pipe a beuh

Pour la première fois, choisissez un modèle classique, en bruyère, droit et de qualité correcte : 40 à 50 Euros est un prix raisonnable.

Après avoir découvert les plaisirs qu’elle vous procure, vous lui adjoindrez des soeurs, plus originales et plus belles.

Mais si, malgré nos conseils, vous ne trouvez pas l’entente que nous vous souhaitons, vous n’aurez pas fait une dépense trop importante.

Pour le tabac, choisissez un tabac léger, du genre AMSTERDAMER bleu ou light. Par la suite, vous pourrez faire des essais et découvrir ceux qui vous plaisent le plus : ce ne sont pas les variétés qui manquent ! Vous pourrez même composer votre propre mélange qui sera votre signe distinctif.

Procurez vous également un bourre pipe.

UNE PIPE NEUVE NE DOIT JAMAIS SUBIR DE « PREPARATION » SPECIALE !

PAS D’ALCOOL, PAS DE MIEL, PAS D’HUILE, RIEN !

LE BOURRAGE DE LA PIPE

La qualité du plaisir procuré par le fumage dépend du soin apporté au remplissage de la Pipe, ou BOURRAGE.

Prenez une petite pincée de tabac que vous laissez tomber au fond du fourneau, puis recommencez, sans tasser, jusqu’à atteindre le sommet de la Pipe. Donnez alors un petit coup de pouce pour faire de la place pour une nouvelle pincée. Recommencez jusqu’à ce que le contenu soit suffisamment tassé. Il doit, néanmoins, rester souple sous le doigt. Pour contrôler, aspirez dans le tuyau :

– Si vous devez « tirer fort », vous avez trop tassé, videz votre Pipe et recommencez.

– Si vous ne sentez aucune résistance, ajoutez du tabac.

Cette opération vous deviendra vite familière et vous découvrirez qu’elle participe déjà au plaisir du fumage.

En vous concentrant sur cette tâche, vous oublierez vos soucis et elle vous aidera à réfléchir calmement.

NOTA : lorsque nous parlerons du culottage de la Pipe, vous utiliserez cette technique de bourrage, même pour ne remplir qu’un tiers de fourneau.

ALLUMAGE ET FUMAGE DE LA PIPE

Pour allumer votre Pipe, utilisez de préférence des allumettes ou un briquet à gaz, mais pas à essence, sinon gare au goût !

Présentez la flamme AU DESSUS du fourneau et aspirez dans le tuyau pour FAIRE DESCENDRE la flamme qui embrasera le tabac.

Tassez le brasier avec le bourre pipe pour égaliser la surface et rallumez votre Pipe.

ATTENTION : NE BRULEZ PAS LE BORD DU FOURNEAU !

NE FAITES PAS « FLAMBER » LE TABAC !

Maintenant, détendez vous et savourez votre PIPE. Fumez la doucement,

SANS INHALER LA FUMEE !

La fumée de la Pipe se déguste dans la bouche, pas dans les poumons !

De temps en temps, tassez doucement la surface du foyer avec votre bourre pipe, pour permettre à tous les brins de tabac de se consumer.

Si votre Pipe s’éteint, ce n’est pas un malheur : rallumez la aussitôt (Attention aux bords du fourneau) et fumez la jusqu’au fond.

En revanche, ne rallumez jamais le tabac d’une Pipe que vous avez laissée refroidir : le goût âcre que vous obtiendriez vous ferait vite comprendre pourquoi !

A la fin du fumage, il ne doit rester que des cendres grises, ou blanches, que vous videz,

SANS TAPER VOTRE PIPE !

Utilisez pour cela la cuillère de votre bourre pipe. Puis, laissez reposer votre Pipe, sur un support, la tête en bas, pour la sécher.

COMPLEMENTS

Le fumage est-il correct ?

Si votre Pipe s’éteint souvent, tassez davantage votre tabac,

Si le fourneau est brûlant, tassez le tabac d’un coup sec et ralentissez fortement votre tirage : vous êtes peut-être en train de brûler votre Pipe (Risque important avec une Pipe neuve),

Si la fumée brûle ou pique votre langue et votre bouche, fumez plus lentement et retirez fréquemment la pipe de la bouche,

Si la Pipe « glougloute », vous tirez trop fort sur votre Pipe et de la condensation se forme (ce n’est pas la seule raison, mais la principale),

Si la fumée se refroidit, la Pipe va s’éteindre : activez la combustion (mais doucement) tout en tassant doucement le tabac.

LE CULOTTAGE DES PIPES

Ah, ce fameux culottage ! Les anciens en parlaient avec crainte, disant que c’était long, difficile et que le goût de la Pipe était très mauvais.

Grâce à la qualité des fabrications modernes, (choix et traitement des bruyères en particulier) cette opération est beaucoup plus aisée.

Certains fumeurs ont d’ailleurs souvent 2 ou 3 Pipes en culottage.

Il s’agit de créer une couche de carbone, le culot, qui, déposée par la combustion du tabac sur les parois du fourneau, le protège et permet de savourer pleinement l’arôme du tabac : c’est le « rodage » de la Pipe.

Pour culotter une Pipe neuve :

1. – remplir le fourneau au tiers de sa hauteur, et fumer jusqu’au bout, très doucement, car une Pipe neuve peut se brûler facilement,

2. – la fumer ainsi, une fois par jour, une dizaine de jours,

3. – recommencer pendant 10 jours, le fourneau rempli aux 2/3.

Votre Pipe est alors prête pour un long voyage en votre compagnie.

NE FUMEZ PAS UNE PIPE NEUVE A L’Extérieur !

De nombreuses Pipes sont livrées pré culottées par le fabricant.

Cette pratique adoucit le goût des premiers fumages et réduit les risques de brûlage de la bruyère, mais ne vous dispense pas de prendre les précautions décrites ci-dessus.

L’ENTRETIEN DES PIPES

Telle une femme, votre Pipe exige des attentions pour donner tout le plaisir que vous attendez…

Le nettoyage intérieur

Consiste à enlever le goudron qui encrasse le tuyau.

Une Pipe sale a un goût acre et sa fumée indispose les voisins.

Procurez vous des nettoie pipes.

Après 5 ou 6 fumages d’une Pipe, démontez le tuyau d’ébonite, EN DEVISSANT, lorsque la Pipe est refroidie.

NE DEMONTEZ JAMAIS UNE PIPE CHAUDE,

NE TIREZ JAMAIS SUR LE TUYAU !

Faites aller et venir le nettoie pipe dans le tuyau du fourneau et dans celui d’ébonite.

Changez de nettoie pipe et recommencez jusqu’à ce qu’il ressorte sans trace de goudron.

Remettez le tuyau, EN VISSANT !

De temps en temps, cette séance sera plus approfondie, en imbibant les nettoie pipe d’alcool à brûler, ou mieux de produits spéciaux, tel le DENICTOL de DUNHILL. Laissez sécher une journée après cette séance : votre Pipe aura retrouvé sa jeunesse. Faites le systématiquement lorsque vous reprenez une Pipe abandonnée depuis longtemps.

Le nettoyage extérieur

Une Pipe doit être propre, à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur : pour le plaisir des yeux.

Frottez la régulièrement avec un chiffon de laine pour lui redonner son brillant et sa patine.

Ne laissez pas le goudron « baver » sur le bord du fourneau. Passez un chiffon légèrement humide pour l’enlever et faites briller.

Enlevez les traces de doigt sur le fourneau avec un chiffon légèrement savonneux. Frottez doucement et séchez rapidement avec un chiffon sec pour éviter de « mouiller » la bruyère.

Protégez la des chocs et des griffures provoquées, par exemple, par des clefs qu’on jette au fond de la poche où se trouve sa Pipe préférée.

Rangez la donc dans la pochette qu’on vous a donnée lors de son achat.

Le déculottage

Ne laissez pas le culot envahir le fourneau : une couche trop épaisse gâche l’arôme du tabac et peut même fissurer le fourneau.

Epaisseur « idéale » : 1 à 1,5 mm.

Pour garder cet idéal, vous pouvez, après chaque fumage, gratter délicatement les parois du fourneau avec la lame d’un canif ou la cuillère du bourre pipe, en veillant à ne pas entamer la couche déjà formée, ni surtout le fond du fourneau qui est toujours plus fragile.

Si vous avez laissé se former un culot trop épais, vous pouvez enlever le surplus à l’aide d’un cure-pipe, ou à défaut, d’une lame de canif.


Découvrez vite l'actu brulante !