point rouge aimpoint pas cher

Inventé dans les années soixante-dix par Aimpoint, le viseur point rouge est un outil d’aide à la visée qui a révolutionné la chasse en battue du grand gibier. Contrairement à une lunette de visée, il ne possède pas de zoom et permet de tirer les deux yeux ouverts, donc avec un champ de vision plus large.

Qu’est-ce qu’un viseur point rouge ?
Une optique dite point rouge peut se présenter soit sous la forme d’un petit écran transparent sur lequel un laser projette un point rouge (ce sont les fenêtres ou points rouges projetés dont le plus connu est le Docter Sight), soit sous une forme tubulaire ressemblant à une lunette de tir (généralement de 20 à 40 mm mais bien plus court qu’une lunette).

Point rouge tubulaire Aimpoint Point rouge panoramique Bushnell

Dans les deux cas, le viseur point rouge n’offre pas de grossissement, possède un réticule lumineux et permet de tirer les deux yeux ouverts, avec une acquisition très rapide de la cible. C’est principalement cette rapidité d’acquisition qui a fait le succès du point rouge et le rend si performant en chasse de battue. Le point rouge a pour autres avantages un poids et un encombrement minimum, ainsi que de bonnes performances avec une faible luminosité.

Ses points faibles tiennent à l’absence de grossissement, mais surtout à l’épaisseur du point rouge lumineux qui limite de fait son utilisation aux courtes distances.

Le viseur point rouge se fixe soit au-dessus de la culasse, en général avec un montage fixe sur embase, soit au bout du canon de la carabine, il s’agit alors d’un montage dit « infaillible ». Le montage infaillible offre une efficacité accrue pour l’acquisition rapide de la cible, grâce à sa position centrale entre la cible et l’œil du tireur. Pour en savoir plus sur les montages, consultez notre guide « choisir son montage optique ».

Point rouge Optimum avec montage Infaillible

Réticules et Minute Of Angle (MOA)
Le réticule d’un viseur point rouge est toujours illuminé. C’est un simple un point lumineux dont l’intensité, l’aspect et la couleur peuvent varier en fonction du modèle et de la marque. Certains modèles donnent le choix entre plusieurs styles de points (point seul, cerclé, avec croix, etc…), plusieurs couleurs (rouge, ambre, etc…) ou plusieurs niveaux d’intensité.

Si les viseurs point rouge sont conçus pour le tir de battue à courte distance, certains peuvent permettre un tir à moyenne distance à la condition que le point lumineux ne soit pas trop gros.

La taille du point est donc un élément essentiel pour le choix d’un viseur point rouge. Elle s’exprime en Minute Of Angle (MOA), unité de mesure correspondant à la zone couverte par le point sur la cible à une distance donnée.

Plus le chiffre est élevé, plus le point lumineux sera gros et la visée facile à prendre. Plus le chiffre est petit, plus le tir sera précis.

Les viseurs les plus courants proposent en général des tailles de 4 à 6 MOA. Mais ce n’est tant l’espace couvert par le point qui pose problème (un 10 MOA à 50 mètres ne couvre « qu’une » douzaine de centimètres) que la possibilité d’en ajuster l’intensité en fonction de la luminosité ambiante : plus le point lumineux est gros plus il est important de régler son intensité afin que son scintillement n’occulte pas tout ou partie de la cible à courte distance.

Il est donc primordial que le choix du diamètre du point soit effectué selon le type de chasse envisagé et que le viseur dispose d’un réglage d’intensité « multi-niveaux » ou mieux encore d’une cellule photosensible qui l’ajuste automatiquement en permanence.

La netteté du point dépend souvent de la qualité du produit (généralement liée à son prix) ; mais attention toutefois, le point étant toujours renvoyé vers la pupille de l’œil, il peut apparaître légèrement flou ou baveux si votre vue n’est pas excellente.

Table de correspondance de la taille des points lumineux :
1 MOA = 2,8cm à 100m
2 MOA = 6cm à 100m
3 MOA = 9cm à 100m
4 MOA = 12cm à 100m
5 MOA = 15cm à 100m
6 MOA = 18cm à 100m

Choisir un viseur tubulaire ou à fenêtre /projeté ?
Le choix entre un point rouge tubulaire et un point rouge projeté peut être déterminé par des critères de poids, d’encombrement, de conditions d’utilisation et bien sur d’esthétique… et de prix.

Un point rouge tubulaire sera d’un poids et d’un encombrement un peu plus importants (toutefois inférieurs à ceux d’une lunette de visée), alors qu’un point rouge à fenêtre sera plus petit et plus léger (en général autour des 100 g plutôt qu’autour des 200 g pour les tubulaires) et peut être positionné à différents endroits sur l’arme : en arrière ou en avant de la culasse ou à la place du guidon (montage infaillible). Mais le point rouge projeté a pour inconvénient d’être plus sensible aux intempéries (froid, pluie ou neige), avec des risques de givre et parfois, dans le cas le plus extrême, une multiplication des points rouges. Il est également plus fragile et se révèle sensible aux trop fortes luminosités qui peuvent parfois rendre le point lumineux impossible à distinguer.

Le point rouge tubulaire a pour inconvénients un champ de vision nettement plus réduit et parfois un effet tunnel lorsque la distance à l’œil est inadaptée à l’usage normal prévu pour le modèle (en particulier avec les plus petits diamètres) : obligation est de le placer à une distance rapprochée de l’œil. A contrario, il est plus résistant aux chocs comme aux intempéries et plus performant en cas de forte luminosité.

Enfin ce qui concerne les prix d’achat, même pour les modèles d’entrée de gamme, les points rouges projetés sont plus chers que les points rouges tubulaires.

La correction de parallaxe
La correction de parallaxe vise à réduire l’écart qui peut exister entre le point que l’on pose sur la cible et le point d’impact final, quelle que soit la position du point lumineux dans le viseur.

Il n’existe actuellement que quelques modèles qui proposent une réelle correction de la parallaxe offrant ainsi une correspondance quasi parfaite entre le point projeté sur l’écran et le point d’impact.

Ceci s’explique par le fait que l’absence de correction de parallaxe n’apparaît pas comme un réel handicap dans les utilisations les plus courantes. En effet, seuls les tirs à des distances supérieures à l’usage normal prévu pour le modèle en pâtissent réellement en terme de précision. Cette « distance normale » varie en général entre 50 et 80 mètres.

On notera tout de même que les marques les plus haut de gamme du marché comme Docter, Optimum, Zeiss ou Aimpoint proposent des points rouges avec correction de parallaxe.