qu est ce qu une contraction

Désir d’enfant
Grossesse
Bébé
Enfant
Ado
Activités
Alimentation
Famille
Actualités
Prénoms

Allaitement
Consommation
Couple
Femme
Finances
Garderies
Gouvernement
Livres/CD/DVD
Loisirs
Mode/Beauté
Papa
Santé
Sécurité
Vacances
Vie scolaire

Accueil→

Grossesse/Maternité→

Accouchement→

Déroulement→

Article

Crédit : ChameleonsEye / Shutterstock.com
Prendre un bain ou une douche peut vous aider à délimiter si c’est le réel travail qui débute. Si les contractions s’estompent, ralentissent ou disparaissent complètement sous l’effet apaisant de l’eau, inutile de vous précipiter à l’hôpital ou la maison de naissance. Mais attention: si le travail est effectivement commencé et que ce sont de vraies contractions, elles peuvent s’intensifier en durée et en douleur et accélérer le processus.

Grossesse/Maternité

Accouchement : les signes annonciateurs du travail

Activités

Paroles de petits – « Papa, je t’aime parce que… »

Papa

On ne naît pas père on le devient

Grossesse/Maternité

Prénoms inventés : une tendance à la hausse


Moins de 20 ans
20-24
25-29
30-34
35-39
40+
Clearblue
Accu Clear
First Réponse
Aucun des choix
Très positif
Positif
Neutre
Négatif
Très négatif
Totalement d’accord
D’accord
Neutre
En désaccord
En très fort désaccord
Est la marque #1 en termesde vente dans le monde

Offre de la confiance en les résultats
Les contractions! Les femmes voudraient bien savoir à quoi ressemble une contraction afin de mieux pouvoir y faire face. Mamanpourlavie.com vous aide à percer le mystère!
Des contractions précoces, certaines n’en ressentent jamais avant le jour de l’accouchement, tandis que d’autres en ressentent dès les premières semaines. Les douleurs ressenties peuvent ressembler à des douleurs prémenstruelles, des tiraillements ou un durcissement du ventre. Les contractions sont normales pourvu qu’elles soient indolores, rares (pas plus d’une quinzaine par jour), irrégulières et qu’elles disparaissent comme elles sont venues.
Notez tout de même les moments de la journée ou à la suite de quelles activités les contractions apparaissent.
Parlez-en à votre médecin, même si la plupart du temps, c’est une réaction normale et naturelle du corps. «C’est une manifestation du muscle de l’utérus qui change de volume, se réduit, se durcit puis se relâche», note-t-on dans le livreAttendre bébé , écrit par René Frydman et Christine Schilte. Toutefois, certaines femmes peuvent être mises en arrêt de travail si elles ressentent trop de contractions, car celles-ci peuvent agir sur le col (sans nécessairement le faire dilater) et risquent de provoquer une fausse couche.
Étonnamment, il est vrai qu’une femme puisse ressentir, tout au long de sa grossesse,de « fausses contractions »appelées aussi contractions de Braxton-Hicks.
Ces contractions sont de faible intensité et sans douleur associée. En fait, les femmes sentent que leur ventre se durcit. C’est bien ce qui survient! L’utérus se durcit pendant 20 à 30 secondes. On les dit « fausses », car elles ne dilatent pas le col de l’utérus. Et même si vous avez ressenti de fausses contractions durant votre grossesse, cela n’influencera ni la force des « vraies » contractions, ni leur durée ni leur régularité.
«Vais-je reconnaître une vraie contraction?» ou «Comment saurais-je que c’est le vrai travail qui débute?», telles sont les deux principales questions des primipares. Voici quelques signes :
Les contractions sont d’abord dans les muscles abdominaux, mais certaines femmes peuvent aussi ressentir des douleurs lombaires et dans la région des reins. On dit qu’elles « accouchent par les reins ». C’est en fait que le bébé presse sa tête à la base du sacrum, région où il y a de nombreux terminaux nerveux.
Accoucher fait mal, mais sachez que c’est un mal positif… compte tenu du mignon résultat qui verra enfin le jour. Les douleurs liées à l’enfantement sont les seules, physiologiquement, à avoir « un sens » : elles annoncent la venue du bébé. C’est tout de même un événement heureux, il ne faut pas l’oublier. L’épopée que vivra bébé au cours des heures de l’accouchement constitue une épreuve époustouflante digne de tous les Jeux olympiques.
Une montée d’adrénaline, générée par l’augmentation du stress au moment de l’accouchement, vient contrer la production d’endorphine (supporte la douleur) et contrevient aux effets de l’ocytocine qui favorise les contractions de l’utérus.
Ça y est! Le vrai travail débute. Pour chronométrer les contractions, on calcule à partir du début de la première contraction jusqu’au début de la suivante. Si c’est notre premier accouchement, attendez que les contractions durent de 30 à 40 secondes et qu’elles soient aux 5 minutes depuis environ deux heures. Pour une deuxième (ou troisième…) naissance, vous pouvez quitter la maison pour votre lieu de naissance après une heure.
Un moment de doute? Téléphonez à la maternité, à votre accompagnante ou à la maison de naissance, on vous épaulera dans la démystification des contractions… en plein travail.
Calculez votre date d’accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.
Calculez votre date d’accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.
Tous droits réservés © 2017 Mamanpourlavie.com
Développé par : Un Zeste de génie!
1. Quel âge avez-vous? (choisir ci-dessous)
2. Quelle est la première marque de test de grossesse qui vous vient à l’esprit ? Si aucune ne vous vient à l’esprit, svp écrire « aucune »
3. Parmi les tests de grossesse mentionnés ci-dessous, desquels avez-vous déjà entendu parler ?
4. Quelle est votre opinion par rapport aux marques ci-dessous ?
5. SVP indiquez si vous êtes fortement en accord ou désaccord avec les déclarations ci-dessous à propos de Clearblue :

qu est ce qu une contraction

Désir d’enfant
Grossesse
Bébé
Enfant
Ado
Activités
Alimentation
Famille
Actualités
Prénoms

Allaitement
Consommation
Couple
Femme
Finances
Garderies
Gouvernement
Livres/CD/DVD
Loisirs
Mode/Beauté
Papa
Santé
Sécurité
Vacances
Vie scolaire

Accueil→

Grossesse/Maternité→

Accouchement→

Déroulement→

Article

Crédit : ChameleonsEye / Shutterstock.com
Prendre un bain ou une douche peut vous aider à délimiter si c’est le réel travail qui débute. Si les contractions s’estompent, ralentissent ou disparaissent complètement sous l’effet apaisant de l’eau, inutile de vous précipiter à l’hôpital ou la maison de naissance. Mais attention: si le travail est effectivement commencé et que ce sont de vraies contractions, elles peuvent s’intensifier en durée et en douleur et accélérer le processus.

Grossesse/Maternité

Accouchement : les signes annonciateurs du travail

Activités

Paroles de petits – « Papa, je t’aime parce que… »

Papa

On ne naît pas père on le devient

Grossesse/Maternité

Prénoms inventés : une tendance à la hausse


Moins de 20 ans
20-24
25-29
30-34
35-39
40+
Clearblue
Accu Clear
First Réponse
Aucun des choix
Très positif
Positif
Neutre
Négatif
Très négatif
Totalement d’accord
D’accord
Neutre
En désaccord
En très fort désaccord
Est la marque #1 en termesde vente dans le monde

Offre de la confiance en les résultats
Les contractions! Les femmes voudraient bien savoir à quoi ressemble une contraction afin de mieux pouvoir y faire face. Mamanpourlavie.com vous aide à percer le mystère!
Des contractions précoces, certaines n’en ressentent jamais avant le jour de l’accouchement, tandis que d’autres en ressentent dès les premières semaines. Les douleurs ressenties peuvent ressembler à des douleurs prémenstruelles, des tiraillements ou un durcissement du ventre. Les contractions sont normales pourvu qu’elles soient indolores, rares (pas plus d’une quinzaine par jour), irrégulières et qu’elles disparaissent comme elles sont venues.
Notez tout de même les moments de la journée ou à la suite de quelles activités les contractions apparaissent.
Parlez-en à votre médecin, même si la plupart du temps, c’est une réaction normale et naturelle du corps. «C’est une manifestation du muscle de l’utérus qui change de volume, se réduit, se durcit puis se relâche», note-t-on dans le livreAttendre bébé , écrit par René Frydman et Christine Schilte. Toutefois, certaines femmes peuvent être mises en arrêt de travail si elles ressentent trop de contractions, car celles-ci peuvent agir sur le col (sans nécessairement le faire dilater) et risquent de provoquer une fausse couche.
Étonnamment, il est vrai qu’une femme puisse ressentir, tout au long de sa grossesse,de « fausses contractions »appelées aussi contractions de Braxton-Hicks.
Ces contractions sont de faible intensité et sans douleur associée. En fait, les femmes sentent que leur ventre se durcit. C’est bien ce qui survient! L’utérus se durcit pendant 20 à 30 secondes. On les dit « fausses », car elles ne dilatent pas le col de l’utérus. Et même si vous avez ressenti de fausses contractions durant votre grossesse, cela n’influencera ni la force des « vraies » contractions, ni leur durée ni leur régularité.
«Vais-je reconnaître une vraie contraction?» ou «Comment saurais-je que c’est le vrai travail qui débute?», telles sont les deux principales questions des primipares. Voici quelques signes :
Les contractions sont d’abord dans les muscles abdominaux, mais certaines femmes peuvent aussi ressentir des douleurs lombaires et dans la région des reins. On dit qu’elles « accouchent par les reins ». C’est en fait que le bébé presse sa tête à la base du sacrum, région où il y a de nombreux terminaux nerveux.
Accoucher fait mal, mais sachez que c’est un mal positif… compte tenu du mignon résultat qui verra enfin le jour. Les douleurs liées à l’enfantement sont les seules, physiologiquement, à avoir « un sens » : elles annoncent la venue du bébé. C’est tout de même un événement heureux, il ne faut pas l’oublier. L’épopée que vivra bébé au cours des heures de l’accouchement constitue une épreuve époustouflante digne de tous les Jeux olympiques.
Une montée d’adrénaline, générée par l’augmentation du stress au moment de l’accouchement, vient contrer la production d’endorphine (supporte la douleur) et contrevient aux effets de l’ocytocine qui favorise les contractions de l’utérus.
Ça y est! Le vrai travail débute. Pour chronométrer les contractions, on calcule à partir du début de la première contraction jusqu’au début de la suivante. Si c’est notre premier accouchement, attendez que les contractions durent de 30 à 40 secondes et qu’elles soient aux 5 minutes depuis environ deux heures. Pour une deuxième (ou troisième…) naissance, vous pouvez quitter la maison pour votre lieu de naissance après une heure.
Un moment de doute? Téléphonez à la maternité, à votre accompagnante ou à la maison de naissance, on vous épaulera dans la démystification des contractions… en plein travail.
Calculez votre date d’accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.
Calculez votre date d’accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.
Tous droits réservés © 2017 Mamanpourlavie.com
Développé par : Un Zeste de génie!
1. Quel âge avez-vous? (choisir ci-dessous)
2. Quelle est la première marque de test de grossesse qui vous vient à l’esprit ? Si aucune ne vous vient à l’esprit, svp écrire « aucune »
3. Parmi les tests de grossesse mentionnés ci-dessous, desquels avez-vous déjà entendu parler ?
4. Quelle est votre opinion par rapport aux marques ci-dessous ?
5. SVP indiquez si vous êtes fortement en accord ou désaccord avec les déclarations ci-dessous à propos de Clearblue :

qu est ce qu une contraction

De l’info, du fun et des vidéos irrésistibles… Le meilleur de l’actu est sur Facebook
Accueil/Forum/Grossesse/ Question bête: qu’est-ce qu’une contraction pour vous?
Bonjour les filles, voilà depuis quelques temps j’ai des barres pas très agréables (mais pas vraiment douloureuses) sur le ventre au niveau du nombrile.Je suis enceintepour la première fois alors je ne sais pas vraiment ce que l’on entend parcontractions . Comment peut on savoir que l’on a une contraction. J’ai uneamiequi m’a dit que c’est comme des douleurs de règles mais moi je n’ai jamais eu de règles douloureuses alors voilà, je voulais savoir ce que l’on vous a dit ou ce que vous savez sur les contractions. Je précise je suis dans mon 4ème moi degrossesse(donc au début, je me dis que je dois avoir juste des douleurs ligamentaires mais bon je préfère avoir confirmation) Merci beaucoup pour vos infos. Claire
9 mois de grossesse en 2 minutes, c’est ce que propose cette magnifique vidéo !
9 mois de grossesse en 2 minutes, c’est ce que propose cette magnifique vidéo !
9 mois de grossesse en quelques secondes
Cette petite fille est une farceuse !
Cette question m’intéresse alors je remonte je suis enceinte de 14sg+5 et j’ai des douleurs à hauteur du pubis ces douleurs sont bien plus fortes que lorsque j’avais mes règles et je sens une gêne au niveau de l’entrée du vagin et dans la vulve je n’arrive même pas à me tenir assise comme d’habitude virginie qui attend des réponses aussi
C’est dur !!! c’est une contraction musculaire incontrolable ! l’utérus durcit durant qq secondes. ça ne doit pas être douloureux ! t’as l’impression qu’il devient plus petit sous ta main, moi ça m’arrive qd je suis stressée, ou lorsque j’ai trop fait la journée… alors il suffit de prendre un spasfon !!!!! tu peux en prendre jusqu’à 6/jour certaines ont un utérus contrctile (moi !!! hihi) et d’autres pas. vers le 6 mois cettes contractions ont lieu souvent (l’utérus s’entraine !)
Moi je commence à avoir des contractions non douloureuse et en fait g l’imprression que le bas de mon ventre se resserre comme lorsque l’on te prend la tension. G également des douleurs de règles ce sont des brûlûres dans le bas ventre. Dans ton cas, je pense plutôt que c’est l’uterus qui grossit donc ca tire. Bises Mélie 39 sa + 1
Pas facile de savoir certaines les reconnaissent tout de suite. Pour d’autres, comme moi, la plupart du temps on ne les sent presque pas, donc dur dur de les reconnaitre! A 4 mois c’est pas evident, il faut tater dans ces moments la si l’uterus se durcit (c’est toujours ferme mais lors d’une contraction il devient tres dur). Moi il y en a 1 seule que j’ai vraiment bien sentie car tres intense (inratable). Les autres depuis je m’efforce d’apprendre a les reconnaitre, en general je sens tout a coup le bb « en surface » du ventre alors qu’il ne bouge pas specialement, dans ces cas-la je tate le ventre pour voir si c’est dur. Parfois c’est du beton, donc a ces moments-la ce sont des contractions. J’ai une amie qui a eu beaucoup de contractions et a du etre arretee 1 mois, pourtant elle ne les sentait meme pas (elles ont ete decouvertes par hasard lors d’un examen pour autre chose). Par contre, pour moi pas de douleurs de regles, j’en avais au debut mais c’etait surtout l’uterus qui grossissait tout simplement. seasons 29sg+2
C’est ce que j’ai une barre qui me coupe le souffle quelques secondes puis disparaît…
Mercid’avoir essayé de me répondre. La prochaine fois que j’aurais cette douleur j’essayerai de voir si cela devient tout dur. Bonne journée, Claire
Cette question m’intéresse alors je remonte je suis enceinte de 14sg+5 et j’ai des douleurs à hauteur du pubis ces douleurs sont bien plus fortes que lorsque j’avais mes règles et je sens une gêne au niveau de l’entrée du vagin et dans la vulve je n’arrive même pas à me tenir assise comme d’habitude virginie qui attend des réponses aussi
Pour les douleurs au niveau du pubis/entrée de vagin j’avais déjà demandé (car j’en avais et personne n’en parlait) et en fait le corps se modifie aussi à cette endroit, ça travaille comme on dit. Ce n’est pas agréable mais c’est paraît il normal.
Mercid’avoir essayé de me répondre. La prochaine fois que j’aurais cette douleur j’essayerai de voir si cela devient tout dur. Bonne journée, Claire
Coucou clair eje suis comme toima dpa est pour 1 avril et j’ai eu ça cette nuit. mal à fond puis là ça se calme. mais bon c’est graave d’avoir des contractions ou c’est quelque chose qui mppeut arriver???? lola la paumée
D’après ma sage-femme … … que j’ai vue pour la première fois hier soir et qui m’a d’emblée expliqué comment reconnaître une contraction : « On sent que c’est l’utérus qui se contracte, qui se resserre », un peu comme quand tu force sur un muscle. Si ça peut t’aider, j’ai senti un truc dur et presque douloureux en bas du ventre à partir de 4 mois de grossesse : C’était tout simplement le bébé qui se lovait contre la paroi de l’utérus et qui touchait ainsi mon ventre. Mais c’était apparement bien plus bas que dans ton cas. Au pire, tu peux appeler ton gynéco pour lui demander ce que ça peut être.
Je dirais que si c’est une « barre », c’est pas une contraction… la contraction prend tout l’utérus, qui devient un peu comme une boule très dure; le ventre est dur de haut en bas, sans mou même sur les côtés; s’il y a du mou, c’est généralement que bébé s’est mis contre la paroi utérine, c’est lui que tu sens. Une contraction non douloureuse, ça fait un peu comme si on t’enveloppait le ventre dans un drap et qu’on serrait, et ensuite qu’on relâche A mon avis, soit tu as des douleurs ligamentaires, soit c’est bébé qui vient se lover et tu n’arrives pas encore bien à le reconnaîtreSi tu as une grossesse normale, que tu n’es pas spécialement fatiguée ni sollicitée physiquement, il n’y a pas de raison que tu aies des contractions si tôt pour un 1er (ça peut arriver mais c’est pas la norme quoi, ça commence plutôt vers 6-7 mois, perso j’en ai jamais eues avant 39 SA!!!)

qu est ce qu une contraction

Contractions : pourquoi et comment se manifestent-elles ?
Dernières informations sur les contractions
Contraction et grossesse : cette sensation nouvelle, plus ou moins douloureuse, est souvent source d’angoisse pour les mères enceintes ! D’où viennent lescontractions  ? Que signifient-elles ?

Les contractions représentent une étape obligatoire avant l’ accouchement , une sorte de signal pour prévenir l’arrivée de bébé. Elles ne sont perceptibles qu’à partir du 4eme mois, environ, et deviennent de plus en plus intenses au fur et à mesure de la grossesse.

Lorsque vous attendez un bébé, la musculature utérine, sous l’effet des hormones qui vont provoquer lanaissance , va se contracter à intervalles réguliers, d’abord très espacés, puis progressivement de plus en plus rapprochés. Cescontractions , dites de Braxton Hicks, n’ont aucun rythme précis ou périodicité fixe et elles ne sont pas douleureuses, du moins dans les premiers mois de grossesse.
Leur but est de préparer l’arrivée de bébé : en « travaillant » ainsi, l’utérus s’« entraîne » à l’ accouchement.

Avec l’avancée de la grossesse, ces « fausses » contractions deviennent parfois douleureuses  pour la future maman. Dans tous les cas , votrebébéne ressentira pas ces tensions de l’utérus  : bien à l’abri dans sa poche de liquide  amniotique, il est protégé de tous les mouvements de l’utérus et dort tranquillement.

Les contractions ne doivent pas être confondues avec des mouvements du bébé dans l’utérus : ces derniers ne durcissent le ventre qu’en partie, lorsque le bébé appuie, alors que des contractions sont sensibles sur l’ensemble du ventre. En effet, comme tous les muscles, l’utérus peut se contracter, en totalité, sur toute sa surface. 

Attention à ne pas confondre toutes lesdouleurs ventralesressenties pendant la grossesse avec une contraction : les ballonnements ou les douleurs ligamentaires peuvent être ressentis à n’importe quel stade de la grossesse et occasionnent des douleurs plus vives et plus longues. En cas de doute, allongez-vous sur le dos, en repliant les jambes, et appuyez doucement sur votre ventre. Si il se durcit jusqu’à ce qu’il soit impossible d’enfoncer le bout de vos doigts dans votre ventre, il n’y a pas de doute à avoir : ces douleurs sont des contractions de votre utérus.

Pas de panique : il ne sert à rien de s’inquiéter inutilement en cas de contractions ! Elles ne sont pas plus synonymes de «fausse couche» que d’ «accouchement prématuré». En tout cas, tant qu’elles ne surviennent pas de façon trop nombreuse : au-delà de 10 contractions par jour, il faudra aller consulter un spécialiste.

Certaines périodes sont plus favorables que d’autres : si vous rencontrez des soucis familiaux ou professionnels, si vous faites des efforts physiques ou restez en station debout prolongée, ou si vous vivez une période de stress ou de tension, vous augmenterez vos chances d’être sujette aux contractions. Apprenez donc à en reconnaître les causes pour mieux les éviter. Dans les transports, à la maison, au travail ou durant la journée, préservez-vous !

Ces douleurs présagent un futur bonheur : dans les derniers temps de lagrossesse , les contractions se feront de plus en plus présentes, pour annoncer que la naissance est imminente. Si vous ressentez descontractionsdouloureuses régulières, c’est qu’il est l’heure d’ accoucher  !

 
Trouvez l’inspirationavec nos idées prénoms
Parlezcontractionsdans nos forums
… sur les réseaux sociaux    … et mobiles

qu est ce qu une contraction

TV Conception Grossesse

Belle et enceinte

Conseils beauté femme enceinte

Soin de la peau femme enceinte

Massages et thalasso pour femme enceinte

Forum grossesse et soin de la peau

Forum ligne et garde-robe pendant la grossesse

Annonce de grossesse et baby-shower

Bien-être grossesse

Forum bien-être enceinte

Forum préparation à l’accouchement

Forum psychologie

Sport pendant la grossesse

Forum fatigue sommeil pendant la grossesse

Grossesse et santé

Grossesse et maladies de la maman

Dangers et précautions

Les maux de la grossesse

Forum alimentation et santé pendant la grossesse

Forum médicaments et grossesse

Problèmes psychologiques de la femme enceinte

Complications de la grossesse

L’évolution du foetus

L’échographie

Examens gynécologiques et consultations médicales pendant la grossesse

Fatigue, sommeil et grossesse

Grossesse semaine après semaine

Votre suivi de grossesse

Forum echographies examens

Forum fatigue et sommeil pendant la grossesse

Forum les futures mamans mois par mois

Forum suivi de la grossesse

Grossesse et médecines douces

Voyager pendant la grossesse

Les bienfaits de l’eau

Grossesse et alimentation

Prise de poids pendant la grossesse

Aliments interdits pendant la grossesse

Forum alimentation et Santé

Forum constipation pendant la grossesse

L’alimentation de la femme enceinte

Grossesse et travail

Forum aménagement du temps de travail

Grossesse : bien gérer sa vie professionnelle

Congé maternité

Forum annoncer sa grossesse

Forum vos questions sur le congé maternité

Vos droits pendant la grossesse

Accouchement

Sophro, hapto…Toutes les préparations à l’accouchement

Forum les préparations à l’accouchement

La maternité

Déroulement de l’accouchement

Les suites de l’accouchement

Forum la péridurale : vos questions

Forum les récits d’accouchement

La péridurale

La césarienne

Le périnée

Episiotomie

Préparer la naissance

Préparer la chambre de bébé

Les démarches à faire

Forum argent, droits, patrimoine

Forum préparer la chambre de bébé : vos idées déco.

Forum choisir un prénom

Evaluer le budget de bébé

Evaluer le budget de la nounou

Forum achats pour bébé

Forum modes de garde

Futurs parents

Futur papa et grossesse

Future maman

Papa après la naissance

Congé maternité

Forum Etre Papa

Le couple pendant la grossesse

Forum le sexe pendant la grossesse

Naissance prématurée et particularité

Quand la grossesse prend fin

Grossesse nerveuse

Grossesse à risques

Forum amniocenthèse

Forum fausse couche : on se soutient.

Accouchement prématuré

Grossesse multiple

Mode femme enceinte

Mode future maman au quotidien

Lingerie et maillots de bain femme enceinte

Tenues de soirées pour la future maman

Forum ligne et garde-robe

Forum mode et tendances

Forum soin de la peau

Stars enceintes

Sexe et grossesse

Forum sexualité et bien-être pendant la grossesse

Sexualité et grossesse

KamaSutra de la grossesse

Grossesse semaine par semaine

Grossesse mois par mois

Dico de la grossesse

Dico de l’accouchement

Calendrier de grossesse

Vidéos grossesse

Vidéos relaxation bien-être grossesse

Vidéos tout savoir sur l’accouchement

Vidéos l’évolution du foetus

Vidéos la santé de la femme enceinte

Tests et quiz grossesse

Prénoms Bébé Enfant & ado École Femme Recettes Santé Bébé Cadum La familiale Actu Astro La maison des maternelles Beauté Boutique Déco & DIY Vie pratique Nos services Jeux concours Gagnez un an de couches Je suis enceinte Forum Newsletter

Je certifie ne pas envoyer d’e-mail indésirable
Mouais… Petites contractions dès le 4ème mois, qui n’ont a posteriori rien à voir avec celles du travail. Celles du jour J. Heureusement que mon compagnon a pris les devants car j’étais partis pour rester à la maison « pour attendre les signes, les vrais, ceux qui rentrent dans un scheme qu’on vous indique comme ceux de votre semblant d’article. 1ère contraction à 2heures, ma fille est né 1h44 plus tard – autant vous dire que la peridurale je n’ai pas eu le temps de la connaître — heureusement nous n’étions pas loin de la maternité. 1er enfant et pas de patho particulière. Je m’étais tellement conditionné à ce genre de propos, d’articles (peut-on franchement même parler d’article ci-dessus — mais tellement incomplet cela en est anecdotique) que pour moi il fallait ATTENDRE, attendre… Et non je ne suis pas d’accord. Attention à ce que vous écrivez, nuancez un peu, soyez plus précis et si vous devez faire 300 signes avertissez les lectrices qu’il faut approfondir leurs lectures — des liens à poster par exemple et auxquels elles pourront se referer.
Pascaline, 28 ans, n’a jamais ressenti une seule contraction de toute sa grossesse. Elle est arrivée à lamaternitéun samedi matin. « J’ai perdu les eaux et j’ai un peu mal au ventre », a-t-elle expliqué. Lasage-femmede service l’a examinée avant de l’accompagner immédiatement en salle de naissance… Le col de l’utérus était dilaté à 8 centimètres ! Une heure et quinze minutes plus tard, son bébé poussait son premier cri. Si le cas existe, il est relativement rare. La presque totalité des femmes enceintes ressent fréquemment  des contractions qui vont en s’intensifiant  au fur et à mesure que se rapproche la naissance.  L’utérus est un muscle creux et lisse et, comme tout muscle, il est composé de fibres qui ont le pouvoir de se contracter. Et pas seulement quand on est enceinte, au moment des règles par exemple ! Pendant la grossesse, en raison du développement de l’utérus,  les contractions sont physiologiques et deviennent perceptibles vers lequatrième mois . Indolores, de faible ampleur, ces contractions dites de Braxton-Hicks (du nom des médecins qui les ont étudiées) n’ont rien d’alarmant. En fait, l’utérus se prépare et s’entraîne à l’accouchement. Sa partie inférieure s’étire pour aider la tête du bébé à s’installer dans le petit bassin.  Sous l’effet de la contraction (qui dure 15 à 45 secondes environ, sans rythme ni périodicité précis), le ventre se tend et se durcit, ce qui réveille quasi inévitablement la future mère inquiète qui sommeille en chacune d’entre nous… Un geste simple permet de   reconnaître cette contraction . Allongez-vous sur le dos, les jambes repliées. S’il s’agit d’une contraction, il devient impossible d’enfoncer le bout de vos doigts dans votre ventre ! Mais, faut-il le préciser, il n’y a pas à s’inquiéter pour le bébé. Lui nage en plein bonheur, caressé par le liquide amniotique – incompressible – qui le protège dans la cavité utérine. Il dort comme à l’ordinaire puisque le sommeil l’occupe vingt heures sur vingt-quatre !
Les contractions sont un phénomène qui préoccupe nombre de futures mères, surtout celles qui attendent leur premier enfant. C’est une sensation nouvelle, et elles s’inquiètent pour la suite de leur grossesse. Le plus souvent inutilement.  Pour l’anecdote, et sans qu’il y ait de véritable explication, on a remarqué que les femmes grandes et minces avaient en général un utérus tonique, et étaient donc peut-être plus sensibles à ces tensions. Les femmes anxieuses, très à l’écoute de leur corps et la main sur le ventre en permanence, sont les premières “victimes” des contractions. Elles sont à leur affût, les comptent, les recomptent… mais heureusement, n’accouchent pas prématurément pour autant.  Et puis, il faut bien le dire,  la sensibilité aux contractions dépend aussi de notre réceptivité à la douleur . Là où certaines ne ressentiront qu’une petite tension dont elles ne se soucieront guère, les autres diront éprouver un pincement désagréable, voire douloureux. Perceptions différentes pour un même phénomène…
Au fil des mois,  les contractions   s’intensifient , et c’est tout à fait normal. L’utérus se détend sous le poids du bébé (imaginez quand il s’agit de jumeaux !) et du liquide amniotique, ses fibres deviennent plus élastiques et plus contractiles, par effet réflexe. On sait aussi qu’au cours des dernières semaines,  la progestérone , l’hormone de la grossesse chargée de relâcher l’utérus, perd de son efficacité et ne parvient plus à  freiner les contractions . D’où leur montée en puissance… En principe, elles devraient être toujours indolores. Il existe pourtant des cas où votre utérus – stimulé par la tension générale du corps – se contracte brusquement, parfois douloureusement, avant de se détendre quelques secondes plus tard. – Les causes les plus fréquentes des contractions Vous êtes stressée par un chef pointilleux ou des soucis familiaux ? Votre rythme de vie est un peu trop trépidant ? Vous avez une ou deux heures de transport quotidien, un enfant en bas âge qu’il faut encore porter, une grande maison avec des escaliers, un travail exigeant une station debout… ? Vous avez été amenée à faire des efforts physiques comme pousser chaque semaine un plein chariot de supermarché ou déménager – ce qui, d’après les professionnels, est extrêmement courant chez les futurs parents trop à l’étroit ?  Les contractions surviennent généralement le soir , après la fatigue d’une longue journée ou simplement à cause d’un changement de position – et même d’un éternuement ! – A partir de combien de contractions par jour faut-il s’inquiéter ? Quatre ou cinq contractions en vingt-quatre heures , quand elles durent moins de quarante-cinq secondes, ce n’est pas inquiétant, surtout si vous avez le sentiment d’en avoir trop fait. Mais si leur nombre dépasse dix par jour et qu’elles sont ressenties douloureusement, il faut consulter. Le risque ? Que les tractions exercées sur les fibres de l’utérus encouragent ce muscle à commencer son travail et que la dilatation du col survienne trop tôt.
Un emploi du temps allégé, une surveillance renforcée Votre gynéco ou la sage-femme qui suit votre grossesse vous examinera après vous avoir interrogée. Si le col de l’utérus n’a pas bougé,  ces tensions de l’utérus sont parfois le signe de la présence d’une infection, généralement urinaire ou vaginale . Il s’agit le plus souvent de la bactérie Escherichia coli, du streptocoque B ou du champignon Candida albicans. Selon la nature de l’infection, le médecin ou la sage-femme vous prescrira des ovules antiseptiques, antibiotiques ou antifongiques. Pour faire cesser  les contractions,  on vous demandera de revoir votre emploi du temps : travailler de façon plus raisonnable, faire des pauses dans la journée et aussi des nuits plus longues.  Quand  les contractions agissent directement sur le col de l’utérus , cela devient plus sérieux. Si le col s’est un peu raccourci et que seul son orifice externe s’est ouvert, on prescrit un arrêt de travail et une surveillance à domicile par une sage-femme au moins une fois par semaine. Il n’est pas question de rester au lit toute la journée mais simplement de se reposer : faire la grasse matinée et une sieste en début d’après-midi, mettre un frein aux travaux ménagers lourds (ménage à fond, nettoyage des vitres…), demander l’aide du papa ou d’une grand-mère pour les enfants…  La surveillance se renforce encore quand le col de l’utérus s’est franchement modifié. S’il s’est beaucoup raccourci et que son orifice interne a commencé à s’ouvrir, il y a alors un risque d’ accouchement prématuré . Dans la plupart des cas, les médecins ont recours à l’hospitalisation pour protéger le bébé. La future mère est mise au repos total. Si, en raison de contractions toujours importantes, l’alitement n’est pas suffisant, des médicaments (par perfusion ou voie orale) seront indispensables. Grâce à eux, l’utérus va se relâcher – les contractions vont donc diminuer – et la grossesse se poursuivra tranquillement et le plus longtemps possible. Puis, si nécessaire – lorsque la grossesse est de moins de 7 mois et demi -, des corticoïdes sont prescrits afin d’accélérer la maturation des poumons du foetus.  La grossesse n’est pas une maladie mais l’organisme d’une femme enceinte est tout de même mis à rude épreuve. Quelques précautions sont donc indispensables pour  éviter que les contractions n’arrivent trop tôt , la première étant de ne pas trop en faire !
Vous avez mal au ventre ? Pendant la grossesse, vous pouvez ressentir des petites douleurs qui ne sont pas des contractions. Apprenez à les reconnaître.  – Les mouvements dufœtus   Dans l’utérus, le bébé bouge beaucoup. Au sixième mois, il fait en moyenne 20 à 60 mouvements par demi-heure, parfois bien plus. Il effleure la paroi utérine, la touche, la cogne, la pousse avec ses pieds, ses mains, sa tête ou son dos. La pression due à ces mouvements est importante mais elle ne durcit le ventre maternel qu’en partie, et non dans sa totalité comme le fait une contraction.  – Les douleurs ligamentaires   L’utérus est suspendu aux os du bassin par des ligaments. Ceux-ci sont étirés du fait de la croissance du muscle utérin, qui change de forme et s’alourdit, et ils peuvent être douloureux. Ce sont aussi tous les autres ligaments situés autour du bassin qui deviennent peu à peu sensibles (sous l’influence des hormones également). D’où ces petits coups d’aiguille et sensations de cisaillement qui prédominent des deux côtés de l’aine et à la hauteur du pubis. Ces douleurs sont plus ou moins constantes, particulièrement en fin de grossesse, contrairement aux contractions qui vont et viennent !  – Les ballonnements   Ce sont les effets désagréables d’une sécrétion accrue de progestérone par leplacenta . Elle provoque une rétention d’eau et ralentit le transit intestinal, ce qui gonfle les intestins. Votre ventre est ballonné et distendu. Vous pouvez ressentir sur le trajet du côlon une douleur plus ou moins vive et plus longue que celle d’une contraction (qui, elle, ne dépasse pas une minute durant la grossesse).
Lorsque des contractions se manifestent (sous l’effet du stress, de la fatigue ou de l’énervement), le mieux, c’est de vous allonger car elles s’atténuent avec le repos. Détendez-vous et respirez profondément. Si vous êtes vigilante, vous pouvez limiter leur apparition au quotidien.  -Dans les transports   La station debout est très fatigante. N’hésitez pas à demander une place assise dans les transports en commun : vous êtes prioritaire. Pour éviter les heures de pointe, voyez avec votre chef s’il est possible de décaler vos horaires de travail. Les longs trajets en voiture ne sont pas non plus recommandés – à cause des vibrations. Celles-ci entraînent en effet un relâchement des ligaments de l’utérus et des contractions.  -Au travail   Si vous devez rester debout, prenez appui sur vos deux pieds de manière à ne pas faire reposer le poids du corps sur une seule jambe. Ménagez-vous régulièrement des pauses en position assise. Au bureau, économisez vos gestes : ne levez pas les bras pour attraper un livre sur l’étagère la plus haute. Demandez plutôt à une collègue de vous aider. Pour vous baisser et ramasser un dossier, pliez les genoux et remontez doucement. Évitez de monter les escaliers dix fois par jour, prenez si possible l’ascenseur.  -Dans la journée   Ne soulevez pas de lourdes charges : cela augmente la tension des muscles de l’abdomen et de l’utérus. Pour porter vos courses, équilibrez la charge de chaque côté du corps. Gare aussi aux files d’attente devant les caisses des magasins ou le week-end au cinéma… Le piétinement fatigue et ne facilite pas la circulation sanguine.  -A la maison   Chaque soir, en rentrant du travail, avant de vaquer à vos occupations ou de préparer le dîner, réservez-vous un quart d’heure de repos. Allongez-vous au calme en surélevant vos jambes. Le week-end, faites la sieste, vous serez moins fatiguée le soir. Au quotidien, bannissez les gros travaux ménagers : lessiver les murs, soulever un plein panier de linge, déplacer les meubles… Faites-vous aider ! Quand vous repassez ou épluchez les légumes, asseyez-vous, votre ventre tirera moins. Et si vous êtes obligée de déménager, ne portez pas les cartons. D’autres le feront à votre place.  -Avec les enfants   Dans la mesure du possible, évitez de porter trop souvent votre aîné.
Toutes les futures mamans ont peur de ne pas réussir à  reconnaître les « bonnes »   contractions , celles qui permettent  ladilatation du col de l’utérus  et indiquent que la naissance est imminente. Elles sont plus régulières et plus intenses que celles ressenties lors des dernières semaines de la grossesse. C’est  l’association « contraction + douleur + régularité »  (toutes les cinq minutes pendant trente secondes depuis deux heures) qui donne le signal du départ pour la maternité. Et, une petite voix intérieure vous dit que c’est le moment !

qu est ce qu une contraction

Club Doctissimo
Devenir membre
Mon profil
Se connecter
Déconnexion
Forums
Chat

BeautyLab
Doctipharma
Mon Docteur

Un article
Un médicament

Santé
Médicaments
Grossesse
Bébé
Beauté
Forme
Nutrition
Recettes
Famille
Animaux
Psycho
Sexo
Vidéos
Tests

Accueil
Grossesse
Accouchement
Contractions de l’accouchement
Contractions de travail

Contractions : sachez distinguer les « vraies » des autres

Douleur et grossesse : quand s’inquiéter ?
10 astuces pour calmer les fausses contractions

Ma grossesse mois par mois
Les différentes méthodes de préparation à l’accouchement
Idées reçues sur l’accouchement
Suites de couches : les idées reçues
Différentes positions de l’accouchement

Forum Accouchement
Forum Grossesse

Pour recevoir nos newsletters ou modifier votre inscription, veuillez saisir votre email

Newsletter Hebdo
Newsletter Vidéo
Newsletter Test
Newsletter Beauté
Newsletter Recette
Newsletter Sexo
Développement Personnel

La newsletter grossesse
Je m’abonne

La newsletter bébé
Je m’abonne
RETROUVEZ NOUS SUR

Facebook
Twitter
Youtube
Google
Pinterest
Instagram

NOS APPLICATIONS

Le Club
Docti TV
Grossesse
Ovulation
Doctipharma
Mal de dos

Forum Santé
Forum Beauté
Forum Famille
Forum Cuisine
Forum Nutrition
Forum Psychologie
Forum Loisirs
Forum Voyages
Forum Environnement

Forum Mode
Forum Sexualité
Forum Vie pratique
Forum Médicaments
Forum Forme et sport
Forum Grossesse et bébé
Forum People
Forum Animaux
Forum des Blogs

Club Doctissimo-
Annuaire des Doctinautes-
Chat-
Blogs-
Albums photos

Plan du site
Plan de la rubrique grossesse
Index Grossesse

A lire aussi
Choisir le sexe
Fécondation in vitro
Maternité tardive
Symptômes Grossesse
Test de grossesse

Guides
Guide des prénoms
Guide des maternités
Congés maternité
Date d’accouchement

Services et partenaires
Gravidanza
Embarazo

Suivez-Nous :

Contactez la rédaction
Contactez la régie

Le groupe

Doctissimo España
Doctissimo Italia
Lagardère
Lagardère entertainment

Mon docteur
DoctiPharma
Santé des voyageurs

Le site

Qui sommes nous ?
Comité d’experts de Doctissimo
Charte d’utilisation

Mentions légales
Recrutement
Charte données personnelles et cookies

A quoi ressemble une contraction ? », « Comment reconnaître les contractions de travail ? »… Dès le début d’une grossesse, surtout si c’est la première, vous serez préoccupée par les fameuses contractions. Pour vous aider à mieux les connaître, nous avons interrogé deux spécialistes de la grossesse.
On distingue deux grands types de contractions utérines : les « vraies » contractions de travail et les contractions au cours de la grossesse, qui sont normales tant qu’elles ne sont ni trop rapprochées, ni douloureuses.

 » L’ utérusest un muscle : dès qu’il est stimulé, il se contracte « , explique Françoise Damageux, sage-femme à la maternité de Poissy-Saint-Germain. Les fibres de ce muscle creux sont disposées en trois couches superposées dans des directions contraires, anatomie qui permet de produire un maximum de poussées au moment de l’ expulsion .
Bien avant lescontractionsde mise en travail influencées par les hormones de fin de grossesse, vous pouvez avoir des contractions, en général à partir du4ème mois de grossesse . Ce que vous ressentirez ? Votre utérus durcit (si vous posez vos mains sur votre ventre, vous le sentez uniformément dur), puis se détend (votre ventre redevient souple). Le tout dure 1 à 2 minutes. Vous pouvez avoir une sensation de gêne respiratoire pendant la contraction. « Ce sont des petites contractions physiologiques du muscle utérin, jusqu’à 10 ou 15 par jour au cours du dernier trimestre de grossesse », indique le Pr Deruelle, gynécologue-obstétricien au CHRU de Lille.
Elles ne sont alors ni douloureuses, ni régulières et n’ont aucun effet sur le col de l’utérus. En fait,  » l’utérus peut être stimulé par la distension utérine « , explique Françoise Damageux. Votre utérus pèse ainsi plus en fin de journée, quand vous êtes fatiguée. Cela peut entraîner des contractions. Autres occasions propices aux contractions pendant la grossesse : la station debout prolongée, le changement de position (de la station debout à assise par exemple), un effort un peu violent, des voyages longs en voiture ou en transports en commun…  » Vous pouvez aussi avoir des contractions si vous avez uneinfection urinaireou après uneamniocentèse « , informe la sage-femme.
Les contractions qui intéressent les femmes enceintes, en particulier lors de la première grossesse (primipares ), ce sont surtout celles qui annoncent l’accouchement  !  » Les contractions de travail sont très différentes des contractions au cours de la grossesse « , indiquent les deux spécialistes. « Ces contractions ont un rythme régulier, elles montent sous forme de vagues et vous ressentez un soulagement entre deux », indique le Pr Deruelle.  » Elles augmentent en intensité et en fréquence et ne cessent pas au repos « , ajoute Françoise Damageux. Et elles sont de plus en plus douloureuses !  » Avant ces contractions qui annoncent l’accouchement, vous pouvez avoir senti le bébé descendre dans le bassin ou avoir perdu lebouchon muqueux « , précise le Pr Deruelle.  » Ces contractions peuvent aussi être accompagnées par larupture de la poche des eaux « , ajoute la sage-femme. Ces contractions des fibres du muscle utérin -qui se termine par le col de l’utérus- dilatent le col de l’utérus et poussent en même temps le bébé vers le bas.
Vos sensations ? Elles diffèrent selon les femmes, mais dans l’ensemble, les contractions de travail sont décrites comme des spasmes, des crampes, des douleurs de coliques, de règles. La douleur peut irradier dans les cuisses, dans le dos.  » Les contractions font mal mais pas de la même façon chez toutes les femmes », indique Françoise Damageux. « En outre, nous n’avons pas toutes la même résistance à la douleur « , ajoute-t-elle. Vous pouvez demander unepériduraledès que vous avez trop mal. Sans vous sentir coupable !
Les contractions pendant la grossesse sont normales mais certains signes doivent vous alerter.  » Si vous avez des contractions douloureuses, quel que soit le stade de la grossesse, consultez « , conseille le Pr Deruelle. Idem si vous avez des contractions de plus en plus fréquentes, qui s’enchaînent, ou alors accompagnées de pertes de sang. Que faire quand vous avez des contractions avant le terme ?  » Couchez-vous et prenez duSpasfon  ; si les contractions ne passent pas, il faut aller vous faire examiner « , indique Françoise Damageux. Votre médecin ou sage-femme fera un toucher vaginal afin de s’assurer que le col ne s’est pas modifié. Si vous pensez que vous avez des contractions de travail, qui augmentent en intensité et en fréquence et sont douloureuses,  » dans le doute, mieux vaut consulter au bout d’une heure « , conseille Françoise Damageux.
On pourra ainsi vous dire si vous êtes bien en travail ou si c’est unfaux travail  :  » Dans ce cas, la femme a de vraies contractions mais qui n’ont pas d’efficacité sur le col « , indique le Pr Deruelle. Ces contractions vont s’arrêter mais ne sont pas inutiles.  » Elles positionnent bien le bébé « , explique la sage-femme. Le vrai travail ne tardera pas !
– Interview de Françoise Damageux, le 2 juillet 2012- Interview du Pr Deruelle, le 3 juillet 2012
Chaque semaine, votre suivi de grossesse personnalisé :voir un exemple

qu est ce qu une contraction

Connexion
Inscription
Forums

Envie d’un bébé
Prénoms
Recettes
Diaporamas
Kits gratuits

Réponses d’experts
Quiz

Oui, pour certains maux en particulier (douleurs dentaires…)
Le saviez-vous ? Enceinte, la grossesse entraîne déjà une élévation de la température corporelle, environ 37°5 à 37°8, due aux hormones et à une augmentation…
Félicitations, vous êtes enceinte ! Pour vivre pleinement et sereinement cette période, Enfant.com vous propose de vous abonner, gratuitement aux 39…
Les croyances autour de la naissance sont nombreuses. Si certaines sont avérées, d’autres méritent d’être précisées… C’est ce que nous avons demandé à nos…
Beaucoup de mamans trouvent le séjour à la maternité trop court pour poser toutes leurs questions. Résultat, quand elles rentrent chez elles avec leur bébé,…
Pas facile de choisir la première poussette pour son bébé, c’est un achat important. Nos conseils pour faire le bon choix et notre sélection des meilleures…
Entre 4 et 6 mois, votre bébé va découvrir de nouvelles saveurs à l’heure de la diversification. Voici nos conseils pour le guider et l’accompagner dans…
Confortable, autant pour vous que pour votre enfant, la poussette-canne est surtout intéressante pour son côté pratique. Compacte et peu encombrante, c’est…
Les boissons hydratent votre enfant et boire est un besoin vital. Mais toutes ne se valent pas. Tour d’horizon de leurs avantages ou de leurs inconvénients,…
Il vous dit « non » ou « pas » ! Il se sauve en courant, hurle et tape. Lui qui était si mignon. C’est qu’entre 16 mois et 3 ans et demi, votre petit diable…
Lui ne porte que des pantalons… alors, les jupes des filles, ça l’intrigue ! A tel point qu’il s’est fait une sacrée réputation à l’école. A vous de lui…
Héros des tout-petits, décors féériques ou animaux magnifiques : tous nos modèles de coloriages à découvrir, à imprimer et à colorier. En avant les histoires !
Aujourd’hui, il a mal à la tête, hier c’était le ventre, et demain il aura sûrement un bobo à vous montrer après l’école… Une chose est sûre, votre enfant…
Après la tempête œdipienne, votre enfant est maintenant moins tourmenté par ses pulsions sexuelles. Comment aborder avec lui la question de la sexualité en…
Bayam, une expérience évolutive innovante pour permettre aux enfants de 3 à 11 ans de découvrir le numérique dans un univers apaisé et sans publicité ! Une…
Difficile d’apprendre à dessiner ? Pas du tout ! Avec nos vidéos pas à pas, votre artiste en herbe va apprendre les bons gestes pour dessiner princesses,…
Trouver une assistante maternelle pour votre enfant ? Pas facile ! Voici nos conseils pour trouver celle qu’il vous faut à vous et votre enfant et nos…
Pour trouver une place en crèche, la chance ne suffit pas toujours. Etre bien informée, préparée et motivée, voilà la clef pour décrocher le Graal. Laure…
Assurer la sécurité de votre enfant, qui saurait le faire mieux que vous ? Mais quand vous n’êtes pas là, vous devez déléguer la responsabilité de veiller…
Le 18 juin, les papas sont à la fête ! Trouver un cadeau n’estpas toujours facile… c’est pourquoi nous vous proposons cette sélection pour papa sportif,…
Votre grossesse vous a laissé en souvenir quelques kilos en trop ? Pour les faire fondre, voici quelques bonnes habitudes à adopter le cœur léger !
Le bricolage et le jardinage à la maison représentent 300 000 accidents annuels et les hommes en sont les principales victimes : 82 % pour les accidents de…
Un déjeuner sur l’herbe… la bonne idée ! Côté festin, nous vous proposons quelques idées de sandwiches, tartines, brochettes, tartes salées, salades,…
Disponible toute l’année, la courgette est l’un des premiers légumes que votre bébé pourra déguster. Découvrez vite nos idées recettes pour petits et grands !
Votre jeune gourmet ne jure que par les pâtes, les pommes de terre et les céréales ? Classique ! La seule bonne recette pour lui donner le goût des légumes,…
Bonne fête papa ! Proposez à vos coquins de le dire avec une jolie carte pleine de tendresse. Pour la Fête des pères, nous vous proposons 20 cartes gratuites…
Enfant.com et Pepahart vous proposent de personnaliser des vêtements et des objets avec des étiquettes autocollantes personnalisées.
J’sais pas quoi faire… Qu’est-ce que je peux faire ? Et si vous lui proposiez un de nos bricolages. Un robot recyclé, des animaux en pâte à sel, des…
Le temps est au beau fixe, la température grimpe… comme Capucine, 10 mois, votre bébé y est sans doute très sensible. Aurore, sa maman, sait comment…
Félix, Hope, Noham, Joy…tous ces prénoms ont un point commun : ils signifient joie, espoir ou autre bonheur !Des prénoms pour bébé pleins de promesses et…
Faire des bisous à papa pour sa fête… c’est normal… mais lui offrir une enveloppe à bisous, c’est plus original ! Une idée de bricolage spéciale petites…
Une contraction, c’est quoi au juste ? Le ventre qui se tend, se durcit, devient douloureux ! Toutes les précisions avec Francine Dauphin, sage-femme.
Réalisation :Nimrod
Montage :Nimrod
Réalisation :Maryse Damiens
2tant a 8mois de grosesse de mon 1er enfant cette vidéo m’a beaucoup aidé!! tout y est trés clair et confirme que le moment tant attendu se prépare…
C’est très clair ! Merci beaucoup !!
je vouler sa voire pour maman a la des contrason je main caite a les en sainte de 8 moi je veux sa voire
si toutes les sage femmes expliquaient aussi clairement,ça serait le top!!!merci pour ces explications…
Enfant.com, tous les conseils pour la future maman et le futur papa sur la grossesse et l’accouchement,
et pour les parents sur l’éveil du bébé, l’éducation, la santé et la psycho de l’enfant.
ENFANT.COM APPARTIENT AU GROUPE BAYARD
GROUPE BAYARD :
Notrefamille.com 
Enfant.com 
Familiscope.fr 
Notretemps.com 
Schule-und-familie.de 
Conmishijos.com
© 2017 Enfant.com – Tous droits réservés – Un site du groupe Bayard

qu est ce qu une contraction

Connexion
Inscription
Forums

Envie d’un bébé
Prénoms
Recettes
Diaporamas
Kits gratuits

Réponses d’experts
Quiz

Oui, pour certains maux en particulier (douleurs dentaires…)
Le saviez-vous ? Enceinte, la grossesse entraîne déjà une élévation de la température corporelle, environ 37°5 à 37°8, due aux hormones et à une augmentation…
Félicitations, vous êtes enceinte ! Pour vivre pleinement et sereinement cette période, Enfant.com vous propose de vous abonner, gratuitement aux 39…
Les croyances autour de la naissance sont nombreuses. Si certaines sont avérées, d’autres méritent d’être précisées… C’est ce que nous avons demandé à nos…
Beaucoup de mamans trouvent le séjour à la maternité trop court pour poser toutes leurs questions. Résultat, quand elles rentrent chez elles avec leur bébé,…
Pas facile de choisir la première poussette pour son bébé, c’est un achat important. Nos conseils pour faire le bon choix et notre sélection des meilleures…
Entre 4 et 6 mois, votre bébé va découvrir de nouvelles saveurs à l’heure de la diversification. Voici nos conseils pour le guider et l’accompagner dans…
Confortable, autant pour vous que pour votre enfant, la poussette-canne est surtout intéressante pour son côté pratique. Compacte et peu encombrante, c’est…
Les boissons hydratent votre enfant et boire est un besoin vital. Mais toutes ne se valent pas. Tour d’horizon de leurs avantages ou de leurs inconvénients,…
Il vous dit « non » ou « pas » ! Il se sauve en courant, hurle et tape. Lui qui était si mignon. C’est qu’entre 16 mois et 3 ans et demi, votre petit diable…
Lui ne porte que des pantalons… alors, les jupes des filles, ça l’intrigue ! A tel point qu’il s’est fait une sacrée réputation à l’école. A vous de lui…
Héros des tout-petits, décors féériques ou animaux magnifiques : tous nos modèles de coloriages à découvrir, à imprimer et à colorier. En avant les histoires !
Aujourd’hui, il a mal à la tête, hier c’était le ventre, et demain il aura sûrement un bobo à vous montrer après l’école… Une chose est sûre, votre enfant…
Après la tempête œdipienne, votre enfant est maintenant moins tourmenté par ses pulsions sexuelles. Comment aborder avec lui la question de la sexualité en…
Bayam, une expérience évolutive innovante pour permettre aux enfants de 3 à 11 ans de découvrir le numérique dans un univers apaisé et sans publicité ! Une…
Difficile d’apprendre à dessiner ? Pas du tout ! Avec nos vidéos pas à pas, votre artiste en herbe va apprendre les bons gestes pour dessiner princesses,…
Trouver une assistante maternelle pour votre enfant ? Pas facile ! Voici nos conseils pour trouver celle qu’il vous faut à vous et votre enfant et nos…
Pour trouver une place en crèche, la chance ne suffit pas toujours. Etre bien informée, préparée et motivée, voilà la clef pour décrocher le Graal. Laure…
Assurer la sécurité de votre enfant, qui saurait le faire mieux que vous ? Mais quand vous n’êtes pas là, vous devez déléguer la responsabilité de veiller…
Le 18 juin, les papas sont à la fête ! Trouver un cadeau n’estpas toujours facile… c’est pourquoi nous vous proposons cette sélection pour papa sportif,…
Votre grossesse vous a laissé en souvenir quelques kilos en trop ? Pour les faire fondre, voici quelques bonnes habitudes à adopter le cœur léger !
Le bricolage et le jardinage à la maison représentent 300 000 accidents annuels et les hommes en sont les principales victimes : 82 % pour les accidents de…
Un déjeuner sur l’herbe… la bonne idée ! Côté festin, nous vous proposons quelques idées de sandwiches, tartines, brochettes, tartes salées, salades,…
Disponible toute l’année, la courgette est l’un des premiers légumes que votre bébé pourra déguster. Découvrez vite nos idées recettes pour petits et grands !
Votre jeune gourmet ne jure que par les pâtes, les pommes de terre et les céréales ? Classique ! La seule bonne recette pour lui donner le goût des légumes,…
Bonne fête papa ! Proposez à vos coquins de le dire avec une jolie carte pleine de tendresse. Pour la Fête des pères, nous vous proposons 20 cartes gratuites…
Enfant.com et Pepahart vous proposent de personnaliser des vêtements et des objets avec des étiquettes autocollantes personnalisées.
J’sais pas quoi faire… Qu’est-ce que je peux faire ? Et si vous lui proposiez un de nos bricolages. Un robot recyclé, des animaux en pâte à sel, des…
Le temps est au beau fixe, la température grimpe… comme Capucine, 10 mois, votre bébé y est sans doute très sensible. Aurore, sa maman, sait comment…
Félix, Hope, Noham, Joy…tous ces prénoms ont un point commun : ils signifient joie, espoir ou autre bonheur !Des prénoms pour bébé pleins de promesses et…
Faire des bisous à papa pour sa fête… c’est normal… mais lui offrir une enveloppe à bisous, c’est plus original ! Une idée de bricolage spéciale petites…
Elles vous clouent de douleur sur la table de travail. Et pourtant, sans les contractions, pas d’accouchement ! Non seulement elles sont indispensables pour ouvrir le col et pousser votre bébé vers la sortie, mais leur rôle commence bien plus en amont, pendant la grossesse. Et se continue après la naissance…
Vous pensiez que les contractions ne se déclenchaient qu’au moment de l’accouchement ? Erreur ! Elles vous accompagnent tout au long de votre grossesse. Explications.
Une contraction, c’est quoi au juste ? Le ventre qui se tend, se durcit, devient douloureux ! Toutes les précisions avec Francine Dauphin, sage-femme.
Ce sont elles qui provoquent la rétraction des fibres musculaires de l’utérus, facilitant la dilatation du col et le passage du bébé le jour de l’accouchement. Mais savez-vous les reconnaître ? Les contractions sont-elles toutes douloureuses ? Quand s’inquiéter ?
Le jour de l’accouchement, il est important de bien respirer pendant les contractions pour vous aider à mieux gérer la douleur. Caroline Schoch, sage-femme, vous explique les techniques de respiration pour être au point le jour J.
« Ce n’est rien madame, ce sont vos tranchées ! » Voilà ce qu’on vous répondra quand vous vous plaindrez de souffrir de contractions dans les jours suivant l’accouchement. Mais encore… Pourquoi ces douleurs, comment les calmer ? Les explications du Pr Jacques Lansac, gynécologue-obstétricien.
Posez vos questions et partagez votre expérience dans leforum santé et grossesse .
Enfant.com, tous les conseils pour la future maman et le futur papa sur la grossesse et l’accouchement,
et pour les parents sur l’éveil du bébé, l’éducation, la santé et la psycho de l’enfant.
ENFANT.COM APPARTIENT AU GROUPE BAYARD
GROUPE BAYARD :
Notrefamille.com 
Enfant.com 
Familiscope.fr 
Notretemps.com 
Schule-und-familie.de 
Conmishijos.com
© 2017 Enfant.com – Tous droits réservés – Un site du groupe Bayard

qu est ce qu une contraction

Voila enceinte de mon premier enfant je sais pas si jai des contraction je suis a 6 mois et 4 jours et jai mal au ventre comme quand on a une gastro desoler du detail mais ses pour vous decrire un peu quelle sorte de douleur c’est le ventre se durcit un peu et jai comme la nauser
Merci pour vos reponce petite fille prevu pour le 19 decembre
Ça m’intéresse aussi de savoir car j’attend mon 1er bébé aussi et je ne sais pas ce que sont des contractions mais apparemment c’est comme des douleurs de règles en beaucoup plus fort ou comme 1 crise de colite. Si c’est ça je sais a quoi m’attendre car j’en fais de temps en temps et ça fait très mal au bide :( c’est pas rassurant tout ça mais bon on est bien obligé d’y passer maintenant lol.
Ben les contractions peuvent être douloureuses ou pas. Quand c’est douloureux ça ressemble à des douleurs de règles douloureuses et le ventre se contracte puis se relâche et ça plusieurs fois de suite! Quand c’est comme ça il vaut mieux aller aux urgences, car à 6 mois c’est pas vraiment normal. Il y a les contractions non douloureuses, le ventre se contracte aussi et se relâche. Quand c’est juste 2 à 3 fois dans la journée c’est pas grave, ça veut juste dire qu’il faut que tu te repose… Donc tu t’allonge au calme et tu te détends au Max. Mais si les contractions reviennent plusieurs fois dans la minute, c’est pas normal non plus il faut aller aux urgences!
Je tiens à préciser que j’attend aussi mon 1er bb, seulement je parle par expérience car je suis passée par là et ce sont les explications que mon gygy m’a donné…

http://neomamma.fr/parent/comment-reconnaitre-les-contractions/

Cet article devrait répondre a ta question…

contraction

Vous êtes enceinte et vous vous demandez ce que vous ressentirez lorsque vous aurez des contractions? Vous avez déjà eu des contractions, et vous vous demandez comment vous ferez la différence avec les contractions d’un début de travail?

Une contraction, c’est quoi?

contraction
Définition:« Les contractions au cours de la grossesse sont des spasmes de l’utérus qui durcissent le ventre. Les femmes enceintes peuvent ressentir quelques contractions au cours de leur grossesse. Elles sont en général peu douloureuses, peu fréquentes et isolées. Elles peuvent être dues à la fatigue ou un effort trop intense. En cas de contractions trop fréquentes ou régulières, une mise au repos, accompagnée parfois d’un traitement antispasmodique peut être utile. Avant l’accouchement les contractions vont devenir plus douloureuses, plus rapprochées et persistantes ; un examen gynécologique mettant en évidence des modifications du col de l’utérus signe le début du processus d’accouchement »

Il existe différents types de contractions:

Les contractions de braxton ikks: Ce sont des contractions tout à fait normales, et qui peuvent parfois être présentes tout au long de la grossesse: l’utérus travail, s’agrandit, et donc se contracte par réflexe et rend le ventre tout dur, pendant quelques secondes. Elles sont peu douloureuses, la plupart des femmes ne les sentent même pas. Elles peuvent être gênantes pour d’autres.

contraction de braxton hikks

Les contractions de faux ou pré-travail: ça ressemble à des douleurs de règles. Si vous n’en avez jamais eu, ça fait mal dans le bas du ventre sur les côtés, et un peu dans le bas du dos. La douleur est à mi-chemin entre la douleur d’une courbature et celle d’une colique…. Elles apparaissent généralement au 7e ou 8e mois. L’utérus commence à se préparer à l’accouchement. Elles sont assez gênantes, mais se calment avec un antispasmodique (uniquement sur conseil d’un médecin), un bain ou douche chaude, du repos.

un bain les fait passer

le repos les calme

Les contractions de travail ou de dilatation: elles commencent généralement dans les 24 à 48h qui précédent la naissance (bien qu’il arrive qu’elles soient là avant. Si c’est le cas, allez consulter votre médecin.). Elles sont très douloureuses pour la plupart des femmes (certaines affirment que c’est supportable….. ) Elles sont de plus en plus rapprochées et de plus en plus intenses pour permettre la dilatation du col de l’utérus en poussant le bébé vers le bas. On ressent le ventre et le dos qui tirent. Rien ne les fait passer. Il existe des moyen de diminuer ou supprimer la douleur (péridurale, homéopathie, bain ou douche, massages…)

contractions régulières

Les contractions d’expulsion: Après la dilatation complète du col de l’utérus, les contractions s’arrêtent un petit moment, puis les contractions d’expulsion commencent. Elles permettent de faire sortir le bébé. Elles ressemblent à une très très forte envie d’aller au toilette. Et elles sont accompagnées d’une irrépressible envie de pousser.

contractions d’expulsion

Il ne vous reste plus qu’à vous armer de courage et de patience!! Chaque contraction vous rapproche un peu plus de la rencontre avec votre bébé.

J’en suis à ma 2e grossesse, j’en suis à 28 SA et j’ai des contractions depuis le 3e mois. Je suis arrêtée et en repos total depuis 1 mois car ces contractions sont trop fréquentes et déjà douloureuses (environ 20 ou 30 par jour). J’avais eu le même problème pour ma 1ere grossesse…
Pour le moment ces contractions n’ont pas de conséquences sur le col car il est toujours fermé, mais elles sont à contrôler. D’ailleurs ma sage femme passe 1 fois /semaine pour un monitoring.
La contraction ressemble à une douleur de crampe, de colique ou douleur de règle, elles peuvent être plus ou moins douloureuses selon les femmes.
Ce qui peut te permettre de te rendre compte d’une contraction c’est de voir si ton doigts s’enfonce dans ton ventre, si ton ventre est tout dur c’est que c’est une contractions. 
Mais sincèrement je pense que tu le sentiras tout de suite quand tu auras les VRAIES contractions de travail. 
En tout cas ce que tu peux faire c’est de te poser 30 mins parfois et d’écouter ton corps tu pourras facilement détecter les contractions si tu en as. 
Kelly dis toi bien une chose …
Nous pourrions toutes te décrire les contractions de travail chacune a notre manière
Ce qui est certain c’est que le moment venu tu sauras les reconnaître ;)
Pas d’inquiétude ;))
Kelly, il y a justement eu une émission la dessus ce matin dans les maternelles, tu peux la trouver en replay sur France 5.
Plein de courage petite Audrey !!!
 je suis enceinte de 38 semaines , je pense avoir des contractions mais pas douloureuse j  ai parfois l impression d avoir le bas du dos qui durcit  le ventre aussi mais sa je ne ment rend même plus compte avec l habitude et par contre  d  avoir des coup d aiguille dans mon vagin ci qui est douloureux  . 
dites moi ci pour vous mon col travail un peut?????? j aimerais que sa ce fasse naturellement et pas être déclencher je suis a terme le 11 juillet ma fille et estime a 3 kilos 600 voir 800  sa va être un beau bébé ! 
Identifiez-vousoucréez un comptepour poster un commentaire !
Poser une question ou partager votre histoire
Rédiger
Êtes-vous sûre de vouloir supprimer ce commentaire ?
Inscrivez-vous et recevez gratuitementnos lettresd’info sur le développement de votre bébé et/ou l’évolution de votre grossesse.
jj 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 mm janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. aaaa 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008
Notre lettre d’info « Mon bébé cette semaine »Suivez le développement de votre bébé avec notre lettres d’info hebdomadaires.
Le bulletin d’info BabyCenter Recevez les dernières infos du merveilleux monde des parents, des conseils d’experts…
Les offres de nos partenairesRecevez des offres promotionnelles, des échantillons, des informations de nos partenaires BabyCenter.
Échangez avec des parents d’un bébé né en décembre 2013 et partagez vos joies et vos petits challenges du quotidien.
… plus
Suivez le développement de bébé et l’évolution de votre grossesse
S’inscrire et recevoir maintenant, par e-mail, nos articles et conseils hebdomadaires BabyCenter personnalisés. Tout sur le développement de votre bébé !
jj 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 mm janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. aaaa 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008
Notre lettre d’info « Mon bébé cette semaine »Suivez le développement de votre bébé avec notre lettres d’info hebdomadaires.
Le bulletin d’info BabyCenter Recevez les dernières infos du merveilleux monde des parents, des conseils d’experts…
Les offres de nos partenairesRecevez des offres promotionnelles, des échantillons, des informations de nos partenaires BabyCenter.
Notre site utilise des cookies afin de stocker des informations sur votre ordinateur.
Nous voulons faciliter votre visite sur notre site et vous aider à trouver rapidement les informations que vous cherchez.En utilisant notre site, nous supposons que vous consentez à l’utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies, y compris la façon de les éviter, lisez s’ il vous plaît notrepolitique de confidentialité .
Folle envie de bébé
Découvrez votre période d’ovulation et booster vos chances d’être enceinte ! Nous pouvons vous aider à identifier la période où vous êtes la plus fertile.
Le cycle menstruel : comment ça marche ? D’où viennent les bébés ? Vérifier votre période d’ovulation !
Aider bébé à dormir toute la nuit
Vous vous demandez quand bébé fera enfin ses nuits ? Nous avons des astuces et des conseils pour vous aider à comprendre son sommeil, à l’aider à s’endormir…

Habitudes de sommeil de 0 à 3 mois
Habitudes de sommeil de 6 à 9 mois
Quand bébé refuse de faire la sieste
Échangez avec d’autres mamans ! Dans le Club des Naissances, vous allez pouvoir échanger avec de jeunes ou futures mamans qui ont eu le même mois d’accouchement ou de naissance de bébé. Partagez, serrez-vous les coudes !
Rejoindre le Club des Naissances

qu est ce qu une contraction

Exprimez-vous !
Partagez votre expérience avec d’autres patients et des professionnels
Rejoignez-nous en 2 clics
Migraine

Cancer

Grossesse

Spécial été

Angine

Arthrose

Douleur

Allergies

Alcoolisme

Stress

Dermatologie

Matériel

Pneumologie

Quizz santé – Réponses

Plantes médicinales

Neurologie

Infectieux et parasitologie

Pédiatrie

Urologie

Rhumatologie

Vous êtes ici Accueil Encyclopédie médicale Contraction de la grossesse
Recevez chaque semaine l’ actualité santé

Actualité

La rédaction Vulgaris
Les experts
Les blogueurs

Communauté

Forum
Questions / Réponses
Blogs

Encyclopédie

Médicale
Phytothérapie

À propos

Déontologie
Mentions légales
Nous contacter
Conditions Générales d’Utilisation

Suivez-nous
sur facebook

sur notre flux rss

Recevez nos newsletters

Si vous rencontrez un bug ou souhaitez proposer une évolution, n’hésitez pas à nous laisser un message :
L’ utérusest constitué en majeure partie de muscle. Il est le siège decontractions , que ce soit pendant les règles, l’ovulation, un rapport sexuel, l’accouchement ou une infection etc…
Tout au long de la grossesse, grâce à laprogestérone , les contractions vont diminuer voire se bloquer. Puis, durant les derniers mois, elles apparaissent de plus en plus importantes, et pour permettre l’accouchement, vont devoir s’organiser en salves régulières, poussant le bébé vers le bas, participant ainsi à son expulsion.
Dans certaines activités sportives, les contractions peuvent apparaître de manière excessive secondaires à un effort mal dosé.
Chez la femme enceinte atteinted’ asthme(voir grossesse et asthme) traitée médicalement, certaines molécules entrant dans la composition des médicaments, diminuent les contractions de l’utérus Pour cette raison, la femme enceinte doit bien préciser à chaque interrogatoire médical ses antécédents asthmatiques.
Lors du deuxième trimestre de lagrossessedes contractions (pouvant être accompagnées ou pas d’un saignement) constituent le premier signe d’alarme d’unefausse couche , obligeant la femme enceinte à consulter rapidement son praticien.
Quand leplacentaest bas inséré, c’est-à-dire qu’il se trouve à proximité de l’orifice du col, il porte le nom de  placenta praevia . Dans ce cas de figure, si des saignements surviennent, la grossesse peut être en danger. En effet, le décollement partieldu placenta entraîne des saignements et si celui-ci est abîmé, il sécrète moins de progestérone, favorisant du même coup la survenue de contractions. Un risque de prématurité apparaît, une consultation est absolument nécessaire.
Au cours du septième mois, mais parfois vers le sixième, descontractions utérinesapparaissent, régulières, accompagnées de douleurs dans le bas-ventre. Elles ressemblent fort à des coliques ou à des crampes ; il faut s’en inquiéter. Ces contractions sont ressenties en posant la main au niveau de l’utérus, où une sensation de durcissement de l’abdomen est le signe de contraction. Ce symptôme ne doit pas se produire au-delà d’une demi-heure. Quand c’est le cas, la femme enceinte doit demander une consultation obstétricale assez rapidement, pendant laquelle entre autre un examen du col sera fait.
Un enregistrement, appelémonitoring , va permettre de surveiller les contractions de l’utérus et le rythme cardiaque du bébé.
Il se présente alors 2 situations : -Soit, le col de l’utérus est encore long, bien fermé et les problèmes se solutionneront rapidement. On recherchera alors une infection, suspectée en cas de fièvre. Une analyse des urines, mais aussi du sang, aidera les médecins à préciser le diagnostic. Le cas échéant la patiente sera sans doute dans l’obligation de prendre des antibiotiques.
Parfois il s’agit d’une patiente sportive, ou d’une femme qui a fait un effort, alors qu’elle n’était pas habituée à cela, l’interrogatoire soigneux permet de déceler une fatigue dans les jours précédents. Dans ce cas le plus souvent la femme enceinte peut rentrer chez elle, avec une prescription de repos complet. Bien entendu, il lui est demandé de surveiller la survenue de nouvelles contractions.
– Soit lecol de l’uterusapparaît court et ouvert, parfois il a même complètement disparu, on conseillera alors à la femme enceinte de rester à la maternité. Dans ces conditions, le repos absolu lui est nécessaire, de façon à bloquer les contractions.
Le plus souvent, en agissant de cette manière, l’ accouchement prématuré est évitéet au bout de quelques jours la patiente regagne son domicile.
En ce qui concerne les maladies infectieuses contractées au septième mois, comme lalistériosepar exemple, l’apparition de contractions associées à une fièvre doit faire traiter par des antibiotiques courants, sans attendre les résultats de laboratoire, car cette pathologie évolue très rapidement.
Enfin à l’approche de l’accouchement, la future maman ressent les premières contractions appeléesBraxton-Hicks , letravailest sur le point de débuter (voir accouchement).
Cescontractions , vont devenir de moins en moins isolées, et de plus en plus régulières, constituant ainsi les vraies contractions qui sont le préliminaire au travail. Elles vont se renouveler périodiquement par salves, dont l’espacement passera de 20 minutes à quelques minutes puis à quelques secondes. Elles peuvent être, dés le début, très rapprochées, ceci n’a rien d’inquiétant et n’indique pas un accouchement pendant le voyage qui va mener la femme enceinte sur son lieu d’accouchement. Ces contractions sont ressenties sous la forme de durcissement du ventre accompagné ou pas de douleurs, elles ressemblent un peu à celle que la femme supporte parfois durant ses règles. Leur localisation postérieure c’est-à-dire quand les contractions font mal dans le dos, est fréquente.
Au moment de l’accouchement, pendant la phase de travail, les contractions durent de 20 à 30 secondes, et surviennent 4 à 6 fois toutes les 10 minutes.
A quoi servent les contractions durant l’accouchement ? Par le raccourcissement du col qu’elles provoquent, appelé effacement du col , les contradictions entraînent une disparition presque complète de celui-ci, mais permettent aussi son ouverture c’est-à-dire ladilatation.
Progressivement cette dilatation atteint 10 à 12 cm et permet à la tête de l’enfant de passer.
Lors de l’accouchement provoqué (voir ce terme), par l’administration par voie intraveineuse d’une hormone appeléeocytocine , les contractions sont provoquées artificiellement par ce produit.
Vulgaris décline toute responsabilité quant à une utilisation de cette encyclopédie autre que purement informative.
La loi apporte sa protection à toute oeuvre sans distinction du genre, de la forme d’expression, du mérite ou destination (article L 112-1 CPI).
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l’article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle,
ne peut être faite de ce site sans l’autorisation expresse de l’auteur.
Vulgaris-Médical©2000-2017 Tous droits réservés

qu est ce qu une contraction

De A à Z
Dossiers
Blogues
Magazine
Infolettre
Actualités
Outils
Tests

Grossesse Ouvrir

1er trimestre
2e trimestre
3e trimestre
Accouchement
Santé et bien-être
Infolettre

0 à 12mois Ouvrir

Développement
Nourrir
Soins et bien-être
Vie de famille
Apprentissages et jeux
Fiches d’activités
Santé

1 à 3ans Ouvrir

Développement
Lecture et langage
Alimentation
Soins et bien-être
Vie de famille
Garderie
Apprentissages et jeux
Fiches d’activités
Santé
Comportement et discipline

3 à 5ans Ouvrir

Développement
Lecture et langage
Alimentation
Vie de famille
Garderie
Apprentissages et jeux
Fiches d’activités
Comportement et discipline
Santé

5 à 8ans Ouvrir

Développement
À l’école
Jouer et bouger
Fiches d’activités
Vie de famille
Lecture et langage
Alimentation
Comportement
Santé

Fréquence et intervalle des contractions
Les contractions sont régulières et l’intervalle de temps entre deux contractions diminue au fur et à mesure que le travail avance.
Les contractions sont irrégulières et ne deviennent pas de plus en plus rapprochées.
L’intensité des contractions devient de plus en plus forte.
L’intensité des contractions est faible et n’augmente pas avec le temps.
Les contractions sont de plus en plus douloureuses.
Les contractions peuvent être ressenties avec ou sans douleur.
Le col s’ouvre (dilatation) et s’amincit (effacement) progressivement.
« S’agit-il de vraies contractions? »
Votre opinion est importante. Merci de nous dire ce que vous pensez du texte :
Q1 – Est-ce que ce texte est pertinente?

Très pertinent (c’est ce que j’espérais)
Pertinent
Peu pertinent
Très peu pertinent (ce n’est pas ce que j’espérais)

Actualités
Qui sommes-nous?
Contactez-nous
Magazine
Infolettre

Twitter
Facebook
Pinterest
YouTube

Les contractions sont un signe que le travail est commencé et que vous allez bientôt accoucher. Par contre, il peut s’agir de contractions associées au « faux travail » appelées contractions de Braxton-Hicks. Voici comment les distinguer.
La fréquence des contractions se calcule à partir du début d’une contraction jusqu’au début de la suivante. Par exemple, si la première contraction commence à 10 h et la suivante, à 10 h 10, la fréquence des contractions est de 10 minutes.
La durée des contractions se calcule à partir du début de la contraction jusqu’à la fin de celle-ci. Par exemple, si une contraction commence à 10 h et qu’elle se termine 30 secondes plus tard, sa durée est de 30 secondes. La durée des contractions est habituellement calculée en secondes. Elles peuvent durer environ 30 secondes au début du travail, puis s’allonger graduellement jusqu’à 90 secondes.
Votre professionnel de la santé peut aussi faire référence à l’intervalle entre les contractions. L’intervalle se calcule à partir de la fin d’une contraction jusqu’au début de la suivante. Par exemple, si une contraction se termine à 10 h 01 et que la suivante commence à 10 h 10, l’intervalle entre les contractions est de 9 minutes.
On associe souvent ces contractions au « faux travail ».
Ce type de contractions peut survenir tout au cours de la grossesse. Elles se manifestent souvent par une sensation de serrement à l’abdomen causée par un resserrement et un relâchement de l’ utérus . Elles peuvent être inconfortables sans être douloureuses.
Souvent, elles s’estompent avec le repos en position couchée du côté gauche, ou en prenant une douche ou un bain chaud.
Certaines femmes enceintes ressentent les contractions de Braxton-Hicks durant les 3 derniers mois de leur grossesse. D’autres ne les ressentent qu’au dernier mois ou à l’approche de l’accouchement.
Contrairement aux vraies contractions :
Si vousperdez vos eauxd’un coup ou que celles-ci s’écoulent sans interruption.
Si les contractions sont régulières et surviennent à des intervalles de 5 minutes depuis au moins 1 heure. Si l’hôpital se trouve à plus de 30 minutes de votre domicile, vous pouvez envisager de partir un peu plus tôt.
Si vous êtes inconfortable ou que vous vous sentez très angoissée par le travail.
Si vous avez des doutes au sujet de ce que vous devez faire, appelez l’unité des naissances de votre hôpital.
Il est possible que l’on vous dise de rentrer à la maison si le travail n’est pas assez avancé.
Révision scientifique :Lise Ross, infirmière, M.Sc., Centre des naissances du CHUM Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir Mise à jour :Février 2013
Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.
Naître et grandir offre une source d’information fiable et validée par des professionnels de la santé. Notre site soutient les parents dans le développement de leur enfant. Naître et grandir est financé et publié par la
Fondation Chagnon .
Avertissement. Le contenu diffusé sur ce site Web ne sert qu’à des fins d’information et ne remplace pas l’opinion d’un professionnel de la santé ou du développement des enfants.

qu est ce qu une contraction

Suivez-nous

Données et cookies
Nous écrire
Qui sommes nous ?
Plan du site
Mentions légales
A quoi servent les contractions ? Comment les reconnaître ? Toutes femmes enceintes s’interrogent sur ces fameuses douleurs qui surviennent parfois assez tôt au cours de la grossesse et annoncent plus tard l’imminence de l’accouchement. Explications.
Votre ventre s’est contracté sans prévenir, vous avez eu l’impression que l’on serrait une ceinture autour de votre abdomen et puis la sensation s’est estompée… Pas de panique, vous n’allez pas accoucher dans la demi-heure, vous venez simplement de ressentir votre premièrecontraction! Et cette sensation étrange va se reproduire encore quelques fois avant le jour J.Vous pouvez avoir une dizaine de contractions par jour à partir de  six mois de grossesseet même parfois avant. Il s’agit d’un mécanisme physiologique tout à fait normal : l’utérus dans son ensemble réagit à sa distension. Il se contracte et se durcit. La particularité de cescontractions dites de braxton-hicks   : elles sont irrégulières et indolores. Lorsque que vous êtes allongée, vous les sentez davantage car les autres muscles ne sont pas sollicités. En général, avec un peu de repos, elles disparaissent ou se manifestent moins souvent.
Si toutefois le nombre de ces contractions dépasse une dizaine par jour ou qu’elles deviennent douloureuses, il peut s’agir d’une menace d’ accouchement prématuré . Consultez alors votre médecin sans tarder. A l’examen, il contrôlera votre col. S’il est modifié, vous devrez alors resteralitéejusqu’à l’ accouchement .
A la fin de la grossesse, des contractions utérines plus ou moins douloureuses se manifestent. Elles vont avoir une action directe sur le col de l’utérus, qu’elles vont raccourcir dans un premier temps, puis effacer progressivement. Généralement,lescontractions d’accouchementsont plus intenses et plus douloureuses . Mais les douleurs sont ressenties différemment par les mamans. Certaines femmes comparent cette sensation à un mal de règles, d’autres évoquent une souffrance qui part des reins et irradie dans le dos. A noter :à ce stade, votre utérus mesure à peu près 38 cmde hauteur et c’est toute sa circonférence qui se contracte au moment d’une contraction. Il est donc normal de ressentir des douleurs dans tout le ventre et dans le dos.
Pour autant, la douleur ressentie au moment de la contraction n’est pas la meilleure manière de savoir si l’accouchement a commencé. L’important n’est pas tant la quantité, mais la régularité. Sivos contractions se renouvellent à intervalles régulierstoutes les demi-heures au début, puis toutes les 20 minutes, puis 15, 10, 5 minutes. Si elles deviennent de plus en plus fortes et que leur fréquence s’accélère, il est vivement conseillé de vous rendre à la maternité. Le travail a bel et bien démarré !
De  fausses contractionspeuvent faire croire à un début d’accouchement. Elles sont souvent ressenties dans le bas-ventre uniquement. Elles sont irrégulières et ne vont pas s’intensifier. Au bout de quelques heures, elles cesseront, soit spontanément, soit après la prise d’un antispasmodique. C’est ce qu’on appelle unfaux travail . Néanmoins, il est toujours plus prudent de se faire examiner.
Ca y est, vous venez de donner naissance à votre bébé. Blotti tout contre vous, un bonheur immense vous envahit. Quand soudain, des contractions reprennent. Non, vous ne rêvez pas !Après l’accouchement, des contractions moins intenses réapparaissent . Elles ont pour but de décoller leplacentaqui descend dans le vagin, d’où il est extrait par l’obstétricien qui l’examine ensuite. C’est ce qu’on appelle la  délivrance .
Mais ce n’est pas terminé pour autant. Dans les heures, les jours qui suivent, vous allez encore ressentir quelques contractions. Elles sont dues à l’utérus qui se rétracte progressivement pour retrouver sa taille antérieure.  Ces contractions sont aussi appelées tranchées . La douleur varie selon les femmes. Mais s’il s’agit de votre 2e ou 3e enfant ou si vous avez subi unecésarienne , vous les ressentirez davantage.
Candice Satara-Bartko

Article mis à jour le17 févr. 2017

qu est ce qu une contraction

Accueil
>Accouchement>Déroulement accouchement> Reconnaître les vraies contractions
Déclenchement artificiel de l’accouchement
Accouchement programmé – Accouchement provoqué
Accès rapide

Accueil
Grossesse
Accouchement
Bébé est là
soins
Eveil bébé
Papa et bébé
Soins

Développement bébé

1er mois grossesse
2ème mois grossesse
3ème mois grossesse
4ème mois grossesse
5ème mois grossesse
6ème mois grossesse
7ème mois grossesse
Les autres mois…

© 2016BEBETOU, magazine bébéTous droits réservés.
Toutes les futures mamans sont confrontées aux mêmes craintes : ne pas être en mesure de reconnaître les vraies contractions utérines qui marquent le début du travail ! Deux types de contractions sont possibles durant la grossesse, les vraies et les fausses. Pour vous aider à faire la distinction, Bebetou a mené l’enquête !
L’utérus est un muscle creux composé de fibres qui se superposent en trois couches. Dès la14ème semaine de grossesse , il se développe énormément et se prépare déjà en vue de l’ accouchement . Sans cesse stimulé, il réagit et se contracte : bienvenue dans l’univers des fausses contractions dites de Braxton Hicks !
Surtout, pas de panique : très fréquentes au cours de la grossesse, lescontractions de Braxton Hickssont purement physiologiques et parfaitement indolores. Elles n’ont d’ailleurs aucune influence sur la dilatation du col de l’utérus. Elles permettent néanmoins de bien positionner bébé à l’intérieur de sa petite poche de liquide amniotique !
Comment reconnaître les contractions de Braxton Hicks ?
Contrairement aux vraies contractions, celles de Braxton Hicks ne sont ni douloureuses, ni régulières. Elles peuvent cependant entraîner une très légère gène respiratoire. Les réactions qu’elles provoquent sont physiologiques : le ventre devient tout dur. En règle générale, une fausse contraction peut durer 1 à 2 minutes. Lorsqu’elle se dissipe, le ventre redevient souple. Les contractions de Braxton Hicks surviennent la plupart du temps en fin de journée, notamment lorsque la future maman est fatiguée ! Dès le7ème mois , elles s’intensifient et peuvent devenir plus nombreuses : 10 à 15 par jour !
Bien que leur survenue soit normale au cours de la grossesse, il est recommandé d’être vigilante : si ces contractions devenaient douloureuses, régulières ou accompagnées de perte de sang, n’attendez pas pour consulter la sage-femme ! Mieux vaut prévenir que guérir.
Si vous êtes enceinte pour la toute première fois, la survenue des vraiescontractions utérinesest certainement un sujet qui vous préoccupe beaucoup ! Ce sont ces contractions qui amorcent un accouchement en provoquant la dilatation du col de l’utérus (1 cm par heure pour un premier accouchement). Elles annoncent le début de la phase de travail tant redoutée… Les vraies contractions permettent l’effacement du col utérin ainsi que la dilatation de son orifice pour permettre au bout’chou de passer. Ce sont elles qui font descendre le foetus vers la sortie jusqu’à son expulsion ! Leurs caractéristiques n’ont rien de similaires à celles de Braxton Hicks.
Les décrire est difficile, d’autant plus que les sensations qu’elles génèrent diffèrent selon les femmes. Nous n’avons pas toutes la même résistance physique et mentale à la douleur ! Toutefois, je ne me tromperai pas en vous affirmant qu’elles sont comparables à des crampes, des spasmes ou encore des douleurs menstruelles. Les sensations sont à peu près similaires. Autant vous réconforter tout de suite : les femmes habituées aux règles douloureuses endureront plus facilement les contractions.
Comment reconnaître les vraies contractions ?
Les vraies contractions utérines ont des caractéristiques qui ne trompent pas :
  Elles suivent un rythme régulier :
Les contractions qui marquent le début du travail sont régulières, on peut d’ailleurs noter le temps qui s’écoule entre deux contractions grâce à un chronomètre. A vos montres ! Au début, 30 minutes s’écoulent entre chaque contraction. Puis au fur et à mesure, l’écart de temps s’amoindrit : 15mn, puis 10mn, puis 5mn… Plus le temps passe, plus les contractions sont rapprochées.
  Elles sont de plus en plus fréquentes :
Les vraies contractions ne cesseront pas tant que bébé ne sera pas sorti ! Au fil des heures, elles sont de plus en plus fréquentes par tranche d’heure.
  Elles sont de plus en plus longues :
Les toutes premières contractions sont très brèves et très éloignées ! Plus on s’approche de la naissance de bébé, plus elles sont longues. Chaque contraction dure plus longtemps que la précédente. Au début, elles ne durent que quelques secondes… mais après… c’est une autre paire de manches !
  Elles sont de plus en plus douloureuses :
La douleur des contractions utérines s’intensifie au gré des heures qui passent. Les toutes premières peuvent même passer inaperçues car la douleur est similaire à un simple mal de ventre. Plus l’accouchement approche, plus la contraction est douloureuse. Pour cette raison, n’hésitez pas à demander lapériduralesans vous sentir coupable !
  Elles montent sous forme de vagues :
Si je devais vous donner une image, je vous dirai que les vraies contractions sont semblables à des vagues qui montent, qui montent, qui montent… et qui redescendent. La douleur provoquée n’est pas diffuse. Elle monte crescendo ! Lorsque la contraction survient, la douleur est très légère… mais au fil des secondes, elle s’accentue et monte comme une grande vague pour atteindre un pic très douloureux qui ne dure que quelques secondes. Une fois le summum de la douleur atteint, la contraction diminue et s’estompe à l’image d’une vague qui redescend.
A SAVOIR : l’articleQuand partir à la maternité ?pourrait bien vous être utile, alors, n’hésitez pas à le consulter !
 Entre deux contractions, ne focalisez pas votre esprit sur la crainte d’une nouvelle contraction qui ne va pas tarder à faire son apparition ! Profitez simplement de ce temps de soulagement et dites-vous bien que chaque contraction surmontée vous rapproche de la rencontre avec votre bébé. Gardez en mémoire cette image : une contraction survient = bébé descend un peu plus vers la sortie :)
 Relaxez-vous… Le stress entraîne la contraction des muscles et accentue les douleurs. Prenez plutôt un bain ! L’eau chaude favorise la dilatation du col et détend l’ensemble des muscles. (Si vous avez déjàperdu les eaux,oubliez l’idée du bain, vous n’y avez pas le droit, courrez à la maternité sans attendre !)
 Si c’est votre premier bébé, il est inutile de partir à la maternité dès les premières contractions ! La durée du travail pour un premier accouchement ? Entre 8h et 14h ! Prenez le temps de vous relaxer chez vous, ce sera plus agréable que d’être à la maternité en salle de préparation… Je vous conseille de noter la fréquence des contractions ! A vos montres : lorsqu’il s’écoulera 5-10 minutes entre chaque contraction, filez à la maternité… l’accouchement ne va plus tarder ! Si la maternité n’est pas à proximité de votre domicile, partez un peu plus tôt !
 Quelque soit laméthode de préparation à l’accouchementchoisie, mettez en pratique les exercices de respiration appris pendant les séances.
 Attention ! Pour les femmes multipares, la phase de travail est plus courte, ne traînez pas trop avant le top départ !
 N’ayez pas peur d’aller à la maternité même si c’est une fausse alerte ! Vous ne serez pas ridicule… Si vous êtes enfaux travail , pas de panique : généralement il précède de quelques jours l’arrivée du vrai travail !
 Le futur papa… au boulot : rassurez la future maman, soyez un soutien inébranlable pour votre dulcinée qui est certainement terrassée par la peur de l’inconnu et qui s’apprête à donner la vie ! N’oubliez pas de mettre dans le coffre de la voiture lavalise de maternitéet lavalise de bébé  !
Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP[->url] gras italique et le code HTML . Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
Merci pour tous ces conseils. J’ai été confrontée à ces craintes pendant ma première grossesse... l’inconnu et effectivement : la peur de ne pas reconnaître les vraies contractions.
Les caractéristiques des vraies contractions sont très bien expliquées dans cet article. C’est tout à fait ça ! On les reconnaît rapidement, même si c’est un premier bébé.
J’ai suivi vos conseils pendant la phase de travail : j’ai pris un bain et je suis restée chez moi le plus longtemps possible. Les premières contractions sont arrivées dans la nuit lorsque je dormais (vers 3h du matin)... de temps en temps, j’avais un peu mal au ventre, mais dans mon sommeil, je n’ai pas réalisé qu’il s’agissait de contractions car elles étaient très très courtes. Vers 6 heures, je me suis levée car elles étaient de plus en plus longues et de plus en plus intenses (mais les contractions étaient bien moins douloureuses que ce que j’avais imaginé ! Bonne surprise !) Pour ne pas me focaliser sur les contractions, j’ai passé un moment à écouter de la musique pour me détendre et j’ai pris un bain. Je me suis sentie beaucoup mieux, j’étais plus zen et les contractions semblaient moins douloureuses... Mon mari a été un véritable soutien : ses encouragements et son affection m’ont beaucoup apporté... et je crois que c’est important pour la future maman de se sentir soutenue par le papa. Lorsqu’il y a avait une contraction, j’imaginais mon bébé descendre un peu plus vers le bas, je me disais qu’à chaque contraction, notre rencontre se rapprochait. Ces deux images m’ont beaucoup aidé à mieux "accepter" et à mieux supporter les contractions. Autre conseil qui m’a été très utile : entre deux contractions, je me reposais et j’évitais effectivement de penser à la prochaine. Cet état d’esprit positif m’a aidé à être plus sereine (j’avais donc moins mal) et j’avoue que j’étais en forme pour l’expulsion.
Pour le top départ vers la maternité, c’est mon mari qui s’est chargé de chronométrer les contractions (ouf !) : nous sommes partis lorsqu’il s’écoulait 5 minutes entre chaque contraction. Quand je suis arrivée, la sage-femme m’a félicité d’avoir été courageuse :) le col était ouvert à 6 cm ! Alors je suis passée directement en salle d’accouchement. J’ai accouché à 15h d’un beau bébé de 3,820 kilos ! Ca s’est super bien passé (pas de forceps, ni d’épisiotomie, ni de césarienne...) j’ai eu un magnifique accouchement. Lorsque j’y pense, ça me fait sourire, c’était l’un des plus beaux jours de ma vie.
Merci pour vos conseils qui ont été très précieux le jour où bébé est arrivé, je pense sincèrement que ça a facilité mon accouchement. J’espère que les mamans qui ont des peurs (comme moi pendant la grossesse) vivront elles aussi un merveilleux accouchement... J’ai lu sur d’autres sites beaucoup de commentaires qui malheureusement relataient des accouchements difficiles et douloureux. Par mon expérience, j’aimerais beaucoup rassurer certaines futures mamans qui sont inquiètes et surtout leur souhaiter un bel accouchement. Bon courage à toutes !
Merci pour cet article et merci beaucoup pour le commentaire de Étha qui est hyper positif et très rassurant... Je suis à 3 semaines du terme et ce genre de commentaire fait vraiment du bien à lire...
Merci pour les conseils !
J’ai une petite question : quand c’est une 2ème grossesse, le travail dure combien de temps à peu près ?
pour une première grossesse, la phase de travail dure en moyenne entre 8 et 14h. Mais chez la femme multipare (femme qui a accouché plusieurs fois) la phase de dilatation est généralement moins longue : en-dessous de 8h. Le temps de travail dure donc 6 à 8 h de moins lorsqu’il s’agit d’une 2ème ou d’une 3ème grossesse.

qu est ce qu une contraction

A privacy reminder from YouTube, a Google company
Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
The interactive transcript could not be loaded.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

Education

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Envie d'en savoir plus sur la grossesse et l'arrivée de bébé? Visitez :http://mariefortier.com/ Pour un accompagnement personnalisé, abonnez-vous au Club Marie :https://mariefortier.com/club-marie/ À quoi servent les contractions de l’utérus? Comment les identifier et les calculer? Quand se rendre à l’hôpital pour l’accouchement? Dans cette vidéo, Marie répond à toutes ces questions. Au dernier trimestre de la grossesse, la femme enceinte peut sentir des contractions. Certaines sont indolores et nommées Braxton-Hicks. Elles ne mènent pas nécessairement à un travail et partent parfois après un bain. Les « vraies » contractions quant à elles peuvent annoncer le début du travail. Une contraction de faux travail peut durer de 15 à 40 secondes alors qu’une bonne contraction pour accoucher va durer une minute. La douleur d’une contraction ne fait pas mal au ventre proprement dit même s’il devient dur. C’est le col de l’utérus qui fait mal lorsque la tête du bébé pousse dessus. Comme le col est au milieu du bassin, une mère peut ressentir de la douleur autant en avant qu’au bas du ventre, dans la jambe et aussi en arrière dans le bas de son dos. Vous voulez connaître les autres signes avertisseurs d'un prochain travail? Visionnez la vidéo de Marie à ce sujet :https://mariefortier.com/video-signes... Et pour améliorer vos connaissances sur le sujet, lisez ces billets de blogue : Peu de liquide amniotique :https://mariefortier.com/peu-de-liqui... Le renforcement du plancher pelvien et le LadySystem® :https://mariefortier.com/le-renforcem... Détente et travail :https://mariefortier.com/detente-et-t... Suivez Marie sur Facebook :https://www.facebook.com/mariefortier... Lisez ses billets de blogue :https://mariefortier.com/info_marie/ Abonnez-vous à son infolettre :https://mariefortier.com/inscription/

qu est ce qu une contraction

Le stress compromet-il la fertilité de la femme ?

178

0

Accident de voiture : la pétition d’une maman après la mort de son bébé in utero

7363

0

Grossesse gémellaire : pourquoi il faut éviter la césarienne

4711

0

Ces 7 choses qu'il ne faut plus faire avec bébé

24983

0

À 12 ans, elle aide sa maman à accoucher de son petit frère

3997

0

Pas à ma place. Pas du bon milieu.

75

0

Une entrée pour la réserve africaine de Sigean à gagner !

137

0

Le jouet que tous les enfants désirent

3181

0

La Thaïlande avec des enfants

125

0

Je souhaite m’inscrire à la newsletter Parole de Mamans (Actualités, Conseils, Bons plans, Shopping…)

Je veux recevoir les offres exclusives des partenaires de Parole de Mamans

Le stress compromet-il la fertilité de la femme ?

178

0

Accident de voiture : la pétition d’une maman après la mort de son bébé in utero

7363

0

Grossesse gémellaire : pourquoi il faut éviter la césarienne

4711

0

Ces 7 choses qu'il ne faut plus faire avec bébé

24983

0

À 12 ans, elle aide sa maman à accoucher de son petit frère

3997

0

Pas à ma place. Pas du bon milieu.

75

0

Une entrée pour la réserve africaine de Sigean à gagner !

137

0

Le jouet que tous les enfants désirent

3181

0

La Thaïlande avec des enfants

125

0

Je souhaite m’inscrire à la newsletter Parole de Mamans (Actualités, Conseils, Bons plans, Shopping…)

Je veux recevoir les offres exclusives des partenaires de Parole de Mamans

Je souhaite m’inscrire à la newsletter Parole de Mamans (Actualités, Conseils, Bons plans, Shopping…)

Je veux recevoir les offres exclusives des partenaires de Parole de Mamans

×
Envoyer cet article à un ami
×
Attention, pour pouvoir effectuer cette action, vous devez être identifié !

Je souhaite m’inscrire à la newsletter Parole de Mamans (Actualités, Conseils, Bons plans, Shopping…)

Je veux recevoir les offres exclusives des partenaires de Parole de Mamans

Je veux recevoir les dernières news de Parole de Mamans

Je souhaite aussi profiter des bons plans des partenaires Parole de Mamans
×
Devenir un ambassadeur
Département*

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99

  Afficher son profil
  Ecrire un message
  Ajouter à mes amis
Inscrivez-vous à la Newsletter de Parole de Mamans
  Afficher son profil
  Ecrire un message
  Ajouter à mes ami
Accident de voiture : la pétition d’une maman après la mort de son bébé in utero
Compléments alimentaires sans prescription : danger pour la grossesse !
Inscrivez-vous à la newsletter :

VALIDER

CGU   |
Mentions légales   |
Contactez-nous   |
Aide   |
© Parole de Mamans - Tous droits réservés

Saisissez l’adresse email que vous avez utilisé lors de votre inscription. Vous allez recevoir dans quelques minutes un message vous permettant de réinitialiser votre mot de passe.
Il suffit seulement de saisir l’adresse email que vous souhaitez utiliser pour votre inscription.
Votre compte Facebook est désormais lié, veuillez poursuivre votre inscription
Saisissez l’adresse email que vous avez utilisé lors de votre inscription. Vous allez recevoir dans quelques minutes un message vous permettant de réinitialiser votre mot de passe.
Il suffit seulement de saisir l’adresse email que vous souhaitez utiliser pour votre inscription.
Il suffit seulement de saisir l’adresse email que vous souhaitez utiliser pour votre inscription.
Votre compte Facebook est désormais lié, veuillez poursuivre votre inscription
Venez rejoindre la communautéparoledemamans.com

Parole de mamans, c'est le premier réseau social des mamans ; un site au contenu riche et intéressant avec des articles rédigés par une rédaction à l'écoute de vos besoins et de vos interrogations, des conseils d'experts et de spécialistes de la petite enfance et des articles rédigés par des parents soucieux de partager expériences et bons plans.

Je suis une maman, une future maman, un papa ou autre

Publiez vos articles pour partager votre savoir et votre expérience, créez un blog ou des albums photo, profitez du forum pour échanger avec d'autres parents et des nombreux autres services mis à votre disposition.

Échangez avec une communauté de parents et futurs parents vos aventures, vos joies, vos doutes et vos questionnements sur les forums ou en réagissant aux articles publiés par les autres membres !

Je suis blogueur / blogueuse

Je suis une maman, une future maman, un papa ou autre blogueur qui aime écrire, partager et raconter ses aventures parentales.

Participez àparoledemamans.comen publiant vos articles et faites profiter l'ensemble de la communauté de votre expérience.

Accédez à une source d'information qualitative que la rédaction de Parole de Mamans mettra à votre disposition.
Saisissez l’adresse email que vous avez utilisé lors de votre inscription. Vous allez recevoir dans quelques minutes un message vous permettant de réinitialiser votre mot de passe.
Il suffit seulement de saisir l’adresse email que vous souhaitez utiliser pour votre inscription.
Votre compte Facebook est désormais lié, veuillez poursuivre votre inscription
Une contraction c'est quoi ? Comment reconnaitreune vraieetune fausse contraction? A quoi ressemble une contraction ? Que ressent-on lors d'une contraction ?
Parole de mamans essaie de répondre à vos questions de mamans :
Est-ce normal d'avoir des contractions pendant la grossesse ?
Tout dépend des femmes et des grossesses. La douleur de la contraction ressemble aux douleurs de règles ou au ventre qui se durcie. 
Pendant la grossesse, les contractions doivent être sans douleur, rares, irrégulières et ne doit pas depasser une tous les quinze jours.(pas plus d’une quinzaine par jour).
Les contractions peuvent apparaitrent après une activité intense dans la journée.
Attention, si les contractions sont réccurentes et douloureuses, il faut précvenir votre médecin ou sage-femme.
Qu'est-ce qu'une fausse contraction ?
Une fausse contraction est aussi appelée contraction de Braxton-Hicks. Elles sont sans douleur et de faible intensité. L'utérus se durcie pendant quelques secondes et ces contractions ne dilatent pas le col.
Comment reconnaitre le vrai travail ?
Les  contractions sont régulières et douloureuses.
Les contractions se rapprocheront de plus en plus, dureront de plus en plus longtemps et seront toujours plus intenses.
Les contractions se ressentent au niveau des muscles abdominaux,puis dans le dos et au niveau des reins.
Recevez du bonheur chaque semaine !

qu est ce qu une contraction

Notrefamille.com
Enfant.com
Familiscope.fr
Notretemps.com
Schule-und-familie.de
Conmishijos.com

S'inscrire

Se connecter

salut tout le monde, j'aimerais qu'on me décrive ce qu'est une contraction? je suis à ma 22ème semaines et mon médecin me demande si j'en ai déjà eu? je n'arrive pas à différencier mon bébé d'un ventre dur! merci de m'en décrire. Loise

moi aussi j'en suis à 22 semaines, mais c'est mon 3éme BB alors les contractions je connais ! il y a celles qui ne sont pas douloureuses, tu sens ton ventre se durcir mais pas d'un seul côté, de partout. on a l'impression d'être oppressée du ventre !! comme dans un étau ; ensuite il y a celles qui font mal et là tu sais ce que sait car ça fait vraiment mal !en principe les contractions (non douloureuses) ne commencent que plus tard dans la grossesse, mais cela dépend des femmes, si tu en as beaucoup ton médecin te préscrira du repos parce que contractions = col qui travaille. voilà je te souhaite bon courage, j'espère avoir pu te renseigner n'hésite pas si tu veux un conseil supplémentaire.A+ pascale

Salut loise, moi je suis au lit car j'ai trop de fausses contractions alors je peut te décrire une contraction ... moi quand j'en ai une c'est comme si la vessie étais pour m'éclater et ton ventre deviens très dur partout jusqu'en dessous des seins Tu te sens tout raide et c'est inconfortable. Tu vas le savoir quand tu vas en avoir. En te souhaitant de pas trop en avoir.Bonne chance Martine

ça peut faire l'impression d'un ressort qui se sert petit à petit du bas du ventre vers le haut. Et quelque fois c'est accompagné de sentiment de mal à respirer et d'oppression. Et pui ça passe, un peu comme une vague : ça monte et ça redescend.

Moi aussi, je suis à 22 semaines et j'ai également des fausses contractions. Elles apparaissent souvent après un effort et comme on te l'a déjà bien expliqué, le ventre se durcit de partout, alors que quand c'est le bébé, c'est seulement une bosse.Ma gyneco m'a dit que si on en avait 10 par jour, ça commencait à faire beaucoup, moi, j'en suis à 4 ou 5 et elle m'a quand même recommandé le repos. Bonne grossesse. Sissi

Se connecter

S'inscrire
Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel NotreFamille appartient. Elles sont enregistrées dans notre
fichier clients afin de vous envoyer nos newsletters, et de vous permettre d'accéder à nos différents services comme
les forums, les concoursou les téléchargements.
Conformément à la loi du 06/01/1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression concernant vos données personnelles.
Vous pouvez exercer ce droit en envoyant un courrier et en y joignant une copie de votre pièce d'identité à
Notrefamille.com - Service I&L - 18 rue barbes - 92128 Montrouge.
Si vous ne souhaitez pas que vos coordonnées postales soient utilisées par nos partenaires à des fins de prospection commerciale, vous devez nous en avertir par courrier à la même adresse.
Pour plus de détails, visitez nos pages
Vie privée et Conditions d'utilisation
NOTREFAMILLE.COM APPARTIENT AU GROUPE BAYARD:
© 2017 NOTRE FAMILLE SNC - Tous droits réservés - Un site dugroupe Bayard
Mentions légales
Conditions d'utilisation
Crédits

 Bienvenue       Des questions sur les Forums ? Julie vous répond !       Présentez-vous  Désir d'enfant       En essai bébé       Courbe de température       Devenir maman avant 25 ans       Devenir maman après 35 ans       Test et signes de grossesse       Infertilité, PMA, Fiv       Adoption  Grossesse et accouchement       La grossesse au fil des mois       Santé et grossesse       Grossesse multiple       Grossesse difficile       Travail et grossesse       Préparation à l'accouchement       Accouchement       Péridurale       Césarienne       Episiotomie       Préparer l'arrivée de bébé       Perdre son bébé       IVG  Le club grossesse (ou chrono)       Les bébés à naître  Choisir un prénom       Prénoms de filles       Prénoms de garçons  Le coin des bébés (0-3 ans)       Arrivée de bébé       Allaitement       Biberon et sevrage       Diversification alimentaire       Sommeil de bébé       Pleurs de bébé       Soins et santé de bébé       Equipement en matériel de puériculture       Modes de garde       Bébés prématurés       Eveil et développement de bébé  Le coin des enfants (3-7 ans)       Santé de l'enfant       Alimentation de l'enfant       Education et psychologie de l'enfant       Enurésie, Pipi au lit       Ecole maternelle et primaire       Langage et mots d'enfants       Sorties, loisirs, jeux vidéos pour les enfants       Enfants uniques       Jumeaux, Triplés et plus...       Les enfants différents (handicap, dyslexie, autisme)  Le coin des grands       Préados       Ados  Mamans par année       Les mamans de 2017       Les mamans de 2016       Les mamans de 2015       Les mamans de 2014       Les mamans de 2013       Les mamans de 2012       Les mamans de 2011       Les mamans de 2010       Les mamans de 2009       Les mamans de 2008       Les mamans de 2007       Les mamans de 2006       Les mamans de 2005       Les mamans de 2004       Les mamans de 2001       Les mamans de 1999       Les mamans de 1998  Mamans par région       Les mamans de l'Ain       Les mamans de l'Orne       Les mamans de la Moselle       Les mamans des DOM-TOM       Les mamans de l'Essonne       Les mamans de la Meurthe-et-Moselle       Les mamans de la Meuse       Les mamans de Loire Atlantique       Les mamans de la Haute-Savoie       Les mamans du Lot       Les mamans du Haut-Rhin       Les mamans de Haute-Pyrénées       Les mamans de la Vienne       Les mamans des Deux-Sèvres       Les mamans de Seine-et-Marne       Les mamans du Finistère       Les mamans de l'Ardèche       Les mamans de l'Oise       Les mamans du Loiret       Les mamans de la Haute-Marne       Les mamans des Yvelines       Les mamans de l'Allier       Les mamans du Maine-et-Loire       Les mamans du Vaucluse       Les Mamans du Monde  Pratique - Vie de famille       Couple       Papas       Budget       Bons plans       Cuisine       Fêtes, anniversaire, mariage, Pacs…       Maman solo       Familles nombreuses       Familles recomposées       Concilier famille et travail       Congé parental       Maison, bricolage, déco       Sport, loisirs et sorties       Vacances       Parents Bio       Animaux de compagnie  Santé et bien-être       Santé générale       Psychologie       Baby-blues       Forme après l'accouchement       Minceur, régime, nutrition       Beauté       Gynécologie       Contraception       Médecines douces       Yoga  Divers       Papotages et autres sujets       Achat , vente , échange          Vêtements garçons          Vêtements filles          Matériel

qu est ce qu une contraction
Le magazine pour super-parents dans l'air du temps
soit2 ansde famili livré à domicile
Retenir mon mot de passe
Mot de passe oublié

Famili
Accouchement
Accouchement
Mais qu'est-ce qu'une Vraie contraction???

Affiche les résultats de 1 à 4 sur 4

Mais qu'est-ce qu'une Vraie contraction???

Morgane et Seb

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Je dois accoucher cette semaine, d'un premier enfant , je crois que j'ai donc du mal à identifier les contractions!!
J'ai déjà eu une fausse alerte, car ayant de fortes douleurs dans le bas du ventre je me suis rendue à la maternité rapidemment mais la sage-femme m'a informé que c'étaient des douleurs ligamentaires....A une semaine de l'accouchement, ne devraisje pas avoir de temps en temps des contractions?doivent-elles étre douloureuses ou le sont-elles uniquement le jour J?Enfin, je suis friande de témoignages sur le début du travail et sur les signes avant-coureurs qui vont ont fait savoir que c'était le grand jour!!merci à celles qui prendront le temps de me répondre.Morgane.

Karine II

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Salut Morgane,
Ne t'inquiètes pas trop, quand ça commence la plupart des femmes s'en rendent
compte, mais pour les sensations c'est différent d'une personne à l'autre :
certaines ont des douleurs d'autres moins, certaines sentent des contractions très
fortes dans le ventre d'autres ont l'impression que ça se passe dans le dos. Tu
peux considérer qu'il est temps de partir à la maternité si tu as des contractions
régulières rapprochées de 5 minutes depuis 2 heures (tu sens ton ventre qui se
durcit).
Moi j'ai su qu'il était temps de partir à la clinique quand j'ai perdu les eaux. Il a
ensuite fallu une journée avant de ressentir les 1ères contractions et puis tout
s'est enchainé très vite ...
Bon courage pour la suite. Karine.

Delphine

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Bonjour,
Ne t'inquiètes pas on reconnait forcément le bon moment.
Si tu perds les eaux n'attends pas et va a la mat tout de suite.
moi j'ai perdu le bouchon à 2h15, les eaux à 2h30 et pas de contractions, direction la mat3h col fermé et même âs rétréci ett toujours pas de contractions, et au bout de 1h30 j'avais très très mal en fait j'étais à dilatation complète et en train de pousser.
J'ai eu un travail très rapide pour un premier bb qui était en siège.
A 5h30 ma princesse était là et son papa encore sur la route pour venir me retrouver.
Je n'ai jamais eu de contractions de travail, uniquement les contractions de fin.
pendant les cours les SF nous avait dit si nous avions des contractions, de prendre un bain à 37°, avec le bidon immergé et si au bout de 10 min les contractions étaient toujours là, de venir à la mat.
et puis si tu as un doute, jours et nuits tu peux téléphoner à la mat.
Bon couage et bon accouchement, c'est un moment magique.
Delphine

helene

Voir le profil

Voir les messages

Message privé

Pas d' ángoisse , quand les vraies contractions sont la, tu ne peux pas passer a cote et tu sauras immediatement de quoi il est question...

morgane a écrit :
> Je dois accoucher cette semaine, d'un premier enfant , je crois que j'ai donc du mal à identifier les contractions!!
> J'ai déjà eu une fausse alerte, car ayant de fortes douleurs dans le bas du ventre je me suis rendue à la maternité rapidemment mais la sage-femme m'a informé que c'étaient des douleurs ligamentaires....A une semaine de l'accouchement, ne devraisje pas avoir de temps en temps des contractions?doivent-elles étre douloureuses ou le sont-elles uniquement le jour J?Enfin, je suis friande de témoignages sur le début du travail et sur les signes avant-coureurs qui vont ont fait savoir que c'était le grand jour!!merci à celles qui prendront le temps de me répondre.Morgane.

Toutes les actualités grossesse
>> + de vidéos
Découvrez 13 produits de grandes marques pour...
La bougie qui éclaire l’avenir des...
Partez à la découverte des plaisirs sucrés...

Publicité
Mentions légales
Politique d'utilisation des cookies
Contacter
Abonnements
RSS

Dernier message posté le 16/03/2004 à 16h35

qu est ce qu une contraction
docteurclic se construit chaque jour avec vous. Rejoignez nous sur
À LIRE AUPARAVANT
Utérus
Quelle différence entre douleur du bas ventre et contractions ? La douleur du bas-ventre Elle intéresse tous les organes du voisinage (vessie, uretères, vagin,trompeset ovaires) et se traduit par unspasmedouloureux plus ou moins intense qui survient de façon anarchique et imprévisible. Elle est souvent accompagnée de fièvre, nausées, vomissements, diarrhées,brûluresurinaires, pertes jaunes etc., qui orientent vers un problème digestif, urinaire, gynécologique, etc. Les contractions Elles n'intéressent que l'utérus et se traduisent par une sensation de pesanteur, un durcissement du ventre, rapidement accompagnée d'une brève douleur à type de crampe. Elle est constante et brève dans le temps (10 à 30 secondes, rarement plus). Elle peut se répéter, et survient de façon régulière et espacée (toutes les 30 minutes environ). En fin de grossesse, le rapprochement des contractions et leur régularité, doivent faire penser à un rapprochement de l'échéance de l'accouchement.Elles ne s'accompagnent d'aucun autre signe (fièvre, nausées, etc.) Toutefois, des saignements ou une perte de liquide clair par levaginsont, soit un signe de gravité si on est loin de la date de l'accouchement, soit un signe d'accouchement imminent si la date est proche.
Termes associés : utérus - douleur - ventre - ventre dur - contraction - accouchement - accouchement prématuré -
Vous souhaitez rejoindre nos partenaires, alors n'hésitez pluscontactez-nous
VOIR NOS PARTENAIRES
DOCTEURCLIC est un service
contact@santeassistance.com | 167 avenue de Wagram, 75017 Paris
copyright santé assistance 2016 .INFORMATIONS Légales.conditions générales de services, d'utilisation et de vente

Quand on est enceinte, une douleur dans le bas ventre, pose deux problèmes :
Il différenciera contractions et douleur abdominale grâce autouchervaginal (recherche d'un col ouvert et mou) et une palpation soigneuse de l'abdomen (organe par organe) d'autre part.
La sage-femme vérifie l'état du col, vous met sous monitoring. Soit c'est le début du travail, et vous accoucherez d'ici quelques heures ; soit ce n'est qu'une fausse alerte, et vous rentrez chez vous avec une prescription éventuelle et des conseils.
Tout dépend donc du terme de la grossesse
Lorsqu'on a des contractions, on a tout le temps pour agir grâce à leur renouvellement et la longueur de leur espacement. C'est ce qu'on appelle le travail. Il est long. Quelques heures (parfois moins c'est vrai). Il s'achève au moment de la perte des eaux (liquide dans le quel baigne le nourrisson), qui doit être considéré comme le vrai prélude à l'accouchement.
Les contractions n'ont pas lieu d'être. Il y a menace d'accouchement prématuré. Les choses ici se précipitent. Pas de panique non plus, bien que le temps soit plus compté. Il faut prendre contact en urgence avec un médecin.
Bonjour. Je suis dans le même cas, grosses douleurs bas du ventre m'obligeant à rester couchée, mais en plus, j'ai comme un sensation d'avoir envie de "pousser" et des pics à l'intérieur. Je commence...
J'ai eu la même chose sur un cycle seulement pour le moment, et la gynécologue a proposé un traitement hormonal. Effectivement, je n'ai pas de cicatrice de césarienne ni eu d'enfant, mais ça peut...

qu est ce qu une contraction
Entraide scolaire et méthode, bac français, littérature, langue française, les études dans la filière littéraire.
✔  Connectez-vousouinscrivez-vouspour envoyer un message.
➥  Vous devezvous connecterouvous inscrirepour répondre
Bonjour, je suis à la haute école et mon professeur a quitté la classe parce que il y avait trop de bruit malheureusement pour mon examen lundi je dois faire une contraction de texte et je sais pas du tout ce que c'est ? ni comment la réaliser. SVP aidez-moi et merci de répondre c'est vraiment urgent je vous remercie beaucoup
Bonjour,voici un lien qui pourra peut-être t'aider : contraction de texte
la contraction de texte consiste à effacer tous les élément superflus d'un texte ex: les illustrations-la reformulation explicative-l'amplification explicative-les relative explicatives.but:rendre un texte plus facile à comprendre pour pouvoir le résumer.
Sacrilège,vous osez insinuer qu'un auteur tel que Kant, Freud ou Johnson, puisse écrire des choses inutiles, superflues et qu'il se répète. resaisissez vous voyons. Chaque élément a son importance et une signification particulière et indispensable à la compréhension générale du texte. Je parle bien sur des vrais écrivains ou philosophes.
Tagada Nour n'a jamais voulu écrire qu'un auteur n'écrit pas des choses inutiles, elle donne des conseils sur al contractionde texte, où il faut bien supprimer ! Par ailleurs, même Chateaubriand a pu écrire du superflu...
Bonjour excusez-moi, je prépare un concours et j'aurais voulu avoir une aide sur la contraction de texte puisque je n'en n'ai jamais faite avant ! Mon unique question est de savoir si dans ce type d'exercice il s'agit de réécrire l'article ou le texte en plus court, en changeant les expressions tout en gardant l'essentielle ou bien ce n'est pas comme ça que cela fonctionne ?
Tu peux regarder cette fiche de méthode pour la partie résuméhttps://www.etudes-litteraires.com/resu … ossier.php .
➥  Vous devezvous connecterouvous inscrirepour répondre

qu est ce qu une contraction
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Article détaillé :Maison de naissance .

↑ Peinture anonyme sur papier réalisée en Suède probablement par un artiste français 44.1 x56,6cm .
↑ Travailsur cnrtl
↑ Travailsur le site de l'OQLF
↑ Smartfiches Médecine, Gynécologie-Obstétrique, Item 22 - Suivi obstétrical d'une grossesse normale, version du 15 février 2014
↑ Voir www.alternatives.be
↑ Source : Jacqueline Lavillonnière.La postmaturité en question — quel diagnostic — quel pronostic ?
↑ La durée d'une grossesse
↑ Voirquelques exemples .
↑ Voir unediscussion détailléedu dépassement de terme.
↑ Par exemple,Postterm with favorable cervix: is induction necessary ?(B. Chanrachakul & Y. Herabutya) European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology 2003;106, page 156.
↑ Mittendorf R.et al.« The length of uncomplicated human gestation »OB/GYN . Vol. 75, No., 6 June, 1990,p.  907-932 .
↑ Voir notamment Henci Goer,« When Research is Flawed: Management of Post-Term Pregnancy » Commentary on: Crowley P. « Interventions for preventing or improving the outcome of delivery at or beyond term » ( Cochrane Review ) . In: TheCochrane Library . Issue 2. Oxford: Update Software, 2002.
↑ article L 1111-4 ducode de la santé publiqueenFrance .
↑a ,betc ( de )Diedrich Kl, Holzgreve W, Jonat, W, Schneider, K.-T, Schultze-Mosgau, A, Weiss, J.Gynäkologie und Geburtshilfe , Springer Medizin Verlag Heidelberg, 2007.
↑ Laughon K, Branch W.« NIH study finds women spend longer in labor now than 50 years ago »2012.
↑a ,b ,cetd Les soins liés à un accouchement normal: guide pratique , OMS, 1998
↑ Hémorragies après l’accouchement : quel rôle pour l’ocytocine ?
↑ Étude INSERM : l’ocytocine pendant l’accouchement est un facteur de risque indépendant d’hémorragie grave
↑ « L'Ocytocine »sur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑ Tout savoir sur le bouchon muqueux
↑ Carbonne B.« Physiologie de la contraction utérine » , 2002.
↑ La première partie du travail : étude de la contraction utérine, effacement et dilatation du col
↑ Dilatation du col utérin
↑ BLONDEL, M., LEJEUNE, V.,Gynécologie, obstétrique et soins infirmiers ( 3 e  édition) , édition Lamarre,p.  198 .
↑ Débat: Le toucher vaginal, est-ce vraiment nécessaire?sur leblogbabillageaveclaurie.blogspot.be
↑ Classification OMS des pratiques utilisées pendant un accouchement normalsur alternatives.be
↑ Déroulement de l'accouchement
↑aetb La poussée dirigéesur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑ Voir analyses et références dans [ http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00903650/documentGestion du travail d'accouchement: pratiques d�eclar�ées par les sages-femmes d'Auvergne], Marylise N�esen, Gynecology and obstetrics. 2013.
↑ Haute autorité de la santé,‘’L’expression abdominale durant la2 e  phase de l’accouchement’’ , consensus formalisé, janvier 2007.
↑ Accouchement : qu’est qu’une épisiotomie
↑ Épisiotomie, et si vous en discutiez avant ?
↑ CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français),RECOMMANDATIONS pour la PRATIQUE CLINIQUE, l’épisiotomie , 2005.
↑ Robert Maillet, Jean-Patrick Schaal, Didier RietmullerAccouchement en présentation du siège, plaidoyer pour la voie basse ,XIV eJTA Journées de techniques avancées en gynécologie obstétrique pma et pédiatrie, janvier 1999
↑ [La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada,Accouchement du siège .
↑ Lede R.,Version par manœuvre externe dans la prise en charge de la présentation du siège , Commentaire de la BSG, Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé, Genève, 13 March 2006.
↑ Conde-Agudelo A.,Césarienne programmée en cas de présentation par le siège à terme , commentaire de la BSG, Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé, Genève, 8 September 2003.
↑ Version par manœuvres externes , Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).
↑ Apgar Testingsur thefreedictionnary.com
↑ Les premiers soins au bébé
↑ Les soins du nouveau-né sur le blog accoucherautrement.free.fr
↑ Debby Takikawa,What baby wants, an exploration of the consciousness of the Infants, the movie , 2007.
↑ Les premières 24 heures de bébé
↑ De l’importance des premiers instants après la naissancesur le blog age-de-lait.over-blog.com
↑ Rapport de l' OMS Les soins liés à un accouchement normal - soins pendant le troisième stade de l'accouchement .
↑ Yao AC, Lind J, Vourenkosky V.Expiratory grunting in the late cord clamped normal infant . Pediatrics 1971, 48:865-870 ; Yao AC, Lind J.Placental transfusion . Am J Dis Child 1974, 127:128-141 ; Dunn PM.The third stage and fetal adaptation . In: Clinch J, Matthews T (eds). Perinatal medicine. Proceedings of the IX European Congress of perinatal medicine held in Dublin, Ireland, 1984. Lancaster, MTP Press, 1985.
↑ Michaelsen KF, Milman N, Samuelson G.A longitudinal study of iron status in healthy Danish infants: effects of early iron status, growth velocity and dietary factors . Acta Paediatr 1995, 84:1035-1044; Pisacane A. Neonatal prevention of iron deficiency.Placental transfusion is a cheap and physiological solution . Br Med J 1996, 312:136-137.
↑ Prendiville W, Elbourne D. Care during the third stage of labour. In: Chalmers I et al (eds).Effective care in pregnancy and childbirth . Oxford, Oxford University Press 1989.
↑ Extraits du rapport de l' OMS Les soins liés à un accouchement normal - soins pendant le troisième stade de l'accouchement , paragraphe 5.5. Pour une discussion plus détaillée, voirCord Closure: Can Hasty Clamping Injure the Newborn?par George Malcolm Morely.
↑ VoirLe sang placentaire, un commerce juteux…( Blood money for what? ), Naomi Pfeffer, AIMS Journal 16, 4, 2005,p.  6-9 .
↑ François Drouin, étudiant au doctorat à l'Université Laval et stagiaire du Réseau de cellules souches.
↑ http://apps.who.int/rhl/reviews/CD004074sp.pdf
↑ ( en )Rabe H, J.L. Diaz-Rossello, L. Duley et T. Dowswell,«  Effect of timing of umbilical cord clamping and other strategies to influence placental transfusion at preterm birth on maternal and infant outcomes.  » ,Cochrane Database Syst Rev. ,n o  8,‎2012 , CD003248.( PMID   22895933 ,DOI   10.1002/14651858.CD003248.pub3 )
↑ ( en )Denis Campbell,«  Hospitals warned to delay cutting umbilical cords after birth  » ,the guardian ,‎11 juillet 2013 ( lire en ligne )
↑ Lotus Birth - a ritual for our times(Sarah Buckley, 2002). Voir la pageLotus Birt   (en)sur Wikipedia et le sitewww.lotusbirth.compour plus de détails.
↑ GinaEichenbaum-Pikseret Joanna S.Zasloff , «  Delayed Clamping of the Umbilical Cord: A Review With Implications for Practice  »,Journal of Midwifery & Women's Health ,vol.  54,‎2009 ,p.  321-326( DOI   10.1016/j.jmwh.2008.12.012 ,lire en ligne )
↑ Martin C.,Le placenta, autrefois vénéré, aujourd'hui oublié? , Schweizer Hebamme Sage-femme suisse, avril 2004.
↑ CACCIA, N., et WINDRIM, R.,Récupération après la naissance et soins post-partum , 2009.
↑ Que se passe t-il après l'accouchement ?
↑a ,betc ( en )Janesh K Gupta, Cheryl Nikodem. « Maternal posture in labour »European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology , Volume 92, Issue 2, octobre 2000, Pages 273-277[1]
↑ Auteur de la méthodeAPOR B .
↑ PORTAL, Ch.,Position maternelle de l’accouchement , 2006.
↑ G. Justus Hofmeyr,Hands and knees posture in late pregnancy or labour for fetal malposition (lateral or posterior) , The Cochrane Library, 2007.
↑ Voir labase de données de l'AFAR .
↑aetb RACINET, C., BREMENT, S., LUCAS, C.,Analyse objective des différentes positions maternelles pour l'accouchement , Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique – TOME XXXII, Collège national des gynécologues et obstétriciens français, Paris, 2008.
↑ D rBernadette de Gasquet : les gestes et positions pour faciliter l’accouchement .
↑ Voir le manuelVänta Barn-En bok om graviditet, förlossning och föräldraskap från Folkhälsoinstitutet(un manuel officiellement distribué aux futurs parents),ISBN 978-91-7205-279-6 . Folkhälsoinstitutet, Berling Skogs, Trelleborg. Stockholm: Gförlagshuset Gothia, 200.
↑ Voir par exemple leposterdu National Childbirth Trust en déclinaison francophone.
↑ Pour plus de détails, voir lathèse de doctorat de médecinede Thierry Richard.
↑ Voir la liste sur le site de l'Association française de naissance aquatique (AFNA) :http://naissance.ws/afna/ .
↑ Accoucher dans l’eau tout en douceur
↑ Principalement pour des raisons médico-légales puisque la littérature scientifique montre que cette pratique ne présente pas de risque particulier (voir labase de données de l'AFAR ).
↑ Accouchement : la naissance de bébé
↑a ,betc « Les hormones de l'accouchement » , mamanpourlavie.com, 2010
↑ D'après une présentation du livre de M. OdentL’amour scientisé, les mécanismes de l’amour , édition Jouvence, 2001sur le blog unbebebienreel.over-blog.com.
↑ Gagnon N.Les hormones de l'accouchement , 2006 sur mamanpourlavie.com.
↑ ( en )Kerstin Uvnäs Moberg.The Oxytocin Factor - Tapping the Hormone of Calm, Love, and Healing , Cambridge MA: Da Capo Press, 2003
↑ Michel Odent .Césariennes : questions, effets, enjeux , Barret-sur-Mérouge : Le Souffle d'Or, 2005.
↑ Le solutesur le blog co-naiissance-doula.com
↑ Anim-Somuah M, Smyth RMD, Jones L , «  Epidurals for pain relief in labour  », Cochrane Library, 7 décembre 2011.
↑ Tonje Lippert, Ellen Nesje, Karen Sofie Koss and Pål Øian, «  Change in risk status during labor in a large Norwegian obstetric department: a prospective study  », Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica, Volume 92, Issue 6, pages 671–678, juin 2013.
↑ « Quand les pratiques médicales font perdre aux femmes leur capacité d’accoucher » , sur couplefamilles.be
↑aetb La naissance déshumaniséesur neosante.eu
↑ La phase de désespérance pendant l’accouchement
↑ KerstinUvnäs Moberg= ,Ocytocine: hormone de l'amour , Le Souffle d'Or,2006 , 224  p. ( ISBN   2 84058 285-6 )
↑ ( en )Sue MACDONALD, Julia MAGILL-CUERDEN,Mayes' Midwifery: A Textbook for Midwives , Édition Bailliere Tindall,14 e  édition, 2011,p.  521 .
↑ L’âge de Lait,La douleur de l’accouchement : une initiation ?sur le blog age-de-lait.over-blog.com
↑aetb ( en ) Ronald Melzack, « Labour pain as a model of acute pain » Pain , mai 1993 - Volume 53 -n o  2 -p.  117-120 ,DOI : 10.1016/0304-3959(93)90071-V présentation en ligne
↑a ,b ,cetd J. Dubourdieu et Michel Dreyfus,41e Journées nationales de la Société française de médecine périnatale: Grenoble, 12-14 octobre 2011 Naissance et douleur; urgences en salle de naissance; cardiopathies congénitales , Springer Science & Business Media,23 janvier 2013 , 3–27  p. ( ISBN   978-2-8178-0257-2 ,lire en ligne )
↑ Lynn Clark Callister,Cultural Influences on Pain Perceptions and Behaviors , Home Health Care Management & Practice, Volume 15, Number 3, 207-211, avril 2003.
↑ La Bible,Ancien Testament - Le Pentateuque - Genèse 3sur leblogebible.free.fr
↑ Genèse 3: 16
↑ Ellen Holmes Pearson,Native American Customs of Childbirth .
↑ La première partie du travail : étude de la contraction utérine, effacement et dilatation du col , support de cours, Université Médicale Virtuelle Francophone, 2011.
↑ Michel Odent, "La naissance à l'âge des plastiques", éd. du Hêtre, 2014.
↑ ( en ) Vigdis Aasheim, Liv Merete Reinar et al., Perineal techniques during the second stage of labour for reducing perineal trauma, 7 décembre 2011,DOI : 10.1002/14651858.CD006672.pub2 version intégrale[PDF]
↑aetb Comprendre la douleur de l’accouchement pour mieux l'affronter
↑ Marie F. Mongan,HypnoNaissance: la méthode Mongan , Édition du petit monde, 2009.
↑ ( en )Grantly Dick-Read,Chilbirth without fear , Heinemann Medical Books,1942 ( lire en ligne )
↑ La position gynécologiquesur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑aetb Quelques conseils à appliquer pendant le travailsur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑ Le déclenchementsur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑ La rupture des membranessur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑ Christel,L'hypnonaissance pour un accouchement en toute détente , Mum-to-be Party, 23 novembre 2012.
↑ Marie F. MONGAN,HypnoNaissance: la méthode Mongan , Édition du petit monde, 2009
↑aetb Votre accouchement: comment gérer la douleur , Koninklijke Nederlandse Organisatie van Verloskundigen, 2009.
↑ Lina Clerke,Accoucher, c’est lâcher prise .
↑ May,Se préparer à un accouchement sans péridurale , blog Un bébé bien réel.
↑ Michel Odent,L'amour scientifisé, les mécanismes de l'amour , Éditions Jouvence, 2001.
↑ L'accouchement à domicile , Accoucher librement.
↑ Marie F. MONGAN,HypnoNaissance: la méthode Mongan , Édition du petit monde, 2009.
↑ Massage thérapeutique , médecines naturelles
↑ Julie Bonapace,Accoucher sans stress avec la méthode Bonapace .
↑ May,Sans péridurale et sans douleur ? , sur le blog unbebebienreel.over-.com
↑ La douleur pendant l'accouchement, outils pratiques , sur naitreetgrandir.over-blog.com.
↑ Quelques façons d'apprendre à mieux gérer la douleur , bébé-arrive.com, 2002.
↑ Mael2010,Comprendre la douleur de l’accouchement pour mieux l'affronteretGérer la douleur des contractions pendant l'accouchement , Les petits mwana, février 2013.
↑ M. Rège-Walther, G. Théry, L. Thierrin, I. Peytremann-Bridevaux,Faut-il autoriser les femmes à boire ou à manger durant l’accouchement? , Revue Médicale Suisse,http://www.revmed.ch , 20 octobre 2010.
↑aetb Marie-France MOREL,Histoire de la douleur dans l’accouchement , Réalités en gynécologie obstétriquen o  67, janvier 2002,p.  31-34et dans len o  71, mai 2002,p.  42-46 .
↑ Blissful Birth release hypnobirthing book on Amazon Kindle
↑ Charlotte Libov,Will Royal Baby Spark 'Hypnobirth' Craze? , 22 juillet 2013.
↑ Démédicaliser l’accouchementsur leblogaccoucherautrement.free.fr
↑ Danielle Gourevitch et Marie-Thérèse Raepsaet,La femme dans la Rome Antique , Hachette Littératures,14 novembre 2001 , 94–96  p. ( ISBN   978-2-01-238804-8 ,lire en ligne )
↑ Simha Arom, Jacqueline M. C. Thomas et Serge Bahuchet, Alain Epelboin,Encyclopedie Des Pygmees Aka II. Dictionnaire Ethnographique Aka-Francais. Fasc. 2, B , Peeters Publishers,1 erjanvier 1993 , 239-242  p. ( ISBN   978-2-87723-049-0 ,lire en ligne )
↑ Autochtones est le nom préconisé pour désigner les Pygmées au Congo, ce dernier terme y étant jugé insultant.
↑ Arsène Séverin,Santé-Congo - De nombreuses femmes autochtones accouchent toujours dans les forêts , sur ipsinternational.com, 10 août 2011
↑ Voir entre autres : KAPLAN SHANLEY L., «  Accoucher par soi-même : le guide de la naissance non assistée  », Mama Éditions, 2012.
↑ Propos tenus parMichel Odentlors de la conférence « La naissance et l’avenir de l’homo sapien » à Bruxelles le 28 mars 2013
↑ F. Millogo-Traore, S.T.A. Kaba, B. Thieba, M. Akotionga, J. Lankoande,Pronostic maternel et fœtal au cours de l'accouchement chez la femme excisée , 2007
↑ «  L’accouchement dans le monde, partie 1  » ( Archive•Wikiwix•Archive.is•Google•Que faire ? ) , survert-citrouille.com
↑ Pregnancy and childbirth around the worldsur leblogpregnancyandchildbirtharoundtheworld.blogspot.be
↑ SHOSTAK, M, «  Nisa, the life and words of a !Kung woman , First Harvard university press paperback edition, 2000, page 161.
↑ Un exemple de témoignage :J'ai accouché toute seule à la maison !
↑ Laura Shanley’s Unassisted Childbirth Page
↑ Mon accouchement non-assisté -- la naissance de mon dernier enfant
↑ Vivre naturellement et paisiblement la naissance
↑ Sage-femme, le plus vieux métier du monde et pourtant si méconnu
↑ Odile MONTAZEAU, Jeanne BETHUYS,Histoire de la formation des Sages-Femmes en France , Université Médicale Virtuelle Francophone
↑ EHRENHEICH, B., ENGLISH, D., « Sorcières, sages-femmes et infirmières, une histoire des femmes et de la médecine », les éditions du remue-ménage, bibliothèque nationale du Québec, 1976.
↑ Le baby-blues des sages-femmes
↑ Lancement controversé des maisons de naissance
↑ Maisons de naissance : les médecins bloquent cette nouvelle concurrence pour les maternités françaises
↑ La sage-femme en Belgique, qu’est-ce qu’une sage-femme ?
↑ Les sages-femmes défendent leur savoir-faire
↑ Tout ce que votre sage-femme peut faire pour vous…
↑ Accoucher à l’hôpital avec une sage-femme libérale (ayant accès au plateau technique)
↑ Maison de la naissance à Bruxelles
↑ COUTURE A.,Les petites histoires de l’Histoire de l’obstétrique
↑ M. NICOLI,LeXVIII e  siècle, un tournant dans l'histoire de l'accouchement , Le Courrier, septembre 2007.
↑ A.-F. Morel,Histoire de la naissance en FranceXVIII e ‑ XX e  siècle) , adspn o  61 ∕ 62, décembre 2007 – mars 2008.
↑ H. VADEBONCOEUR,Humanisation/médicalisation de l’accouchement .
↑ A. TORTOSA,Guide de la grossesse à l’usage des futurs parents, le jour où les femmes ont abandonné leur grossesse à la « science » , Éditions Archilogue, 2008.
↑ B. JACQUES,De la matrone à l'obstétricien : quel partage des rôles pour les professionnels ? , La Santé de l’Homme, septembre-octobre 2007.
↑ De Boer,« Le prix et le coût de la naissance aux Pays-Bas »
↑ Association des doulas francophones de Belgique
↑ http://www.alternatives.be/fiches/doula.htm
↑ Doula, dans quels cas ?
↑ P. Dibie,Ethnologie de la chambre à coucher , Éditions Métailié, Paris, 2000,p.  205 .
↑ Les coutumes à la naissance dans le mondesur blogecoollogic.canalblog.com
↑a ,b ,cetd M. ODENT,Le fermier et l’accoucheur , Medicis, 2004.
↑ Couper le cordon ombilical : 5 questions à vous poser avant d'accoucher !
↑ Dister A.« Futur papa : bien se préparer à l’accouchement »avril 2013.
↑aetb « La place du père pendant l’accouchement »sur age-de-lait.over-blog.com
↑ Maman - Présence du père lors d'un accouchement naturel
↑ Le rôle du père dans un accouchement non-médicalisé
↑aetb Delphine de Mallevoüe,L’accouchement à domicile fait des adeptes , Le Figaro, 10 octobre 2008.
↑ De la matrone à l'obstétricien : quel partage des rôles pour les professionnels ?Béatrice Jacques.La Santé de l'homme , 391, sept-oct 2007,p.  20-22
↑aetb Accoucher à domicile , Alter-natives.
↑ Madeleine Akrich,Statistiques périnatales aux Pays-Bas , Portail Naissance.
↑ C. Collet,L’accouchement à domicile , enceinte.com
↑ Béatrice Jacques,De la matrone à l'obstétricien : quel partage des rôles pour les professionnels ? , La santé de l’homme,n o  391, septembre-octobre 2007,p.  20à 22.
↑ Johnson K C and Daviss B-A. Outcomes of planned home births with certified professional midwives: large prospective study in North America. BMJ 2005;330:1416-9
↑ Voir aussi labase de données de l'AFAR .
↑ Voir labase de données de l'AFAR .
↑ Wax et al. , Maternal and newborn outcomes in planned home birth vs planned hospital births: a metaanalysis.,American Journal of Obstetrics and Gynecology , Volume 203, Issue 3, September 2010, Pages 243.e1–243.e8.
↑ Chervenak et al. , Planned home birth: the professional responsibility response.,American Journal of Obstetrics and Gynecology , Volume 208, Issue 1, Pages 31-38, January 2013
↑ Les travaux de la statisticienne Marjorie Tew ont montré que l'amélioration des résultats périnataux, au Royaume-Uni, était fortement corrélée aux facteurs sanitaires et faiblement à sa prise en charge médicalisée. Voir :Safer Childbirth? A Critical History of Maternity Care(Marjorie Tew). Londres, Chapman & Hall, 1998. De même, dans les régions isolées de pays récemment développés, on peut observer une diminution drastique de la mortalité périnatale alors que les modes de prise en charge restent traditionnels et non médicalisés. (Voir par exemple leCensus of India .)
↑ Ignace-Philippe Semmelweis, 1818 – 1865, Chirurgien et obstétricien hongrois , Portraits de médecins.
↑aetb Anne-France MOREL,Histoire de la naissance en FranceXVIII e ‑ XX e  siècle) , adspn o  61 ∕ 62, décembre 2007 – mars 2008.
↑ Marine Bailleul,Les politiques publiques en France relatives à la place de l’enfant durant l’accouchement et les instants qui suivent , Université de Nantes, Droit et science.
↑ Henri Goer,Obstetrical myths versus research realities - A guide to the medical litterature , Westport: Bergin et Garvey, 1995, chapitre 17,p.  331-347 .
↑ Mold JW, Stein HF, The cascade effect in the clinical care of patients, N Engl J Med, 20 février 1986, 314(8):512-4.
↑ Eve Gratien,Maternité et manque d'écoute : au secours, l'accouchement se déshumanise ! , Le Nouvel Observateur, 19 mars 2012.
↑ Marlène Schiappa,Accouchement surmédicalisé et conséquences sur le travail des mères , Réseau Maman travaille, 20 janvier 2011.
↑ Par exemple en France, les représentants d'associations d'usagers participent aux groupes de travail sur la périnatalité de laHaute Autorité de santé( HAS ) et autres instances du système de santé. Pour plus de détails, voir laliste détaillée des interventionsduCIANEet les travaux desÉtats Généraux de la Naissance(2003 et 2006).
↑ Une salle pour accoucher au naturel , Allodocteur.fr, France 5, juillet 2013
↑ Maison de la naissance, une équipe de sages-femmes à Bruxelles
↑ Accoucher en maison de naissance , alter-natives.
↑ Les maisons de naissance, une alternative aux accouchements à l'hôpital , Huffingtonpost.fr, 7 février 2013.
↑ Anne-Sophie Hojlo,Les maisons de naissance en 5 questions , Le nouvel Observateur, 7 mars 2013
↑ Afsané Sabouhi,Les sénateurs posent la première pierre des maisons de naissance , Le Nouvel Observateur, 14 juin 2013.
↑ Gantz 1993 ,p.  152
↑ Normal Birth Consensus (Consensus sur l'accouchement normal),Maternity Care Working Party . Voirdocuments .
↑ Jean-Yves Nau ,En droit français, la mère est celle qui accouche , revue médicale suissen o  291, 2011
↑ Droit civilsur over-blog.com
↑ Juliette Gaté,L’accouchement sous X est conforme à la constitution , sur le blog libertees.blog.lemonde.fr, 29 mai 2012.
↑a ,b ,c ,d ,eetf Insee -Natalité - Fécondité

Outils personnels

Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter
Espaces de noms

Article
Discussion

Affichages

Lire
Modifier
Modifier le code
Historique

L' accouchementest l'action de mettre unenfantau monde. Marquant l'aboutissement de lagrossesse , il consiste en l'expulsion d'un ou plusieursfœtusde l' utérusde samère .
L'accouchement, aussi appeléparturition , se déroule en trois phases. La première est la phase de dilatation qui commence avec lescontractionsde l' utérus , qui pressent lamembrane amniotiquesur lecol de l'utérus . La deuxième phase du travail est celle de l'expulsion : les contractions utérines s'accentuent, les musclesabdominauxse contractent, contribuant à l'expulsion du fœtus par levagin . C'est la naissance du bébé. À ce stade, le fœtus est encore relié à la mère par lecordon ombilical , qui doit être coupé. La troisième phase est la délivrance, c'est-à-dire le moment où leplacentaest expulsé par l'utérus. Les deux premières phases de l'accouchement sont parfois regroupées sous le terme detravail [ 2 ] , [ 3 ] .
L'accouchement est un phénomène intimement lié à l'humanité. Le processus d'accouchement et tous les aspects qui l'entourent varient donc en fonction des contextes historique, géographique, social et culturel. Ces contextes influencent les positions d'accouchement, les conditions dans lesquelles l'accouchement a lieu, les personnes du monde médical ou non qui entourent laparturiente( sage-femme ,obstétricien ,père ...) ainsi que les lieux d'accouchement ( accouchement assisté à domicile ,hôpital ,maison de naissance ).
La date théorique d’accouchement est la date du premier jour des dernièresrèglesà laquelle sont ajoutés 14 jours puis les neuf mois du calendrier [ 4 ] .
Pour le suivi de lagrossesse , on préfère généralement l'évaluer en « semaines d' aménorrhée  » (SA), c'est-à-dire, en nombre de semaines écoulées depuis le premier jour des dernières règles. On considère comme grossesse à terme toute grossesse de 37 à 41 semaines d' aménorrhéecomplètes. EnFrance , leterme théoriquecorrespond à 41 semaines complètes, alors qu'enBelgique , il n'est que de 40 semaines [ 5 ] .
Lorsque le bébé naît avant le terme de 37 SA, on parle deprématurité . Lorsqu'il naît à partir de 42 SA, on parle determe dépassé . Il est important de distinguer la notion de terme dépassé, qui correspond à un écart par rapport à une moyennestatistique , de lapostmaturité , qui est un étatpathologiquedufœtuscausé par un dysfonctionnement duplacentan'assurant plus correctement son rôle d'échanges, de nutrition et d'oxygénation [ 6 ] .
La méthode de calcul de la date d’accouchement est basée sur le derniercycle menstruelde la femme enceinte, en considérant que son cycle est de 28 jours. L’ ovulationest censée avoir eu lieu 14 jours avant lesrèglessuivantes, c'est-à-dire 14 jours après le premier jour des dernières règles dans un cycle de 28 jours. L’ ovulea une durée de vie de 24 heures, lesspermatozoïdesjusqu’à 4 jours, ce qui permet unepériode de fertilitéd’environ 5 jours. Lafécondationest censée avoir lieu durant cette période de fertilité, c'est-à-dire entre les10 eet15 e  jours qui suivent le premier jour des dernières règles, avec une fréquence maximale le14 e  jour.
Il existe plusieurs sources d'erreurs dans ces calculs : le cycle peut être différent de 28 jours, l'ovulation peut intervenir à d'autres moments qu'au14 e  jour du cycle, et le premier jour des dernières règles peut ne pas être connu avec précision.
La datation de l'âge de la grossesse, et donc la détermination de la date théorique d'accouchement, peut être réalisée lors d'uneéchographie , par mesure de la longueurcrânio-caudaledufœtus . Cependant, pour être fiable, celle-ci doit être réalisée entre 11 et 13 semaines de préférence, et en tous cas avant 20 semaines [ 7 ] . Les spécialistes debiométriefœtale disposent de tables statistiques sur différentes mesures [ 8 ]qui leur permettent de dire si les mesures paraissent cohérentes avec la date de conception supposée. Cependant, cette méthode ne permet de détecter que les différences grossières [ 9 ] .
La dispersion des durées degrossesseautour du terme théorique est élevée. Cette dispersion est difficile à évaluer actuellement en raison de la fréquence desdéclenchements , mais une valeur de 7 jours pour l' écart-typeest une estimation acceptable. Ceci revient à dire que 95 % des femmes accoucheraient spontanément entre 39 et 43 semaines d' aménorrhée . En réalité, la répartition statistique n'est pas symétrique, de sorte qu'il est plus fréquent de voir des femmes accoucher avant qu'au-delà du terme théorique. Selon l'estimation de sages-femmes qui pratiquent unaccompagnement global à la naissanceet de certaines études sur le déclenchement [ 10 ] , moins de 1 % des femmes accoucheraient spontanément à plus de 42 semaines. Certaines études ont aussi décelé des différences notables de la durée de grossesse en fonction des groupes ethniques et du nombre de grossesses précédentes. Ainsi la durée moyenne d'une première grossesse pour une femme de type européen est de 41 SA et 1 jour. À partir d'une deuxième grossesse, elle n'est plus que de 40 SA et 3 jours [ 11 ] .
Les promoteurs d'une pratique obstétricale moins interventionniste [ 12 ]suggèrent une surveillance attentive de l'apparition des premierssignes cliniquesde postmaturité — avant même que lasouffrance fœtalene devienne visible sur lerythme cardiaque— plutôt que la pratique très répandue qui consiste àdéclenchersystématiquement et arbitrairement l'accouchement à 42 semaines d' aménorrhéevoire à la date théorique de 41 SA ou 40 SA selon les pays. La tendance desobstétriciens , toutefois, consiste à mettre en balance les risques (pour la mère et l'enfant) associés à un âge gestationnel particulier avec les risques d'un déclenchement de l'accouchement. Les recommandations de pratique clinique visent à indiquer des limites raisonnables en fonction de la littérature scientifique et du consensus des experts. Toutefois, la décision finale de traiter ou pas appartient à la femme enceinte [ 13 ] .
L'accouchement est un processus en trois phases (dilatation, expulsion et délivrance).
La phase de dilatation est généralement la plus longue puisqu'elle implique un assouplissement des parois vaginales, un effacement puis une ouverture du col de l'utérus et une laxitéligamentaireau niveau du bassin pour permettre le passage du bébé. Cette phase peut, selon la force et la durée des contractions, être divisée en une période dite de latence, durant laquelle les contractions sont irrégulières, et en une période active, durant laquelle la dilatation est d’au moins4cmet les contractions sont régulières et espacées de cinq minutes ou moins. Le processus d'ouverture du col de l’utérus n'est pas le même pour les femmes n'ayant jamais accouché ( primipares ) et celles ayant déjà donné la vie ( multipares ). Pour une primipare, la durée moyenne est de 12 heures, contre 6 à 7 heures pour une multipare [ 14 ] . La durée moyenne de cette phase de l'accouchement est passée en Occident de 4 heures environ à 6 heures 30 au cours des cinquante dernières années. L'explication en serait l'augmentation de l'âge de la parturiente, de sonindice de masse corporelle , de la taille du bébé, et surtout le recours généralisé à lapériduralebien connue pour ralentir le travail [ 15 ] .
La phase d’expulsion commence avec l’ouverture complète du col de l’utérus et se termine avec la naissance de l'enfant. Elle ne dure généralement pas beaucoup plus d’une heure pour une primipare et, au maximum, 30 minutes pour une multipare [ 14 ] .
La phase de délivrance s'étend de la naissance de l'enfant jusqu'à l'expulsion du placenta et dure en moyenne de 20 à 30 minutes [ 14 ] .
De telles valeurs sont des moyennes statistiques et sont extrêmement variables d'une femme à l'autre. Elles dépendent de nombreux facteurs tels que la tonicité de l' utérus , lediamètrefœtal en voie d'engagement, les dimensions et l'ouverture dubassinmaternel. Elles dépendent également de l'état physique et psychologique de la femme en travail, ainsi que des conditions et du confort dans lesquelles elle accouche (lieu apaisant et rassurant, liberté de mouvement, mobilité de laparturienteet positions d'accouchement). Elles dépendent enfin du nombre d'accouchements précédents (grandemultiparité ) ou de la présence ou non d'une grossesse multiple.
Dans lamédecineconventionnelle, il est fréquent d'accélérer l'accouchement par l'administration d' ocytocineartificielle. Cette pratique, bien que couramment appliquée dans les hôpitaux en France, est considérée comme utilisée à tort par l' organisation mondiale de la santédans le cas d'accouchement normaux, et devrait être un geste réservé aux obstétriciens [ 16 ] . En effet, l’injection d’ocytocine provoque généralement des contractions de forte intensité, douloureuses, qui entraînent la mise en place d'unepéridurale , avec pour conséquence un taux plus élevé d'extractions instrumentales ( forcepsouventouse ). Elle augmente également le risque d’ hémorragiepost-partum [ 17 ] , [ 18 ] .Elle peut avoir comme effets secondaires desnausées , desvomissements , des contractionsventriculairesprématurées, des troubles du rythme cardiaque et, plus rarement, uneafibrinogénémie . Chez le bébé, elle peut causer unebradycardiefœtale ou unictèrenéonatal. Un surdosage peut entraîner chez les patients hypersensibles unehypertonieutérine, source de souffrance fœtale, et pouvant entraîner une rupture de l’utérus [ 19 ] [réf. à confirmer] .
L'accouchement commence de différentes manières : par la perte dubouchon muqueux , par descontractions utérinesou par la rupture de lapoche amniotique .
La perte dubouchon muqueux , une sorte deglaire cervicalechargée de cellulesdesquaméeslui donnant une teinte brunâtre, peut se détacher ducol de l'utérusdans les quelques jours qui précèdent l'accouchement, le jour même, ou à la suite des premières contractions. La perte du bouchon muqueux peut toutefois passer inaperçue [ 20 ]et n'est pas systématiquement suivie de la mise en travail.
L'apparition decontractions utérinesplus ou moins douloureuses est un autre signe du début de l'accouchement. Elles peuvent survenir initialement toutes les 10 à 30 minutes et durer quelques secondes chacune. Il se peut toutefois que les premières contractions ressenties soient descontractions de Braxton Hicks .
Parfois le travail commence par la rupture de lapoche des eauxentraînant la perte duliquide amniotique , communément appelée « perte des eaux ».
Dans le contexte médical, il est parfois nécessaire de ne pas attendre la mise en route spontanée du travail et deprovoquerl'accouchement.
Lescontractions utérinescommandent à la fois l'effacement et la dilatation ducol de l'utéruset les mouvements de flexion et de rotation de la présentation du fœtus, indispensables à l'expulsion du bébé hors des voies génitales maternelles [ 21 ] . Ces contractions sont involontaires. Elles sont intermittentes et rythmées puisque l’utérus se relâche entre chacune d’entre elles. Elles sont généralement progressives dans leur fréquence, leur durée et leur intensité. En effet, en tout début de travail, elles surviennent en moyenne toutes les 15 à 20 minutes et durent de 15 à 20 secondes. À la fin de la première phase de travail, elles surviennent toutes les 2 à 3 minutes et durent 30 à 45 secondes. Leur intensité augmente au fur et à mesure de la progression de la phase de dilatation. Les contractions sont généralement douloureuses, bien que la douleur ne soit ressentie qu’après une certaine durée de la contraction et se termine avant la fin de celle-ci. L’intensité de la douleur est sujette à des variations individuelles. Elle peut augmenter avec la progression du travail, mais est majorée par l’ignorance, la peur et l’angoisse, et à l'inverse atténuée par la relaxation et la détente. Les contractions sont qualifiées de « totales » étant donné qu’elles concernent tout l’utérus [ 22 ] .
Pendant une contraction, les longs muscles de l' utérusse contractent, en commençant par le haut de l'utérus et en progressant jusqu'aux fesses. À la fin de la contraction, les muscles se relâchent mais demeurent plus courts qu'au début de la contraction. Cette traction efface lecol de l'utérus , puis le dilate progressivement.
L'effacement du col signifie que le col se raccourcit. Il passe d'une longueur de 30 à43mmà une longueur de l'ordre de5mmou moins. Quand l'effacement est terminé, la dilatation peut commencer. La dilatation du col progresse ensuite au rythme des contractions, en augmentant en moyenne de1cmà1,5cmpar heure pour atteindre une ouverture finale de10cm . Ce phénomène est le résultat de la conjonction de trois effets des contractions : une augmentation de lapressionintra-utérine, un appui sur le col par l'intermédiaire de lapoche des eauxou/et de la présentation fœtale, et un effet de traction directe sur le col par l'intermédiaire dusegment inférieuret du raccourcissement desfibres utérines [ 23 ] .
L’évolution de la dilatation du col est mesurée par letoucher vaginalréalisé par l’ indexet lemajeur . Lorsque l’on peut introduire un doigt dans l’ orifice cervical , on dit qu’il est ouvert à1cm . Lorsque l’on peut introduire deux doigts, il est ouvert à2cm . On estime ensuite l’écart entre l’index et le majeur placés sur les parois du col [ 24 ] . Cette pratique, bien que très fréquente dans les hôpitaux, est contestée par les partisans d’un accouchement plus naturel. En effet, ces touchers vaginaux à répétition présentent un risque d’infection, peuvent être douloureux et ne respectent pas l’intimité et la concentration de la parturiente. De plus, un contrôle régulier de l’ouverture du col n’a pas de sens dans la mesure où la progression de la dilatation est rarement linéaire (elle peut présenter des interruptions puis subitement s’accélérer) [ 25 ] . L’ Organisation mondiale de la santéconsidère ainsi que les touchers vaginaux répétés ou fréquents, spécialement par plusieurs dispensateurs de soins, font partie des pratiques fréquentes utilisées à tort [ 26 ] .
Si lapoche des eauxest toujours intacte, elle peut se rompre à n'importe quel moment lors de la phase de dilatation.
La phase d’expulsion est le processus qui a lieu depuis la dilatation complète (à10cm ) jusqu’à la naissance du bébé. Elle est souvent précédée d’une courtephase de désespéranceassociée à un pic d’ adrénaline , durant laquelle la parturiente éprouve un découragement, immédiatement suivi d'un regain d’énergie. L'imminence de ce deuxième stade peut s'estimer par lescore de Malinas .
Dans cette deuxième phase du travail, le fœtus traverse lebassin osseux , puis levagin . L'expulsion est facilitée par l'amplification des contractions utérines et de puissantes contractions abdominales. En effet, la parturiente peut à ce stade ressentir une irrépressible envie de pousser qui peut être comparée à une envie d'aller à la selle.
Dans le contexte médical, les contractions abdominales sont souvent induites par le personnel soignant qui invite la parturiente à « pousser », selon la célèbre injonction « inspirez, bloquez, poussez » [ 27 ] . Il s'agit de lapoussée dirigée [ 28 ] . Hors de ce contexte et lorsque rien ne vient perturber l'intimité de la future mère, se produit unréflexed'éjection du fœtus qui ne nécessite aucun effort volontaire. Inciter la parturiente à pousser est non seulement inutile, mais peut être épuisant,voire provoquer unpneumothorax , un éclatement de larateet descapillaires sanguinsen cas de poussée volontaire prolongée. Cette pratique est aussi une cause de déchirure dupérinée , en particulier si la femme pousse volontairement en étant couchée sur le dos [Informations douteuses]  [?] [ 28 ] . L’ Organisation mondiale de la santéconsidère en 1998, sur la base des quelques études disponibles [ 29 ] , que les efforts de poussée soutenus et dirigés de typemanœuvre de Valsalvapendant le deuxième stade du travail ne présentent aucun avantage et sont même susceptibles d'être nocives ; elle préconise de ne pas y recourir [ 16 ] , .
Dans certains hôpitaux français est pratiquée l’expression abdominale, c'est-à-dire une pression sur le fond de l’utérus pratiquée par le personnel médical, avec l’intention spécifique de raccourcir la durée de la deuxième phase de l’accouchement. LaHaute Autorité de santé(HAS) considère néanmoins que cette pratique ne présente pas d’indications médicalement validées et que le vécutraumatiquedes patientes et de leur entourage et l’existence decomplications , rares mais graves, justifient l’abandon de cet usage. La HAS estime également que dans les situations médicales qui nécessitent d’écourter la deuxième phase de l’accouchement, le recours, en fonction du contexte clinique, à uneextractioninstrumentale ( forceps ,ventouse obstétricale ,spatules ) ou à unecésariennedoit être préféré. Si une expression abdominale est pratiquée malgré les recommandations précédentes, elle doit être notée dans le dossier médical de la patiente par la personne chargée de l’accouchement, en précisant le contexte, les modalités de réalisation et les difficultés éventuellement rencontrées [ 30 ] .
Depuis leXVIII e  siècle , le personnel médical pratique de façon presque routinière uneépisiotomie , c'est-à-dire une incision dupérinée , dans le but d’éviter sa déchirure au moment du passage du bébé [ 31 ] . Cette pratique est contestée depuis le milieu des années 1990 en raison de ses faibles bénéfices supposés au regard des séquelles qu’elle induit [ 32 ] . Depuis 2005, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) considère que la pratique systématique de l’épisiotomie n’est pas recommandée [ 33 ] .
Si lapoche des eauxest toujours intacte à ce stade, elle peut se rompre à n'importe quel moment lors de la phase d’expulsion. Lorsque lapoche des eauxne s'est pas rompue durant le travail ou l'expulsion, le nouveau-né peut venir au monde avec une partie ou la totalité des membranes fœtales. On dit alors qu'il estné coiffé .
En règle générale, le bébé naît la tête la première, en présentant le haut ducrâne . Laprésentation du sommet(céphalique bien fléchie) est à la fois la plus fréquente et la plus favorable à un accouchement normal.
Dans environ 5 % des cas, l'enfant se présente dans une position différente.
En cas deprésentation de la face(céphalique défléchie totalement) etprésentations du front et du bregma(céphalique flexion intermédiaire), le bébé, bien que progressant la tête la première, est positionné en présentant respectivement levisageet lefrontdans les voies génitales maternelles. La présentation du front rend impossible la naissance par les voies génitales du fait d'un diamètre syncipito-mentonnier supérieur au détroit supérieur. Dans certains cas, le bébé se présente par le siège ouprésentation podalique . Il existe plusieurs types de présentations par le siège. La plus commune est celle où les fesses du bébé arrivent en premier et les jambes sont repliées contre son corps avec les genoux en tailleur et les pieds près des fesses ( siège complet ). On parle desiège décomplété en mode des fesseslorsque le bébé se présente par le siège complet mais avec les jambes allongées jusqu'aux oreilles. On parle desiège décomplété en mode des piedslorsqu'une ou deux jambes sont tendues et le ou les pieds se présentent en premier. Avec un personnel bien formé et si les circonstances s'y prêtent, un bébé en présentation par le siège peut être expulsé de façon naturelle [ 34 ] . Dans d'autres circonstances, laversion par manœuvre externe(VME) permet de retourner le fœtus par manipulation manuelle sur l'abdomen de la femme enceinte, afin de le placer en douceur dans la bonne position [ 35 ] ' [ 36 ] . Ce n'est qu'après l'échec de la VME ou lorsque le fœtus ou la parturiente sont exposés à un risque particulier, qu'unecésarienneest envisagée [ 37 ] .
Une autre présentation rare est celle de laprésentation transverse . Le bébé est en travers dans le ventre, avec un bras ou un coude introduit en premier dans les voies génitales maternelles. La version par manœuvres externes permet également de replacer le fœtus dans une position adéquate pour un accouchement naturel [ 38 ] . En cas d'échec, la naissance par accouchement naturel est alors contre-indiquée, bien qu'en de rares cas le bras peut être repoussé à l'intérieur et le bébé peut être ramené dans la position correcte.
Immédiatement après la naissance, l'enfant subit des modificationsphysiologiquesimportantes en même temps qu'il s'adapte à la vie aérienne. Plusieurs structurescardiaquescommencent à s'atrophier immédiatement après la naissance, comme lecanal artériel( ductus arteriosus ) et letrou de Botal( foramen ovale ).
Dans le cadre de la médecine conventionnelle, lenouveau-néest soumis à différents examens et soins immédiatement après sa naissance. Lecordon ombilicalest clampé et coupé, puis désinfecté. La condition médicale de l'enfant est mesurée par lescore d'Apgar , basé sur cinq paramètres ( rythme cardiaque ,respiration , couleur de la peau,tonus musculaireet réactivité à lastimulation ), dans la minute qui suit la naissance, puis après 5 minutes [ 39 ] . Une sonde est introduite par lenezjusqu'à l' estomacdu bébé afin de lui dégager lesvoies respiratoires , puis une injection d'air y est effectuée afin de vérifier laperméabilitéde l' œsophageet s'assurer qu'il n'y a pas de communication entre l'œsophage et latrachée . L' anusest examiné et une sonde y est introduite pour y rechercher un éventuel obstacle. Lataille , lepoidset lepérimètrecrânien du bébé sont mesurés. Des prélèvementsbactériologiquessont réalisés dans l'oreille pour rechercher d'éventuellesinfections . De lavitamine Kest administrée pour éviter leshémorragies . Unecollyre antibiotiqueinjectée dans lesyeuxpermet d'éviter les risques liés à lablennorragieet auxChlamydia . Une piqûre autalondu nouveau-né permet de récolter une goutte desangpermettant de mesurer son taux deglycémie [ 40 ] . Enfin, un bain est donné.
Les partisans d’un accouchement moins médicalisé considèrent que la plupart des tests imposés au nouveau-né sont soit inutiles parce que les rares malformations et déficiences apparaissent d’elles-mêmes dans les heures et les jours suivants, soit parce qu’il n’y a pas d’urgence à soumettre le nouveau né à des actes qui peuvent également attendre plusieurs jours [ 41 ] . Il est en revanche primordial d’accueillir le nouveau-né avec douceur et bienveillance, sans gestes invasifs potentiellement traumatisants, et de permettre à la mère et à l’enfant de créer des liens dès les premiers instants qui suivent la naissance. Les conditions dans lesquelles le nouveau-né est accueilli influent, en effet, sur son développement futur, sa capacité à établir des relations émotionnelles, voire sur certains aspects de sa personnalité [ 42 ] . Dans cette pratique, le nouveau-né est immédiatement posé nu, à même lapeau , sur le ventre de sa mère durant les deux heures de surveillance qui suivent l’accouchement. La pose d’un petit bonnet lui permet d’éviter une déperdition de chaleur. Ce moment de grandeintimitépermet aux parents de nouer lentement connaissance avec leur enfant et de profiter au mieux du moment privilégié qui suit immédiatement la naissance [ 43 ] . Durant cette période, le nouveau-né est mis ausein , ce qui permet à la fois de répondre à sonréflexe de fouissementet d’activer la production de lait chez la mère [ 44 ] .
Le troisième stade du travail est la délivrance, qui se produit le plus souvent durant les quinze minutes à une heure qui suit la naissance du bébé. Pendant cette phase, l'utérus expulse leplacenta . Si la femme n'a pas reçu d' ocytocineartificielle pour accélérer le travail, et particulièrement lors d'accouchements spontanés en l'absence de surveillance médicale, il arrive que le placenta soit décollé de la paroi utérine mais expulsé plusieurs heures après l'accouchement. Il est indispensable que la totalité du placenta soit expulsée, c'est pourquoi lasage-femme , le compagnon ou la femme elle-même l'examinera pour s'assurer qu'il est intact. En effet un morceau restant peut provoquer unehémorragie de la délivranceou uneinfection , surtout si la femme a subi des interventions intrusives : touchers vaginaux, extraction instrumentale,  etc.
Des études montrent qu'après la première demi-heure suivant l'expulsion du fœtus, le risque de saignementpost-partumaugmente significativement. En règle générale, le praticien s'assure que leplacentasoit sorti entier de lacavité utérineaprès ce délai. Cette précaution est quasiment protocolaire, pour minimiser le risque juridique.
Le cordon ombilical peut êtreclampé , c'est-à-dire serré par des pinces ou des attaches nouées, immédiatement après la naissance ou plus tard. Le choix du moment où le cordon est clampé ne semble avoir aucun effet significatif sur l'incidence de l' hémorragie de la délivrance . Par contre, le clampage tardif, voire l'absence de clampage, est le moyen physiologique de traiter le cordon. Selon les recommandations de l' OMS , le clampage précoce est une intervention qui nécessite une justification [ 45 ] .
Si, après la naissance, lenouveau-néest placé au niveau de la vulve ou au-dessous de ce niveau pendant trois minutes avant le clampage du cordon, environ 80 ml de sang passent duplacentaau nouveau-né [ 46 ] . Le nouveau-né est ainsi doté d'une réserve d'environ50mgde fer, ce qui réduit la fréquence de l'anémie ferriprive au cours de la petite enfance [ 47 ] . Théoriquement, cette transfusion de sang du placenta au nouveau-né pourrait entraîner unehypervolémie , unepolycythémieet une hyperviscosité, ainsi qu'unehyperbilirubinémie . Ces effets ont fait l'objet d'un certain nombre d'essais qui ne concluent pourtant pas à de tels risques pour le nouveau-né [ 48 ] . Au contraire, les bébés nés après un clampage précoce du cordon présentent un taux d' hémoglobineet unhématocriteplus faibles. Pour ce qui est des troubles respiratoires du nouveau-né, aucune différence sensible n'a été observée entre les deux pratiques. Le taux debilirubinechez le nouveau-né était inférieur après un clampage précoce du cordon, mais aucune différence cliniquement significative n'a été relevée entre les deux pratiques, ni aucune différence dans lamorbidité néonatale [ 49 ] .
Une des raisons de la persistance de la pratique du clampage précoce est qu'elle permet de collecter du sang placentaire pour la culture decellules souches . Cette pratique est toutefois contestée [ 50 ] . Une thèse sur la bio-ingénierie des cellules souches conclut :La décision est personnelle. Si l'argent n'est pas un obstacle, la démarche peut être envisagée comme une assurance contre des pathologies éventuelles. Généralement, les médecins recommanderont de conserver le sang ombilical si la famille a de forts antécédents de maladies particulières. [ 51 ]
Dans les unités médicalisées la pratique la plus fréquente consiste à couper lecordon ombilicalle plus tôt possible afin de donner des soins immédiats au nouveau-né. Cette pratique est remise en question par des parents qui souhaitent qu'en l'absence d'urgence le cordon ne soit coupé qu'après qu'il a fini de battre, ce qui permet à la mère de rester en contact plus longtemps avec son enfant, et celui-ci de bénéficier de la transfusion placento-fœtale. Les données scientifiques indiquent qu'une coupure relativement tardive du cordon, c'est-à-dire pratiquée entre trois minutes après l'accouchement jusqu'à la cessation des pulsations, peut avoir un effet bénéfique sur le taux deglobules rougesdu nouveau-né sans que cela augmente le risque d' hémorragie de la délivrance [ 52 ] , [ 53 ] , [ 54 ] .
Certains parents faisant l'expérience d'un accouchement à domicile sans assistance médicale s'inspirent d'une pratiqueNew Agedésignée comme « naissance Lotus » (oulotus birth ) en hommage àClair Lotus Day , une femme de Californie qui en a fait la première expérience en 1974 [ 55 ] .Jeannine Parvati Baker , sage-femme autodidacte dans la mouvance nord-américaine despiritual midwifery , en a été la principale propagatrice. Cette pratique qui se veut inspirée par celles de populations tribales enIndonésieconsiste à ne pas couper lecordon ombilicalpour le laisser sécher et se détacher de lui-même, ce qui intervient en général deux à quatre jours après la naissance. Le placenta une fois lavé est enveloppé dans un linge et conservé par un mélange de sel et de plantes médicinales. Après la rupture du cordon, il est enterré au pied d'un arbre. Traditionnellement, le placenta était considéré comme un « doublepsychique  » de l'enfant et faisait l'objet d'un rituel à chaque anniversaire. Étant donné le faible nombre de cas, il n'existe pas d'étude clinique sur les conséquences médicales de cette pratique [ 56 ] .
Certaines familles accordent une place spéciale au placenta, étant donné qu'il a été un organe vital du bébé pendant tant de mois. De nombreux parents veulent voir et toucher cet organe. Dans certaines cultures, il existe une coutume consistant à creuser un trou, y enterrer le placenta et y planter un arbre au premieranniversairede l'enfant. Dans d'autres populations, il est préparé puis mangé cérémoniellement par la famille du nouveau-né [ 57 ] .
Immédiatement après l'accouchement, il est d'usage que la sage-femme examine levaginet lepérinéede la mère pour s'assurer qu'il n'y ait pas de déchirure et, si tel est le cas, d'effectuer unesuture . En cas d' épisiotomie , une suture est de toute façon pratiquée.
Dans les jours qui suivent, de légères contractions permettront l' involutionde l' utérus , c'est-à-dire sa diminution progressive jusqu'à retrouver sa taille habituelle. Des saignements vaginaux, généralement de quantité plus abondantes que lesmenstruations , ont également lieu à la suite de l'accouchement. Lecol de l'utérusrétrécit et épaissit pour retrouver son aspect équivalent à celui avant la naissance. Durant cette période, la mère fait l'objet d'une attention particulière afin de s'assurer de sa bonne récupération (surveillance de lapression artérielle , dupouls , des pertes sanguines…) [ 58 ] . Si une épisiotomie a été pratiquée, les soins consistent à en assurer ladésinfectionet à en vérifier lacicatrisation [ 59 ] .
La période dupost-partums'étend de la fin de l'accouchement jusqu'auretour de couches , c’est-à-dire les premièresrèglesaprès la grossesse. C'est une période de nouveaux bouleversements à la fois psychiques et familiaux, mais aussi physique avec la perte brutale des repères physiologiques et anatomiques liés à la grossesse.
La parturiente est couchée à plat dos, souvent avec les pieds dans des étriers.
Il s'agit de la position d'accouchement classique enOccident . Elle permet en effet aux médecins de pratiquer plus facilement leurs interventions :touchers vaginaux ,épisiotomies ,forceps ,  etc.Mais elle reste extrêmement peu courante dans lessociétés traditionnelleset dans le reste du monde [ 60 ] .
Historiquement, l'accouchement en position allongée a été introduit dans la pratique médicale par les médecins français duXVII e  siècle , et notammentAmbroise Paréet ses disciples à l' Hôtel-Dieu de Paris , puis surtout parFrançois Mauriceau(1637-1709), le père de l'obstétrique en France auteur d'un influentTraité des Maladies des Femmes Grosses et Accouchées(1688). Mauriceau était en effet médecin de la cour du roiLouis XIV . Le souverain aurait lui-même pesé en faveur de cette position d'accouchement par ce qu'elle lui permettait d'assister à la naissance de ses propres enfants deLouise De La Vallière . Les écrits de Mauriceau eurent une influence majeure sur la pratique obstétricale de l'époque non seulement en France mais aussi dans les autres pays européens grâce à la traduction qu'en avait fournie le médecin britanniqueHugh Chamberlenqui était l'héritier alors célèbre de la technique du forceps, inventée mais jalousement gardée par son pèrePeter Chamberlen . Au cours desXIX eetXX e  siècles, la généralisation de l'accouchement en hôpital et sa médicalisation ont contribué à instaurer la position alitée et donc allongée. L'apparition des techniques anesthésiques ont encore contribué à renforcer cette pratique [ 60 ] .
Il faut souligner le paradoxe d'une pratique largement répandue au regard d'un intérêt clinique qui reste controversé. Les études cliniques montrent, au contraire, un bénéfice de la position verticale, par exemple sur la durée du travail [ 60 ] . Dans le contexte d'un regain d'intérêt pour l'approche physiologique de l'accouchement, l'immobilisation de la femme dans une position horizontale est de plus en plus critiquée. Une position plus verticale permet en effet au fœtus de se diriger plus facilement vers le vagin et donne à la femme, sans entrave, plus de confort pour choisir sa position. Néanmoins, la position allongée peut s'avérer utile dans la durée : les études cliniques montrent en effet qu'il est parfois difficile pour la femme de maintenir une position verticale en raison de la fatigue physique.
Aujourd'hui la formation du personnel médical a réintroduit l'enseignement de positions d'accouchement alternatives, même si le décubitus dorsal reste la position de référence au premier chef dans lareprésentationque se fait le grand public de l'accouchement.
La parturiente est couchée sur le côté (gauche dans la majorité des cas), en chien de fusil. Cette position est parfois désignée comme « à l'anglaise » bien qu'elle ne soit pas plus fréquente auRoyaume-Uni . Cette position est par contre très fréquemment utilisée enAsie . Elle a été popularisée en France parBernadette de Gasquet [ 61 ]comme une bonne alternative au décubitus dorsal lorsque la parturiente est souspéridurale .
Étant donné que laveine caveest libérée, cette position permet une bonne oxygénation de la mère et de l’enfant. Lesacrumn’étant pas comprimé, lebassinest souple et le bébé amorce plus facilement sa descente, tout en réduisant les douleurs ano-rectales.
Un des avantages du décubitus latéral sur le décubitus dorsal est de permettre à la parturiente de se verticaliser au dernier moment (en passant « à quatre pattes ») si elle en ressent le besoin.
Il s’agit d'un ensemble de postures dans lesquelles le dos de la parturiente forme un angle de 45° avec ses cuisses parallèles au sol. Cette position peut être obtenue sur un lit d’accouchement dont on a préalablement relevé le dossier ou sur lequel sont disposés des coussins.
Dans la littérature scientifique, on désigne comme « verticalisées » toutes les positions pour lesquelles le dos de la parturiente est proche de la verticale. Il s'agit de la position debout, de la positionassise , de la position accroupie et de la position « à quatre pattes » qui est une variante de la position accroupie.
La position assise peut être aidée par l'utilisation de sièges d'accouchement, notamment utilisés lors des accouchements à domicile auxPays-Bas . Elle est recommandée pendant la phase de dilation comme étant la plus confortable.
Une verticalisation de la parturiente peut se produire spontanément pendant la phase d'expulsion.
La position verticalisée a pour avantage d'utiliser les effets de lagravitésur le fœtus. Les contractions sont d’intensité plus élevée et de fréquence moindre qu’en décubitus, elles sont mieux coordonnées, leur efficacité pour dilater le col est majorée et aboutit ainsi à un travail plus efficace et de plus courte durée. La position verticalisée apporte en outre plus de confort à la femme, réduit les douleurs, diminue le risque d'incision ou de déchirure dupérinéeet entraîne une satisfaction accrue et significative des parturientes [ 62 ] . L' OMSrappelle le résultat des études aboutissant à ces conclusions, mais en affiche d'autres qui aboutissent à des résultats opposés concernant l'augmentation des déchirures et des hémorragies lorsque la position debout est adoptée dans la phase d'expulsion. Globalement, elle préconise une formation accrue du personnel accoucheur à la position verticale, afin de laisser aux femmes le choix de la position dans laquelle elles sentent le plus à l'aise [ 16 ] . La position à quatre pattes soulage efficacement les femmes quand elle est adoptée régulièrement pendant l’accouchement et contribue en outre à un meilleur positionnement du bébé [ 63 ] .
De nombreuses études épidémiologiques [ 64 ]ont comparé les avantages et inconvénients de diverses positions en cours de travail et en phase d'expulsion. Elles s'accordent sur le fait que la position allongée sur le dos présente le plus d'inconvénients tant sur le déroulement de l'accouchement que sur les douleurs et l'inconfort pour la parturiente. Elles ne permettent cependant pas de déterminer quelle autre position d'accouchement serait à recommander à l'ensemble des femmes.
D'autres travaux[ 65 ]et les témoignages de nombreuses femmes, sages-femmes et obstétriciens, suggèrent que lamobilité(liberté totale de position) peut jouer un rôle important dans la réduction de la douleur de l'accouchement et la prévention desdystocies(difficultés essentiellement mécaniques de l'accouchement). Le but n’est en effet pas de remplacer une contrainte positionnelle par une autre étant donné qu'il n'y a certainement pas une position unique d’accouchement valable pour toutes les femmes et pour toutes les phases du processus. Le progrès réside dans l’offre faite aux femmes de se mouvoir comme elles le souhaitent, et éventuellement de leur proposer des positions variées en tenant compte de chaque femme dans sa globalité incluant ses caractéristiques physiques, psychologiques et obstétricales [ 65 ] . Il est enfin conseillé aux femmes d'être à l'écoute de leur corps et d'adopter la position qui leur convient le mieux en se laissant guider par leurintuition [ 66 ] , [ 16 ] .
Cette liberté de mouvement est de règle depuis plusieurs décennies dans les maternités suédoises [ 67 ] . Dans d'autres pays, les associations d'usagers distribuent des posters ou des fiches d'information sur les positions recommandées en cours de travail [ 68 ] .
En raison de ses effetsrelaxants , l'eau chaude exerce un effet favorable sur la progression du travail pendant la phase de dilatation du col de l'utérus, et elle joue un rôleanalgésiquequi peut être important pour certaines femmes [ 69 ] .
La parturiente se place dans un bain durant les phases de dilation et d'expulsion, jusqu'à ce que la naissance du bébé se déroule dans l'eau. On parle alors denaissance aquatique . Cette pratique est possible lors desaccouchements assistés à domicileet dans un très petit nombre de maternités françaises [ 70 ] , mais est pratiquée plus couramment en Belgique, aux Pays-Bas, en Angleterre, au Canada et en Australie [ 71 ] .
Une autre possibilité consiste à permettre à la parturiente de rester dans le bain jusqu'à la dilatation complète (fin du premier stade du travail), puis de sortir du bain pour accoucher dans la position d'expulsion de son choix. Cette situation est fréquente dans les unités obstétricales disposant de « bassins de dilatation » mais ne souhaitant pas accompagner des naissances aquatiques [ 72 ] .
Durant la phase de dilatation, l' ocytocineproduit par l’ hypophyse(ou glande pituitaire) induit les contractions utérines. Leplacentasécrète quant à lui desprostaglandines . Ces deux hormones stimulent puissamment lemyomètre(la couche musculeuse interne de l'utérus). Elles contribuent à la synchronisation des contractions de celui-ci. Le myomètre étant rendu très sensible à l’ocytocine, les contractions s’intensifient et l’intervalle entre celles-ci diminue [ 73 ] . La douleur, augmentant graduellement elle aussi, permet la sécrétion d' endorphines( opiacénaturel de la même famille que lamorphine ) qui aident à maintenir cette douleur à un niveau supportable. Elles diminuent en outre la tension et la fatigue [ 74 ] .
Pour permettre la libération d’ocytocine et d’endorphine la plus adéquate, il est nécessaire selonMichel Odentque la parturiente puisse se trouver dans un lieu offrant de la chaleur, de la sécurité et de l’intimité et qu'elle soit le moins possible stimulée au niveau ducortex , le cerveau rationnel. Dans ces conditions, le taux d’ adrénalineet de façon générale celui des hormones de fuite que sont lescatécholamines , lesquelles sont antagonistes à l’ocytocine, sont à leur niveau minimum [ 75 ] . La non-stimulation du cortex permet quant à elle de laisser le gouvernail au cerveau reptilien, l’ hypothalamus , ce qui rend la parturiente plus apte à se laisser guider par une forme d’instinct [ 76 ] . Plus concrètement, il est recommandé de permettre l’accouchement dans un lieu intime, accueillant et connu, dont la lumière est tamisée, où règne le silence ou une musique douce. La parturiente doit avoir chaud, qu’elle soit dans le mouvement ou l’immobilité, et elle doit pouvoir bouger, marcher et changer de position. Elle doit en outre être entourée de peu de personnes, qui doivent être connues et appréciées, et qui ne doivent pas lui poser de questions ou solliciter son intellect [ 77 ] , [ 78 ] . La parturiente doit enfin avoir la possibilité de boire et manger [ 79 ] .
Les partisans d'une naissance moins médicalisée estiment que la prise en charge de parturiente par la médecine conventionnelle estanxiogèneet génératrice destress , ce qui augmente le niveau d’adrénaline antagoniste à l’ocytocine.Ainsi, un environnement inconnu et peu rassurant, la température de la pièce inadaptée aux besoins d'une parturiente immobile, les nombreuses interventions sur le corps de la femme (touchers vaginaux, perfusion, sondage, rasage) souvent peu ou pas explicitées et pratiquées par des personnes différentes, l’immobilité et la position inadaptée imposées, la faim et la soif, les bruits de machines, les conversations techniques autour et sur la femme en travail, l’éclairage violent et cru [non neutre] ,pourraient provoquer une sécrétion massive d' adrénalinebloquant la sécrétion d’ ocytocine , d' endomorphineset deprolactine , et perturbant la libération decatécholamines(dont le taux anarchique joue un rôle avéré sur l' hémorragie de la délivrance ). Cette perturbation hormonale a pour conséquence un ralentissement du travail et des contractions moins efficaces et plus douloureuses, ce qui nécessite souvent une perfusion d’ocytociques artificiels eux-mêmes source de douleur supplémentaire. L’accouchement devient dès lors insupportablement long et douloureux [réf. nécessaire] , ce à quoi la médecine conventionnelle répond par la pose d’unepéridurale , engendrant d'autres perturbationsiatrogènes [ 80 ] , [ 81 ] , [ 82 ] , [ 83 ] .
Au moment de la phase d’expulsion, une poussée d' adrénalinese déclenche, ce qui apporte un regain d'énergie à la parturiente, l'incite à adopter une position verticale et à s'agripper. La femme éprouve alors une forte envie de pousser. Le bébé bénéficie également de cette hormone : elle lui permet de s'adapter à la privation d'oxygène qui caractérise la phase finale de l'accouchement et lui permet d'être alerte à sa naissance, yeux grands ouverts et pupilles dilatées [ 74 ] .Cette modification hormonale se traduit généralement par une très courtephase de désespéranceoù la parturiente éprouve durant quelques instants une angoisse soudaine, une irrationnelle envie de s’enfuir, voire une peur panique de mourir [ 84 ] . Cette phase de désespérance annonce l’arrivée imminente du bébé. [réf. nécessaire]
Immédiatement après la naissance, un nouveau pic d’ ocytocinevient faciliter la délivrance. Cette hormone induit également le comportement maternel, celui de prendre soin du nourrisson, et est nécessaire au réflexe d'éjection dulait maternel . Dans la mesure du possible, le nourrisson est posé contre sa mère immédiatement après la naissance afin de favoriser les échanges et les sécrétions hormonales induisant l'attachement. De nombreuses mères expriment une montée d'amour à la vue de leur bébé, qui serait notamment liée à ce pic majeur de la sécrétion d'ocytocine. Des perturbations dans ces moments suivant la naissance, pour cause de problèmes chez le bébé ou chez la mère, ou en raison de protocoles hospitaliers routiniers, peuvent perturber de façon importante l'établissement d'un lien harmonieux entre la mère et l'enfant [ 85 ] . Enfin, laprolactineest libérée, permettant le déclenchement de lalactation [ 74 ] .
La douleur est complexe, personnelle,subjectiveet est un phénomène multifactoriel influencé par des élémentspsychologiques ,physiologiquesetsocio-culturels [ 86 ] . Elle est relative, très différente d'une femme à l'autre, d'un accouchement à l'autre [ 87 ] . Certaines parturientes vivent d’intenses souffrances, alors que la douleur est plus légère pour d’autres, et que certaines n'en ressentent presque aucune manifestation [ 88 ] .
L'intensité et la nature de la douleur varie aussi selon que la parturiente soit primipare ou multipare [ 88 ] , [ 89 ] .
La douleur de l’accouchement présente également des variations culturelles [ 90 ] . Dans la culture judéo-chrétienne, elle est considérée comme unemalédictiondivine. Dans la Bible, Jéhovah punitÈveen ces termes : «  tu enfanteras avec douleur  » [ 91 ] . À cause du péché et de la désobéissance, Jéhovah dit à Ève, à propos de la maternité : “ J’augmenterai beaucoup la douleur de ta grossesse ; c’est dans les souffrances que tu mettras au monde des enfants. ” — Gn 3:16  [ 92 ] . Dans d'autres cultures, il a, au contraire, été observé que les femmes tendaient à davantage accoucher sans douleurs [ 93 ] .
La principaledouleurgénéralement ressentie lors de la première phase de l’accouchement est celle descontractionsde l’ utérus . En début de travail, les contractions surviennent toutes les 15 à 20 minutes et durent de 15 à 20 secondes. Généralement, la douleur ne se manifeste qu’après une certaine durée de la contraction et cesse avant la fin de celle-ci [ 94 ] . Toutefois il a été rapporté que dans un tiers des cas observés lors d'une étude, cette douleur ne cessait pas entre les contractions [ 89 ] .
L’intensité et la fréquence des contractions augmentent au fur et à mesure de la progression du travail, pour survenir finalement toutes les 3 à 5 minutes et durer 30 à 45 secondes. Elles reprennent pour la phase de délivrance, afin d'expulser le placenta.
SelonMichel Odent , si l'on ne perturbe pas le déroulement naturel de l'accouchement (notamment par des hormones de synthèse), la douleur déclenche la sécrétion d' endorphines , desanalgésiquesnaturels proches de lamorphine , qui permettent à la parturiente de supporter des contractions de plus en plus fortes et de plus en plus rapprochées [ 95 ] .
Lors de la phase d'expulsion, la dissension des tissus nécessaire au passage du bébé provoque généralement des douleurs viscérales et périnéales. Contrairement aux douleurs abdominales et viscérales liées à la dilation lors de la première phase de l'accouchement, les multipares y sont plus exposées que les monopares [ 89 ] .
Juste avant la phase d’expulsion peut survenir unephase de désespérancecaractérisée par une peur soudaine chez la parturiente liée à une poussée d’ adrénaline .
Un autre facteur de douleur perdurant après la délivrance est celui lié à une déchirure éventuelle dupérinéeou à l' épisiotomiepratiquée dans le but de prévenir cette déchirure [ 96 ] .
Les facteurs suivants augmentent la douleur de l’accouchement[ 97 ] :
La douleur présente une double dimension sensorielle et affective [ 89 ] , et une série de facteurs peuvent la réduire :
La formation à l' accouchement dit sans douleur , actuellement appelé « préparation à la naissance », est une technique mise au point dans les années 1950 par le neurologue et obstétricien françaisFernand Lamaze . Cette méthode, importée enEuroped’ U.R.S.S. , a été un ensemble de techniques visant à supprimer l’ angoisseet lapeurchez la femme qui accouche : préparation durant la grossesse, bonne information de la femme enceinte, relaxation par des techniques de respiration et création d’un climat de confiance entre la femme qui accouche et l’équipe médicale [ 119 ] .
Aujourd'hui, les femmes qui souhaitent accoucher de façon naturelle et sans douleur se tournent de plus en plus vers l' accouchement sous hypnose [ 120 ] . Cette technique a été mise au point auxÉtats-Unisdans les années 1930 parGrantly Dick-Readet repose sur les mêmes principes que l'accouchement sans douleur deLamaze  : rompre l'effet peur-tension-douleur en déconstruisant auprès de la femme enceinte l'image d'accouchements effrayants et dangereux, et en lui apprenant différentes techniques de relaxation profonde. L'hypnonaissance va plus loin que l'accouchement sans douleur [ 121 ] .
En 1853, laReine Victoriademande à accoucher souschloroforme , lançant ainsi un mouvement d’accouchement sousanesthésie généraledans lespays anglo-saxonsjusque dans la moitié duXX e  siècle [ 119 ] .
Dans les années 1970 apparaît lapéridurale , une technique visant à injecter un anesthésiant entre deuxvertèbresdu bas du dos, afin d’insensibiliser le corps de la parturiente entre la taille et les pieds. Cette technique permet à la femme de rester consciente durant l’accouchement, sans ressentir de douleur. Elle peut également être utilisée en cas decésarienne .
Entre 90 % et 95 % des accouchements ne présentent aucun risque particulier [ 122 ] . Dans les quelques pourcentages restants, des complications peuvent se produire pendant l’accouchement. Elles requièrent généralement l'intervention d'unobstétricienqui pratique, selon la complication rencontrée, unecésarienneou l’utilisation deforcepsou d’uneventouse obstétricale .
Lasouffrance fœtaleest une diminution de l’oxygénation chez le fœtus qui peut être notamment décelée par unrythme cardiaqueélevé ou trop bas (observé parcardiotocographie ). L’accouchement est alorsprovoquéou accéléré. Dans les situations les plus risquées, une césarienne est pratiquée.
Durant la phase de dilatation, les principales complications sont ladystocie cervicale(non-progression de la dilatation du col) et larupture utérine . Cette dernière complication peut être fatale tant pour la mère que pour lefœtus .
Durant la phase d’expulsion, un non-engagement de la présentation peut avoir lieu lorsque la partie du fœtus qui appuie directement sur le col ne parvient pas à franchir ledétroit supérieurdu bassin maternel. Les causes peuvent être multiples, corrigeables spontanément ou non, temporaires ou définitives.
La non-progression de l'expulsion est quant à elle diagnostiquée lorsque la tête du fœtus ou la partie de son corps qui se présente en premier n'avance pas malgré la présence de contractions adéquates. Cette complication requiert une intervention telle que l’extraction parventouse , l'extraction auforcepsou lacésarienne . Ladystocie des épaulesen est une cause particulière, lorsque le nouveau-né reste bloqué par laceinture scapulaire . D’autres complications lors de la phase d’expulsion peuvent être unenclavementou unaccident du siège .
Après la naissance peuvent avoir lieu unehémorragie de la délivranceou divers formes d’ infections . Parmi les complications infectieuses, lafièvre puerpéraleest la plus dangereuse, mais ne s'observe plus dans les pays développés. Il s'agit d'unesepticémieàstreptocoques , provoquée par des manipulations dans de mauvaises conditions d'asepsie.
Dans laRome antique , l'accouchement est une affaire de femmes. Celles des classes aisées au moins font appel à une sage-femme ( obstetrix ), chargée d'aider aux accouchement simples à la maison et de donner les premiers soins au nourrisson. L'accouchement se déroule dans trois endroits différents d'une même pièce, choisie dans un lieu reculé de la maison. La phase de travail se déroule sur un lit. Lorsque l'expulsion s'annonce, la femme est transférée sur une chaise à dossier droit dont l'assise est ouverte en son milieu. Cette chaise dispose de poignées pour que la femme puisse s'y agripper, même si l'aide de domestiques est parfois requise pour maintenir la parturiente en position assise. L' obstetrixprocède aux manipulations et retire le bébé par cette ouverture de la chaise. Enfin, une seconde couche est destinée à la phase de repos.
En cas de complications, il est fait appel à des médecins obstétriciennes appeléesmedicaouiatromea . L'une d'entre elles, nomméeSoranos , est réputée maîtriser deux pratiques : la version podalique, qui consiste à retourner un enfant mal engagé afin qu'il se présente par les pieds, et l' avortement tardif , si l'enfant n'arrive pas à sortir. Ces pratiques ont probablement fait l'objet d'un enseignement dans l'Empire romain et au-delà, puisqu'on a retrouvé enAngleterreauIV e  sièclele corps d'un enfant présentant les signes caractéristiques de l'avortement tel qu'il était pratiqué à Rome. Les forceps sont alors inconnus, et l'accouchement redouté en raison du risque de mortalité élevée [ 123 ] .
Traditionnellement, les Pygmées accouchent à l'écart du centre du campement, soit en un coin reculé, soit en dehors, mais toujours à proximité. La parturiente s'agrippe au pied d'un arbre et reçoit l'aide d'une assistante, qui«  l'enserre par derrièrepour accentuer l'efficacité des contractions » . Le recours à un ou une accoucheuse, ou matrone voire au guérisseur n'a lieu qu'en cas de complications. La parturiente coupe elle-même le cordon ombilical avec ses dents, ou bien celui-ci est tranché par l'assistante qui prend soin ne pas y toucher directement, et le manipule avec deux bâtons servant de baguettes d'une main, son autre main utilisant une éclat de bois, ou de nos jours, une lame de rasoir [ 124 ] .
AuCongo , les services de santé tentent de convaincre les femmes de venir accoucher dans les maternités, mais constatent une forte résistance. Les femmes pygmées disent se sentir méprisées, ce qui est confirmé par de nombreux intervenants, et malgré la gratuité instaurée, en 2011 moins de 2 % des femmes avaient accouché dans un centre de santé intégré dans le Nord du pays, la moyenne nationale étant de moins d'un quart pour les femmes autochtones [ 125 ]contre 80 % pour les autres Congolaises. Une autre raison de ce choix est l'attachement aux traditions prônée par les anciens. Ainsi, une sexagénaire explique :« Nous avons encore confiance à nos traditions. Quand une femme est à terme, elle ne se promène plus seule en forêt. Dès que les douleurs d’accouchement arrivent, elle sait ce qu’il faut faire: s’asseoir au pied de l’arbre. » [ 126 ] .
L' accouchement non assistéest un accouchement qui se déroule en l'absence de personnel médical tels quesage-femme ,médecin ,gynécologueouobstétricien . En tant quemammifères , les femmes sont tout à fait aptes à accoucher seules. Les modifications hormonales, les contractions de l’utérus et l’assouplissement progressif des membranes du bassin se déroulent de façon involontaire et permettent la naissance du bébé puis l’expulsion du placenta. Pour aider ce processus, la femme peut se placer dans un endroit où elle se sent en sécurité, entrer dans uneprofonde détenteet adopter les positions les plus confortables en fonction de ce que lui dicte son corps [ 127 ] . Selon ses promoteurs, l’accouchement n’est que l’aboutissement du processus naturel qui a commencé par laprocréationet s’est poursuivi par le développement du fœtus durant toute la grossesse, périodes pendant lesquels la femme n’a besoin d’aucune aide extérieure, la question des complications et du risque de mortalité accrue étant évacuée.
Dans de nombreuses cultures, il est pourtant inculqué aux femmes l’idée qu’elles ne peuvent pas accoucher par elles-mêmes et qu’elles ont besoin de l’assistance d’une tierce personne [ 128 ] . La forme la plus extrême de cette limitation de la capacité des femmes se trouve dans les sociétés pratiquant l’ excisionoù les cicatrices et mutilations liées à cette pratique exigent la présence d’une personne devant inciser le périnée au moment de l’accouchement [ 129 ] . Néanmoins, dans certaines sociétés, les femmes continuent à accoucher sans assistance.C’est le cas chez lesBaribas [réf. à confirmer] [ 130 ]et chez les!Kung [ 131 ] .’ [ 132 ] .
EnOccident , la plupart des accouchements non assistés sont des accouchements inopinés, non intentionnels, par exemple lorsque la femme n’a pas pu rejoindre unematernitéou que l’équipe médicale n’a pas pu arriver à temps [ 133 ] . Un courant de femmes souhaitant accoucher sans assistance est cependant apparu après la généralisation des accouchements en milieu hospitalier et des pratiques peu respectueuses auxquelles les parturientes y sont soumises [ 134 ] . Ces femmes veulent vivre activement et librement leur accouchement, dans une logique d’émancipation et d' accomplissement personnel [ 135 ] , ou dans une volonté d’intimité, de sérénité et d’accueil paisible du bébé [ 136 ] .
Lasage-femmeest une professionnelle médicale diplômée dont le métier est d'assister les femmes pendant leurgrossesseet pendant leur accouchement et de prodiguer les premiers soins aux nouveau-nés.
Le métier de sage-femme est probablement un des plus vieux métiers de l’Histoire de l’humanité et existe dans quasiment toutes les sociétés [ 137 ] . Les sages-femmes ont tenu une place privilégiée durant l’ Antiquitéet sont toujours respectées dans bon nombre de cultures. EnOccident , le métier de sage-femme reste pourtant difficilement reconnu depuis leV e  siècle. Les sages-femmes furent persécutées en tant quesorcièrespar l’ Égliseentre la fin duMoyen Âgeet leXVII e  siècle, puis interdites d’accès à l’enseignement en tant que femmes durant laRenaissance , ensuite déconsidérées par lesmédecinsetobstétriciensduXVIII e  siècle qui se sont intéressés à l’accouchement notamment avec l’introduction d’instruments, et en particulier duforceps [ 138 ] .’ [ 139 ]La tutelle des médecins sur les sages-femmes s’est poursuivie auXX e  siècle avec la généralisation des accouchements à l’hôpital [ 140 ] . Aujourd’hui, sous la pression des médecins et obstétriciens qui les perçoivent comme plus dangereuses [ 141 ] , lesmaisons de naissancetenues principalement par des sages-femmes restent interdites enFrancehors d'un cadre expérimental, alors que la plupart des autres pays occidentaux disposent de ce type d'établissement [ 142 ] .
Alors que l’ obstétricienest formé pour prendre en charge les grossesses à risque et les accouchements où se présentent des complications, la sage-femme est experte dans l’accompagnement des grossesses et accouchements normaux ainsi que la période post-natale, généralement pour unaccompagnement globalet dans une philosophieholistique [ 143 ] .
Beaucoup de sages-femmes exercent leur métier dans leshôpitauxetmaternités [ 144 ] .’ [ 145 ]Les sages-femmeslibéralesassurent un accompagnement des femmes enceintes à domicile, dans leur propre cabinet ou enmaison de naissance , généralement avec la volonté d’instaurer un climat de confiance et d’écoute. Certains hôpitaux leur donnent également accès à leurplateau techniqueoù elles peuvent accompagner l'accouchement de leurs patientes [ 146 ] .’ [ 147 ]
La science médicale qui s'intéresse à la naissance des êtres humains est l' obstétrique . Unmédecinqui se spécialise dans la surveillance de lagrossesseet de l'accouchement est unobstétricien . Les obstétriciens sont deschirurgiens , les seuls qualifiés pour accompagner des naissancespathologiquesnécessitant la pose d'actes médicaux.
La figure de l’homme chirurgien accoucheur est apparue à partir duXVII e  siècle. Après la persécution des sages-femmes par l’ Inquisitionet la perte de leur savoirempirique , la situation des parturientes s’était fortement dégradée. Sous la tutelle du pouvoir ecclésiastique, lamatrone , souvent non formée et illettrée, était devenue le personnage principal des accouchements. N’ayant aucune qualification pour faire face à des complications et pratiquant des gestes dangereux lorsque l’accouchement se déroulait normalement, la matrone en arrivait à extraire le fœtus avec des crochets, en découpant le bébé en morceaux ou en mutilant inutilement la parturiente. Dans l’occident de la fin du Moyen Âge, lamalnutrition , lerachitisme , le manque d’ hygiène , lesmalformationset les nombreuses maladies dont était victime la population, s’ajoutaient à l’incompétence des matrones pour rendre l’accouchement fréquemment meurtrier. C’est dans ce contexte qu’est née la profession de chirurgien accoucheur qui a permis de sauver de nombreuses vies, d’abord sous l’impulsion deLouis XIVqui fit appel à un accoucheur-médecin pour délivrer sa maîtresseLouise de la Vallière , puis par l’invention duforceps , et enfin par la succession des progrès réalisés dans les sciences médicales [ 148 ] , [ 149 ] .
Le développements de l’obstétrique, de l’ anesthésieet de l’hygiène changent les conditions d’accueil dans les hôpitaux. AuXX e  siècle, la majorité des accouchements en Occident ont lieu en milieu hospitalier, ce qui aboutit à unemédicalisationtotale de la naissance et au rôle majeur que vont jouer les obstétriciens dans les accouchements [ 150 ] . Dans les années 1970, de plus en plus de voix s’élèvent pour critiquer les pratiques des obstétriciens peu respectueuses de la femme et de laphysiologiede l’accouchement [ 151 ] . L’assimilation des grossesses et accouchements à une maladie, les routines et protocoles médicaux perturbant le bon déroulement de l’accouchement, les gestes invasifs et mutilants du chirurgien sont responsables de complications qu’ils étaient censés éviter [ 152 ] .’ [ 83 ]
La France fait partie des pays accordant le plus d’importance aux obstétriciens en raison de sa conception particulière de la grossesse et de l’accouchement qui ne sont considérés comme normaux qu’ a posteriori [ 153 ] . À l’opposé, les Pays-Bas considèrent que l’accouchement normal est du ressort exclusif de la sage-femme, au point qu’un accouchement qui ne présente pas de risques particuliers n’est pas remboursé par lasécurité sociales’il est accompagné par un obstétricien [ 154 ] .
Ladoulaqui, bien que n’ayant pas de formation médicale spécifique, accompagne, soutient et informe le couple et la femme dès le début de la grossesse, pendant l'accouchement et après la naissance.
Emprunté au grec ancien, le terme δούλη (doúlê), signifiant «  esclave ,servante  » désignait la figure féminine qui, aux côtés de la sage-femme, se tenait près de la mère lors de la naissance de son bébé [ 155 ] . Dans le contexte médical où des personnes différentes, souvent inconnues de la parturiente, interviennent tout au long de la grossesse et au moment de l’accouchement, la présence d’un doula est une réponse à un besoin de continuité. En développant une relation de confiance et de complicité avec la femme tout au long de la grossesse, elle peut assurer un soutien physique et émotionnel, et aider à la communication entre la couple et le corps médical au moment de l’accouchement [ 156 ] . La doula peut également être une présence utile pour les futures mèrescélibataireset les femmes peu soutenues par leur conjoint et leur entourage [ 157 ] .
Dans la plupart des cultures, un rituel spécifique, la «  couvade  », est destiné au père pendant l’accouchement de sa compagne. Dans les sociétés traditionnelles desCaraïbeset d’ Amérique du Sud , il était de coutume que le mari prenne dans le lit la place de l’accouchée, se fasse soigner comme s'il accouchait et joue ce rôle pendant un laps de temps variable [ 158 ] . Chez lesEwéauTogo , le père n’assiste pas à l’accouchement mais se rend avec d’autres hommes ausanctuairepour demander aux ancêtres que tout se passe bien [ 159 ] . En occident, les pères avaient traditionnellement pour tâche de faire bouillir de l’eau pendant l’accouchement de leur épouse, sans que personne sache réellement à quoi servait cette eau [ 160 ] .
Pendant des siècles, l’accouchement était considéré comme « une affaire de femmes » en Occident. À partir des années 1960 et à la suite de la généralisation des accouchements en milieu hospitalier, les hommes se sont vu assigner un nouveau rituel, celui de conduire leur femme à la maternité. Les femmes ont alors émis le souhait que leur mari soit présent à leurs côtés dans la salle d’accouchement, en prenant au dépourvu l’équipe médicale. La présence des pères lors de l'accouchement a très vite connu un engouement et s’est généralisée à partir des années 1970 [ 160 ] .
Le rôle du père pendant l’accouchement est généralement d’apporter, par sa présence, un soutienémotionnelà sa compagne. Après la naissance, le personnel médical lui confie une paire de ciseaux pour qu’il puisse couper lecordon ombilical , comme acte symbolique de séparation de la mère et de l’enfant [ 161 ] .
De nombreuses théories ont encouragé la présence du père à l’accouchement, qui permettrait de renforcer les liens à l’intérieur du couple et de faciliter l’accouchement [ 160 ] . Néanmoins peu d’études se sont penchées sur l’impact de l’accouchement sur les hommes. Certains hommes vivent négativement l’accouchement. Ils peuvent ressentir de l’ anxiétéà l’idée de ne pas pouvoir soutenir leur compagne ou de voir du sang. Ils peuvent également se sentir exclus par le corps médical qui ne parvient pas à leur octroyer une place dans le processus. Il leur arrive enfin de ressentir un profond sentiment d’impuissance, en particulier si leur compagne éprouve de la souffrance [ 162 ] . Letraumatismeest souvent plus grand lors des accouchements en milieu hospitalier lorsque la femme est en position gynécologique, pieds dans les étriers, exposée au regard de tous, avec du personnel médical penché sur son sexe, qui la touche et manipule son sexe, sans que ces gestes soient explicités [ 163 ] .
Dans certaines situations, la présence du père peut compliquer l’accouchement. C’est le cas lorsque l’homme est stressé et produit un taux important d’ adrénaline , ce peut être contagieux et diminuer la sécrétion d’ ocytocinechez la parturiente. C’est également le cas lorsque le couple ne partage pas une intimité suffisante, ce qui peut inhiber la femme lors de certaines phases de l’accouchement, en particulier au moment de l’expulsion où il est fréquent que le rectum soit vidé [ 160 ] .
Le fait d’assister à l’accouchement peut aussi entraîner des suites négatives pour le père, telles qu’une forme dedépression post-natale , une fuite physique (fuite dans le travail, voyage impromptu), une fuite psychologique (schizophrénie, jeux vidéo) ou encore une baisse delibido [ 163 ] .
Inversement, lors d’accouchement naturel ou physiologique, la présence du père peut faciliter l’accouchement. Il peut prodiguer desmassages , soutenir physiquement sa compagne dans certaines positions, lui fournir des boissons et de la nourriture. Il peut également veiller à ce que personne ne trouble l’atmosphère d’intimité et de sérénité, et faire respecter les volontés de sa compagne par le personnel médical [ 164 ] . Il peut aussi simplement ne rien faire, en se limitant à assister sa compagne dans une ambiance d’amour et de tendresse, en particulier lors d’ accouchement assisté à domicileou d’ accouchement non assisté [ 165 ] .
Traditionnellement, les femmes accouchent à domicile. L’accouchement à domicile concerne encore 90 % des naissances dans le monde [ 166 ] .
En Occident, au cours de la première moitié duXX e  siècle , les hôpitaux ont accueilli de plus en plus de femmes. Les techniques decésarienneont gagné en notoriété grâce auxantibiotiqueset auxanesthésiques . Dans lesannées 1930 , la profession des sages-femmes a traversé une crise identitaire avant de s'institutionnaliser et d'intégrer majoritairement le corps hospitalier. Si en1950 , 45 % des accouchements se font encore à domicile [ 167 ] , à partir des années 1960, l'immense majorité des femmes despays développéssont encouragées à accoucher à l'hôpital. Aujourd’hui, le nombre d’accouchement à domicile est tombé à 1 % des accouchements en France et en Belgique [ 168 ] ’[ 166 ] . Il est par contre proche de 30% aux Pays-Bas [ 169 ] .
Depuis les années 2000, l’accouchement assisté à domicile connait un regain d’intérêt dans les pays occidentaux. Les principales motivations sont pour les couples d’échapper à un cadre très médicalisé qui peut être considéré comme anxiogène, et d’accueillir le bébé dans un environnement serein et chaleureux [ 170 ] ’ [ 171 ] . Les partisans de l'accouchement à domicile le présentent comme n'étant pas plus dangereux pour les grossesses à bas risque, pour autant que la grossesse et la naissance soient surveillés par une sage-femme [ 172 ] ' [ 168 ] ’ [ 173 ] . Certaines études épidémiologiques [ 174 ]suggèrent d'ailleurs que les résultats périnataux (surtout pour ce qui concerne les taux de mortalité périnatale) sont comparables quel que soit le lieu choisi pour l'accouchement, lorsque celui-ci se déroule dans de bonnes conditions sanitaires, pour une grossesse à faible risque suivie par un personnel médicalement qualifié. Uneméta-analysede 2010[ 175 ]souligne que dans les articles retenus, les femmes choisissant l'accouchement à domicile ont significativement moins de facteurs de risque (moins d'obèses, moins d'utérus cicatriciels ou encore moins d'antécédents obstétricaux), mais que le risque relatif de mort néonatal est presque deux fois supérieur ( Odds ratiode 1,98) chez les femmes accouchant à domicile si on considère l'ensemble des naissances, ce risque relatif étant presque trois fois supérieur lorsque aucune anomalie n'a été notée à la naissance (OR de 2,87). Plus récemment, un article de l' American Journal of Obstetrics and Gynecology [ 176 ], considérant que l'accouchement à domicile entraîne une inutile augmentation des risques, tant pour la mère que pour l'enfant, et que le taux relativement important de transferts d'urgence à l'hôpital représente un coût non négligeable et une forte source de désagréments et d'angoisse évitables pour la mère, recommande aux professionnels de santé de privilégier l'éthique professionnelle face à l'idéologie en incitant les patientes à opter pour un accouchement en milieu hospitalier. Dans les zones rurales de pays pauvres, on constate une persistance de formes d'accouchement traditionnelles avec des résultats qui dépendent principalement du niveau de vie et des conditions sanitaires [ 177 ] .
L'hôpital a longtemps été un lieu à haut risque en raison desinfections nosocomialesqui pouvaient toucher lesparturienteset lesnouveau-nés . La situation évolue au cours duXIX e  siècleavec les découvertes desmicrobeset de l' antisepsie . Ainsi c'est en constatant que les femmes accouchées par les sages-femmes meurent trois fois moins que celles accouchées par les médecins que le hongroisIgnace Semmelweisétablit en 1847 que lafièvre puerpéraleest en fait transmise depuis les salles d' autopsiespar les mains des médecins [ 178 ] . Cette observation conduira à la mise en place de règles d' hygiènequi transforment profondément l'image de l'hôpital non plus comme lieu de dernier recours mais comme véritable structure desoinsorganisée « cliniques ». Par ailleurs, les progrès des techniques médicales et l'invention de nombreuxinstrumentsassoient le statut de la médecine hospitalière qui s'organise enspécialités médicales , dont l' obstétrique [ 179 ] .
À partir des années 1920-1930, la naissance en milieu hospitalier se répand enFranceet auxÉtats-Unis , soutenue par les autorités dans une politique denatalité . En parallèle, l’hôpital se transforme. De l’ hospicetraditionnel voué à l’assistance des femmes les plus pauvres, on passe à un établissement moderne et plurifonctionnel, dont l’architecture reflète les différentes finalités : maison d’accouchement, lieu de consultations de grossesse degynécologieet depuériculture , des laboratoires d’analyses, centre de donneuses de lait, consultation prénuptiale, dispensaireantisyphilitiqueet une maternité spécialement isolée pour lestuberculeuses . C’est à partir des années 1950 que l’accouchement à l’hôpital se généralise, d’abord sous l’impulsion de la méthode d’ accouchement sans douleur , puis grâce aux progrès tels que l’ échographie , la technique de lacésarienneet lapéridurale [ 179 ] .
Dès les années 1970, sont apparues des critiques sur la surmédicalisation des accouchements dans les hôpitaux. La logique hospitalière derentabilité , d’organisation du personnel et degestion du risque(notamment en matière d' assurances ) a incité la mise en place deprotocoleset d’actes routiniers en décalage avec le processus naturel et individuel de l’accouchement [ 180 ] . Les institutions hospitalières ont en effet tendance à organiser leur travail sur la base du « pire cas », envisageant chaque accouchement comme si un désastre pouvait survenir à tout moment, en imposant à chaque femme qui accouche des interventions qui visent en réalité à répondre à l’ anxiétédu médecin [ 181 ] . De plus, chaque intervention entraine une cascade d’interventions ultérieures qui peuvent transformer un accouchement normal en une situation d’utilisation de forceps, voire de césarienne [ 182 ] . De nombreuses femmes vivent dès lors leur accouchement comme une expérience décevante ettraumatisante [ 183 ] . Certaines en gardent même desséquellespouvant avoir des répercussions jusque dans leur vie professionnelle [ 184 ] .
Dans les pays industrialisés, une mobilisation de femmes et d’associations d’usager s’est organisée pour prôner la liberté de choix dans le mode d’accouchement [ 185 ] . Quelques hôpitaux ont remis en question certaines de leurs pratiques et ont notamment mis en place deux outils pour répondre à la demande de plus grand respect des parturientes et de leur accouchement :
Unemaison de naissanceest un petit établissement tenu par des sages-femmes, ne faisant pas partie d'un hôpital mais s'y trouvant proche géographiquement, où les femmes en bonne santé, dont la grossesse se déroule normalement, peuvent être suivies médicalement, accoucher et trouver de multiples services reliés à leur maternité [ 188 ] . La femme enceinte y est suivie par la même sage-femme (ou une petite équipe de mêmes sages-femmes) durant toute sa grossesse, dans une optique plus large qu'un simple suivi gynécologique (préparation à l'accouchement, préparation à l'accueil du bébé, allaitement...) ce qui permet d'établir des relations de confiance entre la femme enceinte et l'équipe médicale. Le jour de l'accouchement, la parturiente est accompagnée par cette même sage-femme durant tout le processus d'accouchement.
L'accent étant mis sur l'aspect naturel et physiologique de l'accouchement, la médicalisation est réduite au minimum. La gestion de la douleur se fait non pas par unepéridurale , mais par des méthodes naturelles telles que l' hypnonaissancecouplée à toute autre méthode de relaxation et de bien-être [ 189 ] .
Les maisons de naissance sont apparues auxÉtats-Unisdans les années 1970 en réaction à l'hyper-médicalisation de l'accouchement. Elles se sont ensuite développées enAustralie , auCanadaet dans de nombreux pays européens :Espagne ,Italie ,Belgique ,Allemagne ,Suisse ,Pays-Bas ,Royaume-UnietSuède [ 190 ] . En 2013, après plusieurs réticences, laFrancea elle aussi autorisé l'expérimentation de maisons de naissance [ 191 ] .
Dans lareligion grecque antiqueet lamythologie grecque , l'enfantement et en particulier l'accouchement était du ressort de la déesseIlithyie , qui répond elle-même aux ordres d' Héra . Il arrive qu' HéraretienneIlithyieafin de retarder un accouchement, ou l'envoie au contraire pour l'accélérer : cela lui permet notamment de faire naîtreEurysthéeavantHéraclèsafin qu'Eurysthée soit l'aîné [ 192 ] .
Lagrossesseet l'accouchement sonta priorides processusphysiologiques . Si un éclairage médical est nécessaire pour bien en appréhender toute la chronologie et le bon déroulement, il n'en est pas moins dispensable dans l'absolu. À proprement parler, la parturiente même en salle d'accouchement n'est donc pas considérée commemalade .
Les Britanniques utilisent depuis2007le terme « accouchement normal » ( normal birth ) pour désigner un accouchement nondéclenché , sanspériduralenianalgésiques , sanscésarienneniépisiotomieniextraction instrumentale . Cette définition consensuelle ( Normal Birth Consensus ) est le fruit de plusieurs années de travail impliquant des associations d'usagers et des organisations professionnelles (sages-femmes et gynécologues-obstétriciens) [ 193 ] . Elle a pour objectif principal l'élaboration de statistiques fiables à grande échelle sur les pratiquesobstétricalesen l'absence de signes cliniques.
Certains membres du groupe de travail britannique ont formé le souhait que, dans une deuxième étape, soient exclues de la définition certaines pratiques comme l'accélération du travail, l'usage d' opiacés , la rupture artificielle desmembraneset la gestion active de la troisième phase du travail. Avec ces nouveaux critères ils suggèrent que l'on parle d' accouchement naturelou «  physiologique  ».
L'accouchement a différentes implications légales. Dans les systèmes juridiques hérités dudroit romain , est considérée commemèrela femme qui accouche, selon le principe duMater semper certa est [ 194 ] . Le père est lemaride la femme qui accouche, selon le principe de laprésomption de paternité . À sa naissance, l'enfant acquiert unepersonnalité juridiquepour autant qu'il soit né vivant etviable [ 195 ] . Dans le cas contraire, on parle d'enfant sans vie, ce qui recouvre les cas demortinaissance .
Dans certaines juridictions, le lieu de naissance détermine lanationalitéd'un enfant (sous la doctrine dudroit du soloujus soli ), par opposition audroit du sang .
Dans de nombreux pays, la naissance doit être déclarée auprès d'un organisme d' état civilqui délivre uncertificat de naissance .
Certains États, tel que laFrance , autorisent l' accouchement sous X , c'est-à-dire le droit pour la femme d'accoucher dans l'anonymat [ 196 ] .
L'âge moyen à l'accouchement s'accroit depuis le Moyen Âge, et nettement plus rapidement depuis 30 ans [ 197 ] .

qu est ce qu une contraction

Envie de bébé

Préparer la grossesse

Tomber enceinte

Infertilité

PMA

Adoption

Psycho

Grossesse

Suivi de grossesse

Santé

Nutrition

Droits

Grossesse multiple

Psycho-sexo

Dico de la grossesse

Accouchement

Se préparer

Accoucher

Psycho

Suivi post-accouchement

Dico de l'accouchement

Bébé

Alimentation

Santé

Soins

Éveil et développement

Psycho

Allaitement

Dressing

Mode de garde

Prix PARENTS Bien-être Bébé

Enfant

Psycho

Éducation et vie sociale

École

Nutrition

Santé

Culture et loisirs

Look

Être parent

Maman

Papa

Psycho parents

Droits et administratif

Lifestyle

Magazine Parents

Nouvelles familles

Dico juridique

Prix PARENTS Beauté Femme

Prénoms

Nos conseils prénoms

Nos sélections de prénoms

Top 100 Garçons

Top 100 Filles

Bien s'équiper

Puériculture

Jouets

Alimentation de bébé

Loisirs

Beauté - Forme

Marques

Label Parents

Actus

Envie de bébé

Grossesse

Accouchement

Bébé

Enfant

Être parent

Nos experts

Pédiatre

Sexologue

Psychologue

Nutritionniste

 Sujet :qu'est ce qu'une contraction??
Aller à :

Quelprénom ? En attendant bébé L'accouchement Le coin des mamanges (deuil périnatal)

Suivez-nous

Données et cookies
Nous écrire
Qui sommes nous ?
Plan du site
Mentions légales
Comment traiter la ménopause précoce ?
Les mères porteuses, qu’est-ce que c’est ?
Grossesse : 15 maillots de bain pour briller sur la plage !
5 questions essentielles avant de passer la 2e écho
J’ai accouché chez moi sans l’avoir voulu
Comment pousser pendant l’accouchement ?
Prix PARENTS Bien-être Bébé 2017, le palmarès
Les laits végétaux dangereux pour les bébés
Les démangeaisons vulvaires chez la petite fille
5 idées de cadeaux pour une Fête des Pères réussie
Prix PARENTS Beauté femme 2017, le palmarès
20 conseils pour réussir les photos de son bébé
Quels prénoms portent les enfants des stars du tennis ?
Quel prénom pour une mention « très bien » au bac ?
Yakolo, une veilleuse-réveil en forme de feu tricolore
Cristiano Ronaldo, papa de jumeaux par mère porteuse
Etats-Unis : un homme va accoucher de son premier enfant
Enceinte d’un mois, on m’a annoncé que j’avais un décollement du placenta. Peut-il se résorber ? Vais-je pouvoir mener ma grossesse à terme ?
Je voudrais accoucher à domicile, comment faire ?
Vacances : 3 bons plans pour partir en famille cet été