kippa pas cher

L’utilisation d’un couvre-tête ne date que de quelques siècles. À cette époque – comme à de beaucoup d’autres – cette coutume s’est développée suite à un double sentiment.

A./ Au cours de l’histoire, dans beaucoup de cas et en de nombreux endroits il était obligatoire pour les juifs non seulement de vivre à l’écart de la population autochtone, mais également de porter des signes distinctifs sur leur vêtements.
Ce genre de signe distinctif instauré par la chrétienté devint aussi obligatoire pour les juifs au niveau des vêtements-même, par l’obligation de porter soit un couvre-tête, soit un autre type de vêtement distinctif.
Plusieurs de ces décrets sont connus également en Hongrie.

B./ Le peuple juif fidèle à la loi de la Torah qui dit : ”Ne soyez pas comme ceux des autres nations”, mettent un couvre-tête en entrant dans le temple, contrairement aux chrétiens qui se découvrent avant d’y entrer.
Plus tard ceci devint le symbole de l’unité du peuple.

Malgré qu’il ne s’agisse pas d’une loi de la Torah, le port de la kipa ou du chapeau est le témoignage visible du respect de Dieu car il n’est pas permis et il est impossible de se présenter devant Dieu sans se couvrir la tête.

Pourquoi est-ce que je porte moi-même une kipa ?
– je suis juif
– je signale à mon peuple que je lui appartiens par le sang.

Comme beaucoup d’autres signes et symboles, la kipa aussi appartient aux juifs et sert d’outil pour exprimer leur identité. Les autres la portent inutilement.

Pour cette raison, toute personne qui n’est pas juive par son origine et qui porte une kipa en dehors d’une synagogue ou d’un culte juif, ment, puisqu’elle n’est pas juive !
Tout comme je ne porte rien sur la tête lorsque j’assiste à un culte chrétien, de la même façon, les hommes des autres nations sont obligés de mettre la kipa lorsqu’ils assistent à un culte juif par respect de l’endroit.

Je ne porte pas la kipa lorsque j’accomplis mon ministère au sein de notre communauté, car celle-ci n’est pas uniquement composée de juifs. Je ne suis autorisé à exclure qui que ce soit de nos rangs par le port d’un tel signe distinctif.
Cependant, le jour du Shabbat et lors des fêtes juives, en tant que juif, je suis en communauté avec les membres de mon peuple et je signale cela aussi visiblement par le port de la kipa. Cette signalisation n’est cependant pas un état de schizophrénie, de double identité et le saut de l’une vers l’autre…

La Torah exigeait aux hommes de se couvrir devant Dieu, dès lors que les prêtres servant dans le sanctuaire ne pouvaient se présenter devant Dieu qu’avec la tête couverte.

La coutume du port du couvre-tête doit provenir du judaïsme babylonien aux alentours du 4-5ième siècle av. JC. Lorsque les sages pieux priaient, ils se couvraient la tête. Il était fréquent de les voir se couvrir de leur talith (châle de prière) pour prier. Ils symbolisaient par cet acte le fait d’être sous la couverture de la Loi et ainsi sous la protection et en la présence de l’Éternel… Cette couverture signalait à leur entourage à Qui ils appartiennent…