes ici Accueil Forum Santé Médecine du sport Douleur genoux droit tendu seulement quand le pied ne touche pas le so
DansForum Médecine du sport-Parludo-lm le 09/12/11 à 15h26
Parguili-guili67 le 17/01/12 à 09h54

Actualité

La rédaction Vulgaris
Les experts
Les blogueurs

Communauté

Forum
Questions / Réponses
Blogs

Encyclopédie

Médicale
Phytothérapie

À propos

Déontologie
Mentions légales
Nous contacter
Conditions Générales d’Utilisation

Suivez-nous
sur facebook

sur notre flux rss

Recevez nos newsletters

Si vous rencontrez un bug ou souhaitez proposer une évolution, n’hésitez pas à nous laisser un message :
Bonjour,
Je pratique le football.
Hier à l’entrainement, j’ai ressenti un petite douleur sur le coté extérieur du genoux droit. Pas une douleur forte puisque sa ne m’a pas empêché de jouer.
Seulement voila: aujourd’hui, je ressent une bonne douleur lorsque je tend la jambe, mais uniquement quand mon pied ne touche pas le sol.
Je peut marcher sans problème, sa ne me gêne pas du tout.
La douleur se situe sur le coté extérieur, et jusque sur le dessus du genoux.
Il me semble qu’il s’agit du ménisque mais sans grande garantie.
Je me suis déjà abîmé le genoux il y a un peu plus d’un an, mais j’ai laissé traîné car je n’était plus couvert (problème de changement de mutuelle).
J’avais donc passé un IRM du genoux en juin dernier qui n’avait rien donné.
Si quelqu’un a une idée de ce que j’ai, j’écoute volontiers!!!
Merci d’avance.
vous avez dû vous étendre un ligament. Allez chez votre médecin pour vérifier et en attendant mettez une genouillère si vous en avez une
Un ami a eu la même chose il y a peu, c’était bien le ligament!
Vulgaris décline toute responsabilité quant à une utilisation de cette encyclopédie autre que purement informative.
La loi apporte sa protection à toute oeuvre sans distinction du genre, de la forme d’expression, du mérite ou destination (article L 112-1 CPI).
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l’article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle,
ne peut être faite de ce site sans l’autorisation expresse de l’auteur.
Vulgaris-Médical©2000-2017 Tous droits réservés

douleur genou jambe tendue
Articles de référence :Traitement de la douleur
Genou, douleur jambe tendue et pliée!
 Sujet :Genou, douleur jambe tendue et pliée!
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Aller à :

Aide sur le fonctionnement des forumsAccidents sportifs Acné, psoriasis et problèmes de peau Acupuncture Affections neurologiques (Alzheimer, Parkinson…) Alcool, tabac, drogues et dépendances Allergies et eczéma Anorexie et Boulimie Apnée du sommeil Appels à témoins, émissions TV Appendicite Arrêter de fumer Arthrose et problèmes ostéo-articulaires Assurance maladie Asthme, bronchite chronique (BPCO)… Audition Autisme Calvitie et perte de cheveux Cancer(s) Cancers par localisation Cannabis Chirurgie : préparation et suites opératoires Cholestérol Constipation, autres troubles du transit Contraception Cystites et problèmes urinaires Diabète Digestion, brûlures d’estomac, RGO Don d’organes – Greffe Dossier médical personnel Douleur Droit et santé Endométriose Enfants atteints de maladie grave ou incurable Engagement humanitaire Entorses et fractures Entraide et associations locales, ville par ville Environnement, écologie Epilepsie Etudiants en médecine et para-médecine Euthanasie Examens médicaux Fatigue et baisse de tonus Handicap Hémorroïdes Hépatites virales A, B et C Herpès labial Huiles Essentielles – Aromathérapie Hygiène féminine Incontinence urinaire, fuites Infections nosocomiales Insuffisance rénale Intelligence Jambes lourdes, varices… La Salle Détente Mal de dos, sciatique et lumbago Maladies auto-immunes Maladies génétiques Maladies rares et orphelines Maux de l’hiver Maux de ventre, d’estomac, ulcères Médecine chinoise Médecine du futur Médecine vétérinaire Médecines douces Méningite Ménopause, ostéoporose Migraine et maux de tête Mucoviscidose Mycoses Myopie, cataracte et problèmes de vue Poux et lentes Problèmes cardiovasculaires : hypertension, infarctus, avc Problèmes dentaires Problèmes intestinaux, diarrhées Prostate Règles et problèmes gynécologiques Rhume de bébé Santé de l’enfant Sclérose en plaques Secourisme Sécurité routière Spasmophilie, crise de tétanie et fibromyalgieStomies Thyroïde et problèmes endocriniens Traumatisme crânien Trisomies et anomalies chromosomiques Troubles ORL Vaccination Vertiges et syncopes Voyages Forum libre Santé

Le Club Doctissimo vous permet d’ accéder gratuitement au plus grand forum francophone
Plan du site Plan
de la rubrique santé Santé Médicaments Psychologie Nutrition Beauté Mode Forme Sexualité Recettes Environnement
Guide santé Encyclopédie
médicale
Atlas du corps humain Dictionnaire médical Analyses
médicales
Examens radio
Guidematernités
Guidethalasso Urgences
Communautés Forum Club Doctissimo Chat Lagardère Lagardère Entertainment
Ticker Carte de voeux

Mini-sites Saint-Valentin Noël Fête
des mères Soldes
Index Santé Index
1 Santé Index
2 Santé Index
3 Santé Index
4 Index
Médicaments Index
Grossesse Index
Bébé Index
Nutrition Index
Beauté Index
Forme Index
Psychologie Index
Hommes Index Sexualité Index Environnement Index Mode
Services Recherche Newsletter News Santé des
voyageurs Météo Prénoms
Les grands dossiers santé sur
Doctissimo
Arrêter
de fumer Dents Diabète Cancer Cholestérol Grippe Alourdes Mal
de dos Mal
au ventre Obésité Régime
Rhumatismes Stress Vastarel
Qui
sommes-nous ?|Recrutement|Contacts|Espace
Annonceurs|Doctissimo
en page de démarrage|Doctissimo
dans vos favoris|Charte
d’utilisation|Notice légale©Doctissimo

douleur genou jambe tendue

system

2012-09-30 20:30:06 UTC

#1

system

2012-10-05 20:41:31 UTC

#2

mai

2012-10-05 21:03:12 UTC

#3
Posté en tant qu’invité parMalGenoux :
Je suis tombé en vélo il y a maintenant 7 jours, sur le côté. Au moment de me relever, je ne pouvais presque pas marcher immédiatement mais j’ai pu repartir en vélo. 10 mn après, j’arrivais à marcher. Le lendemain, ça allait mieux, marche mais avec quelques douleurs suivant les mouvements.
J’ai été obligé de courir à quelques moment dans la semaine et voila que ça empire : j’ai mal quand je tend complètement la jambe (derrière le genou) et quand je la plie entièrement (derrière le genou aussi, aie!) en plus de la douleur initiale sur le côté.
Le médecin ne sait pas trop, le ménisque semble être exclu, d’après lui, c’est une petite entorse que je n’ai pas ménagé et qui du coup mérite repos. Seulement, même en faisant presque plus rien, à chaque fois que je marche un peu, il y a toujours cette douleur!
Quelqu’un aurait-il une idée de ce que ça peut être ou a déjà eu ces symptômes de douleur avec le genoux plié ou tendu à fond ?
Posté en tant qu’invité parThibaudb :
j’ai exactement le meme problème suite à une chute de ski en mars 2012. Depuis, douleur derrière le genou quand je le plie complètement et en extension complète. Avec une IRM, un orthopédiste et 3 ostéopathes n’ont pas trouvé de solution. les ligaments croisés (ma chute était typique pour ce genre de problème) apparaissent bons.
Si vous avez trouvé la cause et comment vous soigner, je suis très tès intéressé !
Il y a probablement un traumatisme quelque part, pas forcément au genou et qui influence à distance le fonctionnement du genou qui est une articulation en équilibre.
J’ai le même problème. Suite à un accident de vélo, on m’a enlevé un petit bout du quadricep supérieur.
Powered byDiscourse , best viewed with JavaScript enabled

douleur genou jambe tendue

Home
/
Comprendre
/
Douleurs des membres inférieurs
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies. Ceux-ci nous permettent de vous offrir des contenus et des services adaptés.En savoir plus Fermer
On distingue deux grands types dedouleurs lombaireset desmembres inférieurs:
D’autres douleurs peuvent exister localement le long de lajambe(douleurs neurologiques locales ou vasculaires), sans rapport avec un problème vertébral, elles ne sont pas traitées ici.
Les douleurs diffusant dans les membres inférieurs sont plus souvent liées à une lombalgie plutôt qu’à une cause neurologique.
Néanmoins, dans le langage commun, une douleur partant du dos et descendant le long de la jambe est généralement appelée une “ sciatique ” et est attribuée à une atteinte du nerf sciatique.
Cette confusion démotive souvent le patient ou le détourne de ses actions utiles à la prise en charge de la lombalgie.
Les nerfs sortent de lacolonne vertébralepar des voies de passage droite et gauche ( foramens ) constituant un véritable “tunnel” en chicane où ils peuvent entrer en conflit (compression, étirement, adhérences…) avec d’autres structures (disque, ligaments, ossifications…). Ce conflit est responsable d’une douleur irradiant de façon plus ou moins complète dans le membre inférieur, le long du nerf. La douleur estneurologique .
Dans certains cas, il n’existe pas de conflit, mais le nerf lui-même est pathologique. On parle alors de neuropathie. Cetteneuropathiepeut être à l’origine de douleurs diffusant dans tout le nerf.
Selon lavertèbreoù la douleur prend son origine, on différencie :
Une douleur qui suit l’un de ces trajets est généralement unedouleur neurologique.
D’autres manifestations neurologiques peuvent être associées à la douleur.
Les problèmes neurologiques peuvent avoir des répercussions musculaires : undéficit moteurdes muscles releveurs du pied (sciatique L5) ou dutriceps(sciatique S1).
L’atteinte du ou des muscles peut être complète (le pied tombe alors totalement), soit incomplète (le pied se met à butter sur le sol après un certain temps de marche, témoignant d’une fatigabilité des releveurs du pied).
On peut aussi constater des troubles de la sensibilité, l’engourdissement (ou hypoesthésie) de zones de la jambe, la perte de force musculaire localisée au pied…
L’atteinte du nerf peut produire des troubles dits sympathiques. Ils sont liés à des fibres particulières du nerf qui pilotent les propriétés végétatives (ou “non contrôlables par la conscience”) : circulation sanguine ou lymphatique, sudation… Ils se manifestent par un pied froid, rouge ou pâle, un œdème…
Ces manifestations sont généralement caractéristiques de l’origine neurologique de la douleur.
Les principales causes de douleur neurologique sont les suivantes :
Le patient couché sur le dos, si lorsque l’on soulève sa jambe, on constate une douleur sur tout le trajet du nerf qui bloque le mouvement, on parle de “ lasègue “. C’est le signe d’une douleur neurologique sciatique L5 ou S1.
Le patient couché sur le ventre, lorsque l’on fléchit son genoux, si l’on déclenche une douleur devant la cuisse, on parle de “ lasègue inversé “. C’est le signe d’unecruralgie , douleur neurologique issue du L4.
Il est fréquent que l’on déclenche une douleur derrière la cuisse et le genou par l’élévation de la jambe tendue. Elle correspond à une tension desischio-jambiers(muscles situés à l’arrière de la cuisse). Elle correspond à un manque d’élasticité et de souplesse de ces muscles et n’a pas de connotation neurologique.
L’imagerie, scanner ou IRM, ne sera demandée qu’après échec du premier traitement médical.
Letraitementdépend de l’origine de la douleur.
Le plus souvent en rapport avec un conflit entre le disque et la racine nerveuse, son traitement est avant tout médical. Il associe repos relatif (fonction de l’intensité de la douleur et de l’importance de l’incapacité qui en résulte) associé à untraitement antalgiqueet/ouanti-inflammatoire , voire immobilisation dans un lombostat…, éventuellement infiltrations.
Ce n’est qu’en cas d’échec, se traduisant par une douleur restant à un niveau invalidant malgré un traitement rhumatologique bien conduit, qu’un traitement chirurgical est discuté, dans la mesure où l’imagerie montre une concordance entre la localisation de la douleur et un conflit disque –racine nerveuse.
Dans la lombalgie commune, le mécanisme est initialement localisé à certaines structures articulaires ou ligamentaires du segment mobile ( vertèbre ). La douleur diffuse de ce point de départ vers la jambe en suivant certaines structures selon des mécanismes aujourd’hui encore mal connues.
Il a été montré, par exemple, que l’injection dans certainsligamentsde lacolonne vertébralede sérum physiologique, provoque une douleur ligamentaire qui descend dans la jambe : c’est une douleur irradiée dont le trajet ressemble à celui du sciatique mais qui n’est pas liée au nerf sciatique.
Par ailleurs, le corps est recouvert d’une nappe de muscles qui assure une continuité permettant une diffusion des douleurs parcontractures , selon un parcours plus diffus que les douleurs neurologiques.
Les zones où diffuse la douleur lors du stade initial, peuvent voir apparaître des “ zones gâchettes musculaires ” : quelques fibres musculaires forment un petit noyau dur de fibres “spasmées” dans la profondeur du corps musculaire. Ces zones autonomes amènent une persistance locale de la douleur.
La palpation de cette zone reproduit la douleur habituellement irradiée. La zone gâchette se trouve généralement à distance de la zone douloureuse habituelle. Cette zone gâchette peut assurer la persistante d’une douleur dont la cause initiale a disparu. Il faut savoir reconnaître la présence de ces points, leur traitement local permet de voir disparaître cette composante de la douleur.
La prise en charge est celle classique de toute lombalgie. En diminuant ladouleurau niveau dudos , on diminue son irradiation le long de lajambe .
Les informations et services disponibles sur lombalgie.frne se substituent en aucun cas à la consultation des professionnels de santé compétents.

douleur genou jambe tendue
LE SYNDROME ROTULIEN OU FÉMORO PATELLAIRE
    Cause principale de consultation pour douleurs du genou, le syndrome rotulien est souvent mal soigné car ignoré ou méconnu.  
Il s’agit de l’articulation qui se situe en avant du genou entre la rotule et le fémur. L’articulation fémoro patellaire sert à transmettre la force d’extension du muscle quadriceps à la jambe où il est inséré. Il s’agit d’une véritable chaine de transmission composée du quadriceps (littéralement 4 chefs musculaires) se terminant en un tendon: le tendon quadricipital s’insérant sur la  rotule se prolongeant ensuite par le tendon rotulien s’insérant sur la tubérosité tibiale antérieure (TTA).
Mécaniquement la rotule par sa face cartilagineuse s’articulant sur le fémur est comme une poulie transmettant la force d’extension et régulant la force de flexion. Les contraintes cartilagineuses sont extrêmes (plusieurs tonnes au cm2).
Sans rotule pas d’extension complète possible.
Cette chaine de transmission sert également d’amortisseur en particulier à la marche , la course à pied et lors de la réception d’un saut.
Nous utilisons également notre rotule pour nous mettre à genou l’écrasant sans vergogne depuis notre plus jeune âge.
Dés lors nous comprenons pourquoi l’excès de flexion , d’accroupissement, d’écrasement et de sauts sera néfaste pour le cartilage de notre rotule.
Manifestations du syndrome rotulien
Il ne faut pas confondre luxation de la rotule et syndrome rotulien.
La luxation rotulienne correspond à un déboîtement traumatique spontané ou non de la rotule et ne sera pas traité dans ce chapitre.
Le syndrome rotulien (ou fémoro-patellaire) se manifeste parune douleurdu genou. C’est le cartilage de la rotule qui souffre et qui déclenche la douleur et la gène. Cette douleur est souvent retardée dans le temps (quelques jours) par rapport à la date de la position vulnérante, la cause initiale ou le traumatisme, quelquefois elle est immédiate (syndrome du cinéma chez les personnes grandes assises longtemps au cinéma ou lors de long trajet en voiture). Il est important de traquer cet instant déclenchant car sa prise de conscience par le patient nous aidera à le guider vers l’acceptation du traitement.
La douleur peut être modérée ou temporairement très vive. Elle siège sur le devant du genou irradiant vers le bas sur la crête tibiale. Elle peut siéger également en arrière dans le creux poplité.
Cette douleur peut apparaître spontanément:
-syndrome rotulien du jeune lycéen restant assis toute la journée
-démusculation progressive du sujet âgé
ou faire suite à un traumatisme  direct sur la rotule.
Il y a en général toujours une cause initiale comme
– faire du steps en salle de sport,
Рutiliser les escaliers de mani̬re r̩p̩t̩e , marcher en montagne (descente+++)
– poser du carrelage, bricoler, jardiner…
– pratiquer certains sports comme le vélo d’appartement, la brasse, le rameur en salle , l’aviron, l’haltérophilie, le tennis sur quick ou ciment, le basket, le hand ball…
-la conduite prolongée, le voyage en avion, le théâtre, le cinéma par la position «genou fléchi» prolongée peut générer ou entretenir ce syndrome.
Il en résulte que les adolescents (banc de l’école) ou les personnes qui reprennent le sport après une période d’arrêt sont les principales victimes du syndrome rotulien.
Plus insidieusement il peut être secondaire à une lésion méniscale non traitée et apparaître au premier plan. Il peut faire suite à une entorse du genou immobilisée trop longtemps dans une orthèse ou une fracture immobilisée dans une résine par atrophie musculaire d’immobilisation.
Une manifestation classique également du syndrome rotulien estl’instabilité antéro-postérieure , le genou se dérobe par perte de tonus musculaire du muscle quadriceps. Il ne faut pas confondre cette instabilité antéro-postérieure d’origine quadricipitale avec l’instabilité rotatoire d’origine ligamentaire.
Cette gêne fonctionnelle peut devenir handicapante, avec un retentissement sur la vie  scolaire, professionnelle et sportive.
Comme il ne s’agit pas d’une maladie il n’ existe pas de médicaments  pour le soigner ou le prévenir.
Le syndrome rotulien est avant tout un problème de tonus musculaire. Tout individu qui n’a pas un quadriceps suffisamment musclé ou bien qui s’est démusclé à la suite d’une maladie intercurrente peut développer un syndrome rotulien!
   En aucun casle traitement du syndrome rotulien ne doit passer par l’immobilisation du genou  dans une orthèse ni même le repos complet car une sous-utilisation des membres inférieurs entraînerait un affaiblissement musculaire avec par voie de conséquence une aggravation des symptômes et donc une augmentation de la douleur.
    De mêmel’utilisation d’une genouillère est à évitercar elle aurait pour conséquence d’écraser la rotule et donc d’augmenter la souffrance cartilagineuse.
L a notion d’un  traumatisme initial peut nous orienter dans notre attitude thérapeuthique .
La recherche d’ une mauvaise habitude , d’ un mauvais mouvement ou d’un sport néfaste va aboutir à le bannir pour obtenir la guérison.
Les mouvements de flexion du genou         
– accroupissement ou position à genoux (bricolage, jardinage…)
– position assise jambes pliées (voiture, cinéma, bureau…)
Рla mont̩e et surtout la descente des escaliers
– le port de charges lourdes                                     
Les sports sur terrain dur ou en flexion:    
– le footing sur terrain dur, le step, le vélo d’appartement,
– le tennis sur quick, goudron, ciment, le basket, hand, volley, l’haltérophilie, l’aviron, la musculation (rameur, squat, steps…), position d’attente en accroupissement dans les sports de combat…
La recherche d’une cause intra articulaire (chondropathie rotulienne par veillissement du genou ou post traumatique, plica, ménisque…) sera réalisée par examen complémentaire ou arthroscopie en fonction des progrès de la rééducation. Une radiographie sera systématiquement demandée à la recherche d’une arthrose fémoro-patellaire.
Le traitement du syndrome rotulien repose avant tout sur la rééducation .
Mais pas n’importe laquelle! Il s’agit de renforcer le quadriceps sans faire souffrir le cartilage de la rotule.
Le quadriceps doit être renforcé en isométrique c’est à dire uniquement en extension et rien qu’en extension (isométrique = contraction sans mouvement ; ce qui est différent de l’isocinétique = contraction avec le même mouvement). Tous mouvements de flexion du genou en force est à proscrire absolument. Il ne s’agit pas de transformer la salle de kinésithérapie en salle de gym! (donc pas de vélo, pas d’exercice proprioceptif en flexion, pas d’extension contrariées, pas d’escalier, pas de steps, pas de ballon, pas de squats etc…).
Il est recommandé d’ effectuer à la maison des exercices de rééducation isométriques  et  par la suite à la moindre défaillance, pour maintenir la tonicité musculaire du quadriceps.
Le stretching du quadriceps pour lutter contre les quadriceps courts est une bonne chose également.
Elle  est également indispensable à la guérison ou plutôt la rémission, car un syndrome rotulien ne faisant plus souffrir peut toujours réapparaître si les conditions de sa survenue sont de nouveau réunies.
Il faut en particulier rompre le cercle vicieux de la douleur:
La compréhension et l’intérêt du patient pour sa pathologie est indispensable à sa guérison ou à l’acceptation des contraintes du traitement.  Le patient doit avoir bien en tête le «cercle vicieux» ci-dessus car il doit prendre en main son traitement.
Les petits moyens et une véritable hygiène de vie sont indispensables:
Si vous souffrez en montant les marches: pensez à poser le talon en premier sur la marche et non la plante du pied. Le transfert de poids sera plus favorable à votre rotule.
Quand vous vous relevez d’un canapé ou d’une chaise et que vous ressentez une douleur postérieure du genou (creux poplité): pensez à faire quelques pas en extension forcée de la jambe, la douleur disparaît alors instantanément.
Certains sports sont à mon sens indispensables également au bien-être et à la guérison ainsi qu’à la prévention de la récidive.
Il s’agit avant tout de la marche: longue marche rapide, à un rythme soutenu ou bien marche décontractée peu importe:il faut marcher , marcher , marcher!
Le crawl (mais pas la brasse) est bénéfique car les battements des jambes sont de la pure rééducation isométrique des quadriceps.
Certains sports seront secondairement possibles:
– Le jogging (mais quand vous n’aurez plus mal) avec des chaussures ad hoc avec semelles amortissantes sur un terrain souple (sous bois, planches mais pas sur du macadam!).
– Paradoxalement le ski n’est pas déconseillé car l’usage des chaussures de ski sur les télésièges jambe tendue s’apparente également à de la rééducation isométrique du quadriceps. Même si le froid est déconseillé pour les rotules et que la position assise l’est également (voyage de retour en voiture!).
РLe football (attention au football en salle ou les terrains secs avec crampons m̩talliques).
– La planche à voile, athlétisme, rugby, tennis sur terre battue sont possibles.
   La rééducation bien conduite doit avoir un effet dès les premières séries de rééducation.
   Il n’y a rien de grave, certes la cicatrisation du cartilage sera longue.
    Il faut à tout prix se méfier de la flexion du genou (ne jamais tester la flexion «pour voir»). Il faut marcher le plus possible. Il faut faire des exercices d’extensions soit au repos, soit en marchant plusieurs fois par jour.Quand la douleur survient, pensez à étirer votre jambe en extension et marcher le genou en extension pointe de pied relevée pour réveiller le quadriceps et soulager le muscle poplité. 
   Si les choses ne s’améliorent pas :
Рsoit la r̩̩ducation est mal r̩alis̩e,
– soit il y a une cause sous-jacente.
    Votre chirurgien pourra alors vous faire passer  des examens complémentaires en fonction de l’historique de votre syndrome rotulien.
    Une radiographie avec en particulier un défilé fémoro-patellaire à la recherche d’une hyperpression du versant externe de la rotule voire déjà de l’arthrose fémoro-patellaire.
    Une I RMà la recherche d’une lésion méniscale muette,
   Une arthroscopiepourra également vous être proposée devant ce syndrome rotulien résistant à la rééducation isométrique du quadriceps à la recherche d’un plica médiopatellaire fibreux venant frotter sur le cartilage de la rotule ou pour faire le  traitement d’une chondropathie post contusive en clapet mobile d’un versant articulaire de la rotule empêchant la guérison spontanée. Elle pourra mettre en évidence une chondropathie rotulienne de différents stades (cartilage usé).
   Un Scannerà la recherche d’une anomalie morphologique d’insertion du tendon rotulien qui pourrait alors aboutir ensuite (si échec des autres méthodes) à une transposition de la Tubérosité Tibiale Antérieure (TTA) ou un geste de décompression par section de l’aileron rotulien externe.
    Il n’y a rien de grave, certes la cicatrisation du cartilage sera longue,
    Il faut à tout prix se méfier de la flexion du genou (ne jamais tester la flexion «pour voir»). Il faut marcher le plus possible. Il faut faire des exercices d’extensions soit au repos, soit en marchant plusieurs fois par jour et il faut marcher beaucoup.

douleur genou jambe tendue
(= syndrome rotulien ou doul antérieure) ,doit être prise en chargepar le médecin du sportou lerhumatologue .
C’est
l’ensemble des symptômes liés à la souffrance du cartilage
de la rotule (chondropathie). Cessymptômes
sont aussi divers que douleurs, craquements, blocages, dérobements ,
etc.L’évolution et l’intensité des symptomes sont très variables . La gène apparaît
souvent après un changement de rythme, un traumatisme, une intervention
chirurgicale. Les douleurs et ses conséquences peuvent être importantes
alors que le cartilage ne présente pas de lésion irréversible;
la lésion lorsqu’elle existe s’appelle unechondropathie .
A l’opposé, un patient porteur d’une usure évoluée du cartilage
des deux rotules (arthrose) peut ne pas être gêné ou n’être
gêné que par un seul des deux genoux : il n’y a donc pas de parallélisme
entre les lésions et la gène ressentie. Une jeune fille peut être
très gênée alors que son cartilage est normal.
La douleur :le plus souvent antérieure, autour de la rotule (sur les côtés, en dessous) , variable, souvent difficile à localiser, etc (voir :ce que les patients disent de leur douleur )
Pourquoi
apparaît un syndrome rotulien ?
Ces douleurs autour de la rotule, devant le genou apparaissent en général
Beaucoup
de facteurs entrent en jeu mais il faut s’interesser aux facteurs sur lesquels
nous pouvons avoir une action:
La rotule est un maillon du système
extenseur du genou : le quadriceps (le muscle de la cuisse) se fixe sur la rotule,
elle-même attachée au tibia par le tendon rotulien. La contraction
du quadriceps tire la rotule vers le haut et en l’appliquant sur le fémur
entraîne l’extension de la jambe.
Si
les tendons ischio-jambiers sontraides , ils résistent
à l’extension et le quadriceps doit tirer plus fort sur la rotule ce qui
augmente donc la pression sur le cartilage rotulien.
La
rotule est donc prise en « sandwich » entre le quadriceps et les ischiojambiers.
Le
déclenchement
Une explication possible de
l’apparition du syndrome rotulien est la survenue d’un changement de rythme physique
(choc, traumatisme du genou, surentraînement, sous entrainement puis reprise, changement de chaussures,
intervention chirurgicale sur un membre inférieur,déménagement,
…) qui rompt cet équilibre entre les systèmes extenseur(quadriceps)
et fléchisseur (ischiojambiers). Lorsque le cartilage rotulien devient
sensible, la contraction du quadriceps sur le genou plié provoque la douleur
: Le quadriceps ne peut alors fonctionner normalement et il perd de son volume,
ce qui aggrave le déséquiilibre.
repose
sur l’interrogatoire et l’examen cliniquepar lemédecin du sport .
C’est ladescription de vos douleurs
qui orientent vers ce diagnostic. L’examen clinique, en examinant vos genoux et
leur fonctionnement, repère des arguments en faveur du syndrome rotulien
et recherche des éléments en faveur d’un problème associé
(menisque, ligament…)
Les examens complémentaires
(radiographies, arthrographie du genou, IRM… ) ne sont éventuellement
prescrits que dans deux buts :
===>Il estinutile de consulter un chirurgiencar la
chirurgie n’a aucune place dans un syndrome rotulien . C’est aumédecin du sportqu’il faut s’adresser. Il confirmera l’absence d’indication chirurgicale et vous guidera pour le traitement. Votre médecin généraliste pourra ensuite prendre le relai. +++
L’amélioration
est très fréquente lorsque l’on s’acharne à améliorer la raideur
des ischiojambiers et la faiblesse du quadriceps.
La
faiblesse du quadriceps entraîne la prédominance des muscles fléchisseurs
du genou (les ischio-jambiers) qui peuvent devenir douloureux (douleur derrière
le genou).
Cette raideur des fléchisseurs
augmente le travail de l’extenseur (le quadriceps) lors de la marche (à
plus forte raison lors de la montée des escaliers).
La
rotule se retrouve coincée entre les deux systèmes, extenseur et
fléchisseur, ce qui augmente la pression sur le cartilage rotulien et donc
les douleurs et le syndrome rotulien. De la même façon, en fin
de journée, le genou peut sedérober ,
flotter (impression de faiblesse), partir an avant ou en arrière. Ceci
est dû à un réflexe :
Une bonne activité physique
consiste à nager en faisant des battements de crawl dans l’axe (crawl,
dos crawlé pour s’échauffer puis sur le dossansles bras
avec ou sans planche).+++ Puis, lorsque vous vous en sentirez capable, reprenez
les activités que vous aimez, sans chercher la douleur et avec une idée
essentielle : être progressif dans la reprise +++. Si la douleur revient,
il vaut mieux arrêter et reprendre votre rééducation.
Dans
la vie quotidienne en période douloureuse: –
évitez temporairement les gestes qui font « mal » (pendant le geste
ou les jours qui suivent) jusqu’à l’amélioration de votre douleur. –
portez éventuellement une genouillère à fenêtre rotulienne, –
marchez le genouverrouillé
en extension active, ce qui permet de mettre au repos la rotule, de faire travailler
son quadriceps en « isométrie », d’étirer les muscles postérieurs
et d’éviter les lâchages. Et ceci à chaque pas… Dans
le cas d’une crise douloureuse aiguë (blocage), ne pas hésiter à
contacter votre médecin généraliste pour des médicaments
(antalgiques ou anti-inflammatoires) et une nouvelle ordonnance de rééducation.
Lorsque
vous irez mieux, il faut se méfier: -du
piétinement, de la descente des escaliers-se méfier de la brasse
(à éviter si votre genou est douloureux) -se méfier des
randonnées en montagnes (la montée se passe bien, la descente est
douloureuse; intéret des batons téléscopiques…).-se
méfier du vélo, certains le supporteront très bien (si progressif),
d’autres non.
Docteur Jean Etienne Perraudin
(page revue le 12 01 2015)

douleur genou jambe tendue

Douleur derrière le genou en marchant ou jambe tendue
Tout
Aujourd’hui
La semaine dernière
Le mois dernier
Tout
Discussions uniquement
Photos uniquement
Vidéos uniquement
Liens uniquement
Sondages uniquement
Bonjour,

je ne suis pas une sportive mais je marche beaucoup.. depuis qlq temps j’ai mal derrière le genou droit, en marchant.

Le matin je n’ai pas mal et pourtant je galope car je dois conduire ma filleà l’école puis je vais au boulot (marche et transports).. je ne ressens aucune douleur

Par contre, quand j’arrive au boulot et que je reste un moment assise, je ressens cette douleur dès que je me relève… et ce de plus en plus fort, si bien que je me mets à boiter …

Donc, c’est quand je reste inactive et que je fais des petits pas (d’un bureau à l’autre), que ça me fait souffrir.Car le soir, en allant chercher ma fille, plus de douleur…

Pouvez-vous me dire ce que c’est??? j’ai peur d’aller chez le médecin et qu’il me dise qu’il faut opérer.. ça serait une catastrophe….

merci pour vos réponses,
tib
Alors

Pas de réponse?
A tu finalement su ce que c’était?
Car j’ai la même chose et comme toi je marche beaucoup…

Charte déontologique

Mentions légales
Règles de bonne conduite

Contacts

Tous nos forums
Forum de A à Z
Un médecin vous répond
Forum archives
Maladie et santé
Santé générale
Cancers
Gynécologie
Arthrose et Rhumatismes
Hormones et Thyroïde
Diabète
Grossesse et Enfants
Grossesse
Bébé et enfants
Parents
Bien être et couple
Psychologie
Bien ̻tre РM̩decines douces
Sexualité
Beauté
R̩gimes РNutrition
Inscrivez-vous gratuitement pour participer aux forums Onmeda.
Fatigue, stress, burn-out, dépression,… Ces mots vous parlent ? Trouvez ici des explications et surtout des solutions pour vous en sortir !
La dépression, l’un des troubles psychologiques les plus fréquents en France, toucherait 10 à 25 % des femmes et 5 à 12 % des hommes
Des bienfaits du sexe aux zones érogènes en passant par les top positions du Kamasutra… Trouvez ici tout ce qu’il faut savoir pour un maximum de plaisir !
Certains sujets sont difficiles à aborder. Panne d’érection, micropénis ou baisse de libido… Trouvez ici les réponses à toutes vos questions !
A part la grossesse, quelles sont les causes d’un retard de règles ? La réponse du gynéco en vidéo…
Homme, femme, adulte, enfant… Une cystite peut toucher tout le monde. Mais quel traitement est indiqué chez l’enfant, chez la femme ou chez la femme enceinte ?
Conception et fécondité, alimentation, démarches et échographies pendant la grossesse… Êtes-vous bien informé ? Trouvez ici l’essentiel à savoir !
De la varicelle à l’otite, de la scarlatine à l’eczéma en passant par les questions de vaccination… L’essentiel sur les maladies infantiles les plus fréquentes.
Onmeda est un site d’information générale sur le bien-être et la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.
Copyright © 2015 Onmeda – Un site du groupe aufeminin

douleur genou jambe tendue

Ménisque: les genoux des sportifs sont fragiles…

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé
le 14/06/2010 – 02h00

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé
le 14/06/2010 – 02h00

Proteine Tunisie
Qui sommes-nous?
https://www.protein.tnest une société créée en 2015 par passion du sport et princ …
Parle 06/01/2017 – 09h29
Proteine Tunisie
La sport musculation considère intégrée afin qu’ils prennent soin de tous les membres du corps.
Il e …
Parle 06/01/2017 – 09h28
Sondage sucre
Dans le cadre d’un TPE en classe de 1e S, nous vous proposons un sondage en espérant d’avoir le plus …
Par DupondJustine001 le 24/02/2016 – 17h21
Je ne sens plus ma cuisse
Bonjours, depuis un petit moment j’ai remarqué qu’a ma cuisse droite j’ai une partie de ma cuisse qu …
Par elisou le 29/08/2012 – 13h49
contre les douleurs de toute sorte …. la racine de Tamus… excellente
Il existe une excellente plante contre les douleurs de toutes sortes c’est la racine de Tamus (l’her …
Par Biquette1 le 07/03/2013 – 16h43
Problèmes de ménisque : quel sport pratiquer?
Bonjour à tous!J’ai 22 ans et je fais du basket depuis très jeune. Depuis quelques mois je souffre d …
Par artemus3 le 21/04/2012 – 19h21

Le sport et ses traumatismes : que savez-vous ?

Publi̩ le 06/07/2016 Р18h04

Boissons énergétiques et énergisantes : est-ce pareil ?

Mis à jour le 22/02/2013 – 11h51

Quelle est votre condition physique actuelle ?

Mis à jour le 28/09/2012 – 11h25

Avez-vous du cœur ?

Mis à jour le 06/05/2011 – 12h30

Etes-vous dépendant à l’exercice physique ?

Mis à jour le 20/08/2007 – 02h00
JO : les médailles de l’amour ?
Mis à jour le 21/08/2016 – 22h29
Et si vous buviez du maté pendant les JO ?
Mis à jour le 08/08/2016 – 11h10
Etes vous bigorexique ?
Mis à jour le 03/04/2016 – 22h29
Boissons énergisantes, sexe et alcool
Mis à jour le 06/03/2016 – 23h35
Plan du site

Santé pratique
Maladies
Médicaments
Bien-être
Diététique
Recettes
Beauté
Maman

Gilles Goetghebuer, journaliste santé
Lesgenouxdes sportifs sont régulièrement le siège de blessures. En cause: la fragilité de ces petits coquetiers cartilagineux appelésménisques .
Nous avons deuxménisquesdans chaquegenou . Ces disques de cartilage jouent un double rôle de cales et d’amortisseurs. Ils sont maintenus en place par une série de ligaments, mais jouissent d’une certaine liberté de mouvement et d’une bonne élasticité. Si l’on tend la jambe, ils glissent vers l’avant. Si on plie legenou , ils sont poussés vers l’arrière. Malgré cette belle mobilité, des accidents peuvent survenir. Lors d’une entorse dugenou , par exemple, le petit disque sort de sa loge pour se faire broyer entre le tibia et le fémur (os de la cuisse). Les joueurs de foot et de rugby en sont les principales victimes. Leursménisquessouffrent à chaque fois qu’ils se laissent entraîner dans des mouvements du corps en rotation avec les pieds fixés dans le sol par les chaussures à crampons. Même chose à ski, en tennis, en volley, en basket ou en gymnastique! Une grosse pression sur la jambe tendue, lors de la réception d’un saut par exemple, met legenouà rude épreuve. Mais l’accident peut également se produire dans les gestes de la vie quotidienne comme lorsqu’on descend d’un trottoir.
Les symptômes d’une déchirure duménisquevarient d’une personne à l’autre avec souvent l’apparition de douleurs localisées de type pincement sur les bords dugenou , accompagnées d’une sensation de blocage lorsqu’on étend la jambe. Pour poser son diagnostic, le médecin palpe la région dugenouet réveille la douleur en appuyant à la jonction du tibia et du fémur. Il procède aussi au « grinding test ». Le patient est couché sur le ventre et on appuie verticalement sur la jambe repliée à 90 degrés en lui imprimant des mouvements de rotation. On peut aussi recourir à la résonance magnétique. On parle de lésions transfixiantes lorsque leménisquese fend sur toute la longueur. Parfois, seule la périphérie est atteinte et la déchirure libère une petite corne de 1 ou 2 centimètres qui se retourne dans l’articulation comme une anse de seau. Contrairement à la plupart des blessures, ce type de lésion ne guérit pas spontanément car leménisqueest très faiblement irrigué et d’une capacité de régénération quasi nulle au terme de la croissance.
Votre chien est sportif et très actif ou au contraire, obèse ? Dans ces deux cas, il est prédisposé à la rupture d’un petit ligament se trouvant dans l’articulation du genou et participant à la stabilité de cette articulation.
En cette période de sports d’hiver , nous consacrons ces lignes à un petit rappel : même si beaucoup ont l’habitude de le pratiquer depuis leur plus tendre enfance, le ski reste un sport dangereux, qui nécessite un minimum de préparation. Explication…
Rarement mis au repos, les genoux accompagnent tous vos mouvements et portent le poids du corps. Mieux vaut les protéger pour éviter qu’ils ne s’usent trop rapidement. Articulation essentielle dans le corps humain, le genou est constamment sollicité…
Le genou valgum est une malformation des genoux, qui entraîne des jambes en forme de X . A quoi est-ce dû, quelles complications cela entraîne, et que faire en cas de genou valgum ?

douleur genou jambe tendue
SOS douleur genouxparGuilitch (invité)(80.13.229.xxx) le 02/12/05 à 15:05:03
Voila j’ai une douleur au genoux droit sur l’extérieur, ca m’a prit hier aprés 45 min d’endurance, j’ai tout de même finit l’heure.
Ajourd’hui douleur mais pas de problème pour marcher voire courir un peu.
Qu’est ce que c’est t’il docteur??
J’arrète l’entrainement?
Pour combien de temps?
Ca risque de revenir?
Info complémentaire je cours 45 km / semaine
Merci
SOS douleur genouxpar (invité)(83.157.243.xxx) le 02/12/05 à 15:09:45
C’est délicat de répondre. Une douleur au genoux peut concerner le tendon, les croisés ou encore une sur-tension du quadriceps. Dans chaque cas, le traitement et les conséquences sont différentes. Essaye de mieux décrire ta douleur.
SOS douleur genouxparPierrot (invité)(145.226.1.xxx) le 02/12/05 à 16:33:47
Salut,

tu cours depuis longtemps ?
As-tu augmenté ta charge assez violent ces dernières semaines ?

Il faudrait effectivement que tu sois plus précis dans la description de ton mal mais ça ressemble à une tendinite du TFL.
Tu es nickel pendant 40 min et soudain aïe !
Tu localises la douleur avec ton pouce exactement à l’extérieur de ton genou, jambe tendue.
Tu appuies précisément à cet endroit et ça fait mal.
Tu as mal en marchant et pire dans les escaliers ?
Tu vas recourir. Au début, ça ira et boum, rebelotte au bout de 30-35-40 min cette fois.

Je dis tout cela parce que ça fait 2 ans que je bas avec un TFL à chq jambe :)
J’ai aidé aussi un pote qui débutait à diagnostiquer son prob. Le tout bien évidemment confirmé par un médecin du sport par la suite.
Ce dernier m’a alors prescrit des semelles orthopédiques que je ne quitte plus quand je cours ! Je les porte depuis juin 2004 et ça va mieux.
Mais si je force attention à la rechute.
Je bois bcp plus et je m’étire bien les TFL, Pelvi-Tranchotérien (niveau fessiers).

C’est peut etre autre chose, mais ça peut être ça.

En tous cas, bon courage !
SOS douleur genouxparGuilitch (invité)(80.13.229.xxx) le 02/12/05 à 17:13:03
Merci pour ces premières réponses.
La douleur est sur mon genoux droit mais à l’extérieur, ca ma trop l’air d’être au tendon, voila un petit schéma.
I
O <=
I
Bon ca me fait moins mal en cette fin de journée, j'ai annulé ma séance de ce soir on verra.
J'ai eu une drôle de sensation dans la jambe droite comme si elle était endormi et aprés j'ai eu mal à ce genoux.
Dans les escaliers ca me fait forcément plus mal.
Voila, merci encore.
Je cours assez régulièrement depuis août, un peu moins avant.
SOS douleur genouxparPierrot (invité)(145.226.1.xxx) le 02/12/05 à 17:30:28
Désolé mais j'ai rien pigé à ton schéma.

Tes symptômes ressemblent bcp à ceux d'une tendinite au TFL.

Pour info, le muscle tenseur du fascia lata est situé à l'extérieur de la cuisse. Il parle de la face antérieur de la crête Iliaque et descend jusqu'à l'extérieur du tibia.
Son chef musculR est court et son tendon est long et applati.

C'est lors du passage du tendon au niveau du condyle latéral externe (je peux me tromper) qu'il frotte et s'irrite => tendinite appelé aussi syndrôme de l’essui-glace, on comprend pourquoi.

Un bon étirement du TFL :

http://www.1backpain.com/images/TFLstretch.jpg

Rassure toi. Le plus long m’a été de le diagnostiquer ! D’ailleurs je serais éternellement reconnaissant à des forumeurs ici présents ! Sans eux je serais peut être encore en train de chercher.
Une fois que tu sais ce que c’est faut juste apprendre à le maitriser et à se connaitre.

J’oubliais, pense à glacer !
Mon toubib du sport ne prescrit que ça en anti-inflammatoire. C’est bio, sans effet secondaire et hyper efficace ! Accessoirement c’est agréable ;)

J’espère t’avoir aidé.
a+
SOS douleur genouxparc-max17 (invité)(83.152.140.xxx) le 02/12/05 à 18:31:18
moi aussi j ai eu ce probleme au genoux droit mais depuis une paire de semelle orto plus de probleme je voudrais poser une question a pierrotas tudes problemes au niveau de l amorti
car moi je touve quelle sont plus rigide et beaucoup plus ferme et le peu que j ai couru avec j ai ressenti comme des douleurs dans les mollets manque d habitude peut etre ?
j en ai parler au podologue il ma dit qu il valait mieux que l amorti soit plus ferme car le pied se positionne mieux !!!!
peut tu me decrire tes sensations merci
pour en revenir au sujet j ai traine ça pendant 2 ans
kine ,infiltration , jambe dans une atelle pzendant 1 mois pour rien et c est sur le forum que j ai trouve des sujets la dessusjai essaye et depuis plus de probleme de ce cote lamaintenant c est un lumbingo qui n en fini plus depuis 15 jours il ma memefait rater le marathon de la rochelle !!!!!!
SOS douleur genouxparGuilitch (invité)(82.127.240.xxx) le 02/12/05 à 19:21:14
Merci à tous spécialement à Pierrot, je vais essayer ces remèdes et verrai bien.
A plus
SOS douleur genouxpartotø (membre)(82.237.209.xxx) le 02/12/05 à 19:36:52
Salut Guilitch

vu les symtomes, j’opte aussi pour une tfl.
si tu fais des séances de kiné, massage ou autres, tu soulageras ta douleur mais tu ne résouderas pas le problème qui peut être mécanique (notament décalage du bassin de quelques milimètes).
Le must est :
1-docteur du sport (spécialiste de la cap est un mieux)qui dianostique bien ta tfl et il te prescrira des semelles moulées ou ortho.
2-avec ton fameux papier, tu cours (pas trop vite!) chez un orthopédiste (toujours du sport, c’est idéal) et il analysera ta foulée.
Un petit conseil, emmène tes runnings avec toi et dès que tu as tes semelles, tu pourras enlever les semelles de propreté de tes runnings pour mettre celles qui seront désormais tes prunelles de tes yeux
voilà bon courage à toi
totø
SOS douleur genouxparaiaiaiaiae (invité)(81.80.197.xxx) le 20/01/10 à 14:43:02
Après un court un peu intersif d’art martial,
j’ai ressenti une vive douleur au genou,
elle se situe au niveau à l’arrière du genou sur el coté gauche, la douleur est présente seulement jambe tendu?
Avez vous une idée de ce que ça peut être? Dois je consulter?
SOS douleur genouxparAbdelakder.Zian(invité)(83.203.195.xxx) le 26/01/10 à 19:04:57
bonjour je me présente , Je m’apel kader et je suis jeune footballeur dzepuis quelque temps je suis victime d’uine légere antorse au genou cela fait depuis 36 jours que j’ai cette douleurje suis parti voir au urgence et on ma dit sa et il mon recomander une atelle je l’est donc mit durant 3 semaineapres javait beaucoup moins de diffculté a marcher . ensuite a l’hopital on ma recommander d’aller voitr mon medecin énéraliste . Je suis parti et il ma dit que je devait mettre de la pomade anti-inflamoire et un bandage humide durant toutes mes nuits et m’a donner 1 mois de dispense de sport cela va faire bientot 1 mois ( dans 5 ou 6 jours a peu pres ) Masi malgrès mon traitemment j’ai vraiment trop mal a chaque faut geste il a un claquement qui me fait tres mal Svp aidez moi je vous en suplie je suis jeune footbaleur j’ai a peine 15 ans et mon entraineurvoudrat que je revinnent au plus vite car je suis talentueux aux football Merci beaucoup !
SOS douleur genouxparabstract (invité)(89.83.60.xxx) le 26/01/10 à 23:03:29
Kader va voir un médecin du sport, un généraliste ça ne sert qu’à refourguer de la camelotte produite par les labos, ils ne raisonnent que comme ça. La preuve le tien ne t’as pas fait faire d’examen, de radio ni rien d’autre? Il a direct prescrit sans savoir ce que tu as… Laisse tomber va voir un médecin du sport et surtout dis lui bien que tu souffres le martyr ne fais pas le timide.
SOS douleur genouxparkader(invité)(81.51.218.xxx) le 27/01/10 à 15:28:35
ok merci :) mai s j’ai tres peur des consequence
SOS douleur genouxparabstract (invité)(89.83.60.xxx) le 27/01/10 à 15:56:15
J’ai un beau frère qui jouait à un très bon niveau et qui a dû arrêter le foot il y a quelques années à cause d’une blessure au genou. Il a d’ailleurs toujours des douleurs, si ça peut te rassurer…

Forum sur lacourse à piedgéré parSerge

douleur genou jambe tendue
Clinique de l’arthrose- 7 rue Denis Poisson 75017 Paris
Tél :01 56 68 00 50|Contact e-mail
L’arthrose du genou peut être primitive (c’est-à-dire sans cause évidente, habituellement liée à l’augmentation de l’âge) ou secondaire à une cause le plus souvent traumatique comme une atteinte ligamentaire ou des lésions méniscales suite à une entorse du genou.
 
L’arthrose primitive de genou survient sans cause apparente. Néanmoins, certains facteurs favorisants sont souvent retrouvés, tels un âge supérieur à 50 ans, le sexe féminin, une obésité ou un surpoids important, une anomalie des axes de jambes entre fémur et tibia avec un morphotype dit en « varus = jambes arquées » ou en « valgus = jambes en X ».

L’arthrose secondaire de genou a comme causes principales : une anomalie morphologique des extrémités osseuses qui s’articulent mal, appelée dysplasie, une fracture ou une contusion touchant le cartilage articulaire lors d’un traumatisme, une fissure méniscale ou l’ablation d’un ménisque (méniscectomie) ou une instabilité chronique du genou par rupture du ligament croisé antérieur (gros ligament central stabilisant le genou lors des mouvements de pivot).
 
Les localisations de l’arthrose du genou : l’arthrose fémoro-tibiale externe est habituellement mieux et plus longtemps supportée que l’arthrose fémoro-tibiale interne. L’arthrose fémoro-patellaire entre la rotule et le fémur isolée aboutissant parfois à une prothèse de genou.
 
Le profil évolutif de l’arthrose du genou : l’arthrose peut être destructrice rapide, caractérisée par un épanchement de synovie chronique et un pincement radiologique rapide du cartilage sur les clichés successifs à 6 mois d’intervalle, ce type d’arthrose est sévère et aboutit souvent à une prothèse de genou. Le plus souvent l’arthrose évolue sur mode lentement progressif entrecoupé de périodes de crises aigues pouvant durer quelques semaines et s’accompagnant d’une recrudescence des douleurs avec épisodes d’épanchements. C’est dans ce cas que les traitements médicaux et fonctionnels préventifs de l’aggravation arthrosique prennent toute leur place avant d’envisager une chirurgie de type prothèse.
Une lésion méniscale survenant chez un sujet jeune peut entraîner plus tard une arthrose du genou surtout si on a retiré le ménisque dans sa totalité et encore d’avantage si se surajoute une anomalie des axes des membres inférieurs (jambes en tonneau). Pour cette raison, la chirurgie des lésions méniscales s’est transformée ces dernières années.

Il est rare maintenant qu’un chirurgien enlève la totalité d’un ménisque dont une partie est souvent saine, il se contente de régulariser le ménisque lésé et d’en laisser la plus grande part saine possible en place en ne retirant que ce qui est déchiré ou génant pour le patient. cette chirurgie plus précise est rendue possible grâce aux techniques mini invasives utilisant l’arthroscopie ou chirurgie vidéo assistée. Néanmoins, une arthrose fémoro-tibiale peut parfois survenir même après une ablation partielle d’un ménisque à plus ou moins long terme. L’indication d’une ablation méniscale chirurgicale doit donc être toujours mûrement réfléchie d’autant plus que le patient dépasse 40 ou 50 ans, que les douleurs sont peu importantes et que d’autres facteurs de risques d’arthrose coexistent. On doit toujours se poser la question d’un traitement médical dans un premier temps.
Différents moyens sont mis à la disposition des patients pour décharger le genou souffrant.

Un repos relatif en éliminant les stations debout prolongées, la course à pieds, le ménage, la pratique des escaliers; Il faut éviter le port de charges lourdes; en utilisant une canne du côté opposé au genou atteint.

Un repos strict peut être necessaire parfois, soit allongé, soit assis jambe tendue; en marchant à l’aide de deux cannes anglaises selon la technique du pas simulé; en portant une attelle rigide maintenant le genou en extension (ce moyen est indiqué en cas d’arthrose fémoro-patellaire en poussée car il empêche les mouvements de la rotule contre le fémur). Mais l’immobilisation est rarement préconisée.

En dehors des poussées, il est recommandé de marcher au moins 1 heure trois fois par semaine et de faire tous les jours des exercices de renforcement musculaire puis des postures en extension pour prévenir ou traiter un éventuel flessum. L’important dans l’arthrose du genou est deconserver au maximum les amplitudes articulaires.
L’ acide hyaluroniqueest un composant habituel du liquide articulaire synovial qui permet au cartilage du genou de conserver ses propriétés mécaniques et sa qualité. En cas d’arthrose du genou et de dégradation du cartilage, le liquide synovial perd ses propriétés de viscosité et d’élasticité, le cartilage est donc moins bien « lubrifié » et l’arthrose s’aggrave entrainant douleurs du genou et impotence fonctionnelle. Letraitement de l’arthrosefait donc appel aux injections ouinfiltrations d’acide hyaluronique dans le genoupermettant d’améliorer significativement le liquide synovial, le genou s’améliore nettement sur le plan des douleurs et des mobilités, leprocessus arthrosique peut être ralentipar ce traitement. L’amélioration survient en quelques semaines et peut durer en moyenne 12 mois.
Ces infiltrations sont le plus souvent réalisées au cabinet médical par un rhumatologue ou un chirurgien du genou, parfois par un radiologue lorsque l’anatomie du patient le necessite. La visco-supplémentation par acide hyaluronique peut necessiter plusieurs infiltrations successives en fonctions des produits utilisés ou de l’existence d’un épanchement associé du genou. 
L’infiltration peut être réalisée avec une petite anesthésie locale pour diminuer la douleur et permettre l’autonomie complète de la marche ensuite.
Les risques liés à ces infiltrations sont très faibles mais non nulles : arthrite par infection, hématome, allergies, échec du traitement. Mais lorsqu’elles sont indiquées le rapport bénéfices-inconvénients est très en faveur de leur réalisation.
Les infiltrations d’acide hyaluronique peuvent être dans certains cas couplées à unlavage chirurgical du genou sous arthroscopielorsque l’arthrose évolue sur un mode congestif avec des épanchements de synovie abondants et récidivants. Les résultats peuvent être assez bons sur les épanchements.
Le traitement par acide hyaluronique est de plus en plus utilisé dans l’arthrose du genou et d’autres articulations.
Lorsqu’il existe une arthrose fémoro-patellaire, le cartilage de rotule s’use et la rotule se subluxe vers l’extérieur créant ainsi une hyperpression externe source de douleur. Le strapping peut tenter de soulager les douleurs en attirant la rotule vers le centre du genou à l’aide de bandes adhésives. Ce bandage adhésif est mis en place par le patient lui-même après que le médecin lui ait appris.
On lui préfèrera assez souvent une genouillère souple élastique à « amortisseur » rotulien à n’utiliser qu’à l’effort et qui est bien plus confortable et facile d’utilisation.
Le port de semelles orthopédiques a deux buts dans l’arthrose de genou: amortir l’onde de choc liée à la marche et limiter ainsi globalement les contraintes sur le genou et tenter de déplacer de manière sélective les contraintes vers un compartiment sain du genou en modifiant l’appui du pied au sol. Des semelles souples et épaisses, amortissant les chocs, diminuent les douleurs de l’arthrose.
Il existe différents types de genouillères : les genouillères simples, en tissu élastique, sans renfort dont l’effet bénéfique est lié à une augmentation de la chaleur locale et à une meilleure sensation de son genou à la marche. Les genouillères avec renforts latéraux souples ou rigides et articulés, qui servent à maintenir le genou latéralement lorsqu’il existe une laxité et une déformation latérale liée à l’usure du cartilage; les genouillères à visée correctrice avec barres métalliques latérales articulées qui visent à corriger la déformation du genou arthrosique.
Une attelle immobilise le genou en extension et sert à le mettre au repos, cela soulage les douleurs de l’arthrose du genou.
Deux types d’attelles peuvent être utilisés : l’attelle habituelle va mettre au repos l’articulation fémoro-patellaire en empêchant la flexion. Elle peut servir à traiter une poussée d’arthrose transitoire; l’attelle de valgisation ou de varisation composée d’une pièce rigide enserrant la cuisse et d’une autre enserrant le tibia, réunies par des tubes coulissants et un pas de vis permettant de déplacer le tibia vers l’extérieur (valgisation) ou l’intérieur (varisation) pour mettre au repos le compartiment fémoro-tibial interne ou externe. Cette attelle, peu utilisée, est portée la nuit pendant plusieurs semaines.
Une ostéotomie est une intervention chirurgicale. Elle se propose de traiter de manière conservatrice la gonarthrose fémoro-tibiale interne lorsqu’il existe une déformation du genou en tonneau ou en jambes arquées. Cette ostéotomie de valgisation consiste à créer une fracture chirurgicale de la partie haute du tibia, d’y retirer ou d’y ajouter un coin osseux afin de réaxer le tibia vers l’extérieur et de déplacer ainsi les contraintes du compartiment fémoro-tibial interne pathologique vers le compartiment fémoro-tibial externe sain.
Cette intervention ne touche pas à l’articulation du genou directement. Elle permet de soulager les patients pendant plusieurs années et de retarder ou d’éviter la mise en place d’une prothèse. Plus rarement, la déformation est en genoux en X et il faut alors réaliser une ostéotomie de varisation.
Cette intervention est à réservée aux sujets jeunes de moins de 45 ans afin de leur éviter la mise en place trop tôt d’une prothèse de genou. Les suites sont assez longues et la reprise de l’appui à la marche se fait après plusieurs semaines.
Il existe plusieurs types de prothèses du genou. C’est votre chirurgien qui est le plus à même de faire le bon choix pour votre cas particulier.
La prothèse totale du genou est une intervention maintenant couramment pratiquée et permet d’obtenir des résultats très satisfaisants. Elle permet de faire disparaître la douleur, de redonner une mobilité du genou avec une flexion de 120 degrés ou plus, une marche sans canne et, de ce fait, d’améliorer la qualité de la vie des patients.
Cette prothèse donne ce type de très bons résultats dans 90 à 95% des cas. 5 à 10% de patients peuvent avoir  des résultats moins satisfaisants conservant des douleurs plus ou moins importantes et/ou des mobilités inférieures à 100 degrés.
La survenue d ‘une complication est rare dans cette chirurgie bien codifiée et programmée, cependant le risque n’est pas nul ; les complications les moins exceptionnelles sont les problèmes de cicatrisation, l’infection, le descellement précoce de la prothèse et la survenue d’une phlébite.
L’obtention du résultat fonctionnel n’est pas immédiate. Les suites post-opératoires de laprothèse du genousont plus longues que celles de la hanche et nécessitent une participation active du patient à sa rééducation. Il est nécessaire de marcher avec deux cannes pendant le mois qui suit l’intervention, la boiterie et les douleurs disparaissent au bout de 3 mois en moyenne et le résultat définitif et complet demande 6 à 12 mois.
En ce qui concerne la longévité des prothèses, à l’heure actuelle, toutes les prothèses mises en place s’usent ; leur durée de vie est en moyenne de 15 à 20 ans. La prothèse usée doit être remplacée, cette intervention est possible mais elle est cependant plus délicate et nécessite fréquemment des greffes osseuses.
Article rédigé par le Dr David Cattan Chirurgien Spécialiste du Genou (Paris). Toute reproduction est interdite.

douleur genou jambe tendue
——————————– Médecin généraliste Médecin du sport Pharmacien Autre
Oops! You need to be logged in to use this form.
Vous êtes médecin ?
Accédez à vos services plus
Créer un compte
Connexion
Mot de passe oublié ?
Accueil/Traumatologie/
Genou/Les douleurs de la face interne du genou : Eléments diagnostiques
Dr Jean-Marie Coudreuse (Unité de médecine du sport, pôle de MPR, CHU Salvator, Marseille)
ENYOYER À UN AMI
IMPRIMER L’ARTICLE
Bonjour,
Je vous invite à consulter l’ article : Les douleurs de la face interne du genou : Eléments diagnostiques
2IBU02804/14 – Site établi en avril 2014 – FR2IBU03001/17 – Site mis à jour en février 2017
Saisissez l’adresse email de votre compte puis cliquez sur valider.
Vous recevrez ensuite par e-mail un lien vers une page sur laquelle vous pourrez
facilement créer votre nouveau mot de passe
Identifiant ou adresse de messagerie :

Exemple : nom@yahoo.fr
Si vous avez oublié l’adresse email de vore compte, merci de contacter :contact@lamedecinedusport.com
Les informations recueillies sur le site www.lamedecinedusport.com font l’objet d’un traitement informatique destiné à vérifier que l’internaute est bien un professionnel de santé.
Le présent site a fait l’objet d’une déclaration à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) sous le numéro 1747742 v 0.
Conformément à la loi  » informatique et libertés  » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification
aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant àwebmaster@lamedecinedusport.com . Vous pouvez également,
pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.
En cliquant sur inscription, vous acceptez de vous conformer à la  politique de confidentialité  et aux  conditions générales  de lamedecinedusport.com
Les informations recueillies sur le sitewww.lamedecinedusport.comfont l’objet d’un traitement informatique destiné à vérifier que l’internaute est bien un professionnel de santé.
Le présent site a fait l’objet d’une déclaration à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) sous le numéro 1747742 v 0. 
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant àwebmaster@lamedecinedusport.com . Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. 
Les informations recueillies sur le sitewww.lamedecinedusport.comfont l’objet d’un traitement informatique destiné à vérifier que l’internaute est bien un professionnel de santé. Le présent site a fait l’objet d’une déclaration à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) sous le numéro 1 747 742 v 0.
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant àwebmaster@lamedecinedusport.com . Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.
Les douleurs de la face interne du genou sont extrêmement fréquentes. Elles se rencontrent dans deux situations bien distinctes : d’une part à la suite d’un traumatisme et, d’autre part, de façon chronique sans traumatisme déclenchant et souvent favorisées par l’activité physique, en particulier en charge.
Le premier élément sur lequel il est indispensable d’interroger le sportif est le mécanisme. Un mécanisme en valgus ou en valgus-rotation externe orientera volontiers vers une lésion du ligament collatéral médial (ligament latéral interne). Il faudra également rechercher un mécanisme évoquant une rupture du ligament croisé antérieur puisque que les lésions du plan interne peuvent être associées à une lésion du LCA. L’interrogatoire recherchera également la présence d’une instabilité et surtout d’un épanchement articulaire. En effet, la présence de ce dernier orientera vers une lésion intra-articulaire alors que l’absence d’épanchement ou une tuméfaction localisée en interne orientera plus vers une lésion ligamentaire médiale. L’examen clinique sera bien sûr toujours complet avec l’étude des amplitudes articulaires en décubitus dorsal et ventral, la recherche d’un épanchement, de signes méniscaux, ostéochondraux (fémoro- tibiaux et fémoro-patellaires) et ligamentaires et les tests isométriques.
Dans un contexte post-traumatique, si on centre l’examen clinique sur cette face interne du genou, le plus important est de faire la différence entre une douleur liée au ligament collatéral médial et une douleur liée au ménisque médial. Si la douleur est d’origine ligamentaire, elle siègera le plus souvent (dans 90 % des cas) à l’insertion haute du ligament collatéral médial et donc nettement au-dessus de l’interligne articulaire(Fig. 1)alors qu’une lésion méniscale ne peut pas donner de douleurs à cet endroit. Dans quelques cas plus rares, elle peut siéger à l’insertion basse du ligament et fera toujours rechercher une lésion du LCA associée. Si la douleur siège à la partie médiane, en regard de l’interligne interne, il n’est pas possible de faire la différence à la palpation entre une douleur méniscale et une douleur ligamentaire.
En revanche, la palpation peut être douloureuse à la partie antérieure ou postérieure de l’interligne articulaire, ce qui élimine une lésion ligamentaire et oriente plutôt vers une lésion méniscale. Les autres signes méniscaux sont systématiquement recherchés ( Grinding Test , Mac Murray…). Pour avoir un argument supplémentaire en faveur d’une souffrance méniscale, il est intéressant, lorsqu’on fléchit le genou en passif, arrivé à l’angle douloureux, d’imprimer un mouvement de varus-rotation médial. Si la douleur augmente, elle est plutôt d’origine méniscale car elle comprime le ménisque et détend le ligament. Par ailleurs, lors d’un mouvement en valgus, si la douleur augmente en rotation latérale, elle est plutôt d’origine ligamentaire et, si elle augmente en rotation médiale, elle est plutôt d’origine méniscale.
Enfin, la recherche d’une laxité du plan interne est systématique. Dans un premier temps, elle est effectuée genou tendu. Si elle est positive, elle signe la lésion du plan ligamentaire interne et une probable lésion du LCA associée. Elle est ensuite effectuée à 30° de flexion ; si cette laxité est retrouvée, elle signe la lésion du plan ligamentaire interne. Si elle déclenche une douleur sans mise en évidence de laxité, elle oriente plutôt vers une lésion ligamentaire souvent incomplète mais, parfois, elle peut être douloureuse également en cas de lésion méniscale. Nous n’abordons pas ici la troisième cause de douleur interne du genou qui peut être liée à une fracture car le contexte est souvent différent.
Il est très important de faire la différence entre une douleur d’origine méniscale et une lésion ligamentaire car les examens complémentaires ne sont pas les mêmes. La lésion méniscale indiquera la réalisation d’une IRM alors que la lésion ligamentaire nécessitera une échographie. La prise en charge thérapeutique Douleurs, Face interne du genou, Diagnostic Mots-clés sera bien sûr totalement différente. En résumé, il est “dangereux” de prendre une décision thérapeutique sur une simple IRM sans examiner le genou du patient car la situation la plus fréquente est celle d’un patient qui vient consulter avec une IRM montrant une petite lésion méniscale alors que c’est l’insertion de son ligament qui le fait souffrir et donc, dans ce cas, l’arthroscopie est contre-indiquée.
Il s’agit le plus souvent d’un sujet plus âgé, pratiquant une activité physique en charge comme la course à pied ou la randonnée et qui se plaint de gonalgies d’effort. Dans ce cas, les deux diagnostics principaux à différencier sont celui d’une atteinte méniscale médiale et celui d’une atteinte ostéo-chondrale. Dans le cas de l’atteinte méniscale, on retrouve les classiques signes méniscaux mais surtout la palpation sera extrêmement discriminative puisqu’une atteinte méniscale sera douloureuse en regard de l’interligne fémoro-tibiale alors que l’atteinte ostéochondrale donnera une douleur sur le rebord de cet interligne ou le plus souvent nettement en dessous, en regard du plateau tibial. Les autres diagnostics à évoquer sont, en premier lieu, une fracture de fatigue du plateau tibial, voire une tendinopathie de la patte d’oie. Cette dernière est extrêmement rare et son diagnostic est souvent posé abusivement. Pour retenir ce diagnostic, il faut avoir éliminé une atteinte méniscale et ostéochondrale et, surtout, avoir une preuve par l’imagerie de cette atteinte des tendons de la patte d’oie.
La différence entre la lésion méniscale et la lésion ostéochondrale est extrêmement importante puisque, encore une fois, les examens complémentaires sont complètement différents. La lésion méniscale est objectivée par une IRM tandis que la lésion ostéochondrale nécessite tout d’abord des radiographies (en charge face, profil et en position deshuss ) et, dans un deuxième temps, un arthroscanner. Là encore, la situation la plus fréquente est celle d’un patient qui vient avec son IRM montrant une atteinte méniscale alors qu’à l’examen clinique on ne retrouve pas de signes méniscaux mais une douleur en regard du plateau tibial. Les radiographies peuvent montrer éventuellement un pincement fémoro-tibial et, surtout, l’arthroscanner mettra en évidence une arthropathie fémorotibiale qui peut passer inaperçue à l’IRM. Encore une fois, les conséquences sont majeures puisque la présence d’une lésion ostéochondrale contreindique dans la majorité des cas un geste méniscal qui ne ferait qu’aggraver cette chondropathie.
Que ce soit dans un contexte traumatique ou dans un contexte micro- traumatique, il faut savoir faire la différence, d’une part, entre une lésion méniscale et une lésion ligamentaire et, d’autre part, entre une lésion méniscale et une lésion ostéochondrale. Les examens complémentaires ne sont pas les mêmes et la stratégie thérapeutique est également différente. Il faut donc toujours respecter la règle selon laquelle un examen complémentaire ne peut être choisi et prescrit qu’après un interrogatoire et un examen clinique rigoureux. Dans le cas contraire, cet examen serait au mieux inutile et, au pire, dangereux.

douleur genou jambe tendue

Physiotherapie pour tous>Douleur au genou et gonflement
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, en fournissant les fonctions des médias sociaux et d’analyser notre trafic. Nous fournissons également des informations sur la façon dont vous utilisez notre site à nos partenaires qui traitent de l’analyse Web, la publicité et les médias sociaux, ce qui pourrait se combiner avec d’autres informations que vous les avez fournis ou qui ont recueilli sur la base de l’utilisation de leur services.
Ok Savoir plus
La douleur augenoupeut se présenter en même temps que :
La douleur autour de la rotule (patella) se produit à l’avant du genou.
La gêne derrière la rotule peut être causé par lesyndrome fémoro-rotulienou fémoro-patellaire qui provoque une gêne en position assise lorsque l’on reste assis au moins 10 minutes avec les jambes pliées parce que le genou est fléchi (comme par exemple au cinéma), aprè sun effort, et en pédalant en vélo.
Les jeunes athlètes peuvent avoir une Chondromalacie patellaire qui est une cause fréquente de troubles derrière la rotule.
La douleur sous la rotule est généralement unetendinite du genou(du ligament patellaire).
Elle peut affecter les deux genoux, mais le plus souvent, elle est localisée uniquement sur le genou droit ou gauche.
Une autre cause est l’ inflammationdu corps adipeux de Hoffa qui se trouve derrière le tendon rotulien et provient, en général, d’untraumatisme .
La plupart des autres causes des maux du genou antérieur sont des lésions dues à une surcharge et qui commencent progressivement, comme latendinite du quadriceps , qui provoque des douleurs au-dessus de la rotule ou une inflammation du tendon rotulien.
La tendinite du genou provoque une gêne pendant la course (surtout en descente) et lorsqu’on effectue certainsexercicestels que les squats et les fentes.
La cause la plus fréquente de douleur à la face latérale externe du genou est le syndrome de la bandelette ilio-tibiale, également connue sous les noms de syndrome de l’essuie-glace, syndrome du coureur ou syndrome du fascia lata est une inflammation de surcharge qui commence lors d’une course.
La douleur sur l’extérieur du genou peut être causée par unelésion du ménisquelatéral ou ligament collatéral externe, dans ce cas, on note également ungonflementet une limitation des mouvements de flexion et d’extension.
L’inflammation du cartilage de genou peut provoquer des douleurs dans la partie latérale de l’articulation et se produit progressivement.
La cause la plus fréquente de douleur sur la face interne du genou est unelésion du ligament collatéral médialqui provoque également inflammation et limitation des mouvements.
Une entorse du côté interne peut se produire également en même temps qu’unelésion du cartilagede l’articulation, duménisque médial   ou duligament croisé antérieur .
L’inflammation du cartilage peut commencer progressivement et peut être la cause de la douleur au genou sur la face interne.
Larupture du ménisque interneest une cause fréquente du mal au genou et provoque un gonflement et des blocages articulaires.
L’épaississement de la plica rotuliennepeut faire très mal à l’intérieur de l’articulation
L’œdème osseuxest une inflammation d’un des os du genou (généralement le fémur), et est généralement la conséquence d’un traumatisme. Lors de la résonnance magnétique, apparait une marque plus claire qui correspond à l’œdème.  è l’infiammazione di una delle ossa del ginocchio (generalmente il femore), di solito è la conseguenza di un trauma. Nella risonanza magnetica appare una macchia più chiara in corrispondenza dell’edema. Le liquide inflammatoire qui s’accumule dans l’os provoque de fortes douleurs et la limitation du mouvement, les patients ne parviennent souvent pas à plier le genou au-delà de 90 °.
Si le genou fait mal à l’intérieur dans la partie antérieure, la cause peut être une lésion du ménisque interne, unecontusionou une inflammation du corps de Hoffa.
Peu centimètres plus bas, on peut avoir une inflammation des tendons de la patte d’oie.
La gêne peut être également ressentie en marchant.
La douleur au genou du côté de la rotule peut être causée par une lésion de la corne antérieure du ménisque latéral ou par le syndrome fémoro-rotulien dans lequel la rotule glisse hors de son cours normal.
Il est une poche de liquide dans l’arrière du genou que l’on appellekystes de Baker, si elle gonfle suite à une blessure du genou, cela peut engendrer des douleurs.
La tendinite des muscles fléchisseurs de la jambe (biceps fémoral, demi-tendineux et semi-membraneux) peut causer des douleurs à l’arrière du genou où s’insèrent les tendons, mais ceci est très rare,
La tendinite est généralement une blessure liée à une surcharge, les symptômes viennent progressivement.
Une blessure qui peut provoquer des douleurs dans la partie postérieure du genou est la lésion du ligament croisé postérieur qui est généralement causée par uneentorse .
On peut pratiquer les sports qui ne sollicitent pas trop l’articulation, mais il faut éviter natation en brasse qui peut aggraver le problème.
Il y a des troubles nerveux ou musculaires qui peuvent donner des douleurs réflexes dans la partie arrière du genou :
Un genou enflammé peut être le résultat d’un traumatisme à l’articulation ou une entorse qui endommage les ligaments ou à d’autres structures internes, par exemple pendant le ski.
Le gonflement (œdème ou épanchement) n’est pas toujours le signe d’une lésion des os, du cartilage, des ligaments ou des ménisques, il est parfois le résultat d’un effort excessif, un traumatisme ou une entorse qui ne causent aucun dommage.
Même l’ arthritepeut causer un œdème au genou dans la partie avant ou arrière,  au niveau du kyste de Baker.
Après une intervention chirurgicale, par exemple la reconstruction du ligament croisé antérieur, le gonflement demeure pendant quelques mois.
Unesynoviteest une inflammation de la membrane synoviale de l’articulation et peut se produire à la suite d’une opération du genou, l’épanchement s’accumule autour de la rotule ou dans le kyste de Baker.
Les enfants peuvent ressentir une gêne pendant la phase de croissance.
Lesyndrome de Osgood Schlattersest un trouble qui provoque des douleurs à l’avant du genou où le tendon rotulien (ou ligament rotulien) est s’insère dans la partie supérieure du tibia. Ce trouble affecte les athlètes et s’améliore avec le repos.
Si on coure régulièrement sur route,  il est probable que, avec le temps, on souffre de douleur au genou.
Les troubles du genou chez le coureur se produisent à cause de l’utilisation excessive et sont le résultat d’un mauvais alignement du pied (creux, plat, pronateur ou supinateur) ou de chaussures de course non adaptées.
Le genou du coureur est un terme utilisé pour décrire certains troubles tels que:
Si l’articulation fait mal lorsqu’on plie le genou, dans le cas d’ arthrose , de  fracturesou s’il y a des lésions internes aux : ménisque, ligaments croisés ou collatéraux.
Si le mouvement est limité et on voit un gonflement, il y a, très sûrement, une lésion parce que un traumatisme comme une contusion ne réduise pas les mouvements de flexion et d’extension.
Si le genou ne s’étend pas complètement, il est probable qu’il y ait une lésion au ménisque.
La douleur au genou au repos, y compris quand on dort pendant la nuit, peut être causée par de l’ arthroseen phase avancée ou par unefracture .
Si le genou fait mal le matin et puis qu’après environ une demi-heure la douleur s’en va, la cause en est probablement l’arthrose, et si la gêne persiste pendant au moins une heure, il est plus susceptible que cela vienne d’unepolyarthrite rhumatoïdeou psoriasique.
Labursitene provoque une douleur que pendant quelques minutes après le réveil.
Après une opération chirurgicale, il est normal de ressentir une gêne pendant les premières semaines.
Selon le type d’intervention, la douleur au genou après une méniscectomie peut être ressentie pendant environ 10/15 jours, mais si le chirurgien a effectué d’autres procédures, par exemple : la reconstruction du ligament croisé antérieur, lésion duligament  fémoro  patellaireou une prothèse du genou, la douleur peut jusqu’à 3/4 mois.
La rigidité est surtout présente « froid » et quand on se réveille, il est normal de ressentir une douleur quand la jambe est étendue dans la première phase de rééducation.
Au cours de l’examen physique, le médecin doit contrôler le gonflement, la douleur, la raideur, la chaleur et les hématomes sur le genou
Il faut ensuite évaluer l’ampleur du mouvement, si on réussit à plier et étirer complètement le genou.
Il est important de vérifier l’intégrité des ligaments et ménisques par des tests spécifiques.
Radiographie . Le médecin peut recommander une radiographie pour détecter des fractures osseuses ou de l’arthrose.
La radiographie montre également si le genou est en varus ou valgus, c’est-à-dire s’il n’est pas bien aligné.
La tomodensitométrie par ordinateur (TDM). Le scanner peut aider à diagnostiquer des problèmes osseux et voir s’il y a des corps étrangers.
L’Ecographie. Cette technologie utilise des ondes sonores pour créer des images des tissus mous en temps réel à l’intérieur du genou.
Le médecin peut décider de faire tourner le genou dans différentes positions pendant l’examen pour mieux voir les éventuelles lésions.
Cet examen n’est pas le plus approprié, car il ne permet pas de voir à l’intérieur de l’articulation, donc il ne sert pas à évaluer les ménisques, les os, les ligaments et le liquide articulaire.
L’ imagerie par résonnance magnétique(IRM) utilise des ondes radio et un aimant puissant pour visualiser l’intérieur du genou. Cet examen est particulièrement utile dans la détection des lésions des tissus mous tels que les ligaments, les tendons, les cartilages et les muscles.
Les examens de laboratoire. Si le médecin suspecte uneinfection , lagoutteou pseudo-goutte, il est très probable qu’il prescrive des tests sanguins et une arthrocentèse (une procédure dans laquelle on aspire une petite quantité de liquide de l’articulation avec une aiguille et on l’envoie à un laboratoire pour l’analyse).

douleur genou jambe tendue

Musculation
FAQ
M’enregistrer
Connexion
Envie de partager votre expérience, gros ou petits bobos, c’est ici !
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Hello,

Je suis pratiquant de la méthode Lafay et depuis quelques temps j’ai une douleur au genou droit. Je ne me souviens plus comment ni exactement quand elle est apparue (plus d’un mois) mais il se peut que ce soit en faisant l’exercice d’étirements 30.

Je ressens cette douleur derrière le genoux quand le genou est froid (quand je me lève le matin, quand je suis resté assis et que je me lève …). La douleur a tendance a disparaitre quand je marche ou fais les exercices de musculation (quand j’utilise les genoux quoi). Quand j’essaie d’appliquer une pression derrière le genou je ne ressens rien et apparemment je n’ai pas de douleur aux tendons (sauf parfois celui de devant à droite).

J’ai arrêté la musculation pendant une semaine et la douleur commençait à disparaitre et elle est réapparue quand j’ai recommencé.

Vous avez une idée de ce que ça peut être ? Des conseils à donner (arrêter l’entraînement des jambes …) ?

Merci.
Messages:687 Inscription:Mardi 16 Oct 2007 21:19 Localisation:Region parisienne
C’est peut-etre que tes ischios tirent trop sur leur insertion tendineuse au niveau du tibia/peronné et donc pousse sur le genou et te fait mal.
Je pense qu’il faut que tu t’étire bien, longtemps, les jambes (surtout les ischios).
SI tu as encore mal, le mieux est de consulter
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
pour l’exercice de souplesse 30 tu as du trop forcer !

n’oublies pas que c’est le muscle qu’il faut étirer !
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Merci pour les réponses.

J’essaie d’étirer à peu près tous les muscles avant et après mes séances.

J’ai oublié de préciser que je ressens cette douleur quand la jambe est tendue.

Je sais que j’ai déjà trop forcé sur l’exercice 30 (comme quand on s’assoie à genoux, j’ai une articulation moins « souple » que l’autre).

A votre avis, j’arrête les exercices pour les jambes ?

Si je retire juste les exercices 6 et 7 (niveaux II), c’est bon ?

Enfin, la consultation est obligatoire ? Car si je ne fais plus de musculation, les douleurs s’en vont (comment ça ça se voit que j’ai pas envie d’aller consulter ?) …

Merci.
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
tu pourrais prendre RDV chez un ostéopathe !

si t’as quelque chose il va s’en occupper

si t’as rien au moins ça te soulagera et ça te fera un bilan global !

si tu as mal au genou il vaut mieux arrêter de le travailler jusqu’au RDV avec l’ostéo.

enfin, s’il y a d’autres avis !
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Je connais pas d’ostéopathe … J’hésite à prendre un RDV avec mon généraliste.
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
n’hésite pas !

( conseil très utile de ma part )
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Merci du conseil. RDV pris pour lundi matin.
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
fais attention d’ici à demain matin
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Pas pour demain matin, pour lundi matin !

Par contre demain j’vais devoir faire gaffe quand même (en commençant par ne pas faire travailler les jambes).
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
grosse erreur de ma part; j’avais lu demain matin…

je commence à fatiguer moi

pour ne pas trop travailler tes jambes je te conseille de te déplacer le plus possible sur les mains ( ainsi tu travailleras ton équilibre et ta force )
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Ouais j’imagine bien le truc (quand j’irai aux toilettes surtout).

En fait j’ai une séance de musculation prévue demain. Je pense retirer les deux exos qui font travailler les jambes.
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
bonne idée ; ne fais pas les jambes jusqu’à être allé voir ton médecin !
Messages:1057 Inscription:Mercredi 16 Mai 2007 17:18 Localisation:Nancy
De toute facon, c’est surement une douleur du a un ligament (vu le bordel de ligaments qu’il y a au niveau du genou). Apres en arriere du genou ca peut venir de plusieurs chose (fatigue du ligament croisé posterieur, fatigue de la coque condylienne qui doit obliger le genou a ne pas depasser 0° d’extension…). Difficile a dire comme ca

Pas d’antecedent ? (entorse du genou etc …)
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Non je n’ai pas d’antécédent (pas que je me souvienne en tout cas).
Messages:1057 Inscription:Mercredi 16 Mai 2007 17:18 Localisation:Nancy
Non parceque des douleurs aux ligaments interne (medials), j’en ai mais c’est suite a 2 grosses entorses sur le meme genou. Peut etre une fatigue general du genou. Du repos ne te fera que le plus grand bien.
Messages:8 Inscription:Dimanche 06 Avr 2008 10:44 Localisation:Bordeaux
Hello,

Je suis donc allé voir le médecin et il a touché mon genou partout, l’a tourné dans tous les sens et je n’avais aucune douleur. Selon lui j’ai pas grand chose, ce serait parce que j’y suis allé un peu fort sur l’entraînement. Il m’a prescrit une crème anti-inflammatoire à appliquer autour du genou trois fois par jour et m’a conseillé d’arrêter l’entraînement des jambes pendant une semaine puis au bout d’une semaine, de mettre de la glace autour du genou après chaque séance (pendant quelques séances).

Voilà ! Encore merci à tous.
Messages:755 Inscription:Dimanche 08 Avr 2007 14:04
super !

donc pas de gros problème !

respecte bien les consignes de ton médecin et tout devrait bien se passer.
Accueil Forum
Aller sur le site :Musculation
Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

douleur genou jambe tendue
Salut les blouses blanches de la courseJuste une petite question dont je souhaiterai me débarrasser.Mercredi, alors que je m’amusais à faire quelques accélérations en ligne droite, après 30 minutes de course tranquille en mode échauffement, une sensation douloureuse s’est manifestée derrière mon genou (ce n’est pas osseux mais peut-être ligament ? tendon ? muscle ?). 1ère, 2ème, 3ème accélérations = Tout est OK 4ème accélération : Tient, ça tire bizarrement 5ème accélération : Hum… ça tire plus que je le voudrai… 6ème accélération : Mince, rien à faire, trop mal (douleur intense)… je laisse tomber. Reprenant mon allure footing pour retourner tranquillement à la voiture, pas de douleur. Vendredi, je cours avec Cotopaxi durant 30 minutes très tranquillement, tout va bien. Nous débutons une série d’accélération et retour immédiat de cette sensation douloureuse. A la 2ème accélération, je suis forcée à abandonner. Rien à faire, je ne peux pas passer au monde vitesse, ça réveille chaque fois quelque chose que je ne sais pas nommer. Nous passons tout de même au travail en côte. Pour cela 12 montées de 50 secondes et descentes chaque fois en trottinant. Pas de douleur du tout ! Le retour à la voiture se fait avec 10 minutes de course tranquille. A mon réveil ce matin, aucune douleur particulière. Quelqu’un aurait une réponsepour éclairer ma lanterne ??? Lundi j’appelle mon chiropraticien pour lui lancer mon énigme mais une petite réponse, si vous l’avez. m’intéresse beaucoup.
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Derrière côté intérieur ou extérieur du genou?
_________________ http://firstmarathon2012.blogspot.com/
A l’intérieur ! ça te dit quelque chose ? Je précise, ce n’est pas dans le genou, ni derrière la rotule mais bien derrière quoi !
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
je voudrai pas te faire peur mais moi je traine exactement la même chose depuis plus d’un An . Rien à faire . radio, kine, medecin . personne ne comprend. la douleur va et viens mais ne bloque jamais. on s’y fait . moi je la ressent aussi allongé au moment du couché, jambe tendue.aprés 4 semaines d’arret complet, la douleur est partie. je reprends ce jour .ça se calme avec massage à l’huile essentielle de gaultherie (10mns de massage : 5 gouttes pures melangées avec de l’huile de massage post sport à l’arnica). je suis interessé par le sujet et attends les avis des autres cocos.
Seb… merci pour ta réponse ! J’suis trop trop gourmande en explication !!! En fait, comme je suis MEGA motivée pour m’entraîner avec régularité en respectant bien mes plage de repos, je n’ose même pas imaginer ranger mes baskets. J’ai trop de rêves et de projets. En fait, je ne me suis jamais sentie aussi bien au niveau motivation. Cette aventure derrière le genou me fait grimacer sur le moment des accélérations mais rien à d’autres moments. J’ose croire que je ne suis pas bonne pour l’abstinence !!! Mon chiro a déjà fait des miracles, il sera peut-être une nouvelle fois mon magicien. Vivement lundi que je l’appelle, avec un peu de chance je décrocherai un rendez-vous dans la semaine. C’était aussi lors des accélérations que tu avais mal ?
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
…Je pense que c’est un frottement de la gaine qui entoure tes tendons et qui provoque une petite inflammation localisee…sans pour autant que ce soit une tendinite! Massage avec un anti-inflammatoire localement devrait etre suffisant. gaultherie oui pourquoi pas si tu preferes le naturel… Pour la petite histoire, j’ai vu un gars qui avait ça et c’était du à ses chaussettes qui remontaient trop au niveau du creu du genou! Ca appuyait et ça empechait le tendon d’etre « libre » à linterieur de sa gaine! On a descendu ses chaussettes…et fini
Evidence a écrit: A l’intérieur ! ça te dit quelque chose ? Je précise, ce n’est pas dans le genou, ni derrière la rotule mais bien derrière quoi !Ca ressemble monstrueusement à ce que j’appelle ma « tendinite » depuis des mois, mais depuis cette semaine je suis devenue plus aggressive que la douleur, je masse en profondeur et ça la fait passer. J’en suis arrivée à penser que, justement, ce n’est pas un tendon.. par contre je ne sais pas ce que c’est!!! Massage avec HE (huile essentielle) de gaulthérie et HE de katrafay après les entraînements, et Perskindol Dolo Gel 2-3 fois par jour (aucune amélioration ni avec Voltaren ni avec Ecofenac). Idem les entraînement rapides m’ont fait un peu mal mardi dernier… aujourd’hui après 24km lents rien du tout… donc ça ne peut pas être un tendon, hein?
_________________ http://firstmarathon2012.blogspot.com/
seb de st prest a écrit: moi je la ressent aussi allongé au moment du couché, jambe tendue.aprés 4 semaines d’arret complet, la douleur est partie. Idem sur toute la ligne.Je la sens aussi si je suis debout en appui sur la jambe en question.
_________________ http://firstmarathon2012.blogspot.com/
C’était aussi lors des accélérations que tu avais mal ?
Oh comme je vous aime ce soir !!!!! J’adore vos révélations !!!
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
[quote= »Barbara »] Evidence a écrit: Massage avec HE (huile essentielle) de gaulthérie et HE de katrafay après les entraînements, et Perskindol Dolo Gel 2-3 fois par jour (aucune amélioration ni avec Voltaren ni avec Ecofenac). attention : se limiter aux huiles essentielles . le reste (voltaren) est un médicament … dopant ? rester naturelle ou consulter un toubib. les huiles essentielles spécifiques et bien appliquées (massées) sont suffisantes à nos niveaux d’amateurs.pour les pro ou semi pro pourquoi pas . ils savent ce qu’ils prennent.
Je suis d’accord avec tout ce que vous diteCela m’est aussi arrivé mais au niveau de la hanche. Les douleurs apparaissaient au moment de très fortes accélérations à me stopper net Sinon très supportable voire insignifiant le reste du temps. Ça avait durer 6 mois, mais je ne me suis pas arrêter pour autant. mon kiné m’avait dit à l’époque que c’était certainement un début d’inflammation des ligaments ! Il m’avait demandé à l’époque de cibler l’endroit exacte avec un marqueur afin qu’il me soigne tout de suitesinonDonc pas d’angoisse, c’est juste des petits avertissements qu’il faut surveiller et soigner. Cela ne t’empêchera nullement de t’entrainer ! Alors, à fond !!!!
_________________ « Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l’un avance, l’autre veut le dépasser. Et moi, pauvre imbécile, je marche. » Raymond Devos
Merci encore pour votre intérêt et vos réponses à mes bobos@ Hémil : Tu me dis que tu as eu la même chose lors d’accélérations mais alors tu les as supprimées durant un certain temps ou alors tu les as modérées ? @ Seb : Une question de vraie débutante mais pour ces massages, c’est de toutes petites quantités d’huile ? Ce matin, mon programme prévoyait une sortie longue. Entre la météo sympathique et le fait que je sois en congé (pas souvent le dimanche), j’en ai profité et au total 14km dans les pattes. C’était difficile car c’est loin de mes distances habituelles mais pas impossible non plus ! Aucune douleur, juste une explosion de fatigue !!!
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Ben, la douleur, quelque part, les modère naturellementcela m’a un peu gêné pendant quelques compétitions et dés que le kiné a vu la source exacte il a remédié à tout ça en qques séances assez douloureuses aussi mais depuis ça a complètement disparupour les huiles, c’est toujours en très petite quantitéNe force pas trop brutalement dans tes sorties longues mais progressivement
_________________ « Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l’un avance, l’autre veut le dépasser. Et moi, pauvre imbécile, je marche. » Raymond Devos
Merci Hémil, je vais tester des accélérations en douceur alors ! Juste quelques foulées plus rapides sans tout donner. Pour la sortie longue, j’ai bien senti que j’abusais un peu…Le plaisir était mitigé parce que l’effort au dessus de mes moyens. Dimanche prochain, je ne dépasserai pas les 1h15 à 1h20. Le plus difficile est vraiment de planifier mes séances puisque chaque semaine je change d’horaire et de rythme. Pour donner une idée, voilà le programme professionnel qui m’attend dès demain : Lundi : 06h00-16h00 (mon réveil me brutalise à 4h45) Mardi : 06h00-16h00 (mon réveil récidive à 4h45 pour la torture) Mercredi : congé Jeudi : 14h00-24h00 Vendredi : 14h00-24h00Sans oublier que je travaille en permanence sur mes 2 pattes, avec beaucoup de marche, parfois du vélo et demain… rendez-vous au dojo à 08h00 ! Pfffff…. suis déjà fatiguée !!!
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Je n’ai pas tout lu, mais ce que vous dites est interessant. Coxy je pense détient une bonne part de vérité . Idem, cela m’est arrivée, il me semble que c’est le gros tendon pour moi, la fin de l’ischio, ou bien une varice??? De toute, idem, je masse huile de gaultherie, boire, étirements…This is the solution naturaly! N’oublions pas que nous pratiquons un sport traumatisant pour le corps
Citation : pour les pro ou semi pro pourquoi pas . ils savent ce qu’ils prennent.Tout est à vérifier SURTOUT, tu parles de voltarène Seb????Coxy, help? dopant pas dopant? les médecins prescrivent en tous les cas, j’en ai pas à la maiz, je demanderais à l’ocase à la pharmacie sinon … De toute les façons tout le monde à le droit de se soigner, c’est NORMAL ,mais pas de courir en compèt j’ai bien compris pour ma part.
Ce n’est pas avec ma vitesse de tortue que le Voltarène va m’aider !!!
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Evidence a écrit: @ Seb : Une question de vraie débutante mais pour ces massages, c’est de toutes petites quantités d’huile ? ! je mets qq goutes de gaultherie pure et de l’huile en quantité suffisante pour un massage de 10 minutes mini. il vaut mieux en rajouter que d’en mettre une bassine … un flacon d’huile doit durer 6 mois dans mon cas à raison de 3/4 séances semaine mais dés fois il prend une claque pour le massage des lombaires de ma douce … l’arnica est trés efficace pour les douleurs dorsales. en ce moment , hiver oblige , j’ajoute 1 à 3 goutes de ravintsara. trés fort arome de type eucaliptus en plus puissant et tueur de microbes et d’acariens
Merci Seb ! Je note tout cela et dès demain, je pars à la chasse !
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Les huiles essentielles seraient toujours à employer mélangées en petites quantités à un gel ou une crème pour le corps, ou à une huile de massage (à part l’huile essentielle de lavande qui peut être employée pure sans souci).Le Perskindol Dolo Gel est aussi naturel: huile essentielle de gaulthérie, huile essentielle de pin, huile essentielle d’encens, excipent A privilégier: les huiles essentielles BIO
_________________ http://firstmarathon2012.blogspot.com/
J’aurai appris plein plein plein de choses ! Merci encore !
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Et beinh la matinale , bonne journéePour ma part, en cas de souci persistant, le soir avant de me coucher, je fais un cataplasme avec de l’argile verte, un aspégic 1000, l’essence de menthe poivrée. Je mets tout cela sur la partie et un coup de film étirable pour épargner les drapsAuparavant 15 min de glace, massage 5 min puis le cataplasme, et cela tous les jours jusqu’à la fin de la douleur. En prévention, boire AVANT PENDANT APRES, étirements, bon échauffement, massage avant run avec une huile préparative, voilà mon protocole. Sinon huile de gautherie que j’utilise est la PURE ESSENTIELLE BIO mélange Arnica, huile de Gaultherie. Sinon tu as la pure de chez pure à diluer L’huile essentielle de Gaulthérie odorante (Gaulthéria fragrantissima) est un anti-inflammatoire naturel. Elle sera utilisée surtout en application locale (la diffusion est déconseillée) et peu souvent par voie orale. Ses propriétés thérapeutiques proviennent du salicylate de méthyle qu’elle contient à haute dose (95%). Elle sera utilisée en massage pour toutes les douleurs musculaires ou articulaires (tendinites, entorse, claquage musculaire, lumbago, arthrose). Elle est très appréciée des sportifs.Attention à bien diluer cette huile essentielle dans une huile végétale (1 goutte pour 10 gouttes) pour éviter les irritations cutanées.L’huile essentielle de Gaulthérie odorante est contre indiquée chez les personnes sous traitement anti-coagulant car le salicylate de méthyle a la même action que l’aspirine! 1ml d’HE de Gaulthérie odorante correspond à 1,4 g d’aspirine. Cette huile essentielle est contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante et chez les enfants de moins de 6 ans. Formule d’huile de massage pour les articulations douloureuses : 1 goutte d’HE de Gaulthérie 1 goutte d’HE d’Hélichryse 1 goutte d’HE de Laurier noble 10 goutte d’huile végétale d’amande douce Utiliser 4 gouttes de ce mélange pour masser les articulations 2 fois par jour.
Sylvie, tu es un ZAMOURJe n’ai plus d’excuse pour ne pas m’huiler ! Je m’huile, tu t’huiles, il s’huile…. ça le fait pas mal, non ?Depuis que Barbara m’a rappelé les bienfaits du Perskindol Dolo, je me suis tartinée en long et en large. C’est simple, je cocotte à déboucher la trompe d’un éléphant ! J’ai également pris des comprimés de Voltaren (pas de course en prévision ) et…. ce soir… j’avais une séance avec du fractionné. Grande hésitation, j’essaie, je cours sagement ou je ne cours pas du tout. Finalement, j’ai fais 35 minutes aussi doux que possible (je ne sais jamais assez ralentir) et je me suis lancée sur 12 accélérations sur piste = AUCUNE DOULEUR !!!! Je n’en revenais pas !!!! Sur le coup, je n’ai rien compris. Vous avez des ondes magiques que vous placez dans vos messages ? Votre traitement semble me convenir et je vais devenir accro. Waouwwww un forum amical, j’veux bien mais alors un forum magique, c’est encore mieux ! Je ne vous raconte même pas mon baromètre de motivation, il est à son maximum ! Comme les pensées positives engendrent des instants positifs, je vous invite à lire le mini compte-rendu de ma séance d’aujourd’hui, dans mon carnet d’entrainement. Ah… des journées comme cela, je les aime très très fort !
_________________ Plus tu es court sur pattes, plus tu tricotes ! Mes copines s’appellent jambe droite et jambe gauche, mon objectif c’est d’oser y croire !
Contente pour toi! Si je pense que j’ai mis 3 mois à réaliser que non, ça ne pouvait décidément pas être un tendon, grrrr!
_________________ http://firstmarathon2012.blogspot.com/
Les filles! Cela m’a beaucoup interpelléleperskindol dolo gel,ce produit ne se trouve pas dans les pharmacies Françaises, mais il peut se commander en ligne. Mon pharmacien propose pour nous les frenchs , du DECRAMP GEL asssocié avec de huile de gaultherie. DECRAMP GEL – Tube 100 ml Caractéristiques : Indications : crampes et courbatures musculaires. Le gel Décramp est frais à l’application et pénètre rapidement. Il n’est pas gras et ne tache pas. Propriétés : grâce à ses actifs, le gel Décramp soulage les muscles contractés et apaise crampes et courbatures. Le gel Décramp peut également être appliqué avant l’effort, en précention des crampes et courbatures. Il pénètre rapidement, n’est pas gras et ne tâche pas. – L’Arnica Montana contribue à éviter ou diminuer les contractions involontaires des muscles. – L »huile essentielle Wintergreen apaise les douleurs musculaires. – Le menthol apporte une sensation de fraîcheur sur la zone douloureuse. Mode d’emploi : appliquer localement et faire pénètrer. Renouveler si besoin. Ingrédients : auqa, propylene glycol, alcohol, benzyl alcohol, carbomer, triethanolamine, arnica montana, gaultheria procumbens, menthol, linalool, hydroxyethylcellulose. Présentation : tube de 100 ml.
Le Perskindol Dolo Gel est légèrement chauffant par contre! Justement maintenant qu’il fait froid, si je sens un petit inconfort derrière le genou, je le metsavantde sortir courir.
_________________ http://firstmarathon2012.blogspot.com/
Douleur derrière le genou, kesako ?
Créer un forum  |  © phpBB  |  Forum gratuit d’entraide  |  Signaler un abus  |  Forum gratuit

 Douleur derrière le genou, kesako ?
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 11:15
Barbara modo Messages: 2730 Age: 39 Ville: Suisse Inscription : 18/01/2010
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 18:15
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 18:21
seb de st prest   Messages: 1638 Age: 46 Ville: Saint Prest (28) / (Chartres) Inscription : 14/05/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 18:31
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 18:36
coxsy   Messages: 221 Age: 39 Ville: Cannes Inscription : 14/12/2011
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 19:15
Barbara modo Messages: 2730 Age: 39 Ville: Suisse Inscription : 18/01/2010
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 19:39
Barbara modo Messages: 2730 Age: 39 Ville: Suisse Inscription : 18/01/2010
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 19:42
seb de st prest   Messages: 1638 Age: 46 Ville: Saint Prest (28) / (Chartres) Inscription : 14/05/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 19:59
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Sam 14 Jan – 22:05
seb de st prest   Messages: 1638 Age: 46 Ville: Saint Prest (28) / (Chartres) Inscription : 14/05/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 16:07
hemil admin Messages: 6233 Age: 59 Ville: Nerville la forêt Inscription : 01/06/2007
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 17:14
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 17:33
hemil admin Messages: 6233 Age: 59 Ville: Nerville la forêt Inscription : 01/06/2007
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 17:45
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 18:14
Sylvie   Messages: 16136 Age: 47 Ville: Corbas (69) Inscription : 27/04/2008
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 19:59
Sylvie   Messages: 16136 Age: 47 Ville: Corbas (69) Inscription : 27/04/2008
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 20:05
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 20:23
seb de st prest   Messages: 1638 Age: 46 Ville: Saint Prest (28) / (Chartres) Inscription : 14/05/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 20:30
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 20:46
Barbara modo Messages: 2730 Age: 39 Ville: Suisse Inscription : 18/01/2010
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Dim 15 Jan – 21:17
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Lun 16 Jan – 4:44
Sylvie   Messages: 16136 Age: 47 Ville: Corbas (69) Inscription : 27/04/2008
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Lun 16 Jan – 6:35
Evidence   Messages: 539 Age: 49 Ville: Suisse Inscription : 21/12/2009
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Lun 16 Jan – 21:02
Barbara modo Messages: 2730 Age: 39 Ville: Suisse Inscription : 18/01/2010
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Mar 17 Jan – 8:24
Sylvie   Messages: 16136 Age: 47 Ville: Corbas (69) Inscription : 27/04/2008
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Jeu 19 Jan – 21:21
Barbara modo Messages: 2730 Age: 39 Ville: Suisse Inscription : 18/01/2010
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?    Jeu 19 Jan – 23:13
Sujet: Re: Douleur derrière le genou, kesako ?   
Vousne pouvez pasrépondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  Sélectionner un forum | |–Côté généralités |   |–Présentations |   |–Les Courses |   |   |–Suivi des courses |   |    |   |–Bréves de PlanetJoggeurs |   |–Mes premières foulées |   |–Photos et Vidéos |   |–La Buvette |   |–Petites annonces des planetjoggeurs |   |–Le Journal du Forum |    |–Côté technique |   |–La Derniere Séance |   |–Les équipements |   |–La diététique |   |–Les plans d’entraînement |   |–L’Infirmerie |    |–Côté bibliothèque |   |–CR courtes distances |   |–CR semis-marathon |   |–CR marathons |   |–CR trails |   |–CR 100Km |   |–CR courses horaires |   |–CR autres courses ultras |   |–CR Randonnées et Marches Nordiques |    |–Côté trophée Planète Jogging     |–A Propos du Trophée     |–Resultats et Points     |–Classements     |–Archives  

douleur genou jambe tendue

Vous n’avez pas encore de compte ? Créez un compte
Cherchez des signes de gonflement dans la zone située à l’arrière de votre genou.Ce gonflement est causé par la formation de fluides dans le kyste, ce qui provoque une inflammation de la zone. Le gonflement ressemble à une bosse située à l’arrière du genou et se voit mieux lorsque vous êtes debout, la jambe tendue [1] .

Vous pouvez également observer si votre genou est enflé en le comparant à l’autre genou à l’aide d’un miroir.

Vous devriez sentir un tiraillement derrière votre genou.Lorsque les fluides s’accumulent dans le kyste, cela provoque une pression à l’arrière de votre genou. Vous pouvez avoir l’impression que votre genou va exploser, en particulier lorsque vous êtes debout avec les jambes tendues — c’est-à-dire quand la peau autour de votre genou est totalement tendue, de sorte que vous pouvez sentir une forme de tiraillement [2] .
Vous devriez sentir de la raideur autour de votre genou.La raideur est différente de la sensation de tiraillement. Vous sentez de la raideur lorsque vous avez du mal à plier le genou. D’un autre côté, le tiraillement vous donne l’impression que votre genou est un ballon plein d’eau et sur le point d’exploser. Il est possible que la raideur dans votre genou soit due à une inflammation des articulations et des muscles causée par le kyste [3]

Il est aussi possible que vous ressentiez une gêne si vous restez trop longtemps debout.

Faites attention si vous ressentez une douleur à l’arrière de votre genou.Lorsque le kyste à l’arrière de votre genou se remplit de fluides, cela provoque une pression sur votre genou. Cela peut aussi provoquer une pression sur les nerfs situés autour de votre genou, ce qui peut causer des douleurs. Si le kyste appuie sur des nerfs, alors vous ressentirez forcément de la douleur lorsque vous bougerez beaucoup le genou. La plupart des gens touchés par le kyste de Baker décrivent deux sortes de douleur :

Certaines personnes ressentent une douleur localisée, ce qui signifie qu’elles ressentent une douleur intense là où le gonflement est le plus important.
Certaines personnes ressentent une douleur générale dans tout le genou.

Faites attention à toute augmentation de la douleur à chaque fois que vous bougez le genou.Dans les premiers stades du kyste de Baker, vous devriez ressentir de la douleur lorsque vous utilisez souvent votre genou ou lorsque vous faites un mouvement en particulier. Mais, à mesure que le kyste empire, vous devriez ressentir de la douleur à chaque mouvement, quelle que soit leur amplitude [4] .

La douleur deviendra plus intense et pourra se transformer en une sensation de brûlure là où se trouve le kyste.

Cherchez toute trace de fluides visible à l’arrière de votre genou.Lorsque l’articulation du genou subit trop de pression, le kyste peut finir par se déchirer. Le fluide du kyste va alors se déverser dans la zone qui l’entoure, et le kyste va s’ouvrir, de sorte qu’il sera possible de voir un liquide s’écouler de l’arrière de votre genou.
Observez s’il y a un changement dans l’amplitude à laquelle vous pouvez bouger votre genou.Plus vous attendrez pour soigner votre kyste, moins vous serez capable de bouger votre genou. Cette incapacité à bouger correctement est liée à la douleur ressentie à chaque mouvement, mais aussi à l’inflammation qui vous empêchera de plier le genou. Voici les signes qui devraient vous pousser à suivre un traitement [5] :

Une incapacité à plier totalement le genou.
Une incapacité à complètement étendre (ou redresser) votre genou.
Ressentir de la douleur lorsque vous essayez de plier ou d’étendre votre genou.

Cherchez des signes d’élargissement du kyste.Il arrive parfois que le kyste de Baker s’élargisse et s’étende jusqu’au muscle du mollet. Lorsque cela se produit, cela peut provoquer des rougeurs au mollet similaires à celles d’une éruption cutanée. Vous pouvez aussi éprouver des sensations de chaleur dans la jambe (phénomène connu sous le nom d’ érythème ) et le bas de votre jambe peut enfler (c’est ce que l’on appelle unÅ“dème distal ). Le gonflement est provoqué par la pression exercée sur les veines de votre jambe par l’élargissement du kyste.

Si vous vous y connaissez un peu en pathologies, sachez que cet élargissement du kyste est similaire à une maladie connue sous le nom dethrombose veineuse profonde .

Sachez qu’un kyste élargi peut se rompre.En de rares occasions, un kyste élargit peut se rompre, provoquant un écoulement des fluides dans le muscle du mollet. Cela provoque alors une douleur intense, une sensation de chaleur et une sensibilité accrue du mollet. Vous pouvez aussi voir se développer des tâches rougeâtres ou bleuâtres là où le sang s’est écoulé dans les tissus environnants. Si vous constatez l’apparition d’un de ces symptômes, rendez-vous immédiatement à l’hôpital.
Vous devez comprendre que certains problèmes de santé peuvent provoquer l’apparition du kyste de Baker.Le kyste de Baker est fréquent chez les personnes possédant une pathologie sous-jacente affectant leur genou. Lorsque vous souffrez d’inflammation ou de douleurs au genou provoquées par d’autres pathologies, il est plus probable que cette inflammation encourage également l’apparition d’un kyste. Les pathologies qui vous rendent plus vulnérable au kyste de Baker sont les suivantes [6]  :

Arthrite rhumatoïde, arthrose, goutte et arthrite psoriasique.

Sachez que certaines blessures au genou peuvent augmenter vos chances de développer ces kystes.Si vous avez souffert d’une blessure au genou auparavant, comme une déchirure du ménisque ou une déchirure d’un des ligaments, vos chances de développer un kyste sont plus élevées. Cela s’explique par le fait que votre genou sera déjà légèrement enflammé, et cette inflammation peut provoquer le développement d’un kyste [7] .
Sachez que des chirurgies passées peuvent vous prédisposer au développement de ce type de kyste.Si vous avez été blessé(e) au genou par le passé, alors il y a des chances que vous ayez subi une opération chirurgicale pour guérir cette blessure. Si votre genou a été opéré et que vous l’avez sollicité avant qu’il ne soit totalement guéri, cela peut causer des inflammations ultérieures. Comme pour l’arthrite, l’inflammation causée par la sollicitation de votre genou peut vous rendre plus susceptible de développer des kystes.

Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé.

Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S’il s’agit d’un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre. Le numéro des urgences médicales européen est le : 112 Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.

↑ Parvizi, J. (2010). High yield orthopaedics. Philadelphia: Saunders/Elsevier.

↑ Duckworth, T., Blundell, C. M., & Duckworth, T. (2010). Lecture notes. Chichester, UK: Wiley-Blackwell.

↑ Aktolun, C., & Goldsmith, S. J. (2013). Nuclear medicine therapy: Principles and clinical applications. New York, NY: Springer.

↑ Aktolun, C., & Goldsmith, S. J. (2013). Nuclear medicine therapy: Principles and clinical applications. New York, NY: Springer.

↑ Duckworth, T., Blundell, C. M., & Duckworth, T. (2010). Lecture notes. Chichester, UK: Wiley-Blackwell.

↑ http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/bakers-cyst/basics/causes/con-20023332

↑ Parvizi, J. (2010). High yield orthopaedics. Philadelphia: Saunders/Elsevier.

Les cookies permettent d’améliorer wikiHow. En continuant la navigation, vous acceptez notrepolitique sur les cookies .

Accueil
À propos de wikiHow
Terms-of-Use
RSS
Plan du site
Connexion

Les documents sont partagés souslicence Creative Commons. .
Le kyste de Baker (ou kyste poplité) est une poche remplie de fluide qui se forme à l’arrière du genou. Cela peut provoquer des tiraillements et des douleurs dans votre genou. Ces kystes sont très fréquents et peuvent être provoqués par tout ce qui peut faire enfler vos articulations, y compris l’arthrite. Parfois, ces kystes ne sont accompagnés d’aucun symptôme et ne sont diagnostiqués que lorsque la personne touchée se rend chez le médecin pour une autre raison. Toutefois, il arrive que l’apparition du kyste soit accompagnée de symptômes. Continuez votre lecture si vous voulez en savoir plus.
Cette page a été consultée 8 664 fois.

douleur genou jambe tendue
Santé forme Genoux : Comment me débarrasser de cette tendinite
Santé forme Patte d’oie : Comment me débarrasser de ma tendinite ?
Santé forme Sous le talon, comment me débarrasser de cette douleur ?
Santé forme Comment me débarrasser de mes crevasses ?
Santé forme Talon, comment me débarrasser d’une proéminence ?
Santé forme Comment se débarrasser du stress d’avant course?
Le calculateur de vitesse et distance
Santé forme Dernière semaine avant marathon : votre plan énergie
Santé forme Douleurs au mollet : 6 blessures récurrentes chez le coureur
Santé forme Lésion du ménisque : comment rester dans la course?
Entrainement Les bonnes raisons de courir (29) : Exalte les ébats amoureux
Entrainement J -7 : dernière ligne droite avant le marathon
« J’ai mal autour de la rotule… » La douleur est sourde, profonde, souvent associée à une raideur de l’articulation, parfois accompagnée de craquements ou crissements. Elle s’accentue lors de la montée et surtout de la descente des escaliers, lors de parcours de course en décor vallonné, lorsque les jambes sont croisées, en cas de conduite automobile prolongée, lors des agenouillements et des accroupissements.
Autant de symptômes qui aiguilleront votre médecin du sport vers la chondromalacie rotulienne (ramollissement du cartilage de la rotule) ou lésion de la face postérieure de la rotule. Une blessure du genou qui porte communément le nom de « genou du coureur ». Des études statistiques ont montré que dans 50 % des cas, cette lésion concernait des débutants qui surmenaient leurs articulations en se lançant à corps perdu dans des sorties au kilométrage démesuré ou chez les pratiquants de longue date qui, après une interruption prolongée, reprenaient trop brutalement. De même, cette affection se rencontre fréquemment chez tous ceux qui abusent des parcours vallonnés.
Les premiers symptômes se manifestent lors de la mise en action, par un échauffement, voire un endolorissement du pourtour de la rotule. Ils peuvent ensuite diminuer pendant la course et ne réapparaître qu’en fin de parcours ou même plusieurs heures après l’arrêt de l’exercice.
L’alerte douloureuse peut être consécutive à une compétition effectuée après être resté assis longtemps -voyage prolongé en voiture ou en avion- ou, dans quelques cas, après avoir reçu un coup directement sur la rotule (coup de genou malencontreux dans du mobilier, chute sur les genoux, etc.). La poursuite de l’activité pédestre aggravera invariablement la lésion. Parfois le genou a du mal à se déplier ou il se dérobe après une position assise de plusieurs heures.
Si le médecin suspecte une chondromalacie, il prescrira des radiographies standard et, notamment, du défilé entre la rotule et le fémur. Il peut parfois demander un examen scanner. Le médecin du sport pourra fonder objectivement son opinion sur les signes cliniques fournis par l’examen du genou, à savoir : – léger gonflement (épanchement de synovie) ; – douleurs à la percussion de la rotule jambe tendue ; – sensibilité douloureuse à la palpation appuyée de la face postérieure de la rotule ; – contraction réflexe du quadriceps (muscles de la cuisse) lorsque la rotule est mobilisée latéralement ; – reproduction de la douleur lorsque l’examinateur exerçant une pression au-dessus de la cheville, le genou étant plié à 90°, demande de tendre la jambe au maximum.
Le diagnostic établi, afin d’obtenir un résultat durable, il faut obligatoirement adopter une méthode de soins comprenant plusieurs approches : – repos : après la phase aiguë, il faut faire des exercices de remplacement qui ne sollicitent que faiblement la rotule ; – massage avec de la glace plusieurs fois par jour ; – prise de médicaments anti-inflammatoire ; – physiothérapie (ultrasons, laser…) ; – rééducation musculaire ; – étirements de type stretching à déterminer avec le praticien ; – port d’appareils correcteurs tels qu’une genouillère à ouverture rotulienne et/ou des semelles orthopédiques ; – en dernier ressort, on peut procéder à un acte chirurgical.
Lorsque la marche et les différentes activités de la vie quotidienne seront possibles sans douleur, la reprise de la course sera alors permise. Pendant cette phase, il est essentiel de poursuivre le programme d’exercices de renforcement musculaire et d’éviter toute course en terrain pentu.
Lors d’un examen clinique, le médecin doit vérifier si le coureur n’a pas quelques facteurs morphologiques prédisposant au « genou du coureur » qu’il faudra bien sûr tenter de corriger : – rotule asymétrique trop plate dite en « toque de jockey » ou en forme de « béret basque » ; – défilé osseux du fémur trop large ; – surmenage ; – hanches larges ; – genoux cagneux dits en X ; – torsion tibiale (rotation externe du bas de la jambe) ; – pieds plats en pronation ; – faiblesse des muscles internes des cuisses ; – traumatisme direct sur le devant du genou.
POINTS DE REPÈRE Chondromalacie rotulienne : Genou du coureur 1) La blessure se manifeste par des douleurs sur le pourtour de la rotule. 2) Les symptômes peuvent toucher les deux genoux mais une fois sur cinq, ils semblent prédominer du côté gauche. Cette particularité est en rapport avec la « surutilisation » du membre inférieur gauche dans la vie quotidienne (membre d’appui pour les droitiers) comme lors des activités sportives (membre d’appel pour sauter un obstacle). 3) Facteurs déclenchants : parcours trop accidentés ; augmentation trop rapide de la distance hebdomadaire ; chaussures de course inadaptées au pied (pronation ou supination), etc. 4) Les radiographies sont souvent normales. 5) La rééducation musculaire et les étirements (avant et après) sont incontournables pour continuer à courir sans douleur. 6) Les femmes sont plus exposées en raison de la fréquence des genoux en X.
Il a été prouvé par l’ANSES il y a quelques années que l’ensemble des régimes hypocaloriques sont dangereux et inefficaces à long terme. Une perte de poids est possible en améliorant ses habitudes quotidiennes et en modulant son alimentation et son activité physique. Réduire drastiquement son alimentation et se supplémenter en compléments alimentaires est dangereux car de plus en plus d’études montrent le faible impact des micronutriments or aliments complets. Pris séparément leur efficacité est fortement diminuée. Il est donc recommandé d’améliorer son alimentation vers une alimentation équilibrée, sans carence, et d’augmenter légèrement son activité physique pour dépenser plus d’énergie que celle qu’on ingurgite.
Pour faire le point sur la perte de poids et revenir aux fondamentaux, je vous invite à découvrir cet article : http://yourcoach-lemag.blogspot.fr/2012/05/perte-de-poids-ou-est-la-verite-dans-un.html
Il est également conseillé de comprendre pourquoi l’on veut maigrir, ce que cela va changer dans notre vie. Est-ce nécessaire ? Est-ce bon pour mon corps ?