laque rouge chinoise

La laque à l’instar du caoutchouc, une autre invention chinoise, est issue de la résine provenant de l’incision de l’écorce d’un arbre, une espèce de figuier de la famille des toxicodendron, l’arbre à laque, le laquier ou Rhus vernicifera var.verniciflua, nommé
Qi (Chi ou Tsi) en chinois (arbre à vernis) et Urushi en japonais.
Le laquier de Chine : il la joue très discret !
Qi le caractère désignant la laque

Le caractère chinois Qi (Tsi) désignant la laque représente, dans sa forme antique, un arbre contenant de l’eau qui se transforme en glace.
C’est aussi dans l’étymologie chinoise classique « ce qui sert à glacer le bois ».
Les laquiers commencent à produire la qualité de résine destinée à la laque lorsqu’ils sont âgés d’une quinzaine d’années, auparavant la laque ne se stabilise pas.
Ces arbres à laque sont originaires du centre et du sud de la Chine et ont été introduits en Corée au IV siècle en au Japon au VI e siècle.
A l’état sauvage ces arbres se rencontrent exclusivement sur des pentes bien exposées et à une altitude d’environs 400 à 500 mètres.
Mais sa culture ne présente généralement aucune difficulté car ses feuilles sont légèrement toxiques et éloignent animaux et insectes.
Lesarbressont incisés en été tous les cinq à sept ans et un arbre ne produit pas plus de 50 gr de laque.
Lalaquede grande qualité est obtenue à partir de l’incision d’un arbre sur pied mais il est également possible d’abattre l’arbre, d’en broyer le bois, et d’en extraire la résine par un procédé industriel .
Dansce cas la laque est de moindre qualité.
Lalaque véritable procède donc d’un travail d’une incroyable minutie nécessitant la rigueur et la patience qui caractérisent les artisans chinois et japonais.
L’objet à laquer, quelle que soit sa taille, doit être soigneusement poli puis recouvert d’une fine toile de chanvre.
Cettetoile est ensuite recouverte de deux couches de laque grossière qui sont également polies.
Lelaquage proprement dit commence après cette opération préliminaire.
Ilest effectué par couches successives, minces, uniformes effectuées grâce à des pinceaux en cheveux.
Chaquecouche est mise à sécher dans une sorte de chaudière à vapeur.
Ilconvient, en effet que la laque sèche dans un milieu humide, ce qui peut être fort long mais qui procure l’effet de profondeur qui la différencie d’un simple vernis.
Chaquecouche est ensuite polie grâce à de la poudre de charbon de bois de différents arbres.
Lalaque de bonne qualité peut atteindre ainsi une trentaine, voire une centaine, de couches successivement séchées et polies.
Ladernière couche, constituée d’une laque très fine est poncée puis polie à la main à l’aide de cendres de cornes de daim.
La laque est alors prête à recevoir les différentes décorations dont les principales sont les laques d’or et d’argent, les laques aventurines, les laques sculptées, les pierres taillées semi-précieuses, la nacre, l’écaille de tortue (désormais protégée !)
Dans le Lieou Tseu Si Wen il est expliqué :
« Lorsqu’un bon artisan étend la laque liquide, si ille fait trop lentement elle devient dur et craquelle en séchant, si il le fait trop vite elle durcit mal et ne devient pas bien lisse. Il convient donc de le faire ni trop lentement, ni trop vite »
Ce qui est une très bonne règle dans beaucoup de domaines !

Mais, en fait, un bon artisan pourra revêtir de laque presque n’importe quelle matière : bois, tissus, laiton, porcelaine, verrerie, étain, acier.
Au japon elle était indispensable dans le domaine des armes puisqu’elle protégeait les fourreaux des fameux Katana et Wakisashi ainsi qu’elle renforçait les casques et les armures.
En Chine le Zhou Li (Tcheou Li), texte rituel rédigé à cette époque (1121 av JC 256 av JC), contient de nombreuses références concernant l’utilisation de la laque sur les harnais, les chars de guerre, les arcs, les flèches, les casques, les armures…

Quelques photos de la fabrication artisanale actuelle de la laque.Cliquer ici.

http://www.bagan.com.fr/laque.htm

Suivant Needham et Temple la laque est sans doute « le premier plastique industriel inventé par l’homme » et un matériau de première qualité.
Jugez-en : elle n’est attaquée ni par les acides ni par les alcalis ; elle résiste jusqu’à une température de 250 à 300 degrès ; elle résiste à l’eau, à l’humidité, à la sécheresse et à la plupart des solvants ainsi qu’aux bactéries ; elle ne se décolore pas à la lumière et demeure insensible à la plupart des rayonnements ; c’est un isolant thermique et électrique exceptionnel équivalent au mica utilisé dans l’industrie.
Son principal inconvénient est qu’il est impossible de réparer ou de recoller une véritable laque qui a été cassée.
Il semblerait également que la lumière des néons lui occasionne des changements de teinte à long terme.
Son seul équivalent approximatif, et qui ne bénéficie pas des mêmes qualités, loin s’en faut, fut inventé en 1869 par Wesley Hyatt, avec le celluloïd, premier plastique industriel qui donna, par la suite, en 1907 la bakélite qui évolua elle-même vers les plastiques et les résines actuels.
Les recherches archéologiques font remonter l’usage de la laque, en Chine, au XIIIe siècle avant J.C.
La reine Fu Hao fut, en effet, inhumée dans un cercueil de laque datant de cette époque et que l’on découvrit, intact, à Anyang en 1976.
Il est donc fort probable que la laque fut utilisée avant même cette période puisque le cercueil en question montrait déjà une technique très élaborée.
La plupart des fouilles récentes concernant des tombeaux de la dynastie Han (206 av.JC 223), dont la fameuse Tombe de Mawangdui de Shansha ont permis de retrouver des laques en excellent état bien qu’elle datent de plus de deux millénaires.
Tripode en laque provenant de la tombe de la Duchesse de Dai à Mawangdui

Les Chinois appréciaient la valeur des objets laqués dont le prix dépassait alors celui du bronze.
La laque fut donc utilisée pour le mobilier, les paravents, les coffres, les cercueils, les fourreaux d’épée, les casques, les boucliers, les armures mais également des instruments de cuisine ou des objets de culte et de décoration.
Il convient de rappeler quele mot laque est féminin lorsqu’il désigne la matière mais devient masculin lorsqu’il désigne un objet laqué !
On peut donc parler d’une « collection de beaux laques d’Extrême-Orient ».
Le terme laque provient du sanscrit « Lakh » qui signifie brillant, lumineux et qui a donné l’arabe Lakk, terme qui est apparu en occident avec les premiers objets laqués au retour des croisades.
Le terme sanscrit définit particulièrement une certaine qualité de lumière, donc de clarté.
Comme le ciel durant la nuit une laque peut être très sombre de couleur mais très « claire » dans son éclat, donc posséder une « lumière intérieure », une « brillance » plus nouménale que phénomènale.
La laque est donc très difficile à photographier car elle intègre et reflète la lumière, provoquant des effets particuliers.
Il existe un phénomène semblable pour certains jades antiques qui sont, ainsi, très difficile à photographier ce qui les différencie des jades communs même de grande qualité.
Cela est à rapprocher du chapitre XV du Daodejing de Laozi (15 du Tao Te King de Lao Tseu) où il est tantôt question de « confus comme l’eau boueuse » (Liou Kia Hway), de « turbidité » (Philastre), de « mêlé comme un étang boueux » (François Houang), de « sans plus de transparence que l’opacité même » (Richard Wilhelm et Etienne Perrot), de « indiscernable comme des eaux mêlées » (Claude Larre), de « obscurs comme l’eau trouble » (R. Payette), « diffus comme l’eau trouble » (J.F.Billeter).
Le terme en question est Zhuo (Cho, Tchouo) (Ricci 1066) qui, évidemment se traduit par trouble, bourbeux, turbide et que l’on retrouve dans le chapitre sur la « Genèse » de Liezi (Lie Tseu III) : « Les énergies troubles, plus denses et plus manifestées descendent formant la Terre ».
Ilest généralement mis en opposition à Qing (Chinq, King, Tsing) (Ricci 1000) qui signifie pur, limpide, clair, transparent.
Mais dans le cas particulier de la proposition de Laozi (Hun Xi Qi Ruo Zhuo) il représente l’image particulière des particules en suspension dans l’eau et donnant à celle-ci une « lumière » particulière.
Laque noir et rouge – bols à riz « Trois en Un »
La fameuse lueur interne sous diverses déclinaisons
Cette image, et même ce procédé, est justement utilisée pour la laque et ceci depuis plus de trois mille ans, donc avant même cette proposition du Maître Taoïste qui ne fit que reprendre une image connue des artisans qui étaient capable d’emprisonner cette lumière dans ‘le trouble de l’obscurité de la laque ».
Sans trahir un secret normalement bien gardé il s’agissait de broyer extrêmement finement des coquilles d’oeufs d’oiseaux de teintes et de luminosité particulière et d’incorporer cette poudre à la laque afin de lui donner cette fameuse « turbidité » qui accroche le moindre rayon de lumière et le transforme en une sorte de lueur interne.
Sans chercher à porter le fer plus loin, nos traducteurs éminents oublient une simple chose, avant de se nommer Yangzi Jiang, Changquiang (le long fleuve), et, par erreur de traduction, le « fleuve bleu » (XIXe), sinon le fameux Yang Tsé Kiang de Gabin dans « Un singe en hiver », s’est appelé pendant des millénaires  » Jin Sha Jiang » (Kin Cha Kiang),
le « fleuve aux sables d’or », justement à cause de ce sable doré, en suspension, qui lui confère cette luminosité interne si particulière.
Jinshajiang « Fleuve aux sables d’or » ancien nom du du Yangzi Jiang
La couleur particulière du « Fleuve au sables d’or »
et la turbidité (Zhuo) du chapitre XV du Daodejing de Laozi
Tao Te King de Lao Tseu « diffus comme l’eau trouble »
Jean François Billeter, l’un des rares qui ait vu clair dans cette sombre affaire en donne ce commentaire
 » Enrichissement de l’activité interne devenue palpable comme l’image
de la lumière diffuse dans l’eau trouble ». (Jf Billeter)

Pour Laozi, le sage, ‘l’être réalisé qui de tous temps excelle dans la pratique du Tao »
( Gu Zhi Shan Wei Dao Zhe), comme l’objet laqué, est « animé d’une douce lueur interne ».
Ce qui donne évidemment une toute autre dimension au texte.
Laozi de son coté ne pouvait pas demeurer insensible à la simple beauté de certaines laques.
Comme le fut, deux siècles plus tard, la Duchesse (ou Marquise !) de Dai qui avait demandé à ce que soient disposés dans sa tombe les objets les plus représentatifs des artisans de sa province et qui choisit elle même les laques et les soieries qui devaient l’accompagner pour l’éternité dans l’au delà.
Ou qui avait simplement souhaité que les futurs pilleurs de tombes, fussent-ils des archéologues, constatent la simplicité et la beauté de ces pièces qu’elle utilisait tous les jours.
Les serpents et les grues, image du Taiji en volume et en mouvement !
laque provenant d’une tombe découverte à Changshi (Hunan)
IVeme siècle avant JC

Et qui ont traversé les millénaires sans la moindre altération.
Ces simples laques rouges et noires attestent de la fierté qu’elle avait de transmettre au générations futures la preuve d’un savoir faire unique et inégalé.
Nos « scientifiques » éclairés ont fait de même en confiant à l’espace ou aux profondeurs de la terre des objets représentatifs de notre civilisation.
Mais il est fort probable que des extra-terrestres (ou des infra-célestes ?) et nos lointains descendants seraient probablement tout aussi impressionnés par les souvenirs millénaires de la Marquise de Dai que par nos avatars industriels et nos pseudo-symboles universels.
En ce qui concerne la « science empirique » des anciens chinois, Joseph Needham de l’Université de Cambridge
signale le fait avéré que les artisans du second siècle avant notre ère avaient découvert un procédé chimique permettant de conserver la laque à l’état liquide avant de l’utiliser, ce qui permettait de constituer des réserves de ce produit précieux.
Il suffisait de jeter des crabes dans la laque liquide pour l’empècher de se solidifier !
Needham commente lui-même ainsi cette curieuse affaire :
« Quelle est la part des tissus cellulaires des crabes dans tout cela ? Sans aucun doute avant le II e siècle avant J.C, les chinois ont découvert un puissant inhibiteur de laque. En bloquant l’action de l’enzime en question, ils arrêtaientégalement l’opacification de la polymérisation. Cette spectaculaire intervention dans le cours naturel des chose, analogue à un arrêt d’un processus naturel d’ankylose du au vieillissement intéressa les alchimistes, préoccuppés qu’ils étaient de conserver la souplesse de la jeunesse en retardant ou en supprimant l’ankilose de la mort. De plus cette action des tissus de crustacés n’est pas unique. D’autres recherches ont montré qu’ils contiennent un puissant et mystérieux pouvoir d’inhibition dur le D-amino-acide-oxydase, l’enzyme qui catalyse la réaction d’oxydation des acides aminés »
Mais, bien évidemment, tout cela n’intéresse que fort peu nos fameux « scientifiques éclairés » puisqu’il s’agit de chinoiseries millénaires relatées par un illuminé notoire qui proposait à ses étudiants de l’Université de Cambridge
« d’aller sans cesse rôder vers des territoires non encore explorés ».
Ce que, bien que n’ayant jamais étudié à Cambrigde sous sa férule, je fais toujours avec jubilation.

On peut différencier trois principales sortes de laques.
Les laques peints (Hua Qi),
les laques sculptés (Diao Qi)
et les laques décorées dites, en Occident, de Coromandel ( Jing Qi)

Le nom de Coromandel provient simplement du fait que les laques chinois décorés, donc les plus recherchés par les Occidentaux, étaient importées par les Compagnies des Indes Orientales via la côte de Coromandel.
Jing Qi : laques décorées dites de Coromandel
Les laques peints sont décorés en léger relief de laque d’or, d’argent ou de couleurs spécifiques obtenus grâce à des pigments végétaux, animaux (noir d’ivoire) ou minéraux (cinabre ou sulfure de mercure, le minerai de mercure très utilisé en alchimie taoïste).
On distingue alors plusieurs catégories de laque en Chine, au Japon, en Corée, au Vietnam…

Chine :
Chao Qi (Tchao Tsi) : laque transparente
Hua Jin Qi (Houa Kin Tsi) : laque dorée ou laque d’or
Chou Qi (Tchou Tsi) : laque vermillon
Hei Qi (Hei Tsi) : laque noire
Di Hong (Ti Hong): laque sculptée rouge
Dui Hong (Touei Hong)
: laque rouge peinte
Qiang Jin (Tsiang Kin) : laque à relief d’or
Souan Qi (Tsouan Tsi) : laque à incrustations de pierres
Li Dian (Ki Tian) : laque à incrustations de nacre
Laque à reflets d’or – oiseaux sur pin – fermetures en argent ciselé
Japon :
Urushi : le nom japonais de la laque (au féminin !) : la substance

Ki Urushi : laques japonais (au masculin !)
: le produit fini
Ro Iro Nuri : fond de laque noire
Kin Ji Nuri : fond de laque d’or
Ro Gin Nuri : fond de laque d’argent
Shu Nuri : laque rouge
Tame Nuri : laque brun
Seishitu Nuri : laque vert
Nshi Ji Nuri : laque poudrée d’or dit « aventurine »
Tsui Koku Nuri : laque noire sculptée
Tsui Shou Nuri : laque rouge sculptée
Guri Nuri : laque en plusieurs couches de différentes couleurs sculptées en profondeur
Takemoso Nuri : laque imitant le bambou
Shitan Buri : laque imitant le bois de santal
Togidashi : laque peinte au mouen de poudres
Suri Hagashi Nuri : couche de laque noire sur fond rouge
Heidatsu Nuri : décor par feuilles d’or ou d’argent
Ichimatsu nuri : décor imitant un échiquier
Chikin Bori : ciselures rehaussées de laque d’or
Kamakura Bori : sculpture recouverte de laque noire puis de laque rouge
Laques japonais XVIIIe – Inro aux chauve-souris ; peigne aux fleurs ; coupe à Saké
Vietnam :
Que les Vietnamiens le veuillent ou non, l’art clasique de la laque (ou du laque !) provient de chine et utilise la terminologie chinoise simplement vietnamisée.
Cependant les Vietnamiens ont développé (comme les Japonais de leur coté !) un savoir faire qui leur est particulier, notamment grâce à la présence d’un arbre à laque (laquier) local le Melanorrhoea Usitata dont la résine mélangée au laquier chinois produit une qualité très brillante assez caractéristique.
Les laques de Nam Gu (district de Hanoï) et de Phu To, où pousse le laquier vietnamien sont ainsi très réputés (encore une fois au masculin puisqu’il s’agit du produit fini – merci le correcteur orthographique, couché !)
Originellement les quatre couleurs « classiques » sont le noir, le rouge, le jaune, le brun auxquelles il faut ajouter deux « métaux », l’or et l’argent.
Des laques vietnamiennes plus modernes et très caractéristiques utilisent une laque dorée faisant contraste avec la laque noire.

Laque vietnamienne – bol « Montagne et poissons d’Or »

La Corée, la Thaïlandeproduisent également, depuis fort longtemps et sous l’influence chinoise; des laques réputés.
Il ne faut pas oublier que, dans ce domaine comme dans pas mal d’autres (Bouddhisme, arts martiaux) la Corée précéda le Japon.

La classification des laques se fait simplement en fonction des époques de leur production, exactement comme on le fait pour les poteries et les bronzes.
En Chine, en Corée, au Japon, au Vietnam elle suit simplement les noms dynamiques.
Il est étonnant de constater que ces différentes dynasties correspondent également Al un style très particulier comme on pourrait parler en France d’ un mobilier Louais XIII, Empire ou Belle Époque !
Oreiller en cuir laqué. Ne vous y fiez pas il est très ergonomique !

Il semble donc que les artisans d’ Extrême-Orient aient mis un point d’ honneur Al différencier les dynasties régnantes au travers d’ un style particulier Al chacune des dynasties.
Un laque de l’époque Song ne ressemble donc pas à un laque de l’époque Han qui lui-même est très différencié d’un laque de l’époque Ming.
Sauf, bien évidemment, si il s’agit d’une copie « officielle » ou non.
En effet, depuis le 8eme siècle existe en Chine une manufacture impériale (puis « officielle » !) des copies.
Celles-ci peuvent concerner la porcelaine, la céramique, le bronze, les laques, les étoffes et soieries, les peintures et les calligraphies.
Les très belles pièces étaient donc reproduites à l’identique et en plusieurs exemplaires afin d’être conservées ou vendues.
La mention « copie sous ordre de l’Empereur…. » était légale.
Elle fut remplacée par « copie officielle » et accompagnée d’un certificat d’origine.
Mais, bien évidemment, le commerce aidant la mention « copie » n’est pas toujours indiquée ce qui peut provoquer quelques malentendus, les pièces copiées étant presque parfaites et il faut l’oeil et la sagacité d’un expert pour déceler la contrefaçon.
Il est donc tout à fait possible de posséder une belle copie Ming d’une pièce Song ou Han, la valeur n’est pas tout à fait la même mais la copie Ming vaut quand même beaucoup plus qu’une copie actuelle !
Plateau de laque rouge et brun – copie Ming d’une laque Han
Epoques chinoises :

Zhou(Chou ou Tchou) : 1121 ac JC 256 av JC
Il s’agit, bien évidemment de pièces très rares, le plus souvent d’objets présentant des fragments de laque.
Qin(Chin, Tchin) : 221 207
Quelques belles pièces, notamment des objets liés aux rites tels que décrits dans le Liji (Li Ki ou Livre des Rites) : coupes de libation, plateaux à offrandes
Han(206 av JC 220)
C’est la grande période des laques noires et rouges à décor de volutes ou d’animaux fabuleux que l’on a retrouvé dans les tombes telle celle de la Duchesse de Dai à Mawangdui.
Très nombreuses pièces de mobilier dont coffres à ranger le linge, armoires, paravents et cercueils.

Wei(Trois Royaumes): 220 265

Utilisation de la laque dans de nombreuses pièces d’ornement et surtout dans les arts de la guerre : chars, harnais, armures, casques, arcs, flèches, boucliers mais également dans
lesartsde la table : bols, assiettes, boites de transport (encore en usage au Japon !), tables basses, sièges. Objets purement décoratifs : peignes, broches, miroirs (bronze poli et laqué), chaussures laquées, éléments de coiffure, chapeaux de gaze laquée.
Jin(265 316) ; Nan Pei Chao (dynasties du Nord et du Sud): 317 589; Sui (581 618)
Eclipse de la laque, celle-ci est moins utilisée et ne correspond pas à un style très particulier. Laque utilitaire et domestique.
Tang(618 907)
Renouveau de la laque. Celle ci s’utilise désormais dans l’architecture et dans la sculpture. Miroirs de bronze laqués et surtout instruments de musique. Les laques les plus réputés proviennent alors de Siang-Tcheou. Incrustations de nacre dans la laque. Tissus laqué permettant de confectionner des statues.
C’est la laque qui sera transmise au Japon sous la dénomination de Kanshitsu « laque sèche » (Temple de Kofokuji). Vaisselle de grande qualité destinée aux tables princières.
La porcelaine commence à remplacer la laque dans les objets usuels.
Sung(Song) (960 1279)
Généralement de formes simples et dépourvues d’ornements décoratifs.
La qualité de la laque seule prime sur le décor.
Vaisselle, bols à soupe, plats en forme de fleurs de lotus, coupes lobées, boites carrées ou rondes. La cour de l’empereur seule utilise des laques rouges et noirs recouvrant des objets d’or et d’argent.
Les laques de cette époque servirent et servent encore, dans leurs modèles, à la Cérémonie du Thé qui s’est transmise de la Chine au Japon via la Corée à cette époque.
Les boites en laque servent plus particulièrement à la conservation des crus précieux de thé.
On distingue plusieurs styles de laques : la laque peinte, la laque àreflets d’or, la laque ajourée, la nacre incrustée dans la laque, les pièces de métal incustées dans la laque (pièces d’or, sapèques anciens)
Grande armoire de laque (Musée Guimet – Paris)
Petit coffret à bijoux (Musée Guimet – Paris)
Yuan(1279 1368)
Cette époque se caractérise plus particulièrement par l’invention de la laque rouge sculptée Dihong (Ti Hong) qui est actuellement connue sous la dénomination occidentale de « laque de Pékin ». Elle pouvait être utilisée pour confectionner de petites pièces : boucles d’oreilles, bracelets, éléments décoratifs pour la chevelure, broches mais également des pièces de forte dimension comme un trône impérial !

La laque rouge de Pékin (Ti Hong) parure actuelle

Elle fut très utilisée dans la fabrication de nombreux objets décoratifs comme des boîtes à bijoux, des petits vases, des assiettes décoratives, des gardes de sabres sculptées, des boites servant à transporter la nourriture lors des banquets champêtres.
Mais cette dynastie produit également d’autres laques de couleurs très particulières dues à l’ajout de substances végétales(huiles végétales parfumées, rhizomes de racines de lotus), animales (sang de porc, jaune de crabe) et minérales (chaux, cinabre).

Laque à reflets d’or et oiseau sur prunier
la teinte particulière est dite « peau de poire »
Ming(1368 1644)
Production très artistique de petits et grands objets dont le mobilier : lits, armoires, coffres, chaises, fauteuils, paravents. Grands panneaux de laque noire ornés de paysages aux tons d’or doux et chauds, plateaux de laque noire peinte. La laque s’importe en Europe (cabinets, tables basses, armoires). Nombreux paysages peints. Laques gravées de type Coromandel souvent destinés à l’exportation vers l’Occident.
Laque gravée aux fleurs et papillons dite de Coromandel
Qing(Ching Tching) (1644 1911)
Les laques commencent àêtre produits industriellement pour l’exportation !

Laque noire avec incrustations de pierres semi-précieuses
(sardoine, lapis lazuli, cornaline, nacre, aventurine…)

Donc la qualité baisse. Mais belle production de panneaux de laque sculptée dite de Coromandel. Porcelaine laquée destinée à l’exportation. Influence occidentale dans l’art de la décoration (fleurs, oiseaux, personnages avec ombrelles).
SuivantW. Winkworth, conservateur du British Museum,
« Ces laques Qing, de même que la porcelaine de Sêvres ne réussissent qu’à donner l’impression d’une opulence coûteuse ; il ne faut donc pas les prendre pour de véritables oeuvres d’art ».
Ceci est bien évidemment du à une énorme production de laques très conventionnels et srtéréotypés où la monotone répétition des mêmes motifs suscite l’ennui.
La pièce la plus célèbre de l’époque demeure le trône de l’empereur Kien Long taillé dans de la laque rouge vermillon.
Ce même empereur se fit enterrer dans un cercueil de laque rouge qui fut mis en vente il y a quelques années à Pékin !
Le trône de l’Empereur Kien Long (1736 1796) : laque rouge sculptée
Epoque contemporaine
La Chine est toujours le premier producteur mondialde laque.
Celle-ci sert toujours pour le marché intérieur mais principalement pour l’exportation.
La production peut être familiale, artisanale, semi industrielle ou industrielle.
Elle est également très prolifique dans des résines et plastiques synthétiques imitant la laque et ilest donc facile de tomber dans le panneau.
Les Chinois, experts en la matière, laquent également fort bien les canards et les travers de porc maisc’est encore une autre affaire !
Laque japonaise de Kano Sanraku (1559 1635) Epoque Monomaya
Pruniers en fleurs et pivoines
Pavillon de l’Empereur puis Daikaku Ji
Nos amis Japonais et leurs amis antiquaires patentés seraient furieux si nous ne traitions pas de la laque japonaise.
Pendant longtemps, et probablement encore maintenant, la laque japonaise est encore plus réputée que son homologue chinoise.
De fait, les artisant Japonais, bien qu’ulitlisant le même procédé que les Chinois, ont adopté et adapté un savoir faire très particulier.
La recherche de la qualité du produit prime donc sur la quantité produite et encore maintenant de nombreux artisans perpétuent une
tradition séculaire qui se transmet exclusivement de Maître à Disciple.
Et ce dernier se doit de respecter les règles même et surtout si il s’autorise quelques nouveautés qui caractériseront sa signature.
Laque japonaise : oiseau et feuilles d’automnne
Evidemment les Japonais vous jureront sur tous leur Dieux, Divinités et autres Kamis que leur art n’a rien à voir avec la Chine puisque le Prince Yamato Daki, fils de l’Empereur Keiko (302 290 Av JC), chassant sur la montagne Aki Yama et ayant incisé un arbre lors du tir d’une flèche (qui atteignit bien évidemment sa cible !) remarqua un liquide noir qui suintait de la blessure de l’arbre. Il fut donc le créateur « officiel » de la laque japonaise et entreprit de décorer des objets. Très pris par ses activités il transmit son art à son serviteur, un certain Takaho No Sakane, qui devint le laqueur officiel de la Cour
Impériale !
Plus vraisemblablement la laque parvint au Japon via la Corée grâce au Bouddhisme sous l’époque de Nara (552 710).
Mais ne dites jamais cela à un Japonais : il serait fâché à vie car si la Chine peut passer comme « grand ancêtre » (Kara = le chemin qui même de la porte d’entrée à l’autel des Ancêtres et ce qui désignait auparavant le « continent » qu’on ne nommait pas !) il est hors de question de devoir quoi que ce soit à la Corée et à ses « chiens mangeurs d’ail » comme on nomme sympatiquement ses ressortissants dans le milieux populaires !
Sous l’Empereur Kotoku (645 654) fut créé « le département ou bureau de l’industrie des laques » qui réglementait la profession de laqueur et la production de la laque, donc des laques.
Ce département officiel ne sera aboli au VIIIe siècle par l’empereur Mommu (697 707) qui voyait en celui-ci une entrave à la production et à la création.
Il imposa même la culture des arbres à laque sur les terres des propriétaires et exigea que les impôts, jusqu ‘ici payée en riz, le fussent en résine de laque.
Mais c’est pendant la période Nara (710 794) que la laque connut un véritable essor artistique.
On y distingue alors deux grands types de laque :
le Makinrô où l’objet recevait une couche de laque noire qui était ensuite décorée avec de la poussière d’or, recouverte d’une seconde couche qui était polie afin de faire réapparaître le dessin.
Le Heimon où l’objet était d’abord décoré par incrustations puis laqué.
De nombreuses statues sont recouvertes de laque.
Pendant la Période de Heian des Fujiwara (784 1185) apparaît le style Hyomon No Zushi qui consiste à effectuer des incrustations d’or et d’argent sur une première couche de laque, à passer une seconde couche de laque transparente qui est polie comme un miroir donnant à l’ensemble une transparence irréelle.
Apparaît également un nouveau genre de laque incrusté de nacre et de corail que l’on nomme Raden.
Le Okigushi consiste à renforcer les pièces de laque par de l’étain ou de l’argent.
Le Ikajiki est un fond d’or pur, technique également utilisée au Vietnam.
par la suite les artisans reproduirent ces principaux styles.

Petit cofret à bijoux XVIIIe

La production japonaise de laques est toujours très active car ilest de bon ton de posséder des objets laqués utilisés tous les jours : bols à riz et à thé, boîtes de présentation, plateaux pour Sashimi…
Le trousseau de la jeune mariée comprend encore traditionnellement un service de laque et un miroir laqué.
Le miroir laqué avec le Sabre-épée et le Joyau Ecarlate est l’un des « Trois Trésors » impériaux.
Il est donc fort apprécié comme symbole d’opulence.
Sans oublier le Chado ou Cha No Yu, la Cérémonie du Thé qui utilise la laque dans plusieurs objets rituels.
La laque passe pour être ce qui protège le mieux les grands crus de thé.
Il s’agit alors de laques spéciales ne possédant aucune odeur et permettant de confectionner des boites parfaitement hermétiques.
Les laques occidentaux
Ils existent bel et bien puisque l’Occident a tenté de copier les Extrême Orientaux, comme d’habitude, mais avec beaucoup moins de réussite.
Quelques artisans continuent néanmoins à pratiquer le laquage, proche du vernis-tampon tel qu’il est encore transmis à l’Ecole Boule.
Les fameux meubles Boule ne sont en réalité qu’une adaptation occidentale, fort réussie mais avec ses caractéristiques propres, des procédés de laquage utilisés en Chine et au Japon sur les mobiliers.
Laque occidentale 1900 « fritillia et papillons d’ivoire »
Album à photos avec fermoir d’argent
Pour nettoyer un laque taché
Utiliser(avecprécaution car on ne connaît jamais réellement la résistance d’un laque surtout si il n’est pas d’une qualité exceptionnelle !) la recette suivante
1/3 d’huile de lin
1/3 d’essence de térébenthine
1/3 de farine de blé
quelques gouttes d’huile de sésame.
Frotter avec un chiffou doux en utilisant des mouvements circulaires allant de la périphérie vers le centre puis revenant du centre vers la périphérie.
Laque occidentale : le pont d’ivoire par Priou (1930)
Les laques d’Extrême-Orient Chine et Japon par Mlle MJ Ballot G. Vanoest Editeur 1927
L’art japonais à travers les siècles Edit. Musée National d’Art Moderne Paris 1958
Arts de la Chine par R. Soames Jenyns et William Watson Office du Livre Fribourg 1963
Nouvelles découvertes archéologiques en Chine Editions en langues étrangères Pékin 1973
Pékin Impérial par Lin Yutang Albin Michel 1961
Quand la Chine nous précédait par Robert Kg Temple Bordas 1986 : indispensable !
La Science chinoise et l’occident par Joseph Needham Editions du Seuil 1969
La tradition scientifique chinoise par Joseph Needham Collecrtion Savoir Hermann 1974
Pour les caractères chinois nous remercions particulièrement
La laque : une invention chinoise qui préfigure le plastique industriel (Needham)

laque rouge chinoise

Le Cabinet

Une page d’histoire

Comment vendre

Comment acheter

Ventes futures

Rechercher

Page de l’expert

Articles

Liens

Non catégorisé

Nombre d’articles :
8

Présentation

Nombre d’articles :
2

Ventes aux enchères

Nombre d’articles :
2

Ventes futures

Nombre d’articles :
20

Ventes passées

Nombre d’articles :
1

Doc divers

Nombre d’articles :
15

Doc peinture

Nombre d’articles :
11

Nos correspondant

Nombre d’articles :
1

Actualités

Nombre d’articles :
21

Accueil module

Nombre d’articles :
2

Province

Nombre d’articles :
43

Documentation mais pages avec lien et la page qui regroupe les articles
Cabinet Portier & Associés 26 boulevard Poissonnière 75009 Paris France – tél : +33(0)1 48 00 03 41/45 fax : +33(0)1 48 00 02 64 – email :contact@cabinetportier.com

laque rouge chinoise
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
 Pour les articles homonymes, voirLaque (homonymie) .
À gauche :KamakuraBori .
Au centre :Hiramaki .
À droite :Hiramaki -grossissement.jpg.

↑ DictionnaireLittré
↑ Christine Shimizu :L’art japonais , Flammarion, 1997, p. 104.
↑ Christine Shimizu :L’art japonais , Flammarion, 1997, p. 421.
↑ Christine Shimizu :L’art japonais , Flammarion, 2001, p. 309.
↑ Collection de laques du Japon de la reine Marie-Antoinette conservée au musée du Louvre , base Atlas duLouvre , site louvre.fr
↑ Collection de laques du Japon de la reine Marie-Antoinette conservée au musée Guimet , base Joconde, site culture.gouv.fr
↑ célèbre laqueur japonais
↑ Christine Shimizu,L’art japonais , Paris, Flammarion,coll.  « Tout l’art »,2001( 1 re   éd.1997), 448  p. ( ISBN   2-08-013701-8 ) , édition de 2001 : p. 78, édition de 1997 : p. 95. Le Senju Kannon (au mille bras), du temple Fujiidera ( Fujiidera ,Osaka ) a été réalisé en laque sèche creuse, milieu duVIII e  siècle :Image sur la page deZero Focus , visible le18 e  jour de chaque mois et le 9 août. Ashura, un des huit protecteurs du Bouddha et de sa Loi, daté 734, est présenté en coupe dans cet ouvrage, édition de 1997, p. 89. Visible auKofukuji , Nara.
↑ Notice du musée .

Outils personnels

Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter
Espaces de noms

Article
Discussion

Affichages

Lire
Modifier
Modifier le code
Historique

Lalaqueest unerésineissue de la sève, en général très toxique, de divers arbustes de la famille desAnacardiaceae . Celle-ci forme en séchant un revêtement solide, résistant aux intempéries que l’on nomme également la laque.
On appelle égalementun laque , au masculin cette fois, un objet fait de laque [ 1 ] .
Les réalisations entièrement en laque ont été, dans les temps les plus anciens, dès le néolithique en Chine, utilisées comme objets utilitaires de grand luxe. Ces objets nous sont parvenus en tant que dépôts funéraires, cette matière présentant d’exceptionnelles qualités de conservations. Leur très grande vogue sous ladynastie Zhou( XI e  siècle- 481 av. notre ère) a coïncidé avec la vogue pour les métaux incrustés, produisant toutes deux des effets graphiques et colorés similaires. D’autres procédés, comme l’incrustation de nacre dans la laque en Asie du Sud-est et dans l’Extrême-Orient, en général, et les assemblages de feutre dans l’art des steppes sont des procédés tout autant similaires et témoignant de très fortes relations culturelles interrégionales. Les laques secs et les bois sculptés laqués ont marqué l’art de la sculpture dans le Japon médiéval. Le Japon a produit, dans cet ensemble culturel extrême-oriental, de très nombreux laques réalisés par des créateurs aussi célèbres, au Japon, que les plus célèbres graveurs d’estampes de l’ Ukiyo-e . En Occident la laque est pratiquée et elle a ses maîtres artisans depuis leXVII e  sièclejusqu’à aujourd’hui.
Dans le monde moderne duXX e  siècle , les peintures à base derésines thermodurcissables(alkydes ou glycéro-phtaliques) et les peinturespolyuréthanessont utilisées comme liants dans le domaine des peintures dites « laquées » : « laques alkydes » ou « laques glycéro-phtaliques » . En dehors de l’aspect brillant et coloré, la comparaison de ces produits est impossible avec la laque naturelle, dans toutes ses propriétés dont la souplesse et surtout la longévité, son très haut pouvoir d’adhérence, son caractère imperméable et imputrescible, sa résistance à l’usage. Toutes qualités que les laques industrielles ne possèdent pas.
La laque prend ses racines enChineil y a plus de 3 000 ans, et sa technique s’est développée ensuite dans toute l’ Asie du Sud-Est . Appliquée sur le bois elle le protège en l’imperméabilisant. On s’en servait aussi comme colle, par exemple pour faire adhérer des inscriptions en or sur des armes de bronze, dès la plus haute Antiquité chinoise. Mais son usage principal semble avoir concerné la protection des cercueils dès l’époque de laDynastie Zhou . La production de laque s’est accrue et démocratisée dès leIV e  siècleavant notre ère. On produisit ainsi des objets de vaisselle, dont certains exemplaires ayant servi de dépôts funéraires se sont parfaitement conservés. La laque pouvait s’appliquer sur de fines feuilles de bois, comparables à nos feuilles de contreplaqué, que les artisans courbaient par la chaleur et en utilisant des moules. En mélangeant des pigments à cet enduit on obtenait une riche palette de couleurs : rouge, noir, jaune, blanc, brun et bleu. Sous ladynastie Han , duIII e  siècleav. J.-C.auIII e  siècle après notre ère, elle fut utilisée pour protéger les armes, les objets ménagers et les meubles. Les dépôts funéraires dans les tombes deMawangduiont montré la parfaite maîtrise des artisans de cette époque et l’extrême vogue de cette technique deux siècles avant notre ère.
EnBirmanie , les origines de la laque semblent apparaitre avec les pagodes deBaganauXII e  siècle.
Au Japon, la laque sèche creuse est utilisée en sculpture auVIII e  siècle et abandonnée ensuite. Toujours auVIII e  siècle la laque sur bois, bambou, cuir ou vanneries souvent laissée unie, mais elle peut être peinte, incrustée de nacre, de découpes métalliques décorée de motifs peints à l’huile [ 2 ] . De nombreux laques, relevant des techniques les plus diverses et les plus complexes ont été conservés au Japon depuis cette époque. Celle-ci fait du Japon comme le conservatoire de techniques oubliées, alors, en Chine. Et les artisans déploient y toute leur créativité pour en enrichir le répertoire jusqu’à aujourd’hui. Comme le laque d’or, dont la vogue est bien documentée depuis leXVII e  siècle [ 3 ] . Les trousseaux pour les filles des shogun et des seigneurs sont alors constitués en laque., et ces objets, décorés de laque d’or n’étaient pas toujours destinés à un usage quotidien. Ils constituaient un patrimoine et étaient transmis d’une génération à l’autre, en tant que trésor familial [ 4 ] .
En Europe, dans les années1680 , ladynastie des Dagly de Spa , enprincipauté de Liège , réalisa des imitations fort prisées, appelées le vernis Dagly qui firent une bonne part de la renommée européenne de la ville d’eau et qui brisèrent le monopole de laHollandequi resta longtemps la seule importatrice de laques japonaises (le goût pour l’Orient mythique). Puis en1730 , les frères Martin deParismettent au point une imitation de laque à base de copal, levernis Martin . Ce vernis comporte toutefois un gros défaut : il est fragile à l’eau. À la fin duXVIII e  siècle, la reineMarie-Antoinetteréunit une collection de laques japonais [ 5 ] , [ 6 ] .
Vers le milieu duXIX e  siècle, les progrès de la chimie permettent la mise au point d’un vernis laque de meilleure qualité. Pendant laPremière Guerre mondiale , la laque fut employée pour renforcer la résistance des hélices d’avion.
AuXX e  siècle des vernis laque performants apparaissent grâce à de nouvelles formules et à des vernis durcissant à l’air. On voit apparaître des laquesnitrocellulosiques ,glycérophtaliquesoupolyuréthanes . Ces « laques modernes » furent employées à partir des années 1930 par des décorateurs du mouvementArt décosur toutes sortes de supports : contreplaqué, latté, aggloméré ou encore tôle d’aluminium. D’autres comme Jean Dunand sont restés fidèle à la laque végétale.
On prélève larésine , un peu comme on le fait avec lelatexsur leshévéas , par des entailles à la base du tronc sur lequel sont fixés de petits bols enbambou . La résine ou le latex (non la sève qui est un fluide nourricier d’autre nature) du laquier( Toxicodendron vernicifluum )a une très forte qualité adhésive et un brillant magnifique.
Selon les régions on la récolte sur :
Mélange de laque, d’eau et detérébenthine , prêt à enduire.
Artisans d’Angkor : une femme travaille à un vase laqué de tradition khmer.
Les Chinois distinguent trois grands types de laque du nom des localités où on les prépare :
-Nien-Tsi  ;
-Si-Tsi  : ces deux premières variétés étant de moins bonne qualité servent souvent à la fabrication de la laque noire nomméeYang-Tsipar adjonction de noir d’os de cerf ou denoir d’ivoireet d’huile de thé renduesiccativepar l’action de sels d’arsenic ;
En Chine ( dynasties Ming , et surtoutQing ) la laque burgautée (incrustée de nacre) fut utilisée pour couvrir de petites pièces de bois ou de porcelaine (technique dite « lo tien »). La même technique d’incrustation (dite « aogai ») était répandue au Japon au cours de l’ époque d’Edo . La burgaudine est la nacre du burgau – nom de plusieurs sortes de coquillages. C’estHaliotis tuberculataqui était utilisé en Chine et au Japon. La technique de la laque arriva en Europe dès le XVI esiècle et se répandit rapidement. Elle fut pratiquée, par exemple, par Johann Martin Heinrici (1711–1786), peintre sur porcelaine à lamanufacture royale de Meissenà partir de 1742. Sa spécialité était l’incrustation de nacre.
Avant que la dernière couche de laque soit sèche, l’artiste (lemaki-e-shi ) peut décider l’incrustation d’éléments en nacre ( usugai raden ), ivoire, or, corail, etc. ou même d’éléments que l’artiste a confectionné lui-même à partir de laque qu’il aura colorée puis sculptée à l’aide du bord tranchant du tsutsu et mise ensuite à sécher sur une plaque de verre (c’est un des avantages du tsutsu par rapport à un autre moyen de pulvérisation).
La division entre les différents décors n’est pas aussi tranchée. Un même objet peut incorporer deux, voire trois types de décors.
L’artiste commence par confectionner une âme en bois de l’objet (en général du bambou) qu’il amincit par usure. À ce stade, la pièce est bien régulière et lisse. Elle ne mesure pas plus d’un demi-millimètre d’épaisseur. Il peut alors entreprendre le travail de laquage proprement dit. Il procède par couches superposées en respectant un temps de séchage qui peut atteindre plusieurs jours entre chacune d’elle. Une fois sèche, la laque est poncée puis soigneusement polie à l’aide de la dent de chien jusqu’à ce que sa surface soit parfaitement lisse. Lemaki-e-shipeut alors appliquer la couche de laque suivante qu’il mettra également à sécher. Un objet peut comporter ainsi jusqu’à vingt couches successives si la laque est destinée à être sculptée. Le même minutieux travail de ponçage et de polissage est effectué entre chaque couche.
Un minimum de deux couches est nécessaire à une laque d’or : une couche de base et la couverture de finition. Pour réaliser la couche de base, l’artiste saupoudre, à l’aide dutsutsu , la laque encore poisseuse de poudre d’or dont le grain est fonction de l’effet désiré. Les particules adhèrent fortement à la laque au cours du séchage. L’or qui n’a pas adhéré est récupéré par brossage. Un polissage vigoureux donnera une teinte uniforme. Une couche de laque translucide ( shuai urushi ) est ensuite appliquée en finition. Le ponçage et le polissage de cette dernière l’amincissent jusqu’à ce que la couche or du fond transparaisse sous la couche de finition. Les particules d’or sont ainsi emprisonnées dans la laque. Par usure, la dorure paraît de plus en plus brillante au fil du temps. Parfois, au lieu de teinter la laque dans sa masse selon une des méthodes décrites au paragraphe « fabrication » du présent article, le laqueur peut décider de déposer les pigments sur la laque encore poisseuse comme il le ferait pour des particules d’or (poudre decharbon de boispour le noir,cochenillepour la couleur rouge foncé, etc.). En mélangeant différents pigments, lemaki-e-shiobtient des nuances de couleurs. Ces couches colorées seront toujours recouvertes d’une couche de laque translucide qui sera poncée puis polie. Lorsque les particules sont extrêmement fines, il est impossible de les saupoudrer à l’aide dutsutsusous peine de les voir voler et se coller au hasard sur la laque ou s’agglomérer par plaques. Il faut alors les appliquer au pinceau ou à l’aide d’un fil de soie.
Masque de Gigaku [ 9 ] . Époque de Nara (710 -794). Japon,VIII e  siècle. Bois laqué et peint. H : 28,3 cm.Musée Guimet , Paris
Buste de roi céleste (japonais :tennō  ; sankrit :lokapāla ). Époque de Nara, fin duVIII e  siècle. Laque sec ( dakkatsu-kanshitsu ).Musée Guimet , Paris
Ashura , un des huit protecteurs du Bouddha et de sa Loi, daté 734, statue de laque sèche creuse (laque, tissus, bois, couleurs), H. 1,49 m.Kofukuji ,Nara .
Furuna, un des dix disciples de Bouddha. Laque sèche creuse, H. 1,40 m environ. Epoque de Nara, 734. Kofukuji, Nara
La technique, plus simple, nécessite également de travailler dans un local exempt de poussière. Elle utilise des peintures laques à base derésines thermodurcissables(alkydes ou glycéro-phtaliques) et les peintures laquespolyuréthanesà l’aspect brillant, issues de découvertes faites au début duXX e  siècleet qui ont trouvé des applications en tant que produits industriels utilisés dans le monde entier. Les différentes couches peuvent être passée avec unpistolet à peintureet poncées avec les papiers abrasifs à l’eau de granulométrie minimale 800 (puis, éventuellement, 1000 ou supérieure) afin d’obtenir une surface parfaitement lisse. En superposant des couches de peinture de couleur différentes, l’abrasion jointe au travail du pistolet à peinture permettent des effets artistiques de dégradés subtils. Il est même possible, par ailleurs, de déposer des fragments de feuille d’or, ou de toute autre matière similaire, avant la couche de finition incolore afin d’imiter certains laques et leur bel effet décoratif et prestigieux.

laque rouge chinoise

Créer mon compte
Me connecter
Créer mon pseudo

Les concours de l’année
La boîte à idées

La fonction de suggestion automatique permet d’affiner rapidement votre recherche en suggérant des correspondances possibles au fur et à mesure de la frappe.

Accueil

>

Le Forum

>

Forum Decoration / Peinture

>

peindre un escalier en rouge laque de c…

Accueil

>

Le Forum

>

Forum Decoration / Peinture

>

peindre un escalier en rouge laque de c…

La fonction de suggestion automatique permet d’affiner rapidement votre recherche en suggérant des correspondances possibles au fur et à mesure de la frappe.
Créer mon compte
Me connecter
Créer mon pseudo
peindre un escalier en rouge laque de chine

Changer de forum :

Sélectionnez un forum

Le défi – Détournement d’objets
Le Défi – Stickers : La Nature Revisitée
Le Défi – Rangez rusé !
Vos idées en 3D
A vos marches, prêts, votez
Nouvelle Cuisine – Vous avez relevé le défi !
Jeu concours Rangement Optimisé Hub System
Concours de Noël / Partagez vos plus belles décos
Ma douche à l’italienne
Partagez vos compositions Multikaz
Mon abri de jardin personnalisé
Relooking meuble
La plus belle terrasse
Relooking meuble – Étape 2
Tout le monde au balcon
Tendance Pochoir
Bricoler en hauteur
Limitons l’impact de nos emballages
Toutes vos idées numériques
Concours – Un atelier à partager
Ma création DIY
WC créatifs
Le carrelage habille mon mur
Fier de mon intérieur
Cuisine Delinia
1, 2, 3, Lumière !
Papier peint dans tous ses états
Les enfants au jardin !
Ma nouvelle salle de bains
Rénover pour tout changer
Ma façade en un clin d’oeil
Je me chauffe au poêle !
Portail
Rangement
Mon Nöel fait maison
Mes effets de lumière
Cuisine
Relooking meuble
Ma verrière d’atelier
Un été sur ma terrasse
Relooking meuble n°2
Mon jardin aménagé
Les vacances à la maison

S’abonner au fil RSS

Marquer le sujet comme nouveau
Marquer le sujet comme lu

Placer ce Sujet en tête de liste pour l’utilisateur actuel
S’abonner

Page imprimable

Signaler un sujet

«
Liste des sujets

«
Sujet précédent

Sujet suivant
»

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Modérateur – Grand Passionné Vétéran

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

«
Liste des sujets

«
Sujet précédent

Sujet suivant
»

59833 sujets: l’espace d’entraide des passionnés de la maison

laque rouge chinoise
Saisissez votre mot-clé de recherche
Meubles, décoration du XIXe └ Art, antiquités Toutes les catégories Animalerie Art, antiquités Auto, moto Bateaux, voile, nautisme Beauté, bien-être, parfums Bébé, puériculture Bijoux, montres Bricolage Céramiques, verres Collections DVD, cinéma Electroménager Image, son Immobilier Informatique, réseaux Instruments de musique Jardin, terrasse Jeux vidéo, consoles Jouets et jeux Livres, BD, revues Loisirs créatifs Maison Monnaies Musique, CD, vinyles Photo, caméscopes PME, artisans, agriculteurs Sports, vacances Téléphonie, mobilité Timbres Véhicules: pièces, accessoires Vêtements, accessoires Vins, Gastronomie

Vous accédez à un niveau de la hiérarchie des catégories

Art, antiquités

>

Meubles, décoration du XIXe

Tout- Page actuelle

Enchères
Achat immédiat
Petites annonces

Livraison vers  59100

France – FRA Afghanistan – AFG Albanie – ALB Algérie – DZA Samoa américaines – ASM Andorre – AND Angola – AGO Anguilla – AIA Antigua-et-Barbuda – ATG Argentine – ARG Arménie – ARM Aruba – ABW Australie – AUS Autriche – AUT République azerbaïdjanaise – AZE Bahamas – BHS Bahreïn – BHR Bangladesh – BGD Barbade – BRB Biélorussie – BLR Belgique – BEL Belize – BLZ Bénin – BEN Bermudes – BMU Bhoutan – BTN Bolivie – BOL Bosnie-Herzégovine – BIH Botswana – BWA Brésil – BRA Iles Vierges britanniques – VGB Brunéi Darussalam – BRN Bulgarie – BGR Burkina Faso – BFA Birmanie – MMR Burundi – BDI Cambodge – KHM Cameroun – CMR Canada – CAN Iles du Cap-Vert – CPV Iles Caïmans – CYM République centrafricaine – CAF Tchad – TCD Chili – CHL Chine – CHN Colombie – COL Comores – COM Congo, République démocratique du – COD République du Congo – COG Iles Cook – COK Costa Rica – CRI Côte d’Ivoire – CIV Croatie, République de – HRV Chypre – CYP République tchèque – CZE Danemark – DNK Djibouti – DJI Dominique – DMA Dominicaine, République – DOM Equateur – ECU Egypte – EGY Salvador – SLV Guinée équatoriale – GNQ Erythrée – ERI Estonie – EST Ethiopie – ETH Iles Falkland (Iles Malouines) – FLK Fidjien – FJI Finlande – FIN France – FRA Guyane française – GUF Polynésie française – PYF République du Gabon – GAB Gambie – GMB Georgia – GEO Allemagne – DEU Ghana – GHA Gibraltar – GIB Grèce – GRC Groenland – GRL Grenade – GRD Guadeloupe – GLP Guam – GUM Guatemala – GTM Guernesey – GGY Guinée – GIN Guinée-Bissau – GNB Guyane – GUY Haïti – HTI Honduras – HND Hong Kong – HKG Hongrie – HUN Islande – ISL Inde – IND Indonésie – IDN Irlande – IRL Israël – ISR Italie – ITA Jamaïque – JAM Japon – JPN Jersey – JEY Jordanie – JOR Kazakhstan – KAZ Kenya – KEN Kiribati – KIR Corée du Sud – KOR Koweït – KWT Kirghizstan – KGZ Laos – LAO Lettonie – LVA Liban – LBN Liechtenstein – LIE Lituanie – LTU Luxembourg – LUX Macao – MAC Macédoine – MKD Madagascar – MDG Malawi – MWI Malaisie – MYS Maldives – MDV Mali – MLI Malte – MLT Iles Marshall – MHL Martinique – MTQ Mauritanie – MRT Maurice – MUS Mayotte – MYT Mexique – MEX Micronésie – FSM Moldavie – MDA Monaco – MCO Mongolie – MNG Monténégro – MNE Montserrat – MSR Maroc – MAR Mozambique – MOZ Namibie – NAM Nauru – NRU Népal – NPL Pays-Bas – NLD Antilles néerlandaises – ANT Nouvelle-Calédonie – NCL Nouvelle-Zélande – NZL Nicaragua – NIC Niger – NER Nigéria – NGA Niué – NIU Norvège – NOR Oman – OMN Pakistan – PAK Palau – PLW Panama – PAN Papouasie-Nouvelle-Guinée – PNG Paraguay – PRY Pérou – PER Philippines – PHL Pologne – POL Portugal – PRT Porto Rico – PRI Qatar – QAT Réunion – REU Roumanie – ROU Russie, Fédération de – RUS Rwanda – RWA Sainte-Hélène – SHN Saint-Kitts-et-Nevis – KNA Sainte-Lucie – LCA Saint-Pierre-et-Miquelon – SPM Saint-Vincent-et-les-Grenadines – VCT Saint-Marin – SMR Arabie saoudite – SAU Sénégal – SEN Serbie – SRB Seychelles – SYC Sierra Leone – SLE Singapour – SGP Slovaquie – SVK Slovénie – SVN Iles Salomon – SLB Somalie – SOM Afrique du Sud – ZAF Espagne – ESP Sri Lanka – LKA Surinam – SUR Swaziland – SWZ Suède – SWE Suisse – CHE Taiwan – TWN Tadjikistan – TJK Tanzanie – TZA Thaïlande – THA Togo – TGO Tonga – TON Trinité-et-Tobago – TTO Tunisie – TUN Turquie – TUR Turkménistan – TKM Turques-et-Caïques, Iles – TCA Tuvalu – TUV Ouganda – UGA Ukraine – UKR Emirats Arabes Unis – ARE Royaume-Uni – UK États-Unis – USA Uruguay – URU Ouzbékistan – UZB Vanuatu – VUT État de la Cité du Vatican – VAT Venezuela – VEN Vietnam – VNM Iles Vierges américaines – VIR Wallis-et-Futuna – WLF Sahara occidental – ESH Samoa occidentales – WSM Yémen – YEM Zambie – ZMB Zimbabwe – ZWE

Avant réduction :  Prix de vente initial
149 999,00 EUR
Objets par page: 

50

25
100
200

Pagination pour les résultats de recherche
Top Rated Plus Vendeurs qui reçoivent d’excellentes évaluations de la part des acheteurs Retours et remboursement Envoi sous un jour ouvrable avec suivi En savoir plus
Top Rated Plus Vendeurs qui reçoivent d’excellentes évaluations de la part des acheteurs Retours et remboursement Envoi sous un jour ouvrable avec suivi En savoir plus
Saisissez un prix minimum et/ou maximum avant de poursuivre.
Provenance
tout afficher Provenance
Afficher uniquement
tout afficher Afficher uniquement
Cette page a été mise à jour le :  29-juin 04:16. Il se peut que les données sur le nombre d’enchères et le montant ne soient pas à jour. Pour connaître les frais et options de livraison internationaux, consultez chaque annonce individuellement.
Le nouveau système de recherche requiert l’activation de JavaScript. Veuillezactiver JavaScript dans votre navigateur , puiseffectuer une nouvelle tentative .
Abonnez-vous àMeubles, décoration du XIXepour obtenir des alertes par e-mail ainsi que des mises à jour sur votre fil shopping.
Désabonnez-vous àMeubles, décoration du XIXepour ne plus recevoir de mises à jour sur votre fil shopping.
Félicitations ! Vous êtes désormais abonné àMeubles, décoration du XIXedans votrefil shopping . Vous recevrez des alertes par e-mail pour les nouvelles annnonces. Ne m’envoyez pas d’alertes par e-mail.
Copyright © 1995-2017 eBay Inc. Tous droits réservés.Conditions d’utilisation ,Données personnelles ,cookiesetAdChoice

laque rouge chinoise
If you want to start over,go to the homepage . If you’re stuck,let us help you .
Copyright © 1995-2017 eBay Inc. All Rights Reserved.User Agreement ,Privacy ,CookiesandAdChoice

laque rouge chinoise

cuisine

chambre

salon

salle de bains

autres pièces

outdoor

visites privées

maison pratique

tendances

SETMYSTYLE

Bonjour et bienvenue sur votre forum Marie Claire Maison, sur lequel vous pouvez échanger avec les passionnés de déco. Posez vos questions : déco, jardin, bricolage, aménagement…
Notre communauté est très active, vous allez ainsi trouver les réponses à vos interrogations.
Bonne visite à tous.

Marie Claire Maison
Vos idées déco
peindre un vieux meuble en rouge chinois

Affiche les résultats de 1 à 5 sur 5

peindre un vieux meuble en rouge chinois

bakalao

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Je souhaite repeindre un vieux meuble en rouge chinois comment faire pour obtenir ce superbe rouge passé avec les reflets un peu verts.
Merci et très bonne journée à tous

noelle12

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

bakalao

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Merci en effet ça à l’air un peu long mais je me lance A bientôt pour les résultats.

agap

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Je cherche désespérement une référence de « vrai » rouge chinois. Je crois qu’il en existe un chez Flamant mais peut-être en connaîssez-vous d’autres…Merci 1000 fois

sir_john

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Le meilleur de marieclairemaison.com

Nouveau site de stickers original et pas cher

Aux passionnés de déco…

customeublisation

Peindre mon escalier

Déco pas cher

Pouf Fatboy : Où s’en procurer ?

Problème de style

s.o.s besoin de conseils pour déco murs!

luminaires a leds

Vos coussins vous les voyez comment ?

Fauteuils design et pas cher!

une chambre avec du pourpre

Bienvenue sur le forum de Marie Claire Maison
Dernier message posté le 23/05/2007 à 11h15
Les offres de produits marchands proposées sur marieclairemaison.com proviennent de marchands référencés à titre payant

laque rouge chinoise

Accueil|
Le magazine |
Le blog déco|
Nous Contacter
Deux petites corrections à votre programme:
2°il ne sera probablement pas nécessaire de nettoyer à la lessive Saint Marc réservée aux meubles très encrassés si vous poncez.
 Effectivement c’est  un peu agressif pour le bois nu parce que cela le détrempe et qu’il faut le  laisser sécher longtemps. Ce n’est pas recommandé pour les meubles plaqués (comme le vôtre) car le placage peut gondoler sous l’effet de l’humidité.
On utilise plus volontiers le nettoyage à la lessive Saint Marc pour les meubles déjà peints et salis. La lessive attaquant la peinture permet une meilleure accroche de la prochaine couche.
Cela dit, passons à la  mise en couleur proprement dite:
 Il faut savoir que le vernis rouge de chine de Syntilor laissera apparaître les auréoles, taches et comblements de pâte à bois car il s’agit d’un produit transparent, comme tous les vernis et comme toutes les teintures.
C’est peut-être pour laisser voir le bois que vous l’avez choisi mais, non seulement il laissera apparaître les veines du bois, mais également toutes ses imperfections et tâches.
Si vous voulez réellement imiter un meuble en laque de chine rouge, vous pouvez suivre les instructions dece tutorielen utilisant une peinture opaque.

Libellés :
cire ,
meuble relookés ,
vernis

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

laque rouge chinoise

par
Alain Blaisot , restaurateur de
laques anciennes
C’est en Chine que l’on trouve les
premières utilisations de la laque, près de 1000 ans avant J-C. La
présence de la laque est attestée ensuite
au Japon vers le VIe siècle. 
La
laque est une résine extraite d’un arbre appelé « l’arbre à
laque » (il en existe plusieurs variétés). Elle est appliquée
en
plusieurs couches, parfois plusieurs dizaines, sur des fonds généralement
apprêtés.
Sa beauté vient de son effet de profondeur
dû à une légère translucidité. Dans le cas par exemple d’une laque noire
avec des transparences rouge profond, l’effet provient d’apprêts d’oxyde jaune
visibles à travers les couches de laque qui ne sont pas à
proprement parler noires mais plutôt brunes – rouges translucides.
Deux petites boites de fabrication chinoise milieu et fin XIX :
L’aspect lisse et agréable au toucher est obtenu grâce à de multiples
ponçages qui se font à l’eau . On peut
encore aujourd’hui visiter des ateliers au Vietnam où l’on voit comment
s’opérait le ponçage : au milieu de l’atelier se trouve une sorte de bassin.
Les ouvriers sont assis sur de petits tabourets, les pieds dans l’eau, et
poncent les objets. Des pierres lisses étaient autrefois utilisées pour le
ponçage.

rouleau-médaillon (vers
1930 ?) appelé « boîte à rouleaux « ou aussi « boite à
gants ». 
Cet exemplaire est étonnement bien conservé.
La « vraie » laque dite aussi
« laque végétale » est peu ou pas utilisée en Europe, que ce soit en
restauration ou en création. On utilise à sa place des vernis gras (phormophénolique).
La laque végétale cause des allergies. Il faut donc porter des gants et
un masque lors de son application.
Plus anciennement on utilisait les
fameux vernis Martin.
Il y eut au XVIIIe siècle de
nombreuses importations de laques japonaises ou chinoises. On récupérait
les panneaux pour les encastrer dans les créations de l’époque, commodes,
bureaux etc. La laque fut tellement appréciée que l’on
chercha vite un moyen d’imiter cette matière d’où l’invention du vernis
Martin.
Bien que cette technique ne soit à l’origine qu’une imitation de
la laque, les meubles en vernis Martin de cette époque sont aujourd’hui très recherchés et ont souvent une très grande
valeur !
Il existe une
multitude de techniques et même d’écoles tant en Chine qu’au Japon. Les
différences entre ateliers portent sur les sujets aussi bien que sur les techniques
employées. La laque peut être
gravée, décorée à l’or ou à l’argent ou incrustée de toutes sortes de
matières.
Le matériau le plus utilisé est la
feuille d’or jaune, mais l’on trouve aussi l’or vert, rouge, blanc que ce
soit en feuille ou en poudre. On trouve aussi des poudres de bronze et l’aventurine (paillettes en bronze ou en micas que l’on disperse en nuage sur
la laque). Ce dernier procédé est très utilisé pour les intérieurs de
boîtes ou de tiroir
ou lors de la fabrication des encadrements.
La plupart des sujets faits en plein à
la feuille d’or sont détaillés à l’encre de Chine ; ainsi dans un visage
les cheveux, les yeux, la bouche, le nez sont-ils soulignés au pinceau. A ce sujet il est intéressant de noter que souvent lorsque
l’on regarde une laque ancienne, on voit un décor assez usé où l’assiette transparaît ;
tous les détails semblent avoir
été peints à l’or… en fait à l’origine ces détails ont été
réalisés à l’encre de Chine et l’or, à ces endroits, a simplement été protégé de l’usure ! L’effet
en est souvent splendide, quoiqu’à l’origine l’œuvre ait été toute
différente. Dans le même ordre d’idée les couleurs ont souvent pris une
patine importante et étaient bien plus vives à la création de l’objet.
Très souvent les décors sont faits
en volume au moyen de l’accumulation de plusieurs couches successives
finalement dorées.
nacre (on choisit souvent une nacre
dont une couleur dominante de l’irisation prédomine pour qu’elle aille
parfaitement avec le sujet)

Nacre et ivoire
Une boîte japonaise avec des incrustations de nacre et d’ivoire.
Il existe bien des sortes de gravures sur
laque, mais la plus importante (du moins par le nombre) que l’on peut trouver en
Europe est celle que l’on désigne sous l’appellation de « Coromandel » ou
« laque de Coromandel ». Ce nom vient en fait des bateaux de la Compagnie des Indes dont
les comptoirs étaient à Coromandel (je ne sais s’ils faisaient escale à
Coromandel en venant de Chine ou s’ils stockaient les laques dans ces
entrepôts, ou si les Chinois livraient directement dans ces entrepôts).
Ces laques sont pour la plupart des
paravents. La couleur de la laque va du brun jusqu’à un brun-rouge-noir.
Elle est appliquée sur des apprêts blancs assez épais (5 mm
environ). La laque est gravée avec des fers à reparure de différentes largeurs, de
grandes surfaces sont mêmes dégagées, on colore enfin avec des pigments
les blancs des panneaux.
La laque est un matériau
assez fragile
Elle craint :
La lumière : les
néons particulièrement peuvent occasionner des décolorations
Les trop grandes différences d’hygrométrie ou de
température

Cette boîte d’une trentaine de cm de diamètre est japonaise. Son décor
représente Daruma (Déformation de Dharma) créateur du zen. Aujourd’hui encore en fin d’année
on s’offre des darumas sous toutes formes d’objets au Japon. Détail amusant, ces Darumas sont vendus « aveugles », ils servent de
porte-bonheur et leur possesseur peint l’œil en doré une fois qu’il a réalisé un souhait.
Voici un coffret japonais fin XIX ou début XXème d’une quarantaine de
cm.
De tels coffrets étaient destinés à l’exportation. Ils sont appelés
souvent « boîtes à couture ». J’avais trouvé celui-ci dans une brocante
et il était très abîmé.
Cette
première photographie le montre dans son premier état après nettoyage
(de la poudre de bronze avait été maladroitement collée afin de pallier
aux
manques de dorure).
Une grande partie des volumes
avait disparue. On voit ici la restauration des volumes par application de plusieurs couches  de colle de peau (colle de peau et blanc de Meudon)
au pinceau.
Voici le coffret après dorure à la feuille
d’or, usures, patines etc.
Pour finir plusieurs couches de vernis au tampon ont été appliquées.
Si vous aimez la laque, ces liens vous seront utiles :
Musée
Guimet  
(Pour voir des laques faire une recherche avec le mot
« laque »)
Kyoto National
Museum 
Tokio
National Museum  

A noter que pour faire des recherches sur des sites anglophones il faut
utiliser les mots « lacque » ou « lacquerware »
(voirvocabulaire )
Contact restaurateur :Alain Blaisot

Les laques
de Fabienne Gambrelle, Editions Solar, 2006, 119 pages

Les laques et la céramique du Japon
Anonymous, Editions Nabu Press, 2010, 120 pages
 

Imitation laque : découpage, collage, vernissage
de Moser, Editions Fleurus, 1998, 124 pages
Lettre d’un internaute :( Laurent
Nespoulous , archéologue)
« (…) Concernant votre rapide historique de la laque, sachez
que l’archéologie a permis de mettre en évidence que la laque
était produite dans l’archipel japonais au moins 3000 ans avant
notre ère (probablement avant, mais difficile de dater). Elle été
appliquée sur la vannerie, les arcs, certains objets en matière
osseuse, ainsi que sur la poterie. Cette laque était de couleur
rouge ou noire.
Voilà, juste pour préciser que l’histoire de la laque est plus
longue que ce que l’on croit.

Copyright ©phonem

pour le
design, la réalisation et le contenu du
Site Français du Meuble Peint,
tous droits réservés,
16/02/2016
   
galerie  
librairie  
livres commentés   
boutique   

plan
du site   
actualité   

stages
     technique   
s’abonner   

sur
le site   contact  
   
recherche  
(chargement lent en première utilisation – veuillez patienter)

laque rouge chinoise
Google Rich SnippetsMeuble laqué noir rouge .-La Malle d’Asie vous suggere ce petit meuble décoré…-Catégorie:Petits meubles chinois pas cher-Prix:299,00 €-Stock:  En stock -Petits meubles chinois pas cher > Meuble laqué noir rouge .
> Petits meubles chinois pas cher > Meuble laqué noir rouge .
Paiement sécurisé pris en charge par Paypal.
Informations sur votre boutique La Malle d’Asie, 167 grande rue de la guillotière 69007 Lyon France SIREN 50523577000011 (APE – NAF) 4799A TVA FR 66505235770 Appelez-nous au :0973 25 0517 E-mail :contact@lamalledasie.fr
Il n’y a pas encore de commentaires.
Petit meuble chinois décoré 2 portes 2 tiroirs
Attention : dernières pièces disponibles !
Petit meuble chinois décoré 2 portes 2 tiroirs
La quantité minimale pour pouvoir commander ce produit est1
Meuble massif 2 portes et 2 petits tiroirs
Les portes sont pleines, peintes avec des motifs ouvrant sur une niche.
Des anneaux sont disposés sur les portes et tiroirs pour leurs manipulations
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services

laque rouge chinoise
Explorez Meuble Chinois et plus encore !
Commode laquée chinoise – meuble chinois laqué
Buffet chinois pagode rouge et noir
Meuble pagode – meuble chinois reproduction
Semainier chinois laqué – meuble chinois laqué
Bahut chinois de cuisine 2 portes 3 tiroirs
afin de vous offrir une expérience optimale.
Commode chinoise laquée rouge – meuble chinois laqué
Semainier chinois laque verte 8 tiroirs – PromoDiscountMeubles : le meuble chinois – magasin en ligne de meubles chinois et asiatiques.
Buffet chinois pagode rouge et noir – mobilierdasie.com
Paravent à cinq feuilles à toutes faces orné de pièces de mobilier asiatique en pierre dure sur fond de laque noir et d’un groupe de chevaux en ivoire s’inscrivant sur un paysage arboré sur bois sculpté… – Versailles Enchères – 19/10/2014
Armoire basse rouge avec papillons – mobilierdasie.com
Meuble Chinois Bahut Petit Buffet Peint À LA Main EN Cèdre TRÈS Belle Finition | eBay
Buffet chinois brun et jaune – mobilierdasie.com
small black, floral, painted with birds, foyer console table/chest, white walls, eclectic, antique lamp and books.
Déco intérieur asiatique | déco, tableau: personnaliser son intérieur
Meuble chinois\meuble meurisier Ameublement Pyrénées-Atlantiques – leboncoin.fr
Armoire chinoise rouge moderne avec 4 tiroirs, possédant une grande capacité de rangement, fabriqué en peuplier massif
Semainier chinois – meuble chinois laqué
Bahut chinois de cuisine 2 portes 3 tiroirs – mobilierdasie.com

laque rouge chinoise

Paire de coupes rondes en laque rouge. Chine. Qianling. XVIIe Siècle

Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
The interactive transcript could not be loaded.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

Howto & Style

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Paire de coupes rondes à bord évasé en laque rouge à décor sculpté de fleurs et feuillages parmi lesquels magnolias, iris, lotus, pivoines, chrysanthèmes et pruniers, sur un fond de grecques dit « leiwen ». Chine, époque Qianlong, XVIIIe siècle. (Petits manques et restaurations.) Socles à cinw pieds en bois laqué vert, à décor polychrome et or de chrysanthèmes et lingzhi au centre, le bord décoré de cinq chauves-souris En vente surhttp://www.expertissim.com

laque rouge chinoise

AnticStore>
Dossiers>
Articles>
Le mobilier en laque de Chine au 18e siècle
Développé sous l’impulsion de Napoléon Ier, le style Empire s’insère dans la droite ligne de celui de son prédécesseur Louis XVI. Après des premiers balbutiements sous le Directoire, il …
Du 5 avril au 22 mai 2017  |  MUSÉE DE L’ORANGERIE, PARIS
« Chefs-d’oeuvre du Bridgestone Museum of Art de Tokyo, Collection Ishibashi Foundation »
Les chefs-d’oeuvre de la collection …
La mesure du temps est une obsession qui a toujours occupé la pensée de l’homme. La pendule a été créée dans la recherche de cette volonté de le matérialiser. Dans ce domaine, la seconde …

CATALOGUE
Catégories
Styles
Époques
Nouveautés

MAGAZINE
Agenda
Articles
Les ébénistes du XVIIIe siècle
Les styles

Le magazine des Arts décoratifs & des Beaux-Arts
En 1688, Louis XIV amorce une première politique diplomatique qui amène à une série d’échanges intellectuels et artistiques entre la France et la Chine. Sous son règne se développe alors un goût français pour « lachine » ou « lachinage ». Cette attirance pour la Chine découle au XVIIIe siècle, sous les règnes de ses successeurs, sur ce que l’on appelle « la chinoiserie » qui reflète un goût pour l’Orient fantasmé et son exotisme. Ce goût suscite un attrait du collectionnisme pour ses ouvrages artistiques comme la porcelaine, la soierie mais aussi les laques.
Le terme « laque » est employé au féminin lorsqu’il caractérise la matière première ; il est à l’inverse masculin lorsqu’il désigne un objet ou un meuble exécuté dans cette matière. La laque chinoise est issue de la résine récupérée par l’incision de l’écorce d’un arbre de la famille des toxicodendrons que l’on appelle le laquier, l’arbre à laque ou encoreRhus verniciferaouverniciflua- nommé Qi en chinois ce qui signifie « arbre à vernis ».
La laque de Chine est appliquée en couches sur de fines feuilles de bois, semblables à nos feuilles de contreplaqué, que l’on laisse prendre entre chaque couche. C’est ainsi que se forme une couche solide, que l’on courbe par la chaleur à l’aide de moules puis que l’on sculpte pour en obtenir un relief, plus ou moins profond selon le rendu souhaité. Les vides sont alors remplis de couches de laque d’une couleur différente ou avec des matériaux comme la nacre, le coquillage pilé ou l’ivoire. La couleur est obtenue par le mélange de la laque à des pigments, ce qui lui donne une riche palette de couleurs : noir, jaune, blanc, rouge, brun et bleu. La laque adhère sur de nombreuses surfaces comme le bois, le bambou, les feuilles de palmier, le cuir ou encore le métal. La laque chinoise est l’une des plus solides et imperméable jamais créée par l’homme. Elle résiste aux insectes et garde en toutes conditions sa flexibilité.
On attribue généralement la conversion de la laque en ouvrage artistique au Japon. Il exact de dire que les japonais portèrent la matière à son plus haut niveau de qualité, mais c’est bien il y a plus de 3 000 ans que la laque prend ses racines en Chine et que sa technique s’étend peu à peu dans toute l’Asie du Sud-Est. Dès la dynastie des Zhou, son usage principal concerne le recouvrement des cercueils. On ignore à quelle époque apparaissent en Europe les premiers laques d’Extrême-Orient. Comme pour la céramique, la grande vogue des laques démarre vers la fin du XVIème siècle avec l’essor des Compagnies Hollandaises et Anglaises. Les premiers voyageurs européens s’enthousiasment ainsi pour leur éclat et leur solidité et les importent par bateaux entiers. Les produits importés de la Chine possèdent une influence immense sur la production artistique européenne, aussi bien dans le domaine des techniques que dans celui du mobilier. Sans aucun souci des symboles qu’ils représentent, les ébénistes s’inspirent alors des motifs orientaux dont ils apprécient l’originalité pour faire de nouveaux décors. En France, se développe le style des « chinoiseries » qui s’étend ensuite dans toute l’Europe.
Le mobilier en laque de Chine de forme européenne est à son apogée sous la seconde moitié du XVIIIème siècle et jusque dans les premières années du XIXème siècle. Les formes des tables à jeux, bonheurs-du-jour, armoires, bureaux, commodes et guéridons, sont alors copiés sur des modèles européens et les décors récupérés sur des paravents – réemployés en panneaux – ou réalisés à partir de dessins et de plans inspirés de livres ou de catalogues européens et anglais ramenés de Chine. Beaucoup de meubles d’époque présentent une rare élégance avec un décor or sur fond noir, mais leur construction est fragile et délicate : bois légers, pieds très fins, panneaux trop minces. Un très grand nombre de commodes Louis XV présentent en façade des panneaux chinois des premières années du XVIIIème siècle ornés de ramages de plantes diverses et notamment de pivoines entre lesquelles virevoltent des oiseaux. Aux compositions conçues le plus souvent verticalement, les panneaux se retrouvent parfois enchâssés horizontalement sur la façade des commodes Louis XV. C’est également ce genre de panneaux qui sont le plus souvent copiés par les vernisseurs parisiens.
On fabrique différents sortes de laques au XVIIIème siècle en Chine : un laque rouge cinabre sculpté que l’on appelle laque de Pékin – qui semble avoir été réservé aux souverains et ne pas avoir été exporté en Europe – un laque incisé et coloré appelé laque cuir et un laque incrusté et gravé de nacre et de pierres dures variées ou laque burgauté, du nom d’un coquillage dénommé le burgau. Enfin, on décèle un dernier laque peint, plus rustique et provincial qui ne possède ni la qualité ni le raffinement des laques réalisés dans les fabriques impériales. C’est ce dernier laque qui est expédié en Europe et que l’on appelle « laque ou vernis de la Chine ». Très variée, la laque peinte résulte du dessin d’un motif décoratif avec une pointe sèche, repris avec des laques de couleur, pour en obtenir un léger relief qui souligne ou anime une scène. Les laques de couleurs, teintées de pigments végétaux sont extrêmement dures à avoir. On retrouve ainsi des laques d’or sur fond noir – appliqué en poudre très fines sur la laque – ou encore des laques de couleurs différentes pour les décors polychromes. Les plus fréquentes sont le vermillon et l’orpiment.
On trouve enfin le laque dit de « Coromandel » désigné par le terme chinois « ke hui » qui signifie littéralement « cendre incisée ». En France, il est alors appelé « laque de Coromandel ». La technique, dite de Coromandel, consiste à la gravure de la surface acquise après tous les laquages, par un retrait de la matière à l’aide d’un crochet. Elle évite ainsi les risques d’écaillures, même microscopiques. Créées à partir du XVIIe siècle en Chine et rapidement exportées en Europe, son nom donné par les anglais est issu d’un comptoir de la Compagnie des Indes – sur la côte orientale de l’Inde – par lequel transitent les objets, réalisés en Chine, souvent de grands paravents. Ces laques sont principalement fabriqués au Hénan, au sud-ouest de Pékin. Ce sont des cabinets mais aussi et surtout d’immenses paravents de douze feuilles. Devenus sujets à l’exportation, un grand nombre sont d’ailleurs démembrés à leur arrivée en Europe et découpés en panneaux pour parer les commodes.
Enfin, entre 1740 et la fin du siècle, l’évolution des panneaux en laque de Chine est marquée, comme pour les laques du Japon, par une baisse visible de sa qualité.
Jacques Dubois(vers 1693-1763) – maîtrise obtenue le 5 septembre 1742 : Avec Bernard an Risen Burgh etJoseph Baumhauer , Jacques Dubois se présente comme l’un des plus grands ébénistes parisiens du règne de Louis XV. S’il gagne ses lettres de maîtrise à un âge déjà assez avancé, il réalise une très belle carrière depuis la rue de Charenton où il exerce. Il possède probablement son propre magasin de meubles, qu’il destine à une clientèle française mais aussi à l’exportation notamment en Russie. Il œuvre aussi sans doute pour des marchands-merciers comme le marchand et ébéniste Pierre Migeon. Sur plusieurs commodes et bureaux de Dubois, on retrouve ainsi l’estampille de Migeon près de celle plus dissimulée de l’ébéniste. Comme ses contemporains, Jacques Dubois réalise de nombreux meubles classiques de style Louis XV marqués par leur très belle qualité mais sans que l’ébéniste y laisse sa personnalité. A côté, il s’évertue à faire de réels chefs-d’œuvre dans un style qui lui est propre et que l’on surnomme aisément le « style Dubois », très proche du style rocaille de l’époque. Une place de choix est donnée aux bronzes dans les ouvrages de Dubois ; mais ils existent également pour souligner les panneaux sur lesquels ils s’inscrivent, en placage de bois de violette ou de rose, de satiné, en marqueterie de feuillages et de fleurs ou encore en laques de Chine, présents de manière fréquente, du Japon, ou en vernis européens dans le goût extrême-orientale.
Pierre Macret(1727-1796) – maîtrise obtenue en 1758 : Ebéniste du règne de Louis XV, Pierre Macret réalise et estampille de nombreuses commodes, encoignures, bureaux et coiffeuses depuis sa fabrique de la rue Saint-Nicolas. Il possède en parallèle un magasin rue Saint-Honoré, en face du passage de l’Académie de Musique. En 1756, il est pourvu d’un brevet de « marchand-ébéniste suivant la cour royalement privilégié » qui l’exempte des règlementations strictes de la jurande parisienne. De 1765 à 1771, il livre de nombreuses commandes pour les Menus-Plaisirs. Il va également fournir des marchands comme Lazare Duvaux. Ses ouvrages soignés se caractérisent par des placages de différents types ou marquetés de cubes, de fleurs ou de quadrillages. Quelques-uns de ses meubles se composent également de panneaux de laque de Chine ou du Japon, découpés parfois sans le souci des motifs représentés sur ces derniers. Parmi ses plus belles œuvres, il réalise notamment une très belle commode Louis XV au décor de paysages et de scènes animées en laque de Chine orné de bronzes rocaille. On relève également un écritoire oblique laqué rouge avec des chiffres dorés dans le goût de la Chine. Ces laques extrême-orientales se retrouvent sur quelques-uns de ses meubles réalisés dans le style Louis XVI. Enfin, des meubles uniques en tôle laquée dans le goût de la Chine construisent la renommée de l’ébéniste.
François Rübestück(vers 1722-1785) – maîtrise obtenue le 7 mai 1766 : Né en Westphalie, c’est une brève carrière que réalise l’ébéniste François Rüberstück. Après une première période comme ouvrier libre dans le Faubourg Saint-Antoine, il s’installe rue de la Roquette puis rue de Charenton. Méticuleux et talentueux, il réalise une massive production adaptée à l’évolution des styles Louis XV puis Louis XVI. Son œuvre se caractérise par ses meubles en vernis européen à décor chinois, déployés en plein sur des formes simples. Ses décors représentent le plus souvent des paysages lacustres composés de pagodes, d’architectures diverses et de personnages. Les plus emblématiques s’inscrivent sur un fond blanc, aujourd’hui devenu jonquille ou camomille. Rüberstück réalise aussi des meubles à décors sur fond noir ou rouge.

laque rouge chinoise

Argenterie et Orfèvrerie
Art sacré, objets religieux
Arts d’Asie
Bijouterie, Joaillerie
Céramiques, Porcelaines

Collections
Horloges, Cartels
Luminaires
Matériaux anciens
Miroirs, Trumeaux

Mobilier
Objet de décoration
Objets de Curiosité
Objets de Vitrine
Sculpture
Sièges
Tableaux et dessins
Gravures anciennes
Tapisserie
Verrerie, Cristallerie

AnticStore>
Catalogue>
Arts d’Asie>XIXe siècle >Paire de personnages chinois en bois doré et laque rouge XIXe
Paire de personnages chinois en bois doré et laque rouge XIXe

CATALOGUE
Catégories
Styles
Époques
Nouveautés

MAGAZINE
Agenda
Articles
Les ébénistes du XVIIIe siècle
Les styles

très belle paire de personnage en bois sculpté chinois patine de laque rouge et doré. Certainement morceaux de temple ou de lit chinois. les personnages sont doubles-face (voir photo). très belle objet décoratif, peut être utilisé en serre-livre. 19ème. dimensions: environ 30cm de haut. mesures exactes données sur demande.

laque rouge chinoise
Votre adresse de livraison: NANTES 44000
Amazon utilise des cookies.
En savoir plus.
Bienvenue
Identifiez-vous pour une meilleure expérience
Nouveau sur Amazon?
Commencer ici
Livraison en 1 jour ouvré gratuite et illimitée sur des millions d’articles
Les membres Amazon Prime ont également accès à la livraison en 1 jour ouvré gratuite sur des millions d’articles et à des films et séries sur Prime Video.
Un problème s’est produit lors du chargement de ce menu pour le moment.

laque rouge chinoise
Statuette en jade représentant le serpent du zodiaque
Chine, XVIIIème / XIXème siècle

Adjugé : 32.000 €
A jade zodiacal figure of the snake
China, 18th / 19th century
Paire de vases en bronze à décor incrusté
Japon, époque Meiji (1868-1912)
Hauteur : 18cm

Adjugé : 1.100 €
A pair of inlaid bronze vases
Japan, Meiji period (1868-1912)
Rare paire de montagnes en biscuit émaillé vert, jaune et aubergine
Chine, époque Kangxi (1662-1722)
Hauteur : 31,5 et 32 cm

Adjugé : 15.000 €
A rare pair of green, yellow and aubergine glazed biscuit hills
China, Kangxi period (1662-1722)
Vase Meiping en grès émailllé Fahua
Chine, époque Ming, XVIème siècle
Hauteur : 28,5 cm

Adjugé : 10.000 €
A Fahua glazed Meiping vase
China, Ming Dynasty, 16th century
Paire de jardinières en cuivre doré et émaux champlevés
Chine, époque Jiaqing (1796-1820)
Hauteur : 10,5 cm ; Largeur : 25 cm

Adjugé : 2.500 €
Apair of gilt copper and champlevé enamel jardinieres
China, Jiaqing period (1796-1820)
Plat en porcelaine de la Famille Verte
Chine, marque et époque Kangxi (1662-1722)
Diamètre : 33cm

Adjugé : 1.500 €
A Famille Verte porcelain dish
China, Kangxi mark and period (1662-1722)
Statuette de Bouddha en bronze doré
Sino-Tibétain, XVIIIème siècle
Hauteur : 13cm

Adjugé : 4.000 €
A gilt bronze figure of Buddha
Tibeto-chinese, 18th century
Statuette de Bodhisattva en bronze partiellemnt doré
Chine, époque Ming, XVIIème siècle
Hauteur : 25 cm

Adjugé : 5.000 €
A parcel gilt bronze figure of Bodhisattva
China, Ming Dynasty, 17th century
Coupe en porcelaine Famille Rose à décor Pompadour
Chine, dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Diamètre:28,2 cm

Adjugé : 2.200 €
A Pompadour Famille Rose dish
China, Qing dynasty, Qianlongperiod (1736-1795)
Statuette en bronze doré représentant Samvara et sa parèdre
Sino-Tibétain, XVIIIème siècle
Hauteur : 18,3 cm

Adjugé : 14.000 €
A gilt bronze figure of Samvara and consort
Tibeto-Chinese, 18th century
Boîte couverte en laque rouge sculptée
Chine, fin du XVIIIème siècle
Longueur : 11,5 cm

Adjugé : 2.200 €
A red carved lacquer peach box and cover
China, late 18th century
Importante sculpture de Bodhisattvaen bronze laqué or
Chine, dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Hauteur :75 cm

Adjugé : 60.000 €
An important gilt lacquer bronze figure of Bodhisattva
China, Ming dynasty, 16th, 17th century
Rare gourde en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, dynastie Qing, marque et époque Qianlong (1736-1795)
Hauteur :17,5 cm

Adjugé : 200.000 €
A rare giltbronze and cloisonné enamel water pot
China, Qing dynasty, Qianlong mark and period (1736-1795)
Statue de Guanyin et enfant en bronze partiellement doré et laqué
Chine, dynastie Ming, XVIIème
Hauteur :53 cm

Adjugé : 38.000 €
A parcel giltand lacquered bronze figure of Guanyin and child
China, Ming dynasty, 17th century
Album de quarante peintures à l’encre et couleurs sur papier
Chine, dynastie Qing, fin du XIXème siècle
Dimensions :30,6 cm x 20,9 cm

Adjugé : 24.000 €
An album of fourty paintings, ink and colour on paper
China, Qing dynasty, late 19th century
Brûle parfum couvert en bronze partiellement doré
Chine, dynastie Ming, XVIIème siècle
Hauteur :18,2 cm

Adjugé : 15.000 €
A parcel giltbronze censer and cover
China, Ming dynasty, 17th century
Grand coffre en bois laqué et incrusté de nacre
Chine, dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Dimensions :69,4 cm x 91 cm x 56 cm

Adjugé : 14.000 €
A large mother-of-pearl inlaid lacquered chest
China, Ming dynasty, 16th, 17th century
Godet à eauen bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Largeur :7,5 cm

Adjugé : 4.500 €
Agiltbronze and cloisonné enamel brush washer
China, Qing dynasty, Qianlongperiod (1736-1795)
Sculpture de Zhenwuen bronze
Chine, dynastie Ming, XVIème siècle
Hauteur :38,5 cm
Estimation : 6.000 – 8.000 €

Adjugé : 6.500 €
A bronze figure of Zhenwu
China, Ming dynasty, 16th century
Tabatière en jade blanc sculpté
Chine, dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Hauteur :6,2 cm

Adjugé : 12.000 €
A carved white jade snuff bottle
China, Qing dynasty, Qianlong period (1736-1795)
Petit vase en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, dynastie Ming, marque et époque Jiajing (1522-1566)
Hauteur :11,7 cm

Adjugé : 5.500 €
A small gilt bronze and cloisonné enamel vase
China, Ming dynasty, Jiajing mark and period (1522-1566)
NGUYEN PHAN CHANH (1892-1984) – Scène de marché
Encre et gouache sur soie, signée et datée 1937 en bas à droite avec cachet de l’artiste

61 cm x 77 cm

Adjugé : 119.000 €
Nguyen Phan Chanh (1892-1984) – The Market
Ink and gouache on silk, signed and dated 1937 with a seal of the artist lower right
Paire de bols en porcelaine émaillée vert sur fond jaune
Chine, marque et époque Yongzheng (1723-1735)
Diamètre :14,9 cm et 15cm

Adjugé : 40.000 €
A pair of green decorated yellow ground boys bowls
China, Yongzheng mark and period (1723-1735)
Paire de bols en porcelaine émaillée vert sur fond jaune
Chine, marque et époque Kangxi (1662-1722)
Diamètre :11,4 cm

Adjugé : 14.000 €
A pair of green decorated yellow groundbowls
China, Kangxi mark and period (1662-1722)
Vase couvert en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, XIXème siècle
Hauteur :16 cm

Adjugé : 32.000 €
A gilt bronze and cloisonné enamel vase and cover
China, 19th century
Vase Gu en jade vert épinard sculpté
Chine, XIXème siècle
Hauteur :23,7 cm

Adjugé : 3.500 €
A spinach green jade vase, Gu
China, 19th century
Deux arbresen porcelaine Blanc de Chine
Chine, époque Kangxi (1662-1722)
Hauteur :25 cm

Adjugé : 14.000 €
Two Blanc de Chine trees
China, Kangxi period (1662-1722)
Statuette de Bouddha en bois laqué
Chine, début de la dynastie Ming, XVème siècle
Hauteur :22 cm

Adjugé : 6.100 €
A gilt-lacquered wood figure of Buddha
China, early Ming Dynasty, 15th century
Statuette de Guanyin en biscuit émaillé turquoise, ocre et aubergine
Chine, époque Kangxi (1662-1722)
Hauteur :40 cm

Adjugé : 3.000 €
A Turquoise, ochre and aubergine glazed Guanyin
China, Kangxi period (1662-1722)
Verseuse en jade céladon sculpté de style Moghol
Chine, XIXème siècle
Hauteur :12 cm

Adjugé : 15.000 €
A carved celadon jade Mughal style ewer
China, 19th century
Boîte hexagonale couverte en laque rouge sculptée
Chine, dynastie Ming, marque et époque Jiajing (1552-1566)
Largeur :25,5 cm

Adjugé : 101.000 €
A rare red carved lacquer hexagonal box and cover
China, Ming dynasty, Jiajing mark and period (1552-1566)
Boîte hexagonale couverte en laque rouge sculptée
Chine, dynastie Ming, marque et époque Jiajing (1552-1566)
Largeur :25,5 cm

Adjugé : 101.000 €
A rare red carved lacquer hexagonal box and cover
China, Ming dynasty, Jiajing mark and period (1552-1566)
Boucle de ceinture en jade céladon et bronze doré
Chine, Dynastie Yuan / Ming, XIVème siècle pour le jade
et époque Qianlong (1736-1795) pour la monture
Largeur :9,5 cm

Adjugé : 18.000 €
A carved celadon jade and gilt bronze belt buckle
China, Yuan / Ming Dynasty, 14th century for the jade and Qianlong period (1736-1795) for the mounting

Bol en porcelaine bleu blanc à décor de style Ming
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Yongzheng (1723-1735)
Diamètre :17,1 cm

Adjugé : 42.000 €
A blue and whiteMing style porcelain bowl
China, Qing Dynasty, Yongzheng mark and period (1723-1735)

Statuette de Guandi en jadéite
Chine, fin du XIXème, début du XXème siècle
Hauteur :12 cm

Adjugé : 28.000 €
A carved jadeite figure of Guandi
China, late 19th, early 20th century
Statuette de Bouddha en porcelaine blanc de Chine
Chine, dynastie Qing, XVIIème, XVIIIème siècle
Hauteur :25 cm

Adjugé : 7.500 €
A Blanc-de-Chine porcelainfigure of Buddha
China, Qing dynasty, 17th, 18th century
Grand plat en porcelaine Wucai
Chine, dynastie Ming, marque et époque Wanli (1573-1620)
Diamètre:38,8 cm

Adjugé : 19.000 €
A large Wucai porcelain dish
China, Ming dynasty, Wanli mark and period (1573-1620)
Mai Trung Thu (1906-1980)
Encre et couleur sur soie encadrée
Dimensions :29,2 x 21,6 cm

Adjugé : 48.000 €
Mai Trung Thu (1906-1980)
Ink and color on silk, framed
Statuette de Vaishravana en bronze doré
Chine, dynastie Qing, XVIIIème siècle
Hauteur :17 cm

Adjugé : 100.000 €
A gilt-bronze figure of Vaishravana
China, Qing dynasty, 18th century

Statuette de Kalachakra et sa parèdre en bronze doré
Tibet, XVIIIème siècle
Hauteur :32 cm

Adjugé : 55.000 €
A gilt-bronze figure of Kalachakra
Tibet, 18th century

Emblème Bouddhiqueen bronze doré et émaux champlevés
Chine, dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Hauteur :36,5 cm

Adjugé : 10.000 €
A gilt-bronze and champlevé enamel buddhist emblem
China, Qing dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Sculpture d’Avalokitesvara en bronze doré
Chine, dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Hauteur :46 cm

Adjugé : 52.000 €
A gilt-bronze figure of multi-armed Avalokitesvara
China, Ming dynasty, 16th, 17th century
Statuette de Sadakshari Lokeshvara en bronze doré
Nepal, XVème, XVIème siècle
Hauteur :18 cm

Adjugé : 30.000 €
A gilt-bronze figure of Sadakshari Lokeshvara
Nepal, 15th, 16th century
Brûle parfum tripode en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, Dynastie Ming, XVIème siècle
Largeur :37 cm

Adjugé : 21.000 €
A gilt bronze and cloisonné enamel tripod censer
China, Ming Dynasty, 16th century

Statue de Vaishravana en bronze partiellement doré
Chine, Dynastie Qing, XVIIIème siècle
Hauteur :26,5 cm

Adjugé : 90.000 €
A parcel gilt bronze figure of Vaishravana
China, Qing Dynasty, 18th century

Ensemble de trois importantes sculptures des Bouddha Akshobya, Vairocana et Amoghasiddhi en bronze doré
Chine, début de la Dynastie Ming, XVème siècle
Hauteur :55 cm

Adjugé : 5.200.000 €
A set of three important gilt bronze figures of Buddha Akshobya, Vairocana and Amoghasiddhi
China, early Ming Dynasty, 15th century

Ensemble de trois importantes sculptures des Bouddha Akshobya, Vairocana et Amoghasiddhi en bronze doré
Chine, début de la Dynastie Ming, XVème siècle
Hauteur :55 cm

Adjugé : 5.200.000 €
A set of three important gilt bronze figures of Buddha Akshobya, Vairocana and Amoghasiddhi
China, early Ming Dynasty, 15th century

Ensemble de trois importantes sculptures des Bouddha Akshobya, Vairocana et Amoghasiddhi en bronze doré
Chine, début de la Dynastie Ming, XVème siècle
Hauteur :55 cm

Adjugé : 5.200.000 €
A set of three important gilt bronze figures of Buddha Akshobya, Vairocana and Amoghasiddhi
China, early Ming Dynasty, 15th century

Statue de Vajrabhairava en bronzedoré
Sino-tibetain, Dynastie Qing, XVIIIème, XIXème siècle
Hauteur :24 cm

Adjugé : 65.000 €
A gilt bronze figure of Vajrabhairava
China, Qing Dynasty, 18th, 19th century

Statue de Bouddha assis en bronze laqué
Chine, Royaume de Dali, Province du Yunnan, XIIème siècle
Hauteur :25,5 cm

Adjugé : 132.000 €
A rare lacquered bronze figure of seated Buddha
China, Dali Kingdom, Yunnan Province, 12th century

Coupe sur pied couverte en jade vert épinard
Chine, Dynastie Qing, XVIIIème, XIXème siècle
Hauteur :23,5 cm

Adjugé : 260.000 €
A spinach green jade lotus footed bowl and cover
China, Qing Dynasty, 18th, 19th century

Vase couvert en jade céladon pâle
Chine, Dynastie Qing,XIXème siècle
Hauteur :28 cm

Adjugé : 25.500 €
A pale celadon jade vase and cover
China, Qing Dynasty,19th century

Paire de plaques en jade céladon pâle sculpté
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong(1736-1795)
Hauteur :24,3 cm

Adjugé : 260.000 €
A pair of pale celadon jade carved panels
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Paire de plaques en jade céladon pâle sculpté
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong(1736-1795)
Hauteur :24,3 cm

Adjugé : 260.000 €
A pair of pale celadon jade carved panels
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Importante tête de Bouddha en pierre grise
Chine, début de la dynastie Tang, VIIème siècle
Hauteur : 40 cm

Adjugé : 60.000 €
A large grey stone head of Buddha
China, early Tang Dynasty, 7th century

Stupa en porcelaine Famille Rose
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795),Jiaqing (1796-1820)
Hauteur : 38 cm

Adjugé : 130.000 €
A Famille Rose white ground stupa
China, Qing Dynastiy, Qianlong (1736-1795),Jiaqing period(1796-1820)

Brûle parfum couvert en bronze partiellement doré
Chine, XVIIe siècle
Hauteur : 15,3 cm

Adjugé : 43.000 €
A parcel-gilt bronze double-gourd form censer and cover
China, 17th century

Rare statuette d’Avalokitesvara et Qilinen bronzedoré
Chine, Dynastie Ming, XVIe siècle
Hauteur : 19,8 cm

Adjugé : 100.000 €
A rare gilt bronze ‘Avalokitesvara and Qilin’ group
China, Ming Dynasty, 16th century

Paire de grandes gourdes en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, Dynastie Qing, XIXe siècle
Hauteur : 53 cm

Adjugé : 13.000 €
A pair of large gilt bronze and cloisonne enamel moon flaks
China, Qing Dynasty, 19th century

Bol en porcelaine Famille Rose à fond jaune
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Daoguang (1821-1850)
Diamètre : 18,3 cm

Adjugé : 27.000 €
A yellow ground Famille Rose bowl
China, Qing Dynasty, Daoguang mark and period (1821-1850)

Rare vase en jade céladon pâle et rouille sculpté
Chine, Dynastie Qing,époque Qianlong (1735-1796)
Hauteur : 11 cm

Adjugé : 21.000 €
A rare pale celadon and russet jade vase
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1735-1796)

Groupe en jade céladon pâle sculpté
Chine, Dynastie Qing, XIXe siècle
Longueur : 6,5 cm

Adjugé : 17.000 €
A pale celadon jade elephant and boy group
China, Qing Dynasty, 19th century

Rare tabouret de jardin en porcelaine jaune, verte, aubergine et blanche
Chine, Dynastie Ming, XVIème siècle
Hauteur: 34,5 cm

Adjugé : 34.000 €
A rare yellow-ground dragon barrel-shaped garden seat
China, Ming Dynasty16th century

Vase de forme Meiping en porcelaine bleu blanc et rouge de cuivre
Chine, XVIIIème siècle
Hauteur: 38 cm

Adjugé : 7.500 €
A copper red and blue and white Meiping vase
China, 18th century

Vase Yenyen en porcelaine de la Famille Verte
Chine, fin de l’époque Kangxi (1662-1722)
Hauteur: 47,2 cm

Adjugé : 7.500 €
A Famille Verte porcelain Yenyen vase
China, late Kangxi period (1662-1722)

Thangka à l’encre et couleur sur toile encadré représentant Nagasena
Tibet, XIXème siècle
Dimensions: 91 x 60 cm

Adjugé : 67.000 €
A Thangka of Nagasena, ink and colour on cloth, framed
Tibet, 19th century

Paire de vases monumentaux couverts dits « soldats » en porcelaine bleu blanc
Chine, Dynastie Qing, époque Kangxi(1662-1722)
Hauteur : 103 cm

Adjugé : 70.000 €
An impressive pair of blue and white porcelain ‘soldier’ vases and covers
China, Qing Dynasty, Kangxi period (1662-1722)

Vaseen grès émaillé sgraffiato noir et crème
Chine, époque Song, XIIème, XIIIème siècle
Hauteur : 14,5 cm

Adjugé : 8.200 €
A Cizhou sgraffiato peony jar
China, Song Dynasty, 12th, 13th century

Deux coupes en porcelaine polychrome
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Tongzhi (1862-1874) et Guangzu (1875-1908)
Diamètre : 24,9 cm et 24,8 cm

Adjugé : 6.700 €
Two polychrome porcelain saucer dishes
China, Qing Dynasty, mark and period of Tongzhi (1862-1874) and Guangzu (1875-1908)

Thangka à l’encre et couleurs sur soie représentant un Arhat
Sino-tibetain, XVIIIèmesiècle
80 cm x 55 cm

Adjugé : 72.000 €
A Thangka of an Arhat, ink and colour on silk
Tibeto-chinese, 18th century

Thangka à l’encre et couleurs sur toile représentant Tsongkapa
Tibet, XVIIIème siècle
46,6 cm x 34 cm

Adjugé : 16.000 €
A Thangka of Tsongkapa, ink and colour on cloth
Tibet, 18th century

Thangka à l’encre et couleurs sur toile représentant Avalokitesvara
Tibet, XVIIIème, XIXèmesiècle
114 cm x 74 cm

Adjugé : 11.000 €
A Thangka of Avalokitesvara, ink and colour on cloth
Tibet, 18th, 19th century

Chandelier en verre blanc et overlayrouge à décor de fleurs et rinceaux
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Qianlong (1736-1795)
Hauteur : 23 cm

Adjugé : 55.000 €
A white glass red overlay candlestick
China, Qing Dynasty, Qianlong mark and period (1736-1795)

Tabatière en ambre
Chine, XIXème siècle
Hauteur : 7,8 cm

Adjugé : 10.500 €
An amber snuff bottle
China, 19th century

Tabatière en jade blanc
Chine
Hauteur : 6,1 cm

Adjugé : 8.000 €
A white jade snuff bottle
China

Tabatière en agate ‘silhouette’
Chine, XIXème siècle
Hauteur : 8,4 cm

Adjugé : 3.700 €
A shadow agate snuff bottle
China, 19th century

Grand thangka représentant Hevajra, encre et couleur sur toile
Tibet, XVIIIème siècle
89 cm x57 cm

Adjugé : 85.000 €
A large thangka of Hevajra, ink and color on cloth
Tibet, 18th century

Thangka de Yantra, encre et couleur sur toile
Tibet, XVIIIème siècle
63 cm x 45cm

Adjugé : 13.000 €
A thangka of Yantra, ink and color on cloth
Tibet, 18th century

Grande boîte en laque rouge sculptée
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong (1735-1796)
Diamètre : 39 cm

Adjugé : 75.000 €
A rare and large cinnabar lacquer « shou » box and cover
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1735-1796)

Rare groupe de lions bouddhiques en zitan et ivoire sculpté
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Largeur : 17,5 cm

Adjugé : 315.000 €
A rare carved zitan and ivory Buddhistic lions group
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Rare groupe de lions bouddhiques en zitan et ivoire sculpté
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Largeur : 17,5 cm

Adjugé : 315.000 €
A rare carved zitan and ivory Buddhistic lions group
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Coupe à pied en porcelaine blanche et rouge de cuivre
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Yonzheng (1723-1735)
Hauteur : 12 cm

Adjugé : 55.000 €
A copper red decorated ‘three fish’ stem cup
China, Qing Dynasty, Yonzheng mark and period (1723-1735)

Statue de Guanyin en bronze partiellement doré
Chine, Dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Hauteur : 38 cm

Adjugé : 30.000 €
A partial gilt bronze figure of Guanyin
China, Ming Dynasty, 16th, 17th century

Coupe libatoire en corne de rhincéros sculptée
Chine, Dynastie Qing, XVIIème, XVIIIème siècle
Hauteur : 16,5 cm

Adjugé : 130.000 €
A carved rhinoceros horn libation cup
China, Qing Dynasty, 17th, 18th century

Boîte Kobako et Jisshu Kodogu à deux compartiments
Japon, période Edo , XVIIIème, XIXème siècle

Adjugé : 1.100 €
A Kobako and Jisshu Kodogu
Japan, Edo period, 18th, 19th century

Ensemble Bunko et Suzuribako en laque hiramaki-e or sur fond nashiji or
Japon, période Edo , XVIIIème, XIXème siècle

Adjugé : 1.000 €
A Bunko and Suzuribako
Japan, Edo period, 18th, 19th century

Miroir en bronze émaillé , ivoire et ivoire teinté
Chine, dynastie Qing, époque Qianlong (1735-1796)
Hauteur : 28,5 cm

Adjugé : 4.000 €
A Canton enamel, ivory and stained ivory mirror
China, Qing dynasty, Qianlong period (1735-1796)

Paire de pots à pinceaux en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, époque Jiaqing, début du XIXème siècle
Hauteur : 18,5 cm

Adjugé : 3.500 €
A pair of gilt bronze and cloisonné enamel brush pots
China, Jiaqing period, early19th century

Vase en porcelaine bleu blanc
Chine, époque Qianlong (1736-1795)
Hauteur : 37 cm

Adjugé : 10.500 €
A blue and white porcelain bottle vase
China, Qianlong period (1736-1795)

Coupe libatoire en corne de rhinocéros sculptée
Chine, Dynastie Qing, fin du XVIIème, début duXVIIIème siècle
Hauteur : 10 cm, longueur : 12 cm

Adjugé : 41.000 €
A carved rhinoceros horn libation cup
China, Qing dynasty, late 17th, early18th century

Grand plat en porcelaine de la Compagnie des Indes à décor Pronk
Chine, Dynastie Qing, XVIIIème siècle
Diamètre : 35,2 cm

Adjugé : 5.800 €
A large export porcelain Pronk dish
China, Qing dynasty, 18th century

Statuette de Palden Lhamo en bronze doré
Sino-tibetain, XVIIIème siècle
Hauteur : 16 cm

Adjugé : 8.000 €
A gilt bronze figure of Palden Lhamo
Tibeto-chinese, 18th century

Cachet de haut dignitaire en jade céladon pâle
Chine, dynastie Qing
Diamètre : 2,3cm

Adjugé : 3.000 €
A pale celadon jade seal
China, Qing dynasty

Boucle de ceinture en jade céladon et rouille
Chine, fin du XVIIIème siècle, début du XIXème siècle
Longueur : 8,5 cm

Adjugé : 2 600 €
A carved celadon and russetjade belt buckle
China, Qing dynasty, late 18th, early 19th century

Grande sculpture du Bodhisattva Guanyin en bois
Chine, dynastie Ming, XVIIème siècle
Hauteur : 85 cm

Adjugé : 48.000 €
A large carved wood figure of Guanyin
China, Ming dynasty, 17th century
Importante statue de Budai en fonte de fer
Chine, dynastie Ming, XVème, XVIème siècle
Hauteur : 70,5 cm

Adjugé : 24.000 €
An important cast iron figure of Budai
China, Ming dynasty, 15th, 16th century
Chu Teh Chun (1920 – 2014)
Huile sur toile signée « Chu Teh Chun » en bas à droite
Signée et datée au dos « 7 juin 1979″
65 x 50 cm

Adjugé : 145.000 €
Chu Teh Chun (1920 – 2014)
Oil on canvas – Signed and dated 7 June 1979

Statuette de Mahakala en bronze doré
Sino-tibétain, XVIIIème siècle
Hauteur : 21,5 cm

Adjugé : 39.000 €
A gilt bronze figure of Mahakala
Tibeto-chinese, 18th century
Grand Thangka représentant Ratnasambhava
Tibet, fin du XVIIIème siècle
85 x 66 cm

Adjugé : 7.200 €
A large Thangka of Ratnasambhava
Tibet, late 18th century
Thangka représentant Yamantaka Vajrabhairava
Tibet, XVIIIème siècle
97 x 64 cm

Adjugé : 16.000 €
A Thangka of Yamantaka Vajrabhairava
Tibet, 18th century
Deux plats ovales en porcelaine de la famille rose à décor ‘Pompadour’
Chine, dynastie Qing, époque Qianlong, circa 1745
Longueurs : 37,1 et 38 cm

Adjugé : 9 000 €
Two famille rose ‘Pompadour-pattern’ oval dishes
China, Qing dynasty, Qianlong period, circa 1745

Rare vase à facettes à glaçure de type Guan
Chine, Dynastie Qing, marque à six caractères et époque Yongzheng (1723-1735)
Hauteur : 24,5 cm

Adjugé : 355.000 €
A rare Guan-type faceted vase
China,Qing Dynasty, Yongzheng six characters mark and period (1723-1735)
Grand plat en porcelaine Wucai
Chine, Dynastie Qing, marque à six caractères et époque Kangxi (1662-1722)
Diamètre : 32,2 cm

Adjugé : 51 000 €
A Wucai porcelain dish
China,Qing Dynasty, Kangxi six characters mark and period (1662-1722)

Guanyin en bronze niellé argent
Chine, Dynastie Qing, XVIIIème, XIXème siècle
Marque shisou au dos
Hauteur : 18,4 cm

Adjugé : 32 000 €
A silver-inlaid bronze figure of Guanyin
China,Qing Dynasty, 18th, 19th century
With a shisou mark

Statuette d’Amitayus en bronze doré
Sino-tibétain,XVIIIème siècle
Hauteur : 16,5 cm

Adjugé : 21.000 €
A gilt bronze figure of Amitayus
Tibeto-chinese,18th century

Grande vasque à poissons en porcelaine bleu blanc
Chine, XIXème siècle
Hauteur : 40 cm – Diamètre : 45,5 cm

Adjugé : 7 400 €
Alarge blue and white porcelainfish bowl
China, 19th century

Importante vasque à poissons en porcelaine bleu blanc
Chine, Dynastie Ming, marque et époque Jiajing (1522-1566)
Hauteur : 32 cm – Diamètre : 53 cm

Adjugé : 48 000 €
Alarge blue and white porcelain dragon fish basin
China, Ming Dynasty, Jiajing mark and period (1522-1566)

Paire de pique-cierge en porcelaine rouge de fer et or sur fond blanc
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Daoguang (1821-1850)
Hauteur : 15,2 cm

Adjugé : 105 000 €
A pair of iron-red and gilt decorated candlesticks
China, Qing Dynasty, Daoguang mark and period (1821-1850)

Quatre housses de coussin impériales en soie brodée
Chine, Dynastie Qing, fin de l’époque Qianlong (1736-1795) et première moitié du XIXème siècle

Adjugé : 37 000 €
Four imperial embroidered silk cushion covers
China, Qing Dynasty, late Qianlong period (1736-1795) and early 19th century

Fragment de rouleau impérial à l’encre et couleur sur soie
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong(1736-1795)
Dimensions : 54,5 x 83 cm

Adjugé : 170 000 €
Fragment of an imperial scroll, ink and colour on silk
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)
Rare et importante sculpture d’Avalokitesvara en bronze laqué or
Chine, Dynastie Ming, XVIème – XVIIème siècle
Hauteur : 136 cm

Adjugé : 600 000 €
A rare and large lacquered bronze figure of an eleven-headed and multi-armed Avalokitesvara
China, Ming Dynasty, 16th – 17th century

Robe impériale au douze symboles non montée en soie bleue brodée jifu
Chine, Dynastie Qing, début duXIXème siècle
Hauteur : 154 cm

Adjugé : 95 000 €
A rare uncut imperial embroidered blue silk twelve-symbol nine-dragon robe jifu
China, Qing Dynasty, early 19th century

Coupe en bronze et émaux cloisonnés
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Qianlong (1736-1795)
Diamètre : 16,3 cm

Adjugé : 28 000 €
A gilt-bronze and cloisonne enamel bowl
China, Qing Dynasty, Qianlong mark and period (1736-1795)

Pendentif en bois de santal
Chine, Dynastie Qing, XIXème siècle
Hauteur : 7,7 cm

Adjugé : 22 000 €
A sandalwood pendant
China, Qing Dynasty,19th century

Grande plaque en porcelaine Famille Rose
Chine, Dynastie Qing, première moitiéduXIXème siècle
dimensions de l’écran: 38 cm x 70 cm

Adjugé : 31 000 €
A large Famille Rose porcelain plaque mounted as a table screen
China, Qing Dynasty, first half of 19th century

Statuette de Bouddha en porcelaine blanc de Chine
Chine, Dynastie Qing, fin duXVIIème siècle
Hauteur : 43 cm

Adjugé : 12 000 €
A blanc de Chine figure of Buddha
China, Qing Dynasty, late 17th centur y

Demi masque mempo en fer patiné, signé Munehide
Japon, période Edo , XVIIème – XVIIIème siècle
Hauteur : 26 cm

Adjugé : 3 500 €
An iron half mask (mempo)
Japan, Edo period, 17th – 18th century

Rare et importante verseuse en corne de rhinocéros sculptée en forme de barque
Chine, Dynastie Qing, XVIIème siècle
Longueur : 26,8 cm

Adjugé : 300 000 €

A very rare and important rhinoceros horn raft-form pouring vessel
China, Qing Dynasty, 17th century with later added inscription

Deux fragments du Rouleau No 6 : « Voyage d’inspaction dans le Sud de l’Empereur Kangxi »
Kangxi, Nanxun Tu, par Wang Hui (1632-1697)
Chine, Dynastie Qing, époque Kangxi (1691-1697)
Dimensions : 68 cm x 258 cm et 68 cm x 328 cm

Adjugé : 1.580 000 €
Two fragments ofscroll number 6,
« The Southern Inspection Tour » of Kangxi Emperor, Nanxun Tu, by Wang Hui
China, Kangxi period (1691-1697)

Deux fragments du Rouleau No 6 : « Voyage d’inspaction dans le Sud de l’Empereur Kangxi »
Kangxi, Nanxun Tu, par Wang Hui (1632-1697)
Chine, Dynastie Qing, époque Kangxi (1691-1697)
Dimensions : 68 cm x 258 cm et 68 cm x 328 cm

Adjugé : 1.580 000 €
Two fragments ofscroll number 6,
« The Southern Inspection Tour » of Kangxi Emperor, Nanxun Tu, by Wang Hui
China, Kangxi period (1691-1697)

Statue de Bodhisattva en bronze laqué
Chine, Dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Hauteur : 89 cm

Adjugé : 66 000 €
A lacquered bronze figure of a seated Bodhisattva
China, Ming Dynasty, 16th, 17th century

Grande plaque en porcelaine Famille Rose
Chine, Dynastie Qing, époque Jiaqing (1796-1820)
Dimensions : 59 cm x 44 cm (cadre compris)

Adjugé : 30 000 €
A large Famille Rose porcelain plaque
China, Qing Dynasty, Jiaqing period (1796-1820)

Lin Fengmian (1900-1991)
Lotus
Encre et couleurs sur papier
65 cm x 68 cm

Adjugé : 360 000 €

Lin Fengmian (1900-1991)
Lotus
Ink and colour on paper

Lin Fengmian (1900-1991)
Danseuses d’opéra
Encre et couleurs sur papier
67 cm x 65 cm

Adjugé : 350 000 €

Lin Fengmian (1900-1991)
Opera dancers
Ink and colour on paper
Lin Fengmian (1900-1991)
Femme à l’éventail
Encre et couleurs sur papier
65 cm x 64 cm

Adjugé : 300 000 €

Lin Fengmian (1900-1991)
Seated lady with fan

Ink and colour on paper
Lin Fengmian (1900-1991)
Acteurs d’opéra
Encre et couleurs sur papier
64 cm x 63 cm

Adjugé : 415 000 €

Lin Fengmian (1900-1991)
Opera actors
Ink and colour on paper
Coupe libatoire en corne de rhinocéros sculptée
Chine, XVIIIème siècle
Hauteur : 15 cm

Adjugé : 89 000 €

A carved rhinoceros horn libation cup
China, 18th century

Vase Zunen bronze doré
Chine, XVIIème, XVIIIème siècle
Hauteur : 12,5 cm

Adjugé : 20 000 €

A gilt bronze vase Zun
China, 18th, 19th century
Statuette de roi gardien en bronze doré
Chine, Dynastie Ming, XVIème siècle
Hauteur : 17 cm

Adjugé : 25 000 €

A gilt bronze figure of King-guardian
China,Ming dynasty, 16th century
Important vase couvert en jade céladon pâle
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Hauteur : 22 cm

Adjugé : 420 000 €

An important carved pale celadon jade vase and cover
China, Qing Dynasty, Qianlongperiod (1736-1795)
Important vase ou pot à pinceaux en calcédoine blanche et cornaline
Chine, Dynastie Qing, XVIIIème-XIXème siècle
largeur : 17 cm

Adjugé : 58 000 €

An important carved carnelian agate tree-trunk vase and its carved wooden base
China, Qing Dynasty, 18th-19th century
Très rare statuette de Bodhidharma en corne de rhinocéos sculptée
Chine, Dynastie Qing, XVIIème siècle
Hauteur : 14,5 cm

Adjugé : 310 000 €

A very rare rhinoceros horn figure of Bodhidharma
China, Qing Dynasty, 17th century
Peinture à l’encre, couleur et or sur soie pour la cérémonie du Shuilu
Chine, Dynastie Qing, époque Kangxi (1662-1722)
Dimensions : 145,5 cm x 82,5 cm

Adjugé : 22 000 €

A Shuilu painting, ink, colour and gold on silk
China, Qing Dynasty, Kangxi period (1662-1722)
Peinture à l’encre, couleur et or sur soie pour la cérémonie du Shuilu
Chine, Dynastie Qing, époque Kangxi (1662-1722)
Dimensions : 144 cm x 82 cm

Adjugé : 20 000 €

A Shuilu painting, ink, colour and gold on silk
China, Qing Dynasty, Kangxi period (1662-1722)
Ecran de table en jade vert et encadrement bois
Chine, Dynastie Qing, époque Jiaqing (1795-1820)
22 cm x 26,7 cm

Adjugé : 40 000 €

An inscribed gilt decorated jade table screen
China,Qing dynasty, Jiaqing period (1795-1820)
Statuette de Bouddha en bronze laqué rouge et or
Chine, Dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Hauteur : 25,5 cm

Adjugé : 19 000 €

A gilt lacquered figure of Buddha
China,Ming dynasty, 16th, 17th century
Paire de jardinières en cuivre doré et émaux cloisonnés
Chine, Dynastie Qing, époque Jiaqing (1795-1820)
Largeur : 22 cm

Adjugé : 11 800 €

A pair of gilt copper and cloisonné enamel jardinières
China,Qing dynasty, Jiaqing period (1795-1820)
Grande corne de rhinocéros sculptée

Chine, Dynastie Qing, fin du XIXème siècle
Longueur : 61 cm

Adjugé : 22 000 €

A large carved rhinoceros horn
China,Qing dynasty, late 19th century
Statue de Guanyin en bronze
Chine, Dynastie Qing, XVIIIème, XIXème siècle
Longueur : 39 cm

Adjugé : 8 500 €

A bronze figure of Guanyin
China,Qing dynasty, 18th, 19th century
Les conquètes de l’Empereur Qianlong, Conquètes du Nord Ouest
Album de dix huit gravures par Giuseppe Castiglione et Ignatius Sichelbarth
Chine, Epoque Qianlong (1769-1774)
51 cm x 88 cm

Adjugé : 120 000 €

The conquests of the Emperor Qianlong, the North West conquest
An album of eighteen engravings after Giuseppe Castiglione and IgnatiusSichelbarth
China,Qianlong period (1769-1774)
Les conquètes de l’Empereur Qianlong, Campagne de Liang Jin Chuan
Album de seize gravures par Ignatius Sichelbarth et He Qingtai
Chine, Epoque Qianlong (1777-1781)
51 cm x 88 cm

Adjugé : 120 000 €

The conquests of the Emperor Qianlong, the campaign of Liang Jin Chuan
An album of sixteen engravings after Ignatius Sichelbarth and He Qingtai
China,Qianlong period (1777-1781)
Statuette de dignitaire en ivoire partiellement laqué rouge et or
Chine, Dynastie Ming, XVIème, XVIIème siècle
Haut. 18 cm

Adjugé : 38 000 €

A parcel red and gilt lacquer carved ivory figure of dignitary
China,Ming dynasty, 16th, 17th century
Vase en jade blanc et rouille
Chine, Epoque Qianlong (1736-1795)
Haut. 13 cm

Adjugé : 60 000 €

A carved white and russet jade vase
China,Qianlong period (1736-1795)
Grande coupeen jade vert épinard et décor gravé et doré
Chine, Epoque Qianlong (1736-1795)
Diamètre : 25,8 cm

Adjugé : 16 000 €

A gilt-decorated spinach jade dish
China,Qianlong period (1736-1795)
Coupelibatoire en corne de rhinocéros sculptée
Chine, dynastie Qing, XVIIème siècle
Long. 16,3 cm

Adjugé : 120 000 €

A carved rhinoceros horn libation cup
China,Qing dynasty, 17th century
Coupelibatoire en corne de rhinocéros sculptée
Chine, dynastie Qing, XVIIème siècle
Long. 13 cm

Adjugé : 120 000 €

A carved rhinoceros horn libation cup
China,Qing dynasty, 17th century
Importante peinture à l’encre et couleur sur soie
« Voyage d’Inspection dans le Sud » de l’Empereur Kangxi, Nanxun Tu, par Wang Hui,
Chine, Epoque Kangxi (1691-1697)
Dimensions : 68 cm x 247,5 cm

Adjugé : 2 800 000 €
An important scroll painting, ink and colour on silk,
« The Southern Inspection Tour » of Kangxi Emperor, Nanxun Tu, by Wang Hui
China, Kangxi period (1691-1697)

Statuette de Bodhisattva en bronze doré
Sino-Tibetain, XVème siècle
Haut. 24,5 cm

Adjugé : 670 000 €
A gilt bronze figure of Bodhisattva
Tibeto-Chinese, 15th century
Grand plat en porcelaine doucai
Chine, marque et époque Qianlong (1736-1795)
Diamètre : 50,7 cm

Adjugé : 430 000 €
A large doucai porcelain charger
China, Qianlong mark and period (1736-1795)
Verseuse tripode en bronze Jue
Chine, fin de la Dynastie Shang, XIème siècle av. J.C.
Hauteur : 21,2 cm

Adjugé : 135 000 €
A rare bronze ritual tripod wine vessel, Jue
China, late Shang Dynasty, 11th centuryBC

Vase rituel couvert en bronze Zhi
Chine, fin de la Dynastie Shang, début des Zhou de l’Ouest, XIème siècle av J.C.
Hauteur : 17,5 cm

Adjugé : 82 000 €
A ritual bronze vessel, Zhi
China, late Shang Dynasty, early Western Zhou, 11th centuryBC

Bol en porcelaine monochrome jaune
Chine, Dynastie Ming, marque et époque Jiajing (1522-1566)
Diamètre : 17,9 cm

Adjugé : 81 000 €
A yellow glazed bowl
China, Ming Dynasty, Jiajing mark and period (1522-1566)

Pot à pinceaux en porcelaine de la Famille Verte
Chine, Dynastie Qing, époque Kangxi (1662-1722)
Hauteur : 14,2 cm

Adjugé : 24 000 €
A Famille Verte porcelain brush pot
China, Qing Dynasty, Kangxi period (1662-1722)

Importante terrine couverte en porcelaine polychrome
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)
Longueur : 35,5 cm

Adjugé : 75 000 €
A Famille Rose goose tureen and cover
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Grand coquillage en bronze doré et émaux cloisonnés
Chine, Dynastie Ming, XVIème-XVIIème siècle
Longueur : 17 cm

Adjugé : 49 000 €
A large gilt bronze and cloisonne enamel shell
China, Ming Dynasty, 16th-17th century

Vase en porcelaine à glaçure de type Ge
Chine, Dynastie Qing, marque et époque Xianfeng (1850-1861)
Hauteur : 30,7 cm

Adjugé : 90 000 €
A Ge-type porcelain Hu vase
China, Qing Dynasty, Xianfeng mark and period (1850-1861)

Statue de Bouddha en bronze doré
Chine, Dynastie Ming, XVIème siècle
Hauteur : 27 cm

Adjugé : 38 000 €
A gilt bronze figure of Buddha
China, Ming Dynasty, 16th century

Rare et importante verseuse en corne de rhinocéros sculptée en forme de barque
Chine, Dynastie Qing, XVIIème-XVIIIème siècle
Longueur : 25,7 cm

Adjugé : 780 000 €
A very rare and important rhinoceros horn raft-form pouring vessel
China, Qing Dynasty, 17th-18thcentury

Rare cachet impérial en jade vert épinard sculpté ‘Yushufang Jiancang Bao’
Chine, Dynastie Qing, époque Qianlong(1736-1795)
Longueur : 4,45 cm

Adjugé : 930 000 €
Arare imperial spinach-green jade seal ‘Yushufang Jiancang Bao’
China, Qing Dynasty, Qianlong period (1736-1795)

Pair of ormolu mounted blue and white porcelain rouleau vases
China, Transitional, 17th century

A carved bamboo incense-holder
China, Qing Dynasty, 17th-18th century

Sculpture de Guanyin en bronze laqué rouge et or
Chine, Dynastie Ming, époque Wanli, XVIème siècle
Hauteur : 66 cm

Adjugé : 61 000 €
A lacquered bronze figure of Guanyin
China, Ming Dynasty, Wanli period,16th century

Paires de coupes couvertes en bronze et émaux cloisonnés
Chine, Dynastie Qing,marque et époque Qianlong (1736-1795)
Daimètre : 16,2 cm

Adjugé : 67 000 €
A pair of gilt bronze and cloisonne enamel bowls and covers
China, Qing Dynasty, Qianlong mark and period (1737-1795)

A red carved lacquer circular box and cover
China, Ming Dynasty, 16th century

Coffre en zitan sculpté de dragons
Chine, Dynastie Qing, XIXème siècle
Dimensions : 20,5 x 46,5 x 24 cm

Adjugé : 46 000 €
A carved zitan dragon chest
China, Qing Dynasty, 19th century
Lin Fengmian (1900 – 1991)
Peinture à l’encre et couleurs sur papier
Danseuses
Dimensions : 64 cm x 68 cm

Adjugé : 152 000 €
Lin Fengmian (1900-1991)
Dancing ladies

Rocher en jade céladon pâle et rouille sculpté
Chine, XVIIème, XVIIIème siècle
Hauteur : 15,5 cm

Adjugé : 43 000 €
A pale celadon and russet jade
mountain
China, 17th, 18th century

A pale celadon jade seated Buddha
China, Qing Dynasty, 19th century

Important et rare album impérial sur soie, Zhigongtu
Chine, Dynastie Qing, Période Qianlong (1736-1795)
39 cm. x 34,2 cm.

Adjugé : 6 300 000 €
An
important and extremely rare imperial album, Zhigongtu
China, Qing Dynasty, Qianlong Period (1736-1795)
Vase en porcelaine blanc et rouge de cuivre, Yuhuchunping
Chine, Dynastie Yuan, XIVème siècle
Hauteur : 29,5 cm

Adjugé : 35 000 €
A porcelain vase Yuhuchunping
China, Yuan Dynasty, 14th century

Grand brûle parfum en bronze tripode à décor de dragons
Chine, Dynastie Qing, XIX ème siècle
Hauteur : 32 cm

Adjugé : 133 000 €
A large bronze dragon tripod censer
China, Qing Dynasty, 19th century

Paire de brûle-parfums en bronze partiellement doré en forme de Qilin
Chine, Dynastie Ming, XVIème siècle
Hauteur : 34 cm et 39,5 cm

Adjugé : 56 000 €
A pair of partial gilt bronze Qilin censers
China, Ming Dynasty, 16th century

Cheval et singe en jade gris et blanc
Chine, Dynastie Qing, début du XIXème siècle
Hauteur : 6 cm

Adjugé : 46 000 €
A grey and white jade carved group of horse and monkey
China, Qing Dynasty, early 19th century
Boîte ronde couverte en laque rouge sculptée
Chine, Dynastie Ming, marque et époque Wanli (1573-1619)
Diamètre : 32 cm

Adjugé : 140 000 €
A circular red carved lacquer dragon box and cover
China, Ming Dynasty, Wanli mark and period (1573-1619)

Accueil   I
   L’expert    I
   Services    I
   Demande
d’expertise    I
   Ventes
futures    I
   Résultats    I
   Contact    I
L’HUILLIER- Hubert L’Huillier & Roman de Pontac – Paris
MONTAUROUX – Pays de Fayence Enchères
VALERIE REGIS- Hôtel des Ventes de la Vallée de Montmorency – Deuil-la-Barre
VASSY & JALENQUES – Clermont-Ferrand
VALERIE REGIS- Hôtel des Ventes de la Vallée de Montmorency – Deuil-la-Barre
LECLERE Maison de Ventes – Marseille – Paris
LECLERE Maison de Ventes – Marseille
BALSAN ENCHERES- Hôtel des Ventes de La Ferté Bernard
VALERIE REGIS- Hôtel des Ventes de la Vallée de Montmorency – Deuil-la-Barre
LECLERE Maison de Ventes – Marseille
VALERIE REGIS- Hôtel des Ventes de la Vallée de Montmorency – Deuil-la-Barre
LECLERE Maison de Ventes – Marseille
LECLERE Maison de Ventes – Marseille
VALERIE REGIS- Hôtel des Ventes de la Vallée de Montmorency – Deuil-la-Barre
ISSALY – PICHON – Azur Enchères Cannes
ARNAUD YVOS-Var Enchères-Saint Raphaël
ISSALY – PICHON – Azur Enchères Cannes

laque rouge chinoise

Pipat Antiquités Copyright © 2016 — Création webAnne-Sophie Carreau
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Ok
Boîte composée de trois éléments : corps de la boîte, couvercle et un élément mobile compartimenté à sept cases.
Pour plus d’information sur ce produit :
La boîte se compose de trois éléments : le corps de la boîte, le couvercle et un élément mobile compartimenté à sept cases.
Cette boîte à l’âme de bois est décorée à la feuille d’or sur un fond de laque rouge et les motifs disposés dans différents cartouches.
On trouve des décorations géométriques, des entrelacs, une figure de dragon et celle d’un chien fô. La représentation protectrice des figures du chien fô et du dragon devaient probablement favoriser la bonne conservation du contenu de la boîte et éviter qu’il ne soit dérobé ou abîmé.
Cette boîte présente quelques usures d’usage dues à son âge et à son authenticité.
Livraison possible dans le monde entier. Delivery worldwide.
Cet objet est visible dans notre showroom au 19 cours Bacalan, 33390 Blaye.
Pour plus d’information sur ce produit :

laque rouge chinoise
Commode laquée chinoise – meuble chinois laqué > Meubles Laqués > Commode laquée chinoise – meuble chinois laqué
Passez votre souris sur la photo ou cliquez pour agrandir
Incrustations nacres Fleurs et Oiseaux Grues Personnages peints Paysages peints Sans motifs (laque uniquement)
Noir Blanc Rouge foncé Rouge vif Argent Doré à la feuille Moredoré Vert / Moredoré
Buffet chinois laqué, 4 portes. Dimensions :…
Table de salon laquée de Chine à…
Meuble d’entrée chinois laqué ou meuble…
Théière en Fonte rouge et noire, contenance 0,6 L
mobilierdasie.com, Commande par téléphone au 0644683807 depuis la France ou au +33644683807 depuis l’international
Commode laquée chinoise – meuble chinois laqué
Commode chinoiselaquée, 3 tiroirs (2 grands et 1 petit).Dimensions : L117 x P53 x H90 cm.Structure en teck et panneaux en MDF.
Commode chinoiselaquée, 3 tiroirs (2 grands et 1 petit).Dimensions : L117 x P53 x H90 cm.Structure en teck et panneaux en MDF.
Attention : dernières pièces disponibles !
Tweet Partager Google+ Pinterest
La quantité minimale pour pouvoir commander ce produit est1
Meuble chinois laqué:Commode chinoise laquée, structure en bois de teck, façades et dessus en MDF. Meuble chinoislaqué ideal pour votre habitation.CeMeuble chinois laquéest personnalisable, choix de la couleur et de la décoration.
Fabriqué de manière artisanale, le meuble est d’abord assemblé, puis égalisé avec un enduit naturel, il est ensuite poncé et poli de manière à rendre les surfaces parfaitement lisses. Les artisans chinois appliquent ensuite deux précouches de laque, puis cinq autres couches pour renforcer et finir la pose de laque. Viennent ensuite les peintres pour finir avec la décoration choisie et donner au meuble son aspect typiquement chinois. Une fois les peintures terminées, 2 couches de vernis supplémentaires sont étalés à la main pour protéger le meuble et lui donner une brillance permanente.

laque rouge chinoise
Buffet chinois laqué – meuble chinois laqué > Meubles Laqués > Buffet chinois laqué – meuble chinois laqué
Passez votre souris sur la photo ou cliquez pour agrandir
Incrustations nacres Fleurs et Oiseaux Grues Personnages peints Paysages peints Sans motifs (laque uniquement)
Noir Blanc Rouge foncé Rouge vif Argent Doré à la feuille Moredoré Vert / Moredoré
mobilierdasie.com, Commande par téléphone au 0644683807 depuis la France ou au +33644683807 depuis l’international
Buffet chinois laqué – meuble chinois laqué
Attention : dernières pièces disponibles !
Tweet Partager Google+ Pinterest
La quantité minimale pour pouvoir commander ce produit est1
Meuble chinois laqué:Buffets chinois laqués, structure en bois de teck, façades et dessus en MDF. Meuble chinoislaqué ideal pour votre habitation.CeMeuble chinois laquéest personnalisable, choix de la couleur et de la décoration.
Fabriqué de manière artisanale, le meuble est d’abord assemblé, puis égalisé avec un enduit naturel, il est ensuite poncé et poli de manière à rendre les surfaces parfaitement lisses. Les artisans chinois appliquent ensuite deux précouches de laque, puis cinq autres couches pour renforcer et finir la pose de laque. Viennent ensuite les peintres pour finir avec la décoration choisie et donner au meuble son aspect typiquement chinois. Une fois les peintures terminées, 2 couches de vernis supplémentaires sont étalés à la main pour protéger le meuble et lui donner une brillance permanente.


Découvrez vite l'actu brulante !