pose bardage bois vertical avec couvre joint

Bardage brut + couvre joint
Ce sujet comporte 35 messages et a été affiché 17.374 fois

Lancer unnouveau sujet

Poster uneréponse
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Bonjour

que pensez vous dubardagetype paysan bois brut

planche de 200 + couvre joint
Ne vous prenez pas la tête pourla construction d’une maison bois… Allez dans la section devis maison bois du site, remplissez le formulaire et vous recevrez jusqu’à 5 devis comparatifs de constructeurs bois de votre région. Comme ça vous ne courrez plus après les constructeurs bois, c’est eux qui viennent à vousC’est ici :https://www.forumconstruire.com/construire/devis-0-60-devis_maison_bois.php
Messages :Env. 1000
Dept :Doubs
Ancienneté :+ de 6 ans
200 c’est trop large, ça travaille trop. Max 140, sinon, il faut rainurer derriere, ou augmenter trop l’epaisseur. Sinon, a poser coeur au soleil, recouvrement du couvre joint 20mm mini sur chaque planche et ça marche tres bien.
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Ce sont des 200 X 22 en douglas

couvre joint 4.5 X 1

on ne voit pas trop ce type de bardage , y ‘a t il une explication ?

surtout que c’est moins cher

moi je le trouve sympa , rustique
Messages :Env. 1000
Dept :Doubs
Ancienneté :+ de 6 ans
On en voit pas en France, mais en voit bcp en Suede. Un bardage vertical est plus durable.

Par contre lattage + contre lattage imperatif pour ventilation.

En 20cm ça risque quand meme de tirer fort au coeur et que le couvre joint ne suffise pas retenir et donc manque d’etancheité. En suede, ils ne depassent jamais le 170 avec de l’epicea qui est plus tendre que ledouglas , et encore, c’est rainuré derriere dans cet largeur (au dessus de 140)

[img]https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSUEjgRdn_bb5Ul-inuy18HCPjzQvsXW0vLLlQRrBpoTgEF_K_r3g[/img]

Sinon, y a la possibilité de supprimer les couvres joints et de rescier les planches en 2 et de les poser en quinconce. Ca supprime aussi la necessité du contre lattage.

Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Alors comment le poser sur un murparpaing(je rejoint ma question d’un autre topic)

pare pluie + chevron + bardage

?

comment faire le quinconce des chevrons ? pour le passage de l’air?

_______________

____ ____________

_________ _______
Messages :Env. 1000
Dept :Doubs
Ancienneté :+ de 6 ans
– Si tu poses au couvre joint, il faut lattage + contre latage: un vertical et par dessus un horizontal. En Suede, c’est du 34×70 en tasseau, entraxe 600mm

– Si tu poses en planches en quinconce, un seul lattage horizontal

planche, clous métalliques galvanisées de 75 x 2,8, ou vis panneau 48-60 mm, couvre joint, clous galvanisés100 x 3,4, ou vis panneau 75-90 mm,
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Pas besoin de parepluie?

y’a t’il des plan d’execution ?
Messages :Env. 1000
Dept :Doubs
Ancienneté :+ de 6 ans
Oui, sauf si enduit etanche sur le parpaing.

Qu’appelles tu plan d’executions ?

lattage + contre lattage entraxe 600 + aux angles et le long des ouvertures, biseau sur les lames en bas

[img]http://www.beijerbygg.se/ImageVault/Images/id_13613/conversionFormat_0/scope_4/webSafe_1/ImageVaultHandler.aspx[/img]

[img]http://www.beijerbygg.se/ImageVault/Images/id_13614/conversionFormat_0/scope_4/webSafe_1/ImageVaultHandler.aspx[/img]

voir doc ici aussi: www.cndb.org/pdf/CONSTRUCTION_AMENAGEMENT/N5_revetement.pdf
Messages :Env. 2000
Dept :Calvados
Ancienneté :+ de 4 ans
miniac007 a écrit: On en voit pas en France, mais en voit bcp en Suede. Un bardage vertical est plus durable. [/img]

+ 1 , je dirai méme beaucoup plus durable avec moins d’entretien ,c’est pourtant un facteur rarement prit en compte surtout pour les parties hautes de la construction (pignons) ,donc difficilement accessible pour les travaux d’entretien ou réfection , Mais nous sommes loin de l’expérience et du savoir faire des pays nordiques !

Dans la vie d’un homme,il y a pire que de ne pas avoir réussi,c’est de ne pas avoir essayé .
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Je reviens sur le sujet ,

voila comment va etre posé le bardage sur les parpaing

lambourde verticale ,isolationentre , pose d’un pare pluie

pose de tasseau en horizontale en quinquonce + pose bardage verticale + pose couvre joint

question , quel l’eppaisseur minimul des tasseaux , combien de mm faut il laisser entre chaque planche?

merci
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
ultraxa a écrit: Je reviens sur le sujet ,

voila comment va être posé le bardage sur les parpaing

lambourde verticale , isolation entre , pose d’un pare pluie

pose de tasseau en horizontale en quinconce + pose bardage verticale + pose couvre joint

question , quel épaississeur minimum des tasseaux , combien de mm faut il laisser entre chaque planche?

merci

Messages :Env. 1000
Dept :Doubs
Ancienneté :+ de 6 ans
ultraxa a écrit:

question , quel l’eppaisseur minimul des tasseaux , combien de mm faut il laisser entre chaque planche?

merci

C’est tout marqué + haut sur les dessins…
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Ok ,

mes planches font 150 et couvre joint 4.5 soit 5mm entre 2 planches

je ne sais pas si c’est suffisant

et le liteau si je comprend bien c’est du 34 x70
Messages :Env. 1000
Dept :Doubs
Ancienneté :+ de 6 ans
Oui c’est bon. Pour le liteau, en suede c’est 38×70 ou 45×70 selon la ventilation qu’on veut, mais ça depend des dimensions que t’as en France.

Par contre, les planches de ton bardage doivent etre placé dans le bon sens pour travailler comme il faut.
Messages :Env. 1000
Dept :Ille Et Vilaine
Ancienneté :+ de 7 ans
Il ya un truc que je comprend pas

38 X 70 c’est le 1er lattage ou le second ?

sur mon mur parpaing , je vais avoir du 45 X70 + pare pluie + 38 X70 + bardage

l’epaisseur!!!
En cache depuis le jeudi 13 avril 2017 à 12h54

Lancer unnouveau sujet

Poster uneréponse

ForumConstruire.com c’est quoi ?
ForumConstruire.com est un site sur lequel les membres échangent leurs expériences personnelles concernant la construction de leur maison, et cedepuis 2004. Grâce aux 322 194 membres et aux 4 356 216 messages postés, vous trouverez forcement des réponses à vos questions sur l’administratif, la construction, le bricolage, la décoration, le jardinage …
Sites partenaires :
voir nos partenaires
Contacts|Signaler un contenu illicite|
Mentions légales|Baromètre|CGU|Presse|Publicité, annonceurs
ForumConstruire.com © 2004 – 2017 ForumConstruire SARL |
0.1

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de services tiers pouvant installer des cookies J’accepteEn savoir plus
«  Bardage bois sur un mur en limite de propriété…  »
Discussion lancée par- 25 réponses
«  Traitement bardage bois Douglas pour eviter qu’il grise  »
Discussion lancée par- 1 réponses
«  Bardage composite  »
Discussion lancée par- 9 réponses
«  ITE panneaux bois et bardage  »
Discussion lancée par- 5 réponses
«  Bardage naturetech  »
Discussion lancée par- 9 réponses
«  Que pensez vous de la compsition des murs pour une MOB?  »
Discussion lancée par fif – 93 réponses
«  Isolation mur d’OSB  »
Discussion lancée par fabreizh – 3 réponses
Devis maison bois
Demandez, en 5 minutes, 3 devis comparatifs aux professionnels de votre région. Gratuit et …
Maisons à ossature bois : la FAQ
Les guides vous aident à y voir plus clair sur la construction.
11 constructions aux matériaux différents
L’équipe de ForumConstruire.com sélectionne pour vous les plus belles photos des membres !
Plans de maison en bois à télécharger
Découvrez les outils et services exclusifs de ForumConstruire.com

pose bardage bois vertical avec couvre joint
Plus de 4 400 projets bois présentés dans le Panorama du CNDB En savoir plus
Lesbardages en lames sont des revêtements extérieurs destinés à recouvrir desparois verticales ou proches de la verticale. Ils sont constitués par desplanches brutes ou rabotées. Ces lames peuvent être à vive arête ou profiléesafin de s’emboîter.
Lesbardages sont généralement fixés par clouage sur une ossature secondaire quiassure la ventilation. Ce type de revêtement est une solution sèche présentantune bonne compatibilité avec les techniques d’ossature en bois.
Comptetenu de l’exposition des bardages en extérieur et donc des variationshygrométriques auxquelles ils sont soumis, on choisira des essences peunerveuses et peu fendives. Les essences les plus couramment utilisées sontrésineuses : douglas, sapin, épicéa, pin (sylvestre ou maritime), mélèze,red cedar.
Desessences feuillues sont également utilisées : châtaignier, chêne,robinier, et divers bois tropicaux.
Ànoter :Les tasseaux formant l’ossature secondaire doivent avoir un classementmécanique minimum : C18.
Misen œuvre à l’extérieur des bâtiments, les bardages connaissent des variationsd’humidité importantes. Selon la saison, l’exposition et le type de finition,une lame peut avoir un taux d’humidité variant de 8-10% à 18-20%. Afin delimiter les déformations et les gerces des lames, l’humidité des lames debardage doit être de 15 % avec un maximum toléré de 18%.
Leslames sont exposées aux risques d’attaque des champignons et accessoirement desinsectes. Elles doivent répondre aux exigences de la classe de risque 3. De cefait, on doit utiliser des bois d’essences naturellement durables ou bienutiliser des bois traités.
Cependant,l’expérience montre que ces risques d’attaque sont faibles et que des bardagesnon traités ont une excellente durabilité, s’ils sont choisis dans des essencessuffisamment durables (douglas, mélèze, pin,…).
Lalargeur des lames est généralement comprise entre 90 et 150 mm. Ellene doit pas excéder 7 fois l’épaisseur pour éviter tous risques de déformation.
Lafixation se fait exclusivement par pointes en acier inoxydable car les pointesen acier protégé (galvanisé, électro-zingué, bichromaté, etc.) provoquenttoujours, à terme, des coulures noires (la couche de protection se fissure lorsde la frappe au marteau manuel ou pneumatique). Ces pointes doivent êtreobligatoirement annelées ou crantées pour que leur tenue soit assurée dans letemps. Leur longueur doit être au minimum de 2.5 fois l’épaisseur du bardage(soit 55 mm minimum pour un bardage de 22 mm). Si la largeur des lames n’excèdepas 120 mm, une seule rangée de pointes suffit à condition qu’il y ait unassemblage rainé bouveté ou feuilluré. Au-delà, on posera une deuxième rangéede pointes.
C’estla technique la plus traditionnelle. Elle permet un bon écoulement de l’eau depluie et elle est très durable. 
Autretechnique traditionnelle, la pose à clin est simple à mettre en œuvre même surdes grandes longueurs. Elle est cependant plus salissante que la pose verticale(les coulures de l’eau sont perpendiculaires au sens des fibres). Elle consisteà disposer les lames horizontalement, chaque lame venant recouvrirpartiellement la précédente.
A la différence des posesverticales et horizontales, la pose inclinée ne favorise pas la dispersion deseaux. Elle entraîne des risques importants de rétention d’eau en partie bassedes lames inclinées qu’il est nécessaire de prévoir notamment par un dispositifde drainage.
Afind’assurer un bon comportement du bois dans le temps, une lame d’air estréalisée par des tasseaux fixés verticalement ou horizontalement. L’épaisseurde la lame d’air est généralement comprise entre 15 et 30 mm.
Pourêtre suffisante, la ventilation doit se faire par des orifices ayant aumoins une largeur de 1 cm.  Les entréeset les sorties doivent avoir une section minimum de 50 cm2/m et êtremunies de dispositifs anti-rongeurs et anti-insectes (profilés spéciaux,grillage…)
Afind’éviter les pénétrations accidentelles d’eau dans les murs à cavité ouverte,un pare-pluie est nécessaire. Imperméable à l’eau, il doit avoir une perméanceà la vapeur d’eau suffisante pour éviter tout risque de condensation (mini =0,5 g/m2.h.mmHg).
Lesprincipaux pare-pluie utilisés sont :
Lepare-pluie doit être posé avec des recouvrements horizontaux minimum de 10 cm(5 cm pour les recouvrements verticaux).
Lesbois exposés aux intempéries, même traités en autoclave aux sels ou durablesnaturellement, auront un vieillissement d’aspect s’ils ne reçoivent aucunefinition.
Sil’on veut éviter tout changement d’aspect, il faut appliquer sur le bois enextérieur des peintures ou des lasures en vérifiant au préalable l’expériencedes fabricants et leurs références.
Letraitement en autoclave donne au bardage une couleur verdâtre (pin) ou brune(douglas) et ralentit son grisaillement dans le temps mais ne l’empêche pas surle long terme.
Larétification donne aux lames une couleur brune. Elle limite les reprisesd’humidité et donc les attaques de champignons pour les essences sensibles(sapin, épicéa), leur conférant une meilleure durabilité, mais ne ralentit pasle grisaillement.
Ellespeuvent être plus ou moins filmogènes, ce qui donne un aspect plus ou moinssatiné, les plus filmogènes se rapprochant des vernis, ceux-ci étant àproscrire en finition extérieure. En effet, une lasure s’entretient facilementsans décapage avant une nouvelle couche car sa composition permet une usurelente et régulière par farinage sans écaillage du film, ce qui n’est pas le casdes vernis.
Comptetenu des contraintes architecturales, on essaiera de choisir une lasurepigmentée, mais ni incolore, ni trop foncée car dans le premier cas, laprotection contre les rayons ultra violets n’est pas bonne et dans l’autre cas,en cas d’exposition au soleil, un échauffement plus important du bois seproduit et donc une plus forte dessiccation entraînant plus de déformations.
Ellesdoivent avoir une perméance suffisante pour laisser respirer le bois. Lespeintures micro poreuses en phase aqueuse sont celles qui offrent la meilleuredurée de vie. Certaines lames peintes offrent une garantie de finition de10ans, quand la peinture est appliquée en usine de manière industrielle.
Ils’agit de lames qui ressemblent à des lames de bois massif :
Latechnique du lamellé-collé permet de fabriquer des bardages en bois de plusforte épaisseur (jusqu’à 30 mm.) et de plus grande largeur (jusqu’à 30cm.) que les lames en bois massif.
Lesconditions de pose et d’entretien sont identiques à celles des lames massives.
L’écartementdes supports ne devra pas dépasser 25 fois l’épaisseur du bardage.
Ex :Bardage 18 mm = écartement 55 cm sans excéder 65 cm.
Lajonction d’extrémité des lames rainées bouvetées en bout ou la jonction de deuxlames doit se faire obligatoirement sur un liteau.
DTU 31.2 : Constructiondes maisons et bâtiments à ossature en bois
DTU 41-2 : Revêtementsextérieurs en bois 
9- Plancheset couvre-joints avec feuillures
11- Lames horizontales àrecouvrement
12- Lameshorizontales à feuillures et languettes
16- Bardageen red cédar non traité
17- Nettoyaged’une façade avec un dégriseur

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Entreprise

Photos
Outils de production
Services+
Equipes
Références
Historique
Télécharger la plaquette entreprise

Forêt

Eco-responsable
Essences approvisionnées
Vendez vos bois

Produits

Charpente bois
Ossature bois
Bardage bois
Lames de terrasse en bois
Aménagement extérieur bois
Fixations & Finitions
Lambris et plancher en bois
Bois de qualité menuiserie
Emballage et caisserie en bois
Palettes clouées
Tour de refroidissement bois

Export

Certification

PEFC
Marquage CE
NIMP15

Essences
Qualité des bois
Mode de sciage du bois
Traitements du bois
Finitions du bois

Contacts

Famille de profils pour pose verticale
avec couvre-joint.
Un profil tradition remis au goût du jour
car il donne du relief à votre projet.

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

An ti koat ecologik difuiñ gant golo ha stoub paper
-Une maison bois écologique isolée en paille et en ouate de cellulose

Blog
:
Ti an tri femoc’h bihan – une autoconstruction en isolation paille.

Description

:
Le blog retrace les étapes de la construction d’une habitation à structure bois isolée en paille et ouate de cellulose en Bretagne à Lesneven

Contact

Tamm ha tamm – jour après jour

savenn ziavaez – La terrasse

Echu eo! c’est fini ! la preuve en photos

Lakaat ar prenestri 2 – pose des fenètres 2

aer c’hwezet war an daou du – vmc double flux dantherm hcv3

An tredan – l’électricité biocompatible

mogeriou diabarzh – les cloisons intérieures

Framm en diabarzh d’an nerc’h – structure intérieure d’étage

Ar groc’henn goat – Le bardage bois

Ar rouedadou – les réseaux

Werner Schmidt -archi suisse

tiez-breiz

association empreinte

Compaillons – réseau de la construction en paille

approche-ecohabitat

approchepaille – Technique du GREB

Asso la maison en paille

amazonails UK

<< Framm en diabarzh d'an nerc'h...

Ar rouedadou - les réseaux >>
4 mars 2010
4
04
/ 03
/ mars
/ 2010
21:29

Ar groc’henn goat – Le bardage bois

Une seule pointe par planche/ par tasseau
Sur cette planche de bardage, la pointe viendra par le dessus
Donc le secret de la technique est que la planche en séchant va se déformer vu qu’elle n’est fixé qu’en son centre.  Ses bords vont normalement aller se plaquer contre les tasseaux de fixation.Si le coeur de la planche était mis coté tasseaux, les bords de la planche se déformeraient  vers l’extérieur.
Le jeux entre deux planches est très aléatoire. Les planches étant brutes de sciage, l’espace entre deux planches peut varier de 5mm à 2cm.
Afin de bien aligner les pointes, j’ai tiré un cordeau à niveau d’oeil.Cela me permet de pouvoir pointer rapidement la première pointe.
Pour les autres lignes de pointes je trace un petit repère au niveau à bulle. Ce n’est pas très rapide.
Certaines planches ont  tendance à se fendre quand on pointe. Le douglas est très dur comme bois!Pour diminuer ce risque, je pré-perce la planche au forêt de 3mm. Même si le bois ne fendait pas, il aurait fallu pré-percer car il est presque impossible de pointer car les pointes plient  sous les coup de marteaux.
Ca n’aide pas à aller vite! mais bon!
planche de bardage coupée en biseau
Cette méthode de callage est longue . Pour mes dernières planches je les ai pointées sans les mettre à niveau, puis une fois toutes les planches d’une facade mises en place, je tire un trait à niveau au cordeau et je découpe à la scie circulaire. Bien plus rapide, et tout aussi bien fait!
Il faut pendant que l’on pose son bardage penser à tout ce qui va sortir en façade de la maison. L’éclairage extérieur, la sortie hôte aspirante et du sèche linge, l’aspiration vmc …
retour d’expérience. Arrivé au choix de la hotte aspirante, j’apprends qu’il vaut mieux mettre une hotte à recyclage d’air plutot qu’a extraction. Cela pour éviter de mettre la maison en dépression car elle est étanche à l’air. de plus l’air chaud produit par la cuisson, est recyclé par la vmc double flux et permet de chauffer l’habitation;
Idem pour la sortie de sèche linge. Il faut utiliser un sèche linge à condensation. 
Je fais l’étanchéité des sorties de la même façon que les sorties de toiture. j’utilise le scotch delta multi band  pour coller le pare-pluie sur les gaines et tuyaux de sortie.
Voici la fiche technique du produitICI
Pour la hotte aspirante, j’utilise un tuyau PVC de 100 pour traverser l’isolant des murs. Le jeu entre le tuyau au niveau du perçage dans le chronopan est bouché à la colle PU 40.
La sortie de hotte est en PVC! oui je sais ça commence à faire beaucoup de PVC.
La sortie est un modèle à clapet. C’est un modèle intéressant qui ne s’ouvre pas et claque moins au vent.
Les couvres-joints font 6 x 1,7. Je pensais les pointer entre les planches de bardage avec une seule pointe en leur centre 
Cependant vu le jeu qu’ont pris les planches de bardage en un mois, je préfère fixer les couvres-joints avec deux pointes.
Ces deux pointes solidarisent  l’ensemble car elles fixent en même temps les planches de bardage.
Grosse erreur  de mettre deux pointes pour fixer les couvre-joints.  Les deux pointes qui traversaient également les planches de bardage, ont empèché les planches de se rétracter ou de gonfler en fonction des intempéries.De ce fait certaines planches se sont purement fendues. Les deux pointes n’expliquent pas cependant le déchirement des planches (Elles devaient ètre pleine de sève, donc l’arbre coupé en pleine monté de sève) mauvaise communication avec le scieur! 
J »aurais du utiliser dès le début qu’une seule pointe au centre des couvres-joints, mais j’avais vu des bardages de ce type où les couvres-joints fixés avec des pointes prenaient trop de jeu avec le temps. Avec une seule vis au centre à la palce d’une pointe, pas de soucis;
  Donc deux ou trois planches ont fendu sur toute la longueur. Une en dessus de fenètre s’est carrément coupé en deux!!
Comme quoi le mieux est l’ennemi du bien.
Une jolie fente de 1cm de large tout de même
Suite à la fente de certaines planches j’ai du proceder différemment pour la pose du bardage.
Je suis allé en douceur pour voir comment réagit le bois
je les positionne et les maintien en place par des tasseaux horizontaux provisoires vissés entre les planches.  
J’ai  laissé les planches ainsi pendant un bon mois et les ai pointées en leurs centre. Il semble qu’une planche de 20cm peut se retracter de 5mm suivant les conditions météorologiques!
J’ai ensuite fixé les couvres-joints  en leur centre avec des vis inox 4×60. Les vis maintiennent vraiment bien les planches mais ne les bloquent pas.
S il est nécessaire de changer une planche pour x raison, il suffit simplement de dévisser les couvre-joints et de le réutiliser ensuite.
Les tètes de vis ne sont pas plus grande qu’une tête de pointe.
J’ai trouvé ces vis inox à un prix très correcte sur e bay france pas plus cher que de la pointe. Dans les 100 euros les 1700 vis!! Et ce sont des vis autoforantes!!
Pour les planches qui avaient fendu, j’ ai mis les couvre-joints aussitôt. Le planches sont restées nickel. je respire!! 
 les planches fixées à la pointe et les couvre-joints à la vis
Le bas des couvre-joints est coupé en biseau et dépasse de 1cm environ  le bas des planches de bardage.
Au niveau des pignons, J’ai fait déborder le bardage d’étage par rapport au bardage du rdc pour rejeter l’eau. C’est pour celà que j’avais des tasseaux d’etage plus épais de 1cm que ceux du rdc. 22mm d’épaisseur au rdc pour 32 cm à l’étage.
La coupe supérieure des planches est en biseau. Celle des couvre-joints également. Cependant les couvre-joints sont plus courts que les planches de 7 cm  dans la partie supérieure .
vue des couvres-joints plus courts que les planches 
  Les planches du pignon d’étage viennent par dessus celles du rez de chaussée. Et ce qui est vrai pour les planches, l’ai également pour les couvre-joints.
l es planches du dessus viennent en appui sur les couvre-joints du rdc.
La coupe supérieure des planches, en plus d’ètre coupée à 45° pour suivre la pente du toit, et coupé en biseau toujours dans le but de rejeter une éventuelle eau vers l’extérieur.
coupe supérieure des planches de bardage du pignon d’étage
Une fois toute les planches de bardage en place, J’ai fixé une planche de rive. C’est un couvre- joints de 6cmx1,7cm.
J’ai passé un coup de scie circulaire pour donner à des angles supérieur et inférieur à 45° pour évacuer  une éventuelle présence d’eau vers l’extérieur …
L’angle inférieur permet également de tenir les couvre-joints contre les planches de bardage. Il n’y a pas de vis en haut des couvres-joints.
C ‘est un peu trouble mais on voit tout de même la forme de la planche de rive
Les planches de rives sont vissées entre les planches de bardage à la vis de 5×90. Les vis se vissent soit au liteau vertical de toiture se trouvant en bordure de toit, soit dans le 10×4 de rive qui lui se trouve sous l’agepan. Pour faire simple, c’est dans le bois qu’il y a derrière! 
Afin de raccorder deux planches de rives bout à bout, je les coupe en biseau près d’une vis de fixation. La planche qui est vissée en bout recouvre celle qui ne l’est pas.
Ici la planche qui a les trais rouge sera vissée et maintiendra l’autre en place
Planches de rive (avec couvre-joints) en place en attente des ardoises de rive
Les couvre-joints d’étage sont également vissés. Comme je le disais plus haut, ils viennent recouvrir légèrement les couvre-joints de rdc.
C ouvre-joints d’étage recouvrant ceux du rdc
Après celà, il ne reste qu’a fixer les ardoises de rives. voirICI
J’ai mis en pignon d’étage mon aspiration de vmc double flux. 
J’ai trouvé un kit de traversé de mur complet (tuyaux, reducteur, grille) chez helioz.
Prise d’air vmc double flux en bas droit du pignon
Pour chaque angle j’ai fais un couvre-joint un peu plus épais. 2cm au lieu des 1,7cm et l’ ai fait embelli d’ une feuillure de 8mm de profondeur et de 2cm de large environ  à 5mm du bord du couvre-joint. 
Le deuxième couvre-joint , de taille normale, vient se mettre dans cette feuillure.
les deux couvre-joints ne sont pas fixés entre-eux.
J’ avais essayé de simplement superposer deux couvre-joints dans les angles.
Cependant  ces couvre-joints ne pouvant ètre fixés en leur milieu comme les autres couvre-joints, j’ai du les visser dans les planches de bardage. Les planches bougeant en fonction des intempéries  le raccord entre les deux couvre-joints n’était pas parfait.
La feuillure permet de cacher ces défaults et par conséquent améliore « l’étanchéité  » à l’eau. 
J’ai traité les caches moineaux comme les façades. Des planches de bardage et des couvres joints. La planche extérieure est biseautée en cas d’infiltration venant de la toiture.
 2ans et demi plus tard, après avoir réglé mes soucis avec Pasquet (huisseries)icij’ai enfin pu poser mes tapées extérieures.  
En deux ans le bois a changé de couleur….
Alors les tapées sont les pièces qui viennent contre l’alu extérieur des huisseries afin de les protéger des intempéries.
La pose des huisseries qui jusqu’a présent était une pose en tunnel, devient une « sorte » de pose en applique. C’est une pose utilisée pour les maisons de type passif; Elle permet une meilleur isolation;
A la différence d’une pose en applique traditionelle, ici c’est l’applique qui vient se poser contre l’huisserie et non l’inverse.
La première chose a été de rajouter de la bande expensive illmod 600 entre l’ossature bois et l’alu des huisseries afin d’améliorer l’isolation à ce niveau. 2cm de plus, c’est2cm de plus, non?
Ce qui fait qu’autour des huisseries j’ai 5cm d’isolant.
On se casse la tête à avoir une bonne isolation sur toute la maison, si c’est pour laisser l’entourage des huisseries au petit bonheur la chance, ce ne serait pas sérieux.
Le but n’est pas de répondre au dtu, le but est de faire le mieux possible. 
Et il y a une très grande différence. La preuve, je viens d’ effectuer un test d’étanchéité, et j’ai atteint les critères d’étanchéité des maisons passives!! Si si.
Ensuite,  le scotchage du pare-pluie contre l’alu. Sur la fenètre, j’avais même mis une couche de silicone sur la bande d’illmod avant de mettre le pare pluie. Mais trop c’est trop. ;-)),Ca c’est de l’extrèmisme okazou. 
je n’en ai pas mis sur les autres huisseries.
Remarquez sur la photo précédente la ligne qui me sert de repère pour le bord de la tapée. 
Mes tapées sont en chataignier et font 3cm d’épaisseur. J’ai choisi cette essence de bois car il n’y a pas ou très peu de noeud, donc pas d’infiltration . 
Avant de poser les tapées, j’ai vissé des tasseaux pour laisser un espace vide derrière la tapée afin de laisser couler l’eau des éventuelles infiltrations. Cela laisse également respirer le bois des tapées . C’est dans ces tasseaux que se visse la tapée.
 J’ai vissé un 1er tasseau d’angle a travers le pare-pluie dans l’ossature 10×4 et un second tasseau vissé dans le tasseau vertical du bardage. 
 J’ai mis une bande d’illmod 600 entre l’aluminium et le tasseau d’angle pour l’etanchéité.
voici ce que ça donne au niveau du seuil. ici une fenètre.
entre le seuil de l’huisserie et le pare pluie, j’ai rempli de silicone et ai fait déborder sur l’aluminium
et voici une vue plus reculée d’une porte fenètre.
Une fois les tasseaux en place, on peut mettre la tapée.
Il faut la tailler pour qu’elle épouse la forme du seuil. Sur la photo ci dessous, vous pouvez voir une tapée de porte fenètre.
A u premier plan la partie qui va épouser le seuil de la porte fenètre
Une bande expensive fera l’étanchéité entre l’aluminium et la tapée. elle servira aussi de fond de joint au silicone.  La bande d’ilmood est posée au milieu sur l’épaisseur de la tapée.
Echu eo! c’est fini ! la preuve en photos
Lakaat ar prenestri 2 – pose des fenètres 2
Published by Dider

commenter cet article

<< Framm en diabarzh d'an nerc'h...

Ar rouedadou - les réseaux >>

Voir le profil deDidersur le portail Overblog
Créer un blog gratuit sur Overblog
Top articles
Contact
Signaler un abus
C.G.U.
Rémunération en droits d’auteur
Offre Premium
Cookies et données personnelles

Le bardage bois est vertical à couvre joint  dit suédois ou scandinave. J’aime son coté rustique de « cabane ».
Un avantage de ce type de bardage, c’est que s’il faut changer une planche, celà est facile à réaliserC’est une technique très simple et relativement abordable financièrement. Le coût du m2 de ce bardage bois sans aubier revient à environ 10€ ttc.J’utilise des planches de 20 cm de large et de 2cm d’épaisseur. Il semble que le dtu demande de ne pas dépasser 15cm de large Chaque planche est pointée en son milieu. Une pointe inox A3 de 2,5×50 par tasseau. 
Il est possible (et il est possible que ce soit la solution que je choisisse si je devais refaire ce type de bardage ) de fixer les planches en mettant des vis inox sur un seul bord de planche.Pas de vis ou de pointe au milieu. Un de mes amis l’a fait, et c’est pas mal. . Le couvre joint venant pas dessus les vis les caches. La planche peut gonfler ou se retracter à volonté. 
Je navais pas utilisé cette solution car j’avais peur de voir les planches trop se déformer d’un coté; Mais il n’en est rien.
En ne mettant qu’une seule pointe au centre de la planche, on laisse le bois respirer, se rétracter.Il y a deux trucs à retenir que j’ai appris de charpentiers.La planche doit être positionnée « coeur au soleil ».  C’est à dire que le coté de la planche qui était le plus proche du coeur de l’arbre, doit être à l’extérieur. Il suffit pour cela de regarder la courbure du veinage en bout de la planche.
Autre truc à retenir: il est préférable de voir la planche la tète en haut comme quand elle faisait partie intégrante de l’arbre.En regardant les noeuds, on peut savoir de quel coté était la cime de l’arbre. Les noeuds sont légèrement ovales.  Par rapport au centre du noeud, la partie la plus longue indique de quel coté était la cime de l’arbre.
 Afin de faciliter la pose des planches  horizontalement, j’installe une  planche de callage (mise à niveau préalablement) sous les planches de bardage. Je n’ai qu’a poser la planche de bardage dessus, et pointer. 
les planches de bardages, positionnées, mais pas encore clouées  
Ensuite il suffit de positionner correctement la tapée et de la visser dans les tasseaux. J’utilise des vis inox bien entendu.
U ne vis dans chaque tasseaux et tous les 50cm environ.
Dans l’angle « tappée/ fenètre il faut faire le joint « premier d’étanchéité » soit au silicone soit au MS polymère. Moi j’ai du ms polymère spécial pont de bateau. Un peu cher, mais on n’en met pas partout.
Sans solvant, ni isocyanates, colle, reste souple, resiste au uv…..
Comme vous l’avez vu sur trois ou quatre photos plus haut (celle où l’on voit la bande expensive sur l’arète de la tapée), il y a un espace d’environ 5mm de chaque coté de la bande expensive. l’un est bouché par le joint polymère. l’autre, de l’autre coté de la bande expensive sert d’évacuation d’éventuelles fuites. 
Ensuite il faut mettre la tapée supérieure horizontale. c’est un peu la même chose que les verticales sauf que là il n’y a qu’un seul tasseau en dessous de la tapée. (je n’ai pas de photo)
vue de dessous avant la pose du tasseau horizontal- tapée verticale à droite
La tapée a une forme spéciale afin de mieux évacuer une éventuelle eau  passée derrière le bardage bois; L’eau qui viendrait des siagnées faites à la scie circulaire dans le tasseau que l’on voit sur la photo ci dessus.
La tapée est donc vissée dans le tasseau au niveau de sa partie plate. la partie bisautée étant bien entendu vers l’avant .
sur la droite le cache-tapée vertical qui ne devrait pas ètre là car pas posé de cette façon.
A signaler que les tapées verticales vont du bas jusqu’en haut de l’huisserie. Ensuite la tapée horizontale protège le haut des tapées verticales car elle est environ 5/6cm plus basse;
une fois tout cela en place il suffit de protéger les tapées par des couvre joints du même style que ceux du bardage.
Là j’ai utilisé du mélèze car il m’en restait quelques planches.
J’ai mis en premier le cache tapée horizontal, vissé en bout dans les tapées verticales mais aussi en son milieu dans la tapée horizontale en y intercallant entre les deux une petite calle.
Il y a donc un espace d’environ 1cm entre la tapée horizontale et son cache-tapée. l’eau peu couler ;-)
vLa photo ci dessus montre l’angle du cache tapée horizontal. le cache tapée verticale est juste en dessous.
Celui-ci est vissé dans la tapée. J’ai réalisé un rainure dans ce cache-tapée pour y insérer la tapée.
Je disais plus haut que la tapée dépassait d’environ 8mm par rapport au bardage. Ces 8mm vont dans cette rainure.
Il y a des méthodes plus simples qui demandent moins de bois, moins de vis, mais je pense que celle ci est celle qui donnera le plus de mal aux pluies venteuses Bretonnes de s’infiltrer jusqu’aux angles des fenètres.
enfin une fois tout cela en place, ça donne ceci vu de l’intérieur
En voulant trop bien faire, j’avais ajusté au petits oignons le bas des tapées et des caches tapées au niveau des bavettes alu.
il faut laisser un jeu d’envion 8mm, car l’eau stagne et le bois est toujours humide. Il absorbe l’eau. 
Voici deux photos de mes tapées de fenêtre avant que je les racourcisses.
La tapée aborbait l’eau. Le cache tapée lui était parfait.
ici les deux, tapée et cache-tapée sont trop longs.
Et voici l’ensemble fini. Il ne reste plus qu’une terrasse à construire.
Et voilà je crois avoir tout dis sur le bardage.

Jean-Christophe

07/01/2015 18:08

Bonjour,

Oui, tu as dit beaucoup sur le bardage tel que j’aimerai en poser chez moi.

Pour autant, tu n’as pas évoqué ton fournisseur et le prix au mètre carré.

Pourrais tu me renseigner?

D’avance merci,

 

JC

Il me semble avoir écris que le prix de reviens du m² était de 10 euros/m². mais ca fait déjà quelques années.

Pour le fournisseur, ayant eu du bois plein de sève qui avait une mauvaise résistance mécanique en sèchant. Je ne lui ferais pas de pub. Va voir le scieur de par
chez toi, et demande lui du bois de qualité et sois exigeant, très exigeant ;-))

kenavo

Bonjour,

Je découvre votre site, et suis tres surpris par votre compétence (assemblages, jointage, étanchéité, combinaisons techniques assurant une bonne esthétique finale) et tout ça très renseigné..
Bravo pour cette générosité dans le partage de votre expérience. Je suis architecte et quand je vois un résultat pareil, je dis « vive l’autoconstruction ! »

Ben……heu arrêtez je rougis ;-)  Disons que les choses viennent comme cela simplement en imaginant, et en réfléchissant. Ca peut
prendre un peu de temps parfois, quelques jours ou quelques nuits aussi, mais il y a toujours une solution.

Encore merci

dider

Bonsoir,

J’ai bien souvent visité des blogs et des forums où la bêtise cotoyait l’inexpérience et les apalissades….mais là je dois dire que votre blog est extraordinaire !

J’ai près de 25 années dans le bâtiment en bureau d’études et sur les chantiers et je dis chapeau. Beau travail où la passion et la réflexion sont au rendez-vous. Je pense que vos idées et votre
démarche sont un peu comme les « anciens » qui bâtissaient de façon empirique mais avec robustesse et bon sens. Bravo.

Arnaud de Brest.

 

heu….et bien je ne sais que dire si ce n’est merci pour ces compliments.

kenavo

dider

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

<< Les compléments d'isolation

Bardage : Les lames brutes >>
12 février 2012
7
12
/ 02
/ février
/ 2012
22:08
Bardage : Les tasseaux de lame d’air
Published by paillenlayon.over-blog.fr


dans
Murs de paille finition bardage

commenter cet article

<< Les compléments d'isolation

Bardage : Les lames brutes >>

Plan d’évier SdB

Lambris et volige de peuplier

Banquette en terre

Enduit terre intérieur : sculpture

Enduit terre intérieur : pose de la couche de corps

Enduit terre intérieur : préparation des murs et barbotine

Enduit terre intérieur : recette de la couche de corps

Les cloisons : joints et fantaisies…

Les cloisons : voûte anse de panier

Les cloisons : recette, méthode… nous affinons!

Dalle bois remplissage paille
(10)

Isolation paille toiture
(9)

Cloisons intérieures
(7)

Murs de paille finition enduit
(6)

Enduit terre intérieur
(4)

Murs de paille finition bardage
(4)

Cabanon
(3)

Charpente
(3)

Couverture
(3)

Mobilhome
(3)

Ossature bois
(3)

Aménagements intérieurs
(2)

Fondations
(2)

Toilettes sèches
(2)

Historique du projet
(1)

Isolation complémentaire
(1)

Menuiseries Mélèze
(1)

Platelage oblique
(1)

Revêtements de finition
(1)

Réseaux
(1)

« Il était une fois quatre petits cochons…
qui n’avaient même pas peur du loup! »
Pour le couvre-joint, il y a plusieurs choix possibles :
-Prendre du tasseaux de douglas dans des dimensions standards (24×45, 32×45…)
-Prendre de la lame brute (22mm) que l’on déligne à la largeur souhaitée (40, 50, 60mm…)
Nous avons acheté du montant Douglas en 145×45, et l’avons détaillé en 21mm d’épaisseur.
Pour cela, un atelier bien équipé (Merci P.) qui permet de :
– Déligner les montants en tasseaux de 22mm (x45mm donc).
– Raboter tous les tasseaux à 21mm,
– Chanfreiner tous les tasseaux à la toupie.
Avantage de ce procédé : choix exact de l’épaisseur souhaitée, de la finition (raboté, chanfreiné), et surtout un prix défiant toute concurrence.
Inconvénient : nécessité de l’équipement, temps de découpe
21 décembre, 1ère journée de pose : Tiphaine, François et Louis… que des fidèles!!
Nous préperçons les tasseaux, afin qu’ils ne fendent pas sous l’effort du clou inox de 3,1mm de section.
Louis, du haut de son jeune âge, qui danse sur l’échafaudage. Dans le domaine du bardage, il commence à en connaître un rayon…
Ouahh, les petits rayons du soleil qui projettent l’ombre du tasseau sur la lame, j’adore!
La 3ème épaisseur de lame, au faîtage du pignon.
Et là, 22 décembre, fin d’après-midi, démontage d’échafaudage, 1er regard sans bâche en travers…
23 décembre, par une journée de crachin, nous travaillons le triangle au-dessus de la baie Sud.
C’est un redémarrage à zéro : profil d’aération, tasseaux de lame d’air, couvre-joint.
Le 24 décembre au petit matin, tu te lèves, l’esprit encore un peu ensommeillé, et tu redécouvres l’ouvrage…
Le 24 décembre à 12h30 : c’est fini. Une matinée pour les tasseaux de la façade. Un ENORME merci à Mickaël qui nous accompagne dans cette phase du projet depuis fin novembre, présent à chaque jour de chantier, jusqu’à ce midi : tu nous offres là un joli cadeau de Noël, Merci mon pote!!!
Le petit détail de notre hublot, avec ses tasseaux…finito, finito!!
Et un avant-goût de l’ensemble des seuils et appuis de fenêtre en ardoise.
  Nous, une truie (Marie), un verrat (Pat le bâtisseur) et deux cochonnets (Arthur,
4 an s; Alix, 18 mois), avons l’ambitieux projet de nous construire une jolie maisonnette bioclimatique avec des matériaux écologiques et le plus naturel possible (bois, paille, terre,…). Ceci,
pour faire pompeux, parce qu’on aspire à vivre dans une maison saine, et qu’on souhaite faire profiter au maximum nos cochonnets d’une démarche globale citoyenne, humaine, écologique,… Bref,
plus qu’un projet de construction, un projet de vie!
Le spécialiste, c’est Pat. Mais je maîtrise quand même les bases
!
Principe de construction : Ossature bois ; isolation plancher, murs et toit en paille ;
toiture ardoise.
Principe de situation : Maison orientée et vitrée au maximum au
sud.
La construction de notre maison est toujours ouverte en chantier participatif.
Les dates sont disponibles sur le site des compaillons : forum/entraide : pays de la Loire/ Patetmarie
Contact : morilleau.patrick@neuf.fr

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

<< Conclusions du rapport d'expertise...

Les 3000 sont-ils venus vers... >>
8 février 2011
2
08
/ 02
/ février
/ 2011
20:29

Le Coeur au Soleil ou Pose du Bardage à Couvre-Joints

De Voliges en Voliges… Je Défie mon Vertige…
Published by ꉲ


dans
Vive le Bois

commenter cet article

<< Conclusions du rapport d'expertise...

Les 3000 sont-ils venus vers... >>

Conclusions du rapport d’expertise judiciaire

Le Coeur au Soleil ou Pose du Bardage à Couvre-Joints

Les 3000 sont-ils venus vers nous???

Douglas en Façade…

Zinc en Toiture…

De l’Eau, du Vent, un Auvent…

De Voliges en Voliges… Je Défie mon Vertige…

Portes et Fenêtres de Lumière…

Notre Maison a un Toit…

Notre Maison Prend de la Hauteur…

Ambiance Chêne…

Auto-Construction d’une Maison…

Brennilis et son Lac de l’Atome

Coat-Quéau, Chapelle Symbole à Scrignac

Dégaine la TPC… Et Tire sur le PVC

Douarnenez, la Mer Comme Nous l’aimons…

Légendes Celtes au détour du sentier… La Forêt d’Huelgoat

Les Moots-Moots sont dans le pré…

Les Racines de notre Eco-logis

Le Tailleur de Terre

Links

Nos Monts d’Arrées…

Notre Maison dans un Camion…

Notre Territoire…

Portrait de notre Maison… Regard Extérieur

Portrait de notre Maison… Regard Intérieur

PRESENTATION DE NOTRE PROJET

Stage Construction Paille

Transhumance dans les Monts d’Arrées…

Vive le Bois
(10)

Réseau
(4)

Fleur de Béton
(3)

Courant Alternatif
(1)

Terre
(1)

Zinc Zinc Zinc
(1)

Voir le profil deꉲsur le portail Overblog
Créer un blog gratuit sur Overblog
Top articles
Contact
Signaler un abus
C.G.U.
Rémunération en droits d’auteur
Offre Premium
Cookies et données personnelles

« Le coeur au Soleil » . Quelle joli formule que voici pour expliquer comment positionner une pièce de bois en extérieur. Les charpentiers de Ty-Coat m’ont apprit ce savoir-faire pour prévenir une éventuelle déformation du bois exposé aux intempéries. Pour définir la partie qui était le plus proche du coeur de l’arbre, il suffit de se fier aux sens du veinage du bois.
Nous avons choisi dubardage en mélèze brut de sciage.C’est un bois qui, comme le Douglas, dispose d’une protection naturelle contre  les insectes et les champignons. Il est posé selon la technique du couvre-joint. Nous aimons particulièrement le relief qu’apporte cette technique de pose.
Détruire pour construire, c’est ce que j’ai fait en entaillant le mur qui était initialement prévu pour recevoir la cloison de l’abri voiture. Nous avons préféré ne pas mettre cette cloison, ce qui nous permet d’avoir un espace abri-voiture plus grand et plus ouvert.
La grande différence avec les lames de bardages Douglas posées sur la maison est le poids plus important et une maniabilité moins évidente. La pose se fait verticalement, il faut donc faire une coupe à 45° dans le bas des lames et des couvres-joints.
J’ai effectué la pose au marteau avec des clous inox bien évidemment.j’ai cru y laisser mes poignets dans l’opération car le mélèze est un bois dur et noueux.J’ai utilisé beaucoup plus de clous que je ne pensais. Que c’est énervant de voir les clous se plier et se tordre sous le marteau!!!
La principale difficulté était, pour moi, la coupe du bas des lames posées. La scie circulaire finit par peser au bout d’un moment et aucun droit à l’erreur. La coupe verticale pour mettre au droit le bardage douglas était tout aussi délicate.le laser m’a bien aidé pour définir les traits de coupe.
Vouz pourrez mieux visualiser la globalité de cette phase du chantier en visionnant la vidéo ci-dessous. Et si vous avez des questions sur le sujet, n’hésitez pas à me les transmettre. 
Nous sommes aussi preneurs de vos commentaires critiques…

Bonjour,

Je suis admiratif du travail effectué. C’est vraiment du super travail !

A titre d’informations pouvez-vous me dire quelle essence de bois vous avez utilisé ?

J’ai vu que vous avez effectué un double litonage pour quelle raison c’est la regle  ? quelle est la dimension de vos differents liteaux ?

Liteaux+bardage vous ariivez à quelle epaisseur ?

 

++

Fred

 

Bonjour, c’est du mélèze en brut de sciage.ble

Les montants de l’ossature sont verticaux. le double lattage est donc obligatoire pour la pose du bardage en vertical. Si il était posé en horizontal, le double latage n’était pas utile. 

Les lattes sont en 21

bardage mélèze = 20

Total épaisseur = 41

Merci pour votre visite

Bonjour

Pouvez vous me préciser si vous avez laissé un espace entre 2 planches verticales du bardage et comment vous avez cloué le couvre joint (sur une seule planche ou sur les tasseaux?).

Merci

 

Laurent

Bonjour,

oui, j’ai laissé un petit espace entre les planches verticales. Je dirais environ 5 mm. J’ai cloué le couvre-joint sur les tasseaux.

Merci de votre visite…

Je ne me souviens plus de l’âge des bardes ..mais je n’ai pas oublié cette fleur qui était sur ma porte à Millau

Il paraît que travailler de ses mains libère le mental ;)

T’embrasse constructeur

Bonjour Kris,

Les bardes n’ont pas d’âge!!! Mon mental non plus!!!

Mes mains souffrent un peu en ce moment… 

Merci de ta visite… Toujours un plaisir!!!!

Bisous 

 

Le bardage à couvre-joints a quelques avantages qui mériteraient d’être cités pour contrebanlacer le boulot que cela représente :-)

Notamment il permet de travailler à plusieurs plus facilement (du moins quand on a des bras sous la main) puisqu’il n’est pas nécessaire d’avoir obligatoirement la lame précédente pour avancer,
chacun peut commencer à des endroits différents du murs. Il permet également de « passer une planche » et d’y revenir plus tard, par exemple lorsqu’il y a un tuyau ou un câble à sortir du mur. Il
suffit de laisser la largeur d’une planche et de continuer.

Encore un avantage est celui de pouvoir changer dans le temps, quelques planches qui se seraient détériorées et ça sans avoir à tout démonter.

Merci Gwalarn pour ces précisions supplémentaires sur ce type de bardage. La finalité d’un tel chantier est en effet d’avoir le meilleur résultat qui soit, même si cela implique beaucoup de
travail et la fatique qui va avec.

A bientôt…

 

Quel boulot ! Quelle santé ! Sept minutes et quelques de film pour combien d’heures de travail ? Le résultat est à la hauteur de l’engagement et je reste profondément admirative devant tant
d’énergie vouée à ce projet.

Bravo…

Des bisous

LO

Bonjour Lo,

c’est vrai que la vidéo concentre le temps et l’espace et qu’en réalité le travail est fastidieux, fatigant et plus long. J’espère que mon énergie me permettra d’aller au bout de l’aventure sans
trop d’encombres. Il reste tant à faire!!!

Merci de nous suivre dans notre projet… 

A bientôt… Bisous pleins d’énergie!!!

pose bardage bois vertical avec couvre joint
Sorry. You are using a suspicious IP.
If youARE NOTa bot of any kind, pleaseclick hereto access the page. Sorry for this !
Otherwise, please have fun withthis page

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Bonjour,cliquez-icipour vous inscrire et participer au forum.
Forum Futura-Maison : les forums de la maison Bricolage et décorationBardage à l’ancienne (couvre joints etc…) quel bois ?
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5
Je vais refaire le bardage d’un petit batiment ancien à l’identique de l’actuel mais totalement HS. Il est donc vertical avec des couvre joints.
J’hésite sur quel bois employer. Je veux conserver totalement la rusticité sans dénaturer. Donc pas de clins traités ou autre. Je pensais employer de la planche de coffrage toute simple ou équivalent et débiter en 3 certaines pour faire les couvre joints.
Mon problème est le noircissement du bois. mais je crois que certaines essences passent par différentes phases. Elles noircissent d’abord puis s’éclaircissent ensuite avec le temps. Je ne veux pas d’un traitement visible (coloration). Je préfère la patine naturelle, j’ai soigné les couvertures des batisses, viré tous les immondes enduits ciments etc …. Donc je reste dans la même optique.
Bref.
J’ai aussi trouvé du chêne en planches et avec les couvre joints je peux me mettre à l’abri d’un rétreint qui va immanquablement se produire.
Il n’y a pas non plus besoin d’une épaisseur phénoménale, je pense qu’a 20 c’est tout bon.
Des expériences ou avis ?
Merci beaucoup

—–

slt,
le meilleur bois à employer est celui qui est utilisé dans ta région, et qui peut être mélèze, chataignier, sapin, chêne (ce n’est pas le meilleur!); sinon, tu peux utiliser douglas, pin, yellow pine, red cedar (très cher!), sequoia, etc…
le plus simple et le plus authentique est de juste passer un coup de ponceuse à bande pour retirer les échardes et les plus gros défauts de sciage… tu poses d’abord les planches, très jointives, tu laisses sécher le plus longtemps possible en été, et tu finis par les couvres joints; un traitement n’est pas un luxe… perso, je prends de l’huile de vidange passée à chaud (mes les écolos vont m’incendier); tu peux en avoir de la claire ou de la très foncée, selon les origines…
Bonsoir,
+1 avec barda,
la planche de coffrage du brico du coinsemblepas cher mais cela vaut la peine de regarder en scierie… en plus ça fait 25-27 d’épais, c’est du bois de mauvaise qualité qui ne va pas tenir longtemps surtout sans traitement.
oui l’huile de vidange est pas mal. Une fois sec on a une couleur gris délavé qui est pas mal. j’ai une porte de grange fait en lambourdesverticalessans couvre joints de 3cm qui a + de 20 ans exposée aux préciptations d’ouest et c’est impec . j’ai rebadijeonné entre temps qu’une » fois.
L’huile de vidange ce n’est en effet pas vraiment écolo… Par contre si tu cherche un peu avec notre ami Google, tu trouve des huiles naturelles pour un traitement incolore. Apparemment, « racer’s oil » par exemple ressort bien, et on trouve des bons avis sur quelques forum. A mon avis, c’est surement une meilleure solution que l’huile de vidange et puis elle est vendue pour cette utilisation.
Par Petit lapin dans le forum Bricolage et décoration
Par yiu1980 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
Par Phi09 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
Par nico80 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement18h22 .
Powered by vBulletin® Copyright © 2017 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
SEO by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
Traduction by association vBulletin francophone (www.vbulletin-fr.org)
Skin by CompleteVB / FS

pose bardage bois vertical avec couvre joint
Un abri de piscine inspiré des hangars agricoles
Dream catcher en bois flotté, coloris rose poudré, gris et blanc
Détails sur Paire d’ anciennes entrées de serrure ART DECO : 1 gauche + 1 droite
afin de vous offrir une expérience optimale.
Bardage | Pose de gouttieres alu, habillage planches de rive, zinguerie, toitures en zinc, chenaux inox
peinture suédoise (protège les bois extérieurs)
Bardage | Pose de gouttieres alu, habillage planches de rive, zinguerie, toitures en zinc, chenaux inox
Maison individuelle bardage bois à claire voie par Avenier Cornejo Architectes
Héliyourte. La structure permet la pose de grandes baies vitrées et facilite la conversion en « dur » avec isolation et bardage bois. http://heliyourte.blogspot.fr
Très résistante à l’eau et facile à travailler, la toiture zinc s’adapte à la région et protège largement le lieu. Sa couleur aux reflets bleutés magnifie l’espace. Xavier Pageot a misé sur la pose d’un bardage bois vertical.
Dream catcher en bois flotté coloris rose poudré par MarcelMeduse
refaire le bardage extérieur (ou le mur du salon?) avec le nouveau bardage écologique en Chataigner local Déjà Gris. Beau dès la pose! Une innovation de Rahuel Bois http://www.monique-solidaire.fr/rahuel-bois.html
Pose Bardage Bois – Prix Bardage Bois Composite, Autoclave
Bardage Claire Voie Vertical section 20 x 45 mm (choix 1 en naturel : 1.75 € TTC/ml) 5,26 € TTC Bardage claire voie douglas, pose verticale, coupe équerre en bout. Largeur utile : 45 mm Epaisseur : 20 mm Options pour la finition de vos lames de bardage claire voie en douglas : Traitée …
Le bardage bois en Pin Maritime apporte une touche d’authenticité à votre maison. Le coloris saturé Acier de celui-ci résiste à l’épreuve du temps. La pose est facile et le résultat esthétique, relookez votre façade!

pose bardage bois vertical avec couvre joint

A privacy reminder from YouTube, a Google company

Lambris 3 : pose verticale – Bricolage avec Robert

Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

Howto & Style

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Technique de pose verticale de lambris Vous pouvez également consulter gratuitement de nombreuses fiches brico surhttp://bricolage-avec-robert.com

pose bardage bois vertical avec couvre joint
Bardage en clin incliné traditionnel
bardage avec couvre-joint pour pose verticale
bardage avec planche pour couvre-joint
Cette vidéo nous montre le montage des clins lame de bardage
Nécessaire autant sur le plan pratique qu’esthétique, le bardage est le revêtement extérieur du mur. Dans la grande majorité des cas, le bois est le matériau utilisé pour la construction puisque c’est le matériau le plus répandu pour cet élément de l’architecture, mais on peut également trouver des bardages en PVC, en pierre, en béton, en terre cuite… Voici tout ce qu’il faut savoir avant de décider si vous avez ou non besoin de bardage pour votre future cabane en bois.
Le bardage extérieur assume différents rôles dans une construction d’extérieur et se pose par-dessus l’ossature qui constitue le mur. Lorsque la structure complète est terminée, le rendu parait nu et sans charme. Le bardage apporte alors la touche esthétique qui fera une structure agréable à regarder. Selon le rendu que vous souhaitez, vous pourrez réaliser le bardage avec des panneaux de bois qui peuvent se succéder ou se superposer. Le bardage participe également à s’isoler des températures extérieures. Sous le bardage, il est tout à fait possible d’adjoindre une couche de matériau isolant afin d’améliorer le rendement thermique de la construction. Cette option est particulièrement utile lorsque la structure est destinée à être habitée. De par son emplacement directement exposé aux contraintes climatiques, le bardage doit être résistant. Par ailleurs, on conseille généralement de placer des grilles anti-rongeurs pour que ces animaux nuisibles ne viennent pas se nicher entre l’ossature et le bardage.
Il n’y a pas qu’un seul type de bardage – et c’est tant mieux – lorsqu’on souhaite affirmer sa différence à travers la construction de son abri. Le bardage rapporté est le plus simple à mettre en œuvre. En clair, le bardage rapporté est le type qui se fixe sur une ossature. Généralement, l’ossature du bardage est constituée de tasseaux, mais pour une cabane ou un abri en bois, l’ossature peut être le mur intérieur directement.Pour assurer l’étanchéité de l’ensemble, on utilise des planches qu’on appelle des clins. Le bord de la planche supérieure vient recouvrir la planche suivante par-dessus. Il est donc impossible à la pluie de s’infiltrer.
On parle également de bardage à simple et à double peau, mais son usage est peu répandu dans le monde de la construction des cabanes en bois. Le bardage à simple peau consiste en la pose de plusieurs grands panneaux sur l’ossature. Ces panneaux sont généralement métalliques ou en PVC.
Pour le bardage à double peau, les parements consistent en un panneau extérieur et intérieur.
Pour choisir le bois de bardage, le mieux est de s’orienter directement vers les clins préparés qui vous éviteront à de longues heures à la scie et à la défonceuse. Parmi les essences les plus appréciées pour la construction du bardage, il y a le Châtaignier. Ce bois dense adapté à la menuiserie extérieure offre une bonne résistance à la pluie et aux autres aléas climatiques. Il résiste par ailleurs très bien aux champignons. En achetant du Châtaignier, vérifiez toutes les pièces, car ce dernier est parfois sujet aux fissures lors du séchage.
Le Mélèze est également une essence qui convient parfaitement au bardage. Ce résineux fournit un bois résistant, avec un veinage très marqué si vous désirez obtenir un profil remarquable de l’extérieur de votre cabane. A l’achat de votre Mélèze, il faut vérifier la présence des nœuds. Si les plus petits sont peu contraignants et participent même à améliorer le style, les gros nœuds sont souvent problématiques et peuvent fragiliser le clin.
Les autres résineux comme le Pin Sylvestre et le Douglas s’adaptent également aux contraintes du bardage. Lorsqu’un bardage en résineux est exposé au soleil, il arrive parfois que le bois sue en rejetant de la résine. Cette caractéristique est à prendre en compte si on souhaite vernir ou peindre le bardage. Il peut être utile d’attendre avant de procéder à la couverture.
Pour participer à
ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci
d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a
été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.
Nous partageons du contenu avec nos abonnés
3 rue du Belvédère – 31120 – GOYRANS

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Toggle navigation

Accueil
× Close
flux complet I phone 598.jpg
× Close
2013-10-23-Lombron_Maison_Hocq (24).jpg
Boîtiers métalliques, sabots, connecteurs
Bande d’arase EPDM avec joints compribandes 
Bardage (douglas) pose à recouvrement :
Bardage massif en châtaignier en cours de travaux
Bardage (douglas) ajouré pose horizontale. 
Bardage (douglas) ajouré, pose verticale
Bardage de mur en ardoise naturelle 
Bardage (Douglas) posé lames à la verticalelargeur 180 mm Epaisseur 18 mm
Couvre jointLargeur 60 mm Epaisseur 18 mm clouage acier pour les lames et inox pour les couvre joint exposés. Le couvre joint cache le vide qui se forme entre deux lames de bardage au séchage des planches.
Tuile de bois utilisée en couverture ou bardage pose clouée 
Pose de bardélis ardoise sur un chevron de rive en pignon
Pour les solivages le boîtier et un mode de pose moderne économique et très résistant
Brise soleil sur façade sud réalisation en douglas

pose bardage bois vertical avec couvre joint
BBC Bois Ossature Bois – Menuiserie – Charpente
On peut également partir sur des dosses avec un trait de scie, laissant l’autre rive brut d’écorces (à gauche ci-dessous), ou en frises de bois brut de sciage, posé à claire voie, avec des lames de largeur égale, et pourquoi pas de largeur différentes avec pose (pseudo-) aléatoire (à droite):
Notre conseil concernant les essences de bois de pays:les meilleurs rapports prix/ qualité/ performance/ robustesse/ esthétique vont vers lechâtaignerpour les bardages en feuillu, et leDouglaspour les bardages en résineux.
Vous trouverez plus d’infos concernant le Douglas (en bardage, ossature, platelage etc) en téléchargeantici le guide du Douglas(référentiel Douglas réalisé par France Douglas).
Prescrit pour tout type de bâtiment, le parement extérieur assure la respiration du complexe isolation vers l’extérieur tout en le protègeant des intempéries. Il est réalisé en bardage (bois, métal, résine, etc) pour la plupart des maisons en bois. Ce bardage est généralement constitué de planches de bois peintes, soit traitées, thermo-huilées ou tout simplement laissées naturelles. Mais attention: un bois ayant subi un traitement nécessitera un entretien régulier, alors que le bois naturel va griser avec le temps (action non destructive des UV), mais sera sans entretien.
De nombreuses couleurs et essences de bois sont disponibles: douglas, mélèze, red cédar, châtaignier, chêne pour le bois non traité, et frêne, hêtre, peuplier, épicéa pour les bois traités.Le bardage extérieur est également un moyen fabuleux de mettre en avant les volumes et formes de la maison, en alternant par exemple un bardage jointif avec un bardage ajouré, en jouant avec la pose horizontale ou verticale de certaines surfaces.
Quelques modes de pose de bardage sont exposées ci-après (listing non exhaustif). Il faut savoir que la pose peut être réalisée de manière horizontale, verticale, ou avec angle précis.
En ce qui concerne la pérennité du bardage – hormis le bardage de bois naturellement classe 3 – de très nombreux produits disponibles sur le marché offrent une garantie décennale. Par contre, ils ne garantissent pas tous la pérennité de leur apparence extérieure. La fréquence d’entretien du bardage va dépendre du type de finition choisi (brut, lasure, peinture, huile, saturateur) et des conditions extérieures. On peut considérer que les facteurs susceptibles d’en accélérer le vieillissement sont :
On peut tout aussi bien jouer avec les matières et couleurs en partant sur du bois brûlé (shou sugi ban, technique ancestrale japonaise pour protéger les bois des maisons):
Il n’existe pas que le bardage bois qui puisse recouvrir une maison bois. Il est aussi possible de poser des panneaux de matériaux composites bois/ciment, ou de panneau stratifié compact (encore appelé résine):
Il est possible d’appliquer également un crépis minéral, ou de poser de la pierre agrafée.
Tout est possible, nous trouverons ensemble le revêtement qui vous plaît, et la manière de le panacher ou le marier avec d’autres, pour couper des grandes longueurs de mur ou de pignon, mettre en valeur des volumes etc.
Pour voir plus de détails sur les parements extérieurs que nous avons déjà mis en oeuvre, n’hésitez pas à consulter les photos à la pageRéalisations .
Avec la mention RGE, cumulez travaux de rénovation énergétique et Crédit d’Impôt, TVA réduite à 5.5%, certificats d’économie d’énergie (CEE), Prêt à Taux Zéro (PTZ).

pose bardage bois vertical avec couvre joint

Une maison en paille

Une belle aventure à partager…
Les lames sont toutes coupés en biseau, ce qui permet à l’eau de partir vers l’extérieur en formant une goutte qui va tomber, au lieu d’imprégner le pied de la lame. C’est pourquoi cette découpe est appelée profil format larmier.
Pour des raisons plus esthétiques les lames du haut sont coupées en onglet en plus du larmier. La pose en décalée donne un cassure rendant la façade un peu moind imposante. Pour cette même raison, les lames de l’étage sont posées plus en avant, améliorant aussi la ventilation de la sous face.
Sur cette photo, la technique d’alignement est compréhensible. Une règle en aluminium est placée de niveau et maintenue avec des presses sur les lames du dessous. Ensuite les lames sont mises en appui et cloué. Dans cette phase, l’aplomb n’a pas nécessité d’être très précis, ce sont surtout les couvres joints qui seront à disposer avec précision.
Afin de recréer le style des fermes traditionnelles de la région, des piliers sont réalisés. La solution maçonnée n’ayant pas été retenue pour des raisons de travail différent dans le temps de la structure bois, ce sont des panneaux de fibralith qui sont montés sur une ossature en bois. Dans un premier temps, ces panneaux ont été recouvert d’une couche fine d’enduit à la chaux, permettant de protéger l’ouvrage et surtout de paraître un peu moins triste que le gris « béton » de la fibralith.
Les dernières lames, le long du pilier factice, ont été simplement visée dans l’attente de l’enduisage des piles.
Articles récents

Bilan de chauffage hiver 2012/2013

Temps passés par poste

Temps passé par mois

Un an après l’enménagement

Bilan d’une année de chauffage

Le choix s’est porté sur un bardage à couvre joint en douglas non traité
Le bois en provenance directe de la scierie est dans cette configuration très abordable :
Acceptant que le bois grise dans le temps, l’absence de traitement permet d’imaginer réutiliser le bois sans tracas particulier lors qu’il sera déposé. De plus, ayant commandé plus de bois que nécessaire, les voliges restantes seront rabotées et utilisée dans l’aménagement intérieur.
La pose à couvre joint est donc intéressante, elle a aussi pour avantage de pouvoir facilement réparer une ou plusieurs lames sans avoir à déposer l’ensemble d’une façade comme dans le cas d’une pose à languette ou en clin. Les couvres joint sont sélectionnés afin de ne pas contenir de noeuds qui pourraient compromettre leur solidité.
Tout d’abord, des tasseaux sont posés verticalement, cloués aux montants de la structure de l’ossature bois. Des contre-liteaux sont posés horizontalement pour accueillir les lames du bardage. Ceci ménage un espace plus que suffisant pour la ventilation de l’arrière du bardage.
La lame d’air est impérative à l’arrière des lames de bardage pour l’évacuation de l’humidité provenant d’infiltrations ou de condensations éventuelles. Les tasseaux de fixation remplissent ce rôle.
Les ventilations haute et basse doivent être d’au moins 50 cm² par mètre linéaire, ce qui représente l’équivalent d’un rectangle de 5 mm sur 1 m.
Les emplacements des tasseaux sont repérés au cordeau à tracer.
Entraxes entre les tasseaux (selon DTU 41.2) :
Les lames avec les cernes perpendiculaires, dites lames sur quartier sont les plus adaptées car moins sensibles à la fissuration et aux variations dimensionnelles.
Les lame sur dosse seront posées avec la face côté cœur la vers l’extérieur pour limiter l’apparition de fissure sur la face visible.

pose bardage bois vertical avec couvre joint

pose bardage bois vertical avec couvre joint
Cet article vous a plu ? Partagez-le !
IMPORTANT!Avant de cliquer sur « Envoyer le commentaire », voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)What is 6 + 8 ?
Please leave these two fields as-is:
Copyright © 2012 – 2017Reussir-Ses-Travaux – Bricolage, Aménagement, Rénovation, Des conseils de Pro pour réussir ses Travaux CGV  –  Mentions légales
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l’utilisation des cookies. Ok En savoir plus sur les cookies
Le bardage en bois se réalise principalement sur une ossature bois, mais peut aussi être réalisé sur une maison traditionnelle « en dure » ;-).
La différence essentielle (entre autres) se situant dans l’écartement des tasseaux sur lesquels se fixe le bardage, 60 cm d’entraxe pour une ossature bois (comme pour le placo ;-)), 50 cm maxi sur un support maçonné.
Vous avez certainement déjà vu un bardage en bois, parfois en pose horizontale, parfois en pose verticale.
Et là, bien entendu, « deux écoles » se font « la guerre », les uns prétendant que la pose verticale est celle qui est recommandée sur la pose horizontale, car l’évacuation des eaux de pluie qui ruissellent sur le bardage est plus rapide grâce aux rainures verticales que forment ce type de pose.
Et bien moi, je fais partie des autres ;-), car j’affirme que la seule façon de poser le bardage de façon sûr, efficace, et sans risque d’avoir de problème d’infiltration d’eau, c’estla pose horizontale!
Et vous voulez savoir pourquoi j’affirme cela ? Et bien j’vais vous l’dire 😉 !
Voici un dessin représentant, vue de profil, la pose du bardage à l’horizontal, et plus précisément l’assemblage entre 2 lames :
Lorsqu’il pleut, l’eau s’écoule naturellement suivant le parcours de la flèche bleue.
L’eau ne peut absolument pas s’infiltrer par capillarité au niveau de l’assemblage indiqué par la flèche rouge.
Il faudrait vraiment des conditions météorologiques très particulières pour arriver à pousser l’eau vers l’assemblage pendant suffisamment longtemps pour que la capillarité face son office, et en plus vers le haut.
Maintenant, comparons avec la pose verticale.
Si vous reprenez le dessin ci-dessus, mais cette fois en imaginant que vous ne regardez plus de profil, mais de dessus.
Cette fois, l’eau de pluie s’écoule partout, et sur TOUTE la surface du bardage.
Ainsi, dans la forme en « V » (forme dans laquelle se trouve la flèche rouge sur le dessin précédent), une infiltration par capillarité est parfaitement possible, surtout si le vent souffle dans le sens indiqué par l’extrémité de cette flèche rouge.
Donc, si vous souhaitez vraiment une pose verticale pour son aspect esthétique, prenez le temps d’orienter l’assemblage en fonction des vents dominants, de cette façon :
Et ça, c’est ce qu’il ne faut pas faire :
J’ai mis en œuvre à plusieurs reprises du bardage horizontal et du bardage vertical.
Cet article a bien son origine dans du vécu, je n’ai fait que constater.
Maintenant, vous avez votre libre-arbitre ;-). Si vous avez envie de jouer avec l’eau… Personnellement, moi je préfère le faire… dans ma piscine 😉 !
Je n’ai pas chronométré le temps d’écoulement moyen de l’eau sur un bardage horizontal et sur un bardage vertical 😉 !
Mais franchement, l’important c’est bien que l’eau arrive en bas, non ? Et si en bonus, il n’y a pas d’infiltration d’eau, c’est encore mieux, non ?
Nous aurons l’occasion de voir dans un autre article les précautions particulières concernant le bardage des encadrements de fenêtres, que la pose soit horizontale ou verticale ;-).
Vous avez aimé cet article ? ou Vous aimeriez en savoir plus ?
Abonnez-Vous
pour Seulement 1,50 € par mois!
+
Vous avez unaccès complet
aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres .
+
Votre fidélité est récompensée(remises cumulables jusqu’à 50%)
à valoir surtous les dossiers existants et à paraître
  JE M’ABONNE !  

(Protection
anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)
Comment installer des prises électriques et interrupteurs sur un maison en bois intérieur et extérieur ?
Vous avez le droit d’être mécontente sur mon délai à vous répondre.
Le blog rencontre un tel sucés (plus de 2000 visiteurs par jour) et il y a énormément de commentaires auquel je mets un point d’honneur à répondre, même si j’ai accumulé un certain retard 🙁 !
Pour répondre à votre première question, s’il s’agit d’ajouter des prises de courant et des interrupteurs alors que la maison est terminée, il reste la possibilité de réaliser les nouveaux circuits électriques sous goulottes, et même si ce n’est pas très esthétique tel quel, il est possible de les peindre ou de les dissimuler sous un adhésif décoratif en accord avec la maison.
Concernant la deuxième question, j’ai écrit un article qui parle de la pose des fenêtres sur une ossature bois :http://www.reussir-ses-travaux.com/decouvrez-les-bases-de-lossature-bois-partie-3 . Cela répond t-il à votre question ?
Si non, n’hésitez-pas à me détailler plus votre interrogation.
J’ai un projet d’isolation extérieure par ossature bois, panneaux de fibres de bois et bardage mélèze. Ma pose sera verticale sans rainure-languette mais avec couvre joint. Quel est votre avis sur ce type de pose ?
PS : un grand merci pour ce site dans lequel je trouve quasi tout les renseignements pour mener à bien ma rénovation.
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Abonnez-Vous
pour Seulement 1,50 € par mois!

pose bardage bois vertical avec couvre joint
  •Qualités esthétiques , de par l’apparence naturelle et évolutive du bois, qui grise au fil du temps ou au contraire choisie dans une large palette d’aspects et de couleurs.
  •Adaptation à un grand nombre de situations et de géométries des bâtiments, de par lavariété des produitset des différentes techniques de pose.
   • Intégration en neuf comme en rénovation, par exemple en façades ventilées dans le cadre d’une ITE (isolation par l’extérieur).
   •Large choix d’essencesou de produits dérivés du bois offrant une belle flexibilité dans la conception mais aussi dans le respect du budget.
   •Respect de l’environnement: produit recyclable, offre certifiée PEFC ou FSC, bénéficiant d’une analyse de cycle de vie.
   •Facilité de mise en œuvredès lors que celle-ci est réalisée avec rigueur et précision.
   •Techniques maîtrisées : DTU 41.2 « Revêtements extérieurs en bois » ou produits sous avis technique, garantie du produit et entretien facilité.
   •Durée de vielongue pour un entretien limité.
→Le lattage vertical(pose de lames de bardage horizontales) permet une bonne ventilation.
→Lelattage horizontal(pose de lames de bardage verticales) est posé de façon discontinue : les lattes réservent un espace tous les 2,50 à 3 m, les espaces mis en quinconce permettent ainsi la circulation de l’air et l’écoulement accidentel des eaux. Pour les façades exposées aux intempéries, la ventilation peut cependant s’avérer insuffisante.
Le double liteaunage (double tasseaux) présente une bonne alternative pour les poses verticales.
→Les tasseauxdoivent être au minimum C18, plutôt C24, de classe 2, voire 3 pour les tasseaux horizontaux et les poses ajourées.
→ Si l’entraxe de l’ossature primaire est de 40 cm, la section minimale des tasseaux sera de 22 x 40 mm, si elle est de 60 cm, elle montera à 27 x 40 mm.
Il est fixé par des pointes ou agrafes, ou par les tasseaux de l’ossature secondaire. Il faut veiller à sa pose par recouvrement (5 cm aux joints horizontaux, 10 cm aux joints verticaux) ainsi qu’aux raccords avec les dispositifs de fractionnement du bardage.
   • Le slasurescolorent selon la teinte choisie, transparente, semi-opaque ou opaque.
On évitera cependant les lasures incolores qui manquent de protection aux UV et nécessitent un entretien fréquent, comme les lasures sombres qui présentent un risque de dessiccation des zones surchauffées, puis de déformation.
Certaines essences comme le Red Cedar ou le Douglas ne tiennent pas la lasure.
Les lasures sont étanches à l’eau mais laissent le bois respirer.
   •Lespeinturespour bardages doivent laisser respirer le bois, elles sont « microporeuses ». On veillera à choisir la peinture adaptée. Une peinture faite en usine sera garantie 10 ans.
   •L’application d’unsaturateur grisanticipe le grisaillement du bois et gage d’une bonne uniformité de teinte.
   •L’application d’undégriseurpeut redonner au bois sa couleur d’origine, même après plusieurs années.
Nos meilleurs partenaires pro près de chez vous
RT 2012 : les 8 points de vigilance
Extension Surélévation : l’importance du maître d’oeuvre
Le site deréférencede laconstructionenbois
©2009 MOBOA | RéalisationINTERPROS

  Le bardage bois, effet de mode ou valeur sûre ?
Crédit photo : PLF
Dernière mise à jour : sept. 2011
Le bardage bois est en plein essor !  
S’il trouve sa place légitime dans la construction bois, il est aujourd’hui privilégié comme revêtement extérieur des constructions béton ou métalliques auxquelles il apporteune nouvelle écriture architecturaleetune touche environnementale.Car il nécessite peu d’énergie grise pour sa fabrication et présente un aspect naturel et vivant… 
Le bardage bois et ses dérivés sont devenus incontournables !  
Avec 18 % de part de marché en 2007 pour 4 millions de m2, ils ont ainsi connu la plus forte progression des bardages en général. L’étude MSI Reports estimesa croissance à 62 % entre 2008 et 2012 , pour 7,4 millions de m2. Si les bardages bois naturels et les tons bois forment l’essentiel du marché, les bardages bois peints sont de plus en plus prisés des consommateurs, avec des teintes gris lumière ou blanc perle très en vogue.
Ses qualités ne sont plus à démontrer !
Le revêtement extérieur remplit plusieurs fonctions :
  • il protège l’enveloppe du bâtiment des intempéries(neige, pluie, vent, soleil, …) assurant ainsi sa pérennité,
  • il offre une résistance aux chocsexceptionnels ou accidentels,
  •il participe, de par son aspect, àembellir le bâtiment .

D’une manière générale, le choix d’un revêtement extérieur doit répondre à des conditions :
   →de durabilité et d’entretien: le parement doit durer aussi longtemps que le bâtiment et engager des ressources (temps et dépenses) acceptables pour son entretien. 
   →de compatibilité avec le système constructif choisi: le revêtement extérieur doit être choisi en fonction des conditions locales d’intempéries mais aussi des modifications prévues du bâtiment à terme. 

Pour les techniques courantes, il est réglementé parle DTU 41.2 « Revêtements extérieurs en bois » et par des règles professionnelles. Une révision de ce DTU est en cours en 2011 qui aborde les questions des bardages ajourés et de la durabilité (sortie prévue en 2012).
Les bardages en lamessont les plus couramment utilisés en France.
Ils sont destinés aux parois verticales. Ils sont particulièrement adaptés aux constructions en ossatures bois mais aussi aux façades ventilées en ITE. Constitués par des planches brutes, rabotées ou moulurées, à vive arête ou profilées, ils se fixent sur une ossature secondaire qui assure la ventilation de la paroi, elle-même préalablement protégée par un pare-pluie.
Exposées en extérieur,les essencessont retenues pour être peu fendives et peu nerveuses :
   • parmi les résineux : Douglas (purgé d’aubier), sapin, épicéa, pin sylvestre ou maritime, mélèze et Western Red Cedar,
   • pour les feuillus : châtaignier, chêne, robinier,
   • divers bois tropicaux. 
Les lames sont soumisesà de fortes variations hygrométriques , leur taux d’humidité pouvant varier de 8 à 20 %. 
   → L’humidité des lames à la pose doit être de façon optimale de 15 %, avec une tolérance à 18 % (+/-2 %). Les lames seront préalablement stabilisées sur chantier, stockées à l’abri de l’eau, des projections du sol et en piles aérées.
Elles sont soumisesaux attaques des champignons et des insectes. 
   → Elles doivent être hors aubier et de classe de risque 3 pour les bardages verticaux ou 4 pour les bardages horizontaux, soumis à une humidité plus importante.
Leur profil et leur mode de pose permet d’éviter la rétention d’eau.
Elles sont ventilées.

Deux types de lames sont utilisés, pour un rendu différent :
   •Les lames non usinées: brutes de sciage ou rabotées, c’est le bardage traditionnel.
   •Les lames usinées: rainées bouvetées ou feuillurées, c’est aujourd’hui une forme de bardage courante en France. Assemblées entre elles, elles ne subissent pas de variations dimensionnelles (pas de jeu). Leur clouage n’est pas apparent si les lames ne sont pas larges. 

•Largeur : de 90 à 150 mm  
(la largeur exposée ne doit pas dépasser 7,5 fois l’épaisseur, 10 pour le red cedar) 
•Epaisseur : de 18 à 27 mm  
à choisir selon la flèche (entraxe des tasseaux de l’ossature secondaire)
•Longueur : jusqu’à 5 m
La fixation des lames se fait par pointes
   •en acier inoxydableou en alliage d’aluminium (Certains bois comme le Douglas ou le Red Cedar pouvant corroder certains métaux comme le fer.),
   • toujoursannelées ou crantéespour la tenue dans le temps,
   • de 2,5 fois l’épaisseur du bardage au minimum.
La largeur exposée des lames détermine le nombre et l’emplacement des fixations.
Moins courants que les bardages en lames,certains panneauxsont destinés au revêtement extérieur des parois verticales et offrent un véritable cachet esthétique (ils n’ont aucun rôle structurel par ailleurs).
Dérivés du bois, à base de bois reconstitué ou en bois et ciment ou résine, ils sont généralement posés sur une ossature secondaire ventilée. Conception et mise en œuvre doivent être soignées pour éviter les désordres. 
Le choix du mode de pose du bardage n’est pas qu’esthétique, il fait aussi partie dela conception de l’ouvrage . La façade étant exposée aux intempéries, il convient d’en assurer la pérennité face au risque fongique et donc de tenir comptedes conditions d’écoulement et de désorption de l’eau de pluiesur les parties courantes ainsi qu’aux points singuliers. Différents facteurs entrent en jeu : le sens du fil du bois selon l’écoulement de l’eau, le type de pose, verticale, horizontale ou oblique, les profils des lames de bardage, les détails d’assemblage, …
   •Les poses verticalessont souvent préférées, pour le bon écoulement de l’eau, auxposes horizontales , plus salissantes.Les poses inclinéesprésentent des risques de rétention d’eau en partie basse des lames.Les poses cintréessont permises.
   •Les poses à recouvrementsont traditionnelles : les lames sont clouées sur des tasseaux, légèrement écartées, puis les espaces sont couverts par d’autres lames ou planches ditescouvre-joints , ou encore les lames sont posées en recouvrement les unes des autres, formant la pose diteà clin .
Posées à la verticale, les lames seront protégées en tête.
Une pose à clin à l’horizontale s’avèrera salissante (coulures d’eau).
   •Les poses à embrèvementprocèdent par l’emboîtement des lames entre elles, soient sous forme d’un embrèvement simple, dite pose à faux clins, soient par rainures et languettes (la languette est toujours posée en rive supérieure).
   •Les poses à claire voie (ou à joints plats ouverts) réservent un espace visible entre les lames. Elles nécessitent un pare-pluie résistant aux UV et à la pénétration d’eau après vieillissement (NF EN 13859-2).
Conforme au DTU 41.2, elle permet une bonne tenue du bois dans le temps.
Elle est assurée par une lame d’airde 15 à 30 mm d’épaisseur (10 mm minimum selon le DTU), située entre le pare-pluie et le bardage, réalisée par des tasseaux fixés verticalement ou horizontalement :
Une lame d’air assez large(au-delà de 30 mm) améliorera sensiblement le confort et la thermique d’été, par évacuation de l’air chaud en haut du bardage.
Les entrées et sorties de ventilationsont protégées par des dispositifs anti-rongeurs et anti-insectes (profilés spéciaux, grillage…). Leur section est de 50 cm 2par mètre de façade bardée minimum. Une grille sera aussi posée sous les fenêtres.
La distance au sol du revêtementest préconisée à 20 cm par le DTU 41.2. Au pied du mur, le sol restera nu ou sera couvert de gravillons afin d’éviter les rejaillissements d’eau. S’il existe une terrasse ou un aménagement extérieur, un espace sera réservé pour l’écoulement d’eau. Enfin, les profilés en partie basse seront finis en goutte d’eau assurant un écoulement rapide de l’eau de pluie et évitant sa pénétration dans le bois.
C’est le pare-pluie qui assurel’étanchéité de la façade et non le bardage . Il est obligatoire sur les murs à cavité ouverte. Il évite les pénétrations d’eau accidentelles (la pluie poussée par le vent) tout en laissant passer la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur du bâtiment, évitant ainsi la condensation. Sa perméance est au minimum de 0,5 g/m 2 .h.mmHg.
Indiparepluie (Les indispensables)
Crédit photo : MCD
Les bardages à claire voierépondent à des exigences de pose différentes car ils laissent un joint ouvert, exposant le pare-pluie aux UV, au gel et à la déchirure.
Un pare-pluie de qualité supérieure doit être choisi, résistant aux UV et à la pénétration d’eau après vieillissement et fixé par des tasseaux de classe 3A minimum. Ils sont identifiés dans les gammes des fabricants.
Le bois naturel en extérieur subit irrémédiablementun vieillissement d’aspect,au même titre que d’autres matériaux nobles comme l’ardoise ou la pierre, sauf à recevoir une finition telle qu’une peinture ou une lasure. Ce changement d’aspect n’affecte pas sa stabilité mécanique, ni sa durabilité. Il reste cependant que le grand public s’inquiète de ce changement progressif d’aspect et doit y être préparé.
→ Le bois qui n’a reçu aucun traitement va progressivement, sur plusieurs années,virerdu brun clairau gris foncé, mat ou argenté , selon des nuances qui dépendent des essences et de l’exposition au soleil et aux intempéries. Avec des variations de couleurs irrégulières, ce vieillissement pourra parfois être assimilé à une dégradation du revêtement. L’uniformité du changement des façades dépend en effet du profil et du mode de pose (horizontal, vertical ou mixte) du bardage, des éventuels reliefs susceptibles de retenir l’eau et de la protection de la façade à la pluie (présence de débords de toit).
→ Le bois traité en autoclave aux sels, d’une nuance verte (pin) ou brune (douglas), verra son grisaillement ralenti, mais seulement ralenti, du fait du traitement.
→ Les bois rétifiés sont bruns mais deviendront gris aussi avec le temps.
→ Les bois modifiés thermiquement ne nécessitent aucun traitement complémentaire mais deviennent gris aussi avec le temps.
Différentes finitions sont possiblespour améliorer l’aspect du bardage et assurer sa pérennité vis-à-vis de l’exposition aux intempéries, aux UV, aux variations de températures et aux variations dimensionnelles. Ces finitions doivent être adaptées à l’essence de bois. Elles nécessitent ensuite un entretien régulier et adapté. Il est ainsi possible de maintenir l’aspect original d’une façade bois !
Les finitions peuvent être appliquées en usine ou sur site (L’application de la première couche se fait alors sur les 6 côtés avant la pose.).
Lasure longue durée – Crédit photo : Blanchon
Question importante,la fréquence d’entretiendes bardages dépendra ensuite de plusieurs critères : l’exposition aux intempéries (soleil, pluie, humidité), la qualité du produit de finition et de sa mise en œuvre (nombre de couches, application artisanale ou industrielle), le choix de l’essence et sa qualité de surface (rabotée, brossée, sciée, poncée, …), etc. 
Un entretien réalisédès les premiers signes d’altérationn’en sera que plus rapide et moins coûteux !A titre d’exemple, un bardage à surface raboté s’entretiendra tous les 2 ans alors qu’un bardage à surface poncée le sera tous les 10 ans !
Plus d’informations ? 
Consulter les fiches produits MOBOA

      • Bardage 
      • Pare-pluie
      • Lasure et peinture bois
La préservation et la finition des bardages bois