mini compresseur aerographe pas cher

Ça y est vous avez choisi votre aérographe et vous vous demandez maintenant comment choisir le compresseur qui lui conviendra le mieux.

Une fois que vous aurez ces deux éléments réunis, vous pourrez enfin vous lancer dans la technique merveilleuse et si prometteuse de l’aérographie ! 🙂

Comme pour le choix d’un aérographe, interrogez-vous sur le travail que vous souhaitez réaliser avec votre aérographe.

Vous devez choisir votre compresseur en fonction de l’utilisation que vous en ferez, car chaque compresseur a sa particularité et son utilité.

Pour choisir votre compresseur, posez-vous les questions suivantes :
Sur quelle taille de support vais-je peindre le plus souvent ? Des petites toiles, des grandes toiles, des maquettes ou des figurines, des ongles (nail art), des murs ou des carrosseries ?
Avec quelle taille d’aiguilles et de buse vais-je équiper mon aérographe ?
0,2 mm, 0,3 mm, 0,6 mm ?
Le travail aérographique représente-t-il une grande majorité de mes projets de peinture ou seulement une minorité ? Vais-je tout réaliser à l’aérographe ou ne viendra-t-il qu’en complément du pinceau ?
Combien de temps vais-je pulvériser en continu sur mon projet ? 2 minutes, 10 minutes, 30 minutes ?
Le compresseur sera-t-il dans la même pièce que moi ? Auquel cas, ai-je besoin qu’il soit absolument silencieux pour un maximum de concentration ?
Ai-je l’intention de peindre avec des encres alimentaires pour un travail
sur pâtisserie ?
Ce qui importe vraiment pour choisir un compresseur d’aérographe
Il importe dans tous les cas que votre compresseur puisse vous fournir l’air comprimé dont vous avez besoin avec une régularité constante.

Il n’y a rien de pire que de voir la source d’air se tarir en plein milieu d’un travail de précision.

Si votre compresseur n’est pas adapté à l’utilisation que vous voulez en faire, c’est-à-dire à votre consommation d’air comprimé, il risque de surchauffer et de ne pas tenir très longtemps !

Reprenons un à un tous ces critères
liste-a-puces

1 La taille du support
Si vous utilisez l’aérographe sur des petites surfaces comme des figurines ou des toiles de petite taille, un petit compresseur fera l’affaire sauf si vous peignez les figurines en série, ce qui multiplie proportionnellement la surface à peindre.

Évidemment, plus vous travaillerez sur une surface importante, plus votre besoin en air comprimé sera important lui aussi.

Dans tous les cas, je vous conseille de choisir un compresseur muni d’une cuve à air. Vous ne le regretterez jamais ! À part peut-être pour le cas particulier du Nail art (peinture des ongles)…

Cette cuve à air joue le rôle d’un tampon entre le moteur du compresseur et votre aérographe.

Cette réserve d’air, d’une part vous assure un débit d’air constant en régulant les variations de pression, d’autre part elle préserve le moteur qui ne se mettra en route que quand la pression de l’air deviendra insuffisante.

Dans la gamme des compresseurs silencieux, on trouve des cuves de :
0,4 l – 1 l – 4 l – 6 l – 9 l – 12 l – 15 l… ou plus

Plus la cuve est grande, plus vous avez d’autonomie dans le travail.
Un compresseur muni d’une grande cuve à air conviendra aussi très bien pour des travaux de petite taille.

Qui peut le plus peut le moins !

2 Quelle taille de buse pour quel compresseur ?
On ne peut pas demander à un compresseur avec un petit moteur et une petite cuve de fournir de l’air durablement à un aérographe muni d’une buse de 0,6 mm.

C’est trop, le débit d’air est trop important !

Le moteur va s’essouffler à produire de l’air sans interruption, il risque de chauffer et de… griller 🙁
En revanche, un compresseur avec une grande capacité d’aspiration (voir plus bas) et une cuve de 9 l pourra supporter le travail avec une buse jusqu’à 9 mm.

3 La proportion du travail aérographique
Si vous faites de la peinture au pinceau et que l’aérographe vous intéresse seulement en complément de votre technique, par petites touches, vous n’avez pas besoin d’un gros compresseur.

Si par contre toute votre technique est basée sur l’aérographie, il vous faut quelque chose qui tienne la route sur la durée et opter pour un compresseur puissant qui supportera un travail en continu.

4 Le temps de travail en continu
Cette question est proportionnelle à la taille du sujet à peindre.
Plus le sujet à peindre est grand, plus vous passerez du temps sur votre travail et plus le compresseur sera sollicité.

Les deux mesures à prendre en compte sont :

la capacité d’aspiration, c’est-à-dire le nombre de litres d’air par minute que le compresseur peut emmagasiner. Dans la gamme des compresseurs silencieux, cette mesure varie entre 18 l par minute et 50 l par minute. Ne choisissez pas un compresseur dont la capacité d’aspiration et inférieure à 20 l/min.
Pour les travaux importants qui demandent un travail en continu, optez pour du 30 ou 50 l/min.
la taille de la cuve à air : plus elle est grande plus vous aurez d’autonomie et de confort dans votre travail.
Un compresseur silencieux ?
En général, les compresseurs que l’on trouve dans le commerce ne sont pas silencieux du tout : 97 dB !

compresseur-bricolage-techniques-de-peintre

Ils sont faits pour des travaux de bricolage, pour gonfler les pneus des voitures, bref, pour des travaux d’extérieur.

Comme le travail à l’aérographe est un travail artistique, il était nécessaire d’inventer des compresseurs silencieux…

Dans la gamme des compresseurs silencieux, on distingue deux familles :

les compresseurs à piston sec
les compresseurs à bain d’huile
Les compresseurs silencieux à piston sec

compresseur-silencieux-piston-sec-techniques-de-peintre
Cliquez sur l’image pour voir ce produit
Les compresseurs silencieux à piston sec sont un peu moins chers que les compresseurs à bain d’huile.

Ils sont très utilisés par les débutants en aérographie. Ceux sont des compresseurs sans huile et sans entretien; on les trouve avec cuve ou sans cuve.

Leur bruit s’élève à 47 dB, ce qui est relativement acceptable dans une pièce où l’on travaille.

Néanmoins, je déconseille l’achat d’un de ces compresseurs surtout ceux sans cuve d’air.
Ils sont présentés comme étant des compresseurs pour aérographe cependant, en dehors des travaux basiques, vous aurez beaucoup de difficulté à peindre un trait fin d’une manière régulière avec ce type de matériel.

Selon moi, ces compresseurs sont en partie responsables du découragement que peut ressentir un aérographiste à ses débuts.

Si vous envisagez sérieusement de peindre à l’aérographe, les seuls compresseurs qui méritent votre attention sont les suivants :

Les compresseurs silencieux à bain d’huile

compresseur-silencieux-bain-huile-techniques-de-peintre
Cliquez sur l’image pour voir ce produit
Les compresseurs silencieux à bain d’huile sont une référence dans l’aérographie professionnelle.

Ils sont encore plus silencieux que les compresseurs à piston sec : 40 dB soit le bruit d’un réfrigérateur en marche… Pas étonnant puisque leur moteur est identique à celui des réfrigérateurs.

Question entretien, ils demandent une vérification occasionnelle de leur niveau d’huile, une huile spéciale pour ce type de compresseur.

Ces appareils offrent les conditions idéales pour un travail de peintre ou d’illustrateur qui demande de la concentration.

Êtes-vous pâtissier ?
aerographe-patisserie-techniques-de-peintre
Photo: le Fotographe du site : www.20min.ch
Si vous êtes pâtissier, vous avez besoin de travailler avec un aérographe réservé exclusivement à la pâtisserie, en utilisant des encres alimentaires.

Concernant le compresseur, il est préférable de choisir dans la gamme des compresseurs à piston sec pour éviter le risque de retrouver des particules d’huile mélangées à l’air comprimé.

Si un compresseur à piston sec ne vous suffit pas, votre compresseur à bain d’huile fera l’affaire, mais il devra être équipé d’un filtre à coalescence pour éliminer toutes les particules d’huile de moteur non alimentaires.

En complément…
Voici les quelques mesures à prendre en compte avant de choisir un compresseur pour votre aérographe :
Sa puissance : le nombre de watts consommés; environ 150 à 200 w
Le débit d’air : le nombre de litres par minute restitués; entre 20 et 50 l/m
La pression maximale : le nombre de bars maximum; entre 5 et 8 bars
La capacité de la cuve : entre 1 l et 9 l pour les plus fréquents.
Le filetage de sortie : Pour les compresseurs avec cuve, le filetage de sortie est généralement en 1/4″. Pour les petits compresseurs à piston sec, c’est plus souvent du 1/8″.
Et maintenant ?
…il est temps de décompresser ! Et de passer à l’action…

J’espère que toutes ces infos vous auront été utiles et que grâce à elles, vous aurez tous les éléments pour commencer rapidement la peinture à l’aérographe 😉

Si vous désirez en savoir plus sur l’aérographe, je vous invite à visionner cette vidéo de démonstration dans laquelle je vous montre les étapes de création de deux petits tableaux peints à l’aérographe, avec des commentaires sous-titrés ainsi que la liste du matériel utilisé